perte de graisse ventresca brothers


Hépatites A, B et C. Description. Les hépatites A, B et C sont des inflammations du foie causées par des virus différents. Symptômes. Les personnes infectées par les virus des hépatites A, B ou C n’ont pas toujours des symptômes. Quand les personnes ont des symptômes, ceux-ci apparaissent dans un délai différent selon le type d’hépatite: hépatite A: de 15 à 50 jours (en moyenne 28 jours) après l’infection par le virus; hépatite B: de 1 à 6 mois (en moyenne de 2 à 3 mois) après l’infection par le virus; hépatite C: de 2 semaines à 6 mois (en moyenne de 6 à 9 semaines) après l’infection par le virus. Les symptômes des hépatites peuvent être les suivants: fatigue; perte d’appétit, nausées ou vomissements; douleurs au ventre; fièvre; diarrhée; peau et blanc des yeux jaunes (jaunisse); selles pâles et urine foncée. Quand consulter. Consultez un professionnel de la santé ou appelez Info-Santé 811 si vous avez des symptômes ou si vous avez eu des pratiques à risque, par exemple: relations sexuelles non protégées; partage de matériel de préparation, d’injection ou d’inhalation de drogues; tatouage et perçage avec du matériel non stérile. Traitements. Hépatite A. Dans la majorité des cas, l’infection par le virus de l’hépatite A guérit d’elle-même dans un délai de 2 mois. Le corps se débarrasse du virus et produit des anticorps qui protègent la personne contre toute nouvelle infection par le virus de l’hépatite A. Il n’y a pas de « porteur chronique ». La personne est généralement protégée pour toute sa vie. Hépatite B. Dans la majorité des cas, l’infection guérit d’elle-même dans un délai de 6 mois. Le corps se débarrasse du virus et produit des anticorps qui protègent la personne contre toute nouvelle infection par le virus de l’hépatite B. La personne est généralement protégée pour toute sa vie. Parfois, le corps n’arrive pas à se débarrasser lui-même du virus et ne produit pas d’anticorps protecteurs contre l’hépatite B. Dans ce cas, l’infection ne guérit pas et la personne peut transmettre l’hépatite B même si elle n’a pas de symptômes. On dit alors que la personne est un « porteur chronique » de l’hépatite B. Il existe des traitements qui peuvent limiter les complications associées à l’hépatite B chronique et guérir certains porteurs chroniques de l’hépatite B. Hépatite C. Chez certaines personnes, l’infection guérit sans traitement en moins de 6 mois. Le corps se débarrasse du virus et produit des anticorps contre l’hépatite C. Toutefois, ceux-ci ne protègent pas la personne contre une nouvelle infection à l’hépatite C. Dans la majorité des cas, toutefois, le corps n’arrive pas à se débarrasser du virus. L’infection ne guérit pas et la personne peut transmettre l’hépatite C même si elle n’a pas de symptômes. On dit alors que la personne est « porteur chronique » de l’hépatite C. Il existe des traitements qui peuvent limiter les complications associées à l’hépatite C chronique et guérir l’hépatite C. Toutefois, même si une personne est guérie, elle n’est pas protégée contre une nouvelle infection à l’hépatite C. Aviser ses partenaires. Les personnes qui ont une hépatite devraient en aviser leurs partenaires sexuels ou de consommation de drogues le plus vite possible. De cette façon, leurs partenaires: pourront passer un test de dépistage, être évalués, recevoir un suivi approprié et éviter des complications; éviteront de transmettre l’infection à d’autres personnes. Complications. Chez les porteurs chroniques des hépatites B et C, les complications possibles sont: la cirrhose (maladie du foie); le cancer du foie. Transmission. Une personne infectée peut transmettre les hépatites A, B ou C même si elle n’a pas de symptômes. Hépatite A. Le virus de l’hépatite A est présent dans les selles d’une personne infectée. Les selles peuvent se retrouver dans les aliments, dans l’eau ou sur différentes surfaces. Elles ne sont pas toujours visibles. L’hépatite A peut se transmettre par: consommation d’eau ou d’aliments contaminés; contact avec des objets contaminés; contact de la bouche avec l’anus; partage de jouets sexuels; préparation ou consommation de drogues dans des conditions non hygiéniques. Hépatite B. Le virus de l’hépatite B se transmet par les relations sexuelles ou par le sang. La transmission par voie sexuelle peut se produire lors de: relations vaginales (pénétration du pénis dans le vagin); relations anales (pénétration du pénis dans l’anus); partage de jouets sexuels. La transmission par voie sexuelle peut avoir lieu même sans orgasme ou éjaculation. La transmission par le sang peut se produire lors de: partage de matériel de préparation, d’injection ou d’inhalation de drogues; tatouage ou perçage avec du matériel non stérile; contact entre un liquide contaminé par du sang et: une surface de peau endommagée (par exemple par une morsure, une piqûre, une coupure, une plaie), une muqueuse (membrane qui tapisse par exemple la bouche ou les organes génitaux féminins et masculins); transfusion sanguine, lorsque les mesures de sécurité transfusionnelles ne sont pas appliquées (ces mesures sont appliquées au Canada). Une mère infectée peut également transmettre l’hépatite B à son bébé pendant sa grossesse ou au moment de l’accouchement. Pour en savoir plus, consultez la page Infections transmissibles sexuellement (ITSS) et grossesse. Hépatite C. Le virus de l’hépatite C se transmet par les relations sexuelles ou par le sang. La transmission par voie sexuelle peut se produire: lors de la pénétration du pénis dans le vagin ou l’anus. Le risque de transmission par voie sexuelle est plus rare, mais il augmente lors des relations sexuelles anales qui peuvent