plante africaine qui fait maigrir avec l'hypnose


Cancer du foie. Cancer du foie, cancer hépatique: pour mieux comprendre ce cancer, pour prendre les bonnes décisions en matière de prévention, de consultation médicale et de traitements du cancer du foie, informez-vous! Retrouvez dans la rubrique "Cancer du foie" tout ce qu'il faut savoir sur ce sujet: actualité, conseils, fiches pratiques, mais aussi tests, et témoignages d'internautes. Sans qu’aucun symptôme n’apparaisse, le foie peut devenir le foyer d’ inflammations. On parle de NASH, ou stéatohépatite non alcoolique. Le risque? Que l’inflammation fasse le lit d’une cirrhose voire d’un cancer. L’hépatocarcinome (carcinome hépatocellulaire) est le cancer du foie le plus fréquent. Il se développe le plus souvent à partir d’une maladie chronique du foie comme une cirrhose ou une hépatite B ou C. Existe-t-il des symptômes spécifiques à ce canc. Le cancer du foie est le plus souvent le résultat d'une complication d'une cirrhose ou d'une hépatite chronique B ou C. Il peut aussi s'agir d'une métastase d'un autre cancer. Le point sur ce cancer assez particulier. Le cancer de la vésicule biliaire fait partie des cancers rares. Il a l’inconvénient d’être le plus souvent dépisté tardivement, à un stade avancé. Comment dépister un cancer de la vésicule biliaire? Y-at-il des symptômes évocateurs?

plante africaine qui fait maigrir avec l'hypnose

Maladie foie. Diana Peabody offre ses conseils pour le maintien d’une bonne santé hépatique. LE FOIE est un des organes les plus importants du corps. Sans lui, la vie est impossible. Le foie agit comme usine de filtration pour l’organisme. Les matières premières — tels les nutriments, l’alcool, les plantes médicinales et les médicaments — sont absorbées à partir de l’intestin et passent dans le foie, où elles sont assimilées, transformées, entreposées, détoxifiées et transportées vers le reste du corps. Le foie travaille fort pour nourrir les cellules, transformer les médicaments contre le VIH et d’autres infections et détoxifier les substances nocives. Afin de maintenir une fonction optimale, le foie doit être bien nourri et protégé de l’endommagement. Chez les personnes vivant avec le VIH/sida (PVVIH/sida), le foie subit souvent des stress additionnels en raison des effets toxiques de certains antirétroviraux, ainsi que de la présence d’une hépatite et/ou de l’utilisation de substances intoxicantes. L’un des signes avertisseurs d’un trouble du foie ou de dommages hépatiques est une élévation du niveau des enzymes du foie, que l’on peut déceler à l’aide d’un test sanguin. Toutes les PVVIH/sida, notamment celles sous traitement antirétroviral, devraient faire vérifier leurs taux d’enzymes hépatiques de façon régulière, d’autant plus que les lésions du foie ne sont souvent décelées que lorsqu’elles sont déjà relativement avancées. Les maladies du foie peuvent entraîner la malnutrition qui, à son tour, risque d’accélérer l’endommagement du foie. Que l’on cherche à protéger la santé de son foie ou à en améliorer l’état, il importe avant tout de se nourrir aussi bien que possible. Les conseils suivants peuvent vous aider à maintenir une bonne fonction hépatique: 1 Essayez de vous abstenir de boire de l’alcool si vous souffrez d’une maladie du foie (hépatite). L’alcool est extrêmement toxique pour le foie et les recherches indiquent qu’il peut accélérer la progression des maladies hépatiques. L’alcool peut également aggraver les effets secondaires des antirétroviraux et accroître le risque de lésions hépatiques. Les drogues à usage récréatif peuvent avoir le même effet et devraient être évitées aussi. 2 Faites-vous vacciner contre les hépatites A et B et tâchez d’éviter les pratiques comportant un risque d’infection par l’hépatite C, telles que le partage de seringues et de dispositifs pour usage nasal comme les pailles, les billets et les renifleurs. 3 Atteignez et maintenez un poids santé. Être trop mince ou trop gros n’est pas bon pour le foie. 4 Maintenez de généreuses réserves de masse maigre (muscles). Le VIH et l’hépatite risquent tous deux de provoquer la fonte des tissus musculaires. Incorporez des exercices de musculation réguliers (marche, course à pied et exercices avec poids et haltères) dans votre programme de santé. 5 Consommez suffisamment de protéine. La protéine fournit le matériau nécessaire à la fabrication de nouvelles cellules, à la réparation des tissus et au maintien du système immunitaire. Pour les personnes ayant le VIH et/ou l’hépatite, l’apport quotidien recommandé est de 1 à 1,5 grammes par kilogramme de poids corporel (une personne pesant 70 kg a donc besoin de 70 à 105 grammes de protéine par jour). Essayez de consommer deux à trois portions de viande maigre (bœuf maigre, poisson ou poulet) ou d’alternatives (beurre d’arachide ou tofu), ainsi que deux à trois portions de produits laitiers à faible teneur en gras ou de lait de soja chaque jour. Dans les cas de maladie hépatique avancée, il est possible que l’apport de protéine doive être modifié ou restreint en raison d’une maladie appelée encéphalopathie. Cependant, il ne faut pas réduire sa consommation de protéine à moins que ce soit absolument nécessaire, et jamais sans l’avis de son médecin. Il est également utile de consulter une diététiste. 