regime pour maigrir vite femmes russes


Qu'est-ce que la Nash, ou "maladie du foie gras"? Cette pathologie du foie due à la consommation de sucres a été mise en lumière par le chroniqueur sportif Pierre Ménès. Partout dans le monde, le nombre de cas est en constante augmentation. Elle touche environ 1% de la population française, mais les spécialistes estiment qu'elle est encore largement sous-estimée. La stéatose hépatique non alcoolique, appelée aussi Nash (pour "Non Alcoolic Steato Hepatitis"), est une grave inflammation du foie, qui n'est pas due à l'alcool mais à la consommation de sucre. Partout dans le monde, le nombre de cas augmente, corrélé à la pandémie de diabète et d’obésité. D'ici à 2020, la Nash pourrait même devenir la première cause de greffe du foie. Si le chroniqueur Pierre Ménès a largement contribué à la mettre en lumière, cette maladie reste assez méconnue aujourd'hui. De quoi s'agit-il? Schématiquement, le "foie gras" est dû à une accumulation de graisse dans le foie, ce qui s’accompagne d’une inflammation et d’une dégénérescence des cellules hépatiques. Cela peut, dans les cas les plus graves (un sur trois ou quatre) mener à une cirrhose, comme en cas de consommation excessive d'alcool ou d'infection virale. Plus inquiétant encore: 5% des malades développeront, à terme, un cancer du foie, dont le pronostic de survie est faible. La Nash touche en particulier les personnes en surpoids et/ou diabétiques. Sachant qu'en France, un tiers d'adultes sont en surpoids et 15% souffrent d'obésité, le nombre de Nash devrait inévitablement augmenter, s'inquiètent les spécialistes. La situation est d'autant plus préoccupante que l'obésité "a atteint les proportions d’une épidémie mondiale", comme le notait l'OMS en 2014. Si un Français sur cent est atteint par la "maladie du foie gras", selon les chiffres officiels, certaines études estiment que 20% de la population est concernée. Aux États-Unis, où le nombre d'obèses touche près de 40% des adultes, la Nash est même devenue la première cause de transplantation du foie, a souligné Lawrence Serfaty, patricien hospitalier au sein de l'APHP dans le service d’hépatologie à l’hôpital parisien Saint-Antoine, à l'occasion du congrès dédié à cet organe "Paris Hepatology Conference", organisé les 30 et 31 janvier dernier. Quelles causes? Cette pathologie a émergé il y a quelques années seulement - la publication des premières recommandations américaines date de 2012 - notamment en raison de l'évolution de nos conditions de vie et de la malbouffe. "C'est une maladie de civilisation, une maladie du manger trop gras", confirme le docteur Gérald Kierzek, consultant santé pour Europe 1. Alimentation trop grasse, trop riche en sucres rapides… la Nash a aussi été appelée "maladie du soda". Mais les causes sont plus multiples que cela, car la maladie s'installe aussi quand la personne n'a pas assez d'activité physique. L’âge, la sensibilité à l’insuline, les dyslipidémies, l’hypertension et l’augmentation des enzymes hépatiques sont d'autres facteurs de risque. Quels symptômes? Jusqu’à un stade avancé, la maladie est "asymptomatique", c’est-à-dire sans symptômes. Certains patients se plaignent d'une perte d'appétit, d'un malaise abdominal, d'une jaunisse, de pieds gonflés. Mais quand ces signes se font sentir, il est déjà souvent trop tard. Dans son livre Deuxième mi-temps, le "Monsieur football" de Canal+, Pierre Ménès, raconte l'attente de ses deux greffes du foie et du rein et la difficulté du dépistage de la Nash. Le chroniqueur sportif s'est vu détecter une cirrhose très avancée alors qu’il n’avait ressenti aucune douleur particulière jusque-là. Si une prise de sang pose un premier diagnostic, une échographie abdominale permet de visualiser la graisse. Cependant, seule une biopsie du foie permet d’établir un diagnostic sûr et de connaître le degré d'inflammation et de fibrose. Quels traitements? À l'heure actuelle, le meilleur traitement consiste à changer son quotidien: manger moins gras, moins sucré et faire davantage d’exercice physique. Une perte de poids de 8 à 10% permet en effet d'améliorer la fonction hépatique et de réduire le risque cardiovasculaire, première cause de mortalité chez ces patients. Certains médicaments peuvent également améliorer la sensibilité à l’insuline. Plus le stade de la maladie est avancé, plus cela devient toutefois compliqué. Mais pour l'instant, aucune pilule miracle n'a été approuvée contre cette atteinte hépatique. "Une centaine de compagnies, essentiellement américaines, ont des molécules en développement", assure cependant le Pr Serfaty.

