graisse abdominal femme algerienne chronique


Comment l'hépatose du foie se manifeste-t-elle? - une maladie qui se manifeste tissus dystrophiques( parenchyme) foie sans réaction cellulaire lumineux. Selon son origine et son courant, la maladie est aiguë et chronique. L'hépatose du foie, qui a une évolution chronique, est cholestatique et graisseuse. La forme aiguë de l'hépatose se développe sous l'influence des substances toxiques et les empoisonnements de diverse genèse. Cela peut être une intoxication à l'alcool de substitution, des métaux lourds, du phosphore, des préparations médicales, des plantes toxiques, les champignons, etc. Cette forme de la maladie est aussi appelée l'atrophie jaune du foie. Dans de rares cas, l'hépatose aiguë du foie se développe en raison d'une hépatite ou d'une sepsie infectieuse. Le nom même de la maladie, dit qu'il a un début aigu. Au départ, il existe des phénomènes de dyspepsie( nausées, vomissements) et des signes d'intoxication. Le patient se sent "brisé", des courbatures, des douleurs dans les muscles, se plaint d'une fièvre. Un. Les patients atteints d'une forme aiguë d'hépatose sont soumis à une hospitalisation obligatoire dans un hôpital. Le succès d'un traitement ultérieur dépend en grande partie de la rapidité avec laquelle le traitement est démarré et de l'arrêt du flux de toxines dans le foie. Pour ce faire, l'estomac et les intestins sont lavés. En cas de saignement, on verse du plasma fraîchement congelé, de l'albumine, si nécessaire de la masse érythrocytaire. Thérapie par perfusion avec une solution de glucose, des solutions salines additionnées de potassium, de la vitamine B, de l'acide folique. Dans les cas graves, la plasmaphérèse et l'hémodialyse peuvent être nécessaires. L'hépatose chronique du foie gras se manifeste par une dystrophie des cellules graisseuses du foie. Cette forme de la maladie a une évolution prolongée et alterne avec des périodes d'exacerbation et de calme relatif de la maladie. La cause de la dégénérescence graisseuse est principalement l'alcoolisme chronique. Dans de rares cas, il se produit dans le contexte d'une exposition à long terme à des substances hépatotoxiques sur le lieu de travail. Des maladies graves concomitantes, telles que le diabète ou des troubles métaboliques, peuvent également provoquer une hépatose. Les symptômes de la maladie manifestent une faiblesse constante, une douleur douloureuse dans le foie. L'organe peut être légèrement agrandi, à la palpation, la douleur est notée. La rate n'augmente pas. La jaunisse, en général, ne se passe pas ou il y a une petite sclérotique ictérique et la peau. Dans le sang, les enzymes hépatiques et le cholestérol sont modérément élevés. Avec la fin des effets toxiques sur le corps, le refus de l'alcool est possible de récupération complète. La protéine devrait prédominer dans le régime du patient. Limiter l'apport de graisse dans le corps. Les gépatoprotecteurs et les multivitamines sont prescrits. Le type suivant de forme chronique de la maladie est l'hépatose hépatique cholestatique. Les symptômes en sont exprimés par le retard de la bile hépatique et l'accumulation de pigment dans les cellules du foie. Dans ce cas, les hépatocytes sont soumis à une dystrophie protéique. Cette maladie se développe à la suite des effets toxiques des produits chimiques et des médicaments. En même temps, des perturbations métaboliques se produisent dans le foie, la formation et la sortie normale de la bile sont perturbées. La maladie se manifeste par une jaunisse sévère, une clarification des fèces et un assombrissement de l'urine. Le foie est généralement toujours agrandi. Dans le sang, la bilirubine, les enzymes, la phosphatase et le cholestérol sont augmentés. Le traitement de cette forme d'hépatose est à peu près le même que celui de la forme grasse, sauf que les corticostéroïdes sont utilisés en thérapie.la prévention. de toutes les formes de stéatose est une bonne nutrition, le rejet de l'utilisation systématique de l'alcool, la santé au travail, en particulier dans le travail dangereux, et, bien sûr, des examens médicaux réguliers dans les groupes à haut risque.

comment maigrir vite et facilement フランス語 自己紹介

Le nettoyage du foie. Ayant testé le nettoyage du foie, je me dois de partager avec vous cette technique excellente pour la santé, pas chère et souvent méconnue. Vous avez du mal à digérer? Vous vous sentez fatigué? Vous avez des tendinites chroniques, ou bien des douleurs à l’épaule ou au dos? Vous avez des allergies ou de l’urticaire? Vous avez trop de cholestérol? Vous avez une maladie chronique? Ben figurez-vous que le nettoyage du foie peu aider voire résoudre tous ces problèmes. Il est même préconisé pour les personnes atteintes d’un cancer. Car le foie joue un rôle essentiel pour notre corps. C’est l’un des cinq moyens pour le corps humain d’évacuer les toxines. Les quatre autres moyens sont; les reins, la peau (via la transpiration), le colon (via les selles) et les poumons (via la respiration). Le foie est un peu comme le filtre du moteur de nos voitures. Il peut être encombré ou bloqué. Et un foie qui fonctionne bien c’est la base d’une bonne santé. C’est la première défense du corps contre les empoisonnements. Et la vésicule biliaire? Nettoyer le foie c’est aussi nettoyer la vésicule biliaire. La vésicule biliaire peut s’engorger de véritables pierres (calculs) qui peuvent atteindre des tailles impressionnantes et se retrouver en très grand nombre. Ces calculs sont visibles aux radios. Dans le cas où les calculs provoquent de fortes douleurs, certains médecins peuvent procéder à l’ablation de la vésicule biliaire. Dommage lorsque l’on sait que la bile joue un rôle essentiel de détoxification. La vésicule biliaire joue donc un rôle important pour notre santé. Lorsque celle-ci s’encrasse, la nettoyer améliore donc aussi notre santé. Le nettoyage du foie c’est quoi? Le nettoyage du foie, aussi appelé curetage du foie, permet d’éliminer les calculs qui s’entassent naturellement dans le foie et la vésicule biliaire à l’aide d’aliments naturels (huile d’olive et jus de pamplemousse), et du sulfate de magnésium. D’après les scientifiques, un calcul se crée à partir de parasites morts. Étant poreux, les calculs amassent toutes les bactéries, les virus et parasites qui passent dans le foie, véritable nid à bactéries. Il permet aussi d’éliminer les traces d’alcool, de médicaments et autres parasites. Il existe environ une demi-douzaine de type de calculs différents. Leurs couleurs peuvent varier entre le noir, le vert, le rouge ou le brun. La technique du nettoyage du foie permet d’évacuer ces calculs qui peuvent se retrouver en quantité impressionnante (de plusieurs centaines à quelques milliers). 95% des plus de trente cinq ans ont des calculs dans le foie et dans la vésicule biliaire. Votre foie est certainement plein de ce genre de calculs. Comment ça fonctionne? Nettoyer le foie c’est donc boire un mélange d’huile d’olive, de jus de pamplemousse et du sulfate de magnésium pour éliminer les calculs logés dans le foie et la vésicule biliaire. Le rôle du sulfate de magnésium est de dilater les différents vaisseaux du foie et de la vésicule, et d’agrandir ainsi le passage pour les calculs. Le rôle de l’huile est de donner au foie le signal pour envoyer de la bile en grande quantité (et effectuer le travail de digestion), ce qui expulse par la même occasion les calculs dans le duodénum (première partie de l’intestin grêle) puis vers le gros intestin. Le sulfate de magnésium étant aussi un puissant laxatif, vous imaginez la suite J. Vous vous retrouvez avec une quantité impressionnante de calculs dans les toilettes. A noter qu’il est aussi possible de boire du jus de pomme organique (bio de préférence) 6 jours avant de boire la potion magique. Cela va permettre de ramollir les calculs qui sortiront alors plus facilement. Les bénéfices d’un nettoyage du foie. L’élimination des calculs permet de: Redonner beaucoup d’énergie Supprimer certaines douleurs au dos ou à l’épaule. Supprimer les tendinites chroniques Faciliter la digestion Réduire son taux de cholestérol Réduire voire supprimer les allergies et l’urticaire Réduire les problèmes d’insuffisance du foie pour les personnes atteintes d’un cancer Eviter l’ablation de la vésicule biliaire et donc l’opération. C’est une technique très efficace qui peut s’avérer très utile pour les personnes atteintes d’une maladie chronique. Non, ce n’est pas une arnaque. Pour preuve, le coût très faible des ingrédients nécessaires pour réaliser ce nettoyage. Pour une fois, il n’y a pas de lobbying derrière tout ça. Pour moins de dix euros vous pourrez acheter tous les ingrédients nécessaires et résoudre des problèmes que même les médicaments traditionnels n’arrivent pas à résoudre. Attention, je ne dis pas qu’il faut arrêter votre traitement. Toutes les personnes qui ont réalisé un nettoyage de leur foie vous confirmeront que cette technique fonctionne. Toutes ces personnes ont regardé stupéfiés le résultat de ce nettoyage dans la cuvette des WC le lendemain matin. Certains vous diront que les calculs biliaires que l’on retrouve dans les toilettes ne sont que de l’huile d’olive précipitée. C’est totalement faux. D’ailleurs il suffit de faire l’expérience de ce nettoyage du foie soi-même pour s’en apercevoir. Le curetage du foie n’est donc pas une arnaque et fonctionne très bien. Seuls ceux qui n’ont pas essayé vous diront le contraire par peur et surtout par méconnaissance. Les risques du nettoyage du foie pour la santé. Même s’ils sont très faibles, les risques du nettoyage du foie existent. Le principal risque est qu’un gros calcul reste bloqué dans le colédoque lors de son évacuation. C’est un phénomène très rare mais possible. Pour s’en prémunir, le meilleur moyen est de réaliser une échographie du foie afin de vérifier qu’il n’y a pas des calculs de plus de 3 cm. Un autre risque relativement faible mais existant, est l’intoxication des intestins. Pour s’en protéger il est préconisé de prendre de la teinture-mère de noix. Cela va permettre de tuer les parasites qui ont été libérés par la cure et qui sont passés par l’intestin. Une autre solution pour nettoyer les intestins consiste à effectuer un lavement au café. A noter aussi qu’il ne faut pas effectuer ce nettoyage si vous êtes déjà malade ou dans une période ou vous vous sentez faible et fragile. Dans le doute parlez-en à votre médecin. En tous les cas, la méthode du Dr. Clark décrite ci-dessous a été testée sur 500 personnes (dont des personnes âgées), et aucun ne s’est retrouvé à l’hôpital. La méthode du Dr. Clark. Maintenant que vous connaissez tous les tenants et aboutissants du nettoyage du foie, passons à la méthode. Vous trouverez ici la méthode du Dr. Hulda Regehr Clark, chercheur américain ayant même écrit un livre intitulé « Avant d’utiliser cette méthode il est fortement recommandé d’effectuer un rinçage des parasites et des reins. Cela évitera de se sentir mal après le nettoyage. Ingrédients nécessaires. Sulfate de magnésium (sels d’Epsom): 3 sachets de 20g ou 6 sachets de 8g Env. 3/4 de litre d’eau 2 pamplemousses, ou du jus de pamplemousse rose (environ 170ml) Huile d’Olive vierge première pression à froid (environ 125 ml) 10 à 20 gouttes de brou de noix noire (ou teinture-mère de noix) afin de tuer les parasites. Il est difficile de se procurer certains ingrédients dans les commerces traditionnels. Personnellement j’ai acheté la teinture mère de noix sur le site de vivre au naturel. Le site est pas très moderne, mais la société est sérieuse. Les délais de livraison ont été respecté. Ustensiles nécessaires. 1 bouteille de 1 litre 1 pot ou 1 bouteille d’un demi-litre 1 presse-agrume. Programme. Un curetage du foie ça s’anticipe. Il faut choisir un jour comme le samedi par exemple afin de pouvoir se reposer le jour suivant et filer aux toilettes dès que c’est nécessaire. Les consignes données ci-dessous sont à respecter scrupuleusement sinon vous pourriez vous rendre malade par la suite. Donc respectez impérativement les horaires. Ne dépassez jamais les 10 minutes de retard ou d’avance. Pendant les 2 jours il ne faut prendre aucun vitamine, ni médicament qui ne soit pas nécessaire. Le premier jour, il faut prendre un petit déjeuner et un déjeuner sans graisse (pas de beurre et de lait). Au déjeuner, préférez du riz, des pommes de terre ou des légumes. Mangez chaud à midi, et surtout ne mangez plus rien et ne buvez plus rien à partir de 14h. Vous pouvez déjà sortir du réfrigérateur l’huile d’olive et les pamplemousses afin qu’ils prennent la température ambiante. A 18h, boire le premier verre de sulfate de magnésium. Le goût n’étant pas agréable, rincez-vous la bouche abondamment. Vous pouvez aussi boire un peu d’eau. A 20h, boire le deuxième verre de sulfate de magnésium. Oui il ne faut rien manger le soir du premier jour, mais vous verrez que vous n’aurez pas trop faim. A 21h45, mélanger 120ml d’huile d’olive et le jus de pamplemousse (sans les peaux) dans un récipient. Fermer ce récipient et mélanger jusqu’à obtention d’un liquide homogène. Vous pouvez ajouter dans ce mélange 20 gouttes de brou de noix (ou teinture-mère de noix) dans le cas où des parasites seraient présents dans le foie. A 22h00, boire ce mélange en restant debout. Il doit être bu en moins de 5 minutes. Si nécessaire prendre des comprimés d’ornithine afin de mieux dormir. Dès le mélange bu, se coucher tout de suite. Plus vous vous coucherez tôt et plus vous arriverez à évacuer des calculs. La meilleure position est sur le dos avec la tête surélevée. Rester comme ça au moins 20minutes sans bouger puis dormir. Entre 6h et 6h30, prendre le troisième verre de sulfate de magnésium (sel d’Epsom). En cas de nausée ou d’indigestion (ce qui est normal), vous pouvez attendre un peu avant de boire ce verre. Entre 8h et 8h30, prendre le quatrième verre de sulfate de magnésium. Vous pouvez vous recoucher si vous le souhaitez. Courage, vous pouvez vous sentir malade pendant 1 ou 2 jours mais ça passera et ça en vaut la peine. Vers les 10h30 vous pouvez commencer à boire du jus de fruit frais et vers 11h00 des fruits frais. A midi vous pourrez prendre votre repas mais celui-ci doit être léger. Vous verrez que le soir vous serez déjà plein d’énergie. A noter que toute la matinée vous aurez des diarrhées. Vous pourrez constater les calculs qui flotteront à la surface des toilettes. C’est juste impressionnant. Et vous vous étonnerez que ces sortes de cailloux aient été dans votre corps. Avant et après, pensez à boire beaucoup de jus de pommes ou du café si vous préférez. Pour les personnes atteintes d’un cancer, le Dr. Max Gerson préconise un lavement au café toutes les 3 heures jour et nuit et 13 verres de jus de légumes et de fruits fraîchement pressés. Il arriverait ainsi à guérir 40% de ses patients. Ci-dessous le livre d’Andreas Moritz qui décrit la méthode du Dr. Clark, si vous voulez l’acheter et en savoir plus: Fréquence des nettoyages. La fréquence est variable selon les individus et les besoins. Un premier nettoyage du foie ne suffit souvent pas à évacuer la totalité des calculs. La seule solution pour le savoir est d’en refaire un. A noter qu’il faut laisser au moins deux à trois semaines d’écart entre deux lavages. Certains font une cure tous les 2 mois pendant 1 an, puis comme le foie est totalement nettoyé 1 fois par an. Conclusion. Comme je vous le disais, je l’ai testé. Et le résultat est sincèrement impressionnant voire choquant. Il est surprenant que les médecins ne préconisent pas systématiquement cette méthode avant de prescrire des médicaments (anti-inflammatoire, antidouleur, etc.). Pourtant le nettoyage du foie n’est pas cher et ne comporte quasiment aucun risque. Ok le gout des ingrédients est écœurant, et personnellement je l’ai gardé en bouche pendant 4 jours. Mais le résultat en vaut la chandelle. Le nettoyage du foie fait des miracles. Alors testez-le et donnez-moi de vos nouvelles en me laissant un commentaire ci-dessous. Rien ne vaut les témoignages. Je hais les spams, votre email ne sera jamais revendu ou donné à un tiers. Cet article n'a pas de mots-clés. 157 commentaires. Denis. 16 décembre 2012 à 18 h 04 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour, Sur agirsante.fr je retrace l’intégralité de mes 20 nettoyages du foie. Outre tout le process bien détaillé vous y trouverez de nombreux témoignages des résultats obtenus grâce à cette méthode. Cordialement, Denis. christophe. 4 janvier 2013 à 16 h 40 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. bonjour Denis, j’ai visité ce jour votre très intéressant site. Comme le demande marie-france ci-dessous et comme cela est mon cas aussi, la cure fonctionne t’elle aussi sur les personnes ayant subit une ablation de la vésicule? merci 😉 Denis. 3 mars 2013 à 17 h 52 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour Christophe, La vésicule biliaire n’est pas sur le trajet foie/duodénum, son absence n’est donc pas en soi un obstacle aux nettoyages du foie. J’ai publié en ce sens sur agirsante.fr le témoignage de Claudine en date du 28 février 2012. Cordialement, Patricia. 14 septembre 2013 à 23 h 11 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Effectivement votre site est très bien fait – malgré de nombreux conseils/encouragements à faire cette « cure » je n’ai pas encore osé franchir le cap… peut-être à présent, grasse à votre témoignage.. bavencoffe. 3 janvier 2013 à 8 h 26 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. j e n’ai plus de vésicule puis je faire ce lavage cordialement marie france. Olivier. 3 janvier 2013 à 11 h 02 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. C’est une question qu’il faut poser à votre médecin car c’est un cas particulier. Peut-être qu’un lecteur pourra aussi vous répondre. christophe. 4 janvier 2013 à 16 h 50 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. bonjour Olivier, vous indiquez: « Ci-dessous le livre du Dr. Clark », mais l’image de la couverture du livre indique comme auteur Andréas Moritz. Ont-ils un lien tous les deux? Olivier. 14 janvier 2013 à 12 h 12 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. En fait le docteur Clark n’a jamais écrit de livre à ma connaissance. Ce sont donc d’autres auteurs qui décrivent sa méthodologie de nettoyage du foie. Merci pour ce commentaire, je corrige le texte. Wladislas. 26 janvier 2013 à 19 h 29 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Feu Dr Clarck a écrit de nombreux ouvrages. Certains ont été traduits en français: La Cure de toutes les Maladies, La Guérison est possible, La Cure de tous les Cancers, etc. On peu se les procurer sur le sites: http://drclark-france.com/2.html. Monsieur MORITZ, lui, n’a que détaillé un peu cette cure. Il y a relate sa propre expérience (il en a faite 12 en tout pour se débarrasser de migraines) et expose ses recherches sur le plan physiologique. Son livre est beaucoup plus accessible que celui du Dr Clark qui est un peu redondant et très alarmiste. Pour elle, l’origine de la majeure partie de nos maladies sont dues aux parasitoses essentiellement. D’autres auteurs en parlent également: Bernard RAQUIN dans TOTAL DETOX et Michel Dogna dans son 3ème tome de PRENEZ EN MAIN VOTRE SANTE, par exemple. Quant à faire la cure alors qu’on n’a plus de vésicule biliaire, oui, c’est tout à fait possible. Parce qu’il semblerait qu’il s’agisse de calcul à type de grumeau situé dans les conduits hépatiques et pancréatiques. Choses que je tends à confirmer. Olivier. 28 janvier 2013 à 22 h 04 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Merci Wlad pour ces précisions. J’invite d’ailleurs tous mes lecteurs à visiter ton excellent site complémentaire au mien. nephtis. 16 janvier 2013 à 10 h 20 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. ma soeur est à son 4 nettoyage, elle a subi une ablation de la vésicule il y a plusieurs années et le déroulement du nettoyage s’est très bien passé. Par contre comme elle a des problèmes de transit, je lui ai conseillée de prendre du chlorure de magnésium dans la semaine pour que ses intestins soient vide le jour J, ce qui ne l’empêche pas de déjeuner et de manger le midi. Olivier. 22 janvier 2013 à 18 h 59 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Merci Nephtis pour ce témoignage de nettoyage du foie réussi malgres une ablation de la vésicule. Il servira à d’autres j’en suis certain. Guillaume. 2 octobre 2013 à 12 h 14 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour et merci pour vos témoignages. Agé de 18 ans lorsque je me suis fait retirer la vésicule biliaire (ça allait dans le sens de tous les avis que j’avais pu recueillir, et m’a tout de même permis de retirer un calcul gros de 2.5 centimètres et une infinité de petit), je pensais mettre un terme à ces abominable douleurs (pancréatite?) qui revenaient à intervalle d’environ 3/4 mois depuis l’âge de mes 10 ans (ça n’a jamais éveillé mon entourage, et j’avais moi même décidé de laisser filer). Depuis l’opération, bien que l’on m’avait dit que les probabilités que les douleurs reviennent étaient inférieurs à 1% (en ingurgitant quotidiennement et ce 3 fois/jour, des médicaments qui agissaient d’une manière que les médecins étaient incapable d’expliquer, et que j’ai décidé de ne jamais prendre), celles-ci ont rapidement refait leur apparition (après 5 ou 6 mois). J’ai eu vent, un petit mois après l’ablation, de ce nettoyage, que je n’ai jusqu’alors jamais effectué. Sachant qu’ils ne s’agit pas de cholestérol, me conseillez-vous tout de même de l’effectuer? J’ai cru comprendre que oui.. Cela nécessite-t-il un nombre de nettoyage aussi important; il y a-t-il des mesures spécifiques à prendre? Connaissez-vous les répercussions à court, moyen et long terme d’une ablation de la vésicule (qui est jugé comme étant un organe inutile de la part des médecins/chirurgien français)? Olivier. 