perdre des kilos facilement inflammable significado


LE MERIDIEN DU FOIE. par Theo · Publié 11/01/2016 · Mis à jour 06/02/2017. Il implique la gestion du débit sanguin et la libre circulation de l’Énergie. Responsable de l’Âme psychique, il est donc en relation avec la force de caractère et avec la capacité de vision et d’affirmation des désirs et des projets. Trajet du méridien du Foie. Le méridien du foie débute derrière l’ongle du gros orteil (F1), remonte entre les 1er et 2e orteils à un demi pouce du bord de la palme (F2). On remonte un pouce et demi au dessus à la réunion des 1er et 2e métatarsiens, dans l’espace interosseux (F3), puis en avant de la malléole interne, dans le creux du jambier antérieur (F4). Puis, 5 pouces au dessus du sommet de la malléole interne, sur le bord postérieur du tibia (F5). 2 pouces au dessus, sur le bord du tibia (F6), là ou on constate une légère dépression au toucher. Toujours en remontant, sur la face postérieure et inférieure de la tubérosité du tibia, à savoir 3 cm au dessous du pli interne du genou ou 1 pouce en arrière du point 9 de la rate/pancréas on arrive au (F7). Ensuite, à l’extrémité du pli du genou, dans le creux en avant des tendons des muscles demi-tendineux et demi-membraneux se trouve le (F8). On localise le (F9) à environ 4 cm au dessus du condyle interne du fémur (légère dépression sur la face interne de la cuisse). Puis toujours en remontant au niveau de l’artère fémorale, le (F10), à 1 cm au dessous du pli de l’aine. 1 cm plus haut le (F11). En remontant toujours un peu vers l’intérieur, à 1 cm au dessous de la symphyse pubienne, le (F12). Puis, juste au dessous de l’extrémité de la 11e côte le (F13). Le méridien se termine en (F14) situé sous le mamelon entre la 6e et 7e côte. Il permet le stockage des éléments nutritifs et régule aussi l’énergie nécessaire à l’activité générale. Il détermine aussi la capacité de résistance à la maladie en débloquant l’énergie nécessaire aux mécanismes de défense en cas d’agression de la maladie. Il joue un rôle important dans l’alimentation, la décomposition et la désintoxication du sang. C’est ici que s’inscrit son rôle par rapport aux sentiments, aux affects. En effet le sang qui dépend du Cœur, transporte les émotions. Si ce sang est « vicié », la qualité des émotions est mauvaise et les sentiments qu’elle nourrit seront à leur tour de mauvaise qualité. Par sa relation étroite avec le sang, il joue un rôle important dans le processus immunitaire. Il draine les toxines, règle la coagulation et régularise le métabolisme. Il détermine la qualité générale de l’énergie. Il gère notre rapport à l’affect comme le méridien de la Vésicule Biliaire mais cette fois-ci au niveau Yin, c’est-à-dire de « l’intérieur », en transformant, par épuration, filtrage, les émotions en sentiments. Le méridien du Foie maintient l’ordre à l’intérieur du corps et de l’âme d’un regard clair et nous permet de faire des projets et de voir nettement où nous voulons aller. Il est associé aux yeux, aux muscles, aux tendons, aux ligaments et aux organes génitaux. Pouvant se traduire par des problèmes de vue, la jaunisse, de tendinites, des crampes musculaires. Associé à la Colère. Peut apparaître un tempérament impatient, prompt à la colère, à la rigidité mentale et physique. En raison de ses caractéristiques, on dit aussi que le Foie exerce une influence sur la capacité que nous avons à organiser notre vie. Le Foie Stocke le sang. Il régularise le volume du Sang en fonction de l’activité physique. Le Foie régularise le volume du Sang en fonction de l’activité physique. Lorsque le corps est au repos, le Sang retourne au Foie, lorsque le corps est en activité, le Sang va aux muscles. Il s’agit d’un processus d’autorégulation, coordonné avec l’activité physique. Wang Ping, de la dynastie des Tang, écrivait: « Le Foie stocke le Sang… Lorsqu’une personne bouge, le Sang va dans les vaisseaux…Lorsqu’une personne est au repos, il va au Foie ». Lorsque l’individu est au repos et que le Sang retourne au Foie, il contribue à reconstituer l’énergie du corps. Lorsqu’il va aux muscles, au cours d’exercices divers, il les nourrit et les humidifie pendant tout le temps où ils sont en action. Le fait que le Foie exerce une fonction de régularisation sur le volume du Sang a une influence importante sur le niveau énergétique de l’individu. Lorsque le Sang se dirige au bon moment aux endroits adéquats du corps, il nourrit les tissus appropriés et nous donne donc de l’énergie. Il contribue à la résistance du corps aux facteurs pathogènes externes. Si les fonctions du Foie sont normales, le Sang nourrit bien la peau et les muscles qui sont alors capables de bien résister aux attaques des facteurs pathogènes externes. Si cette fonction est perturbée, le Sang irrigue mal et nourrit mal la peau et les muscles au moment nécessaire, pendant l’activité physique, et le corps est alors plus facilement envahi par les facteurs pathogènes externes. Le Foie est souvent comparé à un général de l’armée, car c’est à lui que l’on doit l’organisation générale de toutes les fonctions du corps dans la mesure où il assure à l’Énergie une circulation libre et correctement orientée. D’autres facteurs, plus importants, interviennent pour déterminer la résistance aux facteurs pathogènes, et notamment la force du Ki (Énergie) Protecteur et celle du Ki du Poumon. Toutefois, il est important de ne pas négliger l’importance du Foie dans ce domaine. Il règle les menstruations. La fonction de stockage du Sang par le Foie est extrêmement importante dans la physiologie et la pathologie de la femme. Nombre de problèmes gynécologiques sont dus à un dysfonctionnement du Ki ou du Sang du Foie. Si le Ki du Foie est bloqué, cela peut entraîner une stagnation du Sang du Foie avec tension prémenstruelle, règles douloureuses, et caillots noirs dans le sang menstruel. Le stockage du Sang par le Foie a également des répercussions sur le Ren Mai (Vaisseau Concepteur) et le Chong Mai (Vaisseau Gouverneur), car ces deux Vaisseaux Extraordinaires sont très intimement liés à l’utérus. Tout dysfonctionnement du Foie induit un déséquilibre de ces deux Vaisseaux et affecte les menstruations. Le Sang du Foie humidifie aussi les yeux et les tendons. Si le Sang du Foie est insuffisant, la vision est trouble, les muscles souffrent de crampes et les tendons se contractent. Enfin, il existe une relation d’influence réciproque entre le Sang et le Foie: si le Sang n’est pas normal, s’il est insuffisant ou atteint par la Chaleur, il peut affecter les fonctions du Foie. Inversement, si les fonctions du Foie ne sont pas normales, cela peut affecter la qualité du Sang et entraîner certaines maladies de la peau, comme l’eczéma ou le psoriasis. Cette idée a été avancée par le Dr. J. Shen qui prétend que, tout comme entreposer de la nourriture dans un endroit inapproprié peut la gâter (par exemple dans un récipient sale, ce qui va favoriser la prolifération des bactéries), de même, un dérèglement des fonctions du Foie, qui représente l’endroit où est stocké le Sang, peut « gâter le Sang et engendrer des maladies de la peau ». Il assure la libre circulation du Ki (Énergie) De toutes les fonctions du Foie, c’est celle qui est la plus importante et elle est pratiquement toujours au centre des déséquilibres du Foie. Dans la théorie des Cinq Éléments, le mouvement du Ki du Foie peut être associé au caractère Bois et à son mouvement expansif dans toutes les directions. Cette fonction a trois aspects principaux: Elle est en relation avec l’état émotionnel. Elle est en relation avec la digestion. Elle est également en relation avec la sécrétion de bile. – La fonction du Foie d’assurer une libre circulation au Ki a une influence très profonde sur l’état émotionnel. Si cette fonction est normale, le Ki circule normalement et la vie émotionnelle est harmonieuse. Si cette fonction est altérée, la circulation du Ki est obstruée, le Ki est bloqué et on voit apparaître un sentiment de frustration, de la dépression, de la colère refoulée, ainsi que des