boisson amaigrissante efficace maison du lac

L'Hépatectomie. Le terme d' hépatectomie est synonyme de résection hépatique: c'est le geste chirurgical qui permet l'ablation d'une partie du foie. Les hépatectomies sont indiquées pour le traitement: des tumeurs hépatiques: tumeurs bénignes, tumeurs malignes primitives et métastases hépatiques de pathologies infectieuses du foie: kystes parasitaires, abcès chroniques bactériens de malformations du foie: dilatations localisées des voies biliaires. Dans le traitement de ces pathologies, l'hépatectomie détient un rôle majeur, mais elle fait partie d'un arsenal thérapeutique varié qui comprend également la radiofréquence, la cryothérapie, la chimiothérapie systémique ou intra-artérielle hépatique, la radiothérapie, les drainages biliaires endoscopiques ou percutanés. Les hépatectomies anatomiques et atypiques. Le foie est un organe parenchymateux (plein), volumineux et très richement vascularisé. Les divisions des vaisseaux sanguins (veine porte, artères hépatiques), des canaux biliaires, et le système efférent des veines hépatiques partagent le foie en huit segments. Ainsi on distingue: une partie droite ou "foie droit", formée de deux secteurs (secteur antérieur qui comprends les segments 5 et 8, et secteur postérieur qui comprends les segments 6 et 7), une partie gauche ou "foie gauche" (qui comprends les segments 2, 3 et 4) et un segment situé à la partie postérieure du foie, en rapport étroit avec la veine cave, le segment 1. Cette segmentation anatomique permet la réalisation des hépatectomies anatomiques ou typiques, lors desquelles un ou plusieurs segments sont réséqués en suivant les plans qui les séparent (scissures). Ces divisions anatomiques ne sont pas apparentes à la surface du foie et l'apport de l'échographie per-opératoire est indispensable. Les hépatectomies typiques les plus pratiquées sont l' hépatectomie droite qui enlève le foie droit (segments 5, 6, 7 et 8), l' hépatectomie gauche (les segments 2,3 et 4) et la lobectomie gauche (segments 2 et 3). Dans la partie antérieure du foie, l'insertion du ligament rond et du ligament falciforme séparent le foie en lobe gauche (segments 2 et 3) et lobe droit (segments 4 à 8). La résection d'un ou plusieurs segments en plus d'une hépatectomie droite ou gauche et en contiguïté avec la partie réséquée définit une hépatectomie élargie: hépatectomie droite élargie au segment 4 (lobectomie droite) ou élargie au segment 1, hépatectomie gauche élargie au segment 1, 5 ou 8 ou aux segments 5 et 8 (donc au secteur antérieur du foie droit). Les résections d'une partie d'un ou de plusieurs segments, qui ne respectent pas les plans de séparation vasculaire et biliaire, constituent les hépatectomies non-anatomiques ou atypiques. La forme extrême d'hépatectomie atypique est la tumorectomie qui consiste en une résection d'une tumeur superficielle avec un sacrifice minime du parenchyme avoisinant. Dans le cas d'une tumeur maligne, la tumorectomie - on parle aussi de métastasectomie lorsqu'il s'agit d'extraire une tumeur métastatique - s'effectue avec une marge de sécurité, c'est-à-dire qu'on réséque aussi le parenchyme adjacent afin d'être sûr qu'il n'y a pas de résidu tumoral après la résection. Les hépatectomies majeures. Une hépatectomie peut avoir des conséquences immédiates sur la fonction hépatique si le volume hépatique fonctionnel réséqué est important. C'est le cas avec les hépatectomies dites majeures, qui enlèvent au moins trois segments hépatiques. Les conséquences de ces hépatectomies sur la fonction hépatique varient en fonction du volume hépatique fonctionnel