recette regime bruleur de graisse pharmaceutique


6 signes qu'un mode de vie malsain affecte ton foie. La cirrhose, ou maladie chronique du foie, touche des millions de personnes chaque année. En 2015, environ 3,9 millions de personnes aux États-Unis ont été diagnostiquées, ce qui équivaut à environ 1,6% de la population. La même année, plus de 40 000 personnes sont mortes d'une maladie du foie. Douleurs abdominales. Si tu as des maux d'estomac irréguliers, ça pourrait être ton foie. Les douleurs à l'estomac qui surviennent quotidiennement, après certains repas ou même après une nuit de consommation d'alcool pourraient être attribuées à la cirrhose. Si tu ressens une douleur ou un gonflement étrange sur le côté supérieur droit de ton abdomen, il y a de fortes chances que ce soit ton foie. Peau jaune/yeux jaunes (jaunisse) Lorsque ton foie cesse de fonctionner, il est incapable de traiter la bilirubine. La bilirubine est un composé jaune qui peut pénétrer dans le sang et provoquer le jaunissement des yeux ou de la peau. Si ta peau ou tes yeux sont jaunes, c'est peut-être à cause de ton foie. Douleurs aux articulations. Une insuffisance hépatique peut entraîner des problèmes auto-immuns, comme l'hépatite auto-immune. Cela peut entraîner une multitude de problèmes de santé, comme les vomissements, la fatigue et la perte d'appétit. Cependant, c'est encore plus douloureux lorsque tes articulations sont touchées. Toute douleur aux articulations inhabituelle doit être signalée à ton médecin. Peau tachetée. Ton foie est responsable du nettoyage du sang dans ton système. Le sang non filtré peut entraîner des problèmes de coagulation à la surface de la peau, ce qui entraîne des impuretés et des taches sur la peau. Ces taches ne sont pas seulement visuellement désagréables, mais elles peuvent se propager, s'envenimer et même croître. Épisodes de confusion. Si l'on ajoute à cela les fonctions vitales que ton foie joue dans la santé globale, tu peux commencer à éprouver des épisodes de confusion si ton foie commence à faiblir. C'est strictement dû à l'accumulation de cuivre dans ton sang et ton cerveau. Dégradation musculaire. Une insuffisance hépatique non traitée peut avoir des effets à long terme, comme la perte musculaire. Lorsque ton foie ne fonctionne pas correctement, avec le temps, tu peux avoir les bras, les jambes et l'estomac gonflé. Cela peut avoir de graves effets sur la fonction et la capacité musculaire. Protéger ton foie. Il existe de nombreuses façons de commencer à protéger ton foie si tu crois qu'un mode de vie malsain pourrait contribuer à son état d'échec. Voici quelques conseils que tout le monde peut utiliser à tout moment: Vitamine E: Noix, céréales, légumes à feuilles Surveiller la consommation d'alcool Commencer un régime Activité physique hebdomadaire Surveiller le taux de sucre dans le sang Surveiller le cholestérol. Si tu as des amis ou des membres de ta famille souffrant de maladies du foie qui pourraient bénéficier de cette information, n'hésite pas de diffuser ces habitudes alimentaires qui pourraient leur sauver la vie. Notre contenu est créé au meilleur de nos connaissances, mais il est de nature générale et ne peut en aucun cas se substituer à une consultation individuelle par ton médecin. Ta santé est importante pour nous!

recette de la soupe aux choux pour maigrir vite

Le cancer du foie est l'un des cancers digestifs les plus agressifs, mais aussi l'un des cancers dont les traitement ont le mieux évolué ces derniers temps. Retour sur sa définition, ses origines, ses signes et symptômes, ainsi que sa prise en charge. Définition: le cancer du foie, qu'est-ce que c'est? Le foie est un organe vital et l'un des plus volumineux du corps humain. Situé dans la partie droite de l' abdomen entre le diaphragme et l'estomac, le foie a de nombreuses fonctions: il filtre les toxines absorbées par l'organisme, emmagasine et transforme les nutriments absorbés par les intestins, fabrique des protéines contribuant à la coagulation du sang, produit la bile, permettant à l'organisme d'absorber les graisses, et contribue à réguler les taux de glucose de certaines hormones. On distingue deux types de cancer du foie. Le cancer du foie primitif prend naissance dans les cellules du foie, les hépatocytes. Le plus fréquent est le carcinome hépatocellulaire, ou hépatocarcinome. Le cancer du foie secondaire, ou métastasique, est un cancer ayant pris naissance dans une autre partie du corps, qui s'est ensuite propagé jusqu'au foie. Le foie étant un filtre du sang, les cellules cancéreuses provenant d'un autre organe peuvent facilement atteindre le foie par le flux sanguin. Causes du cancer du foie. Les causes du cancer du foie, lorsqu'il est primitif, sont encore difficiles à déterminer, mais certains facteurs de risque ont été identifiés: - l'hépatite chronique B et l'hépatite chronique C (et non la A) sont la cause de la plupart des carcinomes hépatocellulaires. - la cirrhose du foie, souvent due à l'alcool, mais pas seulement. - une exposition à certaines toxines, comme certains types de champignons dus à des produits agricoles mal entreposés (les aflatoxines), le chlorure de vinyle utilisé dans certains plastiques, les stéroïdes anabolisants et l'arsenic. Symptômes: comment se caractérise le cancer du foie? Le cancer du foie, au début de la maladie ne déclenche que très rarement des symptômes spécifiques, c'est pourquoi ce cancer est souvent diagnostiqué tardivement. À ce moment là, ces symptômes peuvent se manifester par: - une perte de poids inexpliquée. - une perte d'appétit. - des douleurs à l'abdomen. - des nausées et/ou vomissements. - une fatigue généralisée. - l'apparition d'une masse dans la région du foie. - une jaunisse (teint et yeux jaunes, selles pâles et urines foncées) Ces symptômes ne sont néanmoins pas propres qu'au cancer du foie et peuvent provenir d'une autre maladie plus courante. Quoi qu'il en soit, à la vue de ces symptômes, consultez votre médecin. Traitement: comment se traite le cancer du foie? Il existe de nombreuses options thérapeutiques pour traiter le cancer du foie: chirurgie, ablation par radiofréquence, cryochirurgie, injection percutanée, chimiothérapie ou radiothérapie. Le choix des traitements et de leurs combinaisons se faisant par le médecin selon l'état de santé du patient ainsi que de l'étendue de la tumeur. - Chirurgie: La chirurgie, ou hépatectomie partielle, est le premier choix de traitement, lorsqu'elle est possible. Pour être réalisée, la chirurgie dépend de plusieurs conditions: la tumeur doit être limitée au foie, être sectionnable, et le volume de foie sain restant doit être suffisant pour assurer une fonction normale. Le foie étant capable de se régénérer partiellement, après une hépatectomie partielle le volume du foie augmentera, mais jamais jusqu'à sa taille initiale. Dans le cas où le foie est trop atteint sans que le cancer se soit propagé sur un autre organe, le médecin peut envisager une hépatectomie totale, c'est-à-dire une ablation complète du foie. S'en suivra une greffe d'un foie entier ou d'un lobe de foie d'un donneur compatible. Il est cependant rare qu'une greffe de foie soit faisable pour traiter un cancer du foie primitif. - Ablation par radiofréquence: Lorsque la tumeur ne peut pas être retirée par chirurgie, l'ablation par radiofréquence est souvent utilisée. Elle consiste à brûler par la chaleur les cellules anormales en insérant de petites électrodes dans le foie et en y provoquant une décharge électrique. - Chimiothérapie: La chimiothérapie est envisageable lorsque la chirurgie et les techniques de destruction locale ne sont pas possibles, ou lorsque la tumeur récidive. Elle comprend un traitement médicamenteux administré par voie intraveineuse ou orale. Ces médicaments s'attaquent alors aux cellules cancéreuses. Afin de limiter les effets secondaires et lorsque c'est possible, les médicaments chimiothérapeutiques peuvent être directement injectés dans la tumeur ou dans l'artère approvisionnant le foie en sang. D'autres options existent comme la cryochirurgie, de plus en plus laissée à l'abandon pour laisser place à l' ablation par radiofréquence, ainsi que l' injection percutanée, elle aussi de moins en moins utilisée. Enfin, la radiothérapie est, elle, rarement utilisée dans le cadre du cancer du foie primitif, ce type de cancer étant peu sensible à la radiothérapie. Pronostic du cancer du foie. Le pronostic du cancer du foie dépend de plusieurs facteurs: l'emplacement de la tumeur, ses caractéristiques et le stade de la maladie. Il est important de diagnostiquer la maladie au plus tôt. En effet, le pronostic vital dépend de l'état de la fonction hépatique. Plus celle-ci est élevée, plus les chances de survies sont hautes. Le cancer du foie reste cependant une maladie très souvent mortelle. On estime ainsi que 13% des personnes atteintes d'un cancer du foie survivent plus de cinq ans après le diagnostic.

