methode pour maigrir


MALADIE DE HORTON. La maladie de Horton est une inflammation de la muqueuse des artères, les vaisseaux sanguins qui transportent le sang riche en oxygène à partir du cœur vers le reste du corps. Le plus souvent, la maladie de Horton affecte les artères de la tête, surtout au niveau des tempes. C'est d'ailleurs pour cette raison que la maladie de Horton est parfois appelée artérite temporale ou encore artérite crânienne. La maladie de Horton provoque souvent des maux de tête, des douleurs à la mâchoire ainsi qu’une vision floue. La cécité ainsi que les accidents vasculaires cérébraux (AVC) sont les complications les plus graves de la maladie de Horton. Un traitement rapide de la maladie de Horton est indispensable afin d'éviter des dommages permanents aux tissus et à la vision. Les corticostéroïdes soulagent habituellement les symptômes de la maladie de Horton et peuvent prévenir la perte de vision. Le malade commence à se sentir mieux quelques jours après le début du traitement. Maladie de Horton: Symptômes. Les symptômes les plus courants de la maladie de Horton sont les maux de tête qui, souvent, peuvent s’aggraver et se situent généralement au niveau des deux tempes.Toutefois, certaines personnes ressentent des douleurs au niveau d’une seule tempe ou à l'avant de la tête. En général, les signes et symptômes de la maladie de Horton comprennent: Des maux de tête persistants généralement dans la zone de la tempe ou des deux tempes Une diminution de la vision pouvant évoluer vers un perte soudaine et permanente de la vue (cécité) Une tendreté du cuir chevelu pouvant provoquer des douleurs au niveau des cheveux quand on se peigne ou même quand on pose la tête sur un oreiller Des douleurs à la mâchoire lorsqu’on mâche ou lorsqu’on ouvre grand la bouche De la fièvre Une perte de poids inexpliquée. Pour certaines personnes, les signes et symptômes de la maladie de Horton peuvent varier et ressembler à la grippe avec l'apparition d'une rigidité musculaire ainsi que des douleurs (myalgies) autour des épaules et des hanches, de la fièvre, de la fatigue ainsi que des maux de tête. Consultation médicale. Si vous développez des maux de tête persistants ou ressentez un des symptômes mentionnés ci-dessus, consultez votre médecin sans tarder. Si vous êtes diagnostiqué avec la maladie de Horton, le fait de commencer rapidement le traitement peut généralement prévenir la cécité. Maladie de Horton: Causes. Les artères sont comme des tubes souples avec des parois épaisses et élastiques. Le sang oxygéné quitte le cœur et passe à travers l'artère principale du corps puis vers l'aorte. L'aorte se subdivise ensuite en petites artères qui fournissent le sang à toutes les parties du corps, y compris le cerveau et les organes internes. Avec la maladie de Horton, certaines de ces artères enflent et provoquent une diminution du flux sanguin. Les causes de cette inflammation des artères ne sont pas connues pas connu. Bien que presque toutes les artères de grande ou moyenne taille puissent être infectées, les gonflements surviennent le plus souvent au niveau des artères temporelles de la tête qui sont situées juste en face des oreilles et continuent jusqu'au cuir chevelu. Dans certains cas, le gonