boisson qui brule la graisse de canard et cholesterol


COLOPATHIE. Colopathie fonctionnelle, Organique, Chronique, Aigüe Constipation, Diarrhée, Régime, Ventre gonflé. Colopathie: Définition. Une colopathie est un trouble fréquent qui affecte le gros intestin (côlon). La colopathie provoque souvent des crampes, des douleurs abdominales, des ballonnements gazeux, de la diarrhée ainsi que de la constipation. En dépit de ces signes et symptômes inconfortables, la colopathie ne cause pas de dommages permanents au côlon. La plupart des personnes atteintes de colopathie constatent que les symptômes s'améliorent à mesure qu'ils apprennent à contrôler leur affection. Seul un petit nombre de personnes atteintes de colopathie voient leurs signes et symptômes disparaître. Heureusement, à l'inverse des maladies intestinales plus graves comme la colite ulcéreuse ou la maladie de Crohn, la colopathie ne provoque pas d’inflammation ou de changements des tissus intestinaux, ni augmente le risque de cancer colorectal. Dans de nombreux cas, on peut contrôler la colopathie par une bonne gestion de l’alimentation, du mode de vie et du stress. Symptômes d'une colopathie. Les signes et symptômes de la colopathie peuvent varier considérablement d'une personne à une autre et ressemblent souvent à ceux d'autres maladies. Les signes et symptômes les plus courants sont les suivants: Des douleurs abdominales ou des crampes Une sensation de ballonnement Des gaz (flatulence) Diarrhée ou constipation - parfois même alternance des épisodes de constipation et de diarrhée Mucus dans les selles. Comme pour la majeure partie des personnes atteintes de colopathie, vous pouvez n’avoir que de légers signes et symptômes de la maladie. Cependant, ces problèmes peuvent parfois être plus conséquents. Dans certains cas, il se peut qu’il y ait des signes et des symptômes qui ne réagissent pas bien au traitement médical. Il est conseillé de consulter un médecin, parce que les symptômes de la colopathie peuvent se manifester avec d'autres maladies plus graves. À noter que chez la plupart des gens, la colopathie est une maladie chronique. Il y aura probablement des moments où les signes et les symptômes empireront et dans d’autres où ils s’amélioreront ou même disparaîtront complètement. Moment approprié pour consulter un médecin. Il est important de consulter un médecin lorsqu’on constate un changement persistant dans les habitudes de défécation ou quand on constate d'autres signes ou symptômes de la colopathie. Ceux-ci peuvent indiquer un problème plus grave, comme une infection ou même un cancer du côlon. Votre médecin peut être en mesure de vous aider à trouver les moyens afin de soulager les symptômes, mais aussi éliminer les autres affections qui pourront aggraver l’état du côlon, telles que la colite ulcéreuse et la maladie de Crohn, qui sont des formes de maladies inflammatoires de l'intestin. Causes d'une colopathie. Actuellement on ne sait pas exactement ce qui cause une colopathie. Les parois de l'intestin sont associées avec des couches de muscles qui se contractent et se relâchent dans un rythme coordonné, dans le but de transférer les aliments de l’estomac à travers le tractus intestinal vers le rectum. Quand on est atteint de colopathie, les contractions peuvent être plus fortes et durent plus longtemps que la normale. Les aliments traversent les intestins plus rapidement, provoquant ainsi des gaz, des ballonnements et même de la diarrhée. Il y a un certain nombre d'autres facteurs qui peuvent jouer un rôle dans la colopathie. Par exemple, les personnes atteintes de la colopathie peuvent avoir un niveau de sérotonine anormal. La sérotonine est un messager chimique qui est normalement associé à la fonction cérébrale. Elle joue également un rôle dans le bon fonctionnement du système digestif. Il est également possible que les personnes atteintes de colopathie n'aient pas le juste équilibre des bonnes bactéries dans l'intestin. Déclencheurs d'une colopathie. Pour des raisons qui ne sont pas toujours claires, on constate qu’une personne atteinte de colopathie réagit plus fortement aux stimuli, à l'inverse d’autres personnes. Les déclencheurs de la colopathie peuvent varier la pression du gaz à l’intérieur des intestins par certains aliments, médicaments ou des émotions. Par exemple: Les aliments: Certaines personnes peuvent constater que leurs signes et symptômes d'une colopathie s'aggravent quand ils mangent certains aliments. Par exemple, le chocolat, le lait et l'alcool peuvent causer de la constipation ou de la diarrhée. Les boissons gazeuses et certains fruits et légumes peuvent conduire à des ballonnements et provoquer de l'inconfort chez certaines personnes atteintes de colopathie. Jusqu’à maintenant, on ne comprend pas encore quel rôle joue l’allergie ou l’intolérance alimentaire dans la colopathie. Le stress: Pour la plupart des personnes atteintes de colopathie, il est fort probable que les signes et les symptômes s’empirent ou deviennent de plus en plus fréquents lors d'événements stressants, comme un changement conséquent dans la routine quotidienne. Mais même si le stress peut aggraver les symptômes, il ne les provoque pas. Les hormones: Généralement, les femmes sont plus susceptibles d'avoir une colopathie. Les chercheurs pensent que les changements hormonaux jouent un rôle dans cet état. Beaucoup de femmes trouvent que les signes et les symptômes de la colopathie s’accentuent pendant ou autour de leurs périodes menstruelles. Facteurs de risque d'une colopathie. De nombreuses personnes peuvent constater des signes occasionnels et des symptômes de colopathie. Cependant, les personnes mentionnées ci-dessous sont plus susceptibles d’avoir la maladie: Les jeunes: Les premiers symptômes de la colopathie apparaissent avant l'âge de 35 ans pour environ la moitié des personnes présentant ce trouble. Les femmes: On constate que les personnes diagnostiquées avec cette maladie sont majoritairement des femmes. Les personnes qui ont des antécédents familiaux de colopathie: Des études ont montré que les personnes qui ont un membre proche de sa famille atteint de colopathie, comme un parent ou un frère, présentent un risque accru de développer la maladie. Il n'est pas clair si l'influence des antécédents familiaux sur le risque de colopathie est liée aux gènes, à des facteurs communs dans l'environnement d'une famille voire les deux. Complications liées à une colopathie. La colopathie n'est pas associée à de graves maladies, comme le cancer du