créer des lésions ou des blessures, comme l’insertion de doigts ou du poing dans l’anus; en présence de sang. La transmission par le sang peut se produire lors de: partage de matériel de préparation, d’injection ou d’inhalation de drogues; tatouage ou perçage avec du matériel non stérile; contact entre un liquide contaminé par du sang avec: une surface de peau endommagée (par exemple par une morsure, une piqûre, une coupure, une plaie), une muqueuse (membrane qui tapisse par exemple la bouche ou les organes génitaux féminins et masculins); transfusion sanguine, lorsque les mesures de sécurité transfusionnelles ne sont pas appliquées (ces mesures sont appliquées au Canada). Une mère infectée peut également transmettre l’hépatite C à son bébé au moment de l’accouchement. Protection et prévention. Vaccination. Il existe un vaccin pour protéger contre l’hépatite A et un autre pour protéger contre l’hépatite B. Au Québec, depuis 2013, les nourrissons peuvent recevoir gratuitement le vaccin contre l’hépatite B dans le cadre du calendrier régulier de vaccination. Il existe également un vaccin combiné qui protège à la fois contre l’hépatite A et l’hépatite B. Au Québec, ce vaccin est offert gratuitement aux élèves de 4 e année du primaire. Il est aussi offert gratuitement à certaines personnes qui présentent plus de risques de contracter ces infections. Il s’agit entre autres des hommes qui ont des relations sexuelles avec d’autres hommes et des personnes qui s’injectent des drogues. Aucun vaccin ne protège contre l’hépatite C. Pour obtenir plus d’information sur les vaccins, vous pouvez: consulter un professionnel de la santé; appeler Info-Santé 811; visiter la page Vaccination. Préparation et consommation de drogue. Le lavage des mains et l’utilisation d’eau stérile pour la préparation et la consommation de drogue diminuent le risque d’attraper l’hépatite A. L’utilisation de matériel neuf pour la préparation, l’injection et l’inhalation de drogue diminue le risque d’attraper les hépatites B et C par voie sanguine. Il ne faut jamais partager le matériel de consommation de drogues. Pour connaître les points de distribution de matériel d’injection de drogues, communiquez avec Info-Santé 811. Tatouage et perçage. Les personnes qui font du tatouage ou du perçage devraient utiliser du matériel neuf, stérilisé ou jetable. Cette précaution diminue le risque de transmettre les hépatites B et C. Elle concerne les rasoirs, aiguilles, lames, bouteilles et encres ainsi que tout ce qui entre en contact avec la peau ou le sang. En ce qui concerne le perçage d’oreilles, le lobe de l’oreille doit être désinfecté avant le perçage et le pistolet perce-oreille doit être désinfecté avec de l’alcool à 70 % entre chaque client. Les personnes qui font du tatouage ou du perçage devraient aussi se laver les mains et porter des gants. Protection sexuelle. Le condom est la meilleure protection contre les hépatites A, B et C lorsqu’il est utilisé: lors de tout contact entre les organes génitaux; pendant toute la durée de la relation sexuelle orale, vaginale ou anale; à chaque relation sexuelle. L’utilisation d’un carré de latex pour couvrir la vulve ou l’anus pendant les relations orales diminue le risque de transmission des virus de l’hépatite. Elle permet d’éviter le contact direct entre la bouche et les parties génitales. Pour fabriquer un carré de latex, déroulez un condom, coupez-en l’extrémité et découpez-le dans le sens de la longueur. L’utilisation d’un gant de latex diminue le risque de transmission de l’hépatite C lors des relations sexuelles avec insertion de doigts ou du poing dans l’anus. Il faut changer de gant entre chaque partenaire. Les jouets sexuels ne devraient pas être partagés. Les personnes qui partagent des jouets sexuels peuvent diminuer le risque de transmission de l’hépatite en les recouvrant avec un condom. Elles doivent changer de condom entre chaque partenaire. En cas de contact avec le sang, le sperme ou les sécrétions vaginales d’une personne infectée. Consultez rapidement un professionnel de la santé ou appelez Info-Santé 811 si: vous avez été en contact avec le sang, le sperme ou les sécrétions vaginales d’une personne qui pourrait être infectée par le virus de l’hépatite B Vous pourriez en effet recevoir un traitement préventif qui permet d’éviter d’attraper l’hépatite B. Ce traitement est appelé « prophylaxie postexposition ». Il doit être administré le plus rapidement possible après le contact. Consultez un professionnel de la santé si: vous avez été en contact avec du sang d’une personne qui pourrait être infectée par le virus de l’hépatite C. Vous pourrez passer un test de dépistage et recevoir un suivi approprié, au besoin. Dépistage. En général, l’hépatite A se détecte lorsqu’il y a des symptômes. Si vous avez des symptômes, consultez un professionnel de la santé. Les hépatites B et C se dépistent par une prise de sang. Une personne doit passer un test de dépistage lorsqu’elle a eu des comportements à risque, par exemple: relations sexuelles non protégées; partage de matériel de préparation, d’injection ou d’inhalation de drogues; tatouage perçage avec du matériel non stérile. La personne pourra ainsi prévenir les complications et éviter de transmettre les hépatites B et C à d’autres personnes. Pour passer un test de dépistage de l’hépatite B ou C, consultez un professionnel de la santé ou appelez Info-Santé 811. Dernière mise à jour: 09 mars 2017, 15:15. L'information contenue sur le site ne remplace en aucun cas l'avis d'un professionnel de la santé. Si vous avez des questions concernant votre état de santé, appelez Info-Santé 811 ou consultez un professionnel de la santé.

