recette qui fait maigrir rapidement et facilement


Cuisine en folie. samedi 5 octobre 2013. Le foie gras au micro-ondes façon Thierry Marx. 18 commentaires: Jolie table, et des mets délicieux.! La terrine de foie gras, au micro-ondes, je vais l'essayer, et puis la faire goûter sans le dire à un " irréductible puriste"" Périgourdin! Bon dimanche Coco. Soda. hello Soda! merci c'est gentil, table simple mais j'aime bien mettre en valeur ma nouvelle table et ne pas la recouvrir d'une nappe, pas encore. je veux en profiter lol! j'attends ton avis avec impatience pour cette terrine de foie gras merci de ta visite bizzzz et bonne fin de dimanche.. après le beau ciel bleu de ce matin, l'orage gronde sur les hauteurs derrière nous. Ben voilà! mon clavier est trempé de salive.;-) que cela a l'air bon. merci ma belle et gros bisous Sereine. hi hi! coucou Sereine! ravie de ta visite tu salives lol! et bien si tu étais près de moi, tu aurais encore une bonne raison de saliver: ça hume bon les oignons qui mijotent doucement avec les herbes de provence pour la pissaladière de ce soir;) merci pour ton comm' bizzz et bonne fin de week-end. Coucou, il y a de quoi saliver chaque jour sur ton blog, comme notre amie Sereine. Pour la terrine de foie gras j'attends jusqu'à fin novembre, à notre retour d'Espagne. De toute manière je reste fidèle à tes délicieuses recettes, si tu en avais une sur la cuisine andalouse, pense à moi. A ma connaissance, ce n'est pas vraiment courant! Cela dit pour la table, je suis comme toi, pas besoin d'artifices superflus quand on a une jolie table et des plats délicieux. Bisou. Soda. hello Soda ma fidèle fan une réussite cette terrine de foie gras et à toi d'y apporter ta touche perso en changeant les épices, en ajoutant des figues ou des abricots, voire même des pruneaux à l'intérieur pour la cuisine andalouse, je t'ai trouvé une recette de tourte à l'andalouse, ici: http://cnrscuisine.canalblog.com/archives/2012/09/08/24956399.html je regarde pour d'autres et t'envoie les liens par MP sur Facebook bye et passe un bon lundi. Aaaaaaahhh voici le cri de mes papilles car OUI, le foie gras au micro ondes c'est juste ULTRA BON et super facile à réaliser! Je le fais pour les fêtes mais sans le transvaser pour retirer la graisse. Je le laisse refroidir tout doucement après qu'il soit passé au micro ondes. La mise en scène de ta recette est géniale et aussi cette très belle photo de raisins en fond d'écran du blog! Ta table est très belle aussi, combien vous avez dû vous régaler! Pour la croustade, sais-tu que je n'en ai jamais fait! Je vais aller la voir car elle me tente bien! Bises. coucou Val hi hi! on aime le foie gras pas vrai? chez nous aussi, le canard, l'oie.. on aime j'ai vu, oui qu'on pouvait éviter de transvaser, je le ferai la prochaine fois.. pour mon foie.. ma foi;) bizzz et à bientôt sur le net.

