cocktail maison pour maigrir en mange


Quoi prendre pour nettoyer le foie. Diana Peabody offre ses conseils pour le maintien d’une bonne santé hépatique. LE FOIE est un des organes les plus importants du corps. Sans lui, la vie est impossible. Le foie agit comme usine de filtration pour l’organisme. Les matières premières — tels les nutriments, l’alcool, les plantes médicinales et les médicaments — sont absorbées à partir de l’intestin et passent dans le foie, où elles sont assimilées, transformées, entreposées, détoxifiées et transportées vers le reste du corps. Le foie travaille fort pour nourrir les cellules, transformer les médicaments contre le VIH et d’autres infections et détoxifier les substances nocives. Afin de maintenir une fonction optimale, le foie doit être bien nourri et protégé de l’endommagement. Chez les personnes vivant avec le VIH/sida (PVVIH/sida), le foie subit souvent des stress additionnels en raison des effets toxiques de certains antirétroviraux, ainsi que de la présence d’une hépatite et/ou de l’utilisation de substances intoxicantes. L’un des signes avertisseurs d’un trouble du foie ou de dommages hépatiques est une élévation du niveau des enzymes du foie, que l’on peut déceler à l’aide d’un test sanguin. Toutes les PVVIH/sida, notamment celles sous traitement antirétroviral, devraient faire vérifier leurs taux d’enzymes hépatiques de façon régulière, d’autant plus que les lésions du foie ne sont souvent décelées que lorsqu’elles sont déjà relativement avancées. Les maladies du foie peuvent entraîner la malnutrition qui, à son tour, risque d’accélérer l’endommagement du foie. Que l’on cherche à protéger la santé de son foie ou à en améliorer l’état, il importe avant tout de se nourrir aussi bien que possible. Les conseils suivants peuvent vous aider à maintenir une bonne fonction hépatique: 1 Essayez de vous abstenir de boire de l’alcool si vous souffrez d’une maladie du foie (hépatite). L’alcool est extrêmement toxique pour le foie et les recherches indiquent qu’il peut accélérer la progression des maladies hépatiques. L’alcool peut également aggraver les effets secondaires des antirétroviraux et accroître le risque de lésions hépatiques. Les drogues à usage récréatif peuvent avoir le même effet et devraient être évitées aussi. 2 Faites-vous vacciner contre les hépatites A et B et tâchez d’éviter les pratiques comportant un risque d’infection par l’hépatite C, telles que le partage de seringues et de dispositifs pour usage nasal comme les pailles, les billets et les renifleurs. 3 Atteignez et maintenez un poids santé. Être trop mince ou trop gros n’est pas bon pour le foie. 4 Maintenez de généreuses réserves de masse maigre (muscles). Le VIH et l’hépatite risquent tous deux de provoquer la fonte des tissus musculaires. Incorporez des exercices de musculation réguliers (marche, course à pied et exercices avec poids et haltères) dans votre programme de santé. 5 Consommez suffisamment de protéine. La protéine fournit le matériau nécessaire à la fabrication de nouvelles cellules, à la réparation des tissus et au maintien du système immunitaire. Pour les personnes ayant le VIH et/ou l’hépatite, l’apport quotidien recommandé est de 1 à 1,5 grammes par kilogramme de poids corporel (une personne pesant 70 kg a donc besoin de 70 à 105 grammes de protéine par jour). Essayez de consommer deux à trois portions de viande maigre (bœuf maigre, poisson ou poulet) ou d’alternatives (beurre d’arachide ou tofu), ainsi que deux à trois portions de produits laitiers à faible teneur en gras ou de lait de soja chaque jour. Dans les cas de maladie hépatique avancée, il est possible que l’apport de protéine doive être modifié ou restreint en raison d’une maladie appelée encéphalopathie. Cependant, il ne faut pas réduire sa consommation de protéine à moins que ce soit absolument nécessaire, et jamais sans l’avis de son médecin. Il est également utile de consulter une diététiste. 