perdre du poids vite et bien a1 rentals

Symptômes des Maladies Hépatiques. Les atteintes du foie et des voies biliaires peuvent se traduire par des symptomes variés. Les plus importants sont: l'ictère, qu'on appelle couramment la jaunisse. Il arrive aussi que des maladies hépatiques passent inaperçues (on les dit alors asymptomatiques). Elle peuvent être alors découvertes fortuitement lors d'un examen de santé, ou bien se manifester tardivement.

methode pour maigrir vite gratuitement synonyme anglais

thyroide. Secrète 2 hormones:T3 et T4 riches en iode. C’est la glande de la vie. C’est un soleil au niveau du cou ( représentation égyptienne) La thyroïde agit sur tous les métabolismes: les extraits thyroïdiens abaissent le cholestérol. Dans la maladie de Basedow(hyperthyroïdie), il y a fonte des réserves glucidiques et protéiniques d’ou amaigrissement rapide. Cœur frémit et palpite à chaque émotion, surmenage, préoccupation, irritabilité, mauvaise humeur, fatigue permanente, nausées, douleurs au ventre et aux reins. Enfant turbulent, insupportable, inattentif. Le système nerveux a besoin de la thyroïde pour se développer et fonctionner. La thyroïde peut avoir une action soudaine ou lente, par exemple les bouffées de chaleur, les syncopes suite à une émotion forte. La thyroïde est la glande de notre adaptation au milieu extérieur. Elle détermine notre comportement général. Quand une force agit sur nous, c’est la thyroïde qui en apprécie la puissance et adapte la réaction: on peut avoir de l’agitation ou de la dépression. Cela permet d’éviter des luttes dont le résultat serait un stress hyper important. Ces symptômes se retrouvent dans beaucoup de maladies. Les hormones thyroïdiennes permettent la captation de l’oxygène(fixé sur les globules rouges) par les cellules. L’oxygène est essentiel au fonctionnement des tissus. Une insuffisance thyroïdienne entraîne une hypoxie cellulaire. Les échanges cellulaires ne se font qu’à 37°, qui est maintenue dans le corps par la thyroide.Par exemple si la t° du sang se refroidit et que les échanges cellulaires diminuent, la thyroide va augmenter le taux de ses hormones. La thyroide agit aussi par voie nerveuse en excitant les glandes sudoripares(autre système de régulation) Si on a une grande peur la thyroide se bloque et on a une sueur froide qui perle sur le front. Elle produit aussi le déroulement contine de la pensée, l’élocution et la réception des sensations, les mouvements rapides (marche, course…..). Troubles de l’hypothyroïdie:somnambulisme, somnolence, torpeur, difficulté à toute activité, lenteur digestive. L’hormone thyroïdienne joue un rôle important dans la lutte antimicrobienne, par élevation de la t), augmente le nombre de globules blancs et la présence d’iode. Les mouvements respiratoires et la fixation de O2 sont sous la dépendance de T3 et T4. Chez les hypothyroïdiens, les extrémités sont froides et cyanosées et le rythme respiratoire est lent. Elle accélère le cœur, renforce le muscle cardiaque, agit sur la viscosité sanguine, agit sur la vasodilatation. La vision est sous la dépendance complète de la thyroïde: les névrites. Les hypothyroïdiens sont peu sensible à la clarté de la lumière, les hyperthyroïdiens sont eux hypersensibles. La sensibilité générale provient des extrémités nerveuses surtout la main organe du tact et aussi dans les organes qui renseignent sur l’état de fonctionnement des organes et tissus, il en résultent des sensations de plaisirs, de douleurs ou autres. Ceci est reliég directement à la sécrétion thyroïdienne. La thyroïde peut aider dans les douleurs dans certains cas en régénérant les tissus. La tristesse dans hypothyroïdie: lenteur des mouvements, faiblesse des contractions, incertitude à la marche, vasoconstriction, pâleur de la face, sensation de froid, fatigue de la voix, lenteur de l’idéation et de la mémoire, obnubilation de l’esprit et fatigue. La joie dans hyperthyroïdie: rapidité, exactitude, puissance des mouvements, vasodilatation, brillance des yeux, sensation de chaleur, force dans la voix, rapidité et clarté de l’esprit. La peur: paralysie, voix rauque et brisée, yeux hagards, frissons et froid, paralysie des sphincters anaux et viscéraux, la thyroïde est bloquée. La colère:incoordination des mouvements avec désir de briser, de casser et une insensibilité. Thyroïde:glande de la vitalité (à tous les sens du terme ), de l’adaptation (la