réséqué et de l'état du foie laissé en place. Les gestes associés. En fonction de la localisation des tumeurs réséquées lors des hépatectomies et de l'envahissement local, différentes résections complémentaires des organes adjacents peuvent être effectuées. Les plus typiques sont: la résection de la veine cave inférieure (qui est remplacée par une prothèse vasculaire) la résection de la partie droite du diaphragme (qui est remplacé par une prothèse pariétale) la résection de la voie biliaire principale qui se situe en dehors du foie: l'opération nécessite une anastomose biliodigestive. La résection des tumeurs volumineuses situées dans la partie postérieure du foie nécessite la combinaison des techniques chirurgicales de l'hépatectomie avec celles de la transplantation hépatique pour réaliser des hépatectomies ex-situ. Le chirurgien effectue l'ablation complète du foie, il résèque la tumeur et réalise des reconstructions vasculaires et biliaires en dehors du corps, puis réimplante le foie. Laparotomie et Coelioscopie. Les hépatectomies peuvent être effectuées: soit par ouverture directe de la cavité abdominale, sous contrôle visuel et manuel direct, on parle alors d'hépatectomie par laparotomie, soit par le biais du contrôle vidéo, avec des instruments longs qui seront introduits dans la cavité abdominale par des petites incisions de 1 cm, à travers des trocarts: il s'agit en ce cas d'une hépatectomie par cœlioscopie ou laparoscopie. Les avantages de la laparotomie sont qu'elle permet la réalisation de toutes les hépatectomies et de toutes les gestes associés et qu'elle permet le contrôle par palpation des structures. L'utilisation des loupes chirurgicales (2,5x à 4,5x) peut être nécessaire pour le contrôle des structures les plus délicates. Les avantages de la cœlioscopie sont qu'elle réalise un traumatisme moindre sur la paroi abdominale et sur les organes abdominaux, permettant ainsi un meilleur contrôle de la douleur post-opératoire, qu'elle permet une inspection de toute la cavité abdominale par le même abord et qu'elle permet une visualisation agrandie de toutes les structures, identique pour tous les chirurgiens qui participent à l'intervention. La cœlioscopie nécessite l'insufflation de dioxyde de carbone à basse pression dans la cavité abdominale, permet des angles de vision qui ne sont pas possibles par laparotomie et prend généralement plus de temps. Toutes les hépatectomies ne peuvent pas être réalisées par cœlioscopie, surtout quand les tumeurs sont situées à la partie postérieure et haute du foie et quand le contact avec les structures vasculaires est intime. Pour toutes les hépatectomies les arguments pour et contre la laparotomie et la cœlioscopie sont discutés et la méthode la mieux adapté est choisie. Dans tous les cas, les hépatectomies ont lieu sous anesthésie générale. Hépatectomies en deux ou plusieurs temps. La régénération hépatique. Après une hépatectomie importante, le foie se régénère. Il reçoit des stimuli de division cellulaire et, en multipliant le nombre de ses cellules et en augmentant la taille des segments laissés en place (hypertrophie), il tend à remplacer le volume hépatique enlevé. Ce phénomène de régénération hépatique se réalise en 2 à 6 semaines après l'hépatectomie, et permet des résections importantes (avec le risque de dysfonction hépatique transitoire) ou des résections répétées. Stratégie de l'hépatectomie en deux ou plusieurs temps. Une hépatectomie qui laisse en place moins de 27% du parenchyme hépatique fonctionnel ou un foie de poids inférieur à 0,5% du poids corporel entraîne une augmentation très importante du risque