6 Consommez suffisamment de calories pour économiser les protéines. Si votre apport calorique quotidien est insuffisant, les protéines seront détournées de leurs fonctions essentielles afin de produire de l’énergie. La plupart des personnes vivant avec le VIH et/ou l’hépatite ont besoin de 30 à 40 calories par kilogramme de poids corporel par jour (une personne pesant 70 kg a besoin de 2 100 à 2 800 calories par jour). Vous pouvez vérifier votre apport calorique dans le site Web à l’adresse www.caloriescount.com. 7 Choisissez des grains entiers, des fruits et des légumes (tels que les betteraves et les artichauts) et évitez les aliments transformés, le sucre et les breuvages sucrés. Certains médicaments anti-VIH sont susceptibles de provoquer une résistance à l’insuline, ce qui rend difficile l’utilisation correcte des nutriments, notamment les sucres. Le fait de réduire sa consommation de glucides simples (sucres et féculents) aide l’insuline à mieux fonctionner, ce qui contribue à maintenir la glycémie (sucre sanguin) à l’intérieur d’un écart idéal et à prévenir le diabète. Quoi qu’il en soit, les aliments mentionnés ci-dessus sont les plus nutritifs. 8 Consommez des matières grasses avec modération et privilégiez-en les « bonnes », comme les huiles d’olive et de canola, les noix et les graines, plutôt que les graisses saturées dont regorgent les produits laitiers et les produits d’origine animale. La modération consiste à réduire sa consommation d’aliments riches en matières grasses, telles les fritures, mais non pas à restreindre toutes les matières grasses parce qu’elles constituent une importante source de calories. 9 Prenez une multivitamine pour prévenir les carences. Si vous avez une maladie du foie, évitez les fortes doses de vitamine A ou de caroténoïdes (bêta-carotène) parce qu’elles peuvent être toxiques pour le foie. 10 Évitez les suppléments de fer à moins qu’ils soient prescrits par votre médecin pour traiter une carence. Si le foie fonctionne mal, le fer peut s’accumuler et devenir toxique pour le foie. Un taux élevé de fer risque également de nourrir certaines bactéries infectieuses et d’interférer avec les traitements par interféron contre l’hépatite. Si votre foie est en bon état, une multivitamine contenant du fer serait inoffensif. Sinon, choisissez-en une qui est exempte de fer. 11 Approvisionnez votre corps en antioxydants. Les antioxydants sont des composés qui protègent l’organisme contre des molécules très actives appelées radicaux libres. Si les niveaux de radicaux libres s’accroissent, ils risquent d’endommager des tissus et d’accélérer la destruction du foie chez les personnes atteintes d’hépatite. Ce processus peut donner lieu à une déplétion du glutathion (GSH), un important antioxydant qui se loge dans les cellules du foie. Des doses quotidiennes de vitamine C, de vitamine E et de sélénium fourniront un apport suffisant d’antioxydants. La N-acétyl-cystéine (NAC) et l’acide alpha-lipoïque sont des antioxydants qui contribuent à la fabrication du glutathion et qui semblent jouer un rôle protecteur dans le foie. (Voir l’encadré pour connaître les doses quotidiennes des antioxydants.) 