complement alimentaire pour maigrir les

Saccharum officinale. Homéopathie. Saccharum officinale (Sucre, y compris le sucre blanc raffiné ou S. Album) Pathogenesies faite par von Boenninghausen et SEBute avec 30AC. SYMPTOMES OU MENTALE pathogenèse de Saccharum officinale 1 - () enfants gourmands, capricieux, qui ne veulent que manger des sucreries. qui se plaignent toujours grognon,, pleurnichards, si elles sont plus âgées, sont insolents et paresseux. 2 - () tempérament violent, irritable, querelleuse, argumentatif. 3 Melanie avec frissons. Déprimé, hypocondriaque. Il ne parlera pas, n'a aucun intérêt, stupeur indifférent. Nostalgie. Symptômes généraux de la pathogenèse ou officinale Saccharum 4 - () s'amincit même avec délectation. L'anémie. Évanouissement. Rachitisme chez les enfants. «Chez les enfants en surpoids, gonflé, les membres du grand" (Farrington). 5 Worst: Tôt le matin, pour la colère. Mieux: dressée (dyspnée). 6 douleurs osseuses dans l'organisme. Besoins et de AVERSIRONES Saccharum officinale 7 - () grand désir de sucre. SPÉCIFIQUES Saccharum officinale 8 - () Vertiges par l'indigestion. Maux de tête chaque semaine le même jour avec des frissons graves. Le poil pousse vite. Froid dans la tête. 9 - () Les yeux fermés paupières enflées et enflammées. Ophtalmie. Falls. L'opacité de la cornée. Vision trouble. 10 - Otorrhée purulente. 11 Sneezing coryza sec. 12 Visage pâle, cadavérique; abogatada ou oedémateux. Secousses musculaires sur sa joue droite. 13 - () enduit blanc est épais. Fissures sur la langue. Grenouillette. Muguet chez les enfants. 14 des ulcères dans la gorge. 15 - () La faim de fièvre. Tôt le matin, des nausées. Vomir. Vomissements de mucus blanc, l'acide épais et adhérant sang avec frissons; journaux. Ventre gonflé, gonflé; modifiée. Digestion lente acidité, avec. Sensation de brûlure dans l'estomac, chaud ou froid. Pression dans l'estomac, le matin à jeun. Douloureuse de constriction dans l'estomac; gastralgies en hypocondriaques. Sensibilité douloureuse à l'épigastre. 16 - () foie enflé, induré. Élargie rate. Douleur dans le foie et la rate. Swollen abdomen, dur comme un roc, chez les enfants; tabès meseiiterica, adenopatia avec induration des ganglions mésentériques. 17 - () La diarrhée avec des selles aqueuses et débilitante ou mucosanguinolentas ou bilieux. Constipation avec selles dures à la selle, en alternance avec la diarrhée. Congestionnés et douloureux hémorroïdes. Prurit anal. 18 La douleur intense dans les reins. Oligurie. Polyurie avec urines une odeur très forte et les sédiments blanc. 19 énorme gonflement du scrotum. Augmentation du désir sexuel. Fréquentes pollutions. 20 règles diminué; pâle. Flow supprimé. 21 - () Irritarion toux laryngée. Enrouement lire. Toux sèche. Toux chez les enfants. Expectorarion jaunâtre, salé, très fetida; froid. L'oppression, dyspnée améliorée redressement. Pneumonie. Gonflement du sternum. Plénitude dans la poitrine, toux mieux. Élancements dans la poitrine gauche. 22 - Douleur dans la poitrine. Pouls faible et irrégulier. 23 - () picotements dans les membres. Éclaircie dans les mains et les cuisses. Oedème aux bras, aux jambes, dur comme pierre. Faiblesse paralytique dans les jambes, les chocs avec les brûlures d'estomac douloureuses. Crampes dans les mollets. 24 Insomnia. Mises en chantier de couchage. 25 - Frissons à partir de 10 h à la brunante, en commençant par le sacrum et l'extension de haut en bas, la modification ou suivie par la transpiration profuse. Froid dans la tête. Irrégulier fièvre intermittente, cala un, deux ou trois jours. 26 - Sécheresse de la peau. Suppression de la transpiration. Taches rouges ou à la peau pâle. Félon. Ulcération de granulations hypertrophiques. Herpès vieux. Saccharum officinale COMPLEMENTAIRES: Calcarca Carbonica (Saccharum est très semblable à Office. "[Farrington]).

aliment bruleur de graisse decathlon españa

Evitez l'alcool. Vive les probiotiques. Vive les bonnes graisses.

