comment perdre du poids efficacement et rapidement means of communication


Cancer primitif du foie. Causes et facteurs de risque du cancer primitif du foie. Le cancer primitif du foie: Diagnostic du cancer primitif du foie. Cancer primitif du foie: les traitements.

perdre ventre après grossesse

Dominique Abran Naturopathe Montréal. Avez vous déjà entendu parlé de cure de nettoyage, de cure de foie, ou encore de détoxication? Le printemps est un moment propice pour faire une petite cure de nettoyage. Après un hiver rigoureux où souvent les gens bougent moins et mangent plus, quoi de mieux qu’une petite cure qui aide le corps à faire sortir les toxines. Malheureusement tous accumulent des toxines, ou si vous préférez des déchets que l’organisme fait, mais aussi des toxines qui viennent de l’extérieur: résidus de pesticides, pollutions, médicaments, métaux lourds,etc. Mais heureusement tous peuvent aider leur corps à se nettoyer, à éliminer ses toxines qui embourbent nos cellules. Les bénéfices sont grands. Voici 10 bonnes raisons de faire une cure de détoxication du printemps. Augmentez votre niveau d’énergie, ayez une belle vitalité. Diminuez vos rages de sucre ou de sel. Obtenez une belle peau. La peau sert d’organe d’élimination, donc si vous aidez votre foie et vos reins à mieux éliminer votre peau sera récompensée. Améliorez votre digestion et votre assimilation. Une cure permet d’avoir des selles régulières et de diminuer les ballonnements et les flatulences. Aidez à prévenir et à soulager les allergies saisonnières. Réduisez l’excès de liquide, le corps va par mécanisme de protections retenir l’eau, donc diminution de rétention d’eau ou œdème. Armez votre corps d’antioxydant et de phytonutriments. Renforcez les mécanismes de défense naturels de votre organisme. Prévenez l’irritation et l’épuisement de vos organes d’élimination (foie et reins). Les organes d’élimination peuvent ainsi mieux fonctionner et mieux éliminer les déchets au quotidien. Aidez la perte de poids, car les toxines sont entreposées dans les graisses. Prêt? Partez… Par où commencer pour se nettoyer. Il existe une panoplie de produits sur le marché, certains de bonne qualité, d’autres de piètre qualité. Avant de courir à la pharmacie et d’acheter n’importe quoi voici des conseils de base. Eau. On boit quoi en cure….de l’eau et de l’eau et encore de l’eau. Pas de jus, ni de thé, ni de boisson gazeuse, ni d’alcool, ni de café (idéalement en cure on arrête le café, car le café ralentit la détoxication du foie, toutefois si vous éprouvez des maux de tête lorsque vous cessez de prendre votre café, essayez de diminuer votre consommation, consommez le minium pour ne pas avoir de symptômes désagréables.) De l’eau et des tisanes seront donc permis durant une cure de foie. Un peu de jus de citron peu aider à boire de l’eau, un zeste d’orange pourrait aussi être une option. Notez que le foie adore le citron, ce fruit aidera la digestion des gras, il supportera le foie durant la cure. Un petit truc prenez une tasse d’eau tiède ou chaud avec le jus d’un demi citron à jeun le matin avant votre petit déjeuner ou encore après les repas. N’oubliez pas d’optez pour une eau pure de source ou filtrée et de boire au minimum 2 litres d’eau par jour. Bougez. L’exercice fait augmenter la circulation sanguine, le cœur pompe plus de sang et la lymphe circule plus. La lymphe est un liquide qui a un rôle dans le système immunitaire, un rôle nutritif et un rôle de drainage et d'épuration, elle véhicule une partie des déchets cellulaires. Assurez-vous de bougez quotidiennement au minimum de 15 minutes par jour. Une marche d’un bon pas à extérieur sur l’heure du dîner peut faire la différence entre énergie ou fatigue l’après-midi. Savez-vous que 4 minutes d’exercice intense par intervalle équivaut à une heure de marche par jour en terme de bénéfices cardio- vasculaire. Qui n’a pas 4 minutes par jour pour améliorer sa santé? Je vous lance au défi TABATA. Faites 20 secondes d’activité physique intense comme des sauts à la corde, des jump and jack, ou des squatte, (voir d’autres exemples d’exercice) puis 10 secondes de pause pour un total de 8 sessions. Voir le blog pour plus d’information. TABATA TRAINING. Dés maintenant vous avez deux défis: boire de l’eau et faire de l’exercice. Ceci fait partie de la cure de nettoyage du printemps. Le prochain article traitera de l’alimentation durant la cure.

maigrir avec le sport temoignage

Prendre soin de son estomac avec les huiles essentielles. L’expert: Aude Maillard, Docteur en Pharmacie, Aromathérapeute et Réflexologue. Praticienne et diplômée en aromathérapie scientifique, réflexologie plantaire et olfactothérapie, Aude Maillard a une approche très complète des huiles essentielles, à la fois scientifique et énergétique.C’est aussi et avant tout une passionnée des huiles essentielles avide de transmettre son savoir.Aude Maillard anime aujourd’hui des ateliers d’Aromathérapie Aroma-Zone et est également à votre disposition pour des consultations personnalisées: pour davantage d’informations, connectez-vous sur www.aude-maillard.fr. Si la digestion commence dans le cerveau, avec la sensation d’eau à la bouche et de salivation entamées dès que les bonnes odeurs de cuisine flottent sous les narines, l’estomac est le premier réceptacle du bol alimentaire. Il a en charge un lourd travail digestif et enzymatique. Il a pour fonction de digérer toute matière qui lui arrive en la malaxant, la lysant pour la transformer en ce qui est appelé le « chyme ». Bien au-delà de sa fonction de « bétonnière », il digère et transforme également le côté subtil de la vie. Au travers de l’expression « cela me reste sur l’estomac », l’impact des évènements contrariants est très bien retranscrit et l’on comprend qu’ils se somatisent à cet endroit précis, restant bloqués, prêt à être « rendus ». L’estomac est donc aussi le centre de la digestion émotionnelle, il sert à « digérer » nos idées, nos sentiments et nos émotions. Ces maux sont en rapport avec les contraintes matérielles (argent, temps, procédures…) parfois trop lourdes à « assimiler ». Digérer, une étape nécessaire à la vie. L’estomac – étymologiquement « stoma » qui signifie « la bouche », « l’ouverture » – doit recevoir et accueillir les aliments. Il hache menu ce que la