de complications graves post-opératoires. Dans ces conditions, le risque est que le volume du foie soit insuffisant pour réaliser en même temps la régénération et assurer son rôle vis à vis de l'organisme - sa fonction d'homéostasie. Cette défaillance est appelée "syndrome small-for-size", de l'expression anglaise indiquant que le volume du foie est trop petit par rapport à la taille de l'individu. Pour réaliser les hépatectomies qui nécessitent la résection d'un volume de foie approchant ou dépassant ces limites, plusieurs gestes sont habituellement associés. L'embolisation portale est le chef de file. Elle consiste en l'injection percutanée d'un produit épais qui bouche les branches portales destinés à la partie du foie qui sera enlevée quelques semaines plus tard, pour permettre une hypertrophie du foie qui restera en place, dès avant l'hépatectomie. L'embolisation des veines sus-hépatique peut potentialiser l'effet de l'embolisation portale dans certains cas. En per-opératoire, les embolisations sont remplacées par ligature des pédicules portaux ou sus-hépatiques. La destruction par radiofréquence (percutanée ou peropératoire) de petites lésions situées en profondeur de manière isolée peut également aider à l'épargne parenchymateuse. La chimiothérapie permet également la diminution de taille des lésions, ce qui fait que la résection avec une marge de sécurité suffisante sera réalisée plus facilement parce que l'écart des structures vasculaires sera augmenté. L'exemple type de la combinaison de ces techniques est la résection des métastases hépatiques en deux temps. Le premier temps consiste en la réalisation d'un nettoyage par résections limitées d'un côté et une ligature du pédicule portal de l'autre côte, celui qui contient les lésions les plus volumineuses et les plus nombreuses. Une chimiothérapie d'intervalle peut être réalisée. Dans un deuxième temps, une hépatectomie majeure est réalisée qui enlève la partie du foie précédemment dévascularisée. lement dans les quelques semaines qui suivent l'opération, mais la récupération de la capacité d'effort d'avant la maladie nécessite souvent plusieurs mois. Ré-hépatectomie. Grace à la régénération hépatique il est possible de réaliser des hépatectomies successives à plusieurs mois ou plusieurs années d'intervalle en cas de récidive de la maladie initiale, sans additionner les pourcentages de volume hépatique réséqué. Les ré-interventions sont toujours techniquement plus délicates, à cause de la présence des adhérences postopératoires et de l'aspect macroscopique du foie modifié par l'hypertrophie. Mais les réhépatectomies sont effectués couramment. L'échographie per-opératoire y joue un rôle encore plus important.

infusion brule graisse maison scotch amsterdams

Forum "maladies du Foie" Parfois les variations de poids peuvent faire monter les transaminases. Revenez nous voir quand vous aurez un diagnostic.

comment maigrir rapidement naturellement movies 2018

One more step. Please complete the security check to access m.activebeat.com. Why do I have to complete a CAPTCHA? Completing the CAPTCHA proves you are a human and gives you temporary access to the web property. What can I do to prevent this in the future? If you are on a personal connection, like at home, you can run an anti-virus scan on your device to make sure it is not infected with malware. If you are at an office or shared network, you can ask the network administrator to run a scan across the network looking for misconfigured or infected devices. Cloudflare Ray ID: 41ac8bebb2b02b58 • Your IP: 88.85.81.102 • Performance & security by Cloudflare.