dépression est une cassure de l’adaptation à tous les niveaux) La dépression est la rupture entre corps et esprit. Le café excite la thyroïde. La thyroïde est le véritable et authentique agent physiologique de la sexualité(désir et fonctionnement) La thyroïde est la glande de l’intelligence, car elle assure la maturation du cerveau(sans thyroïde atrophie du cerveau) Le cerveau a pour rôle de mettre en mémoire et d’agencer les acquisitions dues aux sécrétions hormonales afin que l’individu puisse procéder peu à peu à de nouvelles adaptations qui deviendront des automatismes. Le thyroïdien a des automatismes parfaits, impression de réalité, de vérité même s’il n’est pas sincère. Grand émotif il est artiste de théâtre même dans la vie. Tendance à tout rapporter à lui, recherche toutes les jouissances de la vie. Il peut être paresseux et remuant, insouciant et prodigue, changeant, volage, attachant et attaché, incohérent et contradictoire. Parle vite et abondamment, les gestes accompagnent la parole, il exagère toujours. Il passe souvent d’une idée à l’autre, il s’emballe pour pas grand chose. Il rapporte presque tout à lui, il manque de jugement. Il se croit supérieur aux autres, juge les autres sans indulgence. Physiquement grand, tête ovale, front haut, musculature allongée, articulations peu résistantes, mains et pieds longs, gestes rapides, esprit prompt et rapide.

comment maigrir plus vite qu'un porte-monnaie

Douleur foie. Le cerveau humain est constitué d'environ 100 milliards de neurones capables d'établir chacun jusqu'à 10.000 connexions. Le nombre de connexions potentielles est donc astronomique: 1 million de milliards (10 puissance 15). Le cerveau compte également des cellules gliales, en nombre 10 à 50 fois plus important que les neurones. Longtemps, on a cru qu'elles ne jouaient qu'un role subalterne en facilitant les échanges entre les neurones. Mais on a découvert récemment que ces cellules gliales établissent elles aussi des connexions, à la fois entre elles et avec les neurones. Leur rôle exact est encore méconnu mais on sait que le cerveau d'Einstein contenait un nombre très important de ces cellules gliales. Le cerveau est donc un système incroyablement complexe avec 2 réseaux complets qui travaillent en paralèlle et en interaction. Par ailleurs, le cerveau est à la fois un système électrique, chimique, et probablement magnétique et quantique. Au niveau physiologique, le cerveau est divisé en 2 hémisphères reliés au centre par un faisceau de fibres nerveuses par lesquelles transitent les échanges d'informations entre les 2 hémisphères. L'hémisphère gauche commande la partie droite du corps. Il contrôle la parole, l'écriture, le calcul, et pense de façon logique et sérielle. C'est le cerveau rationnel. L'hémisphère droit a une perception du monde plus spatiale, globale et intuitive. Il reconnait les formes et les visages, il pense de façon associative et holistique, et c'est aussi lui qui nous fait comprendre et apprécier l'art, la musique, ou la beauté de la nature. C'est le cerveau intuitif. On a cru longtemps que chaque fonction était assurée par une zone précise du cerveau, dans l'un des 2 hémisphères. Nous savons maintenant que la plupart des fonctions activent plusieurs zones du cerveau réparties dans les 2 hémisphères (même si il y a souvent une dominante d'un coté ou de l'autre). Le cerveau est également constitué de 3 couches qui se sont formées successivement au cours de l'évolution des vertébrés. La premier cerveau, le plus proche de la moelle épinière, est le cerveau reptilien. Il gère le métabolisme, les réflexes et les besoins primaires (manger, se reproduire, fuir ou combattre). La 2è couche est le cerveau limbique, ou cerveau émotionnel, que nous avons an commun avec les autres mammifères. La 3è couche, la plus périphérique, est le cortex. Il apparait chez les mammifères évolués et permet le raisonnement, les capacités d'abstraction et de conceptualisation, et l'aptitude au langage. Chez le chat ou le chien, le cortex est à peine présent. Son épaisseur est inférieure à 1 millimètre. Chez l'homme, l'épaisseur du cortex est comprise entre 1 et 4,5 millimètres. La couche extérieure du cerveau humain est plissée de circonvolutions, ce qui permet d'accroitre la surface du cortex, et donc l'intelligence. La surface du cortex humain atteint ainsi 2 mètres carrés. Le cerveau du chat ou du chien a peu de circonvolutions. Elles