mastication n’a pas eu le temps de faire puis il finit de lyser le repas grâce à trois types d’enzymes: l’acide chlorhydrique, la pepsine (qui casse les protéines) et la lipase qui dissout les graisses. Il faut environ deux heures pour que l’estomac se vide de la totalité de son contenu. Le bol alimentaire inutilisable tel quel par l’organisme et est alors valorisé en une matière qui devient plus assimilable par l’organisme, le « chyme ». Ensuite, les enzymes du foie et du pancréas prennent le relais pour parfaire le travail. Selon les principes de médecine traditionnelle chinoise, l’estomac appartient au principe de la terre. Il a bien pour mission de réceptionner directement l’énergie de la terre par le biais des aliments. Se rappeler les critères philosophiques de la médecine traditionnelle chinoise permet de bien comprendre les fonctionnalités et les subtilités du corps humain. L’énergie de la terre, dans le sens de l’humus, du terreau et du support fécond, est à la fois yin et yang. Elle reçoit, cultive et fait pousser pour récolter. On comprend donc que l’estomac et tous ses maux sont en rapport direct avec notre capacité à intégrer le monde qui nous entoure pour vivre, se construire, grandir et s’épanouir tout au long du chemin de vie. L’équilibre de l’estomac peut donc être perturbé par de multiples facteurs, tant alimentaires, mécaniques qu’émotionnels ou psychiques. Lui donner des petits coups de pouce de temps en temps peut contribuer non seulement à faire pétiller la digestion mais aussi à éviter « de ruminer » ou « tourner en rond ». Ecouter et réagir face aux signaux d’alarme. Les pathologies de l’esto mac résonnent souvent avec le déséquilibre de plusieurs systèmes, nerveux, digestifs, circulatoires. Leur retentissement est parfois sournois et différent d’un individu à un autre. Il peut être utile de connaître les différentes manières dont le déséquilibre gastrique peut s’exprimer: brûlure gastro-œsophagienne, irritation de la gorge, voix cassée, sensation de remontées liquides acides dans la bouche, mauvaise haleine, présence de grain de caséum coincé dans les amygdales, douleurs ou crampes au niveau du diaphragme et du plexus solaire, nausées voire vomissements, parfois troubles intestinaux. D’une manière moins évidente, d’autres symptômes comme les ronflements, les apnées du sommeil, les aphtes, la toux sèche chronique peuvent être aussi des manifestations de l’hyperacidité gastrique. Si l’équilibre semble rompu, un certain nombre de mesures s’imposent. Les premières sont alimentaires. Des aliments sont à supprimer impérativement: piments, poivre, café, crudités, orange (surtout au petit-déjeuner), alcools forts. D’autres sont à diminuer: aliments gras, fritures, vin, charcuterie. Les aliments favorables au rafraîchissement de l’estomac sont: banane, carotte, citrouille, fraise, épinard, miel, melon, pomme, pomme de terre. Le repas doit être frugal et pris assis, chaque bouchée devra être mastiquée au moins une vingtaine de fois. L’eau doit être limitée pendant la prise alimentaire car elle dilue les sucs gastriques, l’ambiance doit être au calme et à l’apaisement. Dans un intérêt énergétique, faire « les cent pas digestifs » stimule le méridien de l’estomac qui se termine sur le deuxième orteil et participe à faire redescendre la tension diaphragmatique liée à la digestion. Sur un registre aromatique, pour soutenir les estomacs fragiles, l’ HE de basilic tropical et celle de menthe poivrée sont particulièrement recommandées. Toutes les deux puissantes antispasmodiques, elles soulagent instantanément les muscles spasmés. En geste simple, prendre à la fin de chaque repas (5 jours sur 7 sur quelques semaines si besoin), 1 goutte de chaque dans une cuillère d’huile végétale de colza ou de lin permet d’ alléger la digestion, de seconder le travail stomachique, de chasser la fatigue post-prandiale et de dégager l’haleine ainsi que toute la sphère digestive haute. Attention la menthe poivrée est déconseillée au quotidien chez les sujets cardiaques ou hypertendus ainsi que les femmes enceintes et allaitantes. Si cela ne suffisait pas, ce geste simple peut être renforcé par la prise d’un peu de miel de Manuka ou d’ argile verte. En suivant les recommandations données plus bas dans le protocole aromatique spécial brûlure d’estomac. Ces deux derniers sont particulièrement cicatrisants et anti-inflammatoires voire même antibiotiques (pour le miel). Pour mieux digérer le subtil. Lorsque les inconforts gastriques sont en rapport direct avec les sphères émotionnelle et psychique, que les brûlures et les remontées acides se font remarquer les jours de stress pendant lesquels la course après le temps crée oppressions et nœuds diaphragmatiques, la solution la plus efficace pour remettre de l’ordre au niveau de l’estomac est la gestion du stress. Des exercices respiratoires privilégiant des inspirations courtes et des expirations plus longues en lâcher prise, procure une dynamisation du système nerveux parasympathique, celui qui met au repos l’organisme. Il s’en suit en quelques secondes une augmentation des sécrétions enzymatiques digestives et une augmentation du péristaltisme, favorable au confort digestif et à la détente musculaire. Les huiles essentielles à choisir spécifiquement sont celles d’ angélique, de camomille noble et de basilic tropical. A mélanger dans un flacon de 10 ml à raison de 30 gouttes chacune, puis compléter jusqu’en haut du flacon avec HV de noyau d’abricot. Cette synergie est à utiliser par 3 voies d’administration différentes: voie olfactive, 2 gouttes à respirer à l’intérieur des poignets, aussi souvent que nécessaire pour faire descendre la tension nerveuse. Voie cutanée, appliquer 10 gouttes sur l’estomac en remontant vers la gorge si besoin, 3 à 6 fois par jour, et enfin voie sublinguale: 3 à 5 gouttes en bouche 4 fois par jour. Cette fragrance aromatique a une touche rafraîchissante et procure instantanément une sensation calmante et relaxante musculaire. Les estomacs tendus ne sauront pas lui résister. Elle peut être associée à la formule proposée dans le miel de Manuka. Indications: brûlure d’estomac, inconfort gastrique, remontées acides, échauffement de l’œsophage et de la gorge.A réaliser dans un flacon de 10 ml, en verre teinté, muni d’un compte-gouttes.