symptômes physiques comme des douleurs au niveau des hypocondres, une sensation de nœud dans la gorge, ou une distension abdominale. Chez les femmes, on peut trouver des symptômes de tension prémenstruelle avec dépression, irritabilité et distension des seins. Cette relation est réciproque: un Ki du Foie bloqué entraîne des tensions émotionnelles et des frustrations, et inversement une vie émotionnelle caractérisée par la frustration ou la colère refoulée, perturbe la fonction du Foie et altère la libre circulation du Ki. – Lorsque le Foie est en bonne santé, il assure la libre circulation du Ki et aide ainsi l’Estomac et la Rate à assurer leur fonction digestive. Si le Ki du Foie circule librement, l’Estomac peut faire mûrir et pourrir la nourriture, et la Rate peut extraire le ki des Aliments. Si le Foie est perturbé, le Ki du Foie stagne, il peut envahir l’Estomac et empêcher la descente du Ki de l’Estomac avec, pour conséquence, des éructations, des régurgitations acides, des nausées et des vomissements. S’il envahit la Rate, il perturbe la fonction de transformation et de transport de la nourriture, empêche la montée du Ki de la Rate et provoque des diarrhées. C’est ce que l’on nomme « le Bois agresse la Terre » dans la théorie des Cinq Eléments. C’est un des aspects pathologiques de ce qu’est la perturbation d’une fonction physiologique normale du Ki du Foie, et qui consiste à assister l’Estomac et la Rate. Une circulation sans obstacle du Ki du Foie est de première importance pour assurer une circulation du Ki harmonieuse dans tout le Réchauffeur Moyen. Comme le Ki de l’Estomac doit descendre et celui de la Rate monter, le Réchauffeur Moyen se situe à un carrefour du Ki qui circule dans des directions diverses. Le rôle du Foie est alors de s’assurer que le Ki de l’Estomac et celui de la Rate circulent dans le bon sens et sans entrave. – Si le Foie n’assure pas la libre circulation du Ki, ceci a des répercussions sur l’écoulement de la bile. Si le Ki du Foie stagne, l’écoulement de la bile peut se trouver bloqué avec, pour conséquence, un goût amer dans la bouche, des éructations ou une jaunisse. Il gouverne les tendons ligaments et muscles. L’état des tendons a une influence sur notre capacité de mouvement et d’activité physique. C’est la contraction ou le relâchement des tendons qui assure le mouvement des articulations. La faculté de contraction ou de relâchement des tendons dépend de la façon dont ils sont nourris et humidifiés par le Sang du Foie. Si le Sang du Foie est abondant, les Tendons sont bien nourris et bien humidifiés, les articulations bougent correctement et librement, les muscles fonctionnent bien. Si le Sang du Foie est insuffisant, les Tendons ne sont pas suffisamment nourris et humidifiés, et il en résulte des contractions, des spasmes, des problèmes d’extension et de flexion, des engourdissements des membres, des crampes musculaires, des tremblements, de la tétanie ou de la faiblesse des membres. C’est pourquoi: « Lorsque le Ki du Foie décline, les Tendons ne peuvent plus bouger ». L’influence du Foie sur les Tendons a également une autre signification qui correspond à certains états neurologiques dans la perspective de la médecine occidentale. Par exemple, un enfant qui a contracté une maladie infectieuse comme la méningite, avec température élevée et convulsions, souffre, en termes de médecine chinoise, d’une attaque Chaleur qui a provoqué un Vent du Foie. Le Vent Interne du Foie entraîne des contractions et des tremblements musculaires qui engendrent des convulsions. Il se manifeste dans les ongles. Si le Sang du Foie est abondant, les ongles sont sains et bien humidifiés. Si le Sang du Foie est insuffisant, les ongles ne sont pas suffisamment nourris, ils deviennent sombres, cassants, secs et rainurés. On lit: « Le Foie contrôle les Tendons et son état de santé se reflète dans les ongles ». Il s’ouvre aux yeux. L’œil est l’organe des sens qui est associé au Foie. C’est parce que les yeux sont nourris et humidifiés par le Sang du Foie qu’ils peuvent voir. le Sang du Foie est abondant, les yeux sont humidifiés correctement et la vision est bonne. Si le Sang du Foie est insuffisant cela peut entraîner une vision trouble, de la myopie, des mouches volantes, du daltonisme, ou une impression de sable dans les yeux qui sont secs, vision brouillée, yeux rouges, douloureux, irrités, tremblements du globe oculaire. Outre le Foie, d’autres viscères Yin et Yang ont une influence sur les yeux, et plus particulièrement le Cœur, le Rein, le Poumon, la Vésicule Biliaire, la Vessie et l’Intestin Grêle. « L’Essence des cinq viscères Yin et des six viscères Yang monte irriguer les yeux ». En particulier, l’Essence du Rein nourrit les yeux, de sorte que bon nombre de pathologies chroniques des yeux sont dues à l’épuisement de l’Essence du Rein. Le Cœur est également en relation étroite avec les yeux. » L’œil reflète l’état du Cœur, qui abrite l’Esprit ». « Le Cœur concentre l’Essence des 5 viscères Yin, ce qui se voit dans l’œil ». Ainsi, l’œil reflète également l’état de l’Esprit et du Cœur. En conclusion, le Rein et le Cœur sont les deux viscères Yin qui, en plus du Foie, sont le plus étroitement liés aux yeux. Traditionnellement, le Ki du Foie est associé à la capacité des yeux de distinguer les Cinq Couleurs, et le Sang du Foie est associé à une bonne vision. Le Foie est lié a l’esprit de décision. Tout comme en cas de maladie, le Ki du Foie peut facilement stagner, devenir excessif, et le Yang du Foie monter et engendrer de l’irritabilité et de la colère, cette même énergie produite par le Foie peut, en cas de bonne santé, engendrer une grande force créatrice et un esprit de décision affirmé. C’est pour cela que l’on dit, en médecine chinoise, qu’un Foie en bonne santé donne à l’individu fermeté et résolution, ainsi qu’un allant et un dynamisme sans pareil. Le Foie influence la montée et la croissance. Lorsque l’individu est en bonne santé, le Ki du Foie monte et se propage dans toutes les directions pour assurer au Ki une circulation sans obstacle dans la totalité du corps. Le terme de « croissance » est à comprendre ici dans un sens symbolique, car le Foie est associé au Bois, qui est lui-même comparé à la montée de la sève qui permet la croissance de l’arbre. Dans les cas pathologiques, le mouvement de montée du Ki du Foie peut devenir incontrôlable et entraîner une séparation du Yin et du Yang, ainsi qu’une montée excessive du Yang du Foie et du Feu du Foie. Cet état se traduit par de l’irritabilité, des accès de colère, un visage rouge, des étourdissements, des acouphènes et des céphalées. Le Foie contrôle l’organisation. On dit que c’est le Foie qui nous donne la capacité d’organiser notre vie de façon sage et harmonieuse. Dans les cas pathologiques, les déséquilibres du Foie peuvent se traduire par une incapacité à organiser notre vie et à lui trouver un sens. Le Foie déteste le Vent. Les climats venteux affectent souvent le Foie. On voit ainsi que la relation entre le Foie et le « Vent » concerne non seulement le Vent Interne mais aussi le Vent Externe. Il n’est pas rare de voir des patients qui souffrent de déséquilibre du Foie se plaindre de céphalées et de raideurs de la nuque qui apparaissent après une période de temps venteux. Le Foie peut provoquer des convulsions. Les convulsions sont la manifestation d’un Vent Interne qui provient toujours du Foie. Le Foie est associe au coté gauche. Bien que situé du côté droit, le Foie est associé au côté gauche du corps pour plusieurs raisons. On dit que les céphalées localisées du côté gauche de la tête proviennent du Foie, et plus précisément d’un Vide de Sang du Foie, alors que les céphalées localisées du côté droit proviennent de la Vésicule Biliaire. Bien entendu, ceci n’est pas toujours vérifié en pratique. Le côté gauche de la langue reflète plus particulièrement l’état du Foie, alors que le côté droit reflète celui de la Vésicule Biliaire. Pour ce qui est du diagnostic par les pouls, on sent, bien entendu, l’énergie du Foie du côté gauche.