quelle plante pour maigrir images

Douleur foie. Le foie est le plus gros organe interne du corps. Ses fonctions principales consistent à: métaboliser la plupart des nutriments absorbés par les intestins; stocker des nutriments; fabriquer des protéines; nettoyer le sang en le débarrassant des médicaments, de l'alcool et des substances chimiques potentiellement nocives qu'il contient, et en traitant ces substances chimiquement pour qu'elles puissent être excrétées par le système digestif ou l'appareil urinaire. En contact avec de nombreuses substances dangereuses, le foie est protégé des maladies de deux manières. D'une part, il peut se régénérer en réparant ou en remplaçant les tissus qui présentent des lésions. D'autre part, le foie a plusieurs unités cellulaires affectées à la même tâche. Ainsi, si une zone est endommagée, d'autres cellules exécuteront les fonctions de la région lésée, indéfiniment ou jusqu'à ce qu'elle soit réparée. Il existe une large gamme de troubles du foie, entre autres les hépatites, la cirrhose, les tumeurs et les abcès, pour n'en citer que quelques-uns. Nous nous concentrerons ici sur les 2 formes les plus courantes: les hépatites et la cirrhose. Il existe plusieurs types d'hépatites et même si leurs symptômes sont similaires, elles se contractent de différentes manières. L'hépatite A est la plus courante et la plus contagieuse, elle se transmet facilement d'une personne à une autre comme la plupart des virus. Elle touche des millions de personnes dans le monde et est responsable de plus de 2 millions de décès par an. L'hépatite B est généralement contractée par contact avec du sang contaminé, les sécrétions vaginales et le sperme. On estime qu'environ 300 000 personnes au Canada souffrent d'hépatite B. L'hépatite C, selon les estimations, affecte environ 3,5 millions de personnes en Amérique du Nord. Approximativement 15 % des personnes atteintes d'hépatite C ont presque certainement été contaminées par transfusion sanguine avant la généralisation des tests de détection appropriés. L'hépatite D est plutôt exceptionnelle, car elle n'atteint que les personnes qui ont déjà été touchées par l'hépatite B. Le second type de troubles du foie est la cirrhose. Elle constitue le stade final de plusieurs formes différentes de maladies du foie. La cirrhose provoque des cicatrices permanentes dans le foie, lesquelles peuvent avoir des répercussions graves sur le bon fonctionnement de cet organe. Vous ne savez pas par où commencer? Créez un guide de discussion personnalisé pour votre rencontre avec le médecin. Vous désirez être guéri? Alors, parlons-en. Causes. L'hépatite est une inflammation du foie qui peut être provoquée par un virus, des troubles héréditaires et parfois par certains médicaments ou toxines tels que l'alcool et les drogues. Les scientifiques ont identifié 4 types principaux d'hépatite virale: l'hépatite A, l'hépatite B, l'hépatite C et l'hépatite D. Un 5e type, l'hépatite E ne se rencontre pratiquement pas en Amérique du Nord. L' hépatite A est véhiculée par l'eau et se transmet principalement par l'intermédiaire des égouts, de l'eau et des aliments contaminés. L' hépatite B se transmet par contact avec du sperme, du sang ou des sécrétions vaginales contaminés, ainsi que de la mère à l'enfant au cours de la grossesse. Par conséquent, l'hépatite B est le plus souvent transmise lors de relations sexuelles non protégées et par des aiguilles contaminées (y compris celles utilisées pour des tatouages, l'acupuncture et le percement des oreilles). L' hépatite C se propage par contact direct sanguin. L' hépatite D se transmet par l'intermédiaire d'aiguilles et de transfusions sanguines contaminées. Les améliorations qui ont été réalisées en ce qui concerne les tests de dépistage des dons de sang ont considérablement réduit le risque