comment perdre de la graisse en 3 jours taupe

Les causes possibles d’une prise de poids inexpliquée. Parfois nous grossissons sans même savoir pourquoi. Voici des causes potentielles à un gain de poids dépourvu d’explications en apparence. Si vous avez commencé à consommer plus de calories que d'habitude ou à faire (beaucoup) moins d'activités physiques, ne vous étonnez pas si votre poids corporel augmente. Mais que se passe-t-il si vous faites toutes les choses comme d'habitude (quand votre poids se stabilisait) et si vous prenez malgré tout aussi du poids? Il serait alors temps d'approfondir vos connaissances des raisons possibles d'une prise de poids inexpliquée (en apparence). Vous verrez que parfois, l'explication peut tellement vous surprendre que vous comprendrez aisément pourquoi vous n'y avez pas pensé plus tôt. Pourquoi prenez-vous parfois du poids sans raison? RegimesMaigrir.com vous liste les causes potentielles d'une augmentation du poids corporel inexplicable: 1) Manque de sommeil. Il y a deux problèmes avec le sommeil et la prise de poids: Le premier est intuitif. Si vous vous levez tard, vous avez plus de risques de grignoter tard la nuit, ce qui augmentera votre consommation calorique. Le second implique ce qui se passe biochimiquement quand vous manquez de sommeil. Des changements de niveaux hormonaux intensifient la faim et l'appétit, et peuvent aussi vous faire ressentir insuffisamment la satiété après chaque repas. 2) Stress. Quand les exigences de la vie quotidienne deviennent trop intenses, nos corps entrent en mode survie. Le cortisol, parfois appelé l'hormone du stress, est alors sécrété, ce qui provoque un accroissement de l'appétit. Et puis évidemment, nous pourrions chercher des nourritures réconfortantes riches en calories en période de stress également. Cette combinaison est un terrain propice à la prise de poids inexpliquée. 3) Antidépresseurs. Un effet indésirable malencontreux de certains antidépresseurs (comme Prozac ou Zoloft) est de faire grossir. Ces médicaments peuvent diminuer le taux métabolique ou causer des changements hormonaux, provoquant une faim accrue. Cela peut arriver chez jusqu'à 25% des personnes qui prennent ce type de médicament sur une longue durée. Discutez avec votre médecin de la nécessité éventuelle de basculer vers un autre médicament si vous pensez que votre antidépresseur est en train de provoquer une prise de poids sans raison autre. 4) Corticostéroïdes. Les médicaments stéroïdes anti-inflammatoires comme la prednisone (un corticostéroïde) sont connus pour provoquer une prise de poids inexpliquée. La rétention d'eau et l'appétit accru sont les principales raisons. Bien que l'amplification du poids corporel soit courante, la sévérité de cet effet secondaire dépend de la force du dosage et de la durée de prise du stéroïde. Certains patients pourraient aussi observer une redistribution de la graisse pendant cette médication, vers des endroits comme le visage, le derrière du cou, ou l'abdomen. 5) Médicaments qui pourraient causer l'obésité. Plusieurs autres médicaments en vente sur ordonnance ont été associés au gain de kilos en trop (et qui semble inexplicable à certains d'entre nous). La liste comprend les médicaments antipsychotiques (utilisés pour traiter des troubles de l'humeur comme la schizophrénie et le trouble bipolaire), ainsi que des médicaments pour traiter la migraine, les attaques, l'hypertension et le diabète. Vous et votre médecin devriez pouvoir trouver une médication qui traite vos symptômes sans provoquer des effets secondaires perturbants. 6) Pilules contraceptives (mais pas systématiquement) On pense que certaines femmes prenant les pilules contraceptives de type "combinée" pourraient constater une certaine prise de poids liée à la rétention d'eau, mais cela est généralement de courte durée. En effet, contrairement à la croyance populaire, il manque de preuves scientifiques que les contraceptifs oraux combinés (oestrogène et progestatifs) causent un gain de poids durable. Une étude suédoise vient même récemment de suggérer que la pilule contraceptive ne ferait pas grossir. Si vous êtes toujours préoccupées par ce problème de kilos superflus, parlez à votre médecin. 7) Hypothyroïdie. Si votre thyroïde (une glande en forme de papillon localisée à l'avant de votre cou) ne fabrique pas assez d'hormone thyroïdienne, vous êtes probablement fatigués et faibles, vous avez peut-être froid et prenez parfois du poids. 8) Ménopause. Ne blâmez pas toujours la ménopause et la perte d'oestrogènes pour votre gain de poids survenu à la quarantaine. Ils peuvent tous se produire à la même époque, lors de vos 40 ou 50 ans, mais les niveaux d'hormones fluctuants ne sont probablement pas la cause. 9) Syndrome de Cushing. Le gain de poids est un symptôme fréquent de syndrome de Cushing, une maladie dans laquelle vous êtes exposés à un excès de l'hormone cortisol, qui provoque à son tour une prise de poids sans raison et d'autres anomalies. 10) Syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Il s'agit d'un problème hormonal fréquent chez les femmes en âge de procréer. La plupart des femmes qui souffrent du SOPK poussent de nombreux petits kystes sur les ovaires. Cette maladie conduit à des déséquilibres hormonaux qui affectent le cycle menstruel d'une femme, et peut conduire à une croissance excessive de poils du corps et de l'acné. Les femmes atteintes de cette affection sont résistantes à l'insuline, ce qui peut entraîner une prise de poids inexpliquée. Les kilos pris de la sorte ont tendance à graviter autour du ventre, expostant les femmes à un risque accru de cardiopathies (maladies cardiaques). 11) Arrêt du tabagisme. En moyenne, les personnes qui arrêtent de fumer prennent entre 2 à 4,5 kilos. Pourquoi? D'abord, la nicotine réduit votre appétit, alors une fois que vous vous arrêtez, vous pouvez ressentir davantage d'affres de la faim, ce qui conduit à la suralimentation. 12) Partir en congés. Si vous venez à peine de rentrer de vacances et remarquez que vous avez pris quelques kilos, vous n'êtes pas seuls. Diverses études ont montré que les gens délaissent souvent leurs bonnes habitudes alimentaires quand ils sont en congés, alors donnez-vous quelques semaines pour revenir dans le droit chemin, et vous allez très probablement voir les kilos superflus s'en aller. 