vinaigre de cidre brule graisse puissant

L’histiocytose langerhansienne, une maladie rare. Dr Jean Donadieu. L'existence des maladies rares pose un problème de société très souvent mal appréhendé par le public et les autorités. 6 à 8 % de la population, soit environ 4 millions de personnes en France, sont atteintes d'une maladie rare. Compte tenu de leur rareté, et donc du manque d'expérience et d'information des praticiens, leur diagnostic n'est pas toujours évident. L'histiocytose langerhansienne, bien que répertoriée depuis longtemps sous des noms variés, reste encore à ce jour, peu ou mal connue. Il est d'autant plus important de la faire connaître des praticiens non-spécialistes que la précocité de son diagnostic est un facteur essentiel au succès de son traitement. Le Groupe d'Etude des Histiocytoses (G.E.H.), créé en 1995, regroupe des médecins et des biologistes français spécialistes de cette maladie rare. L'un d'entre eux, le Docteur Jean Donadieu, est pédiatre au service d'hémato-oncologie du Professeur Leverger à l'hôpital Trousseau. Membre fondateur du G.E.H. dont il fut Président de 1995 à 2001, il assure aujourd'hui, au sein du bureau de cette association de chercheurs français, la coordination du registre des patients. Il participe également aux activités de l'association internationale Histiocyte Society dont il est membre du bureau. Il a bien voulu répondre aux questions que l'Association Histiocytose France (A.H.F.) lui a posées sur cette maladie rare. La maladie. Le nom. Histiocytose désigne une maladie correspondant à une prolifération d'histiocytes, cellules ayant la forme de macrophages (catégorie de cellules du système immunitaire), quel que soit l'organe atteint. Langerhansienne qualifie le type de cellules d'aspect macrophagique impliqué dans la maladie. Dans le cas de l'histiocytose langerhansienne (H.L.), les cellules pathologiques sont des cellules de Langerhans localisées, à l'état normal, au niveau de la peau, mais qui dans la situation de la maladie H.L., se localisent parfois dans d'autres organes et sont responsables d'une série de désordres. Ce nom a lui-même toute une longue histoire. D'autres noms ont été utilisés et le sont parfois encore: Granulome à éosinophiles désigne une tumeur des os dont l'aspect histologique est associé à des cellules de Langerhans et à de nombreuses cellules réactionnelles, particulièrement des polynucléaires éosinophiles. La maladie de Hand-Shüller-Christian, du nom des trois médecins qui l'ont décrite, est une forme clinique que l'on rencontre chez l'enfant après un an. Cette forme associe des tumeurs osseuses (granulome à éosinophiles), localisées au niveau du crâne, à un diabète insipide et une exophtalmie (yeux semblant sortir du crâne). La forme de Letterer-Siwe est une forme du nouveau-né décrite par deux médecins dans les années 20. Cette forme comporte une atteinte hématopoïétique de la moelle osseuse, des os, du foie, de la rate. C'est une forme très sévère qui met en jeu la vie de l'enfant en l'absence de traitement. La forme de Hashimoto-Pritzker correspond à une forme cutanée pure du tout petit enfant. Elle est réputée être régressive spontanément. Ces entités diverses ont été rassemblées en 1953. Il s'avère en effet que celles-ci, très différentes dans la présentation clinique, présentent toutes un aspect identique sur le plan tissulaire, c'est-à-dire une accumulation d'histiocytes. Dans la mesure où le type d'histiocytes impliqués n'était pas déterminé, ces entités ont été désignées par le terme Histiocytose X (histiocytes d'origine inconnue). En 1973, des chercheurs français, M me Basset et M. Nezelof ont rattaché cette maladie à une cellule de la peau, la cellule de Langerhans, qui porte le nom d'un médecin allemand, Paul Langerhans; il l'avait décrite dans les années 1870. C'est, à l'état normal, une cellule localisée dans la peau qu'il avait rattachée initialement au système nerveux, en raison de sa forme: en effet, elle présente normalement des ramifications - comme de multiples bras - (morphologie dendritique, du grec dendron, arbre). On a compris que cette cellule de Langerhans était vraiment le cœur du problème dans différentes entités. D'où le nom d' Histiocytose langerhansienne. Localisations. La localisation la plus fréquente est osseuse. Dans les os, le symptôme qui conduit à découvrir cette maladie est la douleur, ou parfois des fractures dites pathologiques parce que survenant sans effort particulier. Dans ce cas, la maladie au niveau des os est caractérisée par une image radiologique très particulière qu'on appelle une lacune osseuse et qui ressemble à un trou dans l'os. C'est la première localisation par la fréquence. La localisation qui vient au deuxième rang, par la fréquence, se situe au niveau de la peau. L'atteinte cutanée peut présenter plusieurs aspects. Le plus fréquent est constitué par des croûtes de lait sur le cuir chevelu des nouveau-nés. Elle peut aussi prendre la forme d'une éruption parfois dite pétéchiale: de petits points violacés sont répandus sur la peau. On peut encore trouver un aspect de pseudo varicelle (bien entendu non liée au virus de cette maladie). Dans les autres organes, la maladie s'exprime de façon tout à fait différente. Par exemple, au niveau du poumon, elle peut se