recette de la soupe aux choux pour maigrir tres

Douleur foie. La plupart des gens ne connaissent même pas l’endroit où se situe leur vésicule biliaire, et encore moins son utilité, bien que les troubles de la vésicule biliaire soient la maladie digestive la plus courante aux États-Unis. Elle affecte plus de 20 millions d’américains, avec un million de nouveaux cas diagnostiqués chaque année. La moitié de ces personnes ont eu recours à une chirurgie pour enlever les calculs biliaires ou pour enlever la vésicule biliaire. Ce que l’on appelle les «crises de foie» sont extrêmement douloureuses. Les douleurs sont souvent ressenties dans le haut du ventre à droite, au niveau de l’os de la clavicule droite, ou dans le dos sous l’omoplate droit (l’os en forme d’aile qui se situe dans le dos sous l’épaule et au-dessus des côtes). Même si elles ne sont pas ressenties exactement à l’endroit où est située la vésicule biliaire elle-même, on appelle ces douleurs, des douleurs «projetées». Les autres symptômes incluent des ballonnements, des gaz, la nausée et des douleurs à l’estomac, spécialement après les repas. Si le canal cholédoque est obstrué, vous pourriez bien avoir un ictère (jaunisse) et le blanc des yeux jaunâtre. La bonne nouvelle est que la plupart d’entre nous pouvons éviter les calculs biliaires et les troubles de la vésicule biliaire en suivant quelques simples conseils de prévention. Les femmes ont deux fois plus de risque de développer des calculs biliaires, qui sont probablement dus à une dominance en oestrogènes et à l’utilisation excessive des oestrogènes dans les thérapie hormonales substitutives (THS). D’autres facteurs de risque incluent l’alimentation en général, spécialement les régimes impliquant une perte de poids rapide, et l’obésité. Par logique, on croirait que les aliments frits contribuent aux troubles de la vésicule biliaire. Mais aucune étude n’a pu prouver cette relation à ce jour. De plus, les tentatives d’identifier les aliments coupables ont échoué. Par conséquent, la plupart des patients trouvent difficile d’identifier les aliments responsables de leurs troubles de la vésicule biliaire. Le travail interne de la vésicule biliaire. La production de la bile par le foie est contrôlée par plusieurs facteurs incluant la nourriture que vous absorbez et une variété de polypeptides hormonaux qui proviennent du tractus gastro-intestinal. Une de ces hormones, la somastatine, produite par l’hypophyse, est un régulateur important du système nerveux central. Elle est aussi produite dans la médulla des glandes surrénales, le pancréas et le tractus gastro-intestinal. Cela confirme donc le lien essentiel qui existe entre le cerveau et le corps. Ces hormones sont sont contrôlés parle système nerveux autonome et donc échappent au contrôle volontaire. Cependant, les hormones sexuelles et les fibres jouent aussi un rôle important dans l’écoulement de la bile et de ses constituants, et ceux-ci sont sous votre contrôle. Pour comprendre leur rôle, vous devez comprendre comment la bile est transportée jusqu’aux intestins et les facteurs qui influencent la fluidité de la bile. Les canaux hépatiques Sur le plan fonctionnel, le foie est l’organe le plus volumineux du corps. Il est divisé en deux sections. À environ 2.5 cm de la sortie du foie, les deux canaux hépatiques se rejoignent pour former le canal hépatique commun. Environ 2 cm plus loin, un canal arrive de la vésicule biliaire pour se jeter dans le canal hépatique commun. La vésicule est comme un sac creux en forme de poire qui a environ la taille du pouce. Par conséquent, un peu de bile est drainée dans la vésicule biliaire qui est alors un réservoir pour la bile en surplus –lorsque requis selon les circonstances. En dessous de la vésicule biliaire, le canal hépatique commun se transforme en ce qu’on appelle le canal cholédoque. Le canal cholédoque passe sous le pylore (le sphincter à travers lequel les aliments passent pour sortir de l’estomac) jusqu’au duodénum (les 25 premiers cm du petit intestin) pour rejoindre le sphincter d’Oddi, lequel, en se contractant ou en se dilatant, contrôle le flux de la bile qui entre dans le duodénum. Le duodénum suit un chemin en forme de C et est collé contre l’arrière de l’abdomen, tenant en place de façon sécuritaire, contrairement au reste des 6 autres mètres d’intestins qui peuvent bouger à l’intérieur de l’abdomen. Ainsi, le duodénum est un site fixe pour l’entrée du canal cholédoque dans l’intestin. Fait intéressant, le pancréas est aussi situé contre l’arrière de l’abdomen, et repose à l’intérieur de la forme en C formée par le duodénum. Le pancréas sécrète l’insuline dans la circulation sanguine mais sécrète aussi les enzymes digestives à travers un canal pour arriver dans le Sphincter d’Oddi. Le passage des sécrétions de deux différents organes à travers un seul sphincter est vraiment très remarquable. Maintenir le flux de la bile Le flux de la bile est très important pour la santé. Les deux fonctions majeures de la bile sont excrétoire et digestive. Dans sa fonction excrétoire, la bile agit comme un transporteur des toxines et des produits de déchets qui vont être excrétées hors du corps Par exemple, les globules rouges qui deviennent «sénescents» (âgés, non-fonctionnels) après environ 120 à 140 jours sont des déchets à excréter. La rate et le foie sélectionnent les vieilles cellules, gardent le fer, et excrètent le reste sous forme de bilirubine via le foie. C’est la bilirubine qui donne à la bile sa couleur caractéristique. Les solides indésirables comme le sable, la suie et les particules de métal sont également capturés par le foie et éliminés à travers la bile. L’action digestive de la bile est double: son haut contenu en bicarbonate produit un pH de 8, ce qui constitue un pH très alcalin. Cela est nécessaire pour contrer la grande acidité du liquide gastrique qui arrive de l’estomac, et cela permet aux enzymes intestinales et pancréatiques de travailler efficacement pour digérer la nourriture. Deuxièmement, la bile est un émulsifiant extraordinaire, ce qui veut dire qu’elle brise les molécules de graisse que vous avez mangé en de petites gouttes de gras, qui sont instantanément digérées par la lipase, une enzyme pancréatique. Les enzymes pancréatiques sont vraiment puissantes – l’amylase digère les féculents; la protéase digère les protéines; et la lipase digère les gras. C’est un mystère de comprendre comment le canal pancréatique peut transporter ces enzymes si puissantes et ne pas être digéré lui-même. Le flux de la bile et des sécrétions pancréatiques à travers le sphincter d’Oddi est principalement une question de 1) taille de l’ouverture du sphincter, et de 2) fluidité des sécrétions. Si le sphincter est contracté, le débit sera diminué. La progestérone (et non l’oestrogène, la testostérone, ou l’insuline) produit un relâchement du sphincter, et augmente ainsi le débit de la bile. Ainsi, les personnes qui ont une dominance en œstrogène (causée par une déficience en progestérone) ont plus de risque d’avoir un sphincter d’Oddi contracté. Cela expliquerait pourquoi tant de femmes voient une amélioration de leur digestion après avoir corrigé leur dominance en œstrogène avec une supplémentation en progestérone. Une autre raison de consommer des fibres Les fibres aident à éviter que la bile devienne trop visqueuse en réduisant l’absorption du cholestérol dans les intestins, et en réduisant également sa synthèse. Un des ingrédients principaux de la bile est le cholestérol, la plupart des molécules étant sous forme de cristaux de