quoi prendre pour perdre du poids efficacemente


Les dangers des anticoagulants. Faisant partie des « mort-aux-rats » extrêmement toxiques, les anticoagulants sont les molécules qui empêchent la formation de caillots sanguins. Selon les médecins, le rapport bénéfice/risque des anticoagulants demeure favorable sous réserve du respect du bon usage de ces médicaments. Qu’en est-il de la vérité, vraie? Qu’apportent les anticoagulants? Les anticoagulants sont couramment utilisés pour soigner les thromboses (obstruction d’une veine) et les embolies (occlusion d’une artère pulmonaire ou cérébrale). Ils sont également indiqués en prévention de ces maladies, par exemple, en cas de port de prothèse de la valve cardiaque, de la hanche ou du genou. Parallèlement, le fait de donner un anticoagulant au patient permet de réduire le risque d’un infarctus ou d’un AVC. Que sont les « anti-vitamines K » (AVK)? Connus sous abrégé AVK, les « anti-vitamines K » sont les anticoagulants les plus utilisés. Ils agissent en s’opposant à l’action de la vitamine K, nécessaire à la coagulation sanguine. C’est la raison pour laquelle ils ont baptisés « anti-vitamines K » ou « AVK ». Sintrom, Préviscan et Coumadine sont les AVK les plus prescrits. Quels sont les effets secondaires des AVK? Parmi les effets secondaires des AVK citons la fatigue chronique, la pâleur inhabituelle, les nausées fréquentes, la perte importante d’appétit, l’amaigrissement maladif, la chute accélérée de cheveux. La prise prolongée de ces médicaments est associée à un risque accru de saignement, responsable de 4 000 décès et 17 000 hospitalisations par an. Peut-on prendre les compléments alimentaires en même temps que les AVK? Effrayées par les effets secondaires des anticoagulants, de nombreuses personnes se tournent vers des traitements alternatifs. Cependant, les dangers de l’automédication sont multiples. Certains suppléments alimentaires tendent à inhiber l’action des anticoagulants (millepertuis, pousses de brocoli, artichaut, coenzyme-Q10, vitamine C, glucosamine), alors que d’autres (ail, ginkgo biloba, matricaire, saule blanc, reine des prés, cannelle, aspérule odorante, oméga-3, vitamine E) accroissent cette même action avec un risque accru de saignement. Ainsi, la prise conjointe d’anticoagulants et de suppléments alimentaires nécessite une surveillance médicale par prélèvement de sang. Il est donc obligatoire de passer régulièrement un test sanguin appelé INR (International Normalized Ratio = Rapport International Normalisé). Les résultats doivent se situer entre 2 et 3 pour une personne ayant un traitement anticoagulant de type AVK et prenant simultanément l’un des compléments alimentaires cités ci-dessus. Au-delà de 5, le sang est trop fluide. Cela signifie que le risque de sainement est devenu important. Au-dessous de 2, le sang est trop visqueux. C’est-à-dire le risque d’obstruction des vaisseaux est accru. Il faut donc contacter votre médecin traitant: en fonction des résultats sanguins et des manifestations cliniques, il prendra les mesures nécessaires. Celles-ci peuvent aller de la simple suppression de supplément à l’ajustement de dose de médicament. Sachez que la valeur de votre IRN est mentionnée sur votre carnet d’anticoagulant (carnet de surveillance). Vous devez montrer ce document à chaque consultation médicale! Quelles sont les règles à respecter? Prenez votre anticoagulant toujours à heure fixe. Consultez d’urgence votre médecin en cas d’un saignement du nez ou des gencives, d’urines sanglantes, de selles goudronneuses, de bleus et d’éruptions cutanées. Ne prenez pas d’autres médicaments sans l’accord préalable de votre médecin. Ne modifiez jamais la dose d’un anticoagulant sans avis médical. Evitez dans la mesure du possible toutes les piqûres (acupuncture, piercing), les coupures et les blessures. Surveillez de près votre alimentation. Quels sont les aliments à éviter? De nombreux aliments interfèrent avec les anticoagulants. Il s’agit des abats, des fromages fermentés, des choux (chou-fleur, chou de Bruxelles, chou rouge, brocoli, choucroute), de l’épinard, du cresson, du fenouil, de la laitue, des asperges vertes et des pistaches. En effet, ces produits sont riches en vitamine K, qui joue un rôle majeur dans la fabrication des facteurs de coagulation dans le foie. La vitamine K interfère avec des anticoagulants, en inhibant leur action. Quelle est la différence entre un anticoagulant et un antiagrégant plaquettaire? Un antiagrégant plaquettaire, comme son nom l’indique, empêche l’agrégation (agglutination) des plaquettes sanguines, en les rendant moins collantes. Il diminue ainsi la vitesse de formation des caillots capables d’obstruer des artères et potentialise souvent l’action d’un anticoagulant. Les antiplaquettaires les plus utilisés sont Kardegic, Aspirine et Plavix. Partager: Cataracte: levons le voile! Rallonger pour prolonger? 243 Comments. Bonjour je suis sous xarelto depuis 2 ans je ne ressens pas d effets secondaires à part de temps en temps mes mollets sui chatouillent mzis d apres mon medecin rien à voir avec le xarelto. Etant nerveuse j aimerais prendre du progmagnor relaxation vitamines b magnésium et passiflore …or j ai lu que l association passiflore et anticoagulant pouvait provoquer des hemorragies est ce vrai est ce vrai avec la nouvelle generation xarelto. En lisant les posts ca me fait peur le xarelto bien que pas d effets secondaires car comme j ai une fibrillation auriculaire ce medicament serait à vie. Je le prends tous les matins à la même heure on m a dit que c etait important de le prendre tous les jours à la meme heure. J aimerais passer a l assaflow ….mais il parait sue ce n est pas la meme chose. Lors de mon rvs avec cardio je vais en discutet Merci de votre réponse. Bonjour, je vous invite à prendre conseils auprès d’un professionnel de santé. Cordialement. après avoir lu tous ces commentaires ça me conforte dans mon opinion sur le XARELTO – j’ai eu la chance de ne pas avoir d’effets indésirables tels que perte de cheveux – douleurs. Je suis passée au Préviscan 20 – depuis 5 ans, depuis 2 mois j’ai du mal a équilibrer mon traitement, mon médecin m’a parlé de la COUMADINE je ne connaissais pas, après avoir lu tout celà, je « balise » un peu, je ne voudrai s pas changer mon cheval borgne contre un aveugle. Je vous dirais à l occasion. Pour en revenir au xarelto je n’ai eu aucun signe de douleur, seulement un épithaxis. Bon courage à ceux qui souffrent. Jeannine. La prise de xarelto 20 sur une periode d’un mois pour dissoudre un caillot sur une veine distalle au mollet n’est-elle pas risquee du point de vue du risque hemorragique avec la prise d’un aap plavix 75 que je ne peux arrreter car stente? Mon cardio m’a simplement dit de prendre l’aap tous les 2 jours au lieu de tous les jours. Ce qui m’inquiete aussi c’est l’absence d’antidote avec ce nouveau medicament. En cas d’hemorragie serieuse comment les services hospitaliers s’y prennent-ils? Bonjour Jai subi une homogreffe valvulaire. Je prends un anti plaquettaire ( plavix ). La vitamine K2 a-t-elle un impact sur les plaquettes sanguines? Merci beaucoup Odette. Pour ma part les effets de Xarelto sont les pb intestinaux. J’ai dû revoir toute mon alimentation, alors même que cet anticoagulant est supposé ne pas poser de contrainte en termes d’aliments. Autre effet secondaire, cela a été dit par quelques personnes ici et je le confirme j’ai également une chute de cheveux depuis le début du traitement. Le labo B… qui commercialise ce produit n’indique pas sur sa notice cet effet secondaire. POURQUOI. Je note pourtant de multiples témoignages allant dans ce sens surtout en anglais (voir Xarelto /hair loss) et aussi dans la database vigiAccess de l’OMS (publique et accessible à tous), qui recense les effets secondaires des médicaments. Ces informations pourront conforter ceux/celles qui se trouvent dans le même cas. Merci pour votre témoignage, je confirme que beaucoup de patients constatent des pertes de cheveux, des cheveux moins denses, moins beaux, qui ternissent et cassent. Avez vous besoin d’informations sur des nutriments qui pourraient leur redonner de la vigueur? Bien à vous. Cyrielle, Votre Docteur en Pharmacie NutriLife. Bonjour, Je prends du Xarelto depuis 2 ans et n’ai aucun reproche à lui faire. Je ne ressens pas de douleur ou autre mots à part peut-être de temps en temps de tout petits vertiges mais rien n’indique qu’ils soient dus à ce médicament. Par contre je fais de la plongée sous-marine et déplore un phénomène nouveau depuis mes 3 dernières plongées. La 1ère fois j’ai ressenti un nausée environ 10à 15 mn après être remonté. La 2ème fois même chose mais nausée plus prononcée. La dernière fois, encore plus prononcé et pas loin de croire que j’allais vomir. Rien ne me dit que le Xarelto peut être responsable. Par contre j’ai eu une analyse sanguine aujourd’hui et le taux de plaquette est assez bas à 128 G/L Est-ce qu’il peut y avoir un rapport avec la prise de Xarelto? Si l’INR est bien équilibré normalement il n’y a pas de contre-indication à la pratique de la plongée en cas de prise de traitement anti-coagulant. Cependant, en cas de doutes, n’hésitez pas à en référer à votre médecin. Cyrielle, Votre Docteur en Pharmacie NutriLife. Bonjour à tous! Depuis 2014 je suis sous Xarelto 20 mg suite à deux TVP suivie d’embolie pulmonaire. Je ne connais pas pas les AVK classiques (préviscan…) mais je comprends que chacun d’entre nous réagis de façon différente vis à vis de ce médiacament. Personnellement je ne subit aucun effet secondaire et je vis mes mes journées pleines et satisfaisantes. J’ai bien des douleurs mais celle-ci sont dues aux rhumatismes et des petits problèmes étrangers à mon traitement. J’ai envisager de changer malgré tout car le Xarelto ne possédait pas d’antidote. Mais à ce jour ce n’est plus le cas. Celui-ci existe malgré qu’il soit confiner aux hôpitaux dans les services d’urgence et le service cardiologique ainsi que dans les SAMU et SMUR. Aujourd’hui je me sens plus rassuré face aux éventuelles hémorragies possibles d’autant plus que le risques est identiques avec les AVK classiques. Malgré tout je surveille mon alimentation afin de ne pas faire d’excès bien que le Xarelto ne soit pas « influencé » par les aliments. A tous je souhaite une meilleure santé et bon courage. Merci pour votre témoignage. Cyrielle K. Votre Docteur en Pharmacie NutriLife. Bonjour. La prise régulière de Kadegic peut-elle influer sur le PSA? Merci de votre réponse. Je n’ai pas la notion que le kardegic puisse avoir une influence sur le PSA. Le Kardegic a une action orientée, propre à ses propriétés. Il inhibe la cycloxygenase de type 1 ce qui bloque la synthèse de Thromboxane A2 et entraine une inhibition de l’agrégation des plaquettes, cela a pour effet de fluidifier le sang. N’hésitez pas à en parler avec votre médecin. Cyrielle, Votre Docteur en Pharmacie NutriLife. Bonjour Ma mère a fait une phlébite et embolie pulmonaire 10 pourcents en mai dernier d’abord soignée avec previscan son état a empiré nausées fatigue insuffisance rénale … Elle a du etre hospitalisée. Nous avons demandé de changer le traitement