boisson brule graisse citron research twitter

Le foie et les hépatites. [title size= »2″]Le foie[/title] Le mot grec pour foie est « hepar » — c’est pourquoi les mots médicaux associés au foie commencent souvent par « hépato » ou « hépatique ». Les Grecs considéraient que le foie était le siège des émotions. Ils pratiquaient « l’hépatoscopie » au cours de laquelle on sacrifiait des bœufs ou des chèvres pour examiner leur foie afin de déterminer la réussite ou l’échec de leurs campagnes militaires. Les Grecs considéraient le foie comme l’organe le plus étroitement en contact avec les divinités. Histoire des hépatites virales. Des sumériens à la découverte du virus de l’hépatite C 5000 ans d’histoire. En savoir plus >> Le foie est l’organe le plus volumineux du corps humain. Il pèse entre 1400 et 1600 grammes et est constitué pour 90 à 95 % de cellules spécifiques, appelées hépatocytes, au nombre d’environ 500 milliards. À tout moment le foie contient environ 10% du sang de votre organisme et il y pompe environ 2016 litres par jour soit 1,4 litre à la minute. C’est un centre de transformation, une station d’épuration, une usine de fabrication et un centre de régulation. [title size= »2″]Hépatite A[/title] VHA est présent dans le monde entier mais les niveaux d’incidence et de prévalence sont liés au niveau de développement économique des régions. Schématiquement, plus les conditions socio-économiques sont mauvaises, plus le taux de personnes ayant rencontré le virus est grand (jusqu’à 100% dans certaines zones d’Afrique) et plus la contamination se fait tôt dans l’enfance. En France, en 1970, 50% des personnes âgées d’au moins 20 ans avaient rencontré le virus. Ils ne sont plus que 10 à 20% aujourd’hui grâce à l’amélioration des conditions d’hygiène; d’où un risque important d’infection lors de voyages en pays de forte prévalence. Comment contracte-t-on l’hépatite A? Le virus de l’hépatite A est présent dans les selles des personnes infectées. l’hépatite A se transmet donc par voie fécale-orale, soit de personne à personne, soit par des aliments ou de l’eau contaminée. Par exemple, on peut contracter le virus en omettant de se laver les mains après avoir changé les couches d’un bébé ou après être allé aux toilettes. On peut aussi l’attraper en consommant de l’eau contaminée ou des aliments qui ont été en contact avec de l’eau contaminée, comme des mollusques et des crustacés crus ou insuffisamment cuits, des légumes, des salades et des fruits non pelés. La contamination peut aussi se produire lorsqu’une personne infectée manipule des aliments. Le virus peut également être transmis au cours de rapports sexuels oraux ou anaux. Le virus peut se transmettre partout où les conditions sanitaires et l’hygiène personnelle sont déficientes. La période de contagion commence 15 jours avant l’apparition des symptômes et se termine 15 jours après leur disparition. [checklist] Délai d’incubation: 15 à 45 jours. Signes et symptômes: La plupart des gens qui font une hépatite A, qu’elle soit légère ou grave, récupèrent de façon naturelle. Les symptômes disparaissent habituellement au bout de 4 à 6 semaines. Il existe un vaccin contre le VHA. Il existe aussi un vaccin combiné contre l’hépatite A et l’hépatite B. [separator top= »50″] [title size= »2″]Hépatite B[/title] L’hépatite B est la maladie sexuellement transmissible la plus répandue sur la planète et la plus meurtrière. 2 milliards d’individus, soit une personne sur trois dans le monde, ont déjà été en contact avec le virus. Actuellement, 350 millions de personnes sont atteintes d’hépatite B chronique. L’hépatite B provoque 2 millions de décès par an: c’est la deuxième cause de cancer dans le monde après le tabac. En France 280 000 personnes sont atteintes d’hépatite B chronique. Elle est à l’origine de 1 500 décès par an. Plus de la moitié des personnes contaminées par le virus de l’hépatite B ignorent qu’elles sont porteuses du virus. Comment contracte-t-on l’hépatite B? Le virus de l’hépatite B est extrêmement contagieux: dix fois plus que le virus de l’hépatite C, cent fois plus que le virus du sida. Il est aussi plus résistant et n’est pas détruit par l’alcool et l’éther. Le virus contenu dans du sang séché peut demeurer stable jusqu’à sept jours à une température de 25 °C. Le VHB se transmet par contact avec le sang et d’autres liquides biologiques (le sperme, les sécrétions vaginales, le lait maternel). Si l’on n’est pas vacciné, on peut être contaminé par: Un rapport sexuel (vaginal, anal ou buccogénital) avec une personne infectée. Le partage ou la manipulation de seringues et de matériel d’injection ou de sniff (cuillère, coton, paille, etc). Le contact direct du sang d’une personne non contaminée avec le sang d’une personne infectée. La grossesse et/ou l’accouchement (transmission du VHB d’une mère contaminée à son nouveau-né). Le partage de rasoirs, brosses à dents, ciseaux, coupe-ongles, pinces à épiler, bijoux de piercing, boucles d’oreille, etc. Le tatouage, l’acupuncture et le piercing réalisés sans les règles d’hygiène nécessaires (le matériel doit être à usage unique ou stérilisé à l’autoclave). On ne peut pas être contaminé par la nourriture, l’eau, l’utilisation commune de toilette. Dans 90 % des cas, l’organisme élimine naturellement le virus. [checklist] Délai d’incubation: 50 à 100 jours. Signes et symptômes: Jaunisse (jaunissement de la peau et desyeux).Autres symptômes généraux, comme de la fatigue, une perte d’appétit, des douleurs aux articulations, des douleurs à l’estomac et une sensation de malaise. Il existe un traitement qui permet de stopper l’évolution dans plus de 50% des cas. Il existe un vaccin efficace contre le VHB. Il existe aussi un vaccin combiné contre l’hépatite B et l’hépatite A. En savoir plus en consultant la brochure: « être hépatant » no 9. [separator top= »50″] [title size= »2″]Hépatite C[/title] L’hépatite C est une maladie relativement