16 février 2014 à 22 h 12 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour, désolé pour cette réponse tardive, je viens de prendre connaissance de votre message. Votre cas est tellement spécifique, que seul un médecin pourrait vous conseiller. Peut-être qu’un spécialiste pourra vous aider grâce à ce blog. Bon courage. nephtis. 16 janvier 2013 à 9 h 39 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. bonjour je suis à mon 19 nettoyage du foie! cela est toujours étonnant; j’ai lu qu’il fallait faire le nettoyage tant qu’il y a des « pierres » Qu’en pensez vous? Olivier. 22 janvier 2013 à 18 h 56 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour Nephtis, Certains conseillent effectivement de continuer les nettoyages du foie jusqu’à disparition totale des pierres. Personnellement je ne vois pas l’intérêt de rentrer dans une telle psychose. Les cailloux se forment naturellement dans le foie depuis toujours et de nouveaux se formeront donc encore et encore. C’est leur présence en trop grand nombre qui est mauvaise pour la santé. Je pense même que faire trop de nettoyages du foie peut réduire leurs efficacités. nephtis. 24 janvier 2013 à 21 h 27 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. bonsoir OLIVIER Merci de m’avoir répondue je n’ai pas compris votre dernière phrase « réduire efficacités » de quoi …………. si c’est du « protocole du nettoyage », pour moi c’est non car le résultat est toujours étonnant je dirai même que je ressens le besoin d’en faire cela n’est pas une obsession (ahahhaha) mais une curiosité! c’est vrai que le foie produira toujours des « pierres » mais avec un nettoyage ensuite par an peut être que cela suffirait! Mon foie a des années. il a peut être un reg à bientôt de vous lire. Olivier. 28 janvier 2013 à 22 h 19 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. En fait, la question que je pose est la suivante: Le sulfate de magnésium peut-il être dangereux à haute dose? D’après mes recherches, la réponse et oui. Étant donné son action d’inhibiteur du calcium, il peut: ralentir le rythme cardiaque. Le sulfate de magnésium est parfois utilisé en cas de crises cardiaques mais peut aussi provoquer un arrêt cardiaque. augmenter les risques d’hémorragie. Donc à consommer avec modération… MARTIN. 13 juin 2013 à 21 h 37 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. OK avec votre commentaire et analyse. J’ai fait plusieurs nettoyage du foie, mais un (x par 2) tous les ans ou tous les deux ans est largement suffisant. Les résultats sont spectaculaires. J’ai fait des apthoses récidivantes pendant des années … depuis mon premier nettoyage plus rien, et aucun spécialistes consultés ne pouvaient me dire l’origine de mes aphtes géants. Guérison d’une stéatose du foie qui d’après la médecine vous accompagne toute votre vie. Plus de douleurs aux cervicales, douleurs dues pour les toubibs à mes 250 sauts en parachute. Plus de douleurs musculaires. Tonus et énergie retrouvés. Alain 72 ans. Jean-Marie. 26 septembre 2013 à 11 h 55 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. bonjour à tous, j’envisage de faire cette cure de nettoyage du foie. Quelles sont les sensations lorsque le sulfate fait son effet. A t on des résultats surprenants et la fatigue lié au contre coups? Olivier. 16 février 2014 à 22 h 15 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Personnellement j’ai eu l’impression d’avoir injecté dans le foie une bouteille d’eau pétillante. Rien de désagréable en tout cas. Les résultats au deuxième jours sont généralement impressionnant. Les témoignages dans cet article en sont la preuve. Colette. 8 octobre 2013 à 7 h 45 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. je réponds à votre commentaire ayant attendu plus de 6 mois pour faire mon 4 èm nettoyage. en effet, j’avais un caillou de 2 cm dans la vésicule, prêt à être opéré et j’ai annulé l’opération car j’ai trouvé ce fabuleux nettoyage. je l’ai fait 3 fois et ensuite j’ai attendu, la flemme de le faire. j’ai eu divers maux que je ne comprenait pas; très mal au dos, au cervicale, divers tendinites, ménopause qui se passe pas comme je le voudrais ( bouffées de chaleurs etc…),mauvaises digestion, morale en baisse et j’en passe. j’ai donc réalisé qu’il fallait que je continue mes nettoyages. J’en suis donc à mon 4 èm et je me sens revivre. je vais donc continuer et pas laisser 6 mois se passer sans rien faire. J’ai déjà évacuer des cailloux d’au moins 2 cm mais ramollit par le jus de pomme, ça passe comme une lettre à la poste. Il faut lire le livre d’Andréas Moritz, il nous apprend beaucoup sur les nombreuses fonctions du foie. Olivier. 16 février 2014 à 22 h 07 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Génial, j’adore ces témoignages qui confirme que des solutions naturelles évitent même de se faire charcuter sur un bloc opératoire. Bravo et merci. Olivier. 16 février 2014 à 22 h 08 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Génial, j’adore ce témoignage qui confirme que des solutions naturelles évitent même de se faire charcuter sur un bloc opératoire. Bravo et merci. Romane. 13 mars 2014 à 14 h 46 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Je suis moi aussi à mon 16ième nettoyage. Pourant le livre de Morritz indique qu’il n’y devrait y avoir plus rien à partir de 10-12 lavages. Il dit aussi de continuer jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de calculs, mais à ce rythme j’ai l’impression que ça ne s’arrêtera jamais. Ok pour que des calculs se re-produisent, mais à distances de 3 semaines entre 2 lavages, ça commence à paraître bizarre. Maintenant je vois dans les réponses qu’il y aurait un risque à trop utiliser le sulfate, je me pose des questions si continuer ou pas, d’autant que je suis en état de grossesse? Olivier. 14 mars 2014 à 22 h 47 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour Romane, sincèrement, je pense que les excès ne sont jamais bons. Dis-toi que la plupart des gens n’ont jamais fait de nettoyage, et il n’en meurt pas pour autant. C’est en effet traumatisant de voir ces calculs sortir de son corps, mais c’est normal. C’est juste leurs trop grand nombre qui peut entrainer des problèmes. Il ne faut donc pas tomber dans l’excès. Espérant avoir pu t’aider. Olivier. 22 juillet 2014 à 12 h 47 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. c’est normal que tu trouves toujours autant de boulettes, c’est tout simplement parce-que ce ne sont pas des calculs. En effet, la grande majorité des boules qui ressortent se sont formées dans ton système digestif par saponification de l’huile ingérée, avec les sucs gastriques. De l’avis général, cette cure produit un bien-être. Cela dit, la grande majorité de ce qu’on observe dans les toilettes ne vient pas du foie, mais simplement de ce qu’on a avalé la veille 😉 veronika. 7 février 2013 à 18 h 58 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour, je découvre cette méthode et j’ai très envie de le faire mais j’ai une question: vous dites « il est recommandé de faire le rinçage des parasites et des reins avant le nettoyage du foie » quelle est la méthode pour nettoyer les reins? Wladislas. 11 février 2013 à 13 h 09 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Vous trouverez tout ce qu’il faut faire pour un nettoyage des reins ici: C’est coûteux (une cinquantaine d’euros), contraignant, mais indispensable. Pour les parasites. Commencez par vous vermifuger (regardez sur la toile les solutions à base d’ail, à faire chez soi). Le zapper contre les parasites que préconise Dr Clark marche bien. C’est un appareil vendu entre 50 et 400 euros. Avant de se lancer là-dedans, commencez simplement par vermifuger toute la famille et à nettoyer soigneusement les toilettes avec de l’eau de Javel. Olivier. 11 février 2013 à 13 h 16 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. pour se débarrasser des parasites dans le foie: L’absinthe L’enveloppe verte (le brou) de la noix du noyer noir, sous forme de teinture Le clou de girofle fraîchement moulu Le radin noir. et pour se débarrasser des toxines et nettoyer les reins: Boire du thé vert 2 à 4 fois par jour. L’argile verte, à condition de ne pas prendre de médicaments, d’être enceinte ou d’avoir de l’hypertension Le citron Le persil en tisane, très efficace pour les reins. A noter que le Doc Clark préconise de réaliser dans l’ordre une nettoyage antiparasitaire avant un nettoyage des reins. espérant avoir répondu à votre question… Martine. 10 février 2013 à 9 h 31 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour, je suis au matin du jour post « potion magique » avalée la veille…. J’ai passé une nuit affreuse (dormi moins de 4h + nausées qui persistent) et a part de gros gargouillements dans mon ventre aucune envie d’aller aux toilettes, suis je une exception? Est ce anormal? Olivier. 11 février 2013 à 12 h 42 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour Martine, C’est effectivement très bizarre. Surtout que le sulfate de magnésium est un laxatif. Avez-vous bien mangé léger? Êtes-vous bien restée couchée? Tenez-nous informé des suites de votre expérience. Wladislas. 11 février 2013 à 13 h 03 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Je vous suggère de mettre une bouillotte sur le foie dans un premier temps, histoire de dilater les canaux excréteurs du foie et de la vésicule biliaire. La vidange peut encore s’amorcer dans les heures qui viennent. Personnellement, je l’ai faites 5 fois cette cure. A chaque fois je me vidange vers 10h30 le lendemain, et je reste collé aux toilettes un p’tit moment. Si la vidange ne s’amorce pas, utilisez un suppo. de glycérine ou mieux, procédez à un lavement si vous savez comment faire. Restez vigilante aux signes cliniques. N’hésitez pas à masser également la zone à coté du nombril, un peu en haut et votre droite du nombril. MARTINE. 13 février 2013 à 16 h 31 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour, désolé d’avoir mis autant de temps a donner des nouvelles. Merci beaucoup pour vos messages de soutien et conseils. J’ai passé de mauvais moments comme vous l’avez compris sur mon premier message. Le dimanche au soir j’ai été très légèrement aux toilettes (une selle diarrhéique ridicule!) Toujours très fatiguée, vaseuse.Le lundi je n’ai pu aller travailler toujours aussi faible, j’ai repris l’alimentation le dimanche par une soupe. Oui le samedi, joue J, j’avais mangé plus que light: une petite portion de riz demi complet de rien du tout et nature en plus. Rien avant et absolument rien après! Le lundi j’ai été deux fois a la selles suite a un lavement préconisé au tel par la naturopathe, j’ai seulement évacué le lavement avec des résidus de matières et la seconde fois un gaz plus un peu de matières. MAIS ABSOLUMENT pas cette fameuse diarrhée que j’entends parler, que je vois écris etc…. Je me sentai toujours fatiguée et pas « nette ». Je n’avais pas de bouillotte, alors j’en ai commandé une le soir du message de Wladislas, je l’ai reçu d’ailleurs ce jour. Bon c’est un peu tard mais depuis le temps que je devais le faire. J’ai repris le travail mardi et depuis toujours fatiguée, et douleurs de dos qui se sont réveillées depuis ce week end étrange…. Je vais vois mon ostéopathe que je connais, demain « en urgence ». La naturopathe me dit qu’elle a fait l’expérience de la cure du dr clarck a trois reprises et que la 1ère et 3eme fois ce fut impeccable et sans soucis mais la seconde fois cela s’est passé comme moi. Elle m’a aussi dit que ce n’étais pas certainement le moment idéal pour faire la cure au vue de la période hivernale et du froid actuel….Elle me l’avais dit pourtant lors de notre première consultation mais je ressentai le besoin de le faire MAINTENANT. Volà depuis je suis allé a la selle normalement sans aucun indice d’avoir fait une cure de foie…. Déçue et échaudéede prime abord par cette mauvaise expérience mais il est certain que je la recommencerai et ne veux pas rester sur un échec. Ha, pour le lavement ce fut mon premier c’est tout bête et ce que je vais dire aussi mais est ce normal si il y avait autant d’eau (je l’ai mis vraiment tout doucement, goutte a goutte) dans mon rectum et qui perlait a l’extérieur. Ca coulait tout seul pourtant je l’ai mis correctement j’en suis sûre! Sur 1L je n’en ai passé que la moitié et ca m’a pris déjà bien 30 minutes….. Voilà, mille merci….. MARTINE. nephtis. 14 février 2013 à 12 h 35 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. bonjour martine je viens de m’apercevoir que je n’avais pas répondu directement à votre message. voilà, c’est fait. bonne journée à vous. si vous voulez me téléphoner 02 90 913 508 je suis à mon 20 nettoyage. je vous expliquerai de vive voix. nephtis. 14 février 2013 à 12 h 42 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. comme vous pouvez le voir, je ne suis pas douée dans les tchaches. je n’ai pas compris pourquoi il y en a tant de moi, mauvaise manipulation désolée. Marlene. 23 février 2013 à 13 h 45 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour, Quelqu’un a t il essayer de prendre les sels d epsom en gelules? Si oui, cela est il aussi efficace qu en poudre? Merci M. cchristine06antibes. 24 février 2013 à 14 h 51 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. c’est impressionnant de voir les calculs qui sortent ainsi de notre organisme…Je compte faire ma première expérience fin de semaine prochaine afin de savoir si mon problème de santé vient de là. Merci pour vos témoignages. Bruno. 21 mars 2013 à 15 h 28 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour, j’apporte mon témoignage. Je viens de faire mon premier nettoyage avec mon épouse. Pas de probleme pour boire le jus de pomme+ le psyllium ( ce produit est tres bien aussi = dans mon cas diarréhique chronique). Au jour J (6em): je realise un lavement, c’est une premiere pour moi, je me mets dans un bain avec du sel d’epsom (suite à lecture Blog de Wladislas). Je ne vais pas garder tres longtemps l’eau du lavement dans les intestin,moins de 5 minutes je pense, mais l’évacuation est impressionnante. Je vais sortir et revenir dans le bain plusieurs fois et je crois que l’effet du bain au sels d’epsom est addictif. Par la suite Je sens une détente vraiment tres benefique, et je trouve que c’est interessant d’aasocier bain+lavement, voir, +nettoyage. Je bois le mélange sulfate de magnesium avec un peu de citron, c’est amer, je n’aime pas l’amer mais ça passe. Puis vient le moment de prendre le melange Huile +jus pressé. Et là, je bois d’une traite,mais que la moitié, je me sens mal, et pas le temps de me poser de question, j’ai tout gerbé! Evidement à ce stade ça compromet le nettoyage du foie. Je ne peux pas absorber le reste, et mon corps à vraiment rejeter cette étape. Dommage je pensais recommencer plus tard, ce nettoyagemais ce breuvage est infecte pour moi. Et vu le rejet ça va être difficle de se réengager dans tous le processus. Je me suis coucher puis le matin j’ai continuer avec le sulfate de magnesium. Puis je me vide en mode « courante », c’est de l’eau coloré et pas vu de calculs priori. Il est 15 h et j’ai encore regulierement le besoin d’aller au WC. Voilà pour moi en dehors d’avoir été jusqu’au bout,compte tenu du rejet avec l’emulsion,je ne sais pas si je recomencerais. J’ai un probleme chronique de reflux gastro oesophagien, donc l’acidité+l’huile, c’est difficile. Enfin je verrais si amélioration, (oedeme+reflux+diarrhé en mode chronique… et humeurs, fatigue /déprime, un peu de surpoids: 46 ans pour 1m70/80kg. Sinon je ne remets pas en cause ce type de soin, car je suis preneur de simplicité et cette fois j’étais motivé 🙂 ps: mon epouse ( a fait le nettoyage,mais sans lavement, et est allé au bout de l’emulsion et pense avoir vu des calculs) se demande s’il faut prendre probiotique ou autre chose,pour la flore intestinale apres ce nettoyage. Olivier. 25 mars 2013 à 9 h 35 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Retour d’expérience très intéressant effectivement. J’ai jamais essayé le bain au sel d’epsom, mais si mon ami Wlad vous l’a conseillé, je peux vous assurer que c’est bon. Il est vrai que le breuvage a un goût ignoble et peut provoquer un vomissement. Votre problème chronique de reflux ne dois certainement pas arranger les choses. Il faut effectivement faire le nettoyage du foie lorsque l’on a la forme et que l’on est reposé. Le jus était-il à température ambiante? Concernant votre épouse, je conseillerai une tisane au persil pour nettoyer les reins et effectivement des probiotiques (bacilles lactiques, lactobacilles et bifidobactéries vivants). Et pour supprimer d’éventuels parasites, le brou de noix est le plus efficace, mais il y a aussi l’extrait de pépins de pamplemousse ou des huilles essentielles d’ORIGAN ou de THYM. Bruno. 25 mars 2013 à 11 h 28 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Merci Olivier. L’emulsion a un gout ignoble pour moi, alors que d’autres peuvent meme aimer! Et oui! Sinon l’émulsion était à température ambiante. Ma douce a du abuser du citron,ajouté à l’acidité del’orange, …bon je réessayerais 😉 Je suis motivé pour recommencer dans quelques semaines. Ma compagne a pas mal de petits calculs. Nous témoignons aussi d’un eclaircicement de « l’esprit », et pour ma part de retrouver une energie qui me permet de dissocier un certain mal être general. Et ça c’est précieux. Nous reprenons un peu de psyllium pour aider le systeme digestif à se reguler ( 3 jours apres). 25 janvier 2014 à 1 h 47 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. SAlut j’arrive pour repondre un peu tard, mais moi aussi la premiere fois je n’ai pas pu boire l’huile et pamplemousse car je sentais que ca allait directement ressortir. Ce que j’ai fait la seconde fois, a la place de l’huile d’olive j’ai utilisé de l’huile de macadamia. C’est mieux passé et je l’ai bu en pincant le nez et avec une paille. Je n’ai pas pu boire la totalisté car j’ai senti que ca allait ressortir a nouveau. Mais j’ai pu en boire la moitie quand meme. Le nettoyage suivant j’ai melangé l’huile d’olive et l’huile de macadamia en metant plus d’huile de macadamia et j’ai pu boire la totalité. La prochaine fois je mettrai plus d’huile d’olive. Je pense que tu devrais essayer de faire pareil d’y aller petit a petit. Et si tu sens que tu vas vomir mieux vaut s’arreter. Ce que tu as avaler est deja mieux que rien. J’espere que ca pourra t’aider. Bruno. 25 mars 2013 à 11 h 28 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Merci Olivier. L’emulsion a un gout ignoble pour moi, alors que d’autres peuvent meme aimer! Et oui! Sinon l’émulsion était à température ambiante. Ma douce a du abuser du citron,ajouté à l’acidité del’orange, …bon je réessayerais 😉 Je suis motivé pour recommencer dans quelques semaines. Ma compagne a pas mal de petits calculs. Nous témoignons aussi d’un eclaircicement de « l’esprit », et pour ma part de retrouver une energie qui me permet de dissocier un certain mal être general. Et ça c’est précieux. Nous reprenons un peu de psyllium pour aider le systeme digestif à se reguler ( 3 jours apres). 18 mai 2013 à 8 h 13 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Tu dis que l’extrait de pamplemousse a un effet similaire au brou de noix? En quelle quantité faudrait il l’utiliser dans le cadre du nettoyage de foie? 28 janvier 2014 à 14 h 58 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. La premiere fois que je l’ai fait je n’ai pas pu non plus avalé l’huile d’olive car je sentais que ca allait directement ressortir. rien que l’odeur me derangeait. La fois suivante j’ai mis de l’huile de macadamia a la place d el’huile d’olive. J’ai pu en avaler une bonne quantité aussi sans allé jusqu’au bout. La 3 eme fois j’ai mélénagé moitié huile d’olive et moitié macadamia et j’ai pu avaler la totalité. La prochaine je mettrai plus d’huile d’olive que de macadami et la fois suiante j’essayerai uniquement huile d’olive. Voila si cela peut t’aider. van hee sylviane. 23 mars 2013 à 12 h 58 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour. Aujourd’hui 2eme nettoyage. Le premier pas de pierres. Beaucoup de « choses » beiges qui flottaient. Mais je refais tout de meme ce we. Pouvez vous me dire ce que vous en pensez merci. Olivier. 25 mars 2013 à 9 h 14 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour, je pense que vous devriez boire au moins 1 litre de jus de pomme par jour jusqu’au prochain nettoyage du foie. Le jus de pomme permettra de ramollir les caillots que vous avez dans le foie. Autre détail, il est conseillé d’attendre 2 semaines avant le prochain nettoyage. Lorraine. 