côlon. Mais la diarrhée et la constipation, les deux principaux signes de présence de la colopathie, peuvent aggraver ou même causer des hémorroïdes. L'impact de la colopathie sur la qualité de vie en général peut être sa complication la plus importante. La colopathie peut limiter votre capacité à: Assurer ou garder des programmes sociaux avec les amis et la famille: Si vous avez une colopathie, la difficulté de faire face aux symptômes peut amener à éviter les engagements sociaux. Profiter d'une vie sexuelle saine: L'inconfort physique provoqué par la colopathie peut rendre l'activité sexuelle désagréable, voire douloureuse. Les effets de la colopathie peuvent faire sentir que l’on ne vit pas la vie au maximum, ce qui conduit au découragement, voire la dépression. Diagnostic d'une colopathie. Le diagnostic de la colopathie dépend en grande partie des antécédents médicaux complets et d’un examen physique. Parce qu'il n'existe généralement pas de signes physiques pour diagnostiquer définitivement une colopathie, le diagnostic est souvent un processus d'élimination. Pour vous aider dans ce processus, les chercheurs ont élaboré des critères de diagnostic, appelés « critères de Rome » pour la colopathie et d'autres troubles gastro-intestinaux. Les troubles intestinaux peuvent être définis comme des infections dans lesquelles l'intestin est en apparence normal, mais ne fonctionne pas normalement. En fonction de ces critères, il doit y avoir certains signes et symptômes visibles avant que le médecin diagnostique une colopathie. Le symptôme le plus important est: Les douleurs abdominales et la sensation d'inconfort qui dure au moins 12 semaines, même si les semaines ne sont pas consécutives. Vous devez également avoir au moins deux des symptômes suivants: Un changement dans la fréquence ou la consistance de vos selles: Par exemple, alors vous déféquez normalement une fois par jour, vous allez désormais à la selle plusieurs fois par jour. Une sensation d’urgence comme si vous n’avez pas complètement vidé vos intestins Du mucus dans les selles Des ballonnements ou une distension abdominale. Votre médecin va probablement chercher à évaluer la façon dont vous répondez à ces critères. Il va également tenter de diagnostiquer d'autres signes ou symptômes qui pourraient suggérer une autre affection plus grave. Certains signes et symptômes peuvent inciter votre médecin à faire réaliser des tests complémentaires, notamment dans les cas suivants: Des apparitions de symptômes après 50 ans Une perte de poids Un saignement rectal De la fièvre Des nausées ou des vomissements récurrents Des douleurs abdominales, surtout si elles ne sont pas complètement soulagées par un mouvement d'intestin. Une diarrhée qui persiste et vous réveille de votre sommeil. Colopathie: Examens supplémentaires. Votre médecin peut vous recommander plusieurs examens complémentaires, y compris les examens de selles afin de vérifier les infections ou les problèmes de malabsorption. Voici les examens que vous pouvez effectuer pour pouvoir exclure les autres causes de vos symptômes: La sigmoïdoscopie flexible: Ce test examine la partie inférieure du côlon (sigmoïde) avec un tube flexible éclairé (rectoscopie) La coloscopie: Dans certains cas, votre médecin peut effectuer ce test de diagnostic, dans lequel un petit tube flexible est utilisé pour examiner toute la longueur du côlon. La tomodensitométrie: La tomodensitométrie produit des images radiographiques transversales des organes internes. La tomodensitométrie de l'abdomen et du pelvis peut aider votre médecin à détecter les autres causes de vos symptômes. Les tests d’intolérance au lactose: La lactase est une enzyme dont vous avez besoin pour digérer le sucre appelé lactose, présent dans les produits laitiers. Si votre corps ne produit pas cette enzyme, vous pouvez avoir des problèmes similaires à ceux causés par une colopathie, y compris les douleurs abdominales, le gaz et la diarrhée. Pour savoir si cela est la cause de vos symptômes, votre médecin peut vous prescrire un test d'haleine ou de vous demander d'exclure le lait et les produits laitiers de votre alimentation pendant plusieurs semaines. Des tests sanguins: La maladie cœliaque est une sensibilité à la protéine de blé qui peut aussi provoquer des signes et des symptômes semblables à ceux de la colopathie. Des analyses de sang peuvent aider à éliminer ce trouble. Colopathie: Traitements et médicaments. On ne connaît pas encore la cause exacte d'une colopathie, le traitement visant seulement à soulager les symptômes afin que les personnes atteintes puissent vivre aussi normalement que possible. Dans la plupart des cas, vous pouvez contrôler avec succès les signes et symptômes légers d'une colopathie en apprenant à gérer le stress et en apportant des changements dans votre régime alimentaire ainsi que dans votre mode de vie. Mais si vos problèmes sont modérés ou graves, il est préférable que vous en fassiez plus. Votre médecin peut vous suggérer les différents traitements suivants: Des apports supplémentaires en fibres: La prise de suppléments de fibres avec des liquides peut aider à contrôler la constipation. Les médicaments antidiarrhéiques: Des médicaments en vente libre peuvent aider à contrôler la diarrhée. Élimination des aliments à fort taux de gaz: Il est conseillé d’éliminer les aliments ayant un niveau élevé en gaz. Si vous avez des ballonnements désagréables ou absorbiez des quantités considérables de gaz, votre médecin peut vous suggérer d'éviter les boissons gazeuses, les salades, les fruits et les légumes crus, en particulier le chou, le brocoli et le chou-fleur. Les médicaments anti cholinergiques: Certaines personnes ont besoin de médicaments qui affectent l’autonomie de certaines activités du système nerveux (anti cholinergiques) afin de soulager les spasmes intestinaux douloureux. Ceux-ci peuvent être utiles pour les personnes qui ont eu de diarrhée, mais peuvent faire aggraver la constipation. Les antidépresseurs: Si vos symptômes comprennent de la douleur ou de la dépression, votre médecin peut recommander un antidépresseur tricyclique ou un inhibiteur sélectif de recaptage de la sérotonine. Ces médicaments aident à soulager la dépression ainsi qu’à l’inhibition de l'activité des neurones qui contrôlent les intestins. Si vous avez de la diarrhée et des douleurs abdominales sans dépression, votre médecin pourra vous suggérer une dose plus faible d’antidépresseurs tricycliques. Les effets secondaires de ces médicaments sont la somnolence