de la transmission de l'hépatite B ou C par des transfusions. Par ailleurs, l'hépatite B et C peuvent toutes deux se propager lors de l'utilisation de rasoirs, de brosses à dents et de coupe-ongles. La cause principale de cirrhose est une infection chronique par le virus de l'hépatite C. Parmi les autres causes on retrouve: une consommation alcoolique prolongée et excessive; une infection chronique par le virus de l'hépatite B; des troubles héréditaires du métabolisme du fer et du cuivre; des réactions graves à certains médicaments; une stéatose hépatique (une accumulation des graisses dans le foie) imputable à l'obésité; des infections causées par des bactéries et des parasites habituellement originaires des tropiques; des crises cardiaques répétées accompagnées de congestion du foie et d'une obstruction des voies biliaires. La cirrhose détruit les tissus du foie progressivement et de manière irréversible, à la suite d'une infection, d'un empoisonnement ou d'une autre affection. Le tissu hépatique sain est remplacé par des cicatrices et les zones de régénération des cellules hépatiques. Parlez de l’hépatite C avec votre médecin à l’aide d’un guide de discussion personnalisé. Obtenez l’info dont vous avez besoin. N’attendez plus pour être guéri. Symptômes et Complications. L'hépatite et la cirrhose présentent peu de signes d'alerte. Dans la phase aiguë de la plupart des hépatites, des symptômes évoquant ceux de la grippe pourraient se manifester sous forme de fatigue, de fièvre, de nausées, d'un manque d'appétit et de douleurs (habituellement sous les côtes du côté droit de la cage thoracique). Une jaunisse (la coloration jaune de la peau et du blanc des yeux) pourrait également se déclarer. Après la phase aiguë, les complications varient en fonction du type d'hépatite. À ce stade, l'hépatite A disparaîtra en conférant une immunité définitive. Dans le cas des hépatites B et C, les particules virales peuvent rester dans l'organisme et provoquer une infection chronique qui durera plusieurs années. Cette atteinte peut dégénérer en cirrhose, et dans certains cas, en cancer du foie. Parmi les signes et les symptômes d'une cirrhose figurent: une douleur abdominale; une fatigue générale; des saignements intestinaux; une démangeaison; une jaunisse (le jaunissement de la peau et du blanc des yeux); une baisse de la libido (le désir sexuel); des nausées et des vomissements; l'apparition de petits vaisseaux sanguins sous-cutanés ou de contusions faciles; le gonflement de l'abdomen et des jambes causé par une accumulation de liquides; de la faiblesse; une perte de poids. Les personnes atteintes de cirrhose doivent consulter un médecin en urgence si elles présentent l'un des symptômes ci-après: une confusion mentale; un saignement rectal; des vomissements de sang. Diagnostic. Les médecins dépistent les hépatites à l'aide d'analyses sanguines et d'un dossier médical complet. Ils vous poseront des questions pour savoir si vous avez effectué: des injections intraveineuses de drogues; la dégustation récente de crustacés provenant d'eaux polluées; des voyages dans des pays où les infections hépatiques sont répandues; un contact direct avec du sang ou une transfusion sanguine; des pratiques sexuelles potentiellement dangereuses; la prise de certains médicaments au cours des derniers mois. Le diagnostic de la cirrhose s'appuie sur les antécédents cliniques ou médicaux, votre aspect physique et les résultats des analyses sanguines. Il est également possible de procéder à une biopsie du foie pour confirmer le diagnostic. Traitement et Prévention. Il n'existe pas de traitement spécifique des hépatites aiguës. Il n'est pas toujours nécessaire de rester au lit, mais vous pourriez vous sentir mieux si vous limitez vos activités physiques. Il est important de maintenir un apport calorique