24 mars 2013 à 11 h 10 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour, J’étais très entousiaste par cette cure… Jusqu’à ce que je l’ai faite. J’ai suivi à la lettre vos recommandations en allant me couchant vers 22h10. Me suis tout de suite endormie, jusqu’à 5 heures du matin, ou réveillée par une nausée épouvantable je me suis précipitée ds ma salle de bain pour m’évanouir de douleurs aussitôt! Résultat: une lèvre éclatée et un énorme ématome sur la tempe! Par contre, je me suis totalement vidée et me sens en effet bien!! Dc vraiment faire attention si on est une personne très réactive a des méthodes aussi violentes! Lorraine. Olivier. 25 mars 2013 à 9 h 20 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. He ben, je n’avais jamais imaginé que c’était possible. Les nausées sont effectivement fréquentes, mais elles entrainent rarement des vomissements ou une chute. Merci pour votre retour d’expérience précieux. J’espère que ça va mieux aujourd’hui. Ingrid. 23 avril 2013 à 19 h 53 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour. J’ai sorti une grande quantité de ‘billes’ de couleur verte. Etaient-ce des calculs? Ingrid. Olivier. 24 avril 2013 à 8 h 59 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Oui c’est bien celà 🙂 22 juillet 2014 à 12 h 52 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Olivier, un peu de rigueur intellectuelle ne ferait pas de mal. Rien de rien, ne permet d’affirmer à distance qu’il s’agît de calculs et non de produits de digestion moulés tout simplement. Regardez le volume de ces billes, faites la somme sur une dizaine de cures: vous imaginez vraiment qu’il y avait la place dans le foie et dans la vésicule biliaire pour contenir tout ça? 🙂 Olivier. 19 octobre 2014 à 16 h 59 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour Polo, si c’est des calculs de la photo dont vous parlez, ce ne sont pas mes calculs mais certainement ceux de plusieurs personnes. Dans mon cas, il y en a eu beaucoup lors de mon premier nettoyage, mais dès le deuxième les quantités étaient beaucoup plus faible. CHESNEAU. 27 avril 2013 à 13 h 20 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour je souhaiterai faire ce nettoyage et j’aimerai avoir une petite précision sur le dosage du Sulfate de magnésium: 3 sachets de 20g ou 6 sachets de 8g. Comme le programme prévoit 4 verres (18h – 20h – 6h et 8h), il faut répartir les 48g ou 60g en 4X 12g ou 15g qui sont dilués dans un verre d’eau. Le mélange à boire étant constitué de 120ml d’huile d’olive + 2 jus de pamplemousse + 1à à 20 gouttes de TM de brou de noix. Est-ce bien cela? A quoi sert dans les ingrédients nécessaires les 3/4 L d’eau? Merci. Olivier. 27 avril 2013 à 21 h 37 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. En fait, pour le nettoyage du foie, les 3/4 de litre d’eau sont à mélanger avec toute la dose de sulfate de magnésium, et uniquement cela. Il faut juste bien doser les verres pour que les 750ml puisse faire 4 verres. Soit environ 187ml. C’est surtout nécessaire lorsque l’on a pas réussi à se procurer les 4 sachets séparés. Car en poudre, c’est juste plus difficile de bien doser si l’on a pas une balance assez précise. Bon nettoyage et n’hésitez pas à revenir nous faire part de votre expérience. Olivier. JOANA. 19 mai 2013 à 22 h 11 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Une question SVP. Moi j’ai acheté SULFATE DE MAGNÉSIUM SACHETS DE 30g Alors que vous parlez plus tôt de ( 20g ) … Commentaires un peut?! … Quel est exactement la dose de (SEL D’EPSOM?) … Moi j’ai une amie qui ma conseillée …. Boire pendant 7 jours, le jus de trois pommes frais … Pressez maison … Et après pendant 15 jours, faire la cure avec le SEL D’epsom ) = Sulfate de magnésium … Elle à oublié de me dire la posologie, je dois lui demander avant ma cure … sandrine. 3 mai 2013 à 16 h 23 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour, je veux faire le nettoyage mais seulement avec la moitié de la dose de sel d’epsom, je suis hypocondriaque et puis je suis faible en ce moment du a des reflux gastriques et puis je ne digère plus rien sans une grande fatigue et j’ai lu qu’il pouvait être dangereux d’en prendre trop. Cela vas-t-il fonctionner la est ma question. Merci! Olivier. 13 mai 2013 à 11 h 41 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Personnellement je déconseille de faire ce type de nettoyage du foie si vous êtes faible. Il faut être en forme pour que ça se passe bien. Une autre solution consiste à prendre des ampoules contenant un mélange pour le foie. C’est beaucoup moins violent pour le corps, même si certainement un peu moins efficace. Ces ampoules sont disponibles dans de nombreuses pharmacies. Portez-vous bien. Gayde. 11 mai 2013 à 11 h 13 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Je viens d’effectuer le nettoyage du foie, en effet ça a très bien fonctionné. J’avais auparavant testé le nettoyage des intestins selon la méthode de mon maître de yoga. C’etait tres boen, mais je n’avais pas éliminé de calculs. Merci pour vos conseils. 18 mai 2013 à 8 h 11 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Peux-tu nous dire quelle est cette méthode de nettoyage des intestins? Ca m’intéresse! Bien à toi! pialot. 14 mai 2013 à 9 h 43 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. bonjour,j’ai 48 ans,je pense être en bonne santé,le seul petit soucis qui me gène au quotidien est une tendinite au tendon d’achille persistance.Pensez vous que ma tendinite est lié au mauvais fonctionnement du foie?Dois je effectuer ce nettoyage?Merci pour vos réponses. Olivier. 21 mai 2013 à 9 h 49 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Les tendinites font effectivement partie de la liste. Je ne peux que conseiller de faire le nettoyage du foie. C’est pas chère et ça ne peut faire que du bien. Au pire ça évitera les problèmes à venir. C’est bon aussi la prévention. christine. 15 mai 2013 à 19 h 42 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Je m’apprête à faire mon deuxième nettoyage;j’étais enthousiasmée par le premier! j’avais évacué une vingtaine de calculs!Cette fois, j’ai fait la préparation avec du vinaigre de cidre:une cuillère à soupe dans un verre d’eau quatre fois par jour pendant six jours.le mois dernier j’ai fait une cure de citron:un demi citron pressé dans un verre d’eau avant chaque repas.Cette méthode donne une pêche d’enfer!Finies les douleurs au coté droit!Bien à vous. Olivier. 21 mai 2013 à 9 h 51 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Ca fait plaisir d’avoir des témoignages comme le votre. Comme quoi les effets positifs peuvent se sentir immédiatement. Frany. 19 mai 2013 à 12 h 25 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour, J’ai effectué mon premier nettoyage ce week-end. Je suis une peu déçue dans le sens où j’ai évacué des calculs de cholestérol mais en petite quantité. J’ai pourtant suivi le protocole à la lettre après avoir lu le livre d’Andreas Moritz. À la prochaine préparation des 6 jours, en plus du jus de pomme, je prendrai 3 c. à soupe de jus de citron en plus. Ceci étant dit, j’ai déjà le second nettoyage en vue. Afin de pouvoir boire le sulfate de magnésium et la mixture huile d’olive+jus de fruits, personnellement je me suis bouchée le nez et ai bu d’une traite pour en finir au plus vite. Se ménager des temps d’attente pour l’ingurgitation ouvre la porte au découragement je pense… Au plaisir de vous lire! Olivier. 21 mai 2013 à 9 h 53 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. J’avoue faire pareil. Je bois la mixture d’une traite 🙂 Tenez-nous informé pour votre deuxième nettoyage. Il est probable qu’il ait autant de calculs que la première fois. karine. 27 juin 2013 à 14 h 18 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour, j’ai effectué mon deuxième nettoyage avec succès car le premier n’avait rien donné. Succès relatif car j’ai évacué disons une cinquantaine de petits cailloux vert assez petits, loin des descriptions et photos vues sur de nombreux sites traitant du sujet. Je l’ai fini hier et depuis j’ai mal au niveau de la vésicule. Je pense et je sens qu’il y aurait un calcul qui se serait bloqué mais je ne sais quoi faire. ça me donne un peu mal à la tête, des ballonnements et me fait surtout peur. auriez vous une solution? merci. Olivier. 16 février 2014 à 22 h 27 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour, désolé pour cette réponse tardive, je viens de prendre connaissance de votre message. Comment avez-vous réglé votre problème? sarah baudin. 27 juillet 2013 à 8 h 56 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Je viens de faire mon premier nettoyage et j’ ai été sidérée de ce que j’ai sortie. Que des calculs de cholestérol de la taille de petits pois ou de haricot en grains type coco. Quelques calculs de la taille de noix mais peu. la mixture j’ai travaillé sur la visualisation pour la boire en me disant que je dégustais un bon cocktail sur le bord d’une piscine et c’est passé. Pour me permettre de boire beaucoup je l’ai fait là en plus la chaleur n’incitant pas à manger cela m’a été plus facile. je recommande vivement cette cure aux personnes qui comme moi veulent se sentir mieux. la prochaine sera fin septembre et la 3° avant noël. Karin. 15 août 2013 à 15 h 33 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour, J’ai fait mon deuxieme nettoyage de foie et cela m’a ete tres penible Le sel d’epsom a eu beaucoup de mal a passe au point d’en avoir des sueurs froides mais il est vrai que je ne supporte aucun medicament chimique et suis incapable de prendre un medicament diluer dans de l’eau. Beaucoup de difficultes pour recuperer, je meurs de faim, migraine, les yeux gonfles et douloureux d’ailleurs ils coulent tout seuls, et tres difficile emotionnellement. J’ai pleure toute la journee et bien souvent sans savoir pourquoi Nous sommes jeudi,cela date de lundi et je n’ai toujours pas recuperer Je pense que cela sera la derniere fois pour moi, il me faut trouver une autre methode. Personne n’a l’air de se plaindre d’effets secondaires!? Olivier. 16 février 2014 à 22 h 23 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour Karin, il existe en effet des breuvages tout prêts à prendre pendant plus de 15 jours à base de radis noir et autres. C’est beaucoup plus agréable que ce nettoyage du foie, mais peut-être un peu moins efficace. A tester donc. duboisart. 28 août 2013 à 16 h 06 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour « Denis » je voudrais savoir, j ai 28 et 5 mois, j ai eu l a la fin de ma 26e année, une cirrhose bien avancée, jusque varices œsophagiennes, d ou aujourd’hui, encore une exogénose chronique, hypertension portale. j ai plus eu de saignements depuis la fois ou j ai était hospitalisé, fin 2011. enfin je me suis quand même fait religaturer (six points) a ma demande a paris, car en province, ils vous laissent mourir s en foutent totalement puisque l on boit, et certes ils n ont pas tort. enfin moi depuis5 mois je suis sevré, hourra! ça m’as mis un an,,pourtant y as un an j ai presque réussi, mais on m’a dit que le baclofène c était bien, et j ai fini en dépression hallucination, psychotique, ets ets, et je me suis mis a boire doublement comme jamais ça m était arrivé. j étais vraiment mal, donc j ai arrêter tout doucement ce traitement de choc,(qui est pour les raideurs musculaires, pour la sclérose en plaques) enfin j ai arrêté garce a un ami belge, qui fait des études de médecine et qui m’as appris que le baclofène que prescrivent les psychologues. en faite les labos peuvent mettre ce qu’ils veulent, mais c’est contrôler, mais il m’a explique qu’en faite en mélangent les doses ets, on peut faire un placebo (nul) et aussi le contraire il m’a dit qu’il pouvait agir sur le système nerveux ou je ne sais pas trop, comme du prozac, ou lexomil, ou tranxen etss ets,Enfin c est pour que les labos s’ emparent d’ une grande clientèle d’ un coup (la parti des gens alcooliques) ce qui leur fait un grand chiffre d’ affaires, et celui qui a fait le livre (le dernier verre) a touché le jackpot à ce qui paraît..Un grand copain des psy et de labo (usine pharmaceutique ets…. enfin je voudrais savoir moi qui est maintenant sevré depuis 6 mois et sans aucun caché. et sans avoir arrêter brutalement, et même parfois un samedi de temps en temps je fais la fête avec la famille j’ bois mon coup, c tout enfin je suis comme monsieur tout le monde,,bon, donc je disais est-ce que votre traitement ne me fera pas de mal?,enfin j’ veux dire je ne risque rien. Vu mes veines déjà abîmées, varice veine portale ets. et l on m’a dit qu’ il me manqué un morceau de foie. enfin a paris ils ont rigolé quant je leur est dit ce a, merci. Olivier. 16 février 2014 à 22 h 18 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Il y aura toujours un risque de ne pas supporter le breuvage à avaler, de tomber dans les pommes à cause des nausées, etc. Il existe des solutions moins violentes mais certainement moins efficaces. C’est donc à vous de voir si vous voulez le faire. florence. 10 octobre 2013 à 15 h 28 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. bonjour le nettoyage avec le vinaigre de cidre ou le jus de citron est il quand même efficace? je ne suis pas en grande forme et j’avoue ne pas avoir le courage d’avaler cette fameuse mixture dans un premier temps,cette méthode plus « simple »me semble la mieux adaptée qu’en pensez-vous? Bien à vous. Olivier. 16 février 2014 à 22 h 00 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. C’est toujours mieux que rien. Effectivement c’est assez violent donc il faut être quand même en forme pour le faire. Olivier. 16 février 2014 à 22 h 04 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Sinon ya une autre solution c’est les solutions toutes prêtes que l’on trouve dans les magasins de produits naturels. Kamel. 16 octobre 2013 à 8 h 08 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. C’est incroyable les résultats que cela procurent..un regain d’énergie mais surtout une digestion mieux régulée.. Je vois assure, comme cela est cité plus haut, « le résultat est étonnant «. pascale. 18 octobre 2013 à 20 h 08 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. bonsoir!!je voulais savoir si je pouvais acheter le sel epsom qui se vend en 1kg (que je peux peser moi même )ou est ce obligatoire de prendre les sachets en pharmacie. …… aussi auriez -vous autre chose que le brou de noix qui peut être remplacé qui serait moins chère et en quelle quantitée dois-je l’utiliser. merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii scale 🙂 😉 😉 Denis. 26 octobre 2013 à 20 h 57 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour, J’ai un calcul dans la vésicule biliaire d’environ 3 cm puis je effectuer le nettoyage du foie. Pouvez vous m’indiquer quelles précautions je dois prendre par rapport a mon calcul biliaire. Merci. Denis. 26 octobre 2013 à 21 h 02 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour, J’ai un calcul de 3 cm dans la vésicule biliaire. Puis je faire le nettoyage du foie et quelles sont les précautions à prendre. Mon épouse en est à son cinquième et elle trouve cela extraordinaire car elle a retrouvé une forme olympique et une clarté d’esprit plus efficace qu’avant, plus de courbature plus de mal de dos. Merci pour votre réponse. 21 novembre 2013 à 17 h 09 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour! J’ai pratiqué un nettoyage du foie ce week end, absolument comme indiqué dans votre site. Je n’ai rejeté aucun calcul, rien… Est-ce possible? Est-il possible que mon foie soit nickel, au point de ne rien rejeter? Je ne l’avais jamais fait avant… Pour boire les mixtures, je suis comme le témoignage au-dessus, je me suis bouché le nez et ai avalé sans y penser. Ce n’est pas si horrible, et pourtant, je suis très sensible aux goûts. Pour le sulfate, c’est franchement très supportable! Olivier. 16 février 2014 à 21 h 28 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. C’est possible oui, mais d’après les autres témoignages reçu, il est fort probable que les calculs sortent au deuxième nettoyage. Un foie nickel est impossible, à moins que vous soyez très très jeune. 26 novembre 2013 à 6 h 49 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour, J’ai fait 2 fois le nettoyage du foie Voilà mes impressions le premier pendant une semaine avant le jour J j’ai pris 1l de jus de pomme bio par jour mais je n’ai pas rincé les reins ni pris de brou de noix Le jour J,j’étais déjà nauséeuse mais je m’y suis réellement attaquée Déjà je suis une couche tard donc j’ai tout décalé de 2h pour que le coucher final soit à minuit Dans la nuit j’ai un peu vomi l’huile d’olive et ne voyant rien venir sur le matin vers 10h(il faut dire que je suis hyper constipée et suis suivie à vie pour ce pb)j’ai mis 2 suppos glycerine. 10mn après j’ai commencé à courir au toilette et à la troisième fois j’ai fait des minuscules caillous pas plus gros que des lentilles! un peu déçue j’ai renouvelé l’expérience 3 semaines plus tard en zappant meme le jus de pomme la cure s’est très bien passée sans vomissement et toujours avec mes 2 suppos là quelle surprise!!j’ai fait une centaine de calculs de différentes grosseurs et couleurs!je suis meme allée à la peche pour mesurer les plus gros qui faisaient 2,5cm. incroyable mon mari n’en revenait pas lui tellement sceptique(photos à l’appui!!) Du coup il a aussi fait la cure et a fait sur 2 jours une très grosse quantité de calculs gros comme des petits pois!impressionnant Nous avons l’intention de recommencer la cure une avant les fetes et l’autre après Il est vrai qu’après on a un tonus d’enfer et on se sent super bien et je suis une personne de 59 ans qui fait 3 à 4h de sport par jour;je n’ai eu aucun malaise meme l’après midi de la fameuse expulsion C’est vraiment génial et l’ai conseillé à tout mon entourage qui commence à le faire et j’ai de très bons retours A DIFFUSER CE NETTOYAGE SANS MODERATION. Olivier. 16 février 2014 à 21 h 24 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Merci Dudu pour ce magnifique témoignage 🙂 27 novembre 2013 à 13 h 11 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour les amis, A la place du jus de pomme, peut on utiliser du vinaigre de pomme bio, qui contient aussi de l acide malique? et à quelle dosage? Merci pour vos réponses. Le jus de pomme m a fait grossir… Belle journée à tous. Dora. Olivier. 16 février 2014 à 21 h 22 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour et désolé pour la réponse tardive. Je ne vois pas de contrindication à cela. Avez-vous essayé? N’hésitez pas à partager votre expérience. Sarah. 4 décembre 2013 à 16 h 38 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. j’ai 42 ans et…trois macros calculs dans la vésicule (ils font tous 2cm de diamètres environ). Je refuse de me faire opérer et pense me lancer dans un premier essai de lavage du foie. Mon médecin me dit que ce n’est pas possible d’évacuer des calculs aussi gros car les « tuyaux » ne font que 5mm de diamètre. Que pouvez-vous me dire pour me rassurer? 🙂 En effet, un calcul si gros ne peut-il pas se coincer? Olivier. 16 février 2014 à 13 h 44 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. C’est justement le rôle du sulfate de magnésium. Il dilate les « tuyaux » pour permettre de les évacuer. Après je n’ai jamais entendu parlé de la possibilité qu’un calcul reste coincé. Hétier. 8 décembre 2013 à 12 h 27 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour, J’en suis au 7ème jour de mon nettoyage du foie. Hier soir j’ai donc pris ma dose d’huile d’olive et pamplemousse. Aucune difficulté à boire la mixture. Cette nuit j’ai été prise de nausée et au bout d’une heure j’ai du me précipiter au toilettes… Alors un conseil, prévoyez un seau à côté de WC… Bah oui pour ma part, c’est sorti des deux côtés! Peu de vomissements en fait, mais j’étais tellement mal que j’ai tiré la chasse sans contempler mes calculs biliaires: sueurs froids, sensation de faiblesse extrême. J’ai du m’accrocher à la cuvette quelques minutes. Puis je suis retournée au lit, bien mieux dans mon corps. Ce matin je me sens bien, j’ai pris les deux dernières doses de sulfate de magnésium et pour l’instant RAS. Même pas faim. Je ne fais pas encore le bilan final mais une chose est sûre: ça fait du bien de manger moins gras, de jeûner un peu et de se nettoyer de l’intérieur. Je suis souvent constipée et je ressentais ce besoin de me « purifier ». Ce matin je me sens légère 🙂 Justin. 8 décembre 2013 à 21 h 49 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour, avant merci pour ce partage,je voudrais savoir combien de grammes de sulfate de magnésium faut il par verre? Merci pour votre réponse cordialement José. Olivier. 16 février 2014 à 17 h 02 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Ca dépend de la taille du verre, c’est pourquoi il est indiqué 60gr pour 3/4 de litres d’eau. fanny. 12 décembre 2013 à 19 h 56 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. bonjour, Je suis très intéressée par cette cure! par contre j’ai une petite question: est-il possible de faire ce nettoyage du foie même pendant l’allaitement? merci! Olivier. 16 février 2014 à 17 h 03 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Je ne suis pas médecin, mais je pense que c’est déconseillé. 14 décembre 2013 à 6 h 41 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour, Dans le processus, les horaires semblent déterminant aussi j’aimerais connaître l’importance du changement d’heure sur le processus. Plus spécifiquement j’aimerais profiter des prochaines fêtes / vacances pour faire un premier nettoyage, dois-je me référer à l’heure actuelle ou à l’heure d’été? Olivier. 