et la constipation. L es antibiotiques: On ne sait pas vraiment quel rôle les antibiotiques pourraient jouer dans le traitement de la colopathie. Certaines personnes dont les symptômes sont dus à une prolifération de bactéries dans leurs intestins peuvent bénéficier d'un traitement aux antibiotiques. Mais d'autres recherches peuvent être nécessaires. Colopathie: Changement de mode de vie. Dans de nombreux cas, de simples changements dans votre régime alimentaire et de style de vie peuvent apporter un soulagement de la colopathie. Bien que votre corps ne puisse pas répondre immédiatement à ces changements, votre but est de trouver des solutions à long terme et non temporaires. L’intégration des fibres dans votre alimentation. Eviter certains aliments. Consommer des repas plus légers. Faire très attention aux produits laitiers. Boire beaucoup de liquides tous les jours, surtout de l’eau. Faire des exercices physiques réguliers. Utiliser les médicaments antidiarrhéiques et des laxatifs avec prudence. Colopathie: Médecine alternative. Les thérapies non traditionnelles suivantes peuvent aider à soulager les symptômes de la colopathie. Colopathie et acupuncture. Bien que les résultats de l'étude sur les effets de l'acupuncture sur les symptômes de la colopathie aient été mitigés, certaines personnes utilisent l'acupuncture pour aider à détendre les spasmes musculaires et améliorer la fonction intestinale. Colopathie et les herbes. La menthe poivrée est un antispasmodique naturel qui détend les muscles lisses dans les intestins. La menthe poivrée peut fournir un soulagement à court terme des symptômes de la colopathie, mais les résultats des études sur ont été contradictoires. Si vous souhaitez essayer la menthe poivrée, assurez-vous d'utiliser des capsules à enrobage entérique. La menthe poivrée peut causer des brûlures d'estomac. Avant de prendre des herbes, veuillez prendre conseil auprès de votre médecin pour être sûr qu'ils n’interfèrent pas avec d'autres médicaments que vous prenez. Colopathie et l'hypnose. L'hypnose peut réduire les douleurs abdominales et les ballonnements. Un professionnel qualifié vous enseigne comment entrer dans un état de relaxation et vous guide à détendre vos muscles abdominaux. Colopathie et probiotiques. Les probiotiques sont des bactéries ou levures qui vivent normalement dans les intestins et se retrouvent dans certains aliments, comme le yaourt et les compléments alimentaires. Il a été suggéré que les personnes atteintes de colopathie peuvent ne pas avoir assez de bonnes bactéries et que l'ajout de probiotiques dans l'alimentation peut aider à soulager les symptômes. Certaines études ont montré que les probiotiques peuvent soulager les symptômes de la colopathie, tels que les douleurs abdominales et les ballonnements, mais il s’avère que des recherches supplémentaires sont nécessaires. L'exercice régulier, le yoga, le massage ou la méditation. Ils peuvent tous être des moyens efficaces pour soulager le stress. Vous pouvez prendre des cours de yoga, de méditation ou les pratiquer à la maison en utilisant des livres ou des vidéos. Colopathie: Conseil pour la gestion de la vie quotidienne. Vivre avec une colopathie présente des défis quotidiens. La colopathie peut être douloureuse ou embarrassante et peut sérieusement affecter la qualité de votre vie. Ces suggestions peuvent vous aider à faire face plus facilement à la maladie: Il est préférable de collecter toutes les informations sur la colopathie en discutant avec votre médecin ou en cherchant des informations sur Internet à partir de sources fiables telles que les instituts nationaux de santé et lire des livres et des brochures. Être informé sur votre état peut vous aider à mieux vous prendre en charge. Vous pourriez essayer d’identifier les facteurs qui déclenchent la colopathie. Il s'agit d'une étape clé à la fois dans la gestion de votre état de santé, mais pourra aussi vous aider à prendre en main votre vie Faire des recherches sur les autres personnes atteintes de la colopathie et en parler avec eux de ce que vous vivez peut-être rassurant. La meilleure façon de gérer votre maladie serait aussi d’essayer d’intégrer les groupes de soutien via Internet ou bien dans votre communauté. Stress et colopathie. À noter que toutes personnes peuvent éprouver des troubles digestifs ou d'anxiété. Mais si vous souffrez de colopathie, les problèmes liés au stress tels que les douleurs abdominales et la diarrhée ont tendance à se produire avec une plus grande fréquence et une plus grande intensité. Le fait de trouver des façons de gérer votre stress peut être utile pour prévenir ou soulager les symptômes: Réduire le stress: Dans certains cas, un psychologue ou un psychiatre peut vous aider à apprendre à réduire le stress en regardant comment vous réagissez face à des événements et en vous accompagnant afin de pouvoir changer votre réaction. Le biofeedback: Cette technique de réduction du stress vous aide à réduire la tension musculaire et ralentir votre rythme cardiaque à l'aide d'une machine à rétroaction. On vous enseigne alors à produire ces changements vous-même. Le but est de vous aider à entrer dans un état de relaxation afin que vous puissiez faire face plus facilement au stress. Effectuer des exercices de relaxation progressive: Cette technique aide à détendre les muscles de votre corps, un par un. Premièrement, vous commencez par serrer les muscles de vos pieds, puis vous vous concentrez lentement en laissant toutes les tensions s’en aller. Ensuite, vous serrez et détendez vos mollets. Vous continuez jusqu'à ce que les muscles de votre corps, y compris ceux de votre visage et le cuir chevelu, soient détendus. La respiration profonde: La plupart des personnes respirent par leurs poitrines. On est plus calme lorsqu’on respire par le diaphragme, le muscle qui sépare la poitrine de l'abdomen. Lorsque vous inspirez, laissez votre ventre se développer. Lorsque vous expirez, votre ventre se contracte naturellement. La respiration profonde peut aussi aider à détendre vos muscles abdominaux, ce qui peut conduire à une activité intestinale normale. Les informations données sur ce site ne sauraient engager l’auteur et ne sont données qu’à titre informatif. Aussi, consultez un professionnel de la santé pour toute question concernant la colopathie. Colopathie: Forum et témoignages. Votre expérience sur la colopathie peut être intéressante pour les autres. Pensez-y! Nous vous proposons de laisser vos commentaires dans le forum ci-dessous.