13) Travailler trop. Être accro du travail peut non seulement vous stresser et provoquer une prise de poids inattendue, mais aussi vous faire passer beaucoup d'heures devant un écran d'ordinateur, sans bouger suffisamment. Cette sédentarité peut vous amener à brûler moins de calories que d'habitude et à prendre quelques kilos avec le temps. 14) Faire trop confiance aux nourritures "allégées en matières grasses" Ne vous fiez pas aveuglément aux emballages qui mettent en avant l'étiquette "light" ou "allégé en matière grasse" des produits alimentaires censés être bons pour la santé. Nombre de ces nourritures contiennent tout autant de calories que les versions "normales", et ne sont pas si "saines" que cela. 15) Ne pas manger assez de fibres. Des études ont montré que les fibres alimentaires créent une sensation de satiété et de satisfaction lors du repas qui vous amène à manger moins. Si vous sentez que vous ne pouvez jamais vous rassasier, essayez de basculer vers une alimentation plus riche en fibre. 16) Avoir des amis qui mangent excessivement. Si vous trouvez que quand vous sortez dîner avec vos amis, ils vous encouragent à manger plus que vous n'en avez l'habitude, alors vous pourriez avoir pris un poids superflu que vous auriez pu éviter en temps normal. Cela ne veut pas dire que vous devez éviter de sortir manger avec ces amis, mais vous devriez faire des choses avec eux qui n'impliquent pas un repas ou alors vous montrer fermes quand il s'agit de vous arrêter de manger (ne plus écouter leurs encouragements à manger davantage). 17) Payer avec la carte bancaire au restaurant. Des études réalisées par des entreprises de cartes bancaires ont montré que les gens sont enclins à commander davantage de nourritures quand ils paient par carte que quand ils paient en espèces. Evitez de surconsommer en payant donc vos repas en argent liquide plutôt que par carte de crédit. 18) Ne pas manger assez. Etrangement, vous affamer ou vous sous-alimenter peut produire l'effet contraire de ce que vous désirez, au moins au début. Quand votre corps est affamé, il ralentira votre métabolisme et stockera le maximum d'énergie possible une fois que vous recommencez à manger normalement (ce que vous finirez par faire puisque vous êtes obligés de manger pour survivre). Cela amènera les calories à être conservées de manière inutile dans vos réserves de graisse. Alors mangez sainement et de manière équilibrée au lieu d'essayer de manger trop peu. 19) Démarrer une relation amoureuse. Le vieux stéréotype pourrait être vrai, être amoureux peut vous amener à prendre plus de poids. Si vous remarquez que vous avez été un peu moins conscients de ce que vous mangez récemment, essayez d'impliquer votre nouveau partenaire aussi et faites un effort en duo pour rester un couple en forme et désirable. 20) Négliger la taille des portions. Ce n'est pas parce que vous avez quelque chose sur la table devant vous que vous êtes obligés de la consommer. Vous pourriez ne pas vous rendre compte que vous mangez excessivement quand d'autres personnes vous servent encore et encore à manger. Faites donc attention à ce que vous êtes en train de manger ainsi qu'à la quantité consommée. 21) Passer trop de temps au bar. Les bières et les cocktails peuvent être une façon sournoise pour les calories superflues de s'insérer dans votre alimentation. Si vous avez bu plus de boissons alcoolisées que d'habitude, elles pourraient bien être les responsables d'une prise de poids surprenante. 22) Vous culpabiliser. De nombreuses personnes se culpabilisent d'avoir grossi et se sentent déprimées, abandonnant parfois tout effort de bien manger ou mangeant leurs émotions pour tenter de s'accrocher à quelque chose. Ne vous culpabilisez pas à cause de quelques kilos en trop, essayez simplement d'être meilleurs dans votre conduite alimentaire à l'avenir. 23) Sauter des repas. Non, cela n'aide pas à maigrir. Sauter un repas ou deux peut ralentir votre métabolisme et vous amener à vous suralimenter lors du repas suivant. Essayez d'espacer vos repas à intervalles régulières dans la journée pour en manger plus souvent mais moins (en quantité) à chacun de ces mini-repas. 24) Manger trop vite. Vous pourriez être affamés, et voulez avaler votre nourriture à toute vitesse. Ou alors vous tentez de manger très vite pour revenir au bureau boucler un dossier urgent avant de filer en réunion. Mais sachez que prendre un repas en un éclair est une très mauvaise habitude alimentaire. Ralentissez et prenez le temps d'apprécier votre repas. 25) Ne pas varier votre entraînement sportif ni faire d'entraînement par intervalles. Vous pourriez faire du sport régulièrement, mais si vous faites toujours le même exercice physique et à la même intensité, votre corps finit par s'habituer à cette activité. Il produira alors l'effort optimal pour dépenser le moins de calories possible tout en faisant ce sport. Donc vous finissez par ne plus brûler autant de calories qu'auparavant (quand vous commenciez à faire cet exercice). Si vous pensez pouvoir manger davantage parce que vous faites du sport, et que vous brûlez moins de calories en en faisant, alors une prise de poids inexpliquée peut survenir. 26) Allergies alimentaires. 27) Vieillissement. La plupart des gens, quand ils prennent de l'âge, sentent leur métabolisme commencer à ralentir. Si vous sentez qu'il n'est plus aussi facile de maigrir qu'autrefois, prenez en compte le fait que vous avez vieilli, et commencez à élaborer un programme nutritionnel qui reflète mieux vos nouveaux besoins. 28) Dépression. Bien qu'être déprimés puisse causer une perte d'appétit chez certains, cela peut aussi provoquer une augmentation de l'appétit chez d'autres. De nombreuses personnes mangent pour combler la tristesse qui leur a envahi. Cet acte de manger leur émotion (la dépression en l'occurrence) est nuisible à la fois pour leur santé mentale et psychique. Si vous pensez souffrir de dépression, nous vous invitons à obtenir un traitement médical pour la traiter et éviter toute prise de poids inutile. 29) Avoir un rhume. De nouvelles études suggèrent qu'être enrhumés peut vous faire prendre du poids. Certains virus semblent accroître le nombre de cellules qui se développent en graisse, provoquant une augmentation notable de poids corporel avec le temps. 30) Inflammation. De nombreux facteurs de mode de vie y compris le stress, le tabagisme et le manque de sommeil peut contribuer à l'inflammation. Certains aliments peuvent produire un effet inflammatoire également. Tout cela peut mener aux prises de poids là où normalement vous n'auriez pas dû en avoir. 