16 février 2014 à 17 h 05 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Le mieux c’est alors de compter le nombre d’heure nécessaire entre chaque prise. Darde. 16 décembre 2013 à 14 h 34 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. J’ai été traité pour une epathite C il y a maintenant deux ans, a ce jour je n’ai aucune médication, je vis tout à fait normalement, je dirais même que je profite très bien de la vie, mes dernières analyses étaient correctes avec une foie de taille normale.mon foie est néanmoins, « fragile » j’aimerai avoir votre retour sur les rIsques éventuelles à me lancer dans cette aventure s’il y a. Merci d’avance Bien cordialement. 11 mars 2014 à 16 h 29 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. En parcourant le site je constate être le seul à ne pas avoir eu de réponse de votre part. Pour information, j’ai fait une première approche en prenant le matin un verre de sulfate de sodium pendant quelques jours et tout va pour le mieux. Je pense faire la cure totale la semaine prochaine. Olivier. 14 mars 2014 à 22 h 39 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour Arno, désolé pour cet oubli. Le problème est que je ne suis pas médecin donc il m’est impossible de te donner un avis concernant ton épathite C. Si tu as un foie fragile, je te conseille dans ce cas de faire une cure de 15 jours à base de radis noir et autres. Tu trouves cela sous forme d’ampoules liquides dans les boutiques de produits bio et naturels. Ça vaudrait peut être le coup d’essayer de combiner avec du jus de pomme bio histoire de ramollir les caillots. 31 décembre 2013 à 0 h 22 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. bonsoir a partir de quel age, est il préconisé de faire le premier nettoyage? Olivier. 16 février 2014 à 17 h 11 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Inutile avant l’âge de 20 ans car le foie contient peu voire aucun calculs avant cet age. Je pense qu’il faudrait commencer à le faire lorsque l’on souffres de douleurs chroniques au dos ou à l’épaule, lors des signes de fatigue chronique, etc. C’est les problèmes qui donneront la volonté de faire le premier nettoyage du foie. Delphine. 12 janvier 2014 à 11 h 38 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour, J’ai l’intention de me faire un nettoyage du foie. En pharmacie je n’ai trouvé que du chlorure de sodium et non du sulfate de sodium. Vais-je avoir les mêmes effets en remplaçant le sulfate par du chlorure? Merci de m’éclairer, Delphine. Olivier. 16 février 2014 à 21 h 18 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Perso je ne prendrais pas le risque car les effets désirés (dilatation des tuyaux entre autre) seront absent et compromettront l’évacuation des calculs. 14 janvier 2014 à 10 h 56 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour, Je viens de faire un premier nettoyage du foie avec un très bon résultat mais dans la nuit j’ai eu des aigreurs d’estomac très fortes avec reflux gastriques dans la bouche et à 6 h du matin j’ai tout vomi. Pour la prochaine fois y a-t-il un rtemède pour éviter ces reflux gastriques? Merci. Olivier. 16 février 2014 à 21 h 14 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Peut-être mélanger avec de l’huile de macadamia évoqué dans l’un des autres commentaires. A tester. Après il est vrai que c’est assez violent comme méthode de nettoyage. Donc si ça ne fonctionne pas, il faut creuser d’autres pistes. 18 février 2014 à 13 h 14 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Souffrant depuis plusieurs semaines du cote droit, j ai fini par passe une échographie de la vésicule biliaire. Et la stupeur des calculs étaient présent dont le plus gros était de 2 centimètres. Mon médecin ma dit que la seule façon de régler le problème était l’ablation de la vésicule. Dont il ma pris rdv le 13 février dernier avec un chirurgien. Le chirurgien ma dit que l ablation ne serait pas une solution a mon problème. Que les calculs étaient trop petits, que l on pouvez vivre avec et que mes douleurs étaient plutôt une colite hépatique. Comme ma mère est décédé de ce problème (elle avait des calcul comme du sable et le chirurgien lui avait dit d attendre et cela est passe dans le pancréas et elle est morte sur la table.) ne voulant pas avoir le même problème j ai suivi la recette plus haut mais sans résultat. A la première prise du sulfate de magnésium j ai eut une douleur puis suivi d une selle dure. Puis les suivante juste liquide avec des résidus de carotte(repas de midi.) Quand j ai pris le mélange huile plus jus de pamplemousse dans la nuit j ai expulse juste de l eau avec cette fois ci des petite fibre couleur moutarde. Ce matin j ai pris la dernière part de sulfate et toujours identique aux première, juste morceau de carotte,carotte et encore carotte. Je précise que l anus me brule énormément, avec un peu de sang sur le dernier essuyage mais pas de calcul vert. J ai des doutes sur votre méthode. En plus la pharmacienne ma dit qu’ il ne fallait pas utilise souvent le sulfate de magnésium car cela neutralise le calcium, aussi qu on peut avoir des problèmes cardiaque, et même un arrêt du coeur. Ont reste pensif avec des propos comme cela surtout quand ont c’est juste vider. Si votre recette est juste pour ce vider y a t il une méthode moins agressive et dangereuse? Olivier. 23 février 2014 à 9 h 10 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour Fred, ton cas est effectivement particulier. J’espère que le pharmacien t’as pas donné du chlorure de magnésium au lieu du sulfate. Sinon il existe en effet des solutions moins agressives. C’est des traitements sur 2 à 3 semaines à base de plantes (radis noir, etc.) que l’on trouve dans les magasins diététiques. Sinon tu peux te renseigner sur l’argile verte, qui a des très bonnes propriétés détoxifiantes. Renseigne-toi bien avant sur les éventuelles contre-indications. Bon courage. Gaston. 25 février 2014 à 13 h 08 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Je souffrais de migraines et j’ai fais le traitement et c’est fini. Quel bonheur d’être libéré de cette douleur. Pour le peu d’effort requis les résultats sont surprenants. Sabrina. 27 février 2014 à 8 h 59 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Je viens de voir cette méthode miracle. Ce we pas mal de douleurs au niveau foie/vésicule, j’ai tout de suite pense à des calculs. D’autre part, jai des tendinites chroniques (coudes ey epaules notamment ) et des problèmes de cervicales. Mon mode d’alimentation vient de changer, prise de conscience de mon poids ….. Légumes à volonté et aussi une éviction des PLV et œufs car j’allaite mon ptit bonhomme de 4 mois qui est allergique. Tout ça pour dire que je suis en bonne santé ( rif´ de bien grave au final ces tendinites ) et que j’aimerais tester ce nettoyage. Ma question, est ce compatible avec l’allaitement? Sinon je le ferais plus tard mais je sens que mon corps en a besoin. Merci pour vos réponses:-), je vais aussi consulter mon homéopathe 🙂 Olivier. 1 mars 2014 à 11 h 02 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour Sabrina, par rapport à ton allaitement, il faudrait absolument vérifier cela avec un médecin. Car je ne sais pas quels sont les impacts sur le sang. L’idéal serait à mon avis de trouver un moyen de pouvoir le nourrir autrement pendant 24h. En tirant le lait avant par exemple. Tiens nous au courant des résultats si tu le fais. PASCALE. 4 mars 2014 à 18 h 19 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour J’ai commencé la cure hier et l’ai donc fini ce matin. Je m’attendais à pire au niveau des douleurs mais ça n’a rien à voir avec des quelconques coliques. J’attends de voir les améliorations car j’ai des cernes foncées qui se sont amplifiées ces derniers mois et l’on m’a dit que cela venait sans doute du foie! En mélangeant bien la mixture citron-huile ça passe. Par contre j’ai eu très souvent soif, et j’ai bu de l’eau raisonnablement, jour et nuit. La vidange m’a fait perdre 3 kg en 24 h. Par contre, grosse fatigue vers 11 h du matin. Peut être que la faim commencait à se faire sentir? Que peut on manger à ce moment là sans que cela soit trop agressif pour notre « intérieur » nettoyé? C »était ma 1ere cure, je pense donc en faire 1 par an. Olivier. 6 mars 2014 à 22 h 51 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour Pascale, la fatigue n’a rien a voir avec la faim. La reprises de l’alimentation doit se faire doucement. Il faut éviter de solliciter trop l’intestin. Pour cela, privilégiez les fruits et légumes en jus. Sinon une soupe sera parfait. L’essentiel est d’éviter ce qui est gras, sucré, la viande et les laitages. 9 mars 2014 à 14 h 47 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Je viens vous apporter mon témoignage. Pour ma part, on ma desceler des calculs a la vésicule y’a 2 mois. 11 mm visible a l’écho. Mon médecin, pourtant très ouvert et homéopathe ma conseiller l’ablation de celle ci. J’ai catégoriquement refusé sous prétexte quelle m’appartenait et que je ne voulais pas m’en débarrassée. Les yeux ronds, étonné de ma réponse, il ma laisse 1 mois pour réfléchir. Je ne suis pas allé au Rdv suivant et j’ai commencer le protocole de Andreas moritz ( donne par un Guerrisseur). Aujourd’hui je vais attaque mon 3 eme nettoyage et je peux dire que mes douleurs de dos se sont estompés, ds mon bras aussi, ne parlons pas des douleurs a la vésicules. Qui elle, ne sont qu’un mauvais souvenir!! Sauf exception quand je mange du choux, j’ai une légère pression au niveau de celle ci. Mais cela passe. J’ai évacuer des petits calculs blancs( récents) la première fois avec nausée et grosse fatigue, mais la 2 eme fois s’est très bien passe, sans nausée ni fatigue, et mes calculs étaient gros et verts ( anciens), comme un petit boulard!!. Je sais qu’il me faut encore du courage pour avaler tous ces brevages mais je préfère cela sur 2 jours que passer sur le billard. Surtout que j’ai eu pas mal de témoignages qui disaient que sans vésicule c une vrai galère. J’espère que mon témoignage pourra aider ou motiver quelqu’un, si je n’avais qu’on mot a dire: ce serait lancez vous, vous risquez juste de vous sentir mieux!! Bonne journée a tous Au plaisir de vous lire. Olivier. 14 mars 2014 à 22 h 20 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Merci Aude, ça c’est du témoignage convaincant! Dire que la plupart des médecins ne savent faire que des opérations lorsque les médicaments ne fonctionnent plus. C’est inadmissible. Et 1 miracle de plus! Bravo. sandrine. 9 mars 2014 à 15 h 48 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. UNE CURE AU JUS DE CITRON DEVRAIS TOUS VOUS ENLEVER VOS MAUX DE FOIE. 11 mars 2014 à 10 h 06 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Du citron! Oui très bon pour le foie surtout avec du miel, je suis d’accord avec toi mais cela n’enlève pas les calculs a ma connaissance! A moins que tu connaisses une recette je veux bien que tu nous en fasse part, ce serait sympas de partager ton expérience! Non? sandrine. 14 mars 2014 à 23 h 38 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Pour les calculs il y a une recette sur internet très précise au sel d’Epson et si tu vas voir dans citron tu trouvera aussi une autre recette pour ton foie! PERRIER. 13 mars 2014 à 11 h 25 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. BONJOUR chaque matin depuis 15 jours je prends du SmG à jeun dans un verre d ‘eau tiede J attaque les 6 jours le 23 MARS PROCHAIN; puis je boire le cafe le matinr je ne peux m en passe………., et dois je continuer chaq matin pendant ces 6 jous le SmG chaq à JEUN COMME STIPULER CI DESSUS avant le Jour J merci à vous Ambre. Optimiste. 13 mars 2014 à 16 h 56 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Je souffre des crises dues a la vesicule biliaire en continue depuis maintenant 2 mois et demi! J’ai des douleurs! J’ai ete hospitalise fin janvier debut fevrier pendant 12 jrs (antibiotiques et calmants)! Car on m’a diagnostique des calculs. J’attends le rdv pour l’operation. S’ils vous plait j’ai besoin de aide pr eviter le bistouri!! Est ce que je peux entreprendre ce nettoyage malgre des douleurs que j’ai tjrs, disant inflammation apres des repas un peu copieux?Est ce qu’il ya moyen urgent de calmer l’inflammation de facon naturelle pour commencer ensuite cette methode? Olivier. 14 mars 2014 à 22 h 53 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Encore une fois je suis pas médecin donc ce que je vais dire est à prendre avec la plus grande précaution. Je pense qu’une façon naturelle de réduire l’inflammation est simplement de manger plus sainement. A ta place j’arrêterai la viande, les laitages, le sucre et les graisses. Ensuite tu peux envisager ce nettoyage du foie qui a marché pour d’autres dans le même cas que toi. Tient nous au courant. Olivier. 15 mars 2014 à 0 h 10 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Chère Sandrine, je crois a ma connaissance, si je ne me trompe pas que le sel d’ Epson c’est du sulfate de magnésium!! Donc je pense que nous parlons de la même chose! Qu’en penses tu? Par curiosité, cherches donc le protocole de Andreas moritz et peut être que tu pourras mieux comprendre de quoi nous sommes nombreux a parler sur ce site! Si toutefois je me trompais, que quelqu’un m’en fasse part, histoire de ne pas rester bête. Sur ce, je vous souhaite a tous une bonne soirée! optimiste. 15 mars 2014 à 12 h 53 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour Olivier, Merci pour la réponse! j’espère recevoir des réponses concernant le jour où il faut faire le nettoyage ou l’irrigation de l’intestin, est ce le jour de la cure le matin ou n’importe quel jour de la semaine où on prend le jus de pomme? c’est urgent svp!! Je vous remercie d’avance!! Elina. 19 mars 2014 à 21 h 01 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour, Je voudrais savoir si il est possible d’effectuer cette cure tous les samedi,dimanche pendant 1 mois par exemple? Je voudrais aussi me renseigner sur cette phrases Que signifie t’elle? Si pendant les 20 minutes on a envies d’aller au toilette on peux? Je n’ai pas très bien compris le dosage du Sulfate de magnésium: 3 sachets de 20g ou 6 sachets de 8g? Qu’elle est le dosage a faire pour un verre? Merci a l’avance. Olivier. 28 mars 2014 à 21 h 59 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour Elina, Une cure par semaine me semble un rythme trop important. Il est préconisé d’attendre au minimum 2 semaines entre chaque nettoyage du foie. Il faut arriver à 4 verres de 0.19 cl d’eau et 15gr de sulfate de magnésium chacun. C’est pourquoi la recette indique de prendre 3/4 de litre d’eau et d’y mélanger 60 gr. puis de se faire 4 verres. Chantal. 21 mars 2014 à 16 h 49 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour Olivier, Merci pour tout ce que vous partagez avec nous. Je commence le nettoyage ce jour donc tout à l’heure. Mais je me rend compte que la quantité donnée est trop importante (20g x 3 = 600 g donc plus du demi kg de sulfate de magnésium). J’ai trouvé les sachets de 300mg. Et je pensais utiliser deux sachets. Mais en relisant les ingrédients je me rends compte qu’il m’en faut 200. C’est extrêmement urgent pour moi car je doit prendre le premier verre à 18 heure.Merci. Olivier. 28 mars 2014 à 22 h 02 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour Chantal, je viens seulement de prendre connaissance de ton message. 20gr x 3 = 60 gr en tout et non 600 😉 Raquela. 22 mars 2014 à 0 h 20 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour Je suis tentée de faire le nettoyage,mais j ai eu une pancreatite cet été,et une steatose du pancreas, y a t il un risque de recidive si un calcul reste bloqué? Est ce bon pou nettoyer le pancreas? Merci de vos réponses. Olivier. 28 mars 2014 à 22 h 06 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour Raquela, dans le doute, il vaut mieux ne pas le faire et faire des cures de 15 à 30 jours plus douces. Chantal. 22 mars 2014 à 12 h 24 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour Olivier, Je m’excuse pour mon message d’hier. Je me suis rendu après compte que je me suis trompée doublement (c’était des sachets de 30g et non 300mg et 60g = 0,06kg et non 0,6kg). Donc à 18h j’ai commencé le processus. Et ça a marché. J’ai éliminé les cailloux de différentes tailles. Merci! C’est à cause des douleurs au dos et à l’épaule que j’ai fait le nettoyage du foie. Les douleurs au dos s’accentuent lorsque j’ai faim et que je ne mange pas aussitôt. Est ce que c’est lié aux calculs? Merci J’ai besoin de votre réponse pour savoir s’il faut renouveler le nettoyage. Olivier. 28 mars 2014 à 22 h 09 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Difficile à dire Chantal. Le mieux est toujours d’attendre quelques jours pour faire un point sur le succès ou non du premier nettoyage du foie. Ensuite un deuxième nettoyage est conseillé pour être sûr d’évacuer la majorité des caillots. blezeau. 23 mars 2014 à 12 h 04 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. bonjour olivier, je viens de faire la cure.et je suis trés surprise car je n’ai évacué aucun calculs alors que j’ai du colestérol.dois en refaire une dans un mois.?cela veut il dire que cette première cure n’a servi a rien pour moi? merci de votre réponse; virginie. Olivier. 28 mars 2014 à 22 h 11 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. J’ai déjà eu le témoignage d’une personne chez qui ça n’a pas marché la première fois mais très bien à la deuxième tentative. laurence. 26 mars 2014 à 7 h 15 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour, Je suis très intéressée par cette cure car ma vésicule est douloureuse, mais j’ai peur de faire une pancréatite, sur un autre site j’ai lu que c’était risqué. Je suis donc perplexe, qu’en pensez-vous? J’ai également des calculs reinaux existe-t-il une cure pour les faire passer? Très cordialement. Laurence. Olivier. 28 mars 2014 à 22 h 15 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Dans le doute, il vaut mieux éviter. D’autres solutions plus douces existent (voir messages plus haut) Je ne connais pas de solution équivalente pour les reins désolé. 27 mars 2014 à 11 h 42 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Je souhaite apporter mon témoignage sur cette fameuse cure du foie et également poser une question. J’ai 23 ans et je souffre depuis plusieurs années maintenant de problèmes de digestion (encore plus maintenant car je fais beaucoup de musculation et un régime pour une prisse de musculaire). Rien que boire un verre d’alcool ou manger une raclette me provoquait des ballonnements et gaz atroces. Je découvre cette cure par le biais de mon père. J’ai fait à ce jour 3 nettoyages. Comparé à beaucoup de commentaires, je n’ai aucun souci à avaler les breuvages ni de m’endormir le soir. Le 1er nettoyage s’est mal passé, après avoir bu le 4ème et dernier sulfate (alors que jusqu’ici aucun problème), je suis allé directement au toilette pour vomir un liquide jaune (peut-être de la bile?). Résultat aucuns calculs. Ne me laissant pas abattre, je décide de retenter la cure 4 semaines plus tard. Cette fois-ci, la 2ème cure s’est bien mieux déroulée, j’ai commencé à évacuer quelques petits calculs verts entre 6h et 8h du matin. Sauf qu’après le repas de midi, j’ai senti une grosse fatigue. Je me suis endormi comme une masse de 13h jusqu’à 17h. En me réveillant, j’ai éprouvé le besoin d’évacuer encore une fois. Mais cette fois-ci, ce n’était pas une poignée de calculs comme ceux du matin. J’ai vraiment eu l’impression de gros calculs traverser mon ventre pour tomber dans la cuvette, c’était vraiment la fête du slip! J’ai du en faire dégager plus de 200, à en voir la quantité qui flottaient dans l’eau. Certains d’entre eux étaient énormes. Les jours qui ont suivi étaient magique, plus de mal de ventre, plus de renvoi gastrique, je pouvais faire mon sport sans gaz ni l’envie de roter à chaque contraction des muscles. Je n’avais plus non plus ma douleur dans le dos. Malheureusement ça ne dure que quelques jours (mon foie doit vraiment être engorgé). Alors je décide de continuer, Le troisième se passe comme les précédents, pas de soucis particulier. Sauf que là, rebelote, comme avec le 1er nettoyage, je revomis ce liquide jaune et donc, bien sûr, du coup aucun calculs. Je souhaitais apporter mon témoignage pour ceux qui hésitent, car ça marche vraiment. Mais aussi poser une question: Y-a-t-il des personnes qui, comme moi, ont vomis après avoir bu le sulfate de magnésium? Je me demande pourquoi ça a marché une fois et les autres fois non? J’ai réalisé la même préparation pour les 3 cures et une seule a marché. Si ce liquide jaune est comme je le pense de la bile, et que je le vomisse, je comprends pourquoi je n’ai rien expulsé durant ma 1ère et 3ère cure, vu que ce doit être grâce à la bile que les calculs descendent et sont évacués. Ça ne risque pas de fonctionner si je la vomis. A quoi cela peut être dû? Qu’en pensez-vous? Désolé pour ce long texte, en espérant que quelqu’un pourra m’apporter un élément de réponse. Merci beaucoup. laurence. 3 avril 2014 à 5 h 10 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour, Je n’ai pas trouve de jus de pommes bio j’en ai donc acheté du 100% pur jus sans sucre ajouté est ce que c’est bon? Je n’ai pas trouvé de brou de noix puis je m’en passer? Merci et Bonn journée. Frédéric. 