methode maigrir vite gratuitous

Bouche pâteuse, cernes, mauvaise haleine… il faut agir. Partager la page. Bouche pâteuse, cernes, mauvaise haleine… La triste réalité est que ces maux ne viennent jamais seuls. Les personnes qui en sont affligées souffrent aussi, en général, de fermentation intestinale, avec gaz et gonflements du ventre après les repas, d’un teint jaunâtre, de nausées, de maux de tête, de bouffées de chaleur et d’insomnie, avec réveil entre 1 heure et 3 heures du matin. Et ce n’est pas bon: selon l’approche naturopathique, qui vise à rétablir la santé en rééquilibrant le mode de vie, ces signes indiquent un manque de bile, ce qui peut avoir de graves implications à long terme. Les naturopathes proposent des solutions naturelles pour stimuler la production de bile. Les voici. Mais permettez-moi d’abord d’expliquer précisément ce qu’est la bile. Bile: un liquide intelligent et « éco-responsable » La bile est un des produits les plus intelligents élaborés par votre corps. Elle est fabriquée par le foie à partir des déchets récupérés dans votre sang. Le sang est en effet chargé de bactéries, toxines alimentaires, alcool, microbes, cellules mortes, ammoniaque, restes de médicaments, de pesticides, et d’hormones usées. Le foie récupère tout cela, jusqu’à 100 % des impuretés lorsqu’il fonctionne bien, et les décompose grâce à des enzymes. Il évacue ensuite les déchets en les envoyant dans le tube digestif dans un liquide appelé la bile. Mais cette bile, loin d’être inutile, joue un rôle crucial dans la digestion: c’est elle qui casse les graisses en tout petit morceaux et qui permet qu’elles soient absorbées par l’intestin. Si vous vous trouviez à la sortie de votre estomac, à l’endroit où votre nourriture chargée de graisse entre dans l’intestin, vous verriez arriver un jet de bile qui transforme cette graisse en mousse (émulsion), à la manière du liquide vaisselle. La nourriture indigeste, pâteuse et grasse devient légère: elle peut voyager facilement le long de l’intestin et tous les bons nutriments seront assimilés dans le sang. Enfin, le foie utilisant aussi le cholestérol pour fabriquer des acides biliaires, une bonne production de bile entraînera une baisse du taux de cholestérol sanguin. C’est ce qui se passe quand le foie fonctionne bien, et que la production de bile est donc abondante. Quand le foie fonctionne mal. Malheureusement, si le foie fonctionne mal et qu’il ne produit pas assez de bile, cela provoque les ennuis suivants: les toxines de votre sang ne sont pas correctement évacuées. Elles stagnent dans l’organisme et dans le foie, provoquant potentiellement une liste interminable de maladies, dont les cancers (mais aussi des allergies, de l’asthme, des maladies auto-immunes, de la dépression, des maladies cardiaques, de l’obésité, de la fatigue chronique, etc.); votre taux de cholestérol monte 1; votre digestion est perturbée, provoquant maux de ventre, nausées, migraines après les repas, bouche pâteuse, mauvaise haleine, teint et œil jaunâtre, poches sous les yeux et insomnies; la bile stagne dans une poche située entre le foie et l’intestin, appelée « vésicule biliaire ». Elle s’épaissit et les déchets commencent à s’agglomérer pour former de petits calculs (cailloux) qui augmentent peu à peu de volume. Avec le temps, la vésicule devient paresseuse et l’écoulement de la bile vers l’intestin ralentit encore. Des calculs quittent la vésicule et se coincent dans les canaux, créant des crises très douloureuses. La seule « solution » sera alors l’ablation de la vésicule biliaire. Il y a donc un quadruple intérêt à vous préoccuper tout de suite du fonctionnement de votre foie, si vous souffrez des symptômes ci-dessus: vous préviendrez une foule de maladies; votre digestion se rétablira et vous serez débarrassé de tous les problèmes provoqués par la mauvaise digestion des graisses; et enfin, vous éviterez les crises de calculs biliaires et une pénible opération chirurgicale. Stimuler le fonctionnement du foie et la production de bile. La première plante à consommer est l’artichaut. L’artichaut a la propriété démontrée de faire augmenter la production de bile, à tel point qu’il est contre-indiqué en cas d’obstruction des voies biliaires parce que la stimulation de la production de bile pourrait provoquer de graves problèmes. 2. Connu depuis l’Antiquité pour son effet sur la digestion, l’artichaut entre dans la composition de nombreuses préparations traditionnelles destinées à stimuler la production de bile dans la médecine européenne. Vers le milieu du XX e siècle, des Italiens ont isolé de l’artichaut un composé qu’ils nommèrent cynarine, qui fut utilisé pour stimuler le foie et la vésicule biliaire, de même que pour faire baisser les taux de cholestérol jusque dans les années 1980, où la cynarine fut remplacée par des médicaments de synthèse. Sous quelle forme prendre l’artichaut? Traditionnellement, les produits d’herboristerie à base d’artichaut se présentaient sous la forme de feuilles fraîches ou séchées, de jus de la plante entière ou de divers extraits liquides ou solides. De nos jours, on trouve dans le commerce des extraits normalisés à 5 % de cynarine et des extraits secs de feuilles en comprimés ou en capsules. Selon un essai mené auprès de 454 sujets 3 et une étude à double insu avec placebo portant sur 244 patients 4, l’extrait d’artichaut (640 mg par jour, en 2 doses) soulage les malaises digestifs reliés à un mauvais fonctionnement de la vésicule biliaire et du foie. Plusieurs autres études de grande ampleur ont montré que l’artichaut réduit les problèmes digestifs sans provoquer d’effets indésirables 5. Mangez des légumes amers. Les substances amères, comme celles qu’on retrouve dans l’artichaut, la chicorée, les endives, les épinards, le pissenlit, l’arragula et le chardon-Marie sont utilisées en herboristerie pour traiter les troubles de la bile. On attribue généralement cet effet aux flavonoïdes que renferment ces plantes. Le problème est que les variétés sélectionnées dans le commerce sont de plus en plus dénaturées, les gens n’appréciant, ou ne supportant plus l’amertume comme autrefois. Vous aurez plus de chance cependant de trouver des espèces traditionnelles, non sélectionnées – et donc plus amères – de ces légumes si vous les achetez en boutique bio. L’extrait de racine de gingembre stimule la production de bile. La racine de gingembre est traditionnellement utilisée pour favoriser la digestion. On la retrouve dans des douzaines de prescriptions traditionnelles chinoises pour compenser les effets d’ingrédients potentiellement toxiques. La racine de gingembre contient des monoterpènes, des sesquiterpènes et des gingérols qui sont très antioxydants, et aident donc le foie à faire son travail de décomposition des toxines. Des expériences ont montré que le gingembre augmente le niveau d’enzyme cholestérol-7-hydroxylase, qui stimule la conversion du cholestérol en acides biliaires: il diminue donc le niveau de cholestérol dans le sang, et augmente la production de bile. Je rappelle que le gingembre peut virtuellement être ajouté à tous les plats et boissons imaginables. Il ne coûte pas cher, se conserve plusieurs semaines au frigo, et vous pouvez, à l’aide d’un presse-ail, en mettre un peu partout. Son goût est très agréable, frais, et ses vertus ne s’arrêtent pas à la production de bile (plus à ce sujet dans une future édition de Santé Nature Innovation ). Faites-vous un peu plus de bile. Voilà, ces conseils devraient vous aider à vous faire plus de bile, si vous en avez besoin. Votre santé et votre bien-être y gagneront sur tous les tableaux.