suite à une alerte Vidal sur le previscan elle est donc passée au lovenox injection matin et soir. Cependant depuis, elle présente une anémie importante et un manque de fer elle a toujours des nausées avec perte d’apétit c’est insupportable depuis 2 mois! Et depuis l’embolie elle a perdu la vue de son œil droit! Quelle solutions il y a t’il avant que son état se dégrade davantage! Merci de nous aider. Bonjour, Le traitement prolongé par lovenox contribue à baisser des plaquettes sanguines. La baisse des plaquettes sanguines se manifeste principalement par des hémorragies externes touchant notamment la peau (petites taches bleu-violacées) ainsi que par des saignements du nez ou des saignements digestifs plus ou moins importants. Ces hémorragies conduisent à une anémie férriprive (une anémie liée à un manque de fer). Votre mère pourrait bénéficier d’apports supplémentaires en fer. Cordialement, Irina. Hello xarelto depuis 4 mois suite à une arythmie régularisé en rythme sinusal par cardio version. Donc toujours sous xarelto par précaution. Mais j’ai régulièrement des bleus sur les bras, et cela m’ennuie beaucoup. Je n’en avais pas avec le kardégic 160. Y a t’il un moyen de ne plus avoir ces bleus que je traite à l’arnica. Cdlt. Bonjour, Le macérât huileux d’arnica est traditionnellement indiqué pour réduire les bleus. Vous pouvez l’appliquer en gel, crème ou pommade, ou encore le prendre en granules homéopathiques. Cordialement, Irina. à IRINA embollie pulmonaire et phlébite du bras sans raison(sauf super stress) et analyses poussées en 2014, depuis sous previscan 1/4 et cardensiel 2.5 le matin, suite à fa:flecaine 100,je me sens essoufflée après effort modéré,perte de cheveux je souhaiterais arreter ces traitements pour d’autres moins lourds sentant ma santé en danger avec ces traitements. Puis je prendre du kadegic à la place du previscan,suis je obligée de continuer la fleciane,le cardensiel ralentissant bien les palpitations Merci de votre reponse. Bonjour, Vous devez consulter en premier votre médecin. De votre propre initiative, n’ajoutez pas de kardegic à votre prescription. D’autre part, ne cessez pas de prendre de la flecaine sans obtenir l’avis de votre médecin, même si vous vous sentez mieux. Toujours en accord avec votre médecin, vous pouvez prendre un complément alimentaire à base de L-carnitine. La L-carnitine est un acide aminé utilisé avec succès comme adjuvant dans le traitement de l’angine de poitrine, de l’insuffisance cardiaque congestive, de l’artériopathie périphérique, de la cardiomyopathie, de l’infarctus du myocarde. La prise de L-carnitine (la dose maximale s’élève à 2 g par jour, répartie en 1 à 3 prises, pendant 3 mois) réduit l’essoufflement à l’effort et améliore l’endurance physique des patients. Elle peut être utilisée en toute sécurité en association avec un traitement de fond (dérivés nitrés, bétabloquants, digoxine, antagonistes calciques). bonjour alors moi je vais bientot feter mes cinquante années de prise de sintrom(embolie pulmonaire en 1968),je suis deficitaire en antitrombine 3 jamais eu de problème sur la prise de ce medicament, mais actuellement j’ai de fortes douleurs dans le poignet gauche donc ya t-il un rapport avec le sintrom? MERCI. Bonjour, Vous devez consulter en premier votre médecin traitant afin qu’il vous oriente si nécessaire vers un spécialiste (rhumatologue, orthopède, etc.). Cordialement, Irina. Bonjour, est ce que la prise de xarelto pendant 1an peut modifier le taux de PSA? Merci de vos réponses. Bonjour, merci de de votre demande, mais malheureusement nous ne pouvons pas nous substituer à un avis médical. Je vous invite à prendre conseil auprès d’un professionnel de santé. Cordialement. entre Xarelto et Pradaxa, quel est celui qui produit les effets les moins indésirables? Est-ce qu’il y a une diminution de la libido comme c’est le cas pour des anti-coagulants classique comme Préviscan etc…Avez vous un conseil pour le moins mauvais des anti-coagulants les anciens ou les nouveaux? Bonjour, merci de de votre demande, mais malheureusement nous ne pouvons pas nous substituer à un avis médical. Je vous invite à prendre conseil auprès d’un professionnel de santé. Cordialement. bonsoir je suis sous sintrom pendant 2 mois et mon medecin m’a prescrit du magnesium. est ce qu’il y’a une ineraction entre le sintrom et le magnesium merci a tous. Bonjour, merci de de votre demande, si votre médecin vous a fait cette prescription, je pense qu’il n’y a pas d’interaction mais malheureusement nous ne pouvons pas nous substituer à un avis médical. Je vous invite à prendre conseil auprès d’un professionnel de santé. Cordialement. suite à 2 Avc 5 mois sous Previscan effets indésirables catastrophiques: malaises avec perte de connaissance, nausées, perte de 20kgs, gonflement de la gorge avec difficultés deglutition, lévre enflée. Le médecin vient de me changer le Previscan pour la Coumadine... J’espère que je pourrai enfin tenir debout … ComBien de temps pensez vous pour évacuer le Previscan? Bonjour, merci de de votre demande, mais malheureusement nous ne pouvons pas nous substituer à un avis médical. Je vous invite à prendre conseil auprès d’un professionnel de santé. Cordialement. Merci pour votre blog qui est passionnant. J’en prends connaissance au moment où je me pose des questions bibliques sur Cordaronne et Xarelto/ Je suis porteur d’un pacemaker depuis 15 ans avec joie et succès suite à une rupture inexpliquée du faisceau de His Vient de s’ajouter de l’arythmie Le cardiologue vient de me proposer Cordaronne pour lutter contre l’arythmie et Xarelto pour éviter la formation de caillots lors d’une séquence d’arythmie. Vos commentaires sur la spiruline m’ouvrent des horizons. Je fait de temps en temps des cures de cette algue et je préférerais la consommer à la place du Xarelto. qu’en pensez vous? Par ailleurs quelle plante pourrait remplacer la cordaronne? Merci Alain. Bonjour, merci de de votre demande, mais malheureusement nous ne pouvons pas nous substituer à un avis médical. Je vous invite à prendre conseil auprès d’un professionnel de santé. Cordialement. Bonjour,je prends du préviscan depuis 2mois et demi suite à la pose d’une prothèse de genou,une petite phlébite avait été détectée,j’ai moi aussi une chute de cheveux plus importante,j’ai hate darréter ce traitement,je sais qu’il faut le faire progressivement mais l’arrét est-elle sans danger car il y a un an j’ai fait un anévrisme sur une artère vertébrale et j’ai peur qu’il y ai un effet rebond,je suis aussi une angoissée avec de l’hypertension controlée mais avec quelquefois des hausses.j’ai eu aussi des douleurs récurantes au niveau des hanches,je me demande aussi si ce n’est pas à cause du préviscan!!merci de vos réponses. Bonjour, merci de de votre demande, mais malheureusement nous ne pouvons pas nous substituer à un avis médical. Je vous invite à prendre conseil auprès d’un professionnel de santé. Cordialement. Bonjour Voici ma question Est il possible que l’association du PLAVIX et du SINTRON puisse provoquer une diminution des plaquettes Merci de me répondre. Bonjour, merci de de votre demande, mais malheureusement nous ne pouvons pas nous substituer à un avis médical. Je vous invite à prendre conseil auprès d’un professionnel de santé. Cordialement. Qu’en est il des compléments alimentaires ( Q10, oméga 3, huiles essentielles etc )…une pour une personne qui présente une thrombopénie modérée et une thrombopathie par déficit en granules alpha et delta? Le mécanisme de coagulation et d’agrégation plaquettaire étant différent d’une personne sous anticoagulants. Merci de votre réponse. Bonjour, merci de de votre demande, mais malheureusement nous ne pouvons pas nous substituer à un avis médical. Je vous invite à prendre conseil auprès d’un professionnel de santé. Cordialement. Je suis sous previscan depuis 2 Ans. Et pour l’instant à part que j’ai de tant à autre la tête compressé. Bonsoir, J’ai 58 ans, Je suis sous xarelto20 depuis au moins 3 ans et à vie, pour avoir eu 5 thromboses (entre l’âge de 18ans, suite à prise de la pillule et donc arrêt définitif – et 55ans) à la jambe gauche. Suite à des recherches on m’a trouvé la mutation du Facteur V Leiden. Je suis très fatiguée, je n’arrête pas de perdre mes cheveux en grandes quantités. Début 2016 j’ai dû me faire hospitalisée au bout de 5 jours à hurler pour de violents maux de têtes, ils n’ont rien trouvé à part une infection urinaire (et je n’avais pas mal là). A chaque fois que j’ai parlé de tous ces symptômes au médecin, au dermato et même à l’hôpital, personne n’a vraiment voulu faire la relation avec la prise du xarelto. J’ai passé scanner, irm, analyses de sang, on me dit que tout est normal, et je continue à perdre beaucoup mes cheveux, fatiguée, pâleur… Je restais persuadée que c’était lié au Xarelto et maintenant en lisant tous ces témoignages et vos réponses, je constate que c’est plus que probable. Ma question est: serait-il envisageable que peu à peu je puisse remplacer ce traitement qui ne m’est donné qu’à titre préventif, par la prise d’autres éléments plus naturels et/ou moins nocifs/toxiques, par des exercices et/ou soins spécifiques (en plus des collants de contention), vers quel genre de médecine alternative me tourner? (et si repousse des cheveux?) Merci déjà pour vos réponses. Bonjour, malheureusement nous ne pouvons pas nous substituer à un avis médical. Je vous invite à prendre conseil auprès d’un professionnel de santé. Cordialement. Il ne faut pas comparer les traitements, les effets, et … tout en sorte. Chaque personne réagit différemment. Le corps humain est complexe, très complexe parfois. La médecine avance avec des nouvelles donnes à résoudre tous les jours depuis bien longtemps, le vivant n’est pas statique. Ma prise d AVK date de 1981. Pour avoir un TQ (à l’époque) – INR (aujourd’hui) correct, le médecin m’avait recommandé d’avoir une bonne hygiène de vie! Mais la médecine a omis de me dire qu’arrive-t-il après tant d’années sous AVK. Bonjour. Fin avril j ai été hospitalisée pour une embolie pulmonaire bilatérale. Le médecin m a prescrit le Xarelto, que j ai pris durant trois mois. Ne présentant aucun facteur de risque hormis la prise de la pilule contraceptive (Deso 20), le pneumologue m a conseillé de changer de moyen contraceptif. Mon gynéco m a cependant prescrit une autre pilule (cerazette) que je pouvais selon lui prendre sans risque. Un ami neurologue m a cependant conseillé de passer des tests génétiques, ma maman ayant déjà fait 2 embolies pulmonaires également ainsi que de nombreuses phlébites. Tests qui n ont donné aucun résultat. Je suis kine et j ai tjs été très sportive. Depuis une semaine je ressens à nouveau un essoufflement nettement modéré par rapport au mois d avril, mais tout de même. Principalement à la suite des activites sportives. Nous sommes à 3 mois et demi post traitement. Y a t il des risques de récidives? Merci. Bonjour, merci pour votre commentaire, je vous invite à prendre conseil auprès de votre médecin afin d’obtenir des réponses à votre demande, cordialement. je prend de l’asaflow et du klamath; y a t il une contre indication merci. L’asaflow