31) Génétique. Bien que nous soyions tous responsables de nos propres choix, à un certain niveau, notre capacité de perdre du poids et de le stabiliser est déterminé par nos gènes. Certaines personnes auront besoin de travailler plus dur pour maigrir que d'autres. D'autres devront lutter contre leur propension naturelle à grossir (même si certaines études suggèrent qu'un style de vie sain peut vaincre cette propension). 32) Avoir pris du muscle. Si vous avez fait beaucoup de sport en général et de musculation en particulier (surtout si vous êtes un homme) et trouvez que vous avez pris du poids, ne paniquez pas. Cela peut tout simplement être le fait que vous avez augmenté votre masse musculaire et réduit votre masse graisseuse, tout en étant en meilleure santé qu'auparavant, malgré le gain de poids. 33) Grossesse. Bien que cela peut sembler évident, si une femme ne sait pas encore qu'elle est enceinte, elle pourrait être surprise par sa prise de poids (inexpliquée jusque là). Et à moins d'être complètement certaine qu'une grossesse n'est pas la raison de vos kilos en trop pris tout récemment, n'excluez pas cette hypothèse: de nombreuses grossesses sont des surprises inattendues. 34) Rétention d'eau. Beaucoup de femmes sont familières avec le ballonnement qui peut se produire quand leurs cycles menstruels se profilent à l'horizon. Mais il peut arriver que la prise de poids liée à cette rétention d'eau peut être plus grave puisqu'elle est causée par une insuffisance rénale ou par une défaillance cardiaque. Il est donc important de vérifier avec un médecin pourquoi vous faites de la rétention d'eau de manière inexpliquée. 35) Carence en acides aminés essentiels. Ces derniers, qui se trouvent par exemple dans l'huile de lin, aident notre organisme à fabriquer des hormones et à conserver un métabolisme actif. Des carences en acides aminés essentiels peut provoquer des envies de manger des nourritures malsaines et des problèmes métaboliques, puis avec le temps une prise de poids sans raison apparente. 36) Maladies du rein. L'un des symptômes des maladies rénales peut être le gain de poids associé à la rétention d'eau. Si vous remarquez une quantité anormalement élevée de ballonnement sans raison particulière, discutez avec votre médecin le plus vite possible pour vérifier que vous ne souffrez pas d'une maladie du rein. 37) Problème du coeur. L'un des signes de troubles cardiaques peut être une prise de poids inexpliquée. Elle peut être provoquée par le fait que votre corps retient plus de fluides que d'habitude. Si vous poussez le bout de votre doigt dans la peau et si cela laisse une marque plutôt que de revenir en place, alors vous faites de la rétention d'eau et devriez consulter votre médecin. 38) Déséquilibres du taux de sucre sanguin. Manger des sucres simples peut provoquer des fluctuations rapides de glycémie (qui peut être mesurée en toute autonomie), qui à leur tour peuvent provoquer davantage d'envies de manger sucré puisque votre corps lutte pour maintenir un équilibre. 39) Tumeurs. Chez les femmes, un gain de poids rapide et inexpliqué peut parfois être lié à des tumeurs ovariennes. Nombre de ces tumeurs sont bénignes, mais si les patientes ne font rien pour les traiter, elles peuvent croître jusqu'à des proportions énormes. 40) Dysfonctionnement du foie. Des problèmes avec le foie peuvent souvent être liés à la prise de poids sans raison. Votre corps peut commencer à retenir excessivement de l'eau, et vous remarquerez une contraction autour de votre tour de taille même quand vous avez peu d'appétit. Si vous soupçonnez un dysfonctionnement du foie de vous avoir fait grossir récemment, prenez rendez-vous avec un médecin dès que possible. 41) Fibromyalgie. Cette affection provoque souvent une prise de poids inexpliquée puisqu'elle cause des déséquilibres hormonaux, affectant le taux de cortisol, de thyroïde, de sérotonine et d'insuline, ainsi que la production des hormones de croissance. Cela veut dire que votre métabolisme peut décélérer et que vous pourriez prendre des kilos en plus. 42) Traitements de cancer du sein. Les femmes qui subissent des traitements par chimiothérapie afin de soigner leur cancer du sein peuvent parfois trouver qu'elles ont pris quelques kilos en trop. Ce phénomène n'est pas encore explicable scientifiquement, mais il ne doit pas constituer une raison majeure de s'alarmer si le traitement se passe bien. 43) Dysfonctionnement surrénal. Des dysfonctionnements dans les glandes surrénales peuvent mener à des déséquilibres au niveau des hormones dans votre organisme, bouleversant votre métabolisme et votre équilibre naturel. Parfois, cela peut mener à un gain de poids notable. 44) Apnée du sommeil. Elle peut vous empêcher d'obtenir un vrai sommeil réparateur, et à cause de ce manque de sommeil, vous risquez de vous sentir non reposés, stressés et irritables. Ne pas dormir suffisamment peut mener à un ralentissement de votre métabolisme et parfois à des envies de manger des aliments peu recommandables. 45) Petits changements de style de vie. Parfois votre vie est modifiée par des petits changements que vous pouvez même ne pas être conscients. Ces modifications peuvent être liées à vos habitudes alimentaires et de remise en forme. Réfléchissez à quelque chose qui pourrait avoir changer dans votre vie et qui pourrait causer un gain de poids sans que vous ayiez pu remarquer immédiatement. Choses à faire quand vous prenez du poids sans explication. N'arrêtez pas une prise de médicament (prescrit) sans d'abord consulter votre médecin traitant. Reconnaissez l'importance du médicament que vous êtes en train de prendre. Il peut être essentiel à votre santé (et passe au-dessus d'un gain de poids). Ne vous comparez pas à d'autres personnes qui prennent le même médicament. Tout le monde ne subit pas les mêmes effets en prenant la même médication. Même si un médicament amenait quelqu'un d'autre à perdre du poids, la même chose pourrait ne pas s'appliquer à vous. Parlez à votre médecin si vous avez des questions. Ne paniquez pas si la prise de poids s'explique par une simple rétention d'eau, qui n'est pas un poids permanent ni de la graisse. Une fois que vous avez fini de prendre le médicament ou que vous avez terminé le traitement de la maladie qui provoque cette rétention, la boursouflure liée à la présence excessive d'eau dans votre corps pourrait se retirer. Adoptez une alimentation allégée en sel entre temps. Demandez à votre médecin si vous pouvez prendre d'autres médicaments. Dans la plupart des cas, votre médecin peut vous prescrire une autre médication qui peut ne pas présenter les mêmes effets indésirables (au niveau du poids corporel). Déterminez si le gain de poids provient d'une diminution du métabolisme (à cause d'une maladie ou d'une médication). Si tel est le cas, prenez le temps de débuter des activités visant à augmenter le métabolisme. Bougez votre corps. SOURCES. La reproduction totale ou partielle de l'article est strictement interdite sans accord préalable de l'auteur. 