fréquente. On estime que 170 millions de personnes, soit 3 % de la population mondiale, ont une infection chronique par le VHC dans le monde et que 3 à 4 millions de personnes sont nouvellement infectées chaque année. On considère que le VHC est responsable d’environ 20 % des cas d’hépatites aiguës et de 70 % des cas d’hépatites chroniques. L’hépatite chronique C est une cause majeure de cirrhose et de cancer primitif du foie (carcinome hépato-cellulaire). L’évolution silencieuse de la maladie et la fréquence élevée de passage à la chronicité expliquent l’existence d’un grand réservoir de sujets infectés. En France 220 000 personnes sont atteintes d’hépatite C chronique dont 1/3 encore non dépistés. Elle est à l’origine de 2600 décès par an. Environ un tiers des personnes contaminées par le virus de l’hépatite C ignorent qu’elles sont porteuses du virus. Comment contracte-t-on l’hépatite C? Le virus de l’hépatite C se transmet principalement par le contact direct avec du sang ou des produits sanguins contaminés. On a répertorié plusieurs cas d’infection par des produits sanguins avant qu’ils soient soumis à des tests pour détecter la présence du virus de l’hépatite C. Toutefois, les techniques de détection actuelles ont virtuellement éliminé le risque de transmission de l’hépatite C aux utilisateurs du système Francais de collecte et de distribution de sang. A l’heure actuelle, la principale voie de transmission du virus de l’hépatite C réside dans l’usage, par les utilisateurs de drogues injectables, de seringues et d’autres instruments contaminés ( 70% des 5000 nouveaux cas par an). Le risque d’infection est également présent lors de l’utilisation de matériel contaminé servant au tatouage, au perçage corporel, à l’acupuncture et à l’inhalation de cocaïne par voie nasale (sniffer). Le risque d’infection par contact sexuel (pratiques traumatiques) ou durant la grossesse reste faible (moins de 5 % plus si la mère présente une double infection hépatite C et VIH) L’hépatite C peut aussi être propagée par le partage, avec une personne infectée, d’articles personnels comme un rasoir ou une brosse à dents. La maladie risque aussi de faire son apparition chez les personnes qui ont reçu des transfusions sanguines avant 1992. L’hépatite C ne se propage pas par contact occasionnel comme le fait de serrer quelqu’un dans ses bras, de l’embrasser, de baiser profond ou de lui serrer la main ou encore à cause de la proximité d’une personne qui éternue ou tousse. Le virus n’est pas présent non plus dans les aliments ou dans l’eau. [checklist] Durée incubation: 15 à 45 jours. Signes et symptômes: De 20 % à 30 % des personnes infectées peuvent faire de la jaunisse (jaunissement de la peau et des yeux). D’autres symptômes de nature générale (malaises, perte d’appétit, douleurs à l’estomac, urine foncée et fatigue) sont observés chez 10 % à 20 % des personnes infectées. De 70 % à 80 % des personnes infectées ne présentent aucun signe ou symptôme d’infection. De 20 % à 30 % des personnes atteintes d’hépatite C aiguë guérissent sans traitement. Il existe un traitement qui permet de guérir dans plus de 50 % des cas (50 à 80 % selon le genotype du virus). Il n’existe pas de vaccin. [tabs tab1= »Hépatite C » tab2= »Traitements »] [tab id=1] [/tab] [tab id=2] [/tab] [/tabs] [separator top= »50″] [title size= »2″]Hépatite D[/title] Les plus forts taux de prévalence sont observés en Italie, au Moyen-Orient, en Afrique et en Amérique du Sud; dans les pays méditerranéens, les infections à VHD sévissent à l’état endémique chez les personnes infectées par le VHB et la transmission du VHD est généralement favorisée par les contacts intimes; dans les régions de non-endémicité. Ce virus n’infecte donc que les personnes déjà infectées par le VHB, soit que l’infection soit simultanée par le VHB et le VHD, soit que le VHD surinfecte une hépatite B chronique. Comment contracte-t-on l’hépatite D? Le virus de l’hépatite D se transmet par l’intermédiaire du sang ou de ses dérivés et touche principalement les utilisateurs de drogues injectables et les hémophiles. [checklist] Signes et symptômes: Les symptômes de l’hépatite D sont identiques à ceux de l’hépatite B. Ces symptômes sont notamment les suivants: jaunisse (jaunissement de la peau et des yeux), fatigue, perte d’appétit, douleurs aux articulations, douleurs à l’estomac et malaises. Il existe un traitement. [separator top= »50″] [title size= »2″]Hépatite E[/title] L’hépatite E n’est pas limitée aux pays les plus pauvres du tiers monde. Elle se rencontre aussi dans les pays développés. En dehors des épidémies, le maintien de la maladie se fait soit par l’existence continuelle de quelques cas sporadiques et une persistance très longue du virus chez certains sujets, soit par le biais d’un réservoir animal. L’homme semble être le principal réservoir de virus et l’existence d’un réservoir animal reste à démontrer. Les pays industrialisés constituent la zone non endémique, dans laquelle seulement quelques cas d’hépatite E sont observés et ne représentent que 0,1 à 1 % des hépatites aiguës. Comment contracte-t-on l’hépatite E? Le virus de l’hépatite E se transmet par voie fécale-orale, ingestion d’eau contaminée (véhicule de transmission le plus fréquent). La transmission de personne à personne semble peu fréquente; lors d’une épidémie, les cas d’infection secondaire dans l’entourage familial sont rares (possibilité de transmission par les aliments). [checklist] Durée incubation: 26-42 jours en moyenne. Signes et symptômes: Jaunisse (jaunissement de la peau et des yeux); autres symptômes généraux, comme des malaises, une perte d’appétit, des douleurs à l’estomac et une inflammation du foie. Le VHE se retrouve dans les matières fécales à partir d’environ 1 semaine avant le début de la maladie et jusqu’à 2 semaines par la suite. Environ 90 % des enfants de moins de 10 ans infectés par le VHE qui vivent dans les régions où le virus