boissons amincissantes maison kayser union

Classement des différentes maladies par type ou par famille. Les maladies, leurs symptômes et leurs causes, sont très divers. Il existe de nombreuses façons de classer et répertorier les maladies. On peut les regrouper en fonction de leurs symptômes, ou de la partie du corps qu’elles affectent. On peut aussi les classer selon leurs causes, qui sont multiples. Cependant, il y a deux causes principales qui déclenchent la maladie: La première est physique, l’alimentation et la détoxication, la deuxième est psychique, stress et angoisses. Une grande partie des maladies sont dues au psychique, on dit alors que 80 % des maladies sont psychosomatiques, pourquoi? C’est en effet une question que beaucoup se posent, mais ce n’est pas le but de cet article, nous traitons ce sujet dans cet article. Regardons ensemble les différents types de maladies existantes. Les maladies génétiques. Les maladies génétiques ou maladies héréditaires, sont dues à des anomalies dans le matériel génétique (chromosomes) du malade. Si le gène est altéré, il entraîne un dysfonctionnement de la cellule avec l’expression d’une maladie. C’est par exemple le cas de la mucoviscidose, de l’hémophilie ou de la myopathie. Les maladies chromosomiques. Les maladies chromosomiques sont marquées par l’absence d’un morceau de chromosome ou d’un chromosome entier, ou au contraire par la présence d’un chromosome supplémentaire. La trisomie 21, par exemple, est due à la présence dans les cellules de 3 chromosomes 21 au lieu de 2. Les maladies microbiennes et virales. Les maladies microbiennes sont provoquées par des microbes ou virus, c’est le cas pour la grippe, rhumes, hépatites et de la plupart des maladies infantiles ou des bactéries dans le cas de la tuberculose, le tétanos, la scarlatine, la légionellose… Les maladies parasitaires. Les maladies parasitaires sont provoquées par des parasites, soit des parasites constitués d’une seule cellule ( protistes ) comme ceux qui provoquent le paludisme ou la maladie du sommeil, ou bien des vers comme le ténia ou la douve du foie. Les maladies multifactorielles. Les maladies multifactorielles sont les maladies qui multiplient les causes. Elles apparaissent suivant plusieurs facteurs, comme par exemple des prédispositions génétiques, l’exposition à des produits toxiques, mauvaise hygiène de vie…Les cancers et certaines maladies cardiovasculaires sont des maladies multifactorielles. Les maladies dues aux carences. La malnutrition provoque un manque de certains nutriments essentiels indispensables au bon fonctionnement de l’organisme. Les carences alimentaires provoquent des maladies plus ou moins graves. Le béribéri et le rachitisme, sont dus à des carences en vitamines. Les maladies psychosomatiques. Les maladies psychosomatiques sont des maladies d’origine psychologique, qui déclenchent des symptômes physiques. Le stress et l’angoisse, peuvent par exemple, provoquer de l’eczéma ou un psoriasis. Les maladies psychiques. Comme les maladies psychosomatiques, elles sont d’origine psychologique. Mais à la différence de ces dernières, c’est qu’elles ne provoquent pas de troubles physiques, mais des troubles du comportement. Elles sont souvent dues à une mauvaise image de soi et à de mauvaises relations avec le monde extérieur, famille, sociabilité… L’anorexie et la boulimie, sont pour exemple, des maladies psychiques. Dans le mot « maladie » il y a le mot « mal ». Pour comprendre la maladie il faut donc remonter jusqu’à la maladie, écouter ce que le « mal-a-dit », c’est donc remonter jusqu’au mal, lui-même, dont la maladie est l’inévitable et logique conséquence. Ecouter ce que « le mal à nous dire » dans cette quête du sens et donc de la cause, et revenir à la racine du mal. La reproduction totale ou partielle de l'article est strictement interdite sans accord préalable de l'auteur.

boisson qui brule la graisse de canard et cholesterol

6 signes qu'un mode de vie malsain affecte ton foie. La cirrhose, ou maladie chronique du foie, touche des millions de personnes chaque année. En 2015, environ 3,9 millions de personnes aux États-Unis ont été diagnostiquées, ce qui équivaut à environ 1,6% de la population. La même année, plus de 40 000 personnes sont mortes d'une maladie du foie. Douleurs abdominales. Si tu as des maux d'estomac irréguliers, ça pourrait être ton foie. Les douleurs à l'estomac qui surviennent quotidiennement, après certains repas ou même après une nuit de consommation d'alcool pourraient être attribuées à la cirrhose. Si tu ressens une douleur ou un gonflement étrange sur le côté supérieur droit de ton abdomen, il y a de fortes chances que ce soit ton foie. Peau jaune/yeux jaunes (jaunisse) Lorsque ton foie cesse de fonctionner, il est incapable de traiter la bilirubine. La bilirubine est un composé jaune qui peut pénétrer dans le sang et provoquer le jaunissement des yeux ou de la peau. Si ta peau ou tes yeux sont jaunes, c'est peut-être à cause de ton foie. Douleurs aux articulations. Une insuffisance hépatique peut entraîner des problèmes auto-immuns, comme l'hépatite auto-immune. Cela peut entraîner une multitude de problèmes de santé, comme les vomissements, la fatigue et la perte d'appétit. Cependant, c'est encore plus douloureux lorsque tes articulations sont touchées. Toute douleur aux articulations inhabituelle doit être signalée à ton médecin. Peau tachetée. Ton foie est responsable du nettoyage du sang dans ton système. Le sang non filtré peut entraîner des problèmes de coagulation à la surface de la peau, ce qui entraîne des impuretés et des taches sur la peau. Ces taches ne sont pas seulement visuellement désagréables, mais elles peuvent se propager, s'envenimer et même croître. Épisodes de confusion. Si l'on ajoute à cela les fonctions vitales que ton foie joue dans la santé globale, tu peux commencer à éprouver des épisodes de confusion si ton foie commence à faiblir. C'est strictement dû à l'accumulation de cuivre dans ton sang et ton cerveau. Dégradation musculaire. Une insuffisance hépatique non traitée peut avoir des effets à long terme, comme la perte musculaire. Lorsque ton foie ne fonctionne pas correctement, avec le temps, tu peux avoir les bras, les jambes et l'estomac gonflé. Cela peut avoir de graves effets sur la fonction et la capacité musculaire. Protéger ton foie. Il existe de nombreuses façons de commencer à protéger ton foie si tu crois qu'un mode de vie malsain pourrait contribuer à son état d'échec. Voici quelques conseils que tout le monde peut utiliser à tout moment: Vitamine E: Noix, céréales, légumes à feuilles Surveiller la consommation d'alcool Commencer un régime Activité physique hebdomadaire Surveiller le taux de sucre dans le sang Surveiller le cholestérol. Si tu as des amis ou des membres de ta famille souffrant de maladies du foie qui pourraient bénéficier de cette information, n'hésite pas de diffuser ces habitudes alimentaires qui pourraient leur sauver la vie. Notre contenu est créé au meilleur de nos connaissances, mais il est de nature générale et ne peut en aucun cas se substituer à une consultation individuelle par ton médecin. Ta santé est importante pour nous!