6 Consommez suffisamment de calories pour économiser les protéines. Si votre apport calorique quotidien est insuffisant, les protéines seront détournées de leurs fonctions essentielles afin de produire de l’énergie. La plupart des personnes vivant avec le VIH et/ou l’hépatite ont besoin de 30 à 40 calories par kilogramme de poids corporel par jour (une personne pesant 70 kg a besoin de 2 100 à 2 800 calories par jour). Vous pouvez vérifier votre apport calorique dans le site Web à l’adresse www.caloriescount.com. 7 Choisissez des grains entiers, des fruits et des légumes (tels que les betteraves et les artichauts) et évitez les aliments transformés, le sucre et les breuvages sucrés. Certains médicaments anti-VIH sont susceptibles de provoquer une résistance à l’insuline, ce qui rend difficile l’utilisation correcte des nutriments, notamment les sucres. Le fait de réduire sa consommation de glucides simples (sucres et féculents) aide l’insuline à mieux fonctionner, ce qui contribue à maintenir la glycémie (sucre sanguin) à l’intérieur d’un écart idéal et à prévenir le diabète. Quoi qu’il en soit, les aliments mentionnés ci-dessus sont les plus nutritifs. 8 Consommez des matières grasses avec modération et privilégiez-en les « bonnes », comme les huiles d’olive et de canola, les noix et les graines, plutôt que les graisses saturées dont regorgent les produits laitiers et les produits d’origine animale. La modération consiste à réduire sa consommation d’aliments riches en matières grasses, telles les fritures, mais non pas à restreindre toutes les matières grasses parce qu’elles constituent une importante source de calories. 9 Prenez une multivitamine pour prévenir les carences. Si vous avez une maladie du foie, évitez les fortes doses de vitamine A ou de caroténoïdes (bêta-carotène) parce qu’elles peuvent être toxiques pour le foie. 10 Évitez les suppléments de fer à moins qu’ils soient prescrits par votre médecin pour traiter une carence. Si le foie fonctionne mal, le fer peut s’accumuler et devenir toxique pour le foie. Un taux élevé de fer risque également de nourrir certaines bactéries infectieuses et d’interférer avec les traitements par interféron contre l’hépatite. Si votre foie est en bon état, une multivitamine contenant du fer serait inoffensif. Sinon, choisissez-en une qui est exempte de fer. 11 Approvisionnez votre corps en antioxydants. Les antioxydants sont des composés qui protègent l’organisme contre des molécules très actives appelées radicaux libres. Si les niveaux de radicaux libres s’accroissent, ils risquent d’endommager des tissus et d’accélérer la destruction du foie chez les personnes atteintes d’hépatite. Ce processus peut donner lieu à une déplétion du glutathion (GSH), un important antioxydant qui se loge dans les cellules du foie. Des doses quotidiennes de vitamine C, de vitamine E et de sélénium fourniront un apport suffisant d’antioxydants. La N-acétyl-cystéine (NAC) et l’acide alpha-lipoïque sont des antioxydants qui contribuent à la fabrication du glutathion et qui semblent jouer un rôle protecteur dans le foie. (Voir l’encadré pour connaître les doses quotidiennes des antioxydants.) 12 La S-adénosyl-méthionine (SAMe) est un acide aminé sous forme de supplément qui aurait des propriétés guérisseuses pour le foie. Dans le cadre d’études menées chez des sujets séronégatifs atteints de maladie hépatique, ce supplément a donné lieu à des améliorations sur le plan des taux d’enzymes hépatiques et de bilirubine (produit de dégradation) et a atténué la fatigue, la jaunisse et les démangeaisons. On a également constaté une amélioration de la qualité de vie. La dose recommandée est de 800 à 1 600 mg par jour. Cependant, on en sait peu sur les interactions susceptibles de se produire avec les médicaments anti-VIH, et des études de laboratoire ont montré que la SAMe favorisait la croissance du champignon responsable de la PPC (pneumonie à Pneumocystis carinii). Il se pourrait que ce supplément s’avère intéressant comme traitement des maladies du foie mais on en sait toujours peu sur son usage contre l’infection au VIH. Si vous envisagez de prendre ce supplément, il importe d’en discuter avec un médecin spécialiste du foie (hépatologue). 13 Les plantes médicinales, tel le chardon-Marie (silymarine), s’utilisent couramment pour traiter les problèmes de foie et d’autres maladies. Sachez toutefois que certaines plantes médicinales sont toxiques pour le foie et d’autres interagissent avec les antirétroviraux. Renseignez-vous sur les avantages et les inconvénients de toute thérapie que vous envisagez d’essayer en tenant compte de votre situation personnelle. Vous pouvez vous renseigner sur les interactions médicamenteuses en consultant une excellente ressource d’Internet à l’adresse www.aidsmeds.com. Une fois rendu, cliquez sur “Check Your Meds” et entrez le nom de tous les médicaments, les suppléments nutritionnels et les plantes médicinales que vous prenez, ainsi que plusieurs aliments (tels que l’ail et le pamplemousse, deux causes connues d’interactions). Vous recevrez ensuite des renseignements sur toutes les interactions connues qui sont susceptibles de se produire. Le dernier mot? Tout ce que vous