sont plus nombreuses chez le singe, nettement plus chez l'homme, et encore plus chez. le dauphin, dont le cerveau est également plus volumineux que le cerveau humain, et avec une structure plus performante (détails dans le topic sur "l'intelligence animale"). Le neurone est une cellule dont la structure rappelle celle d'un arbre. A partir du noyau et du corps cellulaire, le neurone étend un long prolongement appelé "axone" avec de multiples ramifications à son extrémité qui sont autant de connexions vers d'autres neurones. Le tronc de l'axone est entouré d'une gaine constituée de cellules gliales. C'est par l'axone que le neurone envoie une impulsion électrique vers d'autres neurones. A l'opposé de l'axone, le neurone étend d'autres ramifications encore plus nombreuses et "fractalisées" à partir du corps cellulaire; ce sont les "dentrites". C'est par elles que le neurone reçoit les impulsions en provenance d'autres neurones. La chimie des émotions. Lorsque les impulsions électriques en provenance des autres neurones atteint un certain seuil d'excitation, le neurone envoie alors une impulsion vers tous les autres neurones auxquels il est connecté en "sortie" (c'est à dire les neurones auxquels son axone est connecté). Lorsqu'un neurone étend une connexion vers un autre, une ramification pousse jusqu'au neurone cible, se frayant parfois un long chemin entre des zones cérébrales éloignées. Cette ramification se termine par une sorte de bouton qui contient des messagers chimiques, les neuromédiateurs. 2. Vésicule synaptique avec des neurotransmetteurs. 4. Fente synaptique avec neurotransmetteur libéré (ex: sérotonine ou dopamine) 5. Récepteurs postsynaptiques activés par neurotransmetteur (induction d'un potentiel postsynaptique) 6. Canal calcium. 7. Exocytose d'une vésicule. 8. Neurotransmetteur recapturé. L'influx nerveux envoyé par le neurone émetteur provoque un lâcher de ces neuromédiateurs dans la synapse, une mince fente de 2 nanomicrons entre la terminaison de l'axone et un récepteur présent à la surface du neurone cible. Chaque récepteur est comme une serrure dont la forme correspond à la molécule d'un neuromédiateur spécifique. Si la forme du récepteur correspond à celle de la molécule, celle-ci active le récepteur, ce qui augmente le niveau d'excitation du neurone cible. Si une molécule étrangère à l'organisme a une forme similaire à celle d'un récepteur, elle activera le neurone correspondant de la même façon qu'un neuromédiateur. C'est le principe de certaines drogues. Les neuromédiateurs sont "nettoyés" au bout d'un certain temps, car sinon, chaque stimuli, chaque sensation ou chaque pensée durerait une éternité. Les médiateurs sont soit dégradés par une enzyme, soit "recapturés" par le neurone émetteur ou bien par les cellules gliales. C'est là que certaines drogues comme l'extacy agissent également, en bloquant la recapture d'un neuromédiateur, en l'occurence la sérotonine, ce qui démultiplie la durée et l'intensité de son effet. Il existe des neuromédiateurs qui excitent les neurones, et d'autres qui les inhibent. Il y a donc un jeu d'équilibre permanent entre l'accélérateur et le frein. Chaque neurone n'émet qu'une seule sorte de neuromédiateur. Il existe ainsi des neurones à adrenaline, des neurones à dopamine, à sérotonine, etc. Mais chaque neurone est excité par tous les neuromédiateurs pour lesquels il a développé des récepteurs. Les principaux neuromédiateurs. La sérotonine "Molécule du bonheur", elle a un effet essentiel sur l'humeur et l'anxiété: à concentration élevée, elle rend optimiste et serein. Elle aurait également très positifs des effets sur le sommeil, l'atténuation de la douleur, l'appétit et la pression artérielle. L'Ecstasy et le LSD accroissent fortement le taux de sérotonine. (mais attention à l'ecstacy, elle a aussi un effet toxique sur les neurones à sérotonine qu'elle finit par détruire) Les endorphines Les endorphines ont une forme moléculaire et un effet proche de la morphine. C'est la morphine naturelle du corps. Elles atténuent la douleur, diminuent la nervosité et donnent une sensation de bien-être. L'opium, tiré des graines de pavot avec lesquelles on produit aussi la morphine et l'héroine, a pour effet de se faire passer pour des endorphines auprès des récepteurs neuronaux. La dopamine Elle contrôle la stimulation de plusieurs zones du cerveau, et joue un rôle primordial dans la