manifester par une gêne respiratoire, et en radiographie par ce qu'on appelle un infiltrat (lésion pulmonaire très diffuse) ou par des bulles. Si elle atteint le foie, elle entraîne des dysfonctionnements de cet organe, et son grossissement décelable à la palpation. Elle peut se manifester au niveau de la moelle des os. Elle peut se localiser au niveau du système endocrinien, avec en particulier une entité appelée diabète insipide. Il s'agit d'un manque de contrôle de la perte urinaire d'eau avec compensation par des boissons abondantes, ou, en jargon médical une polyurie-polydipsie, n'ayant rien à voir avec le diabète sucré dû à un manque d'insuline. Les localisations neurologiques sont exceptionnelles. Elles présentent soit un aspect de tumeurs cérébrales (de "boules" dans le cerveau); soit des aspects considérés comme dégénératifs, avec en particulier un syndrome cérébelleux entraînant un problème de coordination de la statique, de la marche (comme dans un état ébrieux). Globalement, la plupart des localisations sont uniques (celles de l'os et de la peau en particulier). Mais pour chaque personne impliquée, cela peut être différent. Il y a quelques formes où la maladie atteint plusieurs organes. On les dit multisystémiques. Ces formes posent avec le plus d'acuité le problème du traitement, car la maladie peut alors être dangereuse pour la santé de l'enfant, et parfois même pour sa vie. Nombre de cas en France. Cette maladie peut atteindre les adultes. Des enfants ont atteint l'âge adulte avec cette maladie et continuent d'avoir des localisations. C'est un tout petit nombre, mais ça existe. Il y a aussi les adultes qui déclenchent une maladie en tout point similaire à celle de l'enfant. Il y a enfin une forme de l'adulte qui est tout à fait remarquable parce que très liée au tabac. Le tabac a beaucoup d'inconvénients; mais en plus, certaines personnes ayant probablement une susceptibilité à le faire, présentent une atteinte pulmonaire caractérisée par une gêne respiratoire, par des accès de toux, par ce qu'on appelle des pneumothorax (présence d'air dans la plèvre) et des douleurs. Origine de la maladie. L'origine virale a été suspectée depuis le début de la description de la maladie. Un des arguments en faveur de cette hypothèse tient à la fonction immunitaire des cellules de Langerhans qui constituent un des premiers maillons de la défense anti-infectieuse (ce sont des cellules dites présentatrices d'antigène). Mais malgré les très nombreux travaux effectués, aucune infection virale n'a été mise en évidence de façon récurrente chez ces patients. Diagnostic. Prise en charge et traitements. La prise en charge. La difficulté suivante est de décider d'un traitement particulier. Je pense surtout à la chimiothérapie (types de traitements usuellement utilisés contre le cancer). Quand on a recours à ce type de médication, ces enfants ou ces adultes vont consulter des services de cancérologie. Mais ce n'est pas pour autant que cette maladie est un cancer. Ces services sont amenés à voir et à traiter les formes les plus sévères, qui mettent parfois en jeu la vie des enfants, cette maladie étant, avant tout, une maladie de l'âge pédiatrique. Les traitements. Pour entrer dans le détail, c'est une maladie très hétérogène, qui peut atteindre de très nombreux organes; qui a une évolution très variable d'une personne à l'autre, d'un enfant à l'autre. La première considération importante, c'est que le traitement doit être adapté à la sévérité de la maladie et à son profil évolutif. Cela explique que souvent la première étape du traitement est une étape d'observation et d'attente. Ceci est peut-être un peu difficile à accepter quand on est patient, mais cette étape est indispensable parce qu'il y a des formes qui peuvent auto-involuer ou s'arrêter toutes seules. Quand un traitement s'avère nécessaire, il doit être proportionnel à la gravité de la maladie. Il faut donc vraiment réfléchir au cas par cas; ou du moins essayer de faire des catégories de patients à traiter de façon un peu homogène, tout en tenant compte de la gravité potentielle de chaque cas. Le schéma thérapeutique doit associer différentes approches: Pour la peau, on utilise une chimiothérapie spécifique qui consiste en l'application de caryolysine. C'est un traitement qui rend de grands services pour les lésions cutanées. Dans les formes vraiment agressives de la maladie, on envisage des associations de médicaments. Parmi ces médicaments, on retrouve de façon presque obligatoire deux médicaments, la cortisone ou les dérivés de la cortisone; et la vinblastine - qui est un alcaloïde -, médicament dérivé d'une plante, la pervenche de Madagascar. Cette vinblastine a été synthétisée et expérimentée pour la première fois dans les années 60. On a donc assez de recul pour savoir que ce médicament est en général parfaitement toléré, qu'il n'est pas dangereux sur le long terme, qu'il a quelques effets secondaires à court terme qu'on peut maîtriser. Il est donc possible de l'utiliser assez facilement chez les enfants et pendant tout le temps qu'il faut pour traiter et venir à bout de cette maladie. Des traitements de deuxième ou troisième ligne sont à mettre en œuvre si l'on voit que la deuxième approche n'est pas suffisante. On entre ici dans des détails que je