ingérez exerce un effet sur le foie. Soyez donc conscient de ce que vous mangez et buvez ainsi que des médicaments et des suppléments que vous prenez. N’oubliez pas de discuter de tous vos projets de supplémentation alimentaire et d’exercice physique avec votre médecin. Faites votre possible pour maximiser les choses qui contribuent à votre santé et minimiser celles qui vous nuisent. Si votre foie est déjà endommagé et qu’il ait besoin de soins particuliers, consultez une diététiste qui s’y connaît en matière de VIH pour obtenir des conseils nutritionnels personnalisés. Et vive le foie! Pour en savoir plus sur ces suppléments et d’autres, consultez les feuillets d 'information s de CATIE sur les antioxydants, le sélénium, la vitamine E, la NAC, l’acide alpha-lipoïque et le chardon-Marie ou en appelant le 1.800.263.1638. Diana Peabody, RD, est diététiste clinicienne à la Oak Tree Clinic, une division du Children’s & Women’s Health Centre of British Columbia. Illustration: Beverly Deutsch. Les antioxydants — les doses quotidiennes suivantes sont considérées comme sécuritaires et potentiellement bénéfiques pour le foie: • vitamine E — 400 à 800 UI. • vitamine C — 500 à 2 000 mg. • sélénium — 100 à 200 mcg. • NAC — 500 à 2 000 mg (à prendre avec des aliments pour éviter les irritations du tube gastro-intestinal) • acide alpha-lipoïque — 100 à 600 mg (de préférence sous forme de suppléments à libération prolongée; à prendre avec des liquides lorsque l’estomac est vide) Remarque: Les doses de vitamine C supérieures à 2 000 mg risquent de provoquer une surcharge de fer dans les foies endommagés.

sport pour perdre du poids rapidement femme fever

Nettoyer son intestin: 17 Conseils détox. Comment nettoyer son intestin naturellement grâce au 17 conseil ci-dessous: Nous allons voir les méthodes et habitudes à prendre pour nettoyer naturellement son intestin, pour quelles raisons il est important de le faire et surtout comment faire au quotidien de manière simple. Après les fêtes, on lit dans les magazines ou sur Internet que telle ou telle star a adopté un régime quelconque pour sa détox. Mais en quoi consiste exactement la détoxification? Pour faire simple, il s’agit de procéder à un nettoyage de ses intestins. Pas seulement après les fêtes, mais il s’agit de prendre soin de votre organisme en changeant certaines habitudes pour une meilleure santé et vie. Le rôle de l’intestin: A lire! Rôle et étapes de la digestion. L’intestin est un membre de l’appareil digestif. C’est à son niveau que les aliments que vous consommez se transforment en nutriment et sont assimilés par votre organisme. Pour ce faire, ce sont les enzymes et les bactéries dans la flore intestinale qui vont décomposer chaque molécule pour que les aliments soient rapidement et efficacement absorbés par votre corps. L’intestin a également pour rôle d’éliminer les toxines. Ce sera à la muqueuse intestinale de le faire, par un tri des nutriments importants et des substances néfastes et toxiques. Sans nous en rendre compte, les quantités de nourriture que nous ingurgitons contiennent des éléments toxiques dangereux pour votre santé. Sur le court terme, cela n’entraîne pas grand chose, mais si votre alimentation est mauvaise toute votre vie, croyez-moi, vous diminuez votre espérance de vie par une hygiène alimentaire moyenne ou mauvaise avec un intestin fragile. Si votre muqueuse intestinale est détériorée, sa capacité à absorber les nutriments baisse et l’inflammation augmente et se propage par ces toxines, bactéries restants dans votre sang! Vous pouvez développer des maladie auto-immunes. Aussi l’intestin va produire des toxines digestives pour s’en débarrasser. Quand l’intestin n’arrive plus à suivre le rythme, survient alors la constipation. Comment nettoyer son intestin? Déséquilibre intestinale-infection intestin-Invasion des bactéries. Les ballonnements, la constipation, les troubles digestifs… sont parmi les symptômes d’un problème dans les intestins sur le court terme. Afin d’y remédier ou d’éviter ces troubles intestinaux, il est temps de nettoyer ses intestins. Il existe différentes méthodes pour purifier les intestins et pour les aider à la détoxification. Une cure plus ou moins longue est la solution pour soulager les intestins fragiles. Cela s’effectue une à deux fois par an. Certaines personnes choisissent d’entrer dans les cliniques pour nettoyer leurs intestins. Il s’agit d’une cure très exigeante qui peut s’étaler sur plusieurs semaines. L’organisme est très sollicité dans ce cas et a besoin de beaucoup de repos. Pour nettoyer son intestin, d’autres personnes se contentent d’une cure légère le temps d’un weekend. Nombreuses personnes aussi préfèrent pour suivre une cure non contraignante chaque jour contre l’infection des intestins. Le nettoyage des intestins: Il existe différentes préparations pour nettoyer vos intestins. Vous pouvez essayer les cures à base d’acides humiques, de bactéries d’acide lactique et de glutamine, qui sont les plus courantes et les plus appréciées. Les acides humiques débarrassent le corps des déchets toxique, tandis que la glutamine et les bactéries s’associent pour rétablir l’équilibre de votre flore intestinale. Une autre méthode pour nettoyer vos intestins