monohydrate de cholestérol. Le cholestérol se lie avec les granules de bilirubinate de calcium et forme une espèce de boue biliaire. La boue biliaire peut obstruer le sphincter d’Oddi. De plus, ces cristaux et ces granules peuvent se fusionner pour former des calculs qui peuvent obstruer totalement le sphincter d’Oddi, ou qui peuvent s’accumuler dans la vésicule biliaire, ce qui mène éventuellement à une chirurgie pour enlever la vésicule biliaire. Lorsque le sphincter d’Oddi est obstrué, la bile reflue vers le canal pancréatique. Cela est particulièrement désastreux puisque l’addition de l’effet émulsifiant de la bile, combiné avec les enzymes digestives très puissantes cause des dommages aux tissus pancréatiques et mène à la pancréatite. Les boues biliaires sont la cause probable de 30 à 50 % des pancréatites récurrentes, qui ne sont pas extrêmement douloureuses et difficiles à traiter, mais qui peuvent souvent être fatales. Les autres facteurs qui contribuent à ralentir le flux de la bile sont le sucre et les féculents raffinés trop chauffés, et un style de vie sédentaire. Une fois qu’une personne a eu une pancréatite, elle doit absolument cesser de consommer de l’alcool. Directives pour la prévention des troubles de la vésicule biliaire. Évitez les aliments frits, spécialement si vous vous sentez mal après en avoir consommé. Évitez le sucre et les féculents hautement raffinés> Buvez beaucoup d’eau de bonne qualité Identifiez la dominance en oestrogènes et corrigez-la lorsque présente Assurez-vous d’avoir un niveau adéquat de progestérone (un test salivaire peut vous aider). Consommez de 20 à 24 grammes de fibres par jour. Un supplément peut également aider. Ne soyez pas effrayés de consommer de l’huile d’olive et des acides gras oméga-3 provenant du poisson. Gardez votre foie en santé. Si vous avez déjà souffert de pancréatite, vous devez absolument éviter tout alcool. Ne surchauffez pas les aliments Éviter les régimes de perte de poids rapide Mastiquez bien votre nourriture. Prenez le temps de manger tranquillement, et mettez de côté la colère et le stress. Pour plus d’informations concernant l’équilibre hormonal et la prévention de la dominance en oestrogènes, vous pouvez vous procurer le livre du Dr John Lee. Tout savoir sur la préménopause, Éditions Sully (ce livre s’adresse aux femmes de la puberté à la ménopause). Commentaire de Micheline: Notre foie est un véritable laboratoire de transformation et d’élimination des hormones. Qu’il s’agisse des hormones que notre corps produit ou des hormones que nous prenons en supplément, après avoir apporté leur message à nos cellules les hormones se dirigent vers le foie pour être métabolisées et éliminées. Là, les oestrogènes vont subir des transformations: l’oestradiol sera converti en oestrone puis en oestriol avant d’être éliminé. Cependant, dans certaines circonstances et en présence de gras trans, le foie peut transformer l’oestrogène en «mauvais oestrogène » (oestrogène catéchol), qui peut donner lieu à des mutations menant au cancer. Il est recommandé de faire un bon nettoyage du foie avant de commencer à prendre des hormones. C’est une condition indispensable pour bien profiter de l’hormonothérapie. De plus, il faut éviter de prendre l’œstrogène par voie orale car cela augmente les facteurs de coagulation sanguine lors du premier passage au foie. C’est la raison pour laquelle l’œstrogène pose un risque d’accidents vasculaires cérébraux, de thromboses et d’embolies. Je suggère fortement le Grand Nettoyage du Foie, une cure élaborée par la Dre Hulda Clark. Vous trouverez tous les détails sur le site suivant: Il vaut vraiment la peine de faire cette cure exactement comme elle est décrite sur ce site. Il est fortement conseillé de faire au préalable une cure antiparasitaire et un nettoyage des reins. Pour la cure antiparasitaire, le mieux est d’utiliser le «zapper» suggéré par la Dre Clark, sinon faites une cure à base de plantes. Un activateur de bile, comme le produit «Phénobile» de la compagnie Vachon pourrait aussi aider à passer les calculs biliaires le lendemain de la cure.

quoi boire pour maigrir total eclipse

L’aromathérapie du foie. La santé du foie: la clé! En effet, l’équilibre hépatique est un concept peu connu et peu utilisé comme outil d’atteinte du bien-être, si ce n’est en médecine traditionnelle chinoise. On y vient de plus en plus, surtout lorsque la médecine conventionnelle a peu à offrir a ses patients. Et pourtant, ménager son foie est une des clés du bien-être car cela revient à s’assurer du bon fonctionnement des autres organes. I l n’est pas possible d’avoir un joli teint, une belle peau, une ménopause harmonieuse, une jolie ligne sans un foie en bonne santé et il est indispensable de le ménager pour se prémunir des maladies cardiovasculaires, du cholestérol, des déficiences rénales, des problèmes de digestion et j’en passe. En gros, si on veut conserver un bon équilibre interne, une bonne énergie et un bon moral, il faut savoir reconnaitre ce qui peut affecter d’abord l’équilibre hépatique. Pour tout vous expliquer, rien ne vaut l’excellent livre du Dr Sandra Cabot “the liver cleansing diet”, que je recommande à ceux qui lisent l’anglais. Pour les autres, je vous en mets ici ses grandes lignes: C’est une forme de régime amaigrissant basé sur l’assainissement du foie. Soigner son foie, c’est perdre du poids. Au départ, ce régime concerne les personnes qui souhaitent perdre du poids, car une détoxification est nécessaire pour rééquilibrer le métabolisme, mais tout le monde peut l’adopter et en faire sa technique de nettoyage interne quotidien, surtout si vous avez un passé surchargé en médicaments. Les médicaments sont sans doute, avec la mal-bouffe, une des meilleures façons de se faire mal au foie: les anti-inflammatoires, analgésiques, antibiotiques, stéroides, chimiothérapies en tout genre sont des produits toxiques que le foie doit rendre utilisables et éliminables par l’organisme: si ces produits sont trop nombreux il ne peut plus s’en débarrasser et fini par en être intoxiqué (ex.hépatite médicamenteuse). Voici une douzaine de règles qu’il est sage de suivre quotidiennement pour ménager votre foie, et votre ligne. Les bons reflexes à avoir. Ne mangez que si vous avez faim: buvez un verre d’eau, mangez un fruit, une petite salade, mais ne vous forcez pas à manger si vous ne le sentez pas. Inversement, ne vous laissez pas mourir de faim, ne laissez pas votre estomac crier famine. N’essayez pas de terminer votre assiette à tout prix, d’ailleurs, si vous mangiez les yeux fermés vous ne mangeriez pas autant. 2. Buvez au moins 8 grands verres d’eau par jour, car l’eau est nécessaire au nettoyage de votre foie, des reins, et aide à la perte de poids. Vos cellules ont besoin d’eau comme des plantes. Boire suffisamment d’eau réduit vos chances d’attraper une maladie dégénérative. 3. Ne consommez pas de grandes quantités de sucre, en particulier raffiné, car le foie va le convertir en graisse, telle que triglycérides et cholestérol. Si vous devez avoir quelque chose de sucré choisissez les fruits secs (ce sont des oligo-éléments), le miel, ou les fruits frais. Si vous ne pouvez pas vous passer de chocola t, choisissez du chocolat noir à 70% de cacao, si vous ne pouvez pas vous passer de bonbons, essayez le Halvah, cette confection nord africaine à base de sésame, miel, vanille, pistaches etc…(mais vérifiez qu’il n’est pas fabriqué à base de sirop de glucose). Mais dans tous les cas, cela doit rester exceptionnel, car votre foie devra, quoiqu’il arrive, transformer tout ce sucre en gras. 4. Identifiez et éliminer les aliments auxquels vous êtes allergique: 5. Si votre foie est fragile, il y a des chances pour que vous manquiez d’enzymes digestives. Si vous souffrez de ballonnements ou de lourdeur après les repas, prenez un comprimé d’enzymes digestives en début de repas. En vieillissant, la production d’acide chlorhydrique diminue et il devient plus difficile de digérer les protéines. Une cuillerée à café de vinaigre de cidre brut et une goutte d’huile essentielle de citron (citrus limon) dans un verre d’eau pendant chaque repas stimulera votre digestion. 