10 choses à éviter pour maigrir sainement. Poids de l’enfant: attention au "rebond précoce" De la lumière pour lutter contre l’obésité. Mots-clés: Hi hi hi Hi hi hi. Bel et bon article: merci! Si. (pas toujours le cas) on vit en couple ou en famille, avec des enfants, il est bon de demander aux autres membres de la famille de nous épauler attentivement, pour nous aider à éviter la main trop lourde quand on se REsert du plat central ou de la bouteille. Merci la famille: c’est important! 9) Syndrome de Cushing. Le syndrome de Cushing peut se produire si vous prenez un corticostéroïde pour une maladie telle que l’asthme, l’arthrite ou le lupus. Il se trouve que ma femme a de l’asthme, de l’arthrite, et souffre du lupus. Et prend les médicaments idoines, à base de cortisone. Il se trouve aussi que, bien que mangeant comme quatre, elle pèse 39kg et parfois 43kg maximum. Non, ce n’est pas une pygmée rapportée de la jungle profonde d’Afrique du Sud, c’est une française moitié basque moitié alsacienne qui mesure 1m62. Je ne doute pas que parmi les 44 autres raisons possibles de votre liste, vous en trouverez bien une qui explique pourquoi elle ne prend pas de poids, charlatanisme oblige. Vous devriez vous atteler à l’étude de l’astrologie, une belle carrière vous y attend. les corticosteroides font grossir comme la testo hormones de la cortico-surrenale. ce qui est dit dans l’article est vrai, même si votre femme n’est pas rambo! il y a des pseudo exceptions car les maladies dont souffre votre femme africaine ou non sont elles responsables d’un tel catabolisme que l’effet anabolisant des cortico ne suffisent pas à inverser la tendance à la cachexie. Un cas n’est pas une généralité,mais vous êtes comme yout le monde, à s’exprimer alors que vous ne connaissez RIEN. alors au travail. 10 ans d’étude minimum et encore, pour ne pas connaitre grand chose! Contrairement aux idées reçues, la ménopause n’entraine pas une prise de poids, mais une répartition de poids. Les graisses qui avaient plutôt tendances à se loger au niveau des cuisses et des fesses sont désormais stockées au niveau du ventre. La prise de poids constaté lors de la ménopause serait plutôt une conséquence d’une mauvaise gestion des troubles engendrés par celle-ci. http://www.comment-poid.com/ Il m’a beaucoup plu le contenu de cet article. Je suis complétement d’accord avec le fait qu’on doit avoir une bonne hygiène alimentaire et qu’on doit dépister et eliminer les causes de la prise de poids. Chez moi c’était l’impossibilité de gérer la faim. Je dois admettre que malgré tous mes efforts j’ai réussi à reduire la quantité de mes repas seulement avec phen375 ( http://allgenericmedsnow.com/ ) un coup faim qui marche vraiment bien. ça fait un mois que je le prends et j’ai 12 kilos de perdus. Oui, vraiment intéressant. J’ai testé une pilule minceur, il s’agit de reductil 15 mg. Avec un regime associé ca fonctionne parfaitement, puisque j’ai perdu plus de 3 kg dans une semaine. Je n’ai pas de la faim, ni envie de grignoter, j’ai énormément réduit les quantités. Bref, je suis super contente pour l’instant et impatiente d’éliminer mon poids superflu pour en revenir a mon aspect d’autrefois. J’ai fait une commande de 60 pilules sur http://www.meridiareductil.com/ et je me permets de vous la recommander. Je m’appelle Romain et je suis dans une drôle de situation. Fin Mai de cette année, j’ai du subir une opération d’urgence à la descente de l’avion à Singapour. Je m’étais évanoui et avant cela j’avais eut un mal de crâne très important et complètement inhabituel. Résultat des courses: kyste colloïde dans le 3e ventricule. Ils m’ont posé un drain dans l’immédiat pour réduire la pression intracrânienne afin que je reste en vie. Plusieurs semaine plus tard, le chirurgien décida de tenter une opération par endoscopie pour aller retirer ce petit salopard. Ce fut un échec car la zone était trop vascularisée et le danger était trop important pour moi. Finalement je serai opéré "classiquement" une semaine avant mon retour en France. L’opération se déroula à merveille, seule petite frayeur au réveil puisque. je ne me réveillais pas de l’anesthésie mais finalement après de nombreuses claques dans la tronche je refis surface!! Je suis depuis de retour chez mes parents et suivi par l’hôpital ici. Je fais du sport en salle plusieurs fois par semaine et mange sainement (très peu de graisse, viandes/poissons et beaucoup de légumes. Peu de pâtes et féculents). Hors depuis mon accident fin Mai, j’ai pris du poids. Beaucoup de poids. Je pesais alors 65 kg étant un moniteur de plongée sous-marine professionnel. Je pèse aujourd’hui 88 kg et cela malgré tous mes efforts (nourriture, sport etc.) Et cela ne semble pas engagé vers une diminution. Plutôt l’inverse puisque je continue de gonfler gentiment. Je me tourne alors vers Internet et ses utilisateurs pour rechercher moi-même des solutions. Que faire? Jusqu’ici j’avais gardé un bon moral gardant comme objectif le moi de Mai 2016 pour pouvoir repartir à mon métier dans les îles, mais si je continue de prendre du poids de la sorte alors je ne vois vraiment pas comment je pourrais retrouver du travail en tant que plongeur. Si quelqu’un qui me lit a une idée, merci de m’en faire part! coucouuuuu! voila moi aussi je prend du poids sans manger beaucoup depuis l’adolescence, aprés avis médical rien n’est deregler! alors! j’ai fait de nombreux régime different (genre XLS) toujours accompagné de sport fitness! et là je fait le régime glucide! je ne mange que des fruits et des légumes surtout crue je mange donc sucré salé, avec une boisson sucré matin et aprés midi, pour ne pas manquer l’apport en sucre. et je boie de l’eau, je ne ressens pas la faim et ça marche la graisse fond la ou il faut et c’est le top du top! pas cher en plus! donc pas de produit laitier, pas d’huile, pas de céréale, essaillez.