également, l’hydrothérapie du côlon qui consiste à purifier et nettoyer ses intestins des restes d’aliments et des bactéries nocives par l’introduction de dix litres d’eau dans les intestins. Il s’agit d’une opération délicate qui ne peut être effectuée que par des professionnels de la santé. Sous conseil d’un nutritionniste ou du médecin traitant, vous pouvez aussi suivre la méthode du Docteur Gray qui consiste à prendre des comprimés végétaux. Cette cure dure entre un et deux mois. Autre moyen également pour nettoyer son intestin, la cure à base de substances amères végétale s. Ces dernières vont favoriser l’action des bactéries intestinales essentielles dans les intestins. Sans faire de cures, vous pouvez tout simplement prendre de bonnes habitudes alimentaires et de vie si vous avez un intestin fragile, consultez ci-dessous: 6 Conseils pour une bonne digestion et assimilation: En plus de la consommation d’une alimentation saine et équilibrée (et aliments que nous verrons en bas), les conduites à adopter durant les heures de repas demeurent aussi importantes pour assurer une meilleure digestion. Voici donc les bonnes attitudes à prendre pendant chaque mets. Manger tous les jours à heures fixes permet d’assurer la santé de l’appareil digestif. En temps normal, un petit déjeuner, un dîner ou un souper doit durer en moyenne 20 à 25 minutes. Pour le bien de l’estomac, il est nécessaire de bien mastiquer chaque nourriture, surtout, il faut éviter de trop le remplir. Pour faciliter la digestion, à chaque repas, rien ne vaut quelques verres d’eau sans chlore bien sûr. Que ce soit durant ou en dehors du repas, le stress est néfaste pour l’estomac et tout l’appareil digestif. Un tel bouleversement provoque un chavirement sur le fonctionnement de l’anse intestinale. Il ne demeure pas non plus bon pour la digestion, car il cause la libération de l’adrénaline et de la noradrénaline du corps. Ce dysfonctionnement engendrera une augmentation du débit du sang qui arrive au cerveau et au niveau du cœur. Au final, l’ensemble entraînera tout simplement le trouble de l’intestin. Ce qu’il faut éviter et privilégier pour nettoyer son intestin et l’entretenir: Produits laitiers: Lait, crème fraîche, yaourt, fromages…Le Lactose dans les produits laitiers sont mal assimilés par votre organisme à cause d’un enzyme qui diminue avec l’âge: le lactase. De même la présence de caséine augmente la perméabilité de votre intestin et les rends fragiles. Prenez plutôt du lait de soja, lai d’amande ou de coco pour éviter l’infection de l’intestin sur le moyen terme. Issue du blé, ces protéines fragilisent vos intestins et peuvent provoquer des inflammations. Prenez des légumineuses à la la place, du sarrasin ou du sans gluten. Les médicaments et antibiotiques: Malheureusement leurs prises peut soulager, mais ils détériorent et rendent fragiles votre intestin. Prenez plutôt des probiotiques et prébiotiques. Les produits industriels: Encore une fois, tout les produits déjà préparés sont bourrés d’additifs en tout genre: charcuteries, viennoiseries, boissons gazeuses (light) etc… Consommez des aliments sains, bio, le moins modifiés possibles. 11 Astuces pour prendre soin de vos intestins chaque jour: Afin d’aider votre organisme à éliminer les toxines apportées par la nourriture, il existe également des méthodes naturelles qui sont plus conseillées pour ne plus trop solliciter votre appareil digestif et ainsi nettoyer son intestin naturellement chaque jour. – Un breuvage naturel le matin: rien de compliquer, le breuvage se constitue d’eau chaude et de citron. Très efficace pour stimuler votre système digestif dés le matin en détoxifiant et stimulant votre foie. – Le charbon végétal: nous pouvons utiliser également le charbon végétal, disponible dans les magasins de produits naturels pour nettoyer les intestins et se débarrasser des parasites qui s’y collent. – Le vinaigre de cidre: utilisé dans son état pur, le vinaigre de cidre aide également dans la détoxification pour nettoyer son intestin. – La tisane à la menthe: non seulement cette tisane régularise les fonctions digestives de l’intestin mais elle stimule également le foie tout comme le thé vert. – La tisane au thym: parfaite pour se débarrasser des parasites intestinaux à l’origine des troubles intestinaux. – Les poires: riches en fibre, elles favorisent le travail des intestins. – Les prunes: elles agissent non seulement sur les intestins mais également au niveau des reins. Elles contiennent beaucoup d’antioxydants et de potassium. – Le chou-fleur: un véritable draineur aux reins, les fibres et le potassium dans le chou-fleur sont aussi très utiles pour nettoyer les intestins. – Les raisins: grâce aux antioxydants qu’ils renferment, ils permettent de purifier tout l’organisme. – Jus de poireau: un autre breuvage naturel et efficace pour nettoyer les intestins en profondeurs. – Les fibres: mangez-les en quantité: légumineuses, céréales, légumes…elles emprisonnent les graisses, ralentissent la digestion, offrent un effet coupe faim. Elles soigneront les parois de l’anse intestinale.

plante africaine qui fait maigrir avec l'hypnose

Crise de foie 3. Quel traitement? - un traitement antalgique souvent classique; - un traitement spécifique pour la migraine.