6. Ne mangez pas si vous êtes stressé ou anxieux, car à ce moment là vous ne pouvez pas digérer. Respirez à fond, respirez une huile essentielle qui régule de système nerveux comme la mandarine (citrus reticulata),, attendez quelques minutes que votre rythme cardiaque revienne à la normale, puis mangez lentement, de petites bouchées. 7. Préférez les fruits et légumes bio, les viandes et volailles bio: ils contiendront moins de pesticides, hormones, antibiotiques, graisses saturées, conservateurs, colorants et sucres artificiels que les produits industriels. Votre foie n’en a pas besoin, votre estomac non plus. 8. Obtenez vos protéines de sources diverses, végétales et animales. En combinant des céréales complètes avec une légumineuse et des oléagineux au cours du même repas vous obtenez une chaine de protéine parfaite. Ex: du houmous, de la pita complète, et une salade de légumes variés au citron. En détaillant cela vous donne: pois chiches, sésame, blé complet, citron (sa vitamine C augmente l’absorption des protéines). 9. Faites germer des graines. Faire germer les graines et légumineuses accroît considérablement leurs propriétés nutritionnelles et leur effet détoxifiant pour le foie. La germination fait apparaître des nutriments qui n’existent pas dans le produit non germé et leur donne une activité enzymatique.Ces pousses sont d’excellentes sources d’acides gras essentiels, protéines et d’hormones végétales. 10. Choisissez soigneusement votre pain ainsi que ce que vous y étalez. Pendant une détox du foie, il est particulièrement important d’ épurer vos aliments. Si vous pouvez faire vous même votre pain et ainsi savoir exactement ce qui s’y trouve, vous pouvez vous offrir le luxe de la fraicheur, alliée à la nutrition, à la variété, et à la qualité. Il est important de varier les farines pour limiter les risques d’allergies ou d’intolérances: Aujourd’hui on trouve des tortillas, pitas, wraps, naans, et crackers, qui vous permettent d’avoir accès à d’autes façons de transporter une salade ou d’accompagner un repas, mais on peut aussi les faire sois même. Si vous achetez votre pain, privilégiez les pains au levain et complet bio fabriqués avec des farines non reconstituées. Un pain complet non bio va vous faire avaler tous les pesticides fixés sur l’enveloppe du grain, et sa valeur nutritionnelle sera bien en dessous de celle du grain bio. Pourquoi le levain? parceque c’est une substance lactofermentée très minéralisante, qui rend le pain plus digeste et frais plus longtemps. Quoi que vous choisissiez, choisissez la meilleure qualité, (c’est pour votre foie) et un pain le plus intégral possible, de préférence fait avec des graines germées pour être assimilable et digeste indépendamment de votre sensibilité aux allergènes. Il faut aussi que vous choisissiez correctement ce que vous allez mettre dessus… Il y a de très bonnes alternatives au beurre et au pâté…En effet, pendant la détox, il est essentiel d’éviter la margarine et le beurre. Après quelques semaines, vous les aurez oubliés. Préférez le houmous maison, le tahin, la purée d’avocat, le beurre d’amandes ou d’arachides naturels, sans graisses ou sucre ajoutés. 11. Évitez à tout prix la constipation. Mettons les choses au clair: vous êtes constipé si vous n’allez pas à la selle deux fois par jour (et non pas une fois tous les 3 jours…). Éliminez plusieurs fois par jour et vous éviterez la prolifération d’organismes nuisibles dans votre colon ainsi qu’ un empoisonnement permanent que je décris dans le chapitre sur la nutrition. Beaucoup de patients constipés souffrent aussi de dyspepsie, reflux et indigestion. Ces termes sont utilisés souvent pour décrire les mêmes symptômes, et si c’est votre cas, méfiez vous des antiacides contenant de l’aluminium. Utilisez plutôt des antacides contenant du carbonate de calcium, du carbonate de magnésium, du jus d’Aloe Véra ou de Morinda Citrifolia (jus Tahitian noni). En aromathérapie, vous bénéficierez d’un massage du ventre avec le mélange suivant: 3 gouttes d’HE de mandarine, 2 gouttes d’HE de fenouil doux, 1 goutte d’HE d’immortelle. diluées dans 5ml d’huile de base (voir les dilutions dans Huile essentielle mode d’emploi) à masser sur votre estomac 2 à 3 fois par jour. Au niveau énergétique, il faut refroidir votre organisme et le réhydrater avec beaucoup de jus de légumes, des fruits secs réhydratés, et beaucoup d’eau. Cela vous parait compliqué? Pas de panique: Vous retrouverez toutes ces étapes en détail dans les 300 pages de l’Equilibre de l’Immunité. 12. Utilisez les bonnes graisses. Il y a une chose qu’il faut éviter à tout prix quand on veut prendre soin de son foie: absorber le poison des mauvaises graisses, et ne pas profiter assez des bienfaits des bonnes. Nous avons tous besoin d’acides gras essentiels, et leur carence se voit à ces symptômes: Peau sèche et écailleuse, eczéma, perte de cheveux, douleurs articulaires, baisse de fertilité, taux accru de fausse-couche, dépression, manque de mémoire, faiblesse métabolique suivie de prise de poids, diminution des fonctions immunitaires, déséquilibres hormonaux, dégénération du foie, fatigue, problèmes circulatoires, maladies dégénératives, accélération du vieillissement et augmentation des triglycérides. Pour résumer, pour protéger son foie et donc pour obtenir et conserver un bon équilibre naturel, un des plus courts chemins est l’absorption d’acides gras essentiels. Ils sont vitaux pour le métabolisme du corps humain et votre priorité est de ne pas en manquer. Les graisses que vous mangez tous les jours sont d’une importance cruciale pour votre bien-être et votre longévité. D’elles dépend la santé de votre foie. Il est donc essentiel de les connaitre et de les faire entrer dans l’alimentation de tous les jours. Détoxifier votre foie. Il y a divers moyens naturels de détoxifier et soutenir notre foie. L’intérêt d’utiliser des plantes, c’est qu’il aura plus de chances de les reconnaître, d’en profiter, bref, de ne pas les subir comme la plupart de médicaments qu’on lui impose. Certaines plantes sont connues pour être les plantes du foie, d’autres sont moins connues des français, mais gagnent à l’être. La Silybum marianum: Elle pousse surtout à Hawaï, on dirait un peu un chardon. Elle est utilisée comme tonique hépatique depuis plus de 100 ans, et on ne compte plus les centaines de rapports scientifiques démontrant ses propriétés guérissantes: protection hépatique, régénératrice du foie, anti-inflammatoire et antioxidante. On profitera de ses bénéfices si on est atteint de: Hépatite chronique cirrhose du foie cholestase (stagnation de la bile) Engraissement du foie par alcool ou médicaments. Pour simplifier, la Silybum marianum réduit les dégénérations toxiques du foie trop gras. On en prendra de 200 à 400 mg, trois fois par jour sous forme de gélules contenant l’herbe sèche. le pissenlit ou Taraxacum officinale est lui aussi utilisé pour aider les problèmes hépatiques depuis des siècles. Les allemands l’ont utilisé