est présent ne manifestent aucun symptôme. Le VHE est une maladie que l’organisme est habituellement en mesure de combattre naturellement. Il n’existe pas de thérapie ni de restriction concernant le régime alimentaire ou les activités. Edition d’une Fiche spéciale Hépatite E par le Ministère de la Santé. En France, l’hépatite E circule de façon sporadique. En 2009, plus de 250 cas ont été recensés, dont la moitié dans le sud de la France. Un groupe de travail interministériel et inter-agences a eu pour objectif de rédiger un document d’information à destination des professionnels de santé pour leur permettre de conseiller au mieux leurs patients les plus à risque de développer des formes graves, et répondre à leurs questions. Les autorités sanitaires recommandent aux patients à risque (femmes enceintes, personnes immunodéprimées, personnes présentant une hépatopathie chronique sous jacente…) de ne pas consommer, même cuits, les produits les plus à risques et dont la transmission alimentaire a été démontrée (produits à base de foie cru de porc et produits à base de sanglier ou de cerf). [separator top= »50″] [title size= »2″]Hépatite G[/title] Également connu sous le nom de virus GB-C (VGB-C) La proportion de personnes porteuses se situe entre 2 % et 5 %. Les personnes infectées par le VHG/VGB-C sont souvent coinfectées par d’autres virus, comme le virus de l’hépatite C (VHC), le virus de l’hépatite B (VHB) et le virus de l’immunodéficience humaine (VIH). Comment contracte-t-on l’hépatite G? Le virus se transmet par le sang ou les produits sanguins infectés. Le VHG/VGB-C peut se transmettre par le partage d’articles personnels contaminés et par d’autres comportements analogues (transmission parentérale). Il peut aussi être transmis par une mère à son nouveau-né lors de l’accouchement (transmission verticale) ou par diverses activités sexuelles. [checklist] Signes et symptômes: Contrairement aux autres virus de l’hépatite, le VHG/VGB-C ne cause de symptômes dans pratiquement aucun cas. Il n’existe pas de traitement recommandé contre l’hépatite G. [/checklist] SOS hépatites Fédération déménage le 20 octobre au 14 rue de la Beaune, bâtiment C, 5ème étage, à MONTREUIL.

comment faire disparaître la graisse abdominale homme et femme

Maladie foie. Il y a une deuxième phase dont nous allons parler maintenant. Elle apparaît quand la surcharge de fer commence à devenir toxique pour tous les organes. C’est à ce stade qu’il faut faire le diagnostic, et surtout traiter le malade, car la surcharge n’est pas très élevée. Ce traitement par saignées sera très court. Malheureusement, le diagnostic est fait trop tard le plus souvent, lorsqu’il y a diabète, insuffisance cardiaque, mélanodermie. C’est la troisième phase que l’on ne doit plus voir. Nous en parlerons dans le prochain bulletin. Les premiers signes de l’HG sont à 25-30 ans chez l’homme, à 30-35 ans chez la femme: une fatigue permanente des ennuis sexuels des douleurs des doigts surtout, puis d’autres articulations des troubles cardiaques une augmentation modérée et isolée du volume du foie l’élévation des transaminases. Sur un ou plusieurs de ces signes cliniques, vous devez faire une prise de sang pour rechercher le taux de saturation de la transferrine. Cela coûte 7€, c’est remboursé par la Sécurité Sociale sur prescription de votre médecin. Cette prise de sang vous sauve la vie et vous évite le parcours du combattant que beaucoup d’entre vous connaissent! Reprenons l’un après l’autre ces signes du début. 1°) La fatigue: D’abord elle est physique (50% des malades). Elle est le plus souvent ancienne (au moins un an). Elle est progressive, c’est-à-dire qu’elle augmente très lentement. « Vous allez être obligé de faire la sieste ». Elle est permanente, elle ne vous quitte pas. « A la fin tout vous fatigue, même donner un coup de téléphone ». Elle résiste à tous les médicaments que l’on donne, dit-on, pour la fatigue: vitamine B12, vitamine C (fortement déconseillée), « fortifiants » (encore plus déconseillés) et même le fer! (un comble). Quoi qu’il en soit à 25-30 ans, on est rarement fatigué, on a du « tonus »; être fatigué, c’est anormal. Cette fatigue devient morale. On évoque une « dépression ». Vous dites « broyer du noir », « n’être bon à rien », « avoir peu de goût de la vie », « des crises d’angoisses aiguës », « des idées grises plein la tête et une tristesse qui recouvrait toute ma vie d’un grand manteau terne » disait un malade de Montpellier, dont la détresse du frère était telle, qu’atteint de cette maladie, il s’était laissé mourir. Un malade en dépression nerveuse doit contrôler le taux de saturation de la transferrine. Plus grave, sans diagnostic certains malades ont dû abandonner leur profession par force. Plus la fatigue physique ou psychique est ancienne, plus vous devez penser à une hémochromatose. L’autre problème est le retentissement familial de l’état d’incapacité du père ou de la mère devant les enfants de plus en plus soucieux. On n’aime pas voir ses parents malades et en arrêt de travail parfois, ou plus grave, déclarées invalides! Pour certains, « on ne vous croit pas, vous faites partie des malades imaginaires », au pire on vous traite d’alcooliques. 2°) Les ennuis sexuels: Ils sont très fréquents et devraient donner l’alerte, mais souvent non avoués par dignité, car c’est la période la plus propice où l’homme ou la femme ne doivent pas avoir de « panne sexuelle », c’est-à-dire perte du désir, impuissance. Mais il est évident qu’une fatigue permanente sans diagnostic, un état dépressif considéré comme des troubles psychiques et traité par des médicaments anti-dépresseurs vont aggraver la perte de la libido. A l’âge de 30-35 ans, l’explication est l’HG. « Fatigué, mon travail étant menacé, je n’avais plus envie de poursuivre des relations sexuelles: ma femme a divorcé » nous a dit ce malade de Lille. La baisse du taux de testostérone (hormone mâle) entraîne aussi une dépilation (chute des poils), une sécheresse de la peau, une chute des cheveux qui vont dans le même sens. Le traitement n’est pas au début de faire des injections de testostérone, mais de traiter l’hémochromatose. Les faits sont les mêmes chez la femme: « Le déclin du désir sexuel peut l’atteindre jusqu’à disparition complète et Madame pensera que c’est normal, passé l’âge de la maternité, qu’il lui faut s’occuper maintenant et uniquement de ses petits-enfants! » Plus rarement l’aménorrhée fait évoquer à tort une ménopause précoce. 