perdre du point rapidement adverbe en

Maladie foie. Anémie. Symptômes: L'oiseau paraît maigre, son bec et ses pattes sont décolorés, il est extrêmement apathique. Causes: Un régime alimentaire mal équilibré peut entraîner une carence en globules rouges dans le sang. Prévention: Alimentation saine et variée. Traitement: Il faut donner au sujet malade beaucoup de légumes frais, une bonne pâtée avec des vitamines et une forte dose de vitamine B dans l'eau de boisson. Coccidiose. Symptômes: Diarrhée sanguinolente, perte de poids importante, bave filante s'écoulant du bec, mortalité au bout d'environ quatre jours. Causes: Ingestion d'aliments ou d'eau contaminée par la salive d'animaux infectés. Prévention: Nettoyage et désinfection régulières de la cage et des accessoires. Traitement: Isolement, désinfection et visite chez le vétérinaire. Collibacilose. Symptômes: Somnolence, in appétence, diarrhée verdâtre et dyspnée. Mort dans 50% des cas, contagieuse pour l'humain. Causes: Ingestion d'aliments ou de liquides contaminés. Prévention: Hygiène scrupuleuse des accessoires et de la cage. Traitement: Administration d'1 ou 2 milligrammes de Streptomycine, 2 ou 3 fois par jour. Constipation. Symptômes: Difficultés d'évacuation, cloaque rougi et ventre gonflé. L'oiseau donne avec sa queue de petits coups saccadés vers le bas pour évacuer des selles peu abondantes et visqueuses. Causes: Alimentation trop sèche et astringente ou brusques changements de température. Prévention: Alimentation saine et variée, riche en légumes et en fruits, précaution pour éviter les écarts de température. Traitement: Changement de nourriture et administration d'un médicament pour réguler le transit intestinal. On peut aussi ajouter de l'huile de foie de morue lyophilisée dans la pâtée, légumes et fruits à volonté. Conjonctivite et blépharite. Symptômes: L'oeil est fermé, chassieux, irrité. Causes: C'est une inflammation due à des causes physiques, chimiques, ou à des germes. Prévention: Vie et milieu sain. Traitement: Il est conseillé d'administrer un antibiotique à large spectre et de mettre dans les yeux un collyre ou un antibiotique comme la tétracycline. Croissance anormale du bec. Symptômes: La partie supérieure du bec croît de manière anormale. Causes: Absence d'os de seiche (sepia) et autres erreurs diététiques. Prévention: Toujours fournir un os de sepia et une alimentation aussi riche et variée que possible. Traitement: Couper l'excroissance cornée du bec avec des ciseaux aux bonnes dimensions et donner un os de sepia entier ou pulvérisé dans la pâtée. Enrouement. Symptômes: L'oiseau tousse et éternue de temps en temps tout en étant parfois en bonne santé. Causes: Refroidissement, variations climatiques où stress nerveux. Prévention: Vie et alimentation saine. Traitement: Installation de la cage (ou de l'oiseau) dans un lieu sain et à température constante. Administration d'une infusion au thym ou à la camomille au miel. Fracture d'une patte. Symptômes: L'oiseau ne pose plus sa patte sur le perchoir. Causes: Cage ou volière dont les barreaux ou grillage sont cassés ou tout bêtement du à un accident. Prévention: Contrôle périodique et régulier de l'habitat. Traitement: Il faut immobiliser la patte entre deux cure-dents que l'on maintient avec un pansement troué; ou faire une attèle avec un bout de paille comme on se sert pour boire le soda, fendue en deux. Au bout de trois semaines, retirer le pansement, la patte devrait être guérie. Inflammation intestinale ou Entérite. Symptômes: Apathie, somnolence, diarhée, soif inextinguible, manque d'appétit, dépérissement, mortalité. Causes: Nourriture inadaptée, infections, parasites. Prévention: Ne donnez pas d'aliments avariés ou flétris. Traitement: Administration d'antibiotiques après examen des selles (fientes). Inflammation du cloaque. Symptômes: Maladie plus diffuse chez les femelles que chez les mâles. L'abdomen gonfle et le cloaque est rouge. L'oiseau a aussi des difficultés à évacuer ses fientes qui restent collées aux plumes sous la queue. Causes: Problèmes d'alimentation ou d'adaptation pour les femelles, problèmes dus à la ponte des œufs. Prévention: Vie et alimentation saine. Traitement: Nettoyage de la zone autour du cloaque, administration d'une pommade d'oxyde de zinc et alimentation saine et variée. Mue anormale. Symptômes: Chute des pennes et des plumes en dehors de l'été. Causes: Erreurs alimentaires, hygiène insuffisante. Prévention: Aliments frais et variés, hygiène des locaux. Traitement: Eau additionnée d'un complexe vitaminé. Parasites externes, acariens gris ou rouges, poux. Symptômes: Nervosité de l'oiseau, démangeaisons, perte des plumes. Causes: Nettoyage insuffisant de la cage et des accessoires. Prévention: Hygiène méticuleuse du local, des cages, des accessoires et notamment des perchoirs. Traitement: Aspersions régulières de produits antiparasitaires adaptés. Pneumonie. Symptômes: Malaise généralisé, difficultés