brule graisse abdominale homme de vitruve vinci

TACHYCARDIE. La tachycardie est une accélération du rythme cardiaque. Un cœur adulte en bonne santé bat entre 60 et 100 fois par minute quand la personne est au repos. Pour une personne souffrant de tachycardie, le rythme dans les cavités supérieures ou inférieures, voire dans les deux, augmente de manière significative. La fréquence cardiaque est contrôlée par des signaux électriques envoyés à travers les tissus cardiaques. La tachycardie survient quand une anomalie du cœur produit des signaux électriques plus rapides que la normale. Dans certains cas, une tachycardie peut ne causer aucun symptôme ou complication. Toutefois, une tachycardie peut aussi gravement perturber la fonction cardiaque normale, augmentant ainsi le risque d' accident vasculaire cérébral ou provoquant un arrêt cardiaque soudain et même la mort. Des traitements peuvent aider à contrôler une tachycardie ainsi que ses causes. Symptômes de la tachycardie. Lorsque le rythme cardiaque est trop rapide, le cœur ne peut pas pomper efficacement le sang vers le reste du corps, ce qui prive certains organes et certains tissus de l’oxygène dont ils ont besoin. Cela peut alors entraîner des symptômes de tachycardie, qui sont: Des vertiges Un essoufflement Des étourdissements Un pouls rapide Des palpitations cardiaques, c'est à dire un rythme cardiaque rapide, désagréable et irrégulier ou une sensation de « flop » dans la poitrine Des douleurs à la poitrine Des évanouissements (syncopes) Certaines personnes atteintes de tachycardie ne présentent aucun symptôme visible. L’affection peut n’être découverte que lors d'un examen physique ou un test de surveillance cardiaque appelé électrocardiogramme. Consultation médicale pour une tachycardie. Un certain nombre de maladies peuvent provoquer un rythme cardiaque rapide et des symptômes de tachycardie. Il est important d’obtenir un diagnostic précis ainsi que des soins appropriés. Consultez votre médecin si vous ou votre enfant éprouvez des symptômes de tachycardie. Si vous faiblissez ou avez des difficultés à respirer ou encore des douleurs thoraciques qui durent plus de quelques minutes, appelez vite les services d’urgence médicale de votre région ou de votre ville. Appelez également les services d’urgence médicale si vous constatez ces symptômes chez vos proches. Quelles sont les causes de la tachycardie? La tachycardie est causée par une perturbation des impulsions électriques normales qui contrôlent le rythme de l’action de pompage du cœur. Plusieurs facteurs peuvent causer ou contribuer à cette perturbation du système électrique du cœur. Les facteurs de tachycardie peuvent être: Des dommages aux tissus cardiaques causés par certaines maladies Des anomalies des voies "électriques" du cœur présentes dès la naissance Des maladies ou des anomalies congénitales du cœur L’ hypertension Le tabagisme La fièvre La consommation excessive d’alcool La consommation excessive de boissons contenant de la caféine Des effets secondaires de médicaments La consommation excessive de drogues récréatives comme la cocaïne Un déséquilibre des électrolytes ou des substances minérales qui sont nécessaires à la conduite des impulsions électriques Une hyperactivité de la thyroïde (hyperthyroïdie) Définition de la tachycardie. Le cœur est constitué de quatre cavités – deux cavités supérieures appelées oreillettes et deux cavités inférieures appelées ventricules. Le rythme cardiaque est normalement contrôlé par un stimulateur cardiaque naturel appelé « le nœud sinusal », situé dans l’oreillette droite. Le nœud sinusal produit des impulsions électriques qui sont à l’origine de chaque battement de cœur. À partir du nœud sinusal, les impulsions électriques voyagent à travers les oreillettes, ce qui provoque la contraction des muscles de celles-ci, entraînant ainsi le pompage du sang vers les ventricules. Puis, les impulsions électriques arrivent dans un amas de cellules appelé nœud auriculo-ventriculaire (AV) qui est normalement la seule voie de passage des impulsions depuis les oreillettes vers les ventricules. Le nœud AV ralentit les signaux électriques avant de les envoyer vers les ventricules. Ce léger décalage permet aux ventricules de se remplir de sang. Lorsque des impulsions électriques atteignent les muscles des ventricules, ceux-ci se contractent, ce qui permet le pompage du sang vers les poumons et le reste du corps. Différents types de tachycardie. La tachycardie survient lorsqu’un dysfonctionnement dans les signaux électriques provoque un battement de cœur plus rapide que la normale. Les types de tachycardie les plus courants sont: Fibrillation auriculaire. La fibrillation auriculaire est une accélération du rythme cardiaque causée par des impulsions électriques chaotiques qui surviennent dans les oreillettes. Ces signaux entraînent des contractions faibles, rapides et désordonnées dans les oreillettes. La fibrillation auriculaire peut être temporaire, mais certains symptômes ne s’arrêteront pas s'ils ne sont pas traités. La plupart des personnes atteintes de fibrillation auriculaire ont généralement des anomalies structurelles du cœur liées à des affections telles qu’une maladie cardiaque ou une hypertension artérielle. Il existe d'autres facteurs qui peuvent entraîner une fibrillation auriculaire telle qu’un trouble des valvules cardiaques, une hyperthyroïdie ou une consommation excessive d'alcool. Flutter auriculaire. Le flutter auriculaire est un battement très rapide mais régulier des oreillettes, causé par des signaux électriques irréguliers dans ces oreillettes. Le rythme rapide provoque alors une contraction faible des oreillettes. Les signaux rapides qui traversent le nœud AV provoquent un rythme ventriculaire rapide et parfois irrégulier. Les symptômes de flutter atrial peuvent s’améliorer d’eux-mêmes, mais peuvent persister s’ils ne sont pas traités. Les personnes qui éprouvent des flutters auriculaires éprouvent souvent des fibrillations auriculaires à d’autres moments. Tachycardie supraventriculaire (TSV) La TSV, qui survient quelque part au-dessus des ventricules, est causée par une impulsion électrique anormale, anomalie généralement présente dès la naissance et qui crée une boucle de signaux qui se chevauchent. Dans une TSV, une anomalie dans le nœud auriculo-ventriculaire provoque une "division" du signal électrique en deux, envoyant un signal vers les ventricules et l’autre vers les oreillettes. Une autre anomalie courante est la présence d'une voie électrique supplémentaire venant des oreillettes vers les ventricules qui contourne le nœud auriculo-ventriculaire. Il résulte alors un signal descendant d’une voie et d’un autre signal montant dans une autre voie. Ce trouble des signaux électriques est appelé le syndrome de Wolff-Parkinson-White. Tachycardie ventriculaire. La tachycardie ventriculaire est un battement rapide qui provient d’une anomalie des signaux électriques dans les ventricules. Ce battement rapide des ventricules ne leur permet pas de se remplir et de se contracter efficacement pour pomper le sang vers le corps. La tachycardie