motivation. La cocaïne empêche la recapture de la dopamine et accentue donc son action. La nicotine provoque aussi une augmentation de la transmission dopaminergique. L'acétylcholine C'est le premier neurotransmetteur qui a été découvert. Elle entre en jeu dans les aires du cerveau associées à la mémoire, l'attention, l'apprentissage. On note d'ailleurs une carence en acétylcholine chez les patients atteints de la maladie d'Alzheimer. L'adrénaline Elle agit comme un stimulant physique et mental. Elle accélère la vitesse de la respiration, dilate les pupilles et accroît le rythme cardiaque. Mais en excès, elle rend nerveux et peut entraîner la paranoïa. Le glutamate C'est le neurotransmetteur le plus courant (1/3 des transmissions synaptiques). Une carence en glutamate entraîne donc des difficultés d'apprentissage et de mémorisation à long terme. Le cortisol Cette neuro-hormone liée au stress mobilise les ressources énergétiques de l'organisme, augmente la tension, réduit l'appétit et le sommeil. L'excès de cortisol a des effets désastreux aussi bien sur l'organisme que sur l'humeur, le cortisol étant antagoniste de la sérotonine dont il altère les récepteurs. GABA (gamma-amino butyric acid) Le principal neurotransmetteur inhibiteur. Comme on vient de le voir, le neurone a la même structure qu'un arbre. Si nous n'avions pas un cerveau entre les deux oreilles et que nous trouvions par hasard des neurones. En les observant, même au microscope, nous douterions-nous que ces cellules minuscules, mêmes connectées à d'autres, puissent produire de la pensée. Dans une forêt, il y a des échanges de molécules entre les arbres, à la fois au niveau des racines et du feuillage. Et si les forêts "pensaient". L'activité électrique du cerveau produit une oscillation électromagnétique mesurable grâce à l'électro-encéphalogramme (EEG). Ces ondes ont une très faible amplitude, une fréquence très courte (quelques hertz), et une faible puissance (quelques microvolts) Il existe 4 types d'ondes cérébrales, selon notre état intérieur et notre activité: - Les ondes gamma (entre 20 et 40 Hz) sont produites pendant les moments d'intense concentration. - Les ondes beta (entre 12 et 20 Hz) sont produites pendant la plupart de nos tâches ordinaires, lorsqu'on s'agite ou qu'on est occupé par des activités matérielles. - Les ondes alpha (entre 8.5 et 12 Hz) sont produites dans état de conscience apaisé, lorsque nous sommes relaxés, contemplatifs, laissant aller notre imagination. Elles sont produites également lorsqu'on se détend en fermant les yeux, notamment avant de s'endormir. - Les ondes theta (entre 4.5 et 8 Hz) sont produites pendant le sommeil, ou bien dans des états modifiés de la conscience, par exemple sous l'effet de certaines drogues ou de l'hypnose. - Les ondes delta (jusqu'à 4 Hz) sont produites pendant la phase de sommeil paradoxal, c'est à dire quand nous rêvons. Elles peuvent être produites à l'état éveillé chez les très jeunes enfants, ou bien dans des états modifiés de la conscience. Le cerveau magnétique. L'activité des neurones produits des champs magnétiques que l'on peut mesurer grâce à un magnéto-encéphalogramme (MEG). On sait aussi que le cerveau est réceptif aux champs magnétiques extérieurs. Comme dans le cerveau des oiseaux migrateurs, certains neurones du cerveau humain contiennent des cristaux de magnétite, un composé utilisé pour l'aiguille des boussoles. Le cerveau serait donc un système ouvert, avec une fonction d'émetteur et de récepteur. On a découvert récemment des cristaux de magnétite à l'avant du crâne des pigeons. 10 millions de petits cristaux sont concentrés dans une petite zone de 2 milimètres. On ignore encore comment les informations sur le champ magnétique sont transmises au cerveau, mais les expériences montrent que les pigeons utilisent leur perception du champ magnétique pour s'orienter dans leur migration. Ainsi, si on les relache à un endroit où on modifie artificiellement le champs magnétique, les pigeons deviennent incapables de retrouver leur chemin. Le cerveau quantique. Le mathématicien anglais Roger Penrose a formulé une hypothèse selon laquelle la conscience résulterait d'une superposition d'états quantiques, plus précisément de la "réduction du paquet d'ondes" d'états quantiques superposées dans les molécules de tubuline présentes dans les neurones. L'hypothèse du cerveau quantique se heurte néanmoins à la fragilité