12 La S-adénosyl-méthionine (SAMe) est un acide aminé sous forme de supplément qui aurait des propriétés guérisseuses pour le foie. Dans le cadre d’études menées chez des sujets séronégatifs atteints de maladie hépatique, ce supplément a donné lieu à des améliorations sur le plan des taux d’enzymes hépatiques et de bilirubine (produit de dégradation) et a atténué la fatigue, la jaunisse et les démangeaisons. On a également constaté une amélioration de la qualité de vie. La dose recommandée est de 800 à 1 600 mg par jour. Cependant, on en sait peu sur les interactions susceptibles de se produire avec les médicaments anti-VIH, et des études de laboratoire ont montré que la SAMe favorisait la croissance du champignon responsable de la PPC (pneumonie à Pneumocystis carinii). Il se pourrait que ce supplément s’avère intéressant comme traitement des maladies du foie mais on en sait toujours peu sur son usage contre l’infection au VIH. Si vous envisagez de prendre ce supplément, il importe d’en discuter avec un médecin spécialiste du foie (hépatologue). 13 Les plantes médicinales, tel le chardon-Marie (silymarine), s’utilisent couramment pour traiter les problèmes de foie et d’autres maladies. Sachez toutefois que certaines plantes médicinales sont toxiques pour le foie et d’autres interagissent avec les antirétroviraux. Renseignez-vous sur les avantages et les inconvénients de toute thérapie que vous envisagez d’essayer en tenant compte de votre situation personnelle. Vous pouvez vous renseigner sur les interactions médicamenteuses en consultant une excellente ressource d’Internet à l’adresse www.aidsmeds.com. Une fois rendu, cliquez sur “Check Your Meds” et entrez le nom de tous les médicaments, les suppléments nutritionnels et les plantes médicinales que vous prenez, ainsi que plusieurs aliments (tels que l’ail et le pamplemousse, deux causes connues d’interactions). Vous recevrez ensuite des renseignements sur toutes les interactions connues qui sont susceptibles de se produire. Le dernier mot? Tout ce que vous ingérez exerce un effet sur le foie. Soyez donc conscient de ce que vous mangez et buvez ainsi que des médicaments et des suppléments que vous prenez. N’oubliez pas de discuter de tous vos projets de supplémentation alimentaire et d’exercice physique avec votre médecin. Faites votre possible pour maximiser les choses qui contribuent à votre santé et minimiser celles qui vous nuisent. Si votre foie est déjà endommagé et qu’il ait besoin de soins particuliers, consultez une diététiste qui s’y connaît en matière de VIH pour obtenir des conseils nutritionnels personnalisés. Et vive le foie! Pour en savoir plus sur ces suppléments et d’autres, consultez les feuillets d 'information s de CATIE sur les antioxydants, le sélénium, la vitamine E, la NAC, l’acide alpha-lipoïque et le chardon-Marie ou en appelant le 1.800.263.1638. Diana Peabody, RD, est diététiste clinicienne à la Oak Tree Clinic, une division du Children’s & Women’s Health Centre of British Columbia. Illustration: Beverly Deutsch. Les antioxydants — les doses quotidiennes suivantes sont considérées comme sécuritaires et potentiellement bénéfiques pour le foie: • vitamine E — 400 à 800 UI. • vitamine C — 500 à 2 000 mg. • sélénium — 100 à 200 mcg. • NAC — 500 à 2 000 mg (à prendre avec des aliments pour éviter les irritations du tube gastro-intestinal) • acide alpha-lipoïque — 100 à 600 mg (de préférence sous forme de suppléments à libération prolongée; à prendre avec des liquides lorsque l’estomac est vide) Remarque: Les doses de vitamine C supérieures à 2 000 mg risquent de provoquer une surcharge de fer dans les foies endommagés.