18 juillet 2014 à 20 h 35 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour à tous, Je viens de terminer mon second nettoyage du foie et j’ai sorti un calcul de cholestérol de forme générale triangulaire de presque 30 mm de côté et de 13 mm d’épaisseur plus une multitude d’autres calculs allant de 10 mm à 3 mm. Je me demande encore comment cela est possible j’ai même fait des photos! J’ai coupé en deux ce gros calcul qui était vers profond (anglais)et surtout très gras. Par contre, les deux jours qui suivent, je suis ko sans force et somnolent. Mais après quelle forme. Je compte en faire un autre dans 3 ou 4 semaines pour bien me nettoyer et en ferai ensuite chaque trimestre à concurrence de une dizaine. Je pense en effet que cela aura un impact sur ma santé. D’ores et déjà, je sens mes jambes plus légères et ma peau est plus belle et psychologiquement je me sens plus calme plus « assis »en moi. Je vous le conseille, cependant il semblerai que les bienfaits les plus marquants s’opèrent après 4 nettoyages en moyenne! Celles et ceux qui veulent me contacter peuvent le faire afin que je transmette mes photos et mon expérience. Pour ce qui est du nettoyage, personnellement je ne prends pas d’ornithine et je passe des nuits très calmes. N’ayez aucune crainte à le faire car c’est très facile,et ça se vit très bien même si la description peut entraîner quelques appréhensions! Bonnes cures à tous. Hélène. 22 juillet 2014 à 11 h 42 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. J’aimerai faire cette cure de nettoyage, mais je ne comprends pas dans quel proportion d’eau dilue le sel d’epsom ( sulfate de magnésium) Quelqu’un peut -il me répondre à ça? Olivier. 19 octobre 2014 à 17 h 01 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Mettre tout le sel dans 3/4 de litre d’eau, puis diviser en 4 prises. valerie. 27 juillet 2014 à 10 h 10 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. J’aimerais tester le nettoyage du foie car je prends depuis de nombreuses années un traitement d’anticoagulant et par moment d’antidépresseur et l’état de mon foie s’en ressent. J’ai lu dans les effets secondaires que cela pouvait provoquer une hémorragie, étant sous anticoagulant pour maintenir mon INR à 3,5 est ce que je peux quant même faire ce nettoyage? Je ne peux bien sur pas arrêter mon traitement, les risques de thrombose serait trop important. Merci d’avance pour vos réponses. Olivier. 19 octobre 2014 à 16 h 52 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Je ne savais pas que le nettoyage du foie pouvait provoquer une hémorragie. Dans ce cas vaut mieux éviter. Il existe d’autres solutions plus douces, même si moins radicales. 28 juillet 2014 à 0 h 02 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Je suis allergique à l’huile d’olive et aux noix, par quoi puis je remplacer cette huile et la teinture mère? Olivier. 19 octobre 2014 à 16 h 50 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Dans ce cas ne pas en mettre. Par contre tout les matins il faut boire un jus de citron dans un peu d’eau tiède. Ça détoxifie aussi le foie. 3 août 2014 à 13 h 00 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Je souhaite vous faire partager mon expérience sur la cure du foie car je suis un peu perplexe. Mon témoignage fera écho à celui de Dim. Pour ma part, j’ai vomi le liquide pamplemousse/olive. Je détaille le tout ci-dessous, peut-etre que quelqu’un aura une clé pour m’expliquer ce qui s’est passé… Comme décrit dans le protocole, j’ai démarré la cure avec 6 jours à boire 1L de jus de pomme, manger peu voir quasiment pas de matières animales (oeuf, lait, viandes, fromages). Mon régime alimentaire habituel se compose principalement de fruits et légumes puis de protéines végétales. Donc pas de changement drastique de ce côté-là. Bref, le 6e jour, je suis le protocole à la lettre. Vers 22h je me couche donc après avoir ingéré le verre d’huile olive au pamplemousse. C’est assez doux au début puis j’ai le sentiment que le pamplemousse est particulièrement acide. Je bois avec une paille histoire de ne pas trop faire durer le plaisir. Je me couche immédiatement et ne bouge pas d’un centimètre pendant 30 mn. Ensuite, j’effectue une méditation par le souffle: car impossible de dormir avec tout ce qui se trame dans mon corps. Je suis à la fois curieuse, excitée par ce qu’il se produit (je sens des choses se déplacer dans mon corps mais plutôt du côté des reins… bref, je ne suis pas une experte en anatomie). Vers 11h45-minuit je dois me relever car une envie pressante d’aller à la selle m’y pousse. Je me recouche immédiatement sur le dos et alors que je n’avais pas bougé en position allongée jusqu’alors, je tente de m’installer sur le côté dans la position de l’enfant (ma position habituelle pour l’endormissement) et là, je sens comme une vague se déplacer dans mon estomac (est-ce que le reflux olive/pamplemousse décrit dans certains articles sur le web?) et une nausée me submerge. Me voici de retour dans les WC, une forte nausée me prend alors, puis des sueurs puis plus rien. Je me réveille quelques minutes/secondes(?) plus tard et là, je réalise que j’ai vomi olive et pamplemousse alors que j’étais inconsciente. Désillusion totale, je réalise combien je me suis mise en danger… Nettoyage, puis je me recouche environ 20 mn plus tard. Je passe une bonne nuit. J’échange avec une amie spécialiste de la médecine chinoise qui me conseille de prendre de nouveau du pamplemousse, mais seul cette fois-ci. Je m’exécute au petit matin. Déterminée à observer les effets de la cure, je prends ensuite les verres de solution d’epsom à 6h puis à 8h du matin le 7e jour. J’ai observé un certain nombre de choses dans la cuvette sans pour autant être certaine qu’il s’agit bien de calculs… Il est encore trop tôt pour décider du succès de la cure sur mon foie mais je peux déjà affirmer que je suis éreintée par une nuit de très mauvais sommeil et les vomissements. Ce qui me fait le plus peur c’est que je me suis lancée dans ces pratiques car j’y voyais une solution naturelle et sans danger à des problèmes de foie. J’ai consulté nombre de sites internet et lu beaucoup de témoignages, sans pour autant y trouver d’indications ou de mises en garde sur les dangers d’une telle pratique pour quelqu’un de lambda comme moi (pas d’affection particulière ni de maladie). Peut-être pourrez-vous m’éclairer à la lumière de mon témoignage, sur les probables raisons des vomissements et malaise. En tous cas, je conseille vivement aux personnes qui souhaitent faire cette cure de ne pas s’embarquer seul(e)s dans l’aventure et de se faire accompagner par un naturopathe. Ce que je n’ai pas fait et je le regrette aujourd’hui. Mon mari qui était présent hier et cette nuit, n’a de cesse de me répéter les conséquences terribles qu’aurait pu avoir ma pratique si jamais je m’étais ouvert la tête lors de mon malaise. Je crois que j’aimerais effectuer d’autres cures dans le futur car ma démarche est profonde, néanmoins, je réfléchirai à deux fois avant de recommencer et tâcherai de comprendre ce qui s’est passé cette nuit. Bonne continuation à tous, Olivier. 19 octobre 2014 à 15 h 57 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Merci pour ton témoignage. Effectivement, l’aide d’un naturopathe est très utile. Peut-être que votre alimentation juste avant la cure était trop importante ou trop riche. Le vomissement est alors une réaction de rejet d’un trop plein. 4 août 2014 à 5 h 52 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Bonjour à tous, après avoir visité plusieurs sites concernant le nettoyage du foie, j’ai décidé de me lancer pour le réaliser. Je souffrais de violentes douleurs au niveau de l’abdomen et du dos. Suite à plusieurs analyses le verdict est tombé: de nombreux calculs se logeaient au niveau de la vésicule biliaire. De jour en jour mon état empirait et mon médecin envisageait l’ablation de la vésicule si mon état ne s’améliorait pas. Évidemment je ne voulais pas passer par la chirurgie étant donné que la vésicule joue un rôle important dans la digestion des aliments. J’ai décidé de me tourner vers cette méthode qui s’est avéré payante. J’ai évacué des calculs par centaine. Le résultat est juste impressionnant. Je recommande à toutes les personnes qui hésitent de réaliser cette méthode. Très peu coûteuse et vous sauve un organe. Mes résultats se sont améliorés aussitôt. Mon médecin était surpris du résultat pensant que je m’étais fait opéré. Mon état de santé s’est amélioré et moi qui me plaignait de douleurs lombaires, je vais beaucoup mieux. Par la suite il est évident qu’il faut adapter une bonne hygiène alimentaire. Bonne continuation à tous. Olivier. 19 octobre 2014 à 15 h 54 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Super, j’adore ces témoignages 🙂 Anthony. 20 août 2014 à 15 h 26 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Je souffre d’une candidose et suis un régime sans lactose/gluten depuis maintenant 3 mois. Je sais que la plupart de mes problèmes viennent du foie, mais pour ma part le problème n’est pas un manque de bile mais un excès de bile. Ce lavement est-il aussi préconisé pour les personnes produisant trop de bile? Olivier. 19 octobre 2014 à 15 h 49 min (UTC 1) Lier vers ce commentaire. Je ne sais pas désolé. Peut être qu’un lecteur pourra y répondre.

boisson drainante pour maigrir tres vite

Maladies du gros intestin. Souvent, dans ce site, nous attirons votre attention sur l'influence de notre alimentation sur notre état de santé. Or pour tirer le meilleur parti des aliments que nous ingérons, notre digestion doit fonctionner normalement. ce qui n'est pas toujours le cas. Les aliments entrent dans notre organisme via la bouche, transitent par le tube digestif où ils sont progressivement digérés et transformés, et les résidus de cette digestion sont éliminés via l'anus. Entre ces deux orifices s'étend un système d'une incroyable complexité, composé d'une succession d'organes creux qui acheminent les aliments. Ce sont l'oesophage, l'estomac, le duodénum, l'intestin grêle et le gros intestin (ou côlon); ces organes creux sont connectés à d'autres organes comme le pancréas ou le foie, chargés de fabriquer des sucs digestifs qui permettent la décomposition des aliments en nutriments et la transformation de ceux-ci. Le fonctionnement du système digestif subit en outre l'influence des systèmes nerveux et endocrinien. La complexité de cet ensemble explique la multiplicité des maladies qui peuvent l'affecter. Ce dossier aborde plus particulièrement le fonctionnement de notre gros intestin (ou côlon) et les principales maladies qui peuvent le toucher. Les affections de l'œsophage, de l'estomac et de l'intestin grêle seront abordées ailleurs dans ce site. 1. Qu'est-il utile de savoir sur notre système digestif? De la bouche à l'anus, en passant par l'oesophage, l'estomac et l'intestin, la nourriture subit différents traitements. Au fur et à mesure de ce parcours, certains éléments sont assimilés par notre organisme en passant à travers les parois du système digestif. Ces éléments nutritifs se retrouvent alors dans le système sanguin qui les distribue dans tout le corps. Le travail de digestion commence dans la bouche. Les aliments sont mastiqués par les dents et imprégnés de salive produite par les glandes salivaires. La salive contient des enzymes qui commencent déjà à décomposer les aliments. La nourriture passe alors dans l' oesophage. Ce tube de ± 25 cm relie la bouche à l'estomac. Par des contractions, il fait avancer la nourriture vers l'estomac. Ces mouvements de contraction - le péristaltisme intestinal - se poursuivent d'ailleurs jusqu'à la fin de l'intestin et, dans certaines circonstances, nous pouvons les ressentir. La nourriture arrive ainsi dans l' estomac, où les aliments sont malaxés et mélangés au suc gastrique (constitué principalement d'acide chlorhydrique et de pepsine), qui décompose les aliments et les transforme en une masse liquide. Cette dernière passe alors dans le duodénum où la nourriture subit encore une dégradation plus poussée sous l'action de deux sécrétions envoyées respectivement par le pancréas (des enzymes) et le foie (la bile). La réserve de bile fabriquée par le foie se trouve dans la vésicule biliaire. Parfois, en formant des cristaux, la bile provoque ce que l'on appelle des calculs (voir l'article "vésicule biliaire: histoire de calculs"). Le mélange passe alors dans l'i ntestin grêle. Celui-ci mesure près de 7 mètres de longueur et 2.5 cm de diamètre. Sa paroi interne est tapissée d'une multitude de microscopiques replis, les villosités, qui augmentent considérablement sa surface, à tel point qu'on estime que la surface interne de l'intestin grêle avoisine les 200 m² - l'équivalent d'un terrain de tennis! C'est important parce que le rôle essentiel de l'intestin grêle est la résorption des éléments nutritifs et leur transfert dans le flux sanguin; or ces fonctions sont d'autant plus efficaces que la surface de contact entre la muqueuse et le bol alimentaire est grande. Ce qui reste de la bouillie alimentaire passe enfin dans le gros intestin ou côlon, long de 1,5 mètre environ. Elle y est encore malaxée et quelques substances sont encore récupérées, dont l'eau. Ainsi se forme progressivement une masse plus solide, les selles ou fèces, qui passent dans le rectum et quittent le corps par l' anus. Sur le gros intestin, on trouve l' appendice. C'est un petit cul-de-sac, dont l'inflammation provoque l'appendicite (voir article "appendicite, une urgence"). Photo © Eduard Härkönen - Fotolia.com. 2. Les maladies du côlon. Les troubles touchant le gros intestin sont nombreux et se manifestent souvent par des symptômes qui se ressemblent (crampes abdominales, troubles du transit. ). Il est donc important de pouvoir faire un diagnostic précis car certaines de ces atteintes sont sans gravité tandis que d'autres requièrent des traitements sans tarder. Ce dossier abordera: le côlon irritable (ou colopathie fonctionnelle); deux maladies inflammatoires touchant le côlon: - la colite ulcéreuse (ou rectocolite ulcéro-hémorragique) et - la maladie de Crohn; les polypes; les diverticules; l'occlusion intestinale; le cancer colorectal. Un peu d'anatomie La jonction entre le gros intestin (ou côlon) et la fin de l'intestin grêle porte le nom de caecum. C'est à cet endroit que s'abouche l'appendice. Le côlon comporte - une partie à droite de l'abdomen, ascendante - une partie transverse, horizontale, - une partie à gauche descendante - une partie terminale constituée du sigmoïde, puis du rectum fermé par l'anus. Photo © Sebastian Kaulitzki - Fotolia.com. 2.1. Le côlon irritable. Il ne s'agit pas à proprement parler d'une maladie. C'est plutôt un trouble digestif, caractérisé principalement par des douleurs ou un inconfort dans la région du ventre. Il est appelé de diverses manières: syndrome du côlon irritable, côlon spastique ou spasmodique, colopathie fonctionnelle. 2.1.1. Quels en sont les signes? Les personnes qui en souffrent peuvent ressentir: des crampes douloureuses au ventre, souvent soulagées par l'évacuation des selles ou des gaz; des sensations de ventre ballonné; des bruits intestinaux intempestifs; de la constipation ou de la diarrhée. Ces signes sont liés à une perturbation de la vitesse de transit des aliments dans le gros intestin: soit le passage est trop rapide et le côlon absorbe insuffisamment l'eau contenue dans l'alimentation, ce qui occasionne des selles liquides; soit le passage est trop lent et le côlon, au contraire, absorbe toute l'eau des selles, qui deviennent dures et sèches; cette situation est alors cause de constipation. moins fréquemment, un besoin urgent de vider l'intestin, une impression d'évacuation incomplète des selles. Photo © nebari - Fotolia.com. 2.1.2. Quelle en est l'origine? L'origine du syndrome du côlon irritable reste discutée. Plusieurs hypothèses sont évoquées: la présence de contractions trop intenses et douloureuses du gros intestin; une sensibilité exacerbée entraînant une perception consciente des mouvements du côlon, alors que ceux-ci passent le plus souvent inaperçus pour la plupart d'entre nous; un déséquilibre de la flore intestinale ou un phénomène inflammatoire modéré (par exemple suite à une infection ou une intolérance à un aliment); un déséquilibre de certaines substances chimiques (neurotransmetteurs) qui commandent les mouvements de l'intestin (la sérotonine), voire un trouble plus large impliquant à la fois le système nerveux central et le système digestif, via les neurotransmetteurs. Le stress n'est pas considéré comme une cause de ce trouble, mais il peut accroître l'intensité des signes. 2.1.3. Y a-t-il des personnes plus touchées? Ce trouble très fréquent touche 10% à 20% de la population. On ne connaît pas de profils de personnes qui courent un risque accru de présenter ce syndrome. Les femmes seraient proportionnellement plus concernées, mais peut-être cette différence s'explique-t-elle simplement par un moindre recours aux consultations médicales par les hommes. Généralement, le syndrome du côlon irritable apparaît chez les jeunes adultes. 2.1.4. Quels sont les tests qui permettent le diagnostic? Dans le syndrome du côlon irritable, tous les examens sont normaux: prise de sang, examens de l'intestin. Votre médecin se base sur l'analyse de vos plaintes, leur récurrence et son examen physique pour poser le diagnostic. 2.1.5. Comment ce trouble évolue-t-il? Le syndrome du côlon irritable connaît une évolution capricieuse, avec des périodes d'exacerbations (parfois liées au stress) et des périodes où il se fait discret. Il n'entraîne aucune conséquence sur l'état général, ne s'accompagne ni de phénomènes inflammatoires ni de lésions de l'intestin. Il n'augmente pas le risque de faire des polypes, des adénomes ou un cancer du côlon. Il disparaît parfois tout seul. Le syndrome du côlon irritable est une affection parfois gênante, mais sans gravité. Les personnes atteintes supportent pour la majorité bien cette affection, même si certaines peuvent être, par moments, fort dérangées par l'inconfort, les douleurs et les troubles du transit (diarrhées et/ou constipation). Dans ces cas, la qualité de vie peut être altérée et des phénomènes d'anxiété (notamment par anticipation des troubles) peuvent s'installer et entraîner un cercle vicieux. 2.1.6. Que pouvez-vous faire pour prévenir ce trouble? Quel est le traitement? Il n'existe pas de traitement qui permette de « guérir » le syndrome du côlon irritable. Mais diverses mesures peuvent atténuer les symptôme s. Les personnes souffrant de côlon irritable savent généralement quels aliments accentuent leurs troubles intestinaux; ces aliments varient cependant d'une personne à l'autre. Lorsque vous faites une crise, vous pouvez tenter de noter ce que vous avez mangé dans les 24 à 48 heures qui précèdent. Si vous soupçonnez un aliment d'être la cause de ce désagrément, vous pouvez le supprimer temporairement de votre alimentation et voir si les crises diminuent. On ne peut évidemment tirer de conclusions de ces observations qu'en cas de répétitions d'une association entre un aliment et l'apparition d'un épisode de malaise intestinal. Si un aliment semble déclencher systématiquement des crises, et après avis de votre médecin, vous pouvez essayer de limiter ou de supprimer la consommation de cet aliment. De manière générale, vous pouvez aussi. manger plus de fibres dites « solubles », comme celles contenues dans l'avoine et l'orge par exemple; limiter les graisses alimentaires et les fibres insolubles (comme celles du son et du blé entier), qui accroissent les contractions de l'intestin; boire de l'eau régulièrement au cours de la journée. Certaines personnes supportent mal: le lait (intolérance au lactose), certains légumes comme les choux, les oignons, les légumineuses (qui provoquent des gaz) et les produits contenant du mannitol ou du sorbitol (un édulcorant) ou encore du fructose. Les plats épicés à base de poivre, pili-pili, Cayenne, chili, etc. sont souvent mal tolérés par les personnes sensibles de l'intestin. Le café accentue les contractions intestinales. Sans que l'on puisse affirmer l'efficacité de ces mesures, vous pouvez adopter des horaires réguliers de repas, manger calmement, dans une atmosphère paisible et bien mâcher vos aliments. Les mesures pour réduire le stress peuvent être utiles, dans la mesure où celui-ci accentue les symptômes. La pratique régulière d'une activité physique, comme la marche, contribue à votre bien-être général et aide à évacuer le stress. En outre, un exercice comme la marche contribue à lutter contre la constipation. Les probiotiques sont des bactéries, dont certaines sont naturellement présentes dans la flore intestinale. Certains aliments sont riches en probiotiques: ainsi, tous les produits laitiers fermentés (yaourt, kéfir, etc.) renferment des bactéries lactiques, de même que les légumes lactofermentés, comme la choucroute et que des aliments d'origine asiatique comme le miso et le tempeh. On trouve aussi de plus en plus dans le commerce des suppléments alimentaires riches en probiotiques. Certaines études montrent que les probiotiques peuvent améliorer les symptômes de côlon irritable, mais il reste difficile d'en tirer des conclusions générales, notamment sur le type de probiotiques efficaces, ainsi que les doses et la durée de prise nécessaire. Vous pouvez demander conseil à votre médecin ou à un diététicien. La plupart des personnes qui souffrent de côlon irritable n'ont pas besoin de médicaments, mais votre médecin généraliste peut éventuellement prescrire un traitement pour soulager certains symptômes: des laxatifs doux en cas de constipation; des médicaments qui combattent les spasmes et réduisent les contractions de la paroi intestinale (antispasmodiques). En aromathérapie, la menthe poivrée est utilisée pour ses propriétés antispasmodiques: elle détend les muscles lisses des intestins. Elle peut apporter un soulagement à certaines personnes. L' acupuncture soulage également certains malades, bien que son efficacité ne soit pas formellement démontrée. Des programmes de gestion du stress ou de l'anxiété peuvent être un apport utile, notamment la relaxation, l'hypnose ou le biofeedback. 