depuis le 16ème siècle pour purifier le sang et décongestionner le foie, les Chinois, les Indiens et les Népalais l’ont toujours utilisé comme médicament pour le foie. Mais il agit en fait aussi comme tonic général, comme laxatif, diurétique, anti-inflammatoire, tonic de la vésicule biliaire. Les feuilles de pissenlit peuvent être consommées fraîches, en salade, avec citron et ail, mais existent aussi en poudre sous forme de gélules. Les doses sont de 500 à 2000 mg par jour. C’est l’un des acides aminés les moins connus. On l’absorbe grâce aux protéines animales, et elle joue un rôle important dans le bon fonctionnement du foie en participant à la formation d’acides biliaires. De plus, de récentes études ont montré l’importance de la Taurine dans la détoxification du corps de substances dangereuses, comme drogues et médicaments. On en a plus besoin lorsqu’on est végétarien, épileptique, alcoolique, lorsqu’on prend une contraception orale, qu’on est sous cortisone, ou lorsqu’on subit une phase de stress intense. Les doses recommandées sont de 200 à 500 mg par jour. Pour l’hépatite B en particulier, le Phyllanthus est une herbe de la pharmacopée Ayurvéda très utilisée et les chinois eux choisiront le Schizandra. Quoi que vous choisissiez, ne prenez pas d’herbes plus de 7 jours d’affilée. Pour soutenir et détoxifier votre foie de façon continue et sans risque de surdosage, il est très facile de choisir les bons aliments. Les aliments les plus conseillés pour le foie sont la carotte et la betterave sous forme râpée, crue, arrosées de jus de citron, l’artichaut, le radis noir, le thé vert, le citron et l’huile d’olive extra vierge. Vous pouvez aussi choisir de vivre une petite semaine dépurative du foie: Semaine de détox du foie. Au lever:buvez une tasse d’eau chaude additionnée d’un trait de jus de citron 1/4 d’heure plus tard, buvez un verre de jus de légume: un morceau de concombre, 3 carottes, une betterave, une branche de céleri, une poignée de persil, un petit morceau de gingembre frais et une moitié de citron. Une heure plus tard, petit déjeuner selon les principes du régime du foie en ajoutant une belle salade de fruits (sauf melon). Prenez une gelule d’un mélange d’herbes détoxifiantes pour le foie. Une heure plus tard, avalez deux cuil à soupe de betterave râpée assaisonnée au citron et huile d’olive (préparez cette salade pour la journée). Une heure trente plus tard, faites vous une tisane de menthe poivrée. Une demi heure plus tard, mangez à nouveau deux cuil à soupe de salade de betterave crue. Pour le déjeuner: privilégiez les salades composées et les protéines non grasses. Prenez vos suppléments pour le foie. Une heure trente plus tard, prenez deux cuil à soupe de salade de betterave. Deux heures plus tard, faites vous un verre de jus de légume avec si possible, de la spiruline en poudre que vous y aurez ajouté. Une demi heure plus tard, avalez vos deux cuillères de salade de betterave Une heure plus tard, prenez une tasse de tisane à la menthe poivrée. Une heure plus tard, prenez vos deux cuillères de salade de betterave. Au diner: une salade de carotte râpées assaisonnées au citron et à l’huile d’olive, un bouillon de légumes réalisé avec des haricots vers, des courgettes, du céleri, du persil, de l’ail et beaucoup d’eau pure. Vous pouvez y ajoutez du sel et des herbes de votre choix laisser mijoter une demi heure. Préparez vous un plat principal de votre choix, en suivant les directives du régime du foie. Prenez votre supplément pour le foie. Une heure plus tard, avalez deux cuil à soupe de salade de betterave. Une heure plus tard, faites vous une tisane de chamomille ou de menthe poivrée. Faites en sorte de ne plus rien manger après 7h30 pour donner à votre foie une chance de ne pas être surchargé pour faire son travail pendant votre sommeil. Suivez ce programme pendant sept jours. L’aromathérapie est elle aussi un excellent moyen de réguler, détoxifier, stimuler notre foie. L’aromathérapie du foie. Pour vous donner des notions d’aromathérapie holistique et d’utilisation des huiles essentielles, profitez de la version Mini de mon école d’aromathérapie en ligne, AromaPro. Cliquez ici pour la découvrir. Le romarin officinal. Une des huiles essentielles les plus connues pour la digestion en général et le foie en particulier est le Romarin officinal. La liste de ses usages physiques est sans fin, mais dans le sujet qui nous occupe, sachez qu’il est anti-infectieux, cholérétique, décongestionnant et cholagogue (il régule la production de bile). C’est pour cela qu’on le prescrit en cas de migraines, nausées matinales, et simples maux de tête d’origine digestive, mais comme il stimule le métabolisme du foie et l’action de la vésicule biliaire, il serait dommage de s’en priver, au moins à titre préventif. Pour l’utiliser, voici ce que je vous suggère: 1 goutte de romarin officinal, 1 goutte de basilic doux et 3 gouttes de citron. dans 5 ml d’huile de base. A masser sur les pieds, sur le coup de pied, tout autour de la cheville (doucement si vous êtes enceinte). Il y a un point important du méridien du foie, utilisé en acupressure (foie 4), sur le haut du pied, et il y a de fortes chances que vous le stimuliez au passage…alors, allez-y, et sur les deux pieds. L’autre huile essentielle du foie que j’utilise le plus est l’ immortelle (Helichrysum angustifolium). Elle est un peu plus chère que la moyenne, mais elle sert tellement à tout, qu’on fait un bon investissement. Pour le foie, elle est anti-congestion et stimulante. De plus, elle régule les sécrétions du pancréas et de la vésicule biliaire et aide à se débarrasser de produits toxiques tels que drogue et nicotine, elle est donc à conseiller pour une femme enceinte qui fume… Elle aussi a une liste d’applications qui n’en fini pas, mais il y en a une qui sort du lot et qui est à retenir: elle est anti-hématomes. Au moindre bobo, on peut l’appliquer directement, ou diluée dans un peu de gel d’Aloe. On peut l’utiliser sans risque sur les enfants. Pour les plus grands qui souffrent du foie, voici une recette: 2 gouttes d’HE d’Immortelle 3 gouttes d’HE de mandarine (citrus reticulata). dans 5 ml d’huile de base. Vous pouvez vous masser le ventre avec ce mélange, en grands mouvements circulaires, tous les jours si vous voulez… La menthe poivrée. Pour ceux qui sont malades, l’huile de l’hépatite et de la cirrhose est la menthe poivrée: elle restore les cellules du foie et aide le foie à supporter les traitements allopathiques. Les gens qui subissent des traitements lourds, ont souvent des gingivites, des aphtes, des problèmes digestifs divers. Pour eux, la menthe est toute indiquée, que ce soit en rinçage de bouche (1 goutte dans un verre d’eau), ou en massage abdominal avec une cuillerée à soupe d’huile d’olive extra vierge et 5 gouttes de menthe poivrée. Vous souhaitez aller plus loin dans votre bien être physique et émotionnel? Découvrez l’Essentiel de l’Equilibre, le Manuel d’Aromathérapie Holistique qui vous apprend tout!

secret pour maigrir vite gratuitous arp

Douleur musculaire au bras. Les douleurs d'origine circulatoire.

vinaigre de cidre brule graisse puissant in a sentence

Symptômes des Maladies Hépatiques. Les atteintes du foie et des voies biliaires peuvent se traduire par des symptomes variés. Les plus importants sont: l'ictère, qu'on appelle couramment la jaunisse. Il arrive aussi que des maladies hépatiques passent inaperçues (on les dit alors asymptomatiques). Elle peuvent être alors découvertes fortuitement lors d'un examen de santé, ou bien se manifester tardivement.