aide pour maigrir en mange

Symptômes et Traitement. Traitements et remèdes. Foie Symptômes. Quels sont les symptômes d’un abcès du foie? Les symptômes de l’abcès du foie varient selon les individus, mais le plus souvent une combinaison des symptômes énumérés ci-dessous. En soi, un abcès du foie n’est pas la vie en danger, mais elle peut devenir dangereuse si elle s’ouvre et se propage l’infection. Cela peut se produire soudainement, de sorte que vous devriez consulter votre fournisseur de soins de santé si vous avez un des symptômes suivants. Les symptômes courants d’un abcès du foie. Vous pouvez rencontrer n’importe quelle combinaison de symptômes abcès du foie. À certains moments, un de ces symptômes peuvent être graves: La douleur abdominale (surtout dans la partie supérieure droite de l’abdomen) Selles couleur d’argile Urine foncée Diarrhée Fièvre ou frissons La douleur articulaire Perte d’appétit Malaise ou léthargie Nausées, avec ou sans vomissements Transpiration Perte de poids inexpliquée Jaunissement de la peau et du blanc des yeux ( ictère ) Symptômes graves qui pourraient indiquer une condition potentiellement mortelle. Dans certains cas, un abcès du foie peut être mortelle. Consulter immédiatement un médecin si vous, ou quelqu’un que vous êtes avec, aucun de ces symptômes vie en danger, y compris: Changement dans le changement de comportement l’état mental ou soudaine, comme la confusion, le délire, la léthargie, des hallucinations et des délires Haute fièvre (supérieure à 101 degrés Fahrenheit) Mouvements saccadés Malaise ou léthargie Rythme cardiaque rapide (tachycardie) Les problèmes respiratoires ou de la respiration, tels que l’essoufflement, difficulté à respirer ou une incapacité à respirer, respiration laborieuse, une respiration sifflante, ou d’étouffement Une douleur intense Vomissement.

cocktail maison pour maigrir en mange

Assurance Voyage Inde. Pourquoi l’assurance voyage est-elle indispensable en Inde? La découverte des rives du Gange ou du chaos organisé des grandes villes du sous-continent indien constitue une expérience entièrement à part dans la vie d’un voyageur. Préparez au mieux votre séjour avec une bonne assurance voyage internationale pour l’Inde. Quelles conditions pour entrer et séjourner en Inde? La détention d’un visa est obligatoire pour les ressortissants français qui souhaitent effectuer un séjour en Inde, même de courte durée. Ce visa, par ailleurs, ne pourra vous être délivré que si vous êtes titulaire d’un passeport présentant trois feuillets vierges, et dont la date de fin de validité est ultérieure de six mois à votre retour prévu en France. Deux visas différents peuvent être sollicités pour un séjour de nature touristique: Le visa électronique, ou « e-Tourist Visa », est une procédure entièrement en ligne à réaliser sur le site officiel. Le renseignement du formulaire donne lieu à une autorisation de voyage, que vous devrez imprimer et présenter à votre arrivée. Le séjour maximum autorisé est de 60 jours, sans prolongation possible sur place. Le visa classique ou « Regular Visa » nécessite de soumettre un dossier complet auprès du consulat d’Inde, rue Albéric-Magnard à Paris. Il est valable pendant six mois, pour un ou plusieurs séjours dont la durée consécutive ne doit toutefois jamais dépasser 90 jours. Le visa électronique, combien ça coûte? La procédure électronique est rapide et pratique, mais assez onéreuse: comptez un minimum de 50 $, majorés éventuellement des frais appliqués par votre banque pour un paiement en devise étrangère. Si l’entrée sur le territoire indien vous est finalement refusée, ces frais ne sont pas remboursables. L’assurance voyage en Inde: facultative mais néanmoins incontournable! Pays immense et contrasté, l’Inde est l’un des pays dans lesquels les voyageurs de culture occidentale peuvent expérimenter le choc culturel le plus profond. Il est important d’anticiper cette perte des repères et ce sentiment d’étourdissement en prenant toutes les précautions avant votre départ, dont notamment la souscription d’une assurance voyage. Bien protéger sa santé dans le sous-continent indien. C’est un euphémisme de dire que les normes sanitaires appliquées en Inde ne sont pas les mêmes que celles auxquelles les Européens sont habitués! La surexposition à des germes infectieux, que ce soit par l’intermédiaire de l’alimentation ou de la promiscuité dans les grandes villes, risque de mettre votre bonne santé à rude épreuve. Ne laissez pas un problème de santé gâcher votre découverte du Gange ou du Taj Mahal! L’assurance voyage pour l’Inde se charge des détails financiers et logistiques pour tout problème rencontré sur place. Les destinations par continent.