adéquat. Votre médecin peut vous recommander de faire de petits repas fréquents, riches en calories et de boire beaucoup de liquides. Vous devriez éviter l'alcool ou en limiter la consommation afin d'aider le foie à guérir. Si vous êtes incapable de manger ou de boire, vous devrez peut-être séjourner à l'hôpital. Afin de diminuer le taux de virus dans le corps, des personnes atteintes de l'hépatite B ou C pourraient tirer parti de médicaments qui peuvent freiner la réplication (la reproduction) virale. Vous devriez discuter des risques et des bienfaits de ces médicaments avec votre médecin. Dans le cas des hépatites B ou C, votre médecin effectuera probablement une surveillance périodique ciblant les signes d'inflammation du foie. Il n'est généralement pas nécessaire d'isoler les personnes atteintes d'hépatites, mais les proches doivent être prévenus du mode de transmission du virus. Il est très important de se laver les mains après chaque visite aux toilettes. Les gouvernements et les professionnels de la santé luttent contre la propagation des hépatites de diverses façons. Par exemple, il existe un vaccin efficace contre l'hépatite A. Il existe également des programmes mondiaux d'immunisation contre l'hépatite B, et l'analyse des dons de sang est devenue une pratique courante pour la détection de l'hépatite C. Au Canada, la vaccination contre l'hépatite B est recommandée pour l'ensemble de la population et fait partie de la série des premières vaccinations infantiles. Si vous êtes sur le point d'entreprendre un voyage dans les pays où l'hépatite B est répandue, vous devriez vérifier auprès de votre médecin ou d'une clinique pour voyageurs si vous devriez vous faire vacciner contre l'hépatite A ou B. Il n'existe pas encore de vaccin contre l'hépatite C. Pour prévenir la transmission des hépatites virales, il est primordial que le personnel médical qui entre en contact avec des ustensiles, des literies ou des vêtements contaminés se lave soigneusement les mains. Les personnes qui dispensent des soins médicaux devraient se faire vacciner, car elles courent un risque élevé d'infection à cause de leur contact avec des personnes infectées. Il n'existe pas de traitement efficace contre la cirrhose, mais sa progression peut être considérablement freinée par la sobriété. Il faut également se montrer prudent dans l'utilisation de médicaments qui pourraient aggraver une atteinte hépatique. Par exemple, les personnes atteintes de cirrhose devraient discuter avec leur médecin des doses d'acétaminophène* qu'elles peuvent prendre en toute sécurité étant donné que l'acétaminophène est métabolisé par le foie. Il faut parfois éviter la prise d'anti-inflammatoires. Le traitement porte principalement sur les complications et peut comporter un régime à faible teneur en sel pour limiter la rétention d'eau, des médicaments diurétiques, un régime pauvre en protéines et des suppléments de vitamines K, A et D. Il est possible de réduire les démangeaisons avec des médicaments spéciaux. Des laxatifs peuvent être prescrits afin d'accélérer l'élimination des toxines présentes dans le système. Dans certains cas, une greffe du foie est nécessaire. *Tous les médicaments ont à la fois une dénomination commune (un nom générique) et un nom de marque ou marque. La marque est l'appellation qu'un fabricant choisit pour son produit (par ex. Tylenol ® ). Le nom générique est le nom du médicament en médecine (par ex. l'acétaminophène). Un médicament peut porter plusieurs noms de marque, mais il ne possède qu'un seul nom générique. Cet article répertorie les médicaments par leur nom générique. Pour obtenir des renseignements sur un médicament donné, consultez notre base de données sur les médicaments. Pour de plus amples renseignements sur les noms de marque, consultez votre médecin ou un pharmacien.