est un antiagrégant plaquettaire dont l’action est similaire à celle de l’aspirine. Son apport est deconseillé aux personnes atteintes d’hyperparathyroïdie, d’hémochromatose et de phénylcétonurie ainsi qu’aux personnes prenant des anticoagulants. Je suis sous traitement uniquement antiplaquettaire (KARDEGIC) en prevention suite à un AIT et envisageais de prendre du millepertuis qui serait vraiment la réponse à mes problemes d’humeur… La contre indication est elle exactement la meme? L’innocuité du millepertuis chez les personnes sous kardegic n’est pas établie hors de tout doute. Bonjour à tous ma mère a été sous traitement de xarelto depuis presque huit mois, malheureusement elle a eu deux fois une anémie mycrocytaire hypochrome, c a dire baisse de taux d’hémoglobine dans le sang, d’autres effets indésirables, tels que la faiblesse, la pâleur, le vertige, des douleurs au niveau de l’abdomen, des reins, enfin trop d’ inconvénients, les deux fois elle a eu recours à des transfusions sanguines de quatre poches de sang à chaque fois. En plus de son prix trés cher, ici au Maroc presque 100 euros, il est parait il en phase d’ expérimentation, alors je demande vigilance aux médecins qui le souscrivent; Merci beaucoup de votre commentaire. Bonjour, actuellement,je prends du kardégic 160mg. je vais me faire arracher une molaire. combien de jours je dois baisser le kardégic 160 mg pour du kardégic 75 mg, par avance merçi, cordialement. Il est préférable de demander l’avis de votre cardiologue afin d’éviter les saignements accrus. Bonjour je viens de rejoindre toutes vos questions et réponses au sujet de phlébite de traitement et de soulagement je suis dans ce cas j’ai eu double phlébite l’été 2015 à la même jambe 1 dans la cuisse et 1 sur le côté vers le genou on m’ai fait des piqures puis j’ai poursuivi avec le préviscan et cela pendant 9 mois puis j’ai subit une opération de cette jambe on m’a enlevé la veine qui était devenu énorme et me déformait la jambe deux mois d’arrêt j’ai repris le travail et mes congés sont arrivé contente comme tout ça na durée qu’un temps car j’ai du rentrer de vacance une grosse douleur m’emportait l’autre jambe j’ai fini en urgence chez le médecin pour finir avec un doppler un caillot de 9 mn était logé dans mon mollet j’ai commencé un nouveau traitement xarelto 20mg et je vous assure que depuis que j’ai commencé je n’ai aucun problème de santé au contraire je suis mieux que quand j’étais sous préviscan ce traitement est prévu jusqu’a la fin de mes jours et j’espère ne plus avoir de problème pareil je vous souhaites bon courage s’est très dur je le reconnais cordialement K. Merci beaucoup de votre commentaire. Bonjour, mon mari prend du Xarelto depuis 2 ans. Il souffre d’arthrose de la cheville, très douloureuse. J’aimerais savoir si la prise de gélules de curcuma, anti inflammatoire, est compatible avec le xarelto? je vous remercie. Bonjour, Soyez prudent! Le curcuma est susceptible d’accentuer un risque de saignement en association avec les anticoagulants. Cordialement. Bonjour, je mets un commentaire un peu tardif suite à toutes ces réactions en chaîne que j’ai pu lire en rapport avec ce médicament qu’est le XARELTO. Sachez que c’est un sacré poison à long terme. J’ai été mis sous XARELTO suite à une thrombose superficielle, résultat… 3 mois de traitement, etc., etc.. Lorsque j’ai pris ce médicament pour la première fois… 3h après la prise de celui-ci mes gencives se sont mises de suite à saigner. Au bout du troisième jour, j’avais du sang plein les dents. Mon hémorragie était visible, pour certains sujets, elle ne l’est pas. Et lorsque cela vous arrive de nuit et que vous appelez le 15 pour demander conseil à un médecin de garde… sachez que vous allez le gonfler royalement de 1… et secondement… il vous répondra d’un naturel profond…: « Le XARELTO cela fait saigner…. vous m’appelez pour cela? ». Autant vous dire que ma première réaction était de le faire saigner à son tour avec une bonne paire de baffes. Le corps médical contient, certes, de bons médecins… mais ils deviennent rares avec le temps. Ils n’ont plus la compassion, essayer de voir dans les vieux villages de France si les habitants payent encore ceux-là avec du pain ou des oeufs comme à la belle époque. Aujourd’hui avant de savoir même comment vous aller, la première chose que l’on vous demande, c’est votre carte vitale et les 23 euros qu’accompagneront ceux-ci… et ensuite… suivant…. Enfin…. bref, bonne chance a ceux qui sont en traitement. Je vous remercie de votre témoignage. Bonjour, j’ai 74 ans. en 2011 j’ai fait une embolie pulmonaire sans cause. Donc traitement: Préviscan. En 2016, angio et cardio. me préconisent l’arrêt du préviscan du fait n’avoir eu aucun incident et accident pendant 5 ans. J’ai donc arrêté ce médicament. par contre ils me disent: si récidive Préviscan à vie. ma question: est-ce aussi facile de reprendre ce médoc du jour au lendemain? est-ce courant? Bien évidemment je souhaite que cela n’arrive pas. Bonjour, Il y a des schémas précis d’initiation du traitement par Previscan chez les patients âgés de plus de 70 ans avec une posologie initiale réduite et une adaptation par la suite. L’INR (un test sanguin fait dans un laboratoire) doit être contrôlé lors de l’introduction du Previscan. Cordialement, merci Irina pour cette info. Si ça peut vous rassurer, je suis moi-même sous xarelto 20mg depuis bientôt 3 ans et sans aucun effet secondaire. J’ai fait une embolie pulmonaire sans cause détectée en août 2013. Je suis sous Xarelto 20 mg depuis 2 ans. Étant donne que j’ai de nombreux effets secondaires je voudrais arrêter ce médicament. Quelqu’un pourrait il me dire comment procéder. Est ce dangereux? Mon médecin me le déconseille car selon lui le médicament n’est pas en cause. Moi je sais que depuis que je suis sous xarelto mon état général se dégrade. Vous devez être prudente. L’arrêt brutal du traitement anticoagulant vous expose au risque de thrombose (formation d’un caillot sanguin). Consultez votre médecin afin de remplacer cet anticoagulant de nouvelle génération ( pour lequel, d’ailleurs, il n’existe pas d’antidote) par un autre médicament. Bonjour, j’ai été opéré par arthroscopie sur le genou suite à une lésion de ménisque interne Le médecin m’a donné une ordonnance avec un anticoagulant (lovenox 0,4) pendant 21 jours. J’ai utilisé les injections pendant 12 jours et ça fait 4jours que j’ai arrêté le traitement. N’a pas des risques à long terme? où je doit continuer le traitement malgré cet arrêt? Il est préférable de suivre les conseils de votre médecin. Il s’agit d’une mini-cure prophylactique des thromboses (caillots sanguins). Il n’y a pas de risques pour la santé. Bonjour, j’ai 20 ans et je prends du Xarelto depuis maintenant 1 année suite à une embolie pulmonaire idiopathique. J’ai également apparu les premiers signes de perte de cheveux lorsque j’ai commencé ce médicament, et ca a continué. Y’a-t-il un lien? Merci d’avance! Est-ce que votre père ou l’un de vos grand-pères ont également commencé à perdre leurs cheveux à l’âge de 20-25 ans? Perdez-vous les cheveux plutôt au sommet du crâne ou un peu près partout, de façon diffuse (sans zone particulière)? Merci de m’avoir répondu. Mon marié est cardiaque il a une valve et depuis que que tant il a la goute comment peu t on le traite. Il est conseillé d’éviter les excès alimentaires et en particulier de limiter les apports en viande, alcool, café, thé et chocolat. Les abats et les crustacés sont à proscrire. Bonjour, Après passé une première phase avec Sindrom, marcoumar, (sans arriver à trouver la bonne dose), c’est suivi le xarelto( que me provoqué des maux de estomac comme si j’allais exploser!), passé au Pradaxa, que j’ai prix pendent une année et après avoir arrêter par ordre médical un mois après de nouveau une trombose et la reprise du Pradaxa à vie!! Ma question c’est qu’elles sont les percussions que j’aurais pour mon avenir, et qu’elle alimentation dois je faire! Merci et bonne change à tous… Parmi les effets secondaires dus à la prise de Pradaxa citons: bleus multiples, saignements du nez et des gencives, ulcères gastriques, faiblesse musculaire ou fatigue inhabituelle persistante, pâleur, étourdissements, maux de tête. Inutile de restreindre les aliments riches en vitamine K. Le Pradaxa est un anticoagulant de nouvelle génération. Bonjour, Xarelto me donne des fourmillements atroce à ma tête j’ai limpression que de l’eau coule constament sur mon crane. Irm normal… Par quoi est ce provoqué? Bonjour, je vient de lire tout ces témoignages, ma maman a fait un AVC, elle porte un pacemaker, ne pouvant lui faire une IRM et n’ayant rien de particulier au scanner quelle a passé, je suis sur le point de perdre ma Mère elle est dans le coma parce que les docteurs on voulu lui faire une ponction lombaire on connaissant les risques quelles fasse des AVC derrière cette ponction, résultat y lui on arrêter les anticoagulants pour pouvoir lui faire celle -ci,résultat la nuit elle c’est vidé de la moitié de son sang, sachant que jusque là ont arrivé a la faire manger plus ou moins bien et quelle étais agité,il ne lui ont pas donné de calmant ni autre chose, pour quelle bouge le moins possible, maintenant cela fait sept jours qui la laisse partir en paix comme il disent, ils ont fait leur ponction qui lui a donné plein de Caillaux au cerveau,car il lui ont remis des anti coagulant 48 h après,vous imaginez,il me semble que c’est dans les 6 heures maximum après l’intervention, mais voila elle c’est vidé de pas mal de sang alors quoi faire, he bien ils ont tout arrêté, pour la laissé partir paisiblement,aucun médicament alors quelle prenais comme beaucoup d’entre vous de la coumadine, pradaxa avec tout les effets que vous êtes nombreux a détaillé avec tout ces effets secondaires, le pire c’est que ma Maman décrivais tout cela,mais elle avais la maladie de lire systématiquement les notices, et nous ces enfants on lui disaient de pas tout prendre a la lettre puisque c’est une personne sur mille ou autre,peu importe ils sont entrain de tous nous tuer avec leur médocs et leurs méconnaissances constatées, ceux sont tous des pompes a euros et nous leurs servons de cobayes, moi même j’ai 7 stents, si ont les écoutes c’est de ma faute, mais quand j’ai signalé a plusieurs reprises a mon docteur et au cardiologue de l’époque mes symptômes, ont ma dit tellement de bêtises, pour vous dire que depuis que j’ai supprimé une bonne parti des médocs et que je me soigne avec les plantes je me sent beaucoup mieux et depuis pas mal de temps, écouté pas trop tout ces charlatans de la surconsommations de médicaments industriels, et qui leurs rapporte beaucoup d’argent a tout ces gens qui coules notre pays,je vais vous laissez car il y trop de chose a dire, je vous dit juste réveillez vous Mesdames et Messieurs,cordialement. bonjour j etais sous pradaxa 150 mg matin et soir mais des douleurs spasme a l etomac on m a donc changé coumadine 2 mg deux le soir mais la des brulures, reflux, perte d appétit picotement dans la bouche, gorge, nez j ai beaucoup de mal a dormir du les reflux qui declanche des nosés et toux que faire j en peux plus.