des états quantiques supposés, et au temps de réponse infimes qu'ils imposeraient aux neurones, dont les cycles de décharge sont beaucoup plus lents. Par ailleurs, l'hypothèse n'a pas encore pu être vérifiée expérimentalement. La synchronisation neuronale. Un autre type de stimulation cérébrale est celle qui vise à renforcer la synchronisation neuronale qui est une clé essentielle du bonheur, des états d'inspiration et de la créativité. "Le déclic créatif s'expliquerait par la capacité de notre esprit à reconnaitre des formes très rapidement. Soudainement, tous les neurones synchronisent leur transmission d'impulsions et font feu au même moment. Si les spécialistes parviennent à expliquer ce processus simultané, nous aurons accompli un grand pas dans la compréhension de l'énigme de la création." (Dr Michel Bourgignon du service de médecine nucléaire de la faculté d'Orsay) De même, les états d'extase ou "d'illumination" se produisent lorsque la synchronisation est totale, lorsque tout notre cerveau est accordé sur un même rythme. La cacophonie devient alors de la musique. Dans la mémoire, l'association d'informations s'effectue lorsque les neurones dont proviennent les informations pulsent à la même fréquence, c'est à dire lorsque les impulsions de ces neurones sont synchronisées, ce qui établit une résonnance. Et c'est également par résonnance que nous rappelons les souvenirs en mémoire. Nous pensons à un événement passé, et par résonnance, les souvenirs associés vont revenir eux aussi. La synchronicité joue donc un rôle essentiel dans les fonctions mentales de traitement et d'organisation de l'information. Les performances d'un cerveau dans le traitement de l'information seront d'autant plus grandes que les neurones de ce cerveau seront bien synchronisés. L'une des fonctions du sommeil pourrait être de rétablir cette synchronisation. Une pensée unifiée permet aussi aux neurones de mieux se synchroniser. Lorsque nous sommes "un", lorsque toutes les parties de nous-mêmes vibrent à l'unisson, nous renforçons la synchronisation neuronale. C'est ce qui se produit lorsque nous sommes "unifiés" par la beauté d'une musique. Pour favoriser "artificiellement" la synchronisation neuronale, il existe plusieurs pistes. L'une d'elle est la synchronisation des perceptions sensorielles. Nous en faisons l'expérience lorsque nous regardons un film ou un feu d'artifice musical, ou lorsque nous sommes à un concert où la musique est accompagnée par des effets visuels. C'est aussi ce qui se passe quand nous dansons, ou quand nous regardons quelqu'un qui bouge vraiment bien sur la musique, ou encore dans les sports de glisse comme le surf. Une autre piste pour induire la synchronisation neuronale est celle explorée par Robert Monroe qui utilise la propension du cerveau à s'ajuster sur les fréquences reçues de l'extérieur. L'idée de Monroe était de synchroniser les 2 hémisphères, le rationnel et l'intuitif, en se basant sur la découverte d'un professeur de médecine américain Gerald Oster en 1973, et expliquée par cet article.

Foie Pancréas. Foie Pancréas. Lycopodium. Depuis toute petite, mon foie me jouait des tours. Aussi jeune que je puisse me souvenir, j’étais sujette aux migraines après des repas trop lourds comme nos mamies avaient le secret. Je ne pouvais manger le délicieux moka de maman, mélange de beurre et de jaune d’œuf cru sans avoir mal à la tête, vomir, être pliée en deux, avoir une sacré « crise de foie » Le monde médical dit qu’une crise de foie, cela n’existe pas. Alors comment appelle t’on la réaction du foie et ce qui s’en suit? Toujours est il que mon foie m’a bien fait souffrir et m’a ennuyé toute ma vie. J’envie ceux pour qui: Moi, le foie je ne connais pas! Enfant, je ne pouvais courir dans la cour de récréation sans avoir un point au foie et me plier en deux J’attendais que cela passe et je repartais de plus belle pour jouer avec mes copines. Adolescente, je faisais énormément de sports mais il m’était impossible de pratiquer la course à pied, toujours ce fameux point au foie, cela faisait très mal. J’ai eu mon premier gros atout au foie à l’âge de 15 ans, j’étais jaune canari. Or dans mon internat et dans ma classe, il y avait des cas d’hépatite virale. Je n’ai jamais su exactement ce que j’ai fait, les analyses de sang ne se faisaient pas si facilement à l’époque. J’ai manqué l’école pas mal de temps. Quand j’ai repris, j’ai