respiratoires, écoulement de mucus des narines, respiration bec ouvert. Causes: Courants d'air. Prévention: Emplacement correct de la cage. Traitement: Beaucoup de chaleur, antibiotiques et vitamines. Salmonellose. Symptômes: Diarrhée abondante et malaise généralisé, mort, risques de contagion pour l'humain. Causes: Ingestion d'aliments et d'eau contaminés, contact avec des animaux porteurs sains: rats, pigeons, mouches. Prévention: Propreté méticuleuse et accès interdit aux animaux indésirables. Traitement: Après analyse des fientes, administrer un antibiotique à large spectre, propreté, chaleur, repos. Stomatite et glossite. Symptômes: Inflammation de l'intérieur du bec et de la langue qui obligent souvent l'oiseau à respirer le bec ouvert. Difficultés à s'alimenter, sécrétions purulentes au niveau des narines, surtout dans les cas compliqués de pharyngite. Causes: Alimentation trop dures ou empoisonnés (par exemple par des insecticides), infections virales, bactériennes ou mycosiques. Prévention: Hygiène générale et aliments sains. Traitements: Administration d'aliments mous avec apport en vitamine A et antibiotique à large spectre. Vers intestinaux: Cestoïdes, Ascaris, Capillaires. Symptômes: Fatigue, somnolence, amaigrissement, petits fragments blancs dans les fientes, mort par occlusion intestinale. Causes: Manque d'hygiène. Prévention: Propreté méticuleuse des récipients et de l'habitat. Traitement: Administration d'un vermifuge. Diphtérie ou Diphtérie-Variole. Symptômes: Pennes ternes et ébouriffées, forte diarrhée, difficultés respiratoires, de la salive sortant de son bec, mortalité. Causes: Contact avec des aliments ou animaux infestés, maladie très contagieuse. Prévention: Propreté et désinfection scrupuleuse. Traitement: Isolement complet, appeler le vétérinaire. Acariose des pattes. Symptômes: Croûtes rugueuses et grisâtres sur les pattes, déformation des pattes, mort. Causes: Propreté insuffisante du sol de la cage. Prévention: Nettoyage et désinfection de la cage. Traitement: Application d'une pommade acaricide, administration d'un complexe vitaminé. Acariose du plumage. Symptômes: L'oiseau est nerveux, il se gratte continuellement: son plumage est opaque et présente une poudre blanche semblable à des pellicules. Causes: Parasites externes comme l'acarien rouge, l'acarien gris et le pou qui nichent dans les interstices de la cage et des accessoires sales. Prévention: Propreté et hygiène générale. Traitement: Désinfection de la cage, des accessoires et des oiseaux, avec un produit antiparasitaire approprié que l'on trouve en animalerie, en oisellerie ou en pharmacie. Lumps (Kyste folliculaire) Symptômes: Kyste sous-cutané au niveau du dos et des ailes, maladie touchant surtout les races anglaises (pas toujours. ). Causes: Hérédité, croisements répétés entre sujets schimmel. Prévention: Apparier intensif X schimmel ou inversement. Traitement: Badigeonner de teinture d'iode en cas de petits kystes, sinon il faut les énucléer en s'adressant à un spécialiste. Mycose ou Proventriculite. Symptômes: Dépérissement rapide et atrophie importante des muscles pectoraux. Causes: Aliments avariés ou sales. Prévention: Traitement à l'Amphotéricine B, pour les reproducteurs. Traitement: Sirop Fungitec pendant 12 jours. Pendant les 5 premiers jours, associer avec 3 grammes de NF180 suivant le dosage conseillé par le vétérinaire. Administrer un complexe vitaminé. Vésicules d'air. Symptômes: C'est une maladie qui touche surtout les oisillons et qui provoquent des bulles d'air sous-cutanées. Causes: Mauvaise alimentation et hygiène. Prévention: Milieu et alimentation saine. Traitement: Résoudre les problèmes liés à l'alimentation et au milieu. Percer les bulles à l'aide d'une aiguille aseptisée (alcool) pour faire sortir l'air et passer une pommade à base de pénicilline. Le sujet malade. Le sujet malade présente certains comportements caractéristiques anormaux, en voici quelques-uns. Une observation de l'amateur aura tôt fait d'apercevoir que l'oiseau est malade. Peu de vivacité et plumage ébouriffé. In appétence ou faim continue. Soif continuelle. Plumage opaque, ternes et ailes pendantes. Respiration bruyante à bec ouvert. Yeux chassieux et fermés. Pattes écaillées et rougies. Maigreur et mue irrégulière. Mouvements saccadés de la queue et difficulté de déféquer (évacuation des fientes). Selles diarrhétiques qui salissent la queue. Difficultés à voler. Ventre gonflé et rougi. Écoulement de mucus aux narines. Se met en boule. Le sujet sain. On reconnaît un sujet sain aux signes suivants: Plumage qui adhèrent bien au corps, brillant (sauf durant la mue où il sera opaque). Vivacité et régularité des mouvements. Appétit normal. Yeux attentifs et tête toujours en mouvement. Pattes propres et exemptes de croûtes. Évacuation normale (fientes). Respiration à bec fermé et silencieuse. Poitrine bien charnue, on constate que l'oiseau est "bien en chair".