astuce pour maigrir vite du ventre plat

Truvada. Sommaire. Truvada est le nom d’une co-formulation de deux médicaments anti-VIH à dose fixe: il s’agit d’une seule pilule qui renferme à la fois du ténofovir et du FTC. Truvada est utilisé en association avec d’autres médicaments pour le traitement des personnes vivant avec le VIH. Certains docteurs peuvent aussi prescrire Truvada à des personnes séronégatives dans le cadre d’un ensemble d’outils de prévention afin de réduire le risque de transmission du VIH. Les effets secondaires courants de Truvada peuvent comprendre étourdissements, maux de tête, nausées et vomissements. Truvada se prend une seule fois par jour avec ou sans aliments. Qu’est-ce que Truvada? Truvada est le nom d’une co-formulation de deux médicaments anti-VIH à dose fixe: il s’agit d’une seule pilule renfermant à la fois du ténofovir (Viread) et du FTC (emtricitabine, Emtriva). On peut prendre Truvada une seule fois par jour avec ou sans aliments. Comment Truvada agit-il? Lorsque le VIH infecte une cellule, il prend le contrôle de cette dernière. Le VIH oblige ensuite la cellule à fabriquer de nombreuses copies du virus. Pour fabriquer ces copies, la cellule utilise des protéines appelées enzymes. Lorsque l’activité de ces enzymes est réduite, la réplication du VIH ralentit. Truvada renferme les deux médicaments suivants: ténofovir – ce médicament appartient à une classe de médicaments appelés analogues nucléo tidiques; FTC – ce médicament appartient à une classe de médicaments appelés analogues nucléosidiques. Les deux médicaments présents dans Truvada interfèrent avec une enzyme appelée transcriptase inverse qui est utilisée par les cellules infectées par le VIH pour faire de nouvelles copies du virus. Puisque Truvada inhibe ou réduit l’activité de cette enzyme, le médicament incite les cellules infectées par le VIH à ralentir ou à cesser la production de nouveaux virus. Lorsque Truvada est pris dans le cadre d’un éventail d’outils de prévention du VIH (dépistage fréquent du VIH et d’autres infections transmissibles sexuellement, counseling en relations sexuelles plus sécuritaires, utilisation de condoms), il peut réduire considérablement le risque de transmission du VIH chez certaines personnes. Pour en savoir plus, consultez le feuillet d’information de CATIE sur la prophylaxie pré-exposition (PrEP). Comment les personnes vivant avec le VIH utilisent-elles Truvada? Truvada est utilisé en association avec d’autres médicaments anti-VIH tels que les analogues non nucléosidiques (INNTI) ou les inhibiteurs de la protéase. Les associations de ce genre s’appellent une thérapie antirétrovirale ou TAR. Pour en savoir plus sur la thérapie antirétrovirale, consultez la publication de CATIE intitulée Votre guide sur le traitement du VIH. Pour beaucoup de personnes vivant avec le VIH (PVVIH), le recours à une multithérapie antirétrovirale a provoqué une augmentation de leur compte de cellules CD4+ et une réduction de la quantité de VIH dans leur sang (charge virale). Ces effets bénéfiques contribuent à réduire le risque de contracter une infection potentiellement mortelle. Ni Truvada ni aucun autre médicament anti-VIH ne permet de guérir le VIH/sida. Il est donc important de faire ce qui suit: consulter régulièrement son médecin pour assurer le suivi de son état de santé; continuer d'avoir des relations sexuelles plus sécuritaires et de prendre d’autres précautions pour éviter de passer le VIH à d’autres personnes, ainsi que pour se protéger contre l’infection par d’autres souches du VIH et d’autres microbes. Comment les personnes séronégatives utilisent-elles Truvada à titre de PrEP? Les personnes séronégatives peuvent prendre un seul comprimé de Truvada par jour afin de réduire le risque de transmission sexuelle du VIH. Les personnes qui prennent Truvada dans le cadre d’un ensemble d’outils de prévention du VIH devraient passer des tests de dépistage du VIH et d’autres infections transmissibles sexuellement tous les trois mois et recevoir un counseling sur les relations sexuelles plus sécuritaires et l’observance thérapeutique si nécessaire. Les professionnels de la santé qui s’intéressent à prescrire Truvada à titre de PrEP peuvent consulter le document intitulé PrEP for the prevention of HIV infection in the United States: A clinical practice guideline des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis. Mises en garde. 1. Acidose lactique. Il est possible d’observer un taux d’acide lactique supérieur à la normale dans le sang. Ce problème, désigné par le nom acidose lactique, se produit chez certaines personnes séropositives recevant le ténofovir, le FTC ou des médicaments anti-VIH apparentés. Les femmes qui font de l’embonpoint courent un risque accru d’acidose lactique. Parfois, le foie des personnes atteintes d’acidose lactique se met à gonfler à cause de l’accumulation de dépôts graisseux. Les signes et symptômes de l’acidose lactique peuvent comprendre les suivants: nausées; vomissements; douleurs abdominales; diarrhées; fatigue inattendue; douleurs musculaires inattendues; sensation de froid, surtout dans les bras et les jambes; étourdissements ou vertige. Si ces symptômes persistent, consultez sans tarder votre médecin. 2. Hépatite B. Truvada contient à la fois du ténofovir et du FTC. Chacun de ces médicaments est actif contre le virus de l’hépatite B (VHB). Les personnes atteintes d’hépatite B recevant Truvada et qui cessent l’usage de ce dernier risquent de voir leur infection au VHB s’aggraver. Les personnes co-infectées par le VIH et les virus responsables de l’hépatite qui suivent une multithérapie courent parfois un risque accru de dommages hépatiques. Il est donc important de passer régulièrement des tests sanguins afin que votre médecin puisse évaluer l’état de votre foie. Si vous êtes infecté par le VHB, discutez-en avec votre médecin avant de commencer à prendre Truvada. Si vous ignorez votre statut vis-à-vis du VHB, renseignez-vous sur le test de dépistage auprès de votre médecin. Si vous devez substituer plus tard un autre traitement à Truvada, rappelez à votre médecin que vous êtes porteur du VHB. Si les tests de laboratoire révèlent que vous n’avez pas le VBH, demandez à votre médecin de se procurer un vaccin pour vous protéger contre le VBH. 3. Pancréatite. On a signalé des cas de pancréatite (inflammation douloureuse du pancréas) chez certaines personnes recevant le ténofovir dans le cadre d’une multithérapie. Des taux anormalement élevés d’amylase (une enzyme produite par le pancréas) ont été détectés dans le sang de certaines personnes utilisant le ténofovir, ce qui pourrait dénoter une inflammation du pancréas. Les symptômes de la pancréatite comprennent les suivants: douleurs abdominales, surtout en position allongée; nausées; vomissements; sueurs inattendues; fièvre; anxiété. Si vous présentez un de ces symptômes, parlez-en tout de suite avec votre médecin. 4. Lésions rénales. Le ténofovir peut causer des lésions et des dysfonctionnements du rein. Si vous (ou un proche parent) souffrez de problèmes rénaux, parlez-en avec votre médecin. Pour en savoir plus sur le ténofovir et les reins, lisez la section sur les effets secondaires plus loin. Effets secondaires. 1. Général. Les effets secondaires courants qui se sont produits chez les utilisateurs de Truvada comprennent les suivants: étourdissements; maux de tête; nausées; vomissements; flatulence. Ces effets secondaires sont habituellement temporaires et de faible intensité. 2. Santé rénale. Truvada contient du ténofovir, un médicament appartenant à la classe des analogues nucléotidiques. Les médicaments de cette classe sont dégradés par les reins et sont donc associés à des dysfonctionnements rénaux. Des cas de dysfonctionnement rénal ont en effet été observés chez certaines personnes utilisant le ténofovir. Les personnes qui prennent ce médicament ont intérêt à passer régulièrement des tests de sang et d’urine afin que leurs médecins puissent évaluer l’état de santé de leurs reins. Les tests en question pourraient comprendre les suivants: taux de créatinine; DFGe (débit de filtration glomérulaire estimé); taux de calcium; taux de phosphore; taux de bicarbonate. Il existe plusieurs autres médicaments qui, comme le ténofovir, sont métabolisés par les reins et ont le potentiel de causer ou d’amplifier des lésions dans ces organes. Plusieurs de ces médicaments sont des antibiotiques appartenant aux catégories suivantes: bêta-lactamines – pénicilline, amoxicilline; quinolones – ciprofloxacine et composés apparentés; aminoglycosides – amikacine, gentamicine; macrolides – érythromycine; tétracyclines – minocycline; antituberculeux – rifampine, éthambutol; autres antibiotiques – co-trimoxazole (Septra/Bactrim), vancomycine (Vanocin). Il ne faut pas oublier qu’il existe d’autres médicaments qui ont le potentiel de causer un dysfonctionnement des reins. En voici quelques exemples; cette liste n’est pas exhaustive: agents antiviraux – acyclovir (Zovirax), valacyclovir (Valtrex), cidofovir (Vistide), foscarnet (Foscavir), indinavir (Crixivan); antifongiques – amphotéricine B (Fungizone), pentamidine intraveineuse; anticonvulsivants – phénytoïne, carbamazépine, acide valproïque; médicaments pour traiter la douleur et l’inflammation – acétaminophène (Tylenol), ibuprofène (Advil, Motrin), indométhacine (Indocid), naproxène (Naprosyn). 3. Santé osseuse. Truvada contient du ténofovir. Lors d’expériences sur des singes où l’on avait recours à des doses de ténofovir dix à 30 fois plus élevées que celle qui seraient administrées aux humains, les os des animaux se sont amincis sur une période d’un an. Avant de commencer à prendre le ténofovir, avisez votre médecin si vous avez des problèmes osseux ou bien si vous os sont plus minces que la normale (ostéopénie ou ostéoporose). Lors des essais cliniques sur les combinaisons comportant du ténofovir chez les personnes vivant avec le VIH, on a observé un amincissement des os de la colonne vertébrale et d’autres parties du corps. De façon générale, plus les os sont minces, plus ils sont fragiles et plus le risque de fracture augmente lors des accidents (chute) et des traumas. Les chercheurs ont de la difficulté à expliquer pourquoi les os de certaines personnes exposées au ténofovir deviennent plus minces. Selon une hypothèse, l’amincissement des os serait attribuable au dysfonctionnement rénal causé par le ténofovir. Les reins filtrent le sang: ils déposent des déchets dans l’urine et retransportent des nutriments vers le sang. Dans les cas de pertes osseuses induites par le ténofovir, il se peut que les reins affaiblis soient incapables de rapporter au sang des nutriments essentiels à la construction des os. Il est à noter que certaines personnes qui n’ont jamais utilisé de ténofovir ont également des os plus minces que la normale. Songez à faire évaluer votre densité osseuse avant de commencer à prendre le ténofovir ou toute autre thérapie anti-VIH. Si vos os sont minces, votre médecin pourrait recommander une augmentation de votre apport en calcium et en vitamine D3. 4. Grossesse. Le fabricant recommande que Truvada « ne soit utilisé par les femmes enceintes que lorsque les bienfaits potentiels l’emportent sur les risques potentiels. » 5. Changement de coloration. Dans des cas rares, les personnes exposées au FTC présentent une pigmentation plus foncée de la peau sur la plante des pieds et la paume des mains. L’origine de ce changement n’est pas claire, mais il s’agit d’un effet secondaire inoffensif. 