comment perdre du poids sans regimental

Les symptômes d'un foie engorgé. Prochaine vidéo. Vous vous sentez le foie engorgé? Cigarettes, café, aliments gras, surabondance de nourriture ou d'alcool, voilà les éléments clés dont on abuse parfois et qui seraient responsables de ce qu'on appelle communément « une crise de foie ». Maladies plus graves. Il faut savoir qu'en réalité, le s crises de foie n'existent pas. Quand ce dernier est touché, c'est que nous sommes atteints de maladies plus graves comme l'hépatite et non d'une simple crise passagère. Néanmoins, c'est lui qui est responsable de nombreuses fonctions de notre organisme et s'il se dérègle, plusieurs symptômes connexes pourront apparaître comme de la fatigue, des problèmes de sommeil, des démangeaisons de la peau, une plus grande sensibilité au froid, de l'asthme. La vésicule biliaire. Les crises proprement dites sont plutôt dues à un dysfonctionnement de la vésicule biliaire (qui cause souvent des douleurs à l'épaule droite, des maux de ventre, des vomissements), à des ulcères à l'estomac ou reflux gastriques (souvent calmés par la prise de médicaments) ou à de problèmes intestinaux (qui se manifestent par des gaz, des douleurs abdominales, de l'aérophagie, des éructations, de la diarrhée ou de la constipation). Foie engorgé: les symptômes. Toutefois, sans être en crise, le foie peut être engorgé. On ressentira alors des problèmes de digestion, une sensation de lourdeur dans la région du foie. Il faudrait dans ce cas éviter de manger certains aliments comme les plats en sauce, les fritures, les viandes grasses, le sucre blanc, les aliments contenants des additifs, l'alcool, à tout le moins pour quelques jours, voire quelques semaines, le temps que les fonctions digestives reprennent correctement leur devoir. Quand vous buvez de l'alcool, buvez beaucoup d'eau pour éviter une déshydratation et tous les effets désagréables qui l'accompagnent. Foie engorgé: les traitements. Pour prendre soin de son foie lorsqu'il est atteint, on suggère bien sûr de surveiller son alimentation, mais aussi de prendre des capsules ou tisanes d'artichaut, de chardon-mari ou de boldo, et de mettre une bouillotte chaude sur son ventre pour activer le bon fonctionnement du foie, cet organe à la fois fort et douillet, qui aime se tenir au chaud. Un foie en santé. Un foie en santé est un merveilleux combattant contre tous les éléments néfastes de notre environnement: la pollution, les produits chimiques, les additifs, les aliments plus ou moins recommandés, les microbes, les virus. Il leur enlève leur pouvoir afin d'éviter qu'ils n'atteignent notre organisme, tout comme il permet aux vitamines, protéines et minéraux de mener à bien leur travail dans tous les organes de notre corps. Il est donc primordial de le garder le plus en santé possible, quitte à éliminer de notre alimentation ce que nous savons néfaste. En première place: la malbouffe. Signaux. Le corps est bien fait. Si on l'écoutait davantage, on réaliserait tous les signaux qu'il nous envoie après un repas qui ne nous va pas, comme la fatigue, les gonflements, les étourdissements, le sentiment de lassitude, les nausées. Ça prend seulement un peu de volonté pour changer nos habitudes!