3°) Les douleurs rhumatismales localisées d’abord aux doigts, aux mains, puis aux poignets, coudes, genoux., épaules, hanches… Elles surviennent surtout chez la femme mais ne sont pas rares chez l’homme. Caractéristiques sont les douleurs aux doigts, plus particulièrement aux articulations métacarpo-phalangiennes et interphalangiennes des 2 ème et 3 ème doigts! Surtout au serrement de mains. « La poignée de main (coutume bien française) fait mal ». Cela peut être le premier signe isolé. On pense à des rhumatismes surtout lorsque les douleurs deviennent diffuses, vous réveillent la nuit, atteignent les poignets, les chevilles, les coudes, les épaules et évoluent par poussées inflammatoires, parfois elles rappellent des crises de goutte. Il n’y a pas de rhumatisme localisé à 20-30 ans! Si vous hésitez, demandez à votre médecin une radiographie des mains, une fois sur deux vous verrez au niveau des articulations métacarpo-phalangiennes et inter-phalangiennes, aux genoux, une opacité appelée « chondrocalcinose » qui est la précipitation du Ca dans les cartilages, parfois un pincement de l’articulation et des géodes (trous dans l’os). A 30 ans, c’est une HG ou une maladie de Wilson (surcharge en cuivre). Voyez votre médecin pour prendre des anti-inflammatoires ou faire des infiltrations. Un diagnostic précoce évite des destructions articulaires qui obligent à mettre des prothèses de hanche, de genou.. L’ostéoporose est un signe plus tardif en général de l’HG. L’os devient transparent et cassant. Il peut survenir des fractures. On doit, sur ces images radiologiques d’ostéoporose, rechercher une HG. 4°) Des troubles cardiaques: Ils sont très sournois. C’est le plus souvent un essoufflement à l’effort. Vous êtes obligé maintenant de prendre l’ascenseur ou saisir la rampe d’escalier pour monter deux étages! Ce sont des faux pas du cœur, c’est-à-dire des extrasystoles, en fait le début des troubles du rythme. Au début peuvent survenir une accélération du rythme cardiaque, plus rarement des épisodes de fibrillation auriculaire, rarement des signes d’insuffisance cardiaque, car au début le ventricule gauche du cœur s’épaissit pour augmenter sa force afin de compenser le dépôt de fer qui gène son fonctionnement. 5°) L’atteinte du foie: Elle est rare au début bien que le foie soit le premier organe sur la route du fer. Sa masse énorme (c’est le plus gros organe du corps) capte le fer qui vient directement de l’intestin pendant longtemps sans donner de signe de souffrance. Sachez quand même qu’une augmentation modérée et isolée du volume du foie, sans aucun autre symptôme, c’est-à-dire bien tolérée, doit faire évoquer une HG. Mais attention, l’atteinte du foie évoque à tort souvent, une intoxication alcoolique (plus fréquente que l’HG!) et pour ce malade il est difficile de dissuader les quelques médecins qui se trompent. L’alcool donne rarement un gros foie isolé; il y a en même temps un tremblement des mains, du sulictère (jaunisse), des troubles caractériels et une plainte des familles. De plus les tests hépatiques (gamma GT, transaminases OT, cholestérol) sont perturbés. Il est facile, dans le doute, de demander la saturation de la transferrine et la ferritine. 6°) L’élévation des transaminases vue sur une prise de sang: Ces substances contenues dans les cellules du foie et qui servent aux échanges s’échappent lorsque ces cellules du foie souffrent de la surcharge en fer. Elles passent dans le sang, leur taux s’élèvent. Normalement aux environs de 20 à 40 ui/l, leur taux peut s’élever jusqu’à 80-10 ui. Si elles sont isolées sans autres causes: alcoolisme, hépatite C plus souvent, il faut penser toujours à une HG. Enfin, comme il s’agit d’une maladie héréditaire récessive, (c’est-à-dire heureusement intermittente) pensez toujours à regarder l’état de santé de vos parents ou grands-parents maternels ou paternels. Ils sont plus âgés donc vous allez trouver des signes évidents de l’HG dont je vous ai parlé: ceux de la troisième phase: mélanodermie, diabète, insuffisance cardiaque. L’existence d’un diabète sucré insulinodépendant, de douleurs rhumatismales ayant nécessité parfois une prothèse (genou, hanche), une insuffisance cardiaque grave avec œdèmes des membres inférieurs et gros cœur, un gros foie avec même cirrhose et cancer du foie. Malheureusement vous pouvez aussi apprendre qu’il y a eu des décès précoces à 50 ans dans votre famille ou chez vos oncles, tantes, par exemple, dus à un diabète, un cancer du foie ou une maladie du cœur. En conclusion: à 20-30 ans chez l’homme, 30-35 ans chez la femme, il est anormal que vous vous plaignez: § de fatigue physique, psychique, sexuelle. § de rhumatismes isolés aux mains ou diffus, inflammatoires ou « goutteux » § d’atteinte cardiaque avec essoufflement, troubles du rythme. § d’un petit gros foie isolé. § d’une élévation des transaminases. Allez consulter votre médecin pour faire rapidement un test de saturation de la transferrine ou sidérophiline, faites une enquête dans votre famille. Vous pouvez alors guérir avec quelques saignées par an (mais à vie). Vous ne verrez pas apparaître les grandes complications de cette maladie génétique. Et si vous faites une enquête dans votre famille et en particulier chez vos enfants, vous allez voir « disparaître » cette maladie qui reste un scandale de santé publique. Pr Henri MICHEL. Bulletin bimestriel n° 68 - Mars-Avril 2003.