6. Syndrome de lipodystrophie. Le terme syndrome de lipodystrophie du VIH désigne un éventail de symptômes qui risquent de se manifester au fil du temps chez les personnes en multithérapie antirétrovirale. Voici quelques caractéristiques du syndrome: perte de graisse sous la peau (graisse sous-cutanée) du visage, des bras et des jambes; veines saillantes dans les bras et/ou les jambes en raison de la perte de graisse sous-cutanée; dépôts de graisse à l’arrière du cou (« bosse de bison ») ou à la base du cou (« col de cheval »); augmentation du tour de taille ou de la bedaine; petits dépôts de graisse sur l'abdomen; augmentation du volume des seins (femmes). En plus de ces changements physiques, la lipodystrophie peut s'accompagner de changements métaboliques qui se révèlent dans les résultats d'une analyse sanguine. Parmi ces dernières, mentionnons: augmentation du taux de triglycérides (lipides); augmentation du taux de cholestérol LDL (le « mauvais »); augmentation du taux de sucre sanguin (glucose); augmentation du taux de l'hormone insuline; sensibilité réduite à l'insuline (insulinorésistance); baisse du taux de cholestérol HDL (le « bon »). La cause précise de la lipodystrophie n'est pas connue et le syndrome s'explique difficilement parce que ses manifestations varient beaucoup d'une personne à l'autre. Par exemple, certaines personnes perdent de la graisse, d'autres en prennent et d'autres encore connaissent des pertes et des gains de graisse. Ce qui ressort de plus en plus clairement est que les changements nuisibles qui se produisent au fil des ans dans les taux de glucose, de cholestérol et de triglycérides font augmenter le risque de diabète et de maladie cardiovasculaire. Toutefois, jusqu'à présent, les nombreux bienfaits de la multithérapie l'emportent sur le risque accru de maladie cardiovasculaire ou d'autres effets secondaires. Le maintien d'un poids santé, de bonnes habitudes alimentaires, l'arrêt du tabagisme et un programme d'exercices réguliers sont tous importants pour réduire le risque de diabète, de maladies du coeur et d'autres complications. Les consultations de suivi et les analyses sanguines régulières constituent également un élément crucial d'un bon suivi. Si cela s'avère nécessaire, votre médecin sera en mesure de prescrire un traitement visant à abaisser les taux de lipides. Les chercheurs poursuivent leur étude du syndrome de lipodystrophie afin d'aider les PVVIH à éviter ou à atténuer ce problème. Pour en savoir plus sur la prise en charge des divers aspects du syndrome de lipodystrophie, consultez Un guide pratique des effets secondaires des médicaments anti-VIH. Truvada n’est pas associé à la réduction de la masse grasse (fonte de graisse ou lipoatrophie). Interactions médicamenteuses. Consultez toujours votre médecin et pharmacien au sujet de la prise de tout autre médicament, qu’il soit livré sur ordonnance ou en vente libre, y compris les plantes médicinales, les suppléments et les drogues récréatives. Certains médicaments peuvent interagir avec le ténofovir ou le FTC. Cette interaction peut faire en sorte que le taux de ces médicaments augmente ou diminue dans votre corps. L’augmentation du taux de ces médicaments peut provoquer de nouveaux effets secondaires ou aggraver des effets secondaires existants. Par contre, si le taux de FTC ou de ténofovir diminue excessivement, le VIH peut acquérir une résistance et vos options de traitement futures risquent de s’en trouver limitées. Il peut également s’avérer nécessaire d’éviter les médicaments qui, même s’ils n’ont pas d’effet sur le taux des médicaments se trouvant dans Truvada, provoquent des effets secondaires semblables. Si vous devez prendre un médicament qui est susceptible d’interagir avec vos médicaments existants, votre médecin peut faire ce qui suit: ajuster les dosages de vos médicaments anti-VIH ou de vos autres médicaments; prescrire d’autres médicaments anti-VIH pour vous. Interactions médicamenteuses avec Truvada. Les médicaments suivants interagissent ou ont le potentiel d’interagir avec les médicaments se trouvant dans Truvada (ténofovir et FTC). Ces listes ne sont pas exhaustives.) Le fabricant recommande que les médicaments suivants soient utilisés avec prudence à cause du risque d’interactions médicamenteux graves: atazanavir (Reyataz); lopinavir/ritonavir (dans Kaletra); didanosine, ddI (Videx, Videx EC). Le fabricant de Truvada a formulé les recommandations suivantes en ce qui concerne l’utilisation de son produit: atazanavir – ce médicament peut faire augmenter le taux de ténofovir dans le sang. Un taux élevé de ténofovir peut provoquer de la toxicité. Les personnes recevant cette combinaison doivent être suivies de près afin qu’on puisse détecter toute toxicité éventuelle. De plus, le ténofovir fait diminuer le taux d’atazanavir dans le sang. Ainsi, les personnes recevant cette combinaison doivent prendre le médicament ritonavir (Norvir) afin de maintenir un taux d’atazanavir efficace. Ces trois médicaments sont à prendre avec des aliments, une fois par jour; lopinavir/ritonavir – ce médicament peut faire augmenter le taux de ténofovir dans le sang. Un taux élevé de ténofovir peut provoquer de la toxicité. Les personnes recevant cette combinaison doivent être suivies de près afin qu’on puisse détecter toute toxicité éventuelle. ddI – le ténofovir fait augmenter de 40 % à 60 % le taux de ddI dans le sang. Une augmentation de cette ampleur pourrait provoquer des signes et symptômes d’une toxicité liée au ddI, tels qu’une inflammation douloureuse du pancréas, un surplus d’acide lactique dans le sang et des lésions nerveuses dans les mains et les pieds (neuropathie périphérique). Si le ddI et le ténofovir doivent être utilisés en combinaison, il faut réduire la dose de ddI. Parlez avec votre spécialiste du VIH pour déterminer quelle dose de ddI vous convient. Résistance et résistance croisée. Au fur et à mesure que de nouvelles copies de VIH sont fabriquées dans le corps, le virus modifie sa structure. On appelle ces modifications des mutations; les mutations peuvent permettre au VIH de résister aux effets des médicaments anti-VIH, ce qui veut dire qu’ils cesseront d’agir pour vous. Le fait d’associer Truvada à au moins un autre médicament anti-VIH, tel un analogue non nucléosidique ou un inhibiteur de la protéase, permet de retarder le développement de la résistance. Pour réduire le risque de résistance médicamenteuse, vous devez prendre tous vos médicaments anti-VIH tous les jours en suivant les posologies à la lettre. Si vous manquez ou retardez des prises, ou si vous ne respectez pas les prescriptions de votre médecin, les taux de ténofovir et de FTC risquent de tomber trop bas. Si cela se produit, des virus résistants pourraient apparaître. Si vous oubliez des doses lorsque vous prenez Truvada à titre de PrEP, vous pourriez augmenter votre risque de contracter une souche du VIH qui est résistante aux médicaments présents dans Truvada. Si vous avez de la difficulté à prendre vos médicaments de façon régulière et en suivant les instructions, parlez-en à votre médecin ou infirmière. Ils peuvent vous aider. Lorsque le VIH devient résistant à un médicament d’une classe, il risque parfois de devenir résistant à tous les autres médicaments de cette classe. Il s’agit de la résistance croisée. N’hésitez pas à parler de vos options de traitement actuelles et futures avec votre médecin. Pour vous aider à déterminer quelles thérapies vous pourrez utiliser à l’avenir, votre médecin peut faire analyser un petit échantillon de votre sang dans le cadre de tests de résistance. Si le VIH finit par acquérir une résistance aux médicaments se trouvant dans Truvada, votre médecin pourra utiliser les tests de résistance pour vous aider à construire une autre combinaison de médicaments. Quelques points à noter: Truvada ne devrait pas être utilisé dans le cadre d’une triple association d’analogues nucléosidiquesé/nucléotidiques parce que les traitements de ce genre n’ont pas fait la preuve de leur efficacité contre le VIH; Des cas d’échec thérapeutique se sont produits chez des personnes ayant une charge virale élevée qui recevaient un premier traitement anti-VIH comportant le ddI, le ténofovir et un analogue non nucléosidique; Truvada ne devrait pas être utilisé avec le FTC ou le ténofovir parce que ces deux médicaments sont déjà présents dans Truvada; Le fabricant de Truvada encourage les médecins suivant des patients déjà traités à tenir compte des traitements antérieurs des patients et des résultats des tests de résistance et d’autres analyses de laboratoire s’ils envisagent de prescrire Truvada. Posologie et formulations. Truvada est offert sous forme de comprimés, dont chacun renferme 200 mg de FTC et 300 mg de ténofovir. La posologie standard pour les adultes est de un comprimé par jour, avec ou sans aliments, en association avec d’autres médicaments anti-VIH. Lorsque ce médicament est pris dans le cadre d’un éventail d’outils de prévention du VIH, la posologie standard de Truvada est d’un comprimé par jour, pris tous les jours. Tous les médicaments doivent toujours être pris conformément aux prescriptions de votre médecin. Accessibilité. Truvada est homologué au Canada pour le traitement de l’infection au VIH chez les adultes, en association avec d’autres médicaments anti-VIH. En janvier 2016, Santé Canada a également homologué Truvada pour la prévention du VIH lorsqu’il est utilisé dans le cadre d’un ensemble d’outils de prévention. Votre médecin peut vous renseigner davantage sur l’accessibilité et le remboursement de Truvada dans votre région. CATIE a créé un module électronique intitulé Programme fédéraux, provinciaux et territoriaux d’accès aux médicaments qui contient de l’information sur le remboursement des médicaments au Canada. Références. Gilead Sciences. Truvada (comprimés d'emtricitabine/fumarate de ténofovir disoproxil). Monographie de produit. 23 février 2016. Essig M, Duval X, Kaied FA, et al. Is phosphatemia the best tool to monitor renal tenofovir toxicity? Journal of Acquired Immune Deficiency Syndromes 2007;46(2):256-258. Fux CA, Christen A, Zgraggen S, et al. Effect of tenofovir on renal glomerular and tubular function. AIDS 2007;21(11):1483-1485. Loutfy MR, Ackad N, Antoniou T, et al. Randomized controlled trial of once-daily tenofovir, lamivudine, and lopinavir/ritonavir versus remaining on the same regimen in virologically suppressed HIV-infected patients on their first PI-containing HAART regimen. HIV Clinical Trials 2007;8(5):259-268. Nelson MR, Katlama C, Montaner JS, et al. The safety of tenofovir disoproxil fumarate for the treatment of HIV infection in adults: the first 4 years. AIDS 2007;21(10):1273-1281. Odden MC, Scherzer R, Bacchetti P, et al. Cystatin C Level as a Marker of Kidney Function in Human Immunodeficiency Virus Infection: The FRAM Study. Annals of Internal Medicine 2007;167(20):2213-2219. Uwai Y, Ida H, Tsuji Y, et al. Renal transport of adefovir, cidofovir, and tenofovir by SLC22A family members (hOAT1, hOAT3, and hOCT2). Pharmaceutical Research 2007;24(4):811-815. Wester CW, Okezie OA, Thomas AM, et al. Higher-Than-Expected Rates of Lactic Acidosis Among highly active antiretroviral therapy-treated women in Botswana: Preliminary Results from a Large Randomized Clinical Trial. Journal of Acquired Immune Deficiency Syndromes 2007; in press. Saag M. Emtricitabine, a new antiretroviral agent with activity against HIV and hepatitis B virus. Clinical Infectious Diseases 2006;42(1):126-131. Leon A, Martinez E, Mallolas J, et al. Early virological failure in treatment-naive HIV-infected adults receiving didanosine and tenofovir plus efavirenz or nevirapine. AIDS 2005;9(2):213-215. Grant RM, Lama JR, Anderson PL, et al. Preexposure chemoprophylaxis for HIV prevention in men who have sex with men. New England Journal of Medicine. 2010;363(27):2587–2599. Baeten JM, Donnell D, Ndase P, et al. Antiretroviral prophylaxis for HIV prevention in heterosexual men and women. New England Journal of Medicine. 2012;367(5):399–410.