recette de citron pour maigrir piment

Classement des différentes maladies par type ou par famille. Les maladies, leurs symptômes et leurs causes, sont très divers. Il existe de nombreuses façons de classer et répertorier les maladies. On peut les regrouper en fonction de leurs symptômes, ou de la partie du corps qu’elles affectent. On peut aussi les classer selon leurs causes, qui sont multiples. Cependant, il y a deux causes principales qui déclenchent la maladie: La première est physique, l’alimentation et la détoxication, la deuxième est psychique, stress et angoisses. Une grande partie des maladies sont dues au psychique, on dit alors que 80 % des maladies sont psychosomatiques, pourquoi? C’est en effet une question que beaucoup se posent, mais ce n’est pas le but de cet article, nous traitons ce sujet dans cet article. Regardons ensemble les différents types de maladies existantes. Les maladies génétiques. Les maladies génétiques ou maladies héréditaires, sont dues à des anomalies dans le matériel génétique (chromosomes) du malade. Si le gène est altéré, il entraîne un dysfonctionnement de la cellule avec l’expression d’une maladie. C’est par exemple le cas de la mucoviscidose, de l’hémophilie ou de la myopathie. Les maladies chromosomiques. Les maladies chromosomiques sont marquées par l’absence d’un morceau de chromosome ou d’un chromosome entier, ou au contraire par la présence d’un chromosome supplémentaire. La trisomie 21, par exemple, est due à la présence dans les cellules de 3 chromosomes 21 au lieu de 2. Les maladies microbiennes et virales. Les maladies microbiennes sont provoquées par des microbes ou virus, c’est le cas pour la grippe, rhumes, hépatites et de la plupart des maladies infantiles ou des bactéries dans le cas de la tuberculose, le tétanos, la scarlatine, la légionellose… Les maladies parasitaires. Les maladies parasitaires sont provoquées par des parasites, soit des parasites constitués d’une seule cellule ( protistes ) comme ceux qui provoquent le paludisme ou la maladie du sommeil, ou bien des vers comme le ténia ou la douve du foie. Les maladies multifactorielles. Les maladies multifactorielles sont les maladies qui multiplient les causes. Elles apparaissent suivant plusieurs facteurs, comme par exemple des prédispositions génétiques, l’exposition à des produits toxiques, mauvaise hygiène de vie…Les cancers et certaines maladies cardiovasculaires sont des maladies multifactorielles. Les maladies dues aux carences. La malnutrition provoque un manque de certains nutriments essentiels indispensables au bon fonctionnement de l’organisme. Les carences alimentaires provoquent des maladies plus ou moins graves. Le béribéri et le rachitisme, sont dus à des carences en vitamines. Les maladies psychosomatiques. Les maladies psychosomatiques sont des maladies d’origine psychologique, qui déclenchent des symptômes physiques. Le stress et l’angoisse, peuvent par exemple, provoquer de l’eczéma ou un psoriasis. Les maladies psychiques. Comme les maladies psychosomatiques, elles sont d’origine psychologique. Mais à la différence de ces dernières, c’est qu’elles ne provoquent pas de troubles physiques, mais des troubles du comportement. Elles sont souvent dues à une mauvaise image de soi et à de mauvaises relations avec le monde extérieur, famille, sociabilité… L’anorexie et la boulimie, sont pour exemple, des maladies psychiques. Dans le mot « maladie » il y a le mot « mal ». Pour comprendre la maladie il faut donc remonter jusqu’à la maladie, écouter ce que le « mal-a-dit », c’est donc remonter jusqu’au mal, lui-même, dont la maladie est l’inévitable et logique conséquence. Ecouter ce que « le mal à nous dire » dans cette quête du sens et donc de la cause, et revenir à la racine du mal. La reproduction totale ou partielle de l'article est strictement interdite sans accord préalable de l'auteur.