ne développerai pas. En résumé, le traitement, si la décision d'abstention thérapeutique n'est pas retenue, sera soit un traitement local par caryolysine, soit un traitement par vinblastine et corticoïde de première intention; ensuite, il faudra voir en fonction de la réponse et de l'évolution sous ces traitements. La recherche clinique. Une fois ce travail préliminaire effectué, il est possible d'orienter le traitement de façon la plus rationnelle possible compte tenu de ce que l'on sait aujourd'hui. Peut-être y aura-t-il un jour des techniques pour orienter rapidement le traitement. Mais aujourd'hui, on se sert des éléments recueillis par l'examen clinique (l'observation de l'enfant) et par des examens complémentaires: scanners, éventuellement IRM, et différentes prises de sang. En fonction de ces éléments, on stratifie, on organise le traitement selon différents groupes de patients; on décrit deux groupes ou trois groupes de patients. Pour certains, on décide de ne rien faire, et on observe. Il s'agit en général de formes osseuses isolées. Il y a des formes intermédiaires où l'on voit que la maladie est quand même assez active, en particulier dans les formes osseuses où plusieurs os sont atteints; ou des formes osseuses qui menacent éventuellement l'œil ou la colonne vertébrale. Dans ces cas-là, on met en route un traitement, mais d'intensité modérée. Puis, il y a les formes les plus sévères d'emblée qui sont les formes du tout petit enfant où existe une atteinte du poumon, du système sanguin. Ces atteintes sont potentiellement graves pour l'enfant. Pour ces cas-là, on a intérêt à mettre en route sans délai un traitement assez vigoureux. La loi Huriet. Les partenaires de la recherche. La Société française des cancers de l’enfant. Le Groupe d'Etude des Histiocytoses (G.E.H.) La Société histiocytaire (Histiocyte Society) La recherche fondamentale. Elle avance mais très lentement pour plusieurs raisons liées à la maladie elle-même. Usuellement plusieurs moyens existent pour faire progresser les connaissances sur les maladies. Un des moyens est le modèle animal de la maladie qui correspond exactement à la maladie humaine. Mais cela n'est pas réalisable dans le cas de l'histiocytose. L'autre moyen est la culture des tissus porteurs de la maladie; mais en raison de contraintes biologiques, nous n'arrivons pas à reproduire cette maladie en éprouvette. On est donc obligé d'avancer sur des prélèvements faits lors du diagnostic. Cela nous oblige à travailler sur de toutes petites quantités de tissus. Il faut avec cela essayer de débobiner tous les fils de cette maladie. Ce n'est pas quelque chose de très simple. Et ce l'est d'autant moins que cette maladie étant rare, ces prélèvements sont dispersés. Il y a donc toute une série de problèmes d'ordre logistique à résoudre avant de commencer à réfléchir sur le fonctionnement de cette maladie. En 2005, les travaux de recherche fondamentale se sont fédérés, avec le réseau de recherche clinique pour un projet dénommé EPILCH2005. Il associe le réseau clinique (c’est-à-dire le registre des patients), et 3 équipes de recherche, une d’épidémiologie (registre des leucémies et lymphomes de l’enfant), une de virologie (Unité Inserm, Madame Joab, Hôpital Saint-Louis) et une d’immunologie et de génétique impliquée dans des travaux sur les cellules dendritiques (Unité Avenir Inserm, Laboratoire d’Anapath, Docteur Geissmann, Hôpital Necker). Ce projet de 3 ans est financé par le GIS maladies rares et des fonds de l’Agence Nationale de la Recherche. Il vise à connaître les déterminants de l’apparition de l’histiocytose. Impact de la recherche sur la cellule de Langerhans. Dans les faits, le système immunitaire suppose une coopération de ces différents acteurs. En particulier, la défense immunitaire spécifique (assurée par les lymphocytes) suppose une mise en action d'une partie du système immunitaire non spécifique. Celle-ci est constituée par les cellules dites présentatrices d'antigène; ce sont très précisément les cellules dites dendritiques, dont font partie les cellules de Langerhans. L'importance de ces cellules présentatrices d'antigène a été longtemps ignorée car elles sont difficiles à étudier. Mais il s'avère qu'elles ont une part importante dans plusieurs situations, par exemple dans la défense contre les infections par certains microbes comme la tuberculose, mais aussi dans le cancer. Il se trouve que l'histiocytose langerhansienne est pratiquement la seule maladie humaine de ce système cellulaire. Arriver à comprendre cette maladie représente un outil fort utile pour comprendre la biologie de ces cellules et les moyens de les réguler, dans le cas de l'histiocytose langerhansienne, mais aussi, pourquoi pas, dans d'autres circonstances bien plus fréquentes comme la défense immunitaire anticancéreuse par exemple. L'impact potentiel de la compréhension de ce type de maladies apparaît donc assez large. Cellule de Langerhans. En 1868, Paul Langerhans décrit des cellules de la peau, pourvues de ramifications ou dendrites. de Langerhans" width="425" height="303" /> Agé de 23 ans au moment de la publication de cet article, il pensait que ces cellules étaient des cellules nerveuses, et ce n'est que 50 ans après que ces cellules ont été rattachées au système immunitaire.