2.2. La colite ulcéreuse. La colite ulcéreuse est une maladie inflammatoire du gros intestin. On l'appelle aussi rectocolite ulcéro-hémorragique (RCUH). D'évolution chronique, elle touche le côlon et le rectum. La localisation et l'étendue de l'inflammation varient d'une personne à l'autre: elle peut être limitée à une zone du gros intestin (par exemple le rectum) ou être étendue à son entièreté (pancolite). Les hommes et les femmes sont touchés dans une proportion équivalente, et on compte environ 3.5 nouveaux cas par an pour 100.000 individus (chiffres français). Au Canada, on estime que 2 personnes sur 1000 en sont atteintes (chiffres canadiens), ce qui représenterait 20.000 personnes en Belgique. La colite ulcéreuse ressemble à une autre maladie inflammatoire de l'intestin, la maladie de Crohn. 2.2.1. Quels en sont les signes? Les crises se manifestent par: des crampes dans le ventre; la présence de sang dans les selles; des selles fréquentes (également la nuit); des diarrhées chroniques; une envie pressante d'aller à selle, même s'il y a peu de selles à évacuer; des signes généraux comme une fatigue, une perte d'appétit et de poids, de la fièvre. Lorsqu'elle survient chez un enfant, la colite ulcéreuse peut provoquer un retard de croissance et de la puberté. L'atteinte inflammatoire est localisée à la superficie de la muqueuse du côlon et du rectum. Contrairement à ce qui se passe dans la maladie de Crohn, il n'y a donc pas d'attaque en profondeur de la paroi du tube digestif. 2.2.2. Quelle en est l'origine? La colite ulcéreuse est une maladie dite " autoimmune ", c'est-à-dire qu'elle résulte d'un dysfonctionnement de notre système immunitaire, qui s'attaque à des cellules de notre propre organisme. Parmi les explications retenues, on évoque une réponse immunitaire excessive de notre muqueuse intestinale, dirigée contre les bactéries ou des virus normalement présents dans notre côlon. Cette réaction à notre propre flore intestinale provoque une inflammation permanente et l'apparition d'ulcères. Ceux-ci peuvent secréter du mucus, du pus et/ou saigner. L'hérédité et des facteurs liés à l'environnement pourraient aussi jouer un rôle dans l'apparition de cette maladie. Chez certaines personnes, les symptômes sont aggravés par certains aliments et pendant les périodes de stress excessif. 2.2.3. Y a-t-il des personnes plus touchées? Il existe une prédisposition génétique, ce qui explique que la maladie soit plus fréquente dans certaines familles ou certaines populations de la planète. Les hommes et les femmes sont touchés dans une proportion équivalente. La maladie se déclare à tout âge, mais est le plus souvent identifiée chez des jeunes adultes (15 à 30 ans). 2.2.4. Quels sont les tests qui permettent le diagnostic? Un examen des selles permet de confirmer la présence éventuelle de sang. Une rectoscopie et/ou coloscopie est nécessaire pour confirmer le diagnostic. Souvent, des biopsies (minuscules prélèvements) de la paroi de l'intestin sont prélevées pour analyse en laboratoire. Parfois, lors de poussées importantes, cet examen doit être postposé, afin d'éviter des effets indésirables. 2.2.5. Comment ce trouble évolue-t-il? La maladie est présente pour toute la vie, mais son intensité varie beaucoup d'une personne à l'autre. L'évolution se fait généralement avec une alternance de crises et de périodes de rémission (avec parfois disparition des symptômes pendant des mois ou des années). Chez une même personne, le niveau d'intensité de la maladie reste généralement stable. Les personnes qui ont peu de signes suivent généralement un traitement par intermittence, lors des crises. Les crises de colite ulcéreuse s'accompagnent parfois de signes généraux, eux aussi de nature autoimmune: atteinte inflammatoires des articulations (membres, colonne, sacro-iliaque); lésions de la peau, des yeux; lésions du foie. En présence d'une diarrhée chronique, l'absorption de certains nutriments peut être perturbée, avec un risque de carence (par exemple de certaines vitamines). Les complications sont possibles sont: une hémorragie; une anémie qui est la conséquence des saignements chroniques de la muqueuse de l'intestin; une colite toxique. Il y a alors infection localisée avec atteinte du péritoine (l'enveloppe de l'intestin). Celui-ci arrête ses mouvements (iléus paralytique) et se dilate. Ce phénomène peut entraîner un mégacôlon toxique (dilatation importante de l'intestin) avec douleurs et fièvre importantes (plus de 40°C), coliques, gros ventre et parfois vomissements. Il s'agit là d'une situation d'urgence, car il y a un risque de perforation de l'intestin, et une hospitalisation est nécessaire; un cancer du côlon ou du rectum: après une dizaine d'années d'évolution d'une colite ulcéreuse, le risque de débuter un cancer est augmenté. Photo © Klaus Eppele - Fotolia.com. 2.2.6. Que pouvez-vous faire pour prévenir ce trouble? Dans l'état actuel des connaissances, et notamment parce qu'on ne connaît pas exactement les causes de cette maladie, il n'existe aucune mesure préventive connue. Mais certaines mesures permettent de réduire: - la sévérité des crises. Certains aliments peuvent aggraver les symptômes. Apprenez à les reconnaître, car ils varient d'une personne à l'autre. Parlez-en avec votre médecin avant de les bannir totalement de votre alimentation: il faut en effet éviter des carences en certains nutriments. Les aliments moins bien tolérés sont généralement le lait et certains produits laitiers, certains légumes comme les choux, brocolis et haricots, l'alcool, les plats épicés (poivre, piment, pili-pili, etc.), les boissons contenant de la caféine et les boissons gazeuses. Les fibres alimentaires peuvent accentuer les signes; préférez les légumes et fruits cuits plutôt que crus. Ne prenez pas des repas trop copieux, mangez plusieurs petits repas plutôt que 2 ou 3 sur la journée. - le risque de complications. Un suivi médical régulier, plusieurs fois par an chez votre médecin généraliste, et une fois par an chez un gastro-entérologue, est conseillé. En cas de poussée avec des symptômes importants, votre médecin vous conseillera peut-être temporairement un régime « sans résidus ». 2.2.7. Quels traitements? Les traitements de la colite ulcéreuse visent à réduire les phénomènes d'inflammation qui sont à la base de la maladie. Attention: les antiinflammatoires classiques comme l'aspirine, l'ibuprofène, etc. peuvent aggraver les signes de la colite. Les médicaments contre la diarrhée peuvent augmenter le risque de faire un mégacôlon. En présence d'une colite ulcéreuse, ces médicaments, présents dans de nombreuses pharmacies familiales, ne peuvent jamais être pris sans un avis de votre médecin. Les médicaments utilisés sont: les aminosalicylates, administrés selon les cas par la bouche, en suppositoires ou par lavements. On les utilise pour soigner les crises et pendant les périodes de rémission; les corticoïdes, également administrés par la bouche, par suppositoires ou par lavements. Ils sont généralement prescrits pour des périodes limitées en raison de leurs effets indésirables importants: accroissement du risque d'ostéoporose, de cataracte, de diabète de type 2, d'hypertension artérielle, de troubles du sommeil ou de l'humeur, etc; les immunodépresseurs: ils suppriment l'inflammation en diminuant directement l'activité du système immunitaire. Ils sont généralement utilisés en cas d'échec ou de mauvaise réponse aux autres traitements. Ils mettent un certain temps à agir (parfois 3 mois ou plus). Un suivi médical régulier est indispensable, car ces médicaments diminuent la résistance aux infections en raison de la réduction de l'activité du système immunitaire; d'autres médicaments récents, tels que les « inhibiteurs du TNF » sont en principe utilisés uniquement dans les formes les plus graves de la maladie, après échec des autres traitements; leur coût est très élevé. Les traitements ont aussi pour but d'éviter les problèmes de malnutrition, liée aux diarrhées chroniques, à la mauvaise absorption des nutriments et à la perte d'appétit. Adoptez une alimentation équilibrée et riche en nutriments, c'est essentiel. Les conseils d'un diététicien sont souvent utiles. La prise de suppléments de fer est parfois nécessaire, pour compenser la perte de sang chronique au niveau des intestins ou pour soigner une anémie déjà installée. Des suppléments de vitamines et de minéraux sont souvent prescrits également. Dans certains rares cas de colite ulcéreuse très grave, lorsque les médicaments ne permettent pas un contrôle des crises, une intervention chirurgicale est indiquée. Il s'agit d'une intervention importante, puisque la seule possibilité pour guérir cette forme de colite est l'ablation de tout le gros intestin (côlon et rectum). Entre les crises, vous pouvez agir sur votre alimentation. En effet, une alimentation équilibrée et variée pourrait exercer une action favorable, en diminuant la fréquence des crises. La consommation d'aliments riches en fibres est à ces moments conseillée! En effet, elle régularise le travail intestinal et favorise la croissance des bactéries normales de la flore intestinale (effet prébiotique). Une étude a associé le fait de manger du « fast-food » au moins deux fois par semaine à un risque accru de colite ulcéreuse. Persson PG et al. Diet and inflammatory bowel disease: a case control study. Epidemiology 1992; 3:47-52. Une autre étude observe un accroissement du risque de poussée en cas d'ingestion régulière de boissons au cola et de chocolat, et une diminution de ce risque avec une consommation d'agrumes. Russel MGVM, Engels LG, et al. 'Modern life' in the epidemiology of inflammatory bowel disease: a case-control study with special emphasis on nutritional factors. Eur J GastroenterolHepatol 1998; 10:243-249. Cependant, on ne peut tirer de conclusions définitives de ces études. Privilégiez une alimentation sans excès de graisses, avec un apport en protéines provenant de viandes maigres, du poulet, de poissons et des œufs. Vous pouvez aussi adopter des stratégies de gestion du stress. En effet, ce dernier, s'il ne cause pas la colite, en aggrave souvent les symptômes. Pratiquez donc une activité physique régulière et apprenez la pratique de techniques de relaxation. Les probiotiques sont des bactéries, dont certaines sont naturellement présentes dans la flore intestinale. Certains aliments sont riches en probiotiques: ainsi, tous les produits laitiers fermentés (yaourt, kéfir, etc.) renferment des bactéries lactiques, de même que les légumes lactofermentés, comme la choucroute et que des aliments d'origine asiatique comme le miso et le tempeh. On trouve aussi de plus en plus dans le commerce des suppléments alimentaires riches en probiotiques. Certaines études montrent une prolongation de la durée des rémissions et une prévention des rechutes suite à une prise de certains probiotiques précis. Il s'agit donc d'une piste prometteuse. Cependant, ces études doivent être confirmées dans des essais de plus longue durée comportant un nombre suffisant de patients. Kruis W, Fric P, et al. Maintaining remission of ulcerative colitis with the probiotic Escherichia coli Nissle 1917 is as effective as with standard mesalazine. Gut. 2004 Nov;53(11):1617-23). Photo © Yves Damin - Fotolia.com. Toutes les maladies inflammatoires de l'intestin augmentent le risque d'apparition d'un cancer colorectal. Les personnes qui en sont atteintes doivent donc veiller à avoir un suivi régulier par leur médecin généraliste et par un gastro-entérologue. Les lésions précancéreuses ou les cancers débutants peuvent être détectés et soignés précocement, avec une forte probabilité de guérison. 2.3. La maladie de Crohn. La maladie de Crohn est une maladie inflammatoire chronique du tube digestif qui évolue par poussées successives. Le plus souvent, les lésions sont localisées dans la région où l'intestin grêle et le gros intestin (côlon) se rejoignent. Mais elles peuvent atteindre toutes les parties du système digestif, de la bouche à l'anus. Elle ressemble à cette autre maladie inflammatoire de l'intestin qu'est la colite ulcéreuse (voir plus haut). Elle apparaît à tout âge, mais est le plus souvent diagnostiquée entre 20 et 30 ans, et semble en augmentation dans les pays occidentaux. On l'a estimée à 5 nouveaux cas pour 100.000 habitants par an (chiffres français). Au Canada, on estime que 2 personnes sur 1.000 en sont atteintes. 2.3.1. Quels en sont les signes? Les signes principaux sont des crampes et des douleurs dans le ventre, ainsi qu'une diarrhée chronique (plus de 2 semaines); à la différence de la colite ulcéreuse, cette diarrhée est rarement sanglante. Des signes généraux comme de la fièvre, de la fatigue, des douleurs aux articulations peuvent aussi être présents. Parfois, il y a une perte de poids et d'appétit. Les selles comportent parfois des glaires et/ou du sang. L'inflammation atteint plus profondément la paroi du tube digestif que dans la colite ulcéreuse. 2.3.2. Quelle en est l'origine? La maladie de Crohn résulte d'une inflammation persistante de la paroi intestinale dont l'origine n'est pas bien connue: des facteurs multiples semblent intervenir. L'hérédité: certains gènes prédispose à cette maladie. Des facteurs de notre environnement. Ainsi, la maladie est plus souvent rencontrée depuis les années '50 et dans les pays industrialisés. Mais on ne sait pas quel(s) facteur(s) précis de notre mode de vie joue(nt) un rôle. Des troubles de l'immunité. Comme la colite ulcéreuse, la maladie de Crohn est considérée comme une maladie autoimmune, liée à des réactions excessives de notre système immunitaire contre des virus et bactéries habituellement présents dans l'intestin. Le rôle éventuel d'une infection spécifique ou d'un déséquilibre de la flore intestinale est aussi évoqué, mais sans aucune certitude. 2.3.3. Y a-t-il des personnes plus touchées? Les personnes ayant des membres de leur famille atteints de cette maladie courent un risque accru d'en être elles-mêmes atteintes ( prédisposition héréditaire ). Les fumeurs présentent plus de risques que la moyenne d'être atteints de la maladie de Crohn. 2.3.4. Quels sont les tests qui permettent le diagnostic? Un examen des selles permet de confirmer la présence éventuelle de sang. Une rectoscopie et/ou coloscopie est nécessaire pour confirmer le diagnostic. Souvent, des biopsies (minuscules prélèvements) de la paroi de l'intestin sont prélevées, pour analyse en laboratoire. Parfois, lors de poussées importantes, cet examen doit être postposé, afin d'éviter des effets indésirables. 2.3.5. Comment ce trouble évolue-t-il? La maladie de Crohn est chronique: elle est présente pour la vie. Mais elle évolue par crises, avec des périodes de rémission (sans symptômes) durant des semaines ou des mois, voire parfois des années. La gravité des crises et l'importance des signes (dont la douleur) est variable selon les individus et même d'une crise à l'autre. La maladie peut provoquer des troubles de l'absorption de certains aliments, en raison de diarrhées chroniques; il y a donc un risque de carence (par exemple de certaines vitamines). Chez l'enfant, cette malabsorption peut se traduire par un retard de croissance. La maladie peut se compliquer. Des ulcères peuvent apparaître sur les muqueuses digestives, sources de saignements. Des blessures dans la région de l'anus peuvent entraîner des abcès et des fissures. Une anémie peut apparaître, en raison des saignements et hémorragies. Un épaississement localisé de la paroi de l'intestin peut provoquer une obstruction (occlusion intestinale): le contenu du tube digestif est alors bloqué. Cette situation entraîne un ballonnement, des vomissements et nécessite une hospitalisation. Il y a un risque de perforation de l'intestin. Une atteinte d'autres parties du corps peut survenir: arthrite, inflammation des yeux, de la bouche, lésions de la peau, etc. Le risque de développer un cancer du côlon est augmenté, ce qui explique qu'un dépistage régulier est recommandé. 2.3.6. Que pouvez-vous faire pour prévenir ce trouble? Dans l'état actuel des connaissances, et notamment parce qu'on ne connaît pas exactement les causes de cette maladie, il n'existe aucune mesure préventive connue. Cependant, si vous fumez, votre médecin vous recommandera d'arrêter, entre autres raisons parce que le tabac augmente le risque d'être atteint de la maladie de Crohn. Diverses mesures permettent de réduire: - la sévérité et la fréquence des crises. Eviter de fumer. Eviter l'aspirine et les médicaments antiinflammatoires. Suivre le traitement prescrit par le médecin avec régularité; ne l'arrêter que sur avis médical. Certains aliments peuvent aggraver les symptômes, mais il s'agit d'une sensibilité individuelle: en effet, de nombreux régimes alimentaires ont été testés sans résultats significatifs. Cependant, une étude dont les résultats doivent être confirmés évoque l'influence négative d'une alimentation riche en protéines animales. Apprenez donc à reconnaître les éventuels aliments qui, selon vous, posent problème, car ils varient d'une personne à l'autre. Notez-les dans un carnet et parlez-en avec votre médecin avant de les bannir totalement de votre alimentation: il faut en effet éviter des carences en certains nutriments. Animal protein intake and risk of inflammatory bowel disease: The E3N prospective study. Jantchou P, Morois S, Clavel-Chapelon F, et al. Am J Gastroenterol. 2010 Oct;105(10):2195-201. Epub 2010 May 11. - le risque de complications. un suivi médical régulier, plusieurs fois par an chez votre médecin généraliste, et une fois par an chez un gastro-entérologue, est conseillé. En cas de poussée avec des symptômes importants, votre médecin vous conseillera peut-être temporairement un régime « sans résidus ». 2.3.7. Quels traitements? L'objectif du traitement lors d'une crise aiguë est de soulager les douleurs et et de réduire les diarrhées et l'inflammation des muqueuses. Le traitement d'entretien a quant à lui pour but de réduire la fréquence des crises et de limiter l'étendue de l'atteinte de l'intestin. Ce sont parfois les mêmes médicaments qui sont utilisés: des antiinflammatoires spécifiques comme les aminosalicylates (sulfalazine, mésalazine, mésalamine), administrés selon les cas par la bouche, en suppositoires ou par lavement. On les utilise pour soigner les crises et pendant les périodes de rémission; les immunodépresseurs: ils suppriment l'inflammation en diminuant directement l'activité du système immunitaire. Ils sont généralement utilisés en cas d'échec ou de mauvaise réponse aux autres traitements. Ils mettent un certain temps à agir (parfois 3 mois ou plus). Un suivi médical régulier est indispensable, car ces médicaments diminuent la résistance aux infections en raison de la réduction de l'activité du système immunitaire; d'autres médicaments récents, tels que les « inhibiteurs du TNF » sont en principe utilisés uniquement dans les formes les plus graves de la maladie, après échec des autres traitements; leur coût est très élevé. Les corticoïdes sont utilisés en cas de crises fortes. Ils sont administrés par la bouche, par suppositoires ou lavements. Ils sont toujours prescrits pour une période limitée en raison de leurs effets indésirables importants: accroissement du risque d'ostéoporose, de cataracte, de diabète de type 2, d'hypertension artérielle, de troubles du sommeil ou de l'humeur, etc. Pendant les crises, réduisez la quantité de fibres alimentaires (fruits – surtout crus et non pelés – et légumes, céréales, pain complet). Ces aliments n'aggravent pas la maladie, mais ils peuvent, par leur volume dans l'intestin, accroître l'inconfort et les douleurs. Adoptez une alimentation équilibrée et riche en nutriments, c'est essentiel. Les conseils d'un diététicien sont souvent utiles. Toutes les maladies inflammatoires de l'intestin augmentent le risque d'apparition d'un cancer colorectal. Les personnes qui en sont atteintes doivent donc veiller à avoir un suivi régulier par leur médecin généraliste et par un gastro-entérologue. Les lésions précancéreuses ou les cancers débutants peuvent être détectés et soignés précocement, avec une forte probabilité de guérison. Les traitements ont aussi pour but d'éviter les problèmes de malnutrition, liée aux diarrhées chroniques, à la mauvaise absorption des nutriments et à la perte d'appétit. La prise de suppléments de fer est parfois nécessaire, pour compenser la perte de sang chronique au niveau des intestins ou pour soigner une anémie déjà installée. Des suppléments de vitamines et de minéraux sont souvent prescrits. Parfois, un recours à une intervention chirurgicale est nécessaire, par exemple en cas de complications comme une obstruction digestive, une fistule, etc. 2.4. Les polypes de l'intestin. Les polypes sont situés sur la muqueuse du gros intestin. Ils mesurent généralement quelques millimètres, parfois 1 à 2 centimètres. On distingue trois types de polypes: les polypes adénomateux, les plus fréquents; les polypes hyperplasiques; les polypes inflammatoires. Ils sont dans ce cas généralement liés à une maladie inflammatoire comme la maladie de Crohn ou la colite ulcéreuse. 