comment perdre du poids efficacement et rapidement possible left

Douleur foie. Le foie est le plus gros organe interne du corps. Ses fonctions principales consistent à: métaboliser la plupart des nutriments absorbés par les intestins; stocker des nutriments; fabriquer des protéines; nettoyer le sang en le débarrassant des médicaments, de l'alcool et des substances chimiques potentiellement nocives qu'il contient, et en traitant ces substances chimiquement pour qu'elles puissent être excrétées par le système digestif ou l'appareil urinaire. En contact avec de nombreuses substances dangereuses, le foie est protégé des maladies de deux manières. D'une part, il peut se régénérer en réparant ou en remplaçant les tissus qui présentent des lésions. D'autre part, le foie a plusieurs unités cellulaires affectées à la même tâche. Ainsi, si une zone est endommagée, d'autres cellules exécuteront les fonctions de la région lésée, indéfiniment ou jusqu'à ce qu'elle soit réparée. Il existe une large gamme de troubles du foie, entre autres les hépatites, la cirrhose, les tumeurs et les abcès, pour n'en citer que quelques-uns. Nous nous concentrerons ici sur les 2 formes les plus courantes: les hépatites et la cirrhose. Il existe plusieurs types d'hépatites et même si leurs symptômes sont similaires, elles se contractent de différentes manières. L'hépatite A est la plus courante et la plus contagieuse, elle se transmet facilement d'une personne à une autre comme la plupart des virus. Elle touche des millions de personnes dans le monde et est responsable de plus de 2 millions de décès par an. L'hépatite B est généralement contractée par contact avec du sang contaminé, les sécrétions vaginales et le sperme. On estime qu'environ 300 000 personnes au Canada souffrent d'hépatite B. L'hépatite C, selon les estimations, affecte environ 3,5 millions de personnes en Amérique du Nord. Approximativement 15 % des personnes atteintes d'hépatite C ont presque certainement été contaminées par transfusion sanguine avant la généralisation des tests de détection appropriés. L'hépatite D est plutôt exceptionnelle, car elle n'atteint que les personnes qui ont déjà été touchées par l'hépatite B. Le second type de troubles du foie est la cirrhose. Elle constitue le stade final de plusieurs formes différentes de maladies du foie. La cirrhose provoque des cicatrices permanentes dans le foie, lesquelles peuvent avoir des répercussions graves sur le bon fonctionnement de cet organe. Vous ne savez pas par où commencer? Créez un guide de discussion personnalisé pour votre rencontre avec le médecin. Vous désirez être guéri? Alors, parlons-en. Causes. L'hépatite est une inflammation du foie qui peut être provoquée par un virus, des troubles héréditaires et parfois par certains médicaments ou toxines tels que l'alcool et les drogues. Les scientifiques ont identifié 4 types principaux d'hépatite virale: l'hépatite A, l'hépatite B, l'hépatite C et l'hépatite D. Un 5e type, l'hépatite E ne se rencontre pratiquement pas en Amérique du Nord. L' hépatite A est véhiculée par l'eau et se transmet principalement par l'intermédiaire des égouts, de l'eau et des aliments contaminés. L' hépatite B se transmet par contact avec du sperme, du sang ou des sécrétions vaginales contaminés, ainsi que de la mère à l'enfant au cours de la grossesse. Par conséquent, l'hépatite B est le plus souvent transmise lors de relations sexuelles non protégées et par des aiguilles contaminées (y compris celles utilisées pour des tatouages, l'acupuncture et le percement des oreilles). L' hépatite C se propage par contact direct sanguin. L' hépatite D se transmet par l'intermédiaire d'aiguilles et de transfusions sanguines contaminées. Les améliorations qui ont été réalisées en ce qui concerne les tests de dépistage des dons de sang ont considérablement réduit le risque de la transmission de l'hépatite B ou C par des transfusions. Par ailleurs, l'hépatite B et C peuvent toutes deux se propager lors de l'utilisation de rasoirs, de brosses à dents et de coupe-ongles. La cause principale de cirrhose est une infection chronique par le virus de l'hépatite C. Parmi les autres causes on retrouve: une consommation alcoolique prolongée et excessive; une infection chronique par le virus de l'hépatite B; des troubles héréditaires du métabolisme du fer et du cuivre; des réactions graves à certains médicaments; une stéatose hépatique (une accumulation des graisses dans le foie) imputable à l'obésité; des infections causées par des bactéries et des parasites habituellement originaires des tropiques; des crises cardiaques répétées accompagnées de congestion du foie et d'une obstruction des voies biliaires. La cirrhose détruit les tissus du foie progressivement et de manière irréversible, à la suite d'une infection, d'un empoisonnement ou d'une autre affection. Le tissu hépatique sain est remplacé par des cicatrices et les zones de régénération des cellules hépatiques. Parlez de l’hépatite C avec votre médecin à l’aide d’un guide de discussion personnalisé. Obtenez l’info dont vous avez besoin. N’attendez plus pour être guéri. Symptômes et Complications. L'hépatite et la cirrhose présentent peu de signes d'alerte. Dans la phase aiguë de la plupart des hépatites, des symptômes évoquant ceux de la grippe pourraient se manifester sous forme de fatigue, de fièvre, de nausées, d'un manque d'appétit et de douleurs (habituellement sous les côtes du côté droit de la cage thoracique). Une jaunisse (la coloration jaune de la peau et du blanc des yeux) pourrait également se déclarer. Après la phase aiguë, les complications varient en fonction du type d'hépatite. À ce stade, l'hépatite A disparaîtra en conférant une immunité définitive. Dans le cas des hépatites B et C, les particules virales peuvent rester dans l'organisme et provoquer une infection chronique qui durera plusieurs années. Cette atteinte peut dégénérer en cirrhose, et dans certains cas, en cancer du foie. Parmi les signes et les symptômes d'une cirrhose figurent: une douleur abdominale; une fatigue générale; des saignements intestinaux; une démangeaison; une jaunisse (le jaunissement de la peau et du blanc des yeux); une baisse de la libido (le désir sexuel); des nausées et des vomissements; l'apparition de petits vaisseaux sanguins sous-cutanés ou de contusions faciles; le gonflement de l'abdomen et des jambes causé par une accumulation de liquides; de la faiblesse; une perte de poids. Les personnes atteintes de cirrhose doivent consulter un médecin en urgence si elles présentent l'un des symptômes ci-après: une confusion mentale; un saignement rectal; des vomissements de sang. Diagnostic. Les médecins dépistent les hépatites à l'aide d'analyses sanguines et d'un dossier médical complet. Ils vous poseront des questions pour savoir si vous avez effectué: des injections intraveineuses de drogues; la dégustation récente de crustacés provenant d'eaux polluées; des voyages dans des pays où les infections hépatiques sont répandues; un contact direct avec du sang ou une transfusion sanguine; des pratiques sexuelles potentiellement dangereuses; la prise de certains médicaments au cours des derniers mois. Le diagnostic de la cirrhose s'appuie sur les antécédents cliniques ou médicaux, votre aspect physique et les résultats des analyses sanguines. Il est également possible de procéder à une biopsie du foie pour confirmer le diagnostic. Traitement et Prévention. Il n'existe pas de traitement spécifique des hépatites aiguës. Il n'est pas toujours nécessaire de rester au lit, mais vous pourriez vous sentir mieux si vous limitez vos activités physiques. Il est important de maintenir un apport calorique adéquat. Votre médecin peut vous recommander de faire de petits repas fréquents, riches en calories et de boire beaucoup de liquides. Vous devriez éviter l'alcool ou en limiter la consommation afin d'aider le foie à guérir. Si vous êtes incapable de manger ou de boire, vous devrez peut-être séjourner à l'hôpital. Afin de diminuer le taux de virus dans le corps, des personnes atteintes de l'hépatite B ou C pourraient tirer parti de médicaments qui peuvent freiner la réplication (la reproduction) virale. Vous devriez discuter des risques et des bienfaits de ces médicaments avec votre médecin. Dans le cas des hépatites B ou C, votre médecin effectuera probablement une surveillance périodique ciblant les signes d'inflammation du foie. Il n'est généralement pas nécessaire d'isoler les personnes atteintes d'hépatites, mais les proches doivent être prévenus du mode de transmission du virus. Il est très important de se laver les mains après chaque visite aux toilettes. Les gouvernements et les professionnels de la santé luttent contre la propagation des hépatites de diverses façons. Par exemple, il existe un vaccin efficace contre l'hépatite A. Il existe également des programmes mondiaux d'immunisation contre l'hépatite B, et l'analyse des dons de sang est devenue une pratique courante pour la détection de l'hépatite C. Au Canada, la vaccination contre l'hépatite B est recommandée pour l'ensemble de la population et fait partie de la série des premières vaccinations infantiles. Si vous êtes sur le point d'entreprendre un voyage dans les pays où l'hépatite B est répandue, vous devriez vérifier auprès de votre médecin ou d'une clinique pour voyageurs si vous devriez vous faire vacciner contre l'hépatite A ou B. Il n'existe pas encore de vaccin contre l'hépatite C. Pour prévenir la transmission des hépatites virales, il est primordial que le personnel médical qui entre en contact avec des ustensiles, des literies ou des vêtements contaminés se lave soigneusement les mains. Les personnes qui dispensent des soins médicaux devraient se faire vacciner, car elles courent un risque élevé d'infection à cause de leur contact avec des personnes infectées. Il n'existe pas de traitement efficace contre la cirrhose, mais sa progression peut être considérablement freinée par la sobriété. Il faut également se montrer prudent dans l'utilisation de médicaments qui pourraient aggraver une atteinte hépatique. Par exemple, les personnes atteintes de cirrhose devraient discuter avec leur médecin des doses d'acétaminophène* qu'elles peuvent prendre en toute sécurité étant donné que l'acétaminophène est métabolisé par le foie. Il faut parfois éviter la prise d'anti-inflammatoires. Le traitement porte principalement sur les complications et peut comporter un régime à faible teneur en sel pour limiter la rétention d'eau, des médicaments diurétiques, un régime pauvre en protéines et des suppléments de vitamines K, A et D. Il est possible de réduire les démangeaisons avec des médicaments spéciaux. Des laxatifs peuvent être prescrits afin d'accélérer l'élimination des toxines présentes dans le système. Dans certains cas, une greffe du foie est nécessaire. *Tous les médicaments ont à la fois une dénomination commune (un nom générique) et un nom de marque ou marque. La marque est l'appellation qu'un fabricant choisit pour son produit (par ex. Tylenol ® ). Le nom générique est le nom du médicament en médecine (par ex. l'acétaminophène). Un médicament peut porter plusieurs noms de marque, mais il ne possède qu'un seul nom générique. Cet article répertorie les médicaments par leur nom générique. Pour obtenir des renseignements sur un médicament donné, consultez notre base de données sur les médicaments. Pour de plus amples renseignements sur les noms de marque, consultez votre médecin ou un pharmacien.

perdre quelques kilos rapidement possible government

cuisines d'Alsace. Galettes de pommes de terre (Grumbeerekiechle) La cuisine alsacienne est riche de plats rustiques. Dans le passé, on ne mangeait pas de la viande tous les jours, et il existe d’inombrables recettes à base d’ingrédients simples, comme la farine, les pommes de terre, les œufs. Ces galettes sont aussi appelées Hardepfeldattscha, Grumbeeredotsche, Ardepfelkiechle car le dialecte alsacien varie du nord au sud de l’Alsace et qu’il n’existe qu’une orthographe phonétique pour cette langue parlée. J’aime cette recette pour son caractère traditionnel, mais aussi parce qu’elle permet de diminuer la consommation de viande, ce qui est un souci écologique actuel. Pour 4 personnes 1 kg de pommes de terre farineuses 1 blanc de poireau 4 échalotes 3 œufs 1 bouquet de persil haché 1 cuillère à soupe de farine 1 pincée de noix de muscade sel, poivre 30 cl d’huile. Epluchez et lavez les pommes de terre. Râpez-les sur une râpe à grosse grille. Coupez très finement le blanc de poireau. Ajoutez-le au pommes de terre, avec les échalotes émincées et le persil. Ajoutez la farine. Mélangez le tout avec les œufs et la noix de muscade. Salez, poivrez. Versez une bonne quantité d’huile dans une poêle et lorsque l’huile est chaude, mettez l’équivalent d’une cuillère à soupe de la préparation dans la poêle, en aplatissant pour donner une forme de galette. Faites cuire 3 ou 4 galettes en même temps, selon la taille de votre poêle. Faites cuire 4 minutes de chaque côté. Posez-les ensuite sur du papier absorbant et servez chaud, accompagné d’une salade verte.