VESICULE BILIAIRE. Calculs biliaires, Cholécystite, Bilirubine Douleurs, Foie, Nausées. Vésicule biliaire - Définition. La vésicule biliaire est petit organe en forme de poire, situé sur le côté droit de l'abdomen, immédiatement sous le foie. La vésicule biliaire a pour principale fonction d'emmagasiner un fluide digestif, la bile (fabriquée par le foie) et de sécréter cette bile dans l'intestin grêle afin de permettre la digestion. Des calculs peuvent se former lorsque la bile comporte une trop grande quantité de cholestérol ou de bilirubine. Inflammation de la vésicule biliaire. La cholécystite est une inflammation de la vésicule biliaire. Dans la plupart des cas, la cholécystite est causée par des calculs biliaires qui bloquent le premier tube de la vésicule biliaire. Il en résulte une accumulation de bile qui peut provoquer une inflammation. Si elle n'est pas traitée, la cholécystite peut entraîner de graves complications, comme une vésicule biliaire qui devient élargie voire des ruptures de la vésicule biliaire. Une fois diagnostiquée, la cholécystite nécessite une hospitalisation. Le traitement de la cholécystite finit la plupart du temps par enlever la vésicule biliaire. Vésicule biliaire - Symptômes d'une cholécystite. Les signes et symptômes d'une cholécystite peuvent inclure: Une douleur sévère et constante dans la partie supérieure droite de l'abdomen Une douleur qui irradie depuis l'abdomen jusqu'à l'épaule droite De la transpiration Des nausées Des vomissements De la fièvre Des frissons Un ballonnement abdominal Etc. Les symptômes d'une cholécystite se produisent généralement après un repas, notamment un grand repas ou un repas riche en graisses. Ainsi, prenez rendez-vous avec votre médecin si vous avez des signes ou des symptômes qui vous inquiètent: Une douleur abdominale qui vous empêche de rester assis ou de trouver une position confortable peut constituer une situation d'urgence. Vésicule biliaire - Causes d'une cholécystite. Une cholécystite se produit lorsque votre vésicule biliaire devient enflammée. Une inflammation de la vésicule biliaire peut être causée par: Des calculs biliaires: La grande majorité des cas de cholécystite est le résultat de calculs biliaires qui bloquent le canal cystique, le canal à travers lequel s'écoule la bile quand elle quitte la vésicule biliaire - provoquant une accumulation de la bile et une inflammation de la vésicule biliaire. Une Tumeur quipeut empêcher la bile de s'écouler correctement hors de la vésicule biliaire. Un blocage des voies biliaires. Vésicule biliaire - Facteurs de risque. Les facteurs suivants peuvent augmenter le risque de cholécystite: Les calculs biliaires car la plupart des cas de cholécystite sont liés à des calculs biliaires. Les femmes ont un plus grand risque de calculs biliaires que les hommes. Cela rend les femmes plus susceptibles de développer une cholécystite. Le risque de calculs biliaires augmente avec l'âge, tout comme le risque de cholécystite. Vésicule biliaire - Complications. Une cholécystite peut conduire à un certain nombre de complications graves, telles que: Une vésicule biliaire élargie: Si votre vésicule biliaire devient enflammée en raison d'une accumulation de bile, elle peut s'étirer et gonfler au-delà de sa taille normale, ce qui peut causer des douleurs et augmenter le risque d'une perforation de la vésicule biliaire, ainsi qu'une infection et la nécrose des tissus. Si la bile s'accumule dans la vésicule biliaire, provoquant alors une cholécystite, la bile peut s'infecter. Une inflammation non traitée de la vésicule biliaire peut provoquer une nécrose des tissus de la vésicule biliaire, qui à son tour peut conduire à une perforation de la vésicule biliaire. Etc. Vésicule biliaire: Tests et diagnostics pour une cholécystite. Voici quelques méthodes utilisées pour diagnostiquer une cholécystite: Des analyses de sang: Votre médecin peut demander des analyses de sang pour rechercher les signes d'une infection ou des signes de problèmes avec la vésicule biliaire. Des examens d'imagerie, comme une échographie abdominale ou une tomodensitométrie (TDM), peuvent être utilisés pour permettre au médecin de mieux poser un diagnostic sur un problème éventuel lié à