draineur pour maigrir avis

APPENDICITE. L’ appendice est comme une petite excroissance en forme de ver, situé au niveau du colon, au début du gros intestin. L’ appendicite survient lorsque les bactéries envahissent et infectent la paroi de l’ appendice. Les complications les plus fréquentes de l'appendicite sont un abcès ou la péritonite. Symptômes de l'appendicite. Les principaux symptômes connus de l'appendicite sont les suivants: Des douleurs abdominales Une perte d’appétit Des nausées Des vomissements De la fièvre. L'appendicite est généralement suspectée dans un premier temps sur la base des dires du patient. Afin d’établir un diagnostic précis, le pronostic d'appendicite peut être complété par certains examens, parmi lesquels: Une analyse du nombre de globules blancs Une analyse d’urine Une radiographie abdominale Une échographie Un scanner Une laparoscopie. En raison de la taille variable de l'appendice et de la proximité avec les autres organes, il est parfois difficile de différencier l’ appendicite d’autres maladies abdominales ou pelviennes. Le traitement de l'appendicite comprend généralement une prise d’ antibiotiques ainsi qu’une appendicectomie (intervention chirurgicale pour retirer l’ appendice ). Les complications de l’ appendicectomie sont essentiellement une infection des plaies et/ou un abcès. Certaines autres maladies peuvent avoir des symptômes proches de l’ appendicite et notamment une maladie inflammatoire pelvienne, des maladies inflammatoires de l’abdomen supérieur droit (maladie de la vésicule, une maladie du foie, ou un ulcère duodénal perforé) et les maladies du rein. Définition de l'appendice. L'appendice est un diverticule creux pendu à la surface du caecum (première partie du colon). Sa taille varie de 6 à 12 cm de longueur, pour 4 à 8 mm de diamètre. Jusqu’à il y a quelques années, on pensait que l’ appendice n’avait pas de rôle dans le fonctionnement du corps. Mais nous savons aujourd’hui qu’elle a une utilité quant à la production d’anticorps. L’ appendice joue donc un rôle dans le système immunitaire, mais celui-ci étant relativement faible en comparaison d’autres organes jouant ce rôle, son ablation n’affaiblit pas les défenses immunitaires. Causes de l'appendicite. Appendicite veut dire inflammation de l'appendice. On pense que l’appendicite commence lorsque l’ouverture de l’annexe dans le caecum se bloque. Le blocage peut provenir de plusieurs causes: Une accumulation de mucus dans l’ appendice. L’ obstruction par des matières fécales. Un épaississement du tissu lymphoïde. Complications de l'Appendicite. La complication la plus fréquente est la perforation de l’ appendicite. Cette perforation peut conduire à un abcès péri-appendiculaire ou à une péritonite (Infection de l’ensemble du revêtement de l’abdomen et du pelvis). La principale raison de la perforation appendiculaire est le retard dans le diagnostic et le traitement. En général, plus le délai entre le diagnostic de l'appendicite et l’ opération sont long, plus le risque de perforation est grand. Le risque de perforation est d’au moins 15%, 36 heures après l’apparition des symptômes. Par conséquent, une fois l’ appendicite détectée, la chirurgie doit être faire sans retard inutile. Symptômes de l'Appendicite. Le principal symptôme de l’appendicite est une douleur abdominale. La douleur est dans un premier temps diffuse et mal localisée. C'est-à-dire qu’elle ne se limite pas à un seul endroit. La douleur est si difficile à cerner que lorsqu’on leur demande de pointer la zone douloureuse, la plupart des gens indiquent son emplacement avec un mouvement circulaire de la main autour de la partie centrale de leur abdomen. Un second symptôme, commun, et apparaissant de manière précoce, est une perte d’appétit, pouvant évoluer vers des nausées et même des vomissements. Les nausées et les vomissements peuvent également survenir plus tard, en raison d’une occlusion intestinale. Diagnostic de l’Appendicite. Le diagnostic de l'appendicite commence par une anamnèse (récit du patient concernant l’histoire de sa maladie) et un examen physique. Les patients ont souvent une température élevée. Il sera également noté une sensibilité modérée à sévère de l’abdomen inférieur droit lorsque le médecin lui applique une pression. Si l’inflammation s’est propagée au péritoine, cette sensibilité se fera d’autant plus ressentir au retour de la main du docteur. En effet, la douleur sera pire lorsque le médecin libérera rapidement sa main après avoir appuyé doucement sur la zone sensible de l’abdomen. Numération des globules blancs. Le nombre de globules blancs dans le sang devient habituellement élevé lors d’une infection. Au début de la crise d'appendicite, c'est à dire avant que l’infection ne s’ installe, le nombre de globules blancs peut être normal, mais le plus souvent il y a au moins une légère élévation. Malheureusement pour le diagnostic, l’ appendicite n’est pas la seule pathologie qui engendre une élévation des globules blancs. Presque toutes les infections ou inflammations peuvent provoquer cette hausse. Par conséquent, une augmentation du nombre de globules blancs seul ne peut pas être utilisée pour confirmer le diagnostic de l'appendicite. Analyse d’urine. L’ analyse d’urine est un examen microscopique de l’urine qui détecte les globules rouges, les globules blancs et les bactéries dans l’urine. L’analyse d’urine est généralement anormale lorsqu’il y a inflammation ou des calculs dans les reins ou la vessie. L’analyse d’urine peut également être anormale avec une appendicite, parce que l’appendice se trouve près de l’urètre et de la vessie. Si l’inflammation de l’ appendicite est assez importante, elle peut se propager à la vessie et à l’urètre, conduisant à une analyse anormale. Cependant, la plupart des patients présentant une appendicite présentent une analyse d’urine normale. Pourquoi peut-il être difficile de diagnostiquer une Appendicite? Tout d’abord, parce que la position de l'appendice dans l’abdomen peut varier. La plupart du temps, l’appendice se situe au niveau de l’abdomen inférieur droit. Mais l’ appendice, comme d’autres parties de l’intestin, a un mésentère. Ce mésentère est une membrane en forme de feuille qui fixe l’ appendice à d’autres structures au sein de l’abdomen. Si le mésentère est grand, il permet à l’ appendice de se déplacer. En outre, l'appendice peut être plus longue que la normale. La combinaison d’un mésentère large et d’une longue appendice peut permettre à l'appendice de descendre dans la bassin. Cela peut également permettre à l’ appendice de passer derrière le colon (appelée appendice rétro-colique). Dans les deux cas, l’inflammation de l'appendice peut davantage faire penser à une inflammation d’autres organes et notamment les organes pelviens chez la femme. Le diagnostic d'appendicite peut également être difficile à réaliser parce que d’autres problèmes inflammatoires peuvent ressembler à une appendicite. Par conséquent, il est fréquent de garder des patients en observation afin de voir si le problème va se résoudre de lui-même ou développer des caractéristiques qui permettront de diagnostiquer avec davantage de certitude une appendicite ou éventuellement une autre cause. Quelles autres pathologies peuvent faire penser à une Appendicite? Face à un patient pouvant présenter des causes autres que l'appendicite, le chirurgien doit toujours explorer d’autres pistes. Parmi les