boisson qui fait maigrir rapidement

La cirrhose sans alcool, vers une nouvelle épidémie. La stéatohépatite, qui peut dégénérer en cirrhose voire en cancer, ne concerne plus uniquement les patients alcooliques mais aussi de plus en plus d'obèses et de diabétiques. C'est un point de moins dans le camps des amateurs de sucres. À longueur de colonnes on nous parle surpoids, diabète et risques cardio-vasculaire… Mais en négligeant un organe qui souffre à bas bruit de nos mauvaises habitudes: le foie. Trente à cinquante pour cent des adultes américains auraient un foie trop gras. En termes médicaux, cela s'appelle la stéatose métabolique, ou NAFLD (pour «non-alcoholic fatty liver disease»), qui si elle se complique d'inflammation et d'atteintes des cellules hépatiques peut évoluer en stéatohépatite métabolique. Un terme que Vlad Ratziu, professeur d'hépatologie à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris), préfère à l'appellation de stéatohépatite non-alcoolique («NASH»), souvent utilisée parce que les malades présentent «les mêmes lésions du foie que dans l'hépatite alcoolique, alors qu'ils boivent peu ou pas du tout d'alcool», précise le Pr Lawrence Serfaty, hépatologue à l'hôpital Saint-Antoine et co-organisateur, fin juin à l'Institut Pasteur, d'un symposium dédié à cette maladie. Graisses et fructose. La NASH peut entraîner une fibrose, qui peut évoluer en cirrhose voire en cancer, et «nous avons plein d'exemples de patients qui ne boivent pas une goutte d'alcool, n'ont jamais eu d'hépatite virale, et se voient diagnostiquer une cirrhose avec pour seul facteur de risque, le fait qu'ils boivent plusieurs sodas par jours», témoigne Lawrence Serfaty. En France, «au vu du nombre de personnes obèses ou en surpoids, on peut estimer que 20 % environ des adultes ont une stéatose», indique le Pr Ratziu. D'aucuns parlent même d'«épidémie» tant le nombre de cas augmente en parallèle de l'obésité et du diabète. Accusé principal selon Lawrence Serfaty: «Notre alimentation, trop riche en graisses et en fructose, qui est très toxique pour les cellules hépatiques. Une étude publiée début juin par des chercheurs américains dans le Journal of Hepatology, menée sur 2 634 patients, montre que les personnes buvant quotidiennement des boissons sucrées auraient 55 % de risques supplémentaires de développer une stéatose métabolique. Une autre étude américaine invitait des étudiants à manger au fast-food deux fois par jour: «en deux semaines, leurs transaminases avaient augmenté», indique Lawrence Serfaty, qui précise que cette maladie du foie trop gras est présente chez de plus en plus d'adolescents. Une maladie mal connue qui évolue sans symptômes. La difficulté est que cette maladie, mal connue des médecins, évolue en silence, sans aucun symptôme, et est le plus souvent «cachée» par d'autres facteurs de risques: surpoids ou obésité (90 % des obèses seraient concernés), voir simple excès de graisse abdominale, diabète, hypertension, dyslipidémie. «Chez ces patients, on surveille le risque d'artériosclérose, de diabète, de maladies cardio-vasculaires, mais trop de médecins oublient que le foie aussi peut être atteint», regrette Vlad Ratziu. «Mais 15 à 20 % des patients n'ont aucun facteur de risque métabolique», note le Pr Serfaty. «Le diagnostic définitif ne peut être posé qu'avec une biopsie du foie, geste invasif qui ne peut évidemment pas être fait chez tout le monde», explique Lawrence Serfaty. Une hausse importante des transaminases, repérable par simple prise de sang, est toutefois un marqueur indirect de stéatohépatite, qui peut aussi être observée à l'imagerie médicale. «Quand on cherche, on trouve», conclut le Pr Serfaty. Or le diagnostic est essentiel, non seulement pour éviter que la maladie ne dégénère en cirrhose ou en cancer, mais aussi parce que «ces pathologies peuvent agraver la toxicité de certains médicaments», indique Bernard Fromenty, pharmacien et directeur de recherche de l'Inserm spécialisé en toxicologie. «Nous savons que le paracétamol est très toxique pour le foie en cas de surdosage, et le seul de toxicité serait plus bas, et les lésions plus graves chez les personnes souffrant de NASH. Certains antirétroviraux, le méthotrexate très utilisé en dermatologie et contre certains cancers du sang, et le tamoxifène contre le cancer du sein sont aussi suspectés d'être toxiques pour ces patients, même aux doses recommandées.» Problème: on ne connaît pas bien les mécanismes responsables de ces sur-toxicité, ni l'ensemble des médicaments concernés. Nouvelles molécules. Les médicaments étaient, jusqu'à peu, «pas très efficaces et assez toxiques, note l'hépatologue, mais de nouvelles molécules arrivent». L'une d'elle, développée par le laboratoire français Genfit, a montré des résultats prometteurs dans une étude pilotée par le Pr Ratziu. Il a entraîné une réversion de la stéatohépatite sans effets secondaires et «a amélioré le profil de risque cardio-métabolique» des patients, explique le médecin. Lorsque le foie est trop abîmé, la greffe est l'ultime solution, et la NASH est devenue la principale indication pour les greffes hépatiques aux États-Unis. Mais avant tout, le premier des traitements est une bonne hygiène de vie: perte de poids, exercice physique, rééquilibre du diabète éventuel. Et surtout, une meilleure alimentation. «Mieux vaut un verre de vin qu'un litre de soda!», sourit le Pr Serfaty. Conseil d'hépatologue… LA RÉDACTION VOUS CONSEILLE:

Pathologies de la muqueuse buccale. Pathologies de la muqueuse buccale et quelques pathologies des glandes salivaires. INTRODUCTION. Ce chapitre entièrement consacré, dans sa première partie, aux pathologies de la muqueuse de la bouche a pour but de guider le lecteur devant une lésion intra buccale préalablement inexistante. La seconde partie traitera des pathologies des glandes salivaires. Bien que de faible dimension, la cavité buccale est le siège de nombreuses pathologies faisant l’objet de multiples publications. Par souci didactique, ne seront abordées que les lésions les plus fréquemment rencontrées. Rappelons que ce site, outil de vulgarisation, ne permet qu’une première approche des lésions de la cavité buccale et ne se substitue en RIEN à la consultation de votre chirurgien maxillo-facial, stomatologue, dermatologue ou même de votre médecin généraliste. PATHOLOGIES DE LA MUQUEUSE BUCCALE. La muqueuse de la bouche, en dehors de l’épithélium de la langue, est, dans sa constitution, très proche de la peau. Toute agression, qu’elle soit bactérienne, virale, mycologique (champignon), physique ou chimique, pourra entraîner une modification de sa structure et donc de son intégrité. Cette atteinte, bien que le plus souvent bénigne, peut constituer un "terrain" propice à une éventuelle dégénérescence en tumeur maligne. C’est pourquoi toute lésion persistant malgré la suppression de sa cause présumée, doit faire l’objet d’une biopsie. En pratique: Vous avez détecté dans la bouche une lésion dont la nature vous inquiète: il FAUT donc consulter votre stomatologue ou à défaut votre médecin généraliste. LA CONSULTATION: L’examen clinique, comme toujours en médecine, est primordial car permettant de détecter une lésion buccale faisant partie d’une maladie générale. Cet examen est complet et, outre la cavité buccale et l’aire cervico-faciale, portera également sur la peau et d’autres organes. LA CAVITE BUCCALE: Le médecin: ganté et aidé par un bon éclairage. L’examen: effectué grâce à une lampe frontale, d’abaisse langue en bois et d’un miroir, il permet d’explorer, par la vision et le toucher, l’ensemble de la muqueuse buccale. 1 - La Muqueuse: Très méthodique, l’inspection examine chaque région de la cavité buccale de l’extérieur vers l’intérieur même si la lésion apparaît au premier coup d’œil. Une attention toute particulière est portée sur les replis entre la joue et les gencives ainsi qu’au niveau des commissures des lèvres. L’examen de la muqueuse du palais est facilité par l’emploi du miroir de bouche. La palpation, en particulier celle des joues, des lèvres et du plancher, est primordiale. L’examen se termine par l’inspection du voile du palais, des amygdales et de la paroi postérieure du pharynx (derrière la luette). La couleur de la muqueuse normale est d’aspect rosé et s’explique par la présence de mélanine (protéine sécrétée par les cellules de l’épithélium et de couleur brune) et de l’hémoglobine (de couleur rouge) présente dans les vaisseaux. 2 - La Langue: est examinée sur toutes ses faces et ses bords, au besoin aidé par une traction douce au moyen d’une compresse. 3 - Les Glandes Salivaires: Elles sont au nombre de SIX dites "principales": deux glandes parotidiennes (situées en avant de l’oreille), deux glandes sous mandibulaires (situées sous la mâchoire)et deux glandes sub linguales (sous la langue). Leur examen clinique est effectué par un palpé endo et exo buccal. On note par ailleurs l’aspect de leur orifice de drainage situé: pour la parotide: face interne des joues pour la sous mandibulaire: sous la langue L’aspect de la salive qui s’écoule est également noté. 4 - Dents et Prothéses Dentaire: Les dents, leur nombre, leur aspect et leur position par rapport aux autres dents est consigné sur un schéma écrit ainsi que la présence de travaux de dentisterie (amalgames, résines), de prothèses fixes (couronnes, bridges) ou de prothèses mobiles (dentiers). LA TETE ET LE COU: L’examen clinique explore la totalité du revêtement cutané, cuir chevelu compris. Les fonctions neurologiques, les structures osseuses ainsi que les orifices naturels (narines et oreilles) sont également examinés. Par ailleurs une palpation des aires ganglionnaires du cou et de la face est effectuée. Parallèlement à ce bilan clinique des examens complémentaires, effectués ou prescrits, sont souvent nécessaire pour aider, guider ou conforter le diagnostic. D’un prélèvement sanguin De tests permettant d’évaluer la fonction salivaire: test au sucre,scintigraphie.. D’une radiographie: panoramique dentaire D’un frottis (analogue au frottis vaginal) D’une biopsie (prélèvement d’un petit morceau de muqueuse sous anesthésie locale permettant une analyse au microscope) Ce bilan clinique et para clinique permet le plus souvent d’établir un diagnostic. Nous présentons au lecteur la description des lésions les plus communément rencontrées. La coexistence fréquente de lésions de natures différentes IMPOSE une consultation spécialisée dés l’apparition d’une modification persistante de la muqueuse. LESIONS: APHTES. Lésions buccales bénignes, elles sont un motif fréquent de consultation. Leur mécanisme d’apparition correspond à une atteinte des vaisseaux de la muqueuse. Le terme " d’aphtes " est trop et souvent mal employé. Il s’agit d’une ulcération douloureuse de la muqueuse de taille variable, de localisation unique ou multiples et siégeant préférentiellement au niveau de la lèvre inférieure, des joues et de la pointe de la langue. Le plus souvent précédés de picotements (48 h), son aspect typique est celui d’une ulcération à fond jaunâtre ou grisâtre, à bords nets, entourée par un liseré rouge. Les facteurs connus favorisant son apparition sont: Le stress Certains aliments: noix, gruyère.. Certains médicaments Les déficits vitaminiques. Les points ESSENTIELS à retenir sont les suivant: Un aphte commun est: DOULOUREUX et CICATRISE en 10 à 15 jours Toute autre ulcération persistante, DOIT faire l’objet d’une consultation spécialisée au plus tôt car, d’autres origines sont possibles en particulier cancéreuses. Exemple d’aphte (Cas du Dr Huttenberger) LA CANDIDOSE. Elle est le résultat de la colonisation, en masse, de la bouche par un champignon dont la présence y est naturelle: Candida Albicans. Atteignant de manière préférentielle le nouveau-né et la personne âgée, elle survient, à l’age adulte, lors d’une altération des défenses locales de l’organisme. Par exemple: Diabète Prise de médicaments (antibiotiques) Sécheresse