2.4.1. Quels en sont les signes? Les polypes sont généralement silencieux. Parfois, des signes évoquent leur présence, comme la présence de sang sur les selles, ou des changements des habitudes pour aller à la selle (constipation ou diarrhée). 2.4.2. Quelle en est l'origine? On ne connaît pas l'origine exacte des polypes. On pense que des facteurs liés aux modes de vie interviennent, notamment le type d'alimentation: en effet, on les observe plus souvent dans les pays industrialisés où 30 à 50% des adultes en sont porteurs. 2.4.3. Y a-t-il des personnes plus touchées? Nous pouvons tous être porteurs de polypes. Mais ils sont plus fréquents au fur et à mesure qu'on prend de l'âge, ainsi qu'en cas d'obésité, de tabagisme, de consommation importante d'alcool et de matières grasses, de sédentarité. La présence d'une maladie inflammatoire de l'intestin ou d'une hérédité familiale accroît également le risque d'en être porteur. 2.4.4. Comment ce trouble évolue-t-il? Certains polypes peuvent se transformer progressivement, en une dizaine d'années, en cancer du côlon. D'autres ne poseront pas de problèmes. 2.4.5. Quels sont les tests qui permettent le diagnostic? Etant donné l'absence de signes et le risque d'évolution cancéreuse, on comprend qu'il est important de se soumettre à un dépistage régulier. Dès l'âge de 50 ans, consultez votre médecin généraliste pour lui demander de faire un dépistage du cancer colorectal. Cet examen de dépistage est repris dans votre Dossier Médical Global + (lire aussi notre article Votre dossier prévention, le DMG+). Si vous avez un risque particulier (voir plus bas), parlez-lui du dépistage du cancer colorectal lors d'une prochaine consultation. Deux méthodes sont disponibles: pour les personnes de 50 et plus, qui n'ont pas de facteurs de risque particuliers vis-à-vis du cancer du côlon, le dépistage par recherche de sang dans les selles est recommandé. Le prélèvement de selles se pratique à la maison et les échantillons sont envoyés au laboratoire pour analyse. Précisons que le test permet de détecter des traces de sang invisibles à l'œil nu. En l'absence de sang dans les selles, le test doit être répété tous les 2 ans (au minimum jusqu'à l'âge de 69 ans); pour les personnes qui ont un facteur de risque particulier de développer un cancer de l'intestin, une coloscopie est indiquée. Le médecin généraliste prescrit alors cet examen, qui sera réalisé par un gastro-entérologue en milieu hospitalier généralement. Qu'est-ce qu'un risque particulier quand on parle du cancer de l'intestin? Une personne sur cinq (soit 15 à 20% de la population) présente un risque un peu plus élevé de développer un cancer de l'intestin (colorectal): - soit qu'elle souffre d'une maladie inflammatoire chronique des intestins comme la maladie de Crohn ou la colite ulcéreuse; - soit qu'elle a déjà souffert d'un polype ou d'un cancer colorectal; - soit qu'un de ses parents proches (père, mère, frère, sœur) a eu un cancer colorectal. Comme le risque est plus important, le suivi préventif est différent de celui proposé à la population générale. Dans ce cas, l'examen préconisé est la coloscopie. Lire aussi notre article "dépister le cancer de l'intestin". 2.4.6. Peut-on prévenir l'apparition de polypes? Il n'existe pas de prévention absolue. Mais on souligne généralement l' influence favorable d'un mode de vie combinant une activité physique régulière, une alimentation riche en fibres (céréales complètes), en légumes et en fruits. On conseille aussi classiquement d'éviter le tabac et de s'abstenir d'alcool ou de le consommer en quantité raisonnable. Une alimentation riche en calcium pourrait avoir un effet favorable pour prévenir l'apparition des polypes intestinaux; néanmoins, les données scientifiques restent insuffisantes pour en affirmer les bienfaits dans ce domaine. 2.4.7. Quel traitement? Le seul traitement des polypes est leur ablation, généralement lors d'une coloscopie. Cet examen nécessite une préparation inconfortable: vous devrez suivre pendant les 3 à 4 jours précédant l'examen un régime sans résidus dont le but est de supprimer toutes les fibres et autres substances non digestibles pour limiter la formation de selles et ainsi « vider » l'intestin. Sont généralement à proscrire les légumes et fruits (crus ou cuits), le pain complet, les pommes de terre, les céréales, les boissons gazeuses, etc; vous devez rester pendant près d'une journée sans manger (par exemple, prendre le dernier repas à midi la veille d'un examen se déroulant le matin); vous devez prendre à plusieurs reprises un laxatif prescrit par le gastroentérologue qui pratiquera l'examen. Ce laxatif fort provoque des diarrhées, parfois des nausées et des crampes intestinales. L'examen consiste à introduire un endoscope (caméra) souple par l'anus pour visualiser la muqueuse de l'intestin; il se pratique généralement sous une légère sédation (calmants) et dure entre 10 et 45 minutes. Si le gastroentérologue voit un ou plusieurs polypes, il peut immédiatement les enlever. L'intervention est indolore puisque la paroi de l'intestin n'est pas sensible au toucher. Dans la majorité des cas, vous pourrez rentrer à la maison après l'examen. Rarement, lorsque les polypes sont d'accès difficile à la coloscopie ou trop gros, une intervention chirurgicale est indiquée. 2.5. Les diverticules. Les diverticules sont des sortes de « poches » en doigt de gant qui se forment dans la muqueuse du tube digestif. Il peut en apparaître dans l'œsophage, l'estomac et l'intestin grêle, mais c'est le plus souvent dans la paroi du gros intestin qu'ils se développent. En présence de diverticules intestinaux, on parle de " diverticulose". 2.5.1. Quels en sont les signes? Généralement, on ne ressent aucun signe lié à la présence de diverticules. On les découvre souvent par hasard, par exemple lors d'une coloscopie réalisée pour un dépistage du cancer colorectal. Toutefois, il arrive qu'un diverticule s'enflamme ou s'infecte: cette " diverticulite " s'accompagne alors de fortes douleurs abdominales accompagnées de fièvre. 2.5.2. Quelle en est l'origine? La diverticulose est fréquente dans les pays industrialisés. Près de 50% de la population serait concernée. Les diverticules se forment aux endroits de moindre résistance de la paroi du tube digestif: cette dernière s'étire sous la pression (comme lorsqu'on souffle dans un ballon). 2.5.3. Y a-t-il des personnes plus touchées? Les diverticules sont plus fréquents lorsqu'on prend de l'âge, qu'on est sédentaire et en cas d'alimentation pauvre en fibres. 2.5.4. Comment ce trouble évolue-t-il? La plupart des personnes porteuses de diverticules n'en subiront aucun inconvénient. Parfois, une diverticulite peut survenir: l'inflammation et l'infection du diverticule provoquent de fortes douleurs abdominales et de la fièvre. Consultez sans délai votre médecin généraliste en présence d'une forte douleur abdominale accompagnée de fièvre (et parfois de nausées et de vomissements). Parfois, d'autres symptômes sont également présents: besoin fréquent d'uriner, difficultés ou douleur en urinant, ballonnement important, gêne lorsque l'on ferme le pantalon ou la ceinture, diarrhée ou constipation. Un épisode de diverticulite peut parfois se compliquer et. évoluer en péritonite: l'infection s'étend à l'ensemble du péritoine, qui est la membrane qui entoure tous les organes contenus dans l'abdomen. Il s'agit d'une urgence médicale, qui nécessite une hospitalisation immédiate; former un abcès; provoquer une fistule: un conduit anormal se forme entre l'intestin et un autre organe creux contenu dans l'abdomen (comme par exemples la vessie, l'utérus chez la femme). entraîner un blocage de l'intestin (voir occlusion intestinale). 2.5.5. Quels sont les tests qui permettent le diagnostic? Les diverticules sont généralement identifiés lors d'une coloscopie ou d'une radiographie de l'intestin ( lavement baryté ). 2.5.6. Quel traitement? La diverticulose ne nécessite aucun traitement. La diverticulite impose une hospitalisation. Le traitement repose sur diverses mesures: mise au repos de l'intestin par un arrêt transitoire de l'alimentation, pose d'une perfusion intraveineuse, prise d'antibiotiques et d'antidouleurs. Dans un deuxième temps, une alimentation liquide, puis semi-liquide est proposée. Une intervention chirurgicale est parfois nécessaire pour retirer la partie de l'intestin atteinte. 2.5.7. Peut-on prévenir l'apparition de diverticules? La sédentarité et un régime pauvre en fibres sont considérés comme des facteurs favorisants l'apparition de diverticules. La prévention repose donc ici également sur la pratique d'une activité physique régulière. Une alimentation favorable à la prévention de la diverticulose: est riche en fibres (céréales complètes, fruits, légumes); comporte peu de viande et de matières grasses; est accompagnée d'une prise de boissons suffisante (1,5 à 2 litres de liquide par jour). On conseille aussi d'aller à la selle dès qu'on en ressent le besoin, afin d'éviter une augmentation de la pression dans les intestins. Photo © Pershing - Fotolia.com. 2.6. L'occlusion intestinale. Une occlusion est un blocage de l'intestin: les selles et les gaz ne peuvent plus transiter normalement, pour être éliminés via l'anus. Le blocage peut être complet ou partiel et survenir dans l'intestin grêle ou le côlon. L'occlusion se manifeste par des crampes dans le ventre, un fort ballonnement, des nausées et des vomissements. 2.6.1. Quelle en est l'origine? La plupart des cas sont liés à la présence d'un obstacle qui bloque le passage dans l'intestin. Il peut s'agir de la présence: d'une tumeur; d'un phénomène inflammatoire local (maladie de Crohn, abcès sur diverticulite, etc); d'une invagination (une partie de l'intestin rentre dans l'autre, comme lorsqu'on repousse l'extrémité du doigt d'un gant) ou d'une hernie; d'un corps étranger ou d'un bouchon de selles; d'adhérences intestinales (tissus fibreux qui se forment dans l'abdomen, par exemple suite à une intervention chirurgicale, et qui enserrent l'intestin). Parfois, les mouvements de l'intestin sont bloqués sans qu'il y ait d'obstacle. Cela survient généralement suite à une opération chirurgicale sur les intestins: on parle d' iléus paralytique. 2.6.2. Quel traitement? L'occlusion intestinale est une urgence. Si elle n'est pas traitée rapidement, elle peut évoluer vers une perforation de l'intestin et une péritonite. Le traitement dépend de la cause identifiée. Parfois il suffit de diminuer la pression dans l'intestin bloqué en aspirant les gaz et les liquides via un tube introduit par le haut (tube naso-gastrique) et en alimentant par voie intraveineuse pour mettre l'intestin au repos. Si cela ne suffit pas, il faut parfois pratiquer une intervention chirurgicale pour lever l'obstacle. 2.7. Cancer colorectal. C'est un des cancers les plus fréquents chez nous: il vient en deuxième position chez la femme (après le cancer du sein) et en troisième position chez l'homme (après les cancers de la prostate et du poumon). Le Registre du Cancer enregistre environ 7.500 nouveaux cas par an en Belgique, ce qui représente environ 13% de tous les cancers. Il est exceptionnel avant 40 ans, mais sa fréquence augmente nettement entre 50 et 75 ans. Il se situe soit dans le côlon, soit dans sa partie terminale (sigmoïde et rectum), d'où son appellation de « cancer colorectal » 2.7.1. Quels en sont les signes? Le cancer colorectal ne donne aucun signe pendant les premières années de son évolution. Il se développe le plus souvent à partir d'un polype (voir plus haut) lui-même indolore et passant inaperçu. Il arrive qu'il saigne mais ces saignements sont microscopiques et ne peuvent être détectés que par des examens spécifiques des selles (dépistage). Il faut en moyenne une dizaine d'années pour qu'un polype se cancérise, d'où l' importance du dépistage. Un cancer plus évolué peut se manifester par des alternances de diarrhée et de constipation, du sang dans les selles, un inconfort ou des douleurs dans le bas-ventre. 2.7.2. Y a-t-il des personnes plus touchées? Le cancer colorectal est plus fréquent dans les pays industrialisés comme le nôtre. L'alimentation et les habitudes de vie semblent jouer un rôle important: ainsi, ce cancer est moins fréquent chez les Japonais vivant dans leur pays que parmi ceux qui se sont expatriés aux Etats-Unis et qui ont adopté un mode de vie nord-américain. Les habitudes de vie plus souvent associées au cancer colorectal sont: la sédentarité; une alimentation riche en viande rouge et pauvre en fruits et légumes; la consommation importante d'alcool; le tabagisme. L'obésité est également incriminée. Les maladies inflammatoires de l'intestin, comme la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse, augmentent le risque d'apparition d'un cancer colorectal. Les personnes atteintes de ces affections doivent bénéficier d'un suivi médical très attentif tout au long de leur vie. Certains cas de cancer colorectal sont liés à l'hérédité. On estime que 30% des personnes atteintes par un cancer du côlon seraient porteuses d'une anomalie génétique héritée d'un de leurs parents. Dans les 2/3 des cas, ces anomalies n'augmentent que faiblement le risque. Par contre, certaines mutations sont de véritables prédispositions au cancer colorectal. On en distingue deux catégories: - le "Cancer Héréditaire Non Polyposique du Côlon" (anciennement appelé syndrome de Lynch), - la "Polypose Adénomateuse Familiale", plus rare, qui se caractérise par une multitude de polypes sur les intestins, avec un risque très élevé de cancérisation. Ces personnes doivent bénéficier d'un suivi médical très attentif tout au long de leur vie. Les cancers du côlon d'origine génétique surviennent généralement à un âge plus jeune que les cancers non héréditaires. Les anomalies génétiques peuvent être transmises à la descendance, raison pour laquelle on propose un dépistage génétique aux membres de la famille de ces personnes. Les porteurs du gène muté feront l'objet d'une étroite surveillance et, si nécessaire, de traitements préventifs (dès l'enfance en cas de polypose familiale). 2.7.3. Comment ce cancer évolue-t-il? Au début, les anomalies cellulaires sont généralement localisées sur un polype intestinal. Les premiers signes sont peu apparents: saignement invisible le plus souvent. A ce stade, le cancer est entièrement guérissable si on enlève le polype en question, d'où l'importance du dépistage. Si le cancer n'est pas détecté précocement, lors d'un dépistage par exemple, il augmente progressivement en volume et envahit la paroi de l'intestin elle-même. Il peut alors saigner davantage et provoquer un changement persistant des habitudes de défécation (diarrhées et/ou constipation). D'autres signes encore doivent amener à consulter son médecin généraliste: des douleurs fréquentes dans le ventre (crampes, malaise); une perte de poids inexpliquée; des faux besoins d'aller à la selle; une sensation que les intestins ne se vident pas. A un stade plus avancé, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers les ganglions lymphatiques et le foie (métastases). 2.7.4. Quels sont les tests qui permettent le diagnostic? Deux méthodes sont disponibles: pour les personnes de 50 et plus, qui n'ont pas de facteurs de risque particuliers vis-à-vis du cancer du côlon, le dépistage par recherche de sang dans les selles est recommandé. Le prélèvement de selles se pratique à la maison et les échantillons sont envoyés au laboratoire pour analyse. Précisons que le test permet de détecter des traces de sang invisibles à l'œil nu. En l'absence de sang dans les selles, le test doit être répété tous les 2 ans (au minimum jusqu'à l'âge de 69 ans); pour les personnes qui ont un facteur de risque particulier de développer un cancer de l'intestin, une coloscopie est indiquée. Le médecin généraliste prescrit alors cet examen, qui sera réalisé par un gastro-entérologue en milieu hospitalier généralement. Qu'est-ce qu'un risque particulier quand on parle du cancer de l'intestin? Une personne sur cinq (soit 15 à 20% de la population) présente un risque un peu plus élevé de développer un cancer de l'intestin (colorectal): - soit qu'elle souffre d'une maladie inflammatoire chronique des intestins comme la maladie de Crohn ou la colite ulcéreuse; - soit qu'elle a déjà souffert d'un polype ou d'un cancer colorectal; - soit qu'un de ses parents proches (père, mère, frère, sœur) a eu un cancer colorectal. Comme le risque est plus important, le suivi préventif est différent de celui proposé à la population générale. Dans ce cas, l'examen préconisé est la coloscopie. Lire aussi notre article "dépister le cancer de l'intestin". 2.7.5. Quel traitement? La chirurgie est le traitement principal du cancer colorectal. Lorsque le cancer est détecté précocement, l'ablation du polype cancéreux, par coloscopie, est le traitement de choix. Il permet le plus souvent de guérir définitivemen t le cancer, sans autre traitement. Lorsque le cancer est de plus grande taille, la partie atteinte du côlon ou du rectum est enlevée. Le chirurgien doit parfois pratiquer une colostomie (poche), soit transitoire, soit plus rarement définitive (c'est le cas généralement quand le cancer est situé bas dans le rectum). Une ouverture est alors pratiquée au niveau de la paroi de l'abdomen (anus artificiel) et les selles sont évacuées dans une poche en matière synthétique collée à la peau. Lorsque le médecin suspecte la possibilité de métastases, ou en présence avérée de ces dernières, des traitements complémentaires par radiothérapie et/ou chimiothérapie sont proposés. La radiothérapie est basée sur l'utilisation de rayons centrés sur la tumeur pour la détruire. La chimiothérapie repose sur l'administration de médicaments destinés à tuer en priorité les cellules cancéreuses. Ces traitements ont des effets indésirables importants. 2.7.6. Peut-on prévenir l'apparition? En adoptant certaines habitudes de vie, on peut réduire le risque de cancer colorectal, mais pas l'éviter totalement. Quelles sont ces mesures de prévention? Pratiquer une activité physique régulière, ± 30 minutes par jour (voir l'article « Bouger, c'est bon pour la santé ») Ne pas fumer (voir l'article "Tabac: préparer l'arrêt"); Maintenir son poids normal (IMC de préférence entre 20 et 25). Cliquez ici pour calculer votre indice de masse corporelle; En cas d'obésité, perdre progressivement du poids (± 5% en un an), en adoptant une alimentation variée et équilibrée: - davantage de légumes et de fruits, de céréales complètes riches en fibres, de volaille et de poisson; - par contre, limiter la consommation de viandes rouges, de charcuterie et de grillades (barbecue), de graisses (dont les pâtisseries, les préparations industrielles, etc). Photo © Tomo Jesenicnik - Fotolia.com. Les bienfaits du régime méditerranéen couvrent aussi bien le contrôle du poids que la prévention du diabète de type 2, de certains cancers et de maladies cardiovasculaires. Qu'est-ce que le régime méditerranéen? On pourrait plutôt parler de mode de vie, puisqu'il allie une alimentation variée à une activité physique quotidienne. L'alimentation y est riche en fruits, légumes, oignons, ail, légumineuses, noix, produits céréaliers complets; l'huile d'olive est la matière grasse privilégiée et on y recourt abondamment aux herbes aromatiques. Fromage, yaourt, poissons et volaille sont au menu, de même que le vin rouge en quantité modérée; par contre, la viande rouge n'est que très peu consommée. L'apport en calories est raisonnable. 2.7.7. Et la vitamine D? Des études en laboratoire laissent penser que la vitamine D pourrait réduire l'agressivité du cancer du côlon, en ralentissant le processus de transformation des cellules malignes. Cependant, des recherches complémentaires sont nécessaires, notamment pour vérifier le rôle favorisant éventuel d'une insuffisance de vitamine D dans l'apparition du cancer colorectal. Dans l'état actuel des connaissances, l'apport alimentaire et via une exposition de quelques minutes par jour au soleil suffisent à couvrir les besoins en vitamine D de la plupart d'entre nous (voir notre dossier "Vitamines", chapitre 2.7.3). Pour en savoir plus sur le cancer colorectal et les traitements, vous pouvez lire la brochure "Les cancers du gros intestin" éditée par la Fondation contre le Cancer. 