causes pouvant « imiter » l’ appendicite, se retrouvent notamment: Diverticule de Meckel. C’est une petite appendice de l’intestin grêle. Ce diverticule peut s’enflammer ou même se perforer. Dans ces 2 cas, il est généralement enlevé chirurgicalement. La maladie inflammatoire pelvienne. Les femmes sexuellement actives peuvent contracter des maladies infectieuses qui impliquent les trompes de Fallope et les ovaires (proches de l’ appendice). Habituellement, un traitement à base d’antibiotiques est suffisant et l’ablation chirurgicale de la trompe et de l’ovaire ne sont pas nécessaires. Traitement de l’Appendicite. Une fois le diagnostic de l’appendicite posé, une appendicectomie est généralement réalisée. Les antibiotiques sont presque toujours prescrits avant de procéder à la chirurgie et dès lors que l’on soupçonne une appendicite. Il y a un petit pourcentage de patients pour lesquels l’ inflammation et l’ infection de l'appendicite restent légers et localisés à une petite zone. Le corps est capable alors de contenir l’inflammation et de la résoudre. Ces patients ne sont généralement pas très malades et l’amélioration peut se produire en quelques jours pendant la phase d’observation. Ce type d’ appendicite est appelée appendicite confinée et peut être traitée avec des antibiotiques seuls. L’ appendice pourra être enlevée à une date ultérieure mais ce n’est pas une obligation. Comment réalise-t-on une appendicectomie? Au cours d'une appendicectomie, une incision de 5 à 8 cm de longueur se fait à travers la peau et des couches de la paroi abdominale sur la zone de l’appendice. Le chirurgien visualise et examine la zone autour de l’ appendice pour s’assurer qu’aucun autre problème n’est présent. Il la retire en la libérant de son attachement mésentérique qui la relie au colon et à l’abdomen et suture le trou ainsi révélé sur le colon. Si un abcès est présent, le pus peut être drainé par des drains qui passeront de l’abcès à l'extérieur du corps. L’ incision abdominale est alors refermée. De nouvelles techniques pour enlever l’ appendicite impliquent l’utilisation de la laparoscopie (fin tube avec caméra vidéo, insérée par un très petit trou fait dans l’abdomen, d’où une incision beaucoup plus petite que pour la chirurgie traditionnelle). Si l’ appendice est trouvée, elle peut être retirée avec des instruments spéciaux passés au travers de l’abdomen. Quelles sont les complications de l’appendicectomie? La complication la plus fréquente de l’ appendicectomie est une infection de la plaie. Ces infections varient d’une intensité légère, avec rougeur et une faible sensibilité sur l’incision, auquel cas, des antibiotiques seuls pourront régler le problème … à une intensité modérée, nécessitant alors la prise d'antibiotiques et également une seconde intervention chirurgicale. Il peut arriver que la gravité de l’infection soit telle que le chirurgien ne peut pas fermer l’incision à la fin de la chirurgie, en raison de la crainte que la plaie ne soit infectée. La fermeture de l'incision peut alors être retardée de quelques jours pour permettre à l'infection de se calmer avec un traitement antibiotique et il sera alors moins probable que la plaie s’infecte au lieu de l’incision. Y a-t-il des conséquences à long terme de l'appendicectomie? Le rôle de l’ appendice n’est pas encore très clair par rapport à l’âge des sujets, enfants ou adultes. Il n’y a pas cependant de problème de santé majeur résultant de la suppression de l’ appendice à long terme. Toutefois, une légère augmentation de certaines maladies a été notée, comme par exemple la maladie de Crohn. Forum et témoignages sur l'Appendicite. Nous vous proposons de laisser vos commentaires dans le Forum ci-dessous.

Symptômes et Traitement. Traitements et remèdes. Les maladies du foie Causes. Quelles sont les causes des maladies du foie? Les maladies du foie est due à une variété de maladies, les troubles et les conditions que les dommages du foie. Les maladies du foie commence habituellement par une inflammation et une hypertrophie du foie, qui peut être réversible dans certains cas avec un traitement rapide. Elle n’est pas traitée, une inflammation du foie conduit à la fibrose (cicatrisation) du foie qui remplace éventuellement les tissus sains. Les tissus du foie Scarred ne peut pas fonctionner normalement, mais un traitement rapide peut encore inverser les dommages dans certains cas. Les tissus du foie Scarred qui n’est pas traitée ou inversée progresse vers la cirrhose, une condition dans laquelle le foie est endommagé de façon permanente. Si l’avancement de la cirrhose n’est pas ralentie ou arrêtée, de vastes zones du foie ne fonctionne plus, conduisant à une insuffisance hépatique. Maladies sous-jacentes, les troubles du foie et des conditions qui peuvent conduire à une maladie du foie comprennent: Dépendance à l’alcool ou l’alcoolisme, qui peut conduire à la stéatose hépatique et de cirrhose. Conditions auto-immunes, telles que l’hépatite auto-immune (une forme de l’hépatite dans laquelle le système immunitaire attaque le foie) et la cirrhose biliaire primitive (gonflement et le blocage des voies biliaires) Obstruction des voies biliaires due à des calculs biliaires, une tumeur, ou d’autres causes. Budd-Chiari syndrome (caillots de sang que les veines de blocs dans le foie) Certaines conditions génétiques ou congénitales et de troubles, tels que l’hémochromatose (des niveaux excessifs de fer dans l’organisme que les lésions hépatiques cause), les. La maladie de Wilson (une maladie héréditaire qui provoque une rétention excessive de cuivre dans le foie), et la fibrose kystique (une maladie héréditaire qui provoque une accumulation de mucus dans le foie, les poumons et autres organes) Congestive insuffisance cardiaque (incapacité du cœur à pomper efficacement le sang) Les infections, telles que l’hépatite A, B et C. Le cancer du foie et les tumeurs bénignes du foie. Surdosage de certains médicaments, comme l’acétaminophène (Tylenol) ou l’exposition à certaines toxines. Trauma ou blessure au foie. Quels sont les facteurs de risque de maladie du foie? Un certain nombre de facteurs augmentent le risque de développer une maladie du foie. Les facteurs de risque comprennent: La maladie coronarienne (en raison de l’athérosclérose, également appelée durcissement des artères, ou d’autres causes) Le diabète (maladie chronique qui affecte la capacité du corps à utiliser le sucre pour l’énergie) L’exposition à certaines toxines, tels que l’arsenic. L’exposition à l’hépatite. Les niveaux élevés de triglycérides sanguins. L’usage de drogues par voie intraveineuse. Traitement à long terme avec des corticostéroïdes. Réduire les risques de maladie du foie. Pas tous les gens qui sont à risque de maladie du foie se développera la maladie. Cependant, vous pouvez réduire votre risque de développer une maladie du foie par: Eviter les facteurs de risque pour l’hépatite, comme avoir des relations sexuelles non protégées avec des aiguilles partenaires ou de partage de plus d’un pour le tatouage ou la consommation de drogues. Ne pas boire d’alcool ou de limiter la consommation d’alcool à un verre par jour pour les femmes et de deux verres par jour pour les hommes. Cherche des soins médicaux réguliers et à la suite de votre plan de traitement pour les maladies chroniques et les conditions, comme l’alcoolisme, le diabète, l’obésité, haute de cholestérol, et la maladie coronarienne.