Guérison globale. Comment la maladie se produit-elle? Chaque maladie a sa raison d’être et correspond à un stress élevé ou conflit précis qui n’a pas été résolu en son temps et s’est donc inscrit dans le corps, s'y est matérialisé. On appelle conflit une augmentation du niveau de stress par rapport à une problématique vis-à-vis de soi, d'une autre personne ou d'une situation (ce n'est pas une dispute). Comment le stress déclenche une maladie? Cela paraît surprenant quand on découvre cette explication pour la première fois mais la maladie survient, en général, au stade de la résolution du conflit-stress: c'est "la solution biologique parfaite" du cerveau pour libérer le stress originel et pour répondre à un problème que la personne refuse peut-être de voir. La maladie est un processus biologique naturel d'adaptation au stress. Le programme de la maladie est un programme de survie. Voici différents types de stresses: un stress très important en intensité que la personne ne peut gérer, chacun possède un seuil critique une accumulation de stresses de différentes natures, un jour le stress en plus est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. D'où la nécessité de s'employer à gérer son stress chaque jour avec une ou plusieurs techniques appropriées et d'éviter tout ce qui peut occasionner un stress supplémentaire quand on est malade. le cerveau intègre un stress à un âge quelconque de l'enfance et le met en sommeil et il remonte à la surface des années après, la maladie est alors l'exutoire de ce premier stress. ce stress ou conflit peut aussi être une mémoire provenant d’un parent ou d'un ancêtre de sa filiation. Le stress négatif vécu dans la mémoire d'un des grands-parents peut se manifester dans la première descendance par un comportement psychologique puis en deuxième génération sur le plan physique par une pathologie. Ainsi il est libéré complètement. Cependant sans démarche de compréhension de sa propre histoire et de l'histoire familiale, il peut y avoir risque de récidive. Exemples de situations de stress ayant déclenché des maladies. Presbytie Une femme de 46 ans rencontre des difficultés professionnelles et des problèmes financiers elle est inquiète pour son avenir, ses projets actuels stagnent elle se sent bloquée. Sa vision de près est affectée, elle devient presbyte et se voit contrainte de porter des lunettes. Remarque tout le monde pense que c'est normal de voir moins bien avec l'âge, cela signifie que de nombreuses personnes d'une même classe d'âge rencontrent des situations de stress qui se ressemblent. Notamment à cette période du milieu de la vie c'est une période où l'on avoir peur de vieillir et où l'on commence à craindre l'avenir. En fait la solution réside dans la dissipation, le dépassement de cette peur pour retrouver sens et passion pour entamer la seconde moitié de sa vie. Cancer du foie Une magasin d'alimentation est en faillite. La mère qui tient le magasin dit à sa fille: « on va mourir de faim ». Sa fille le croit et déclenche un cancer du foie. Elle vit une peur intense de manquer de nourriture et de mourir. La solution d'entrée en guérison réside dans le fait que la fille comprenne que sa mère a seulement exprimé une crainte sur le moment mais qu'il existe des solutions d'aide à court terme si besoin, puis d'autres solutions professionnelles pour sa mère. Prostate Un homme a une maîtresse et se le reproche. Il déclenche un problème de prostate. La solution pour retrouver la santé réside dans le fait d'accepter ce qu'il vit sans culpabiliser ou encore de rompre avec sa maîtresse. Il peut y avoir différents types de situations de stress à l'origine de ce problème de santé assez répandu telles que le divorce des enfants ou un sentiment de désaccord profond vis du comportement de ses enfants ou petits-enfants. Reconnaître l'utilité de la maladie. Le principe de la démarche de guérison globale est de comprendre en profondeur le sens de la maladie dans sa vie et de s'en faire une alliée pour récupérer l'énergie de vie qu'elle consomme. Ceci va permettre de mieux se connaître, de grandir, d'évoluer, de se libérer, de se développer. Il ne s'agit pas de combattre la maladie, ni de la supprimer. Il s'agit d'amener le corps à enclencher son programme de guérison puis de le poursuivre jusqu'à la guérison complète (dans ce sens c'est un nouveau paradigme). Le travail pour conscientiser les problématiques et la résolution des stress-conflits est une forme de traitement qui respecte l'intégrité de l'être humain. Sur le plan spirituel il s'agit de soigner l'âme pour qu'elle continue à évoluer. Cet article est une synthèse écrite par Patricia Fosse à partir des livres de Christian Flèche et Gérard Athias dont des extraits sont aussi présentés sur ce site avec leurs ouvrages correspondants.