regime sans residus avant coloscopie sous anesthesie

Hygiaflore Rhubarbe Transit. Rhubarbe. La Rhubarbe, originaire des hauts plateaux du Tibet, est utilisée depuis plus de 2000 ans et est reconnue pour ses bienfaits sur le transit intestinal. Artichaut. Ses bienfaits: Ses vertus sont exploitées depuis le XVIème siècle. L’Artichaut est reconnu pour favoriser un bon fonctionnement du foie, et traditionnellement utilisé pour faciliter la digestion. Descriptif. Conseil d'utilisation. De 1 à 4 comprimés par jour. Maximum 4 comprimés par jour. Commencer par 1 comprimé par jour. Ce complément doit être utilisé pendant de courtes périodes. Ne pas consommer de façon prolongée (durée maximale de prise: 10 jours). Déconseillé aux enfants de moins de 12 ans, aux femmes enceintes et allaitantes. En cas de prise simultanée de médicaments ou en cas de maladie gastro- intestinale, consulter votre médecin. Il est recommandé de respecter les doses conseillées, de veiller à avoir une alimentation variée et équilibrée et un mode de vie sain. Tenir hors de portée des jeunes enfants. En cas de transit paresseux boire abondamment et adopter une alimentation riche en fibres. Ingredients. Rhubarbe de Chine (racine) - Guimauve (racine) - Rose pâle (pétale) - Artichaut (bractée) (support: maltodextrine - antioxydant: acide citrique) - Basilic (feuille) - Coriandre (fruit) - Levure de bière ( gluten ) - Dextrine de pomme de terre - Ferments lactiques (support: maltodextrine): Bifidobacterium bifidum, Lactobacillus acidophilus - Anti-agglomérant: Stéarate de magnésium. Code ACL. Plus d'informations.

boisson qui fait perdre du poids vitek

Maladie foie. Tirés à part: D. A. Vuitton, à l'adresse ci-dessus. Les hépatites virales restent les vedettes des maladies infectieuses hépatiques de ce début du XXI e siècle, tant en terme de santé publique que d'intérêt scientifique. Mais elles ne doivent pas faire oublier que le foie, par sa position anatomique, est interposé comme un filtre entre les agents pathogènes de toute nature provenant des muqueuses digestives et de la circulation systémique. Pour les parasites ingérés, mais aussi pour ceux dont la migration implique un passage dans les vaisseaux drainés par le système porte, le foie est un site anatomique d'élection. Le foie a, de plus, des particularités immunologiques qui l'amènent à combiner l'immunité naturelle, de première ligne, assurée par les cellules de Kupffer et d'étranges propriétés de tolérance immune, encore mal élucidées. Cette situation anatomique et immunologique originale et les fonctions générales de détoxification du foie l'exposent à être le témoin privilégié des interactions entre l'hôte et bien d'autres agents pathogènes que les virus hépatotropes. La nature même de « parasite » impose à la fois une reconnaissance immunologique initiale et une tolérance prolongée, assurant l'équilibre entre protection du parasite, au moins jusqu'à sa maturation vers la fertilité, et protection de l'hôte (qui garantit la survie du parasite lui-même). Ces particularités, et l'équipement du foie en cellules particulièrement adaptées à développer un processus de fibrogenèse, contribuent aussi à la chronicité et aux complications de certaines infections hépatiques parasitaires. Une énumération de toutes les maladies parasitaires qui, à un moment ou un autre de leur évolution, ou en fonction de l'état particulier du malade — ou de sa localisation géographique —peuvent atteindre le foie, serait fastidieuse et de peu d'intérêt pour la pratique. Dans cette mise au point, le choix a été fait de privilégier les