Les hépatites virales chroniques et la nutrition (L’alimentation au secours du foie) Le foie est essentiel à la vie. Il intervient dans un grand nombre d’activités de l’organisme directement liées à la nutrition. Une alimentation adaptée peut aider le foie à mieux fonctionner et lui éviter un surcroît de travail. Le foie transforme les aliments en substances nécessaires à la vie, à la croissance et à leur utilisation par les autres organes. Il fabrique les éléments essentiels à une bonne coagulation du sang, ce qui permet d’éviter les hémorragies. Il stocke de l’énergie sous forme de glycogène et est capable de la mettre à la disposition de l’individu en quelques minutes, en cas d’effort intense et prolongé. Il capture, transforme et rend inoffensifs, avant de les éliminer, les toxiques contenus dans les aliments, l’eau, les boissons ou dans l’air respiré. C’est ce qui se passe en particulier pour l’alcool: quand le foie n’est pas malade et dans une certaine limite, il est capable de métaboliser et d’éliminer l’alcool. De même, les médicaments absorbés, après avoir produit leur effet thérapeutique, sont neutralisés par le foie, ce qui évite une accumulation dangereuse. Mais cette fonction diminue considérablement lorsqu’une hépatite chronique est active. Le foie joue aussi ce rôle d’épuration pour des toxiques fabriqués par l’organisme à partir de protéines, évitant ainsi une sorte d’auto-intoxication.Le foie et la nutrition Le foie a une forte influence sur l’état nutritionnel grâce à son rôle dans le métabolisme intermédiaire des nutriments et des sels biliaires. Un foie malade perturbe la digestion, l’absorption, le stockage et le métabolisme des nutriments, ce qui peut être la cause de carences en vitamines et minéraux ainsi que d’une malnutrition au niveau des protéines et des calories. La mesure dans laquelle les facteurs nutritionnels contribuent à la progression d’une maladie du foie n’a pas encore été entièrement élucidée. On ne sait toujours pas si une piètre nutrition a pour effet de stimuler l’activité virale du VHC ou d’accélérer la progression des lésions dues au VHC. Quoi qu’il en soit, le foie étant un organe des plus importants pour le métabolisme, toute lésion du foie aura des répercussions sur l’apport nutritif et l’état nutritionnel général des malades. Les besoins en énergie mesurés chez les patients infectés par le VHC, même en l’absence de cirrhose, sont en moyenne plus élevés par unité de masse maigre que chez les individus en bonne santé (1). Ces besoins accrus en énergie augmentent de pair avec la charge virale du VHC. Les patients souffrant d’hépatite aiguë pourraient avoir des besoins en énergie supérieurs, comparés à ceux souffrant de cirrhose compensée, et ce, pour favoriser la régénération du foie (2). Il est essentiel de considérer les sujets de la nutrition et du mode de vie le plus tôt possible pour favoriser le bien-être et la qualité de vie. Le régime alimentaire est une composante importante de la gestion globale du VHC; il peut renforcer la réponse aux traitements et aux effets indésirables de ces derniers. Il est important pour les personnes infectées d’obtenir un état nutritionnel optimal en équilibrant l’apport alimentaire, l’activité physique et les médicaments en vue de renforcer le système immunitaire et de favoriser la régénération du foie. Les personnes infectées par le VHC doivent connaître les bienfaits pour la santé et le plaisir qu’apportent une bonne alimentation, l’activité physique ainsi que la détente et le repos adéquats. Le régime alimentaire santé. Pour les personnes infectées par le VHC, ce régime comprend: une variété d’aliments parmi les quatre groupes suivants: légumes et fruits, produits céréaliers, lait et ses dérivés, viandes et poissons ou œufs; un apport calorique adapté au poids, à la taille, à l’activité, sans excès d’énergie, réparti sur l’ensemble de la journée; un apport adéquat de protéines pour combattre l’infection, régénérer le foie et ne pas perdre de muscles; beaucoup de fruits et de légumes pour les anti-oxydants qui combattent les radicaux libres; des aliments riches en vitamine A (foie de volaille et d’agneau, pissenlit, épinard, carotte) et en vitamine C (goyave, persil, kiwis, poivrons, agrumes); l’abstinence d’alcool pour protéger le foie et lui permettre de se régénérer; la limitation des aliments à forte teneur en gras et en sucres. L’apport alimentaire doit être conjugué de manière équilibrée au niveau d’activité, dans les limites de la capacité physique. Fatigue and co. Quand la forme est au rendez-vous, il est possible de préparer à l’avance des plats sains et équilibrés, et d’en congeler une partie. Une réserve de boissons nutritives (compléments alimentaires hyperprotéinés) peut être constituée et servira en cas de baisse d’appétit. Ces compléments sont délivrables avec une ordonnance et remboursés par la sécurité sociale. La famille et les amis peuvent cuisiner et inviter. Nausées ou vomissements: pour les éviter, il est recommandé de manger sans se forcer, au moment de la faim, quelle que soit l’heure. Les aliments secs, froids et fades (blanc de volaille, crackers, edam) sont faciles à avaler alors que les aliments épicés et chauds peuvent rendre nauséeux. Il importe de boire beaucoup de liquides (chauds ou froids) et séparément des repas. Les boissons nutritives gardées au réfrigérateur déclenchent moins de nausées (Clinutren®, Resource®, Nutrigil®). Les aliments déclencheurs de nausées (le goût, l’odeur ou même la pensée de certains aliments) seront identifiés et évités. Diarrhées: les bananes, le riz au lait, la semoule au lait, la purée peuvent la réguler, ainsi que des gélules d’ultra-levure. Il faut également boire beaucoup de liquides, dont de l’eau de riz (à faire soi-même ou à acheter) et prendre le temps de se détendre en mangeant est toujours bénéfique. Manque d’appétit: pour pallier au manque d’appétit, les solutions sont de manger de plus petites portions et plus fréquemment, de varier les goûts (amer, sûr, salé, sucré), ce qui aiguise l’appétit, de boire du lait, des jus de fruits ou des boissons au soja enrichies plutôt que des liquides à faible teneur en calories (thé, bouillon, café) ainsi que d’utiliser au besoin des boissons nutritives. Goût altéré: si la viande a un goût amer, le poulet, le poisson et les autres aliments protéiques tels les haricots avec des viandes cuisinées (cassoulet) peuvent être essayés, ainsi que le fromage, le yogourt, les œufs. La viande, le poulet, le poisson peuvent être mangés froids ou à la température de la pièce. Consulter un diététicien. L’hôpital ou centre de soin offre souvent une consultation de diététique. Un diététicien peut préparer un plan personnel de repas qui répond aux besoins nutritionnels. Ces consultations de diététique sont encore plus utiles en cas de complications de la cirrhose ou d’une autre maladie tel que diabète ou VIH, ainsi qu’en cas de perte de poids, de diarrhée durant depuis plus de 3 jours, de perte d’appétit, de rétention d’eau et de nécessité d’un régime à faible teneur en sel. Pendant le traitement. Les effets indésirables des médicaments prescrits tels que fatigue, nausées, vomissements, diarrhée, manque d’appétit, goût altéré, peuvent être une cause de malaise. Une personne qui ne mange pas beaucoup choisira des aliments à teneur élevée en protéines et calories. Quand l’appétit manque, la perte de poids est augmentée. Le poids doit être vérifié régulièrement. Les nausées sont souvent aggravées par un estomac vide, les odeurs de cuisine, les aliments frits, forts, épicés, la fatigue ou le stress, le fait d’être déshydraté ou de sentir la fumée de tabac. Les personnes ayant de graves nausées et des vomissements sont à risque de déshydratation, de déséquilibre des électrolytes, de ralentissement du métabolisme et de perte de poids. Recettes nutri-stimulantes. Ajoutez 1/4 de tasse (60 ml) de lait écrémé en poudre à un verre de lait entier. Adoptez les Milkshakes (mixer des fruits divers, du lait, de la glace). Le Milkshake Exotique: du lait, kiwi, ananas, litchi, un zeste de citron vert, quelques boules de glace à la vanille, mixez le tout et le tour est joué! Le Milkshake Multivitaminé: du lait, pommes, bananes, abricots, pêches, glace à la vanille. Pour la plupart des personnes, le besoin en liquides est de 1,5 à 2 litres par jour, sauf si le médecin a prescrit de limiter la quantité de liquides à boire. Les besoins en liquides sont couverts en buvant de l’eau, du thé vert, du lait, du jus de fruits, des bouillons chauds, des boissons nutritives, au soja, des soupes de légumes. Collations et repas. Légumes et fruits: au moins un légume vert foncé et un légume orangé chaque jour. Choisir des