été sous régime hépatique pendant 3 mois, je mangeais à l’infirmerie. Le régime sévère que je devais suivre était le régime Oshawa, je ne suis pas près de l’oublier celui là. Depuis l’âge de 20 ans, sur les conseils d’un magnétiseur, j’avais trouvé comment soulager mon foie, je me faisais des tisanes de romarin régulièrement et si je n’avais pas de plante sous la main, je le prenais en teinture mère. Cela m’a aidé durant pas mal d’années. En 1989, l’année de mes 35 ans, ce fut la catastrophe, le romarin ne suffisait plus. Au lieu de partir en vacances, j’ai été conduite d’urgence à l‘hôpital avec une pancréatite. C’est très douloureux. J’ai été endormie pour une opération sous célioscopie de la vésicule biliaire avec calculs. Au réveil, la surprise fût de taille. Durant l’opération le cholédoque a explosé et il a fallu d’urgence m’ouvrir complètement pour nettoyer et réparer les dégâts.J’avais fait une pancréatite aigue suite aux calculs biliaires qui avaient bouchés les canaux hépatiques et mon cholédoque n’avait pas résisté. Le chirurgien en chef m’a dit que je revenais de très loin et que j’avais eu la chance qu’il soit de service en Août. Les années qui ont suivies, non pas étaient terribles. J’avais le foie et le pancréas très fragiles. De pancréatite aigue je suis passée à pancréatite chronique. En 1995, en une semaine de temps j’ai subi 2 interventions chirurgicales, sous anesthésie générale, pour vider mon pancréas et mon foie. La première n’a pas réussi et d’urgence quelques jours après, la deuxième a été effectuée à Paris avec un appareil de démonstration très spécial qui venait d’Allemagne pour dilater les canaux du pancréas et du foie par gonflement de ballonnets. Le problème du gros foie que j’avais n’a jamais été exploré à fond par les spécialistes pour connaître la cause réelle. Je vivais avec ma pancréatite chronique qui se réveillait régulièrement pour plusieurs mois. Les médecins ont tenté à plusieurs reprises de l’allopathie pour me soulager mais en vain, c’était pire que mieux. En 2006, le foie et le pancréas se sont encore aggravés, mon échographie du foie n’était pas jolie, jolie. J’avais très mal et sur la région du foie j’avais une plaque rouge avec plein de boutons qui démangeaient très fort. Un dimanche pour changer, étant très mal, j’ai cherché ce qui pouvait me soulager. J’avais tellement mal au pancréas et au foie, que je me demandais si je ne me ferai pas amener aux urgences. J’ai découvert le chélidoine pour le foie et le chrysanthelum pour le pancréas. J’avais ces deux teintures mères chez moi. J’ai donc commencé ces deux produits à raison de 50 gouttes de chaque par jour et le lendemain, je suis allée voir un magnétiseur. Cet ensemble m’a bien soulagé, le foie s’est vidé complètement en 2 jours de temps. Pas marrant mais au moins la souffrance diminuait. Les années qui ont suivies, je faisais régulièrement des cures de plusieurs jours de chélidoine et de chrysanthelum. Ce n’était pas encore miraculeux mais je ne souffrais plus, juste mon foie toujours douloureux au toucher et très fragile au moindre écart d’alimentation. Lors de mes recherches j’ai découvert le lycopodium, il répondait à énormément de symptômes que je présentais. Avec les années, je n’hésitais plus autant de mois pour tenter un essai, je commençais à connaître mon corps sur le bout des doigts. Après des lectures approfondies, j’ai donc commencé à prendre le matin 50 gouttes de lycopodium. Pas bon à boire et une drôle de réaction au contact de l’eau, cela blanchit. Au bout d‘un mois, je pouvais appuyer sur mon foie, plus aucune douleur. Un vrai bonheur, mon foie ne me faisait plus souffrir. L’homéopathe a constaté ce phénomène et lui aussi était heureux que j’avais enfin trouvé un produit qui me soulageait le foie. Après 1 an de ce traitement par cure de quelques jours par mois. La dernière échographie du foie de janvier 2008 a montré un foie sans problème. Je m’étais abstenue d’expliquer mes antécédents afin de connaître les véritables résultats du lycopodium sur mon foie. Je n’ai jamais plus eu de « crise de foie » et de migraines d’origine hépatique, je peux même me permettre des petits écarts dans mon alimentation pour me faire plaisir. Je soupçonne la fibromyalgie d’avoir des conséquences énormes sur notre foie pas mal d’années avant que nous soyons très mal. Le foie est un grand mystère pour la médecine. et une usine à lui tout seul.