pathologies les moins inhabituelles et/ou les plus intéressantes quant à leur apport à la réflexion hépatologique, dans la perspective d'un praticien européen, confronté occasionnellement avec leur diagnostic et leur prise en charge. Le plan adopté suit les circonstances de cette confrontation: maladies parasitaires « opportunistes », dans le contexte d'une immunodépression; maladies parasitaires « exotiques », rencontrées chez des malades originaires des zones connues d'endémie, essentiellement tropicales, ou chez des voyageurs ayant séjourné dans ces zones; abcès et kystes parasitaires « importés », acquis ailleurs et évoluant à bas bruit; et enfin, maladies parasitaires « autochtones », contractées en France ou dans des pays européens voisins, mais dont la relative rareté et les particularités épidémiologiques peuvent déconcerter le clinicien. Le tableau I donne une vue synoptique des principales maladies hépatiques à helminthes, avec leurs caractéristiques épidémiologiques, parasitologiques et thérapeutiques. La clonorchiose et l'opistorchiose, rares, le plus souvent asymptomatiques ou donnant une symptomatologie identique à celle de la distomatose [1 Vuitton DA, Piarroux R, Bresson-Hadni S. Non-viral infectious diseases of the liver. In: Hepatology. Bianchi-Porro G, Cremer M, Krejs G, Ramadori G, Rask-Madsen J, Isselbacher KJ eds. Mc Graw-Hill, NewYork-Milan 1999 a: 644-67. L'atteinte hépatique par les maladies parasitaires se manifeste d'autant plus que les défenses immunitaires sont déprimées, et le foie devient alors le siège d'infections qui ne l'atteignent guère, voire jamais, chez l'individu aux défenses immunitaires intactes. L'épidémie de sida a révélé les localisations hépatiques possibles et parfois préoccupantes d'infections comme la pneumocystose, la leishmaniose, la toxoplasmose, les cryptosporidioses et microsporidioses; leur incidence dans les pays développés a considérablement décru après l'introduction des trithérapies antirétrovirales [2 Kaplan JE, Hanson D, Dworkin MS, Frederick T, Bertolli J, Lindegren ML, et al. Epidemiology of human immunodefiency virus-associated opportunistic infections in the United States in the era of highly active antiretroviral therapy. Clin Infect Dis 2000; 30 Suppl 1: S5-14. Les voyages transcontinentaux, professionnels ou touristiques, les expatriations temporaires apportent au retour en Europe, leur contingent de pathologies « importées » [3 Hochberg N, Ryan ET. Medical problems in the returning expatriate. Clin Occup Environ Med 2004; 4: 205-19. Pour beaucoup de médecins — et de non-médecins —« parasite » rime avec « exotique ». Cependant, les parasitoses ne sont pas intrinsèquement liées au climat sub-tropical ou au sous-développement. Elles font encore partie des maladies infectieuses « autochtones » à garder en mémoire en présence d'un malade quelle que soit son origine géographique et son passé de voyageur, car elles sont pour certaines, comme l'échinococcose alvéolaire et la distomatose, présentes à l'état endémique dans certaines régions françaises. De plus, la mobilité des personnes et des familles amène à rencontrer actuellement de plus en plus souvent dans des régions « non endémiques » ou réputées comme telles, des malades qui ont été contaminés dans leur région d'origine ou qui ont passé des vacances répétées dans des régions « à risque » [4 Kern P, Bardonnet K, Renner E, Auer H, Pawlowski Z, Ammann RW, et al. European Echinococcosis Registry: assessment of human alveolar echinococcosis in Europe from 1982 to 2000. Emerging Inf Dis 2003a; 9: 343-9; on line: click Here.