ventriculaire est généralement une urgence médicale vitale. La fibrillation ventriculaire. La fibrillation ventriculaire se produit lorsque des impulsions électriques rapides et chaotiques provoquent des tremblements inefficaces chez les ventricules qui ne leur permettent pas de pomper le sang nécessaire à l’organisme. Ce grave problème est mortel si le rythme du cœur ne revient pas à la normale en quelques minutes. La plupart des personnes qui souffrent de fibrillation ventriculaire souffrent généralement d’une maladie cardiaque sous-jacente ou ont subi un traumatisme grave, comme le fait d’avoir été frappé par la foudre. Quels sont les facteurs de risques de la tachycardie? Toute affection qui provoque une pression sur le cœur ou des tissus cardiaques endommagés peut augmenter le risque de tachycardie. Les changements de style de vie ou les traitements médicaux peuvent réduire les risques associés aux facteurs suivants: Maladie cardiovasculaire Hypertension Tabagisme Forte consommation d’alcool Lourde consommation de caféine Utilisation de drogues récréatives Stress psychologique ou anxiété. Les autres facteurs qui peuvent augmenter le risque de tachycardie sont: L’âge avancé: Le vieillissement des tissus du cœur augmente le risque de développer une tachycardie. L'hérédité: S’il y a des antécédents de tachycardie ou d’autres troubles du rythme cardiaque dans votre famille, vous êtes plus susceptibles de développer une tachycardie. Quelles sont les complications de la tachycardie? L’intensité des complications de la tachycardie varie en fonction de facteurs tels que le type de tachycardie, la rapidité du rythme cardiaque et sa durée ainsi que l’existence d’autres maladies cardiaques. Les complications possibles sont: Les caillots sanguins qui peuvent provoquer un AVC ou une crise cardiaque L'incapacité du cœur à pomper suffisamment le sang: insuffisance cardiaque Les évanouissements fréquents La mort subite, habituellement associée à une tachycardie ventriculaire ou à une fibrillation ventriculaire. Tachycardie: Examens et diagnostic. Votre médecin peut exprimer un diagnostic d'une tachycardie spécifique en fonction de vos réponses sur les symptômes, de vos examens physiques et de vos tests cardiaques. Les tests habituels sont les suivants: Électrocardiogramme (ECG) Un électrocardiogramme - aussi appelé un ECG - est un outil essentiel pour le diagnostic de la tachycardie. Un ECG utilise de petits capteurs (électrodes) attachés à la poitrine et les bras et qui enregistrent les signaux électriques qui transitent à travers votre cœur. Votre médecin peut rechercher des indices parmi ces signaux afin de déterminer de quel type de tachycardie vous souffrez et quelles anomalies cardiaques peuvent causer une accélération de votre rythme cardiaque. Essai électrophysiologie. Votre médecin peut vous recommander un test électrophysiologie pour confirmer le diagnostic ou pour détecter l’origine des problèmes dans les signaux électriques de votre cœur. Durant cet essai, des tubes minces et flexibles (cathéters) avec des électrodes au bout sont enfilés dans vos vaisseaux sanguins à différents endroits dans votre cœur. Une fois en place, les électrodes peuvent cartographier précisément la propagation des impulsions électriques à chaque battement et d'identifier des anomalies dans votre circuit. Le test de la table inclinée. Ce test permet à votre médecin de mieux comprendre comment votre tachycardie entraîne des évanouissements. Sous une surveillance attentive, vous recevrez un médicament qui provoque un épisode de tachycardie. Vous reposez à plat sur une table spéciale, puis la table est inclinée comme si vous étiez debout. Votre médecin observe la façon dont votre cœur et votre système nerveux répondent à ces changements de position. Tachycardie: Traitements et médicaments. L’objectif du traitement de la tachycardie est de ralentir le battement rapide du cœur quand il se produit, de prévenir les éventuelles répliques et minimiser les complications. Un rythme cardiaque rapide peut se corriger, et vous pourrez même ralentir votre rythme cardiaque à l'aide de simples mouvements physiques. Cependant, vous pouvez avoir besoin de médicaments ou d'autres traitements médicaux pour ralentir votre rythme cardiaque. Les moyens de ralentir votre rythme cardiaque peuvent être: Une manœuvre vagale. Lors d'un épisode d’ accélération du rythme cardiaque, votre médecin peut vous demander d'effectuer une action appelée une manœuvre vagale. La manœuvre vagale affecte le nerf pneumogastrique, qui aide à réguler votre rythme cardiaque. La manœuvre consiste à tousser, à se courber comme si on a des coliques et à se mettre un sac sur le visage. Un médicament antiarythmique. Si la manœuvre vagale ne peut pas arrêter l’accélération du rythme cardiaque, vous pouvez avoir besoin d'une injection d'un médicament antiarythmique afin de rétablir un rythme cardiaque normal. Une injection de ce médicament est administrée dans un hôpital. Votre médecin peut aussi vous prescrire un médicament antiarythmique en forme de pilules, telles que la Flécaïnide (Tambocor) ou la Propafénone (Rythmol), à prendre si vous avez un épisode d'accélération du rythme cardiaque qui ne répond pas aux manœuvres vagales. La cardioversion. Dans la procédure de cardioversion, un choc est délivré à votre cœur par des palettes ou des patchs posés sur votre poitrine. Le courant affecte les impulsions électriques dans votre cœur et redonne un rythme normal. Il est généralement utilisé lors des soins d'urgence et lorsque la manœuvre vagale et les médicaments ne sont pas efficaces. Tachycardie: Prévention. Avec les traitements suivants, il peut être possible de prévenir ou de traiter les épisodes de tachycardie. L'ablation par cathéter. Cette procédure est utilisée le plus souvent quand une voie électrique supplémentaire est responsable d'une augmentation du rythme cardiaque. Dans cette procédure, les cathéters sont introduits à travers les vaisseaux sanguins de votre cœur. Les électrodes aux extrémités du cathéter peuvent utiliser la chaleur, le froid extrême ou l'énergie de radiofréquence pour neutraliser ou ablater la voie électrique supplémentaire et l'empêcher d'envoyer des signaux électriques. Cette procédure est très efficace, en particulier pour la tachycardie supraventriculaire. L'ablation par cathéter peut également être utilisée pour traiter la fibrillation auriculaire et le flutter auriculaire. Les médicaments antiarythmiques. Les médicaments antiarythmiques peuvent prévenir l’accélération du rythme cardiaque lorsqu'ils sont pris régulièrement. Les inhibiteurs calciques ou les médicaments bêtabloquants sont des médicaments qui peuvent être prescrits soit comme une alternative ou en combinaison avec des médicaments antiarythmiques. Stimulateur cardiaque. Un stimulateur cardiaque est un petit appareil qui est implanté chirurgicalement sous la peau. Lorsque le dispositif détecte un rythme cardiaque anormal, il émet une impulsion électrique qui aide le cœur reprendre un rythme normal. Défibrillateur implantable. Si vous êtes à risque d'avoir une tachycardie, votre médecin peut