Hépatites A, B et C. Description. Les hépatites A, B et C sont des inflammations du foie causées par des virus différents. Symptômes. Les personnes infectées par les virus des hépatites A, B ou C n’ont pas toujours des symptômes. Quand les personnes ont des symptômes, ceux-ci apparaissent dans un délai différent selon le type d’hépatite: hépatite A: de 15 à 50 jours (en moyenne 28 jours) après l’infection par le virus; hépatite B: de 1 à 6 mois (en moyenne de 2 à 3 mois) après l’infection par le virus; hépatite C: de 2 semaines à 6 mois (en moyenne de 6 à 9 semaines) après l’infection par le virus. Les symptômes des hépatites peuvent être les suivants: fatigue; perte d’appétit, nausées ou vomissements; douleurs au ventre; fièvre; diarrhée; peau et blanc des yeux jaunes (jaunisse); selles pâles et urine foncée. Quand consulter. Consultez un professionnel de la santé ou appelez Info-Santé 811 si vous avez des symptômes ou si vous avez eu des pratiques à risque, par exemple: relations sexuelles non protégées; partage de matériel de préparation, d’injection ou d’inhalation de drogues; tatouage et perçage avec du matériel non stérile. Traitements. Hépatite A. Dans la majorité des cas, l’infection par le virus de l’hépatite A guérit d’elle-même dans un délai de 2 mois. Le corps se débarrasse du virus et produit des anticorps qui protègent la personne contre toute nouvelle infection par le virus de l’hépatite A. Il n’y a pas de « porteur chronique ». La personne est généralement protégée pour toute sa vie. Hépatite B. Dans la majorité des cas, l’infection guérit d’elle-même dans un délai de 6 mois. Le corps se débarrasse du virus et produit des anticorps qui protègent la personne contre toute nouvelle infection par le virus de l’hépatite B. La personne est généralement protégée pour toute sa vie. Parfois, le corps n’arrive pas à se débarrasser lui-même du virus et ne produit pas d’anticorps protecteurs contre l’hépatite B. Dans ce cas, l’infection ne guérit pas et la personne peut transmettre l’hépatite B même si elle n’a pas de symptômes. On dit alors que la personne est un « porteur chronique » de l’hépatite B. Il existe des traitements qui peuvent limiter les complications associées à l’hépatite B chronique et guérir certains porteurs chroniques de l’hépatite B. Hépatite C. Chez certaines personnes, l’infection guérit sans traitement en moins de 6 mois. Le corps se débarrasse du virus et produit des anticorps contre l’hépatite C. Toutefois, ceux-ci ne protègent pas la personne contre une nouvelle infection à l’hépatite C. Dans la majorité des cas, toutefois, le corps n’arrive pas à se débarrasser du virus. L’infection ne guérit pas et la personne peut transmettre l’hépatite C même si elle n’a pas de symptômes. On dit alors que la personne est « porteur chronique » de l’hépatite C. Il existe des traitements qui peuvent limiter les complications associées à l’hépatite C chronique et guérir l’hépatite C. Toutefois, même si une personne est guérie, elle n’est pas protégée contre une nouvelle infection à l’hépatite C. Aviser ses partenaires. Les personnes qui ont une hépatite devraient en aviser leurs partenaires sexuels ou de consommation de drogues le plus vite possible. De cette façon, leurs partenaires: pourront passer un test de dépistage, être évalués, recevoir un suivi approprié et éviter des complications; éviteront de transmettre l’infection à d’autres personnes. Complications. Chez les porteurs chroniques des hépatites B et C, les complications possibles sont: la cirrhose (maladie du foie); le cancer du foie. Transmission. Une personne infectée peut transmettre les hépatites A, B ou C même si elle n’a pas de symptômes. Hépatite A. Le virus de l’hépatite A est présent dans les selles d’une personne infectée. Les selles peuvent se retrouver dans les aliments, dans l’eau ou sur différentes surfaces. Elles ne sont pas toujours visibles. L’hépatite A peut se transmettre par: consommation d’eau ou d’aliments contaminés; contact avec des objets contaminés; contact de la bouche avec l’anus; partage de jouets sexuels; préparation ou consommation de drogues dans des conditions non hygiéniques. Hépatite B. Le virus de l’hépatite B se transmet par les relations sexuelles ou par le sang. La transmission par voie sexuelle peut se produire lors de: relations vaginales (pénétration du pénis dans le vagin); relations anales (pénétration du pénis dans l’anus); partage de jouets sexuels. La transmission par voie sexuelle peut avoir lieu même sans orgasme ou éjaculation. La transmission par le sang peut se produire lors de: partage de matériel de préparation, d’injection ou d’inhalation de drogues; tatouage ou perçage avec du matériel non stérile; contact entre un liquide contaminé par du sang et: une surface de peau endommagée (par exemple par une morsure, une piqûre, une coupure, une plaie), une muqueuse (membrane qui tapisse par exemple la bouche ou les organes génitaux féminins et masculins); transfusion sanguine, lorsque les mesures de sécurité transfusionnelles ne sont pas appliquées (ces mesures sont appliquées au Canada). Une mère infectée peut également transmettre l’hépatite B à son bébé pendant sa grossesse ou au moment de l’accouchement. Pour en savoir plus, consultez la page Infections transmissibles sexuellement (ITSS) et grossesse. Hépatite C. Le virus de l’hépatite C se transmet par les relations sexuelles ou par le sang. La transmission par voie sexuelle peut se produire: lors de la pénétration du pénis dans le vagin ou l’anus. Le risque de transmission par voie sexuelle est plus rare, mais il augmente lors des relations sexuelles anales qui peuvent créer des lésions