3. Accepter son problème de côlon pour mieux le gérer. Côlon irritable, colite ulcéreuse et maladie de Crohn ont comme caractéristique commune d'évoluer pendant la vie avec une alternance de périodes sans signes et de crises. Mais la comparaison s'arrête là, car si les troubles liés au côlon irritable sont inconfortables, ils sont sans conséquences sur l'état général. Par contre, les problèmes liés à la colite ulcéreuse et à la maladie de Crohn peuvent être plus préoccupants et altérer la qualité de vie; des complications peuvent survenir. La colite ulcéreuse et la maladie de Crohn sont des maladies généralement installées pour la vie. Il s'agit dans les deux cas de diagnostics difficiles à vivre. Actuellement, on peut en soulager les symptômes, mais on ne peut pas les guérir. Si vous êtes atteints de ces maladies, vous serez amené à modifier votre mode de vie. La présence de polypes, en raison du risque de cancérisation, ou de diverticules, peut aussi être une source d'inquiétudes, de même évidemment que l'annonce d'un diagnostic de cancer colorectal. Votre médecin généraliste est une personne ressource importante pour vous accompagner face à ces diagnostics et aux changements de vie que certains peuvent entraîner. 3.1. Votre médecin vous a annoncé que vous aviez une maladie de l'intestin? 3.1.1. FICHE 1 - QUE PENSEZ-VOUS, QUE SAVEZ-VOUS DE VOTRE MALADIE? Notez vos réponses, pour en parler avec votre médecin lors de votre prochaine consultation. Gardez vos notes pour les relire dans quelques mois, vous pourrez ainsi voir si vous avez changé d'idées. 3.1.2. FICHE 2 - COMMENT RÉAGISSEZ-VOUS? QUELS SENTIMENTS RESSENTEZ-VOUS? Notez vos réponses, pour en parler avec votre médecin lors de votre prochaine consultation. Gardez vos notes pour les relire dans quelques mois, vous pourrez ainsi voir si vous avez changé d'idées. 3.1.3. FICHE 3 - QU'ATTENDEZ-VOUS DE VOTRE MÉDECIN? DU TRAITEMENT? Notez vos réponses, pour en parler avec votre médecin lors de votre prochaine consultation. Gardez vos notes pour les relire dans quelques mois, vous pourrez ainsi voir si vous avez changé d'idées. 3.1.4. FICHE 4 - VOTRE MÉDECIN VOUS A PRESCRIT UN MÉDICAMENT. Qu'attendez-vous de ce médicament? Pour quelle raison votre médecin vous l'a-t-il prescrit? Combien de comprimés (injections, etc) devez-vous prendre, et à quel moment? Avez-vous des difficultés avec ce médicament? Avez-vous l'impression que le médicament vous convient? Quels effets ressentez-vous? Notez vos réponses, pour en parler avec votre médecin lors de votre prochaine consultation. Gardez vos notes pour les relire dans quelques mois, vous pourrez ainsi voir si vous avez changé d'idées. 3.1.5. FICHE 5 - VOTRE MÉDECIN VOUS A DONNÉ DES CONSEILS POUR VOTRE VIE DE TOUS LES JOURS. Par exemple, il vous a conseillé de: faire de l'exercice, manger différemment, faire des pauses, vous ménager, suivre un traitement médicamenteux quotidien, etc). Qu'attendez-vous de ces changements? Selon vous, pour quelle raison votre médecin vous a-t-il donné ces conseils? Avez-vous des difficultés pour appliquer ces conseils? Décrivez ce que vous avez fait au cours des 15 - 30 derniers jours, de préférence en prenant des notes chaque jour. Notez vos réponses, pour en parler avec votre médecin lors de votre prochaine consultation. Gardez vos notes pour les relire dans quelques mois, vous pourrez ainsi voir si vous avez changé d'idées. 3.1.6. FICHE 6 - Votre maladie et vous. Cela fait quelques mois ou quelques années que vous savez être atteint d'une maladie de l'intestin. Votre vie a-t-elle changé depuis que vous le savez? Notez vos réponses, pour en parler avec votre médecin lors de votre prochaine consultation. Gardez vos notes pour les relire dans quelques mois, vous pourrez ainsi voir si vous avez changé d'idées. 4. Agir pour mieux vivre avec une maladie de l'intestin. Nous avons abordé dans le chapitre "Maladies du côlon" les principales mesures généralement conseillées pour la prise en charge des différentes maladies de l'intestin. Avec votre médecin généraliste, vous pourrez mettre en place une stratégie qui vous sera personnelle pour vivre au mieux avec votre problème d'intestin. Dans un grand nombre de cas, il vous sera possible de mener votre vie comme vous le souhaitez. Même avec les maladies inflammatoires ( colite ulcéreuse et maladie de Crohn ), vous pourrez généralement travailler, avoir des loisirs, vous occuper de votre famille, vous alimenter de manière agréable et conviviale. C'est dans tous les cas le but à atteindre, mais il nécessite une bonne collaboration avec votre médecin généraliste. Souvent, un traitement permanent est prescrit. Un suivi régulier de ce traitement contribuera à stabiliser votre état; si vous avez des difficultés à suivre ce traitement, parlez-en ouvertement avec votre médecin. Ensemble, vous pourrez trouver des aménagements utiles. A certains moments, lors de crises inflammatoires, vous devrez vous imposer quelques restrictions: changements alimentaires, prise de repos, traitements spécifiques. Votre vie professionnelle et familiale peut évidemment être perturbée, de manière généralement transitoire, lors de crises plus intenses. Comme pour toute maladie chronique, il est essentiel de bien connaître sa maladie, d'apprendre à gérer le stress qu'elle constitue, et à reconnaître la manière dont le corps réagit aux poussées. Tenez votre carnet d'observations! Pour vous aider, votre médecin et vous, dans le suivi de votre trouble, vous pouvez utiliser un cahier dans lequel vous notez vos observations au jour le jour: - nombre de selles et consistance; - douleurs (leur fréquence, gravité et durée); - appétit ou perte d'appétit; - aliments qui semblent aggraver vos symptômes; - aliments que vous évitez systématiquement; - moments de la journée, de la semaine, etc. où les symptômes sont les plus présents; - relevé du poids (une fois par semaine ou par quinzaine); - fièvre éventuelle- etc. En présence d'une maladie chronique, avec une perspective d'en être atteint sa vie durant, on peut être tenté de trouver des solutions alternatives: des produits « naturels », des diètes restrictives ou d'autres types de thérapies comme par exemple l'homéopathie. Il n'y a pas de preuves scientifiques de l'efficacité de ces alternatives. Si vous avez confiance en un de ces traitements et que vous voulez le tester, ne le cachez pas à votre médecin. Certains de ces traitements sont peut-être peu compatibles avec les médicaments prescrits. Par ailleurs, si vous décidez d'arrêter vos médicaments -ce que nous vous déconseillons-, il est indispensable que votre médecin en soit informé. Dans le cas contraire, il pourrait mal interpréter des aggravations éventuelles de votre état et proposer des changements erronés de traitement. Par ailleurs, n'oubliez pas que des produits « naturels » comme des tisanes peuvent aussi avoir des effets indésirables (par exemple provoquer des diarrhées) et que certains régimes restrictifs peuvent provoquer des déficits nutritionnels. Soyez donc prudents et gardez votre esprit critique devant des publicités parfois trompeuses. Les histoires de guérisons miraculeuses soutiennent parfois des démarches très commerciales. 5. Chercher du soutien et s'organiser. Certains diagnostics, comme ceux d'une maladie chronique ou d'un cancer, sont difficiles à vivre. Bien vivre avec ces maladies implique souvent de modifier des habitudes, d'organiser sa vie quotidienne différemment Cela n'est ni évident ni facile. Vous n'êtes heureusement pas seul! Nous vous proposons quelques pistes pour trouver des informations, des idées, du soutien. 5.1. Votre entourage. En présence d'une maladie chronique de l'intestin (Crohn, colite ulcéreuse, cancer, etc), votre médecin généraliste est votre premier conseiller. N'hésitez pas à lui demander régulièrement son avis, à lui confier vos difficultés. N'ayez pas peur de lui demander de vous expliquer à nouveau lorsque vous ne comprenez pas ses explications ou si vous avez l'impression qu'il vous donne trop d'informations en une fois. Si vous prenez des médicaments, notez bien vos questions et les effets que vous ressentez, pour en parler avec lui. Expliquez à votre entourage familial que vous êtes atteint d'une affection chronique et que vous devez modifier votre mode de vie. Changer vos habitudes est plus facile si votre famille vous aide. Proposez à votre conjoint(e) de vous accompagner chez le médecin, si vous n'êtes pas sûr(e) de pouvoir bien expliquer tout ce que le médecin vous a dit, ou si on ne vous comprend pas bien. Photo © Igor Petrovic - Fotolia.com. 5.2. Bouger: des activités physiques organisées. Une activité physique régulière est conseillée pour prévenir ou stabiliser de nombreuses affections des intestins. Si vous souhaitez pratiquer une activité physique avec d'autres personnes, rejoignez un groupe (par exemple de gymnastique ou de marche). Renseignez-vous auprès de votre commune ou CPAS, d'un centre sportif ainsi qu'auprès de votre mutuelle ou d'un mouvement féminin. L'ADEPS (voir www.adeps.be/index.asp) propose des activités pratiquement pour chaque week-end (marches vertes, etc). 5.3. Ménagez-vous des moments de repos. Si vous ressentez plus vite des douleurs ou de la fatigue lors de certaines périodes, offrez-vous un ou deux moments de pause au cours de la journée. 5.4. Faites-vous aider! Si vous êtes atteint(e) d'une maladie inflammatoire de l'intestin, ménagez-vous dans les périodes de crise. Evitez de vouloir faire tout vous-même, demandez de l'aide à votre entourage ou via un service d'aide à domicile, qui pourra déléguer une aide familiale ou une aide ménagère. Vous pouvez vous informer auprès de votre mutuelle, de votre CPAS ou de votre commune. 5.5. Sexualité. Les maladies de l'intestin n'ont pas d'influence directe sur la vie sexuelle. Mais la présence de malaises ou douleurs chroniques peut avoir une influence négative sur l'humeur et sur la sexualité. Il n'est pas toujours facile de parler de sa vie sexuelle et de ses désirs avec son partenaire. Le dialogue est pourtant essentiel pour pouvoir, ensemble, adapter ses habitudes et renouveler le plaisir de vivre en couple. En cas de difficulté, votre médecin généraliste peut vous écouter et éventuellement vous orienter, vous et votre conjoint(e), vers un conseiller conjugal ou un sexologue. 5.6. Associations. Des associations spécialisées peuvent vous donner de l'information ou vous aider dans certaines démarches ou pour l'achat de matériel. Parfois, elles vous permettent de rencontrer d'autres personnes atteintes de la même maladie. Association Crohn - RCUH asbl Tél 02/354.12.85. http://www.mici.be/ FAPA (Belgian Polyposis Project & Hereditary Colorectal Cancer Project) Cette association vise l'information des patients atteints de polypose familiale et du syndrome de Lynch, ainsi que des professionnels qui s'en occupent. Tél 02/743.45.94 http://www.belgianfapa.be/fr. Stoma Ilco Belgique asbl Cette fédération francophone regroupe des personnes touchées par le placement d'une stomie. http://www.stomie.be/association/stomises-belgique.htmlCCR. 5.7. Références principales. Maladie de Crohn et colite ulcéreuse: rôle du généraliste. E-learning. Société Scientifique de Médecine Générale. http://www.ssmg.be/e-learning. Programme de dépistage du cancer colorectal en Communauté française. E-learning. Société Scientifique de Médecine Générale. http://www.ssmg.be/e-learning. Elide Montesi. Diminuer la mortalité du cancer colorectal: une nécessité. Revue de la Médecine Générale; 2009, 260: 52-59. Berstein CN, et al The Epidemiology of Inflammatory Bowel Disease in Canada: A Population-Based Study Am J Gastroenterol 2006;101:1559-1568.

éliminer graisse abdominale homme et femme lourdes

Search results by Marky. Websites by Marky. See somethingwecando.org alternatives view website. Something We Can Do A charity compilation to support Japan. See woimasointu.com alternatives. Ramones-related punk and vinyl releases are our main focus as an indie record company. See oggy.com alternatives. Il est bleu, il est bon, il est mou. C’est OGGY, le seul chat que le mot 'félin' décrit mal. Il serait le plus peinard des matous si, dans sa grande villa, ne s’étaient installés trois cafards: JOEY, DEEDEE, MARKY. See markys.com alternatives view website. Buy Caviar online at Marky's gourmet food store - Russian beluga caviar and Israeli Caspian Malossol osetra caviar and sevruga, salmon roe, goose and duck foie gras, truffles and smoked salmon. Best gourmet mushrooms, prosciutto, salami, pate, italian cheese, belgian chocolate, olive oils, fruit. See biblioteka.marki.pl alternatives. Strona Internetowa Miejskiej Biblioteki Publicznej w Markach - katalog on-line. See marky.com alternatives view website. Www.marky.com. Mark Rejhon's Home Page Ottawa, Ontario, Canada Copyright (c) 1997-2000 by Rejhon Technologies Inc.. See bao.pl alternatives view website. Najlepsze marki do 80% taniej. Tylko na zaproszenie! Sprzedajemy oryginalne produkty znanych marek. See adprnetwork.com alternatives view website. Marki Lemons Ryhal. Sites I Like. Chicago Real Estate Resources. Now Open for Business, Chicago’Accredited Distressed Property Representative (ADPR) Short Sale Resource Center. #1 Short Sale Trainer & Instructor. With over a decade of experience working in real estate, Marki Lemons has establishe. See dacia.vipcar.pl alternatives view website. See markyscaviar.com alternatives. Buy Caviar online at Marky's gourmet food store - Russian beluga caviar and Iranian Caspian Malossol osetra caviar and sevruga, salmon roe, goose and duck foie gras, truffles and smoked salmon. Best gourmet mushrooms, prosciutto, salami, pate, italian cheese, belgian chocolate, olive oils, fruit.

le meilleur regime pour perdre du poid rapidement possible synonym

Douleur foie. La purification de l’organisme.

Clair et Lipide. …et les mots pour le dire arrivent aisément. Comment j’ai guéri la carie de mon fils! Dernier article de la trilogie des caries, second du site The Healthy Home Economist. Si vous demandez à la plupart des gens si oui ou non une carie peut guérir, la réponse serait probablement, dans 99% des cas, que c’est impossible. Même les dentistes conventionnels seraient d’accord avec cette réponse. Demander à un dentiste de base pendant un nettoyage de routine si vous pouvez guérir une carie de votre propre chef, et il vous regardera probablement comme si vous étiez fou (je l’ai vécu moi-même). En contraste saisissant avec cette « sagesse » conventionnelle, le Docteur Weston A. Price a écrit sur de nombreux cas dans sa pratique en tant que dentiste, dans les années 20 et 30, où des caries guérissaient sans forage ni plombage. Il a découvert à travers ses recherches que les caries sont causées par des déficiences nutritionnelles, et quand celles-ci sont corrigées, la carie guérit. Si vous pensez à ce sujet, en étant ouvert d’esprit, et laissant vos idées préconçues sur les caries de côté, est-ce que cela n’est pas du bon sens? Est-ce que le corps ne devrait pas être capable de guérir une carie, tout comme il guérit d’une fracture osseuse, ou d’une plaie sur votre bras? Pourquoi les dents seraient-elles différentes d’une fracture du poignet après tout? Ayant lu l’ouvrage monumental Nutrition et Dégénérescence Physique du docteur Price, il y a quelques années, je suis de l’école qui pense que les caries peuvent en effet être guéries avec une alimentation appropriée pendant quelques temps. Mais croire en quelque chose, intellectuellement parlant, et savoir que cela fonctionne de sa propre expérience sont deux choses très différentes, n’est-ce pas? Pour cette raison, je suis très enthousiaste de vous raconter une histoire récente à propos de mes enfants. Vous voyez, mon aîné a récemment développé une carie sur l’incisive latérale supérieure sur la droite. Elle était derrière la dent à droite, sur la gencive. Mon mari l’a remarquée lors d’une soirée, quand il essayait de voir s’il se brossait correctement les dents (il est bien trop âgé pour se faire brosser par Maman ou Papa) Il y avait un trou définitif dans la dent, et pas vraiment un petit. Mon mari m’a appelé pour y jeter un coup d’oeil et j’étais alarmée de voir ce trou, j’ai utilisé une sonde dentaire avec des dents en caoutchouc pour me rendre compte de la profondeur. La pointe de la sonde dentaire s’établissait loin dans le trou. Pas de doute, c’était bien une carie, et nous étions d’accord tout les deux que nous avions besoin de la remplir assez vite. Notre raisonnement était que les incisives sont des dents très proéminentes et que la possibilité que l’approche nutritionnelle ne fonctionnerait pas assez vite pour sauver la dent était une grande préoccupation pour nous, surtout étant donné que l’on ne pourrait vraisemblablement pas contrôler de près l’alimentation de notre pré-adolescent pour assurer une réussite rapide. J’ai de suite appelé le dentiste et obtenu un rendez-vous. Entre-temps, j’ai insisté sur le fait que mon fils prend 3 capsules de beurre liquide tout les matins, en même temps qu’une cuillère à café d’huile de foie de morue fermentée. J’ai toujours été assez stricte sur la dose quotidienne d’huile de foie de morue avant l’école, mais un peu laxiste sur le beurre clarifié pour être parfaitement honnête. Plus jamais. Avec ce gros trou sur l’arrière de son incisive, je savais qu’il avait besoin de les prendre ensemble. Le docteur Price a découvert que les caries se guérissaient plus rapidement quand ces deux huiles thérapeutiques et nourrissantes étaient prises ensemble. Le rendez-vous avec le dentiste était dans quelques semaines, j’ai donc continué avec les capsules de beurre clarifié tout les jours. J’ai aussi dit à mon fils qu’il avait vraiment besoin de revenir vers son petit-déj fait de tranches de toast chaque matin avec du beurre cru et du miel au lieu du tahini et du miel qui était ce qu’il prenait depuis quelques mois. Il allait bien avec ça, vu qu’il apprécie le beurre cru et avait changé sa routine d’en prendre tout les matins comme il le faisait d’habitude. Est-ce que ce simple changement dans le petit-déjeuner avait un impact sur le développement de sa carie? Je n’ai rien changé d’autre. Il n’a pas changé sa consommation en céréales, et il mangeait toujours du sucre raffiné à l’école (c’était Pâques, c’était donc inévitable). Il est presqu’un ado, après tout. Essayez d’éliminer les céréales et les sucres de leur alimentation, et vous allez avoir une rébellion. Les enfant ont besoin d’apprendre certaines choses par eux-mêmes. J’ai su que vous ne pouviez protéger vos enfants de tout ça et les élever dans une bulle, vous pouvez seulement leur apprendre à être sage et ils apprendront la modération par eux-mêmes avec le temps. Entre parenthèses, j’étais contente de voir que récemment, lors d’une fête après la Journée de la Poésie qu’il évitait les grandes bouteilles de soda et barres Hershey qui ont été remis par la suite (non, je ne plaisante pas). J’étais très fier de lui. Il savait que manger ces trucs lui donnerait certainement quelques boutons, et le rendrait mal fichu toute la matinée, et le jour suivant aussi sans doute. Nous, les mamans, devons célébrer ces petites victoires tout le long, n’est-ce pas? Quoiqu’il en soit, revenons à l’histoire de la carie. Comme il s’est avéré, le jour avant son rendez-vous, les réceptionnistes ont appelé pour dire que le rendez-vous avait besoin d’être reporté, vu que le dentiste avait du sortir de la ville de manière inattendue, pour raisons familiales. Cela a repoussé le rendez-vous pour quelques semaines de plus, mais pendant tout ce temps, nous avions continué avec les 3 capsules de beurre clarifié avec une cuillère à café d’huile de foie de morue fermenté après un petit déjeuner de 2 tranches de beurre cru et de toasts au miel. Le dernier week-end, j’ai décidé de jeter un coup d’oeil à cette carie, pour voir si elle s’est empirée. Cela faisait un mois que mon mari l’avait découverte, et il était un peu préoccupée, étant donné que c’était une des dents de devant. J’ai pris une lampe de poche, et pointait sa tête en arrière, et j’ai regardé, regardé, et REGARDÉ! C’est tout à fait vrai. Il n’y avait plus de carie du tout. Elle a été complètement remplie, et était aussi régulière que celle qui suit. Je l’ai dit à mon mari qui l’a regardé aussi tôt. Il était ravi de voir que ce trou était parti. J’ai pris la sonde et appuyé autour, histoire d’être sûre et de confirmer ce que mes yeux me disaient, la carie s’était guérie d’elle-même. Je l’emmènerais tout de même chez le dentiste pour faire un bilan, mais il n’y avait aucun doute qu’il y ait encore quelque chose qui n’aille pas avec cette carie. La meilleure nouvelle dans tout ça, est que j’ai changé très peu de choses pour guérir sa carie. Il a continué son alimentation de base, en mangeant à la maison, avec les relâchements habituels à l’école et les jours de jeux. Nous avons juste ajouté du beurre clarifié avec son huile de foie de morue fermentée quotidienne, et il a remplacé son du tahini par du beurre cru sur ses toasts le matin. J’espère que vous trouverez cette histoire encourageante! Les travaux du docteur Price fonctionnent réellement dans la pratique! La conclusion du dentiste après avoir examiné mon fils. Cette brève mise à jour, a été ajoutée depuis la date initiale de l’article. J’ai effectivement amené mon fils chez le dentiste pour un bilan complet, et il n’y avait de carie nulle part dans sa bouche. Un trou y était, il s’est en allé depuis. La nutrition peut en effet guérir les caries! Où acheter de l’huile de foie de morue fermentée et du beurre clarifié. Cliquer pour regarder mes vidéos (en anglais aussi), comment faire du beurre clarifié, si vous n’êtes pas dans la capacité d’en acheter où vous vivez.