vous recommander un défibrillateur implantable. L'appareil, de la taille d'un téléphone cellulaire, est implanté chirurgicalement dans votre poitrine. Le défibrillateur implantable surveille en permanence votre rythme cardiaque, détecte une augmentation du rythme cardiaque et délivre des chocs électriques calibrés avec précision afin de rétablir un rythme cardiaque normal. Chirurgie à coeur ouvert. Une chirurgie à cœur ouvert peut être nécessaire dans certains cas de destruction d'une voie électrique supplémentaire. Dans un autre type de chirurgie appelée « procédure labyrinthe », un chirurgien fait de petites incisions dans le tissu cardiaque pour créer un labyrinthe de tissu cicatriciel. Parce que le tissu cicatriciel ne conduit pas l'électricité, il interfère alors avec les impulsions électriques parasites qui causent certains types de tachycardie. La chirurgie n’est généralement effectuée que lorsque les autres options thérapeutiques ne fonctionnent pas ou que lorsque la chirurgie est nécessaire pour traiter une autre maladie cardiaque. Prévention des caillots sanguins. Certaines personnes atteintes de tachycardie ont un risque accru de développer des caillots sanguins qui peuvent provoquer un accident vasculaire cérébral ou une crise cardiaque. Votre médecin peut vous prescrire un médicament anticoagulant, tel que le Dabigatran (Pradaxa) ou la Warfarine (Coumadin) pour aider à réduire vos risques. Tachycardie: Prévention. Le moyen le plus efficace de prévenir la tachycardie est de réduire les risques de développer une maladie cardiaque. Si vous avez déjà une maladie cardiaque, il est préférable de bien la surveiller et de suivre votre traitement à la lettre afin de réduire tout risque de tachycardie. Tachycardie: Prévention des maladies cardiaques. Afin de pouvoir traiter et d’éliminer les facteurs de risque qui peuvent entraîner une maladie cardiaque, il est essentiel de prendre les mesures suivantes: Faites des exercices physiques et adoptez une alimentation saine. Pour votre cœur, faites des exercices réguliers et adoptez une alimentation faible en matière grasse et riche en fruits et légumes. Maintenez un poids moyen. Etre en surpoids augmente le risque de développer une maladie cardiaque. Contrôlez votre tension artérielle et votre cholestérol. Adoptez un style de vie saine et ne prenez que des médicaments prescrits par votre médecin pour l’hypertension artérielle et le niveau de cholestérol élevé. Buvez de l’alcool avec modération. Si vous buvez de l'alcool, consommez-en avec modération. Pour certaines affections, il est recommandé d’éviter complètement l'alcool. Demandez à votre médecin afin d’obtenir des conseils spécifiques concernant votre état de santé. Si vous ne pouvez pas contrôler votre consommation d'alcool, demandez conseil à votre médecin à propos d'un programme de désintoxication alcoolique. Ne consommez pas de drogues récréatives. Ne consommez pas de stimulants, tels que la cocaïne. Demandez conseil votre médecin à propos d'un programme approprié pour vous aider à arrêter. Utilisez les médicaments en vente libre avec prudence. Certains médicaments contre le rhume ou la toux contiennent des stimulants qui peuvent déclencher une accélération du rythme cardiaque. Demandez à votre médecin quels médicaments vous devez éviter. Limitez la caféine. Si vous consommez des boissons contenant de la caféine, faites-le avec modération. Contrôlez votre stress. Évitez le stress inutile et apprenez des techniques pour gérer votre stress d'une manière saine. Effectuez régulièrement des bilans de santé. Faites régulièrement des examens physiques et signalez tout symptôme à votre médecin. Maladie cardiaque: Tachycardie et arythmie. Si vous avez déjà une maladie cardiaque, il existe des mesures que vous devez prendre afin de réduire les risques de développer une tachycardie ou une arythmie: Suivez bien votre traitement. Assurez-vous d’avoir bien compris votre programme de traitement, et prenez tous les médicaments prescrits par votre médecin. Déclarez immédiatement tout changement. Si vos symptômes changent, s'aggravent ou si vous développez de nouveaux symptômes, parlez-en immédiatement à votre médecin. Les informations données sur ce site ne sauraient engager l’auteur et ne sont données qu’à titre informatif. Aussi, consultez un professionnel de la santé pour toute question concernant la tachycardie. Tachycardie: Forum et témoignages. Votre expérience sur la tachycardie peut être intéressante pour les autres. Pensez-y! Nous vous proposons de laisser vos commentaires dans le forum ci-dessous.

US Search Mobile Web. Welcome to the Yahoo Search forum! We’d love to hear your ideas on how to improve Yahoo Search. The Yahoo product feedback forum now requires a valid Yahoo ID and password to participate. You are now required to sign-in using your Yahoo email account in order to provide us with feedback and to submit votes and comments to existing ideas. If you do not have a Yahoo ID or the password to your Yahoo ID, please sign-up for a new account. If you have a valid Yahoo ID and password, follow these steps if you would like to remove your posts, comments, votes, and/or profile from the Yahoo product feedback forum. Vote for an existing idea ( ) or Post a new idea… Hot ideas Top ideas New ideas Category Status My feedback. Improve your services. Your search engine does not find any satisfactory results for searches. It is too weak. Also, the server of bing is often off. I created a yahoo/email account long ago but I lost access to it; can y'all delete all my yahoo/yahoo account except for my newest YaAccount. I want all my lost access yahoo account 'delete'; Requesting supporter for these old account deletion; 'except' my Newest yahoo account this Account don't delete! Because I don't want it interfering my online 'gamble' /games/business/data/ Activity, because the computer/security program might 'scure' my Information and detect theres other account; then secure online activities/ business securing from my suspicion because of my other account existing will make the security program be 'Suspicious' until I'm 'secure'; and if I'm gambling online 'Depositing' then I need those account 'delete' because the insecurity 'Suspicioun' will program the casino game 'Programs' securities' to be 'secure' then it'll be 'unfair' gaming and I'll lose because of the insecurity can be a 'Excuse'. Hope y'all understand my explanation! I want all my lost access yahoo account 'delete'; Requesting supporter for these old account deletion; 'except' my Newest yahoo account this Account don't delete! Because I don't want it interfering my online 'gamble' /games/business/data/ Activity, because the computer/security program might 'scure' my Information and detect theres other account; then secure online activities/ business securing from my suspicion because of my other account existing will make the security program be 'Suspicious' until I'm 'secure'; and if I'm gambling online 'Depositing' then I need those account 'delete' because the insecurity 'Suspicioun' will program the casino game 'Programs' securities' to be… more.