ou des blessures, comme l’insertion de doigts ou du poing dans l’anus; en présence de sang. La transmission par le sang peut se produire lors de: partage de matériel de préparation, d’injection ou d’inhalation de drogues; tatouage ou perçage avec du matériel non stérile; contact entre un liquide contaminé par du sang avec: une surface de peau endommagée (par exemple par une morsure, une piqûre, une coupure, une plaie), une muqueuse (membrane qui tapisse par exemple la bouche ou les organes génitaux féminins et masculins); transfusion sanguine, lorsque les mesures de sécurité transfusionnelles ne sont pas appliquées (ces mesures sont appliquées au Canada). Une mère infectée peut également transmettre l’hépatite C à son bébé au moment de l’accouchement. Protection et prévention. Vaccination. Il existe un vaccin pour protéger contre l’hépatite A et un autre pour protéger contre l’hépatite B. Au Québec, depuis 2013, les nourrissons peuvent recevoir gratuitement le vaccin contre l’hépatite B dans le cadre du calendrier régulier de vaccination. Il existe également un vaccin combiné qui protège à la fois contre l’hépatite A et l’hépatite B. Au Québec, ce vaccin est offert gratuitement aux élèves de 4 e année du primaire. Il est aussi offert gratuitement à certaines personnes qui présentent plus de risques de contracter ces infections. Il s’agit entre autres des hommes qui ont des relations sexuelles avec d’autres hommes et des personnes qui s’injectent des drogues. Aucun vaccin ne protège contre l’hépatite C. Pour obtenir plus d’information sur les vaccins, vous pouvez: consulter un professionnel de la santé; appeler Info-Santé 811; visiter la page Vaccination. Préparation et consommation de drogue. Le lavage des mains et l’utilisation d’eau stérile pour la préparation et la consommation de drogue diminuent le risque d’attraper l’hépatite A. L’utilisation de matériel neuf pour la préparation, l’injection et l’inhalation de drogue diminue le risque d’attraper les hépatites B et C par voie sanguine. Il ne faut jamais partager le matériel de consommation de drogues. Pour connaître les points de distribution de matériel d’injection de drogues, communiquez avec Info-Santé 811. Tatouage et perçage. Les personnes qui font du tatouage ou du perçage devraient utiliser du matériel neuf, stérilisé ou jetable. Cette précaution diminue le risque de transmettre les hépatites B et C. Elle concerne les rasoirs, aiguilles, lames, bouteilles et encres ainsi que tout ce qui entre en contact avec la peau ou le sang. En ce qui concerne le perçage d’oreilles, le lobe de l’oreille doit être désinfecté avant le perçage et le pistolet perce-oreille doit être désinfecté avec de l’alcool à 70 % entre chaque client. Les personnes qui font du tatouage ou du perçage devraient aussi se laver les mains et porter des gants. Protection sexuelle. Le condom est la meilleure protection contre les hépatites A, B et C lorsqu’il est utilisé: lors de tout contact entre les organes génitaux; pendant toute la durée de la relation sexuelle orale, vaginale ou anale; à chaque relation sexuelle. L’utilisation d’un carré de latex pour couvrir la vulve ou l’anus pendant les relations orales diminue le risque de transmission des virus de l’hépatite. Elle permet d’éviter le contact direct entre la bouche et les parties génitales. Pour fabriquer un carré de latex, déroulez un condom, coupez-en l’extrémité et découpez-le dans le sens de la longueur. L’utilisation d’un gant de latex diminue le risque de transmission de l’hépatite C lors des relations sexuelles avec insertion de doigts ou du poing dans l’anus. Il faut changer de gant entre chaque partenaire. Les jouets sexuels ne devraient pas être partagés. Les personnes qui partagent des jouets sexuels peuvent diminuer le risque de transmission de l’hépatite en les recouvrant avec un condom. Elles doivent changer de condom entre chaque partenaire. En cas de contact avec le sang, le sperme ou les sécrétions vaginales d’une personne infectée. Consultez rapidement un professionnel de la santé ou appelez Info-Santé 811 si: vous avez été en contact avec le sang, le sperme ou les sécrétions vaginales d’une personne qui pourrait être infectée par le virus de l’hépatite B Vous pourriez en effet recevoir un traitement préventif qui permet d’éviter d’attraper l’hépatite B. Ce traitement est appelé « prophylaxie postexposition ». Il doit être administré le plus rapidement possible après le contact. Consultez un professionnel de la santé si: vous avez été en contact avec du sang d’une personne qui pourrait être infectée par le virus de l’hépatite C. Vous pourrez passer un test de dépistage et recevoir un suivi approprié, au besoin. Dépistage. En général, l’hépatite A se détecte lorsqu’il y a des symptômes. Si vous avez des symptômes, consultez un professionnel de la santé. Les hépatites B et C se dépistent par une prise de sang. Une personne doit passer un test de dépistage lorsqu’elle a eu des comportements à risque, par exemple: relations sexuelles non protégées; partage de matériel de préparation, d’injection ou d’inhalation de drogues; tatouage perçage avec du matériel non stérile. La personne pourra ainsi prévenir les complications et éviter de transmettre les hépatites B et C à d’autres personnes. Pour passer un test de dépistage de l’hépatite B ou C, consultez un professionnel de la santé ou appelez Info-Santé 811. Dernière mise à jour: 09 mars 2017, 15:15. L'information contenue sur le site ne remplace en aucun cas l'avis d'un professionnel de la santé. Si vous avez des questions concernant votre état de santé, appelez Info-Santé 811 ou consultez un professionnel de la santé.