Mal au foie: les symptômes. Depuis quelque temps vous ne vous sentez pas bien, vous avez mal au cœur, et ressentez comme une douleur en haut du ventre? Et s’il s’agissait d’un problème au foie? Découvrez les symptômes d’un problème de foie.. Partager cette astuce. ont trouvé cette astuce utile, et vous? ça a marché pour moi. Depuis quelque temps vous ne vous sentez pas bien, vous avez mal au cœur, et ressentez comme une douleur en haut du ventre? Et s’il s’agissait d’un problème au foie? Découvrez les symptôme s d’un problème de foie. Symptômes d’un problème au foie. 1 - Mal au cœur. Après avoir mangé on a mal au cœur, et on ressent comme une sensation de lourdeur niveau du ventre, et parfois des vertiges. Dans les cas les plus graves ces sensations entrainent des vomissements. 2 - Douleur haut du ventre. Quand le foie est engorgé on ressent une douleur en haut du ventre, juste en-dessous des côtes, s’accompagnant parfois d’un mal de dos et d’une sensation de brûlure. Prenez votre température afin de vérifier si vous n’avez pas de fièvre. La fièvre indiquerait une inflammation ou une infection. 3 - La peau jaune. C’est sans doute la manifestation la plus connue, et la plus visible, d’un problème de foie. La couleur jaune de la peau (la jaunisse ou l’ictère) est liée à l’excès excès de bilirubine (bile) dans le sang et dans l’organisme. 4 - Des selles de couleur claire. Normalement le foie libère des sels biliaires dans les selles, ce qui entraîne des selles de couleur brunes. Du fait de la réduction de la production de bile, la couleur des selles claires peut indiquer un problème au foie, La peau jaune (ictère ou jaunisse) se produit souvent lorsque les selles sont décolorées en raison de l’augmentation de la bile chimique dans le corps. 5 - Des démangeaisons sur tout le corps. Les démangeaisons de la peau légères ou intenses, dues à l’accumulation de bile et des toxines, sont une indication d’un problème au foie. 6 - Une enflure des jambes et des pieds. Lorsque le foie ne fonctionne plus normalement parfois survient une accumulation d’eau au niveau du ventre (ascite) et/ou des chevilles (œdèmes) 7 - Des saignements et des bleus. Si vos gencives et vos narines saignent souvent, si des hématomes apparaissent sur votre corps aux moindres traumatismes, il peut s’agir d’un problème de foie. Ces symptômes vous sont connus, vous en souffrez? Consultez votre médecin! En attendant cette visite. Remèdes contre le mal au foie. Buvez beaucoup toute la journée, mais plus une goutte d’alcool, ni de soda, ni de boissons gazeuses. - Buvez de l’eau. Buvez de l’eau de source toute la journée! L’eau nettoie tous les organes, et élimine les toxines. - Buvez de l’eau citronnée. Buvez chaque matin au réveil un verre d’eau + le jus d’un demi-citron. - Buvez du jus de pomme. - du jus de carotte. - du thé vert. - Buvez une infusion d’artichaut. Dans une tasse versez de l’eau bouillante sur 2 g de feuilles d’artichaut séchées. Laissez infuser 10 minutes. Filtrez. Buvez 3 fois par jour, de préférence avant les repas. - Buvez une infusion de chardon-mari. Dans une tasse versez de l’eau bouillante sur 5 gr de fruits broyés de Chardon-Marie. Laissez infuser 10 minutes. Filtrez. - Buvez une infusion de boldo. Dans une tasse versez de l’eau bouillante sur 2 g de feuilles séchées de boldo. Laissez infuser 10 minutes. Filtrez. - Buvez une décoction de betterave rouge. Dans une casserole faites bouillir, dans un litre d’eau, pendant 5 minutes, une betterave crue de taille moyenne, et coupée en morceau. Filtrez. Buvez pendant 15 jours, un verre 20 minutes avant les 3 repas. - Mangez des fruits et des légumes. Noisettes, amandes,, pistaches, noix de cajou.