perdre du poids vite et facilement フランス語 数字

US Search Mobile Web. Welcome to the Yahoo Search forum! We’d love to hear your ideas on how to improve Yahoo Search. The Yahoo product feedback forum now requires a valid Yahoo ID and password to participate. You are now required to sign-in using your Yahoo email account in order to provide us with feedback and to submit votes and comments to existing ideas. If you do not have a Yahoo ID or the password to your Yahoo ID, please sign-up for a new account. If you have a valid Yahoo ID and password, follow these steps if you would like to remove your posts, comments, votes, and/or profile from the Yahoo product feedback forum. Vote for an existing idea ( ) or Post a new idea… Hot ideas Top ideas New ideas Category Status My feedback. Improve your services. Your search engine does not find any satisfactory results for searches. It is too weak. Also, the server of bing is often off. I created a yahoo/email account long ago but I lost access to it; can y'all delete all my yahoo/yahoo account except for my newest YaAccount. I want all my lost access yahoo account 'delete'; Requesting supporter for these old account deletion; 'except' my Newest yahoo account this Account don't delete! Because I don't want it interfering my online 'gamble' /games/business/data/ Activity, because the computer/security program might 'scure' my Information and detect theres other account; then secure online activities/ business securing from my suspicion because of my other account existing will make the security program be 'Suspicious' until I'm 'secure'; and if I'm gambling online 'Depositing' then I need those account 'delete' because the insecurity 'Suspicioun' will program the casino game 'Programs' securities' to be 'secure' then it'll be 'unfair' gaming and I'll lose because of the insecurity can be a 'Excuse'. Hope y'all understand my explanation! I want all my lost access yahoo account 'delete'; Requesting supporter for these old account deletion; 'except' my Newest yahoo account this Account don't delete! Because I don't want it interfering my online 'gamble' /games/business/data/ Activity, because the computer/security program might 'scure' my Information and detect theres other account; then secure online activities/ business securing from my suspicion because of my other account existing will make the security program be 'Suspicious' until I'm 'secure'; and if I'm gambling online 'Depositing' then I need those account 'delete' because the insecurity 'Suspicioun' will program the casino game 'Programs' securities' to be… more.

Maladie foie. La maladie virale la plus répandue est la mixomatose Cette maladie ne peut pas être soignée mais il est nécessaire de faire vacciner les lapins sains et de les éloigner des lapins contaminés. La mortalité est élevée chez le lapereau. La mixomatose est transmise par des insectes et des acariens. Elle est visible grâce à différents symptômes: paupières tuméfiées, conjonctivites, sécrétion nasale purulentes et par des difficultés respiratoires. Il est recommandé d’utiliser des insecticides et moustiquaires. La maladie la plus redoutable est la V.H.D (viral haemorrhagic disease) Les symptômes sont: prostration, respiration rapide, spasmes, sang dans les narines et à l’anus. Les lésions sont trachée et poumon congestionnés, foie décoloré et plus gros. La température du lapin est anormal. La VHD ne se soigne pas mais une vaccination existe: la première à 2 mois et les rappels tous les 6 mois. Les infections: Le cannibalisme: il peut arriver que la lapine dévore tout ou une partie de sa portée. Cette maladie peut être causée par un manque de boissons, de minéraux ou par le stress. La nécrose des pattes: elle se manifeste par des lésions purulentes avec croûtes au niveau de la voûte plantaire. Il faut éviter d’utiliser un grillage comme fond de cage. Pour soigner le contaminer on enlève les croûtes et on désinfecte. La malocclusion: c’est une malformation des dents inférieures et supérieure. Celles-ci ne cessent de croître et finissent par se croiser et empêche le lapin de se nourrir. Il faut couper les dents à environ 5 mm des gencives avec une pince coupante. Il ne faut pas faire reproduire un animal qui a subit cette malformation, car celle –ci est héréditaire. Les parasites externes: La gale des oreilles: le lapin secoue fréquemment ses oreilles. Cette infection est causée par un parasite qui se loge dans l’oreilles du lapin. Des croûtes jaunâtre, brunâtre voir sanguinolentes apparaissent. Elle peut être soignée par des produits vétérinaires à mettre dans le conduit auditif du lapin. Les autres gales: elles sont plus rares mais elles peuvent infectées le nez, les pattes, la têtes et parfois le corps. Elles se soignent avec le même traitement que la gales des oreilles. La bonne hygiène du clapier contribue à éviter de telles maladies ou parasites. De plus, il faut empêcher aux prédateurs l’accès à votre élevage et éviter les contacts étrangers car ceux-ci peuvent être porteurs de microbes ou de virus.