buccale Dénutrition. L’aspect clinique de la candidose est: Soit un aspect blanchâtre fait de multiples plaques blanches situées sur la langue, voire le palais et les faces internes des joues, réalisant un aspect de "fromage battu" Soit une langue rouge vif, lisse et douloureuse. Dans la majorité des cas le diagnostic est essentiellement clinique et un traitement approprié est efficace assez rapidement. Dans le doute, un prélèvement est effectué (frottis) permettant la mise en évidence du champignon en culture. Parallèlement, le praticien recherche les facteurs favorisants, en particulier une pathologie associée, de façon à éviter les récidives. Exemple de candidose. LES LESIONS BLANCHES. Les lésions intra-buccales d’aspect blanchâtre sont nombreuses et leur nature va de la lésion la plus bénigne à une lésion pré voire déjà cancéreuse. Pour résumer, il n’existe PAS (à l’état normal) de zone blanche dans la cavité buccale en dehors de la "linea alba" qui correspond à la projection, sur la joue, de la ligne d’occlusion dentaire. Si une zone blanche apparaît en bouche c’est qu’IL SE PASSE QUELQUECHOSE. Les origines en sont diverses: Irritatives: Tabac, traumatisme (dents ou prothèse dentaires), thermique, chimique Infectieuses: Candidose (champignon), virale, bactérienne. Intégrée dans une maladie plus générale: Lichen, lupus, psoriasis. Symptomatiques d’une tumeur bénigne (papillomatose, diapneusie) ou d’un véritable cancer malin. On comprend alors fort bien que devant se large éventail, la nature exacte d’une lésion blanche doit être du ressort d’un médecin spécialiste. En résumé: l’apparition récente d’une lésion blanche IMPOSE RAPIDEMENT une consultation spécialisée pour une meilleure prise en charge. Exemple de lésion blanche véritable à gauche (Cas du Dr Huttenberger)" linéa alba " à droite (non pathologique) LE LICHEN. Il atteint de façon prépondérante les femmes et peut se localiser au niveau de la muqueuse buccal comme au niveau de la peau. Généralement non douloureux, il peut se révéler par une sensation de brûlure ou de goût métallique dans la bouche. Il prend, souvent, un aspect de stries blanchâtres entrelacées, localisées au niveau de la face interne des joues. Des érosions douloureuses peuvent cependant apparaître lors des poussées. Le mécanisme de son apparition n’est pas encore élucidé mais il pourrait s’agir d’une réaction inflammatoire de l’organisme contre la muqueuse buccale déclenchée par différent stimuli. Pour compliquer cette description, il faut noter que l’aspect de ce lichen peut être tout autre. Il peut s’agir en effet d’une zone rouge érodée, d’une zone fibreuse ou encore pigmentée et même d’une vésicule. En dehors d’un aspect clinique très caractéristique, le médecin sera potentiellement amené à pratiquer une biopsie afin d’affirmer le diagnostic. Le traitement est ESSENTIELLEMENT MEDICAL, basé sur "l’activité" de ce lichen qui peut être variable dans le temps et dans son intensité. La suppression de facteurs connus pour favoriser l’apparition de ce lichen est également nécessaire. Un suivi clinique régulier (environ tous les 6 mois) s’impose sur le long terme, afin de prévenir une éventuelle transformation en cancer. Enfin, un traitement chirurgical peut, dans des cas bien précis (notamment d’extension locale), être nécessaire. Exemples de Lichen (notez la variété d’aspect) (Cas du Dr Huttenberger) LES LESIONS ROUGES. Les lésions rouges se distinguent par leur couleur mais aussi, et surtout, par leur plus grande difficulté à être diagnostiquées du fait même de cette absence de contraste avec la muqueuse saine. Tout comme les lésions blanches, les lésions rouges sont l’expression potentielle d’une atteinte tout à fait bénigne comme celle d’une tumeur maligne. Leur origines sont, de même, diverses: Irritatives: Tabac, prothèse dentaire Infectieuses: Candidose, tuberculose Intégrées dans une maladie générale: Lichen, psoriasis Symptomatique: D’un état pré cancéreux voire d’un cancer véritable. De façon identique aux lésions blanches, l’apparition récente d’une lésion rouge, douloureuse ou non, DOIT faire l’objet d’un examen clinique par un spécialiste qui jugera de l’opportunité, après interrogatoire, d’effectuer des examens complémentaires utiles au diagnostic (prise de sang, coloration spéciale, frottis/biopsie) Exemple de lésion rouge. LES LESIONS PIGMENTEES. La couleur de la muqueuse normale est due à la présence de mélanine (protéine sécrétée par les cellules de l’épithélium et de couleur brune) et d’hémoglobine (de couleur rouge). Cet aspect rosé est du au fait qu’il existe une plus grande proportion de pigment d’origine sanguine que d’origine mélanocytaire (cellules sécrétant la mélanine). De façon générale, et en dehors des facteurs ethniques ( Noirs et Maghrébins), il n’existe PAS de zones hyper pigmentées intra buccales chez le sujet de race blanche. Aussi, la découverte d’une, ou de plusieurs, plages brunes, bleutées voire noirâtres DOIT faire l’objet d’une consultation spécialisée. Comme toujours l’examen clinique de la cavité buccale mais aussi de la peau et des phanères (ongles) est effectué. Il permettra, associé ou non à une biopsie, d’établir un diagnostic. Les causes d’apparition d’une ou plusieurs plages hyper pigmentées sont diverses et variées. L’énumération de ces causes n’a que peu d’intérêt pour le lecteur car entrant généralement dans le cadre de syndromes complexes et le plus souvent bénins. Il est cependant souhaitable d’attirer l’attention sur la nécessaire attitude préventive d’un examen effectué par un spécialiste pour dépister au plus tôt les exceptionnelle tumeurs plus agressives ( MELANOME). QUELQUES ATTEINTES DES GLANDES SALIVAIRES. Nous abordons dans ce chapitre les atteintes les plus communément retrouvées lors des consultations et qui sont constituées par: Les calculs des glandes salivaires Le syndrome de bouche sèche. La salive, excrétée de manière constante mais variable, est issue de la production de glandes dont l’unique fonction est de sécréter un liquide permettant de maintenir une ambiance humide dans la cavité buccale et d’y déverser des enzymes susceptibles d’aider à la digestion des aliments. Ces glandes se repartissent en: SIX glandes dites "principales": deux glandes sous mandibulaires,deux glandes parotidiennes et deux glandes sub linguales (cf. Chapitre Anatomie) Une MULTITUDE de glandes dites "accessoires" disséminées dans la muqueuse de la cavité buccale. A. LES CALCULS DES GLANDES SALIVAIRES. La maladie dite LITHIASIQUE ( du grec "lithos": pierre), fait référence à la présence dans les glandes salivaires principales, et plus rarement au niveau des glandes accessoires, d’un obstacle physique (le calcul), en l’occurrence constitué majoritairement de sels de calcium, dans la glande ou son canal excréteur. Les glandes les plus fréquemment atteintes (90 à 95 %) sont les GLANDES SOUS MANDIBULAIRES. Cet obstacle gène l’écoulement salivaire et engendre: Un GONFLEMENT de la glande juste avant et pendant les repas Une DOULEUR au niveau de cette glande Et une éventuelle INFECTION de la glande due à la stase de la salive. La présence d’un tel tableau clinique (douleur + gonflement), IMPOSE donc une consultation spécialisée afin d’établir le diagnostic et d’y apporter le traitement adéquat pour éviter la complication redoutée: L’ABCES. La consultation comprend: 1. L’interrogatoire qui précise le début des symptômes dans le temps et qui recherche une symptomatologie douloureuse rythmée par les repas. 2. L’examen clinique: est à la fois endo-buccal avec visualisation des orifices de drainage des deux glandes dans la bouche et exo buccal avec palpation des glandes salivaires. 3. Les examens complémentaires nécessaires: Radiographie de la mâchoire Radiographies spéciales dites " mordu occlusal " permettant de visualiser la zone située sous la langue. Une sialographie ( examen radiologique visualisant les canaux salivaires par injection de produit radio opaque) Une échographie Une prise de sang pour bilan biologique. Radiographie dite en "mordu occlusal" montrant un calcul ( flèche) sous la langue. Les principes du traitement: Le traitement médical associe: Anti-inflammatoires, anti-spasmodique et médicaments accélérant la vidange salivaire. Les antibiotiques sont réservés en cas d’infection. Le traitement chirurgical visant à extraire le calcul ou la glande toute entière peut être nécessaire et s’effectue alors soit sous Anesthésie Locale soit sous Anesthésie Générale. L’intervention sous anesthésie locale: Ne concerne que l’ablation des calculs et non de la glande toute entière. Effectuée en quelques minutes. N’a pour conséquence qu’une plaie minime en bouche suturée avec des fils résorbables Pas d’hospitalisation Arrêt de travail: généralement non nécessaire sauf si activité oratoire. L’intervention sous anesthésie générale: Concerne certains calculs et l’ablation de la glande Nécessite une incision cutanée d’environ 5 à 6 cm située sous la mâchoire et en regard de la glande (pour la glande sous mandibulaire) Hospitalisation d’environ 3 à 4 jours selon l’importance du saignement post-opératoire Arrêt de travail variable selon suites chirurgicales. B. LA BOUCHE SECHE. Egalement appelée xérostomie, elle est due à un déficit quantitatif ou qualitatif de la sécrétion de salive. Il s’agit d’un symptôme fréquent, souvent négligé. Son apparition nécessite la recherche d’une cause, ce qui permet la prise en charge thérapeutique et la prévention des complications buccales. Son diagnostic repose sur l’examen clinique, appuyé par des examens complémentaires, effectués par votre chirurgien maxillo-facial stomatologue ou votre dermatologue. 1. L’examen clinique: Il recherchera, par l’interrogatoire: Les conséquences locales de cette xérostomie: Sensation de bouche sèche majorée lors de l’alimentation Nécessité de prendre des liquides pour avaler des aliments secs. Et la persistance du phénomène sur le long terme (plus de trois mois) La prise de médicament Des séances de rayons au niveau de la tête ou du cou. Il recherchera, localement: Les signes évocateurs de sécheresse buccale: Lèvres collées Absence de rétention de salive sous la langue L’abaisse langue en bois colle à la face interne des joues L’augmentation de volume des glandes salivaires (même unilatérale et intermittente) Les complications de cette sécheresse: Candidoses buccales récidivantes (cf. chapitre " candidose ") Dentaires: inflammation des gencives due à la prolifération de bactéries dans la plaque dentaire et le tartre qui sont plus abondants. Les difficultés à la déglutition Les troubles du goût. 2. Les tests (examens complémentaires): "Le test au sucre":permet de dépister, par la vitesse de fonte dans la bouche d’un morceau de sucre calibré, une xérostomie. Le pH de la bouche: devient acide lors d’une xérostomie La scintigraphie des glandes salivaires: examen radiologique particulier qui permet de renseigner votre médecin sur la morphologie, mais aussi et surtout sur la qualité de fonctionnement des glandes salivaires. La biopsie des glandes salivaires accessoires (acte peut douloureux et effectué en consultation) réservée au diagnostic de maladie plus générale (cf. plus loin dans ce chapitre) L’examen clinique, associé aux tests décrits, permet, de façon générale, d’affirmer le syndrome de bouche sèche. Sa cause peut être diagnostiqué par le simple interrogatoire (radiothérapie, prise de médicament, ménopause). Cependant d’autres pathologies nécessitent la mise en œuvre d’examens (imagerie, biologie, biopsie) plus sophistiqués pour en faire le diagnostic et doivent faire l’objet d’un traitement approprié. Il s ‘agit (liste non exhaustive): Du syndrome de Gougerot-Sjogren (maladie auto-immune) De la sarcoïdose. Au total: L’apparition d’une sensation de bouche sèche ne doit pas être négligée et DOIT faire l’objet d’une consultation spécialisée afin d’en faire le diagnostic et surtout d’en retrouver la CAUSE.