légumes vert foncé comme le brocoli, les courgettes, les épinards et la laitue romaine, des légumes orangés comme les carottes, les courges d’hiver et les patates douces. Ils peuvent être préparés en soupe, en papillotes, en gratin, ou crus et râpés. Céréales: les flocons d’avoine sont faciles à préparer (micro-ondes) et à digérer, ainsi que l’orge, le blé, le quinoa, le millet, le riz brun et le riz sauvage. Les pains à grains entiers, complets et les pâtes alimentaires de blé entier ou de sarrasin sont plus nutritifs que le pain blanc. Laitages: il est important de consommer 500 ml (2 tasses) de lait chaque jour pour absorber suffisamment de vitamine D. Si le lait ne passe pas, prendre du lait de soja enrichi en calcium et en vitamine D. Choisir des yaourts ou du fromage blanc à 10 ou 20 % ou moins de matières grasses (M.G.). Rechercher des fromages à faible teneur en gras qui contiennent moins de 15 % à 20 % de M.G. Limiter la consommation de fromage à la crème, crème glacée et crème fouettée, trop riches en lipides et calories. Les viandes: consommer souvent des substituts de la viande comme des légumineuses ou du tofu. Il suffit de manger 75 g de viande, poisson ou volaille, ou une tasse de légumineuses cuites ou 2 œufs pour consommer une portion de protéines. Il est possible de consommer des demi-portions de façon à pouvoir inclure une petite quantité de viandes ou substituts à chaque repas. Il est conseillé de consommer au moins deux portions de poisson chaque semaine, en privilégiant le hareng, le maquereau, les sardines, le saumon et la truite (riches en oméga 3). Les viandes et substituts fournissent des protéines, des lipides et d’autres éléments nutritifs dont le fer, le zinc, le magnésium et des vitamines B. Les viandes maigres (bœuf, veau) sont à privilégier, (rôtis, biftecks, filet, escalopes, côtelettes) ainsi que les volailles maigres, sans la peau. Les charcuteries et viandes cuisinées sont habituellement riches en lipides, et en sel (sodium), il est préférable d’acheter des viandes, poissons ou volailles frais ou surgelés non panés et sans sauces. Les matières grasses. Il existe différents types de matières grasses, les lipides saturés, insaturés. Il faut consommer chaque jour une petite quantité de lipides insaturés, c’est-à-dire 2 à 3 cuillérées à soupe. Cela inclut les huiles utilisées pour la cuisson, les vinaigrettes, la margarine et la mayonnaise. Les huiles végétales riches en acides gras insaturés oméga 3 sont les huiles de colza, noix et soja, tandis que les oméga 6 sont majoritaires dans les huiles de maïs, olive, arachide, et tournesol. Il est recommandé de varier les huiles, ou de les mélanger pour avoir les deux variétés d’oméga. Vitamines et minéraux. Les aliments doivent toujours être le premier choix pour répondre aux besoins nutritionnels. Un apport de multivitamines et de minéraux peut être utile pour prévenir des carences associées à un faible apport, aux perturbations métaboliques dues à la maladie du foie ou aux effets des médicaments. Les suppléments de vitamines ou de minéraux devraient être déterminés par un médecin ou un diététicien après une évaluation diététique et nutritionnelle individuelle. Un excès de certains nutriments peut être nocif ou une source supplémentaire de stress pour le foie (exemple de la vitamine A). Cirrhose. L’amélioration de l’état nutritionnel des personnes cirrhotiques améliore la fonction hépatique (3). Les malades souffrant de cirrhose doivent adopter un rythme de repas différent, soit de fréquents petits repas, 4 à 7 fois par jour, incluant une collation en soirée. Ceci favorise l’utilisation de l’azote et des substrats, diminue l’oxydation des graisses et des protéines et prévient l’épuisement des réserves de glycogène. Les besoins en nutriments des patients souffrant de cirrhose compensée sont similaires à ceux des patients qui ont une infection aiguë du VHC ou une pré-cirrhose, mais ils sont différents pour la cirrhose décompensée. Cirrhose décompensée. Des modifications diététiques spécifiques doivent être envisagées, en vue des complications de la décompensation (l’ascite, l’encéphalopathie hépatique et les maladies osseuses hépatiques). La malnutrition a un effet négatif sur les résultats cliniques des cirrhoses décompensées. Certaines études cliniques laissent entendre que la malnutrition est un facteur prédictif indépendant de la survie des patients cirrhotiques (4). Chez les patients en attente d’une greffe, une thérapie nutritionnelle peut avoir des effets bénéfiques sur les résultats de l’intervention chirurgicale et sur leur bien-être. Encéphalopathie hépatique. Chez un petit nombre de patients cirrhotiques, il peut survenir une complication appelée encéphalopathie hépatique, une détérioration de la fonction mentale. Les personnes atteintes peuvent présenter des signes de désorientation et de confusion. La cause précise de l’encéphalopathie hépatique peut être le résultat de l’accumulation de produits issus de la décomposition des protéines que le foie défaillant a du mal à traiter. Le sang, qui contient des toxines, est « court-circuité » ou redirigé vers la circulation centrale et vers le cerveau sans passer par le foie. Des médicaments peuvent aider à maximiser la tolérance aux protéines. La prescription de lactulose aux patients accroît la tolérance aux protéines alimentaires. Ascite. La cirrhose perturbe la régulation du sodium et de l’eau dans le corps. La rétention excessive de sodium est la principale cause d’accumulation de liquide dans la cavité abdominale. C’est la plus commune des complications majeures de la cirrhose. Le traitement de l’ascite peut exiger la restriction du sodium alimentaire et souvent l’administration de diurétiques. Des mesures de restriction de l’apport de liquides ou d’enlèvement des liquides sont prises lorsque le sodium sérique est inférieur à 120 mmoles/l. De petits repas fréquents semblent mieux tolérés. Les mesures prises pour diminuer l’ascite favorisent l’apport alimentaire. Poids et stéatose. Certains malades en surpoids doivent réduire leur alimentation pour diminuer la stéatose. La stéatose du foie est présente chez plus de 50 % des patients VHC. Chez un grand nombre d’entre eux, la maladie semble reliée à l’obésité et surtout à l’adiposité viscérale. La stéatose hépatique, lorsqu’elle va de pair avec l’obésité, est un important précurseur du développement de la fibrose et des autres maladies du foie. La stéatose est aussi un obstacle au succès du traitement du VHC. Chez les patients avec de l’embonpoint et de la stéatose, la perte de poids amène une amélioration de l’état du foie. Il est démontré que la perte de poids occasionne une baisse de la graisse viscérale. Néanmoins, une perte rapide peut aggraver les lésions du foie, causer une inflammation portale et augmenter de la fibrose (5,6). Le but devrait donc être une perte graduelle de 10 % du poids corporel, par une alimentation saine et par de l’activité physique régulière, et non par l’adoption d’un régime-choc amaigrissant. Mieux manger pour vivre mieux. Le foie étant au cœur des processus nutritionnels, il a un effet considérable sur l’état nutritionnel global des personnes infectées par le VHC. La progression de la maladie est fréquemment une cause de malnutrition, qui contribue à la morbidité et à la mortalité. Une amélioration individualisée de l’alimentation peut aider les personnes infectées par le VHC à mieux respecter leur foie, contribuer au succès du traitement et améliorer leur qualité de vie. Bien se nourrir et y trouver du plaisir doit devenir un acte thérapeutique aussi important que de prendre des médicaments. Michel Bonjour. (1) Piche T., Schneider S.-M., Tran A. et al: Resting energy expenditure in chronic hepatitis C. J Hepatol 2000; 33(4):623.627. (2) Wong K., Visocan B.-J., Fish J.: Nutrition management of the adult with liver disease. Dans Skipper A. (éd ): Dietitian’s Handbook of Enteral and Parenteral Nutrition. Rockville, MD: ASPEN Publishers Inc., 1998. (3) Lochs H., Plauth M.: Liver cirrhosis: rationale and modalities for nutritional support: the European Society for Parenteral and Enteral Nutrition consensus and beyond. Curr Opin Clin Nutr Metab Care 1999; 2(4):345.349. (4) 116. Alberino F., Gatta A., Amodio P. et al: Nutrition and survival in patients with liver cirrhosis. Nutrition 2001; 17(6):445.450. (5) Scolapio J.-S., Bowen J., Stoner G. et al: Substrate oxidation in patients with cirrhosis: comparison with other nutritional markers. J Parenter Enteral Nutr. (6) Shronts E., Fish J.: Hepatic failure. Dans Nutrition Support Dietetics: Core Curriculum. Silver Springs, MD: American Society for Parenteral and Enteral Nutrition Publishing, 1993:311.325.