comment perdre tres vite du poids chiche sous vide


Maladie foie. Diana Peabody offre ses conseils pour le maintien d’une bonne santé hépatique. LE FOIE est un des organes les plus importants du corps. Sans lui, la vie est impossible. Le foie agit comme usine de filtration pour l’organisme. Les matières premières — tels les nutriments, l’alcool, les plantes médicinales et les médicaments — sont absorbées à partir de l’intestin et passent dans le foie, où elles sont assimilées, transformées, entreposées, détoxifiées et transportées vers le reste du corps. Le foie travaille fort pour nourrir les cellules, transformer les médicaments contre le VIH et d’autres infections et détoxifier les substances nocives. Afin de maintenir une fonction optimale, le foie doit être bien nourri et protégé de l’endommagement. Chez les personnes vivant avec le VIH/sida (PVVIH/sida), le foie subit souvent des stress additionnels en raison des effets toxiques de certains antirétroviraux, ainsi que de la présence d’une hépatite et/ou de l’utilisation de substances intoxicantes. L’un des signes avertisseurs d’un trouble du foie ou de dommages hépatiques est une élévation du niveau des enzymes du foie, que l’on peut déceler à l’aide d’un test sanguin. Toutes les PVVIH/sida, notamment celles sous traitement antirétroviral, devraient faire vérifier leurs taux d’enzymes hépatiques de façon régulière, d’autant plus que les lésions du foie ne sont souvent décelées que lorsqu’elles sont déjà relativement avancées. Les maladies du foie peuvent entraîner la malnutrition qui, à son tour, risque d’accélérer l’endommagement du foie. Que l’on cherche à protéger la santé de son foie ou à en améliorer l’état, il importe avant tout de se nourrir aussi bien que possible. Les conseils suivants peuvent vous aider à maintenir une bonne fonction hépatique: 1 Essayez de vous abstenir de boire de l’alcool si vous souffrez d’une maladie du foie (hépatite). L’alcool est extrêmement toxique pour le foie et les recherches indiquent qu’il peut accélérer la progression des maladies hépatiques. L’alcool peut également aggraver les effets secondaires des antirétroviraux et accroître le risque de lésions hépatiques. Les drogues à usage récréatif peuvent avoir le même effet et devraient être évitées aussi. 2 Faites-vous vacciner contre les hépatites A et B et tâchez d’éviter les pratiques comportant un risque d’infection par l’hépatite C, telles que le partage de seringues et de dispositifs pour usage nasal comme les pailles, les billets et les renifleurs. 3 Atteignez et maintenez un poids santé. Être trop mince ou trop gros n’est pas bon pour le foie. 4 Maintenez de généreuses réserves de masse maigre (muscles). Le VIH et l’hépatite risquent tous deux de provoquer la fonte des tissus musculaires. Incorporez des exercices de musculation réguliers (marche, course à pied et exercices avec poids et haltères) dans votre programme de santé. 5 Consommez suffisamment de protéine. La protéine fournit le matériau nécessaire à la fabrication de nouvelles cellules, à la réparation des tissus et au maintien du système immunitaire. Pour les personnes ayant le VIH et/ou l’hépatite, l’apport quotidien recommandé est de 1 à 1,5 grammes par kilogramme de poids corporel (une personne pesant 70 kg a donc besoin de 70 à 105 grammes de protéine par jour). Essayez de consommer deux à trois portions de viande maigre (bœuf maigre, poisson ou poulet) ou d’alternatives (beurre d’arachide ou tofu), ainsi que deux à trois portions de produits laitiers à faible teneur en gras ou de lait de soja chaque jour. Dans les cas de maladie hépatique avancée, il est possible que l’apport de protéine doive être modifié ou restreint en raison d’une maladie appelée encéphalopathie. Cependant, il ne faut pas réduire sa consommation de protéine à moins que ce soit absolument nécessaire, et jamais sans l’avis de son médecin. Il est également utile de consulter une diététiste. 6 Consommez suffisamment de calories pour économiser les protéines. Si votre apport calorique quotidien est insuffisant, les protéines seront détournées de leurs fonctions essentielles afin de produire de l’énergie. La plupart des personnes vivant avec le VIH et/ou l’hépatite ont besoin de 30 à 40 calories par kilogramme de poids corporel par jour (une personne pesant 70 kg a besoin de 2 100 à 2 800 calories par jour). Vous pouvez vérifier votre apport calorique dans le site Web à l’adresse www.caloriescount.com. 7 Choisissez des grains entiers, des fruits et des légumes (tels que les betteraves et les artichauts) et évitez les aliments transformés, le sucre et les breuvages sucrés. Certains médicaments anti-VIH sont susceptibles de provoquer une résistance à l’insuline, ce qui rend difficile l’utilisation correcte des nutriments, notamment les sucres. Le fait de réduire sa consommation de glucides simples (sucres et féculents) aide l’insuline à mieux fonctionner, ce qui contribue à maintenir la glycémie (sucre sanguin) à l’intérieur d’un écart idéal et à prévenir le diabète. Quoi qu’il en soit, les aliments mentionnés ci-dessus sont les plus nutritifs. 8 Consommez des matières grasses avec modération et privilégiez-en les « bonnes », comme les huiles d’olive et de canola, les noix et les graines, plutôt que les graisses saturées dont regorgent les produits laitiers et les produits d’origine animale. La modération consiste à réduire sa consommation d’aliments riches en matières grasses, telles les fritures, mais non pas à restreindre toutes les matières grasses parce qu’elles constituent une importante source de calories. 