la vésicule biliaire du patient. Un iminodiacétique hépatobiliaire (HIDA) analyse le suivi de la production et l'écoulement de la bile du foie à travers l'intestin grêle et indique si la bile est bloquée en tout point le long du chemin. Une analyse HIDA consiste à injecter un produit radioactif dans votre corps. Le produit chimique se lie aux cellules biliaires, de sorte qu'il peut être clairement vu comme il se déplaçait avec la bile par l'intermédiaire des canaux biliaires. Vésicule biliaire - Traitements et médicaments. Le traitement de la cholécystite implique généralement une hospitalisation permettant de stabiliser l'inflammation de la vésicule biliaire. Une fois que la cholécystite est sous contrôle, le médecin peut recommander une intervention chirurgicale pour enlever la vésicule biliaire. Dans les situations d'urgence, comme une perforation de la vésicule biliaire, l'acte chirurgical pour enlever la vésicule biliaire est généralement pratiqué sans attente. Vésicule biliaire: Hospitalisation pour une cholécystite. Lorsqu'une personne est diagnostiquée avec une cholécystite, elle est généralement admise en urgence à l'hôpital. Afin de contrôler les symptômes de la cholécystite et l' inflammation, le médecin peut prescrire les traitements suivants: Le jeûne: Aucune nourriture ni boisson dans un premier temps afin de ne plus solliciter la vésicule biliaire. L'hydratation du patient est toutefois maintenue grâce à une perfusion. Des antibiotiques pour combattre l'infection: Si la cholécystite est causée par une infection ou causée par une infection dans la vésicule biliaire, le médecin peut recommander des antibiotiques pour traiter l'infection. Des médicaments pour lutter contre la douleur, tels que des analgésiques permettant d'aider à contrôler la douleur jusqu'à ce que l'inflammation de la vésicule biliaire diminue. Vésicule biliaire: Chirurgie - Cholécystectomie. Parce qu'une cholécystite peut revenir, la plupart des personnes diagnostiquées avec une cholécystite subissent une intervention chirurgicale pour retirer la vésicule biliaire: la cholécystectomie. Une ablation de la vésicule biliaire, une cholécystectomie, est le plus souvent effectuée à l'aide d'une petite caméra vidéo montée à l'extrémité d'un tube flexible. Cela permet à votre chirurgien de voir l'intérieur de votre abdomen et d'utiliser des outils chirurgicaux spéciaux pour enlever la vésicule biliaire (cholécystectomie laparoscopique). Les outils et la caméra sont insérés à travers quatre incisions dans l'abdomen et le chirurgien pratique l'intervention à l'aide d'un moniteur, en guidant les outils lors de la chirurgie. Une fois que la vésicule biliaire est enlevée, la bile s'écoule directement à partir du foie jusqu'à l'intestin grêle, et n'est donc stockée dans la vésicule biliaire. L'ablation de la vésicule biliaire n'affecte pas la capacité à digérer les aliments, mais peut causer des diarrhées, généralement temporaires. Vésicule biliaire - Prévention des calculs biliaires. Parce que la plupart des cas de cholécystite sont causées par des calculs biliaires, vous pouvez réduire le risque de cholécystite en prenant les mesures suivantes pour prévenir les calculs biliaires: Perdre du poids lentement: Si vous avez besoin de perdre du poids, il est conseillé de perdre du poids lentement. Une perte de poids rapide peut augmenter le risque de calculs biliaires. Visez de 0,5 à environ 1 kg par semaine seulement. Maintenir un "poids santé": L'obésité et le surpoids augmentent le risque de calculs biliaires. Avoir une alimentation saine: Une alimentation riche en graisses et pauvre en fibres peut augmenter le risque de calculs biliaires. Pour réduire tout risque de calculs biliaires, il convient de choisir un régime alimentaire qui est riche en fruits, légumes et grains entiers. Les informations données sur ce site ne sauraient engager l’auteur et ne sont données qu’à titre informatif. Aussi, consultez un professionnel de la santé pour toute question concernant la vésicule biliaire. Vésicule biliaire: Forum et témoignages. Votre expérience sur la vésicule biliaire peut être intéressante pour les autres. Pensez-y! Nous vous proposons de laisser vos commentaires dans le forum ci-dessous.