9 Prenez une multivitamine pour prévenir les carences. Si vous avez une maladie du foie, évitez les fortes doses de vitamine A ou de caroténoïdes (bêta-carotène) parce qu’elles peuvent être toxiques pour le foie. 10 Évitez les suppléments de fer à moins qu’ils soient prescrits par votre médecin pour traiter une carence. Si le foie fonctionne mal, le fer peut s’accumuler et devenir toxique pour le foie. Un taux élevé de fer risque également de nourrir certaines bactéries infectieuses et d’interférer avec les traitements par interféron contre l’hépatite. Si votre foie est en bon état, une multivitamine contenant du fer serait inoffensif. Sinon, choisissez-en une qui est exempte de fer. 11 Approvisionnez votre corps en antioxydants. Les antioxydants sont des composés qui protègent l’organisme contre des molécules très actives appelées radicaux libres. Si les niveaux de radicaux libres s’accroissent, ils risquent d’endommager des tissus et d’accélérer la destruction du foie chez les personnes atteintes d’hépatite. Ce processus peut donner lieu à une déplétion du glutathion (GSH), un important antioxydant qui se loge dans les cellules du foie. Des doses quotidiennes de vitamine C, de vitamine E et de sélénium fourniront un apport suffisant d’antioxydants. La N-acétyl-cystéine (NAC) et l’acide alpha-lipoïque sont des antioxydants qui contribuent à la fabrication du glutathion et qui semblent jouer un rôle protecteur dans le foie. (Voir l’encadré pour connaître les doses quotidiennes des antioxydants.) 12 La S-adénosyl-méthionine (SAMe) est un acide aminé sous forme de supplément qui aurait des propriétés guérisseuses pour le foie. Dans le cadre d’études menées chez des sujets séronégatifs atteints de maladie hépatique, ce supplément a donné lieu à des améliorations sur le plan des taux d’enzymes hépatiques et de bilirubine (produit de dégradation) et a atténué la fatigue, la jaunisse et les démangeaisons. On a également constaté une amélioration de la qualité de vie. La dose recommandée est de 800 à 1 600 mg par jour. Cependant, on en sait peu sur les interactions susceptibles de se produire avec les médicaments anti-VIH, et des études de laboratoire ont montré que la SAMe favorisait la croissance du champignon responsable de la PPC (pneumonie à Pneumocystis carinii). Il se pourrait que ce supplément s’avère intéressant comme traitement des maladies du foie mais on en sait toujours peu sur son usage contre l’infection au VIH. Si vous envisagez de prendre ce supplément, il importe d’en discuter avec un médecin spécialiste du foie (hépatologue). 13 Les plantes médicinales, tel le chardon-Marie (silymarine), s’utilisent couramment pour traiter les problèmes de foie et d’autres maladies. Sachez toutefois que certaines plantes médicinales sont toxiques pour le foie et d’autres interagissent avec les antirétroviraux. Renseignez-vous sur les avantages et les inconvénients de toute thérapie que vous envisagez d’essayer en tenant compte de votre situation personnelle. Vous pouvez vous renseigner sur les interactions médicamenteuses en consultant une excellente ressource d’Internet à l’adresse www.aidsmeds.com. Une fois rendu, cliquez sur “Check Your Meds” et entrez le nom de tous les médicaments, les suppléments nutritionnels et les plantes médicinales que vous prenez, ainsi que plusieurs aliments (tels que l’ail et le pamplemousse, deux causes connues d’interactions). Vous recevrez ensuite des renseignements sur toutes les interactions connues qui sont susceptibles de se produire. Le dernier mot? Tout ce que vous ingérez exerce un effet sur le foie. Soyez donc conscient de ce que vous mangez et buvez ainsi que des médicaments et des suppléments que vous prenez. N’oubliez pas de discuter de tous vos projets de supplémentation alimentaire et d’exercice physique avec votre médecin. Faites votre possible pour maximiser les choses qui contribuent à votre santé et minimiser celles qui vous nuisent. Si votre foie est déjà endommagé et qu’il ait besoin de soins particuliers, consultez une diététiste qui s’y connaît en matière de VIH pour obtenir des conseils nutritionnels personnalisés. Et vive le foie! Pour en savoir plus sur ces suppléments et d’autres, consultez les feuillets d 'information s de CATIE sur les antioxydants, le sélénium, la vitamine E, la NAC, l’acide alpha-lipoïque et le chardon-Marie ou en appelant le 1.800.263.1638. Diana Peabody, RD, est diététiste clinicienne à la Oak Tree Clinic, une division du Children’s & Women’s Health Centre of British Columbia. Illustration: Beverly Deutsch. Les antioxydants — les doses quotidiennes suivantes sont considérées comme sécuritaires et potentiellement bénéfiques pour le foie: • vitamine E — 400 à 800 UI. • vitamine C — 500 à 2 000 mg. • sélénium — 100 à 200 mcg. • NAC — 500 à 2 000 mg (à prendre avec des aliments pour éviter les irritations du tube gastro-intestinal) • acide alpha-lipoïque — 100 à 600 mg (de préférence sous forme de suppléments à libération prolongée; à prendre avec des liquides lorsque l’estomac est vide) Remarque: Les doses de vitamine C supérieures à 2 000 mg risquent de provoquer une surcharge de fer dans les foies endommagés.

produit pour maigrir rapidement apres accouchement

L’aromathérapie du foie. La santé du foie: la clé! En effet, l’équilibre hépatique est un concept peu connu et peu utilisé comme outil d’atteinte du bien-être, si ce n’est en médecine traditionnelle chinoise. On y vient de plus en plus, surtout lorsque la médecine conventionnelle a peu à offrir a ses patients. Et pourtant, ménager son foie est une des clés du bien-être car cela revient à s’assurer du bon fonctionnement des autres organes. I l n’est pas possible d’avoir un joli teint, une belle peau, une ménopause harmonieuse, une jolie ligne sans un foie en bonne santé et il est indispensable de le ménager pour se prémunir des maladies cardiovasculaires, du cholestérol, des déficiences rénales, des problèmes de digestion et j’en passe. En gros, si on veut conserver un bon équilibre interne, une bonne énergie et un bon moral, il faut savoir reconnaitre ce qui peut affecter d’abord l’équilibre hépatique. Pour tout vous expliquer, rien ne vaut l’excellent livre du Dr Sandra Cabot “the liver cleansing diet”, que je recommande à ceux qui lisent l’anglais. Pour les autres, je vous en mets ici ses grandes lignes: C’est une forme de régime amaigrissant basé sur l’assainissement du foie. Soigner son foie, c’est perdre du poids. Au départ, ce régime concerne les personnes qui souhaitent perdre du poids, car une détoxification est nécessaire pour rééquilibrer le métabolisme, mais tout le monde peut l’adopter et en faire sa technique de nettoyage interne quotidien, surtout si vous avez un passé surchargé en médicaments. Les médicaments sont sans doute, avec la mal-bouffe, une des meilleures façons de se faire mal au foie: les anti-inflammatoires, analgésiques, antibiotiques, stéroides, chimiothérapies en tout genre sont des produits toxiques que le foie doit rendre utilisables et éliminables par l’organisme: si ces produits sont trop nombreux il ne peut plus s’en débarrasser et fini par en être intoxiqué (ex.hépatite médicamenteuse). Voici une douzaine de règles qu’il est sage de suivre quotidiennement pour ménager votre foie, et votre ligne. Les bons reflexes à avoir. Ne mangez que si vous avez faim: buvez un verre d’eau, mangez un fruit, une petite salade, mais ne vous forcez pas à manger si vous ne le sentez pas. Inversement, ne vous laissez pas mourir de faim, ne laissez pas votre estomac crier famine. N’essayez pas de terminer votre assiette à tout prix, d’ailleurs, si vous mangiez les yeux fermés vous ne mangeriez pas autant. 2. Buvez au moins 8 grands verres d’eau par jour, car l’eau est nécessaire au nettoyage de votre foie, des reins, et aide à la perte de poids. Vos cellules ont besoin d’eau comme des plantes. Boire suffisamment d’eau réduit vos chances d’attraper une maladie dégénérative. 3. Ne consommez pas de grandes quantités de sucre, en particulier raffiné, car le foie va le convertir en graisse, telle que triglycérides et cholestérol. Si vous devez avoir quelque chose de sucré choisissez les fruits secs (ce sont des oligo-éléments), le miel, ou les fruits frais. Si vous ne pouvez pas vous passer de chocola t, choisissez du chocolat noir à 70% de cacao, si vous ne pouvez pas vous passer de bonbons, essayez le Halvah, cette confection nord africaine à base de sésame, miel, vanille, pistaches etc…(mais vérifiez qu’il n’est pas fabriqué à base de sirop de glucose). Mais dans tous les cas, cela doit rester exceptionnel, car votre foie devra, quoiqu’il arrive, transformer tout ce sucre en gras. 4. Identifiez et éliminer les aliments auxquels vous êtes allergique: 5. Si votre foie est fragile, il y a des chances pour que vous manquiez d’enzymes digestives. Si vous souffrez de ballonnements ou de lourdeur après les repas, prenez un comprimé d’enzymes digestives en début de repas. En vieillissant, la production d’acide chlorhydrique diminue et il devient plus difficile de digérer les protéines. Une cuillerée à café de vinaigre de cidre brut et une goutte d’huile essentielle de citron (citrus limon) dans un verre d’eau pendant chaque repas stimulera votre digestion. 6. Ne mangez pas si vous êtes stressé ou anxieux, car à ce moment là vous ne pouvez pas digérer. Respirez à fond, respirez une huile essentielle qui régule de système nerveux comme la mandarine (citrus reticulata),, attendez quelques minutes que votre rythme cardiaque revienne à la normale, puis mangez lentement, de petites bouchées. 7. Préférez les fruits et légumes bio, les viandes et volailles bio: ils contiendront moins de pesticides, hormones, antibiotiques, graisses saturées, conservateurs, colorants et sucres artificiels que les produits industriels. Votre foie n’en a pas besoin, votre estomac non plus. 8. Obtenez vos protéines de sources diverses, végétales et animales. En combinant des céréales complètes avec une légumineuse et des oléagineux au cours du même repas vous obtenez une chaine de protéine parfaite. Ex: du houmous, de la pita complète, et une salade de légumes variés au citron. En détaillant cela vous donne: pois chiches, sésame, blé complet, citron (sa vitamine C augmente l’absorption des protéines). 9. Faites germer des graines. Faire germer les graines et légumineuses accroît considérablement leurs propriétés nutritionnelles et leur effet détoxifiant pour le foie. La germination fait apparaître des nutriments qui n’existent pas dans le produit non germé et leur donne une activité enzymatique.Ces pousses sont d’excellentes sources d’acides gras essentiels, protéines et d’hormones végétales. 10. Choisissez soigneusement votre pain ainsi que ce que vous y étalez. Pendant une détox du foie, il est particulièrement important d’ épurer vos aliments. Si vous pouvez faire vous même votre pain et ainsi savoir exactement ce qui s’y trouve, vous pouvez vous offrir le luxe de la fraicheur, alliée à la nutrition, à la variété, et à la qualité. Il est important de varier les farines pour limiter les risques d’allergies ou d’intolérances: Aujourd’hui on trouve des tortillas, pitas, wraps, naans, et crackers, qui vous permettent d’avoir accès à d’autes façons de transporter une salade ou d’accompagner un repas, mais on peut aussi les faire sois même. Si vous achetez votre pain, privilégiez les pains au levain et complet bio fabriqués avec des farines non reconstituées. Un pain complet non bio va vous faire avaler tous les pesticides fixés sur l’enveloppe du grain, et sa valeur nutritionnelle sera bien en dessous de celle du grain bio. Pourquoi le levain? parceque c’est une substance lactofermentée très minéralisante, qui rend le pain plus digeste et frais plus longtemps. Quoi que vous choisissiez, choisissez la meilleure qualité, (c’est pour votre foie) et un pain le plus intégral possible, de préférence fait avec des graines germées pour être assimilable et digeste indépendamment de votre sensibilité aux allergènes. Il faut aussi que vous choisissiez correctement ce que vous allez mettre dessus… Il y a de très bonnes alternatives au beurre et au pâté…En effet, pendant la détox, il est essentiel d’éviter la margarine et le beurre. Après quelques semaines, vous les aurez oubliés. Préférez le houmous maison, le tahin, la purée d’avocat, le beurre d’amandes ou d’arachides naturels, sans graisses ou sucre ajoutés. 11. Évitez à tout prix la constipation. Mettons les choses au clair: vous êtes constipé si vous n’allez pas à la selle deux fois par jour (et non pas une fois tous les 3 jours…). Éliminez plusieurs fois par jour et vous éviterez la prolifération d’organismes nuisibles dans votre colon ainsi qu’ un empoisonnement permanent que je décris dans le chapitre sur la nutrition. Beaucoup de patients constipés souffrent aussi de dyspepsie, reflux et indigestion. Ces termes sont utilisés souvent pour décrire les mêmes symptômes, et si c’est votre cas, méfiez vous des antiacides contenant de l’aluminium. Utilisez plutôt des antacides contenant du carbonate de calcium, du carbonate de magnésium, du jus d’Aloe Véra ou de Morinda Citrifolia (jus Tahitian noni). En aromathérapie, vous bénéficierez d’un massage du ventre avec le mélange suivant: 3 gouttes d’HE de mandarine, 2 gouttes d’HE de fenouil doux, 1 goutte d’HE d’immortelle. diluées dans 5ml d’huile de base (voir les dilutions dans Huile essentielle mode d’emploi) à masser sur votre estomac 2 à 3 fois par jour. Au niveau énergétique, il faut refroidir votre organisme et le réhydrater avec beaucoup de jus de légumes, des fruits secs réhydratés, et beaucoup d’eau. Cela vous parait compliqué? Pas de panique: Vous retrouverez toutes ces étapes en détail dans les 300 pages de l’Equilibre de l’Immunité. 12. Utilisez les bonnes graisses. Il y a une chose qu’il faut éviter à tout prix quand on veut prendre soin de son foie: absorber le poison des mauvaises graisses, et ne pas profiter assez des bienfaits des bonnes. Nous avons tous besoin d’acides gras essentiels, et leur carence se voit à ces symptômes: Peau sèche et écailleuse, eczéma, perte de cheveux, douleurs articulaires, baisse de fertilité, taux accru de fausse-couche, dépression, manque de mémoire, faiblesse métabolique suivie de prise de poids, diminution des fonctions immunitaires, déséquilibres hormonaux, dégénération du foie, fatigue, problèmes circulatoires, maladies dégénératives, accélération du vieillissement et augmentation des triglycérides. Pour résumer, pour protéger son foie et donc pour obtenir et conserver un bon équilibre naturel, un des plus courts chemins est l’absorption d’acides gras essentiels. Ils sont vitaux pour le métabolisme du corps humain et votre priorité est de ne pas en manquer. Les graisses que vous mangez tous les jours sont d’une importance cruciale pour votre bien-être et votre longévité. D’elles dépend la santé de votre foie. Il est donc essentiel de les connaitre et de les faire entrer dans l’alimentation de tous les jours. Détoxifier votre foie. Il y a divers moyens naturels de détoxifier et soutenir notre foie. L’intérêt d’utiliser des plantes, c’est qu’il aura plus de chances de les reconnaître, d’en profiter, bref, de ne pas les subir comme la plupart de médicaments qu’on lui impose. Certaines plantes sont connues pour être les plantes du foie, d’autres sont moins connues des français, mais gagnent à l’être. La Silybum marianum: Elle pousse surtout à Hawaï, on dirait un peu un chardon. Elle est utilisée comme tonique hépatique depuis plus de 100 ans, et on ne compte plus les centaines de rapports scientifiques démontrant ses propriétés guérissantes: protection hépatique, régénératrice du foie, anti-inflammatoire et antioxidante. On profitera de ses bénéfices si on est atteint de: Hépatite chronique cirrhose du foie cholestase (stagnation de la bile) Engraissement du foie par alcool ou médicaments. Pour simplifier, la Silybum marianum réduit les dégénérations toxiques du foie trop gras. On en prendra de 200 à 400 mg, trois fois par jour sous forme de gélules contenant l’herbe sèche. le pissenlit ou Taraxacum officinale est lui aussi utilisé pour aider les problèmes hépatiques depuis des siècles. Les allemands l’ont utilisé depuis le 16ème siècle pour purifier le sang et décongestionner le foie, les Chinois, les Indiens et les Népalais l’ont toujours utilisé comme médicament pour le foie. Mais il agit en fait aussi comme tonic général, comme laxatif, diurétique, anti-inflammatoire, tonic de la vésicule biliaire. Les feuilles de pissenlit peuvent être consommées fraîches, en salade, avec citron et ail, mais existent aussi en poudre sous forme de gélules. Les doses sont de 500 à 2000 mg par jour. C’est l’un des acides aminés les moins connus. On l’absorbe grâce aux protéines animales, et elle joue un rôle important dans le bon fonctionnement du foie en participant à la formation d’acides biliaires. De plus, de récentes études ont montré l’importance de la Taurine dans la détoxification du corps de substances dangereuses, comme drogues et médicaments. On en a plus besoin lorsqu’on est végétarien, épileptique, alcoolique, lorsqu’on prend une contraception orale, qu’on est sous cortisone, ou lorsqu’on subit une phase de stress intense. Les doses recommandées sont de 200 à 500 mg par jour. Pour l’hépatite B en particulier, le Phyllanthus est une herbe de la pharmacopée Ayurvéda très utilisée et les chinois eux choisiront le Schizandra. Quoi que vous choisissiez, ne prenez pas d’herbes plus de 7 jours d’affilée. Pour soutenir et détoxifier votre foie de façon continue et sans risque de surdosage, il est très facile de choisir les bons aliments. Les aliments les plus conseillés pour le foie sont la carotte et la betterave sous forme râpée, crue, arrosées de jus de citron, l’artichaut, le radis noir, le thé vert, le citron et l’huile d’olive extra vierge. Vous pouvez aussi choisir de vivre une petite semaine dépurative du foie: Semaine de détox du foie. Au lever:buvez une tasse d’eau chaude additionnée d’un trait de jus de citron 1/4 d’heure plus tard, buvez un verre de jus de légume: un morceau de concombre, 3 carottes, une betterave, une branche de céleri, une poignée de persil, un petit morceau de gingembre frais et une moitié de citron. Une heure plus tard, petit déjeuner selon les principes du régime du foie en ajoutant une belle salade de fruits (sauf melon). Prenez une gelule d’un mélange d’herbes détoxifiantes pour le foie. Une heure plus tard, avalez deux cuil à soupe de betterave râpée assaisonnée au citron et huile d’olive (préparez cette salade pour la journée). Une heure trente plus tard, faites vous une tisane de menthe poivrée. Une demi heure plus tard, mangez à nouveau deux cuil à soupe de salade de betterave crue. Pour le déjeuner: privilégiez les salades composées et les protéines non grasses. Prenez vos suppléments pour le foie. Une heure trente plus tard, prenez deux cuil à soupe de salade de betterave. Deux heures plus tard, faites vous un verre de jus de légume avec si possible, de la spiruline en poudre que vous y aurez ajouté. Une demi heure plus tard, avalez vos deux cuillères de salade de betterave Une heure plus tard, prenez une tasse de tisane à la menthe poivrée. Une heure plus tard, prenez vos deux cuillères de salade de betterave. Au diner: une salade de carotte râpées assaisonnées au citron et à l’huile d’olive, un bouillon de légumes réalisé avec des haricots vers, des courgettes, du céleri, du persil, de l’ail et beaucoup d’eau pure. Vous pouvez y ajoutez du sel et des herbes de votre choix laisser mijoter une demi heure. Préparez vous un plat principal de votre choix, en suivant les directives du régime du foie. Prenez votre supplément pour le foie. Une heure plus tard, avalez deux cuil à soupe de salade de betterave. Une heure plus tard, faites vous une tisane de chamomille ou de menthe poivrée. Faites en sorte de ne plus rien manger après 7h30 pour donner à votre foie une chance de ne pas être surchargé pour faire son travail pendant votre sommeil. Suivez ce programme pendant sept jours. L’aromathérapie est elle aussi un excellent moyen de réguler, détoxifier, stimuler notre foie. L’aromathérapie du foie. Pour vous donner des notions d’aromathérapie holistique et d’utilisation des huiles essentielles, profitez de la version Mini de mon école d’aromathérapie en ligne, AromaPro. Cliquez ici pour la découvrir. Le romarin officinal. Une des huiles essentielles les plus connues pour la digestion en général et le foie en particulier est le Romarin officinal. La liste de ses usages physiques est sans fin, mais dans le sujet qui nous occupe, sachez qu’il est anti-infectieux, cholérétique, décongestionnant et cholagogue (il régule la production de bile). C’est pour cela qu’on le prescrit en cas de migraines, nausées matinales, et simples maux de tête d’origine digestive, mais comme il stimule le métabolisme du foie et l’action de la vésicule biliaire, il serait dommage de s’en priver, au moins à titre préventif. Pour l’utiliser, voici ce que je vous suggère: 1 goutte de romarin officinal, 1 goutte de basilic doux et 3 gouttes de citron. dans 5 ml d’huile de base. A masser sur les pieds, sur le coup de pied, tout autour de la cheville (doucement si vous êtes enceinte). Il y a un point important du méridien du foie, utilisé en acupressure (foie 4), sur le haut du pied, et il y a de fortes chances que vous le stimuliez au passage…alors, allez-y, et sur les deux pieds. L’autre huile essentielle du foie que j’utilise le plus est l’ immortelle (Helichrysum angustifolium). Elle est un peu plus chère que la moyenne, mais elle sert tellement à tout, qu’on fait un bon investissement. Pour le foie, elle est anti-congestion et stimulante. De plus, elle régule les sécrétions du pancréas et de la vésicule biliaire et aide à se débarrasser de produits toxiques tels que drogue et nicotine, elle est donc à conseiller pour une femme enceinte qui fume… Elle aussi a une liste d’applications qui n’en fini pas, mais il y en a une qui sort du lot et qui est à retenir: elle est anti-hématomes. Au moindre bobo, on peut l’appliquer directement, ou diluée dans un peu de gel d’Aloe. On peut l’utiliser sans risque sur les enfants. Pour les plus grands qui souffrent du foie, voici une recette: 2 gouttes d’HE d’Immortelle 3 gouttes d’HE de mandarine (citrus reticulata). dans 5 ml d’huile de base. Vous pouvez vous masser le ventre avec ce mélange, en grands mouvements circulaires, tous les jours si vous voulez… La menthe poivrée. Pour ceux qui sont malades, l’huile de l’hépatite et de la cirrhose est la menthe poivrée: elle restore les cellules du foie et aide le foie à supporter les traitements allopathiques. Les gens qui subissent des traitements lourds, ont souvent des gingivites, des aphtes, des problèmes digestifs divers. Pour eux, la menthe est toute indiquée, que ce soit en rinçage de bouche (1 goutte dans un verre d’eau), ou en massage abdominal avec une cuillerée à soupe d’huile d’olive extra vierge et 5 gouttes de menthe poivrée. Vous souhaitez aller plus loin dans votre bien être physique et émotionnel? Découvrez l’Essentiel de l’Equilibre, le Manuel d’Aromathérapie Holistique qui vous apprend tout!

astuce pour maigrir vite gratuitement tv antenna

Douleur foie. Intérêt Les urgences médico-chirurgicales Les pathologies médicales d'évolution progressive ou chronique. L'analyse sémiologique doit être rigoureuse tant au plan de l'interrogatoire que de l'examen clinique afin de prescrire les examens paracliniques adéquats. 6 pathologies se partagent ce chapitre. 1) La douleur ulcéreuse. C'est typiquement une crampe post-prandiale, rythmée par les repas et d'évolution périodique dans l'année. Sa description est souvent moins typique ainsi que son horaire et sa périodicité. Les irradiations dans les hypochondres et postérieure peuvent parfois être prédominantes. Le délai post-prandial et l'atténuation par l'absorption d'aliments sont les indicateurs les plus fidèles du syndrome ulcéreux. L'examen est le plus souvent normal en dehors d'une complication. Dans l'hypothèse d'un possible cancer gastrique, il faut orienter l'examen vers cette pathologie (palpation du foie, de l'épigastre et des aires ganglionnaires). En aucun cas il ne faut oublier le toucher rectal qui retrouve parfois un méléna. L' endoscopie digestive haute retrouve un ulcère duodénal le plus souvent bulbaire chez l'homme jeune. L' ulcère gastrique doit bénéficier de multiples biopsies à la recherche de signes de malignité. D'authentiques syndromes ulcéreux sont révélateurs d'un cancer ulcéro-végétant. Dans les autres cas, il est possible de retrouver une gastrite varioliforme ou atrophiante, des érosions gastroduodénales aiguës, une oesophagite. dont la relation avec le syndrome ulcéreux sont incertaines, reposant uniquement sur la sédation de la symptomatologie douloureuse avec le traitement de la lésion découverte. En cas de gastrectomie, il faut envisager la possibilité d'un ulcère anastomotique ou d'un cancer du moignon. Encore plus exceptionnel est le syndrome de Zollinger-Ellison, dont le tableau est celui d'ulcères duodénaux récidivants et de localisation atypique, confirmé par les chimismes gastriques basal et stimulé. Le traitement de l'ulcère gastro-duodénal est médical. Lui est associée une surveillance endoscopique. Le cancer gastrique est traité chirurgicalement après un bilan soigneux d'extension et d'opérabilité. Dernière modification de cette fiche: 25/10/2007.

perdre du poids rapidement gratuitement des

Nodule, douleur, écoulement, changements de la peau. Si une femme remarque un nouveau changement au niveau de ses seins, elle doit contacter un médecin ou une infirmière praticienne spécialisée (IPSPL). Nodule. Un nodule palpé (bosse) dans le sein n’est pas nécessairement un cancer, surtout chez les jeunes femmes. Des nodules peuvent apparaître avant les menstruations et disparaître après celles-ci. Environ 90 % des nodules observés chez les femmes de 20 à 50 ans ne sont pas des cancers. Les fibroadénomes et les kystes sont les nodules bénins les plus fréquents. La dysplasie mammaire ou maladie fibrokystique du sein est une cause fréquente de seins granuleux ou présentant des nodules dans les 2 seins. Les femmes de plus de 50 ans, celles ayant déjà fait un cancer du sein et celles avec une histoire familiale importante, ont plus de chances qu’un nodule palpé soit cancéreux. Un nodule est inquiétant lorsqu’il est ferme, peu mobile et à contours irréguliers et si des changements de la peau l’accompagnent. Une femme doit toujours consulter son médecin ou infirmière praticienne spécialisée de première ligne (IPSPL) si un nodule nouveau persiste. En présence d’un nodule suspect, le médecin ou l’IPSPL complètera son examen clinique du sein par des examens; mammographie pour les femmes de plus de 30 ans échographie ponction à l’aiguille fine ou biopsie à l’aiguille de gros calibre. Douleur. Seulement 5 % des cancers du sein s’accompagnent de douleurs. Les douleurs aux seins sont fréquentes. Plus de 66% des femmes ressentent des douleurs aux seins d’intensité variables. La douleur peut être associée au syndrome prémenstruel et être variable d’un mois à l’autre. La grossesse, la prise d’hormones à la ménopause et les anovulants peuvent être des causes de douleurs aux seins. Les soutiens-gorges trop serrés peuvent occasionner aussi des douleurs aux seins. La douleur peut être ressentie aux seins mais être causée par des problèmes au niveau des muscles, des articulations et des nerfs. L’examen physique des seins et de la cage thoracique et même du cou peut permettre de préciser l’origine de la douleur. L’infection au sein peut aussi donner de la douleur aigüe à un seul sein. Cette douleur peut s’accompagner de rougeurs, de chaleur et parfois de fièvre. Pour en savoir plus, consulter les sections Kyste ou abcès. La maladie de Mondor est une phlébite superficielle qui apparaît le plus souvent spontanément mais qui peut survenir après une chirurgie. Elle ne nécessite pas d’autres traitements que le soulagement de la douleur. Elle peut laisser un cordon sensible sous le sein pendant quelques semaines. Écoulement. En général, lorsque les deux seins coulent, il ne s’agit pas d’un cancer du sein. L’écoulement de lait appelé « galactorrhée » est habituellement observé au niveau des deux seins et met en cause plusieurs canaux. Il peut persister plusieurs mois après l’allaitement. Certains médicaments peuvent être responsables d’une galactorrhée. Un traumatisme ou une chirurgie au thorax peuvent aussi déclencher une galactorrhée. Plus rarement, une tumeur bénigne de l’hypophyse (petite glande située dans le cerveau) peut être responsable d’une galactorrhée persistante. L’ ectasie canalaire est une dilatation plus importante des canaux galactophores. Elle peut se manifester par un écoulement le plus souvent provoqué par une manipulation du mamelon par la femme ou son partenaire. Cet écoulement peut être observé au niveau des deux seins. Il est d’une texture épaisse, le plus souvent verdâtre bien qu’il ne soit pas infecté. Plusieurs canaux peuvent présenter un écoulement de couleurs différentes en même temps. Éviter la stimulation des mamelons permet de faire cesser cet écoulement. La galactophorite aigüe ou subaigüe est une inflammation des canaux galactophores s’accompagnant de douleurs et de rougeurs au niveau du mamelon. Elle peut donner un écoulement de pus. Le papillome intracanalaire (PIC) est la cause de 52 à 57 % des écoulements spontanés, survenant sans pression et tachant les vêtements. Dans ce cas, l’écoulement est observé au niveau d’un seul canal et d’un seul sein. Il est de couleur jaune citrin, un peu collant et du sang peut s’y mêler. Le PIC est rarement palpable et est rarement vu à la mammographie. L’examen clinique du sein permet de préciser le diagnostic. Une chirurgie sera le plus souvent recommandée et en particulier si une masse est palpée. Le PIC est une tumeur intracanalaire bénigne. Une autre lésion bénigne peut expliquer l’écoulement dans 14 à 32 % des cas. Un écoulement spontané d’un seul sein et d’un seul canal, de couleur jaune citrin, avec du sang, franchement sanguinolent ou clair comme de l’eau de roche, peut aussi révéler un carcinome intracanalaire dans 2 à 5 % des cas. Il ne sera pas toujours palpable ou vu à la mammographie. C’est pourquoi on propose la chirurgie pour des écoulements de ce type. Si une masse palpée ou des changements cutanés accompagnent un écoulement de sang, il pourrait y avoir un cancer canalaire infiltrant. Changements de la peau. Inversion ou rétraction du mamelon. L’inversion du mamelon est présente chez environ 3 % des femmes sans qu’il y ait de maladies associées. Dans 87 % des cas, cette inversion sera présente aux deux seins. L’inversion lente du mamelon sur plusieurs années est plus souvent due à des suites d’une galactophorite. Une chirurgie peut avoir entraîné l’inversion du mamelon. Cependant, un cancer du sein pourra occasionner une rétraction permanente d’un mamelon sans qu’il soit possible de faire bouger le mamelon. Voussure (bombement du sein) La voussure d’un sein peut avoir diverses causes. Le cancer du sein doit toujours être éliminé. Un volumineux kyste pourrait entraîner ce genre de déformation tout comme une prothèse mammaire déplacée ou une tumeur phyllode. Rétraction cutanée. La rétraction cutanée associée au cancer du sein entraîne une déformation du sein et elle peut être ou non accompagnée de peau d’orange comme le dessin ci-contre. Des changements cicatriciels, un kyste inflammatoire du sein ou un kyste infecté de la peau du sein peuvent à l’occasion donner un peu de rétraction au niveau de la peau. Peau d’orange. Il s’agit d’un épaississement de la peau du sein causé par une obstruction des canaux lymphatiques du sein. Le gonflement de la peau qui en résulte, accentue les pores de la peau, lui donnant l’aspect d’une pelure d’orange. On observe la peau d’orange (voir dessin précédent) lorsqu’un cancer obstrue les canaux lymphatiques. La peau d’orange s’observe aussi suite à des traitements de radiothérapie du sein bien qu’il n’y ait plus de cancer dans le sein. On peut aussi observer de la peau d’orange lorsqu’il a une infection du sein comme une lymphangite, une mastite ou un abcès. Ulcération du mamelon. Il peut être d’origine traumatique, cependant la persistance d’une ulcération après deux semaines tout comme la présence d’un eczéma persistant du mamelon ou de l’aréole doit faire penser à une maladie de Paget du mamelon ou à un cancer ulcéré. Nouvelles veines dilatées. L’augmentation du volume des seins soit lors de la grossesse ou soit à la ménopause ou lors d’une prise de poids importante peut rendre apparentes des veines qui ne l’étaient pas au niveau des deux seins. L’apparition de nouvelles veines au niveau d’un seul sein surtout si elle s’accompagne de masse ou de rougeurs doit faire penser à un cancer.

patch pour maigrir piment bruleur

Qu'est-ce que la Nash, ou "maladie du foie gras"? Cette pathologie du foie due à la consommation de sucres a été mise en lumière par le chroniqueur sportif Pierre Ménès. Partout dans le monde, le nombre de cas est en constante augmentation. Elle touche environ 1% de la population française, mais les spécialistes estiment qu'elle est encore largement sous-estimée. La stéatose hépatique non alcoolique, appelée aussi Nash (pour "Non Alcoolic Steato Hepatitis"), est une grave inflammation du foie, qui n'est pas due à l'alcool mais à la consommation de sucre. Partout dans le monde, le nombre de cas augmente, corrélé à la pandémie de diabète et d’obésité. D'ici à 2020, la Nash pourrait même devenir la première cause de greffe du foie. Si le chroniqueur Pierre Ménès a largement contribué à la mettre en lumière, cette maladie reste assez méconnue aujourd'hui. De quoi s'agit-il? Schématiquement, le "foie gras" est dû à une accumulation de graisse dans le foie, ce qui s’accompagne d’une inflammation et d’une dégénérescence des cellules hépatiques. Cela peut, dans les cas les plus graves (un sur trois ou quatre) mener à une cirrhose, comme en cas de consommation excessive d'alcool ou d'infection virale. Plus inquiétant encore: 5% des malades développeront, à terme, un cancer du foie, dont le pronostic de survie est faible. La Nash touche en particulier les personnes en surpoids et/ou diabétiques. Sachant qu'en France, un tiers d'adultes sont en surpoids et 15% souffrent d'obésité, le nombre de Nash devrait inévitablement augmenter, s'inquiètent les spécialistes. La situation est d'autant plus préoccupante que l'obésité "a atteint les proportions d’une épidémie mondiale", comme le notait l'OMS en 2014. Si un Français sur cent est atteint par la "maladie du foie gras", selon les chiffres officiels, certaines études estiment que 20% de la population est concernée. Aux États-Unis, où le nombre d'obèses touche près de 40% des adultes, la Nash est même devenue la première cause de transplantation du foie, a souligné Lawrence Serfaty, patricien hospitalier au sein de l'APHP dans le service d’hépatologie à l’hôpital parisien Saint-Antoine, à l'occasion du congrès dédié à cet organe "Paris Hepatology Conference", organisé les 30 et 31 janvier dernier. Quelles causes? Cette pathologie a émergé il y a quelques années seulement - la publication des premières recommandations américaines date de 2012 - notamment en raison de l'évolution de nos conditions de vie et de la malbouffe. "C'est une maladie de civilisation, une maladie du manger trop gras", confirme le docteur Gérald Kierzek, consultant santé pour Europe 1. Alimentation trop grasse, trop riche en sucres rapides… la Nash a aussi été appelée "maladie du soda". Mais les causes sont plus multiples que cela, car la maladie s'installe aussi quand la personne n'a pas assez d'activité physique. L’âge, la sensibilité à l’insuline, les dyslipidémies, l’hypertension et l’augmentation des enzymes hépatiques sont d'autres facteurs de risque. Quels symptômes? Jusqu’à un stade avancé, la maladie est "asymptomatique", c’est-à-dire sans symptômes. Certains patients se plaignent d'une perte d'appétit, d'un malaise abdominal, d'une jaunisse, de pieds gonflés. Mais quand ces signes se font sentir, il est déjà souvent trop tard. Dans son livre Deuxième mi-temps, le "Monsieur football" de Canal+, Pierre Ménès, raconte l'attente de ses deux greffes du foie et du rein et la difficulté du dépistage de la Nash. Le chroniqueur sportif s'est vu détecter une cirrhose très avancée alors qu’il n’avait ressenti aucune douleur particulière jusque-là. Si une prise de sang pose un premier diagnostic, une échographie abdominale permet de visualiser la graisse. Cependant, seule une biopsie du foie permet d’établir un diagnostic sûr et de connaître le degré d'inflammation et de fibrose. Quels traitements? À l'heure actuelle, le meilleur traitement consiste à changer son quotidien: manger moins gras, moins sucré et faire davantage d’exercice physique. Une perte de poids de 8 à 10% permet en effet d'améliorer la fonction hépatique et de réduire le risque cardiovasculaire, première cause de mortalité chez ces patients. Certains médicaments peuvent également améliorer la sensibilité à l’insuline. Plus le stade de la maladie est avancé, plus cela devient toutefois compliqué. Mais pour l'instant, aucune pilule miracle n'a été approuvée contre cette atteinte hépatique. "Une centaine de compagnies, essentiellement américaines, ont des molécules en développement", assure cependant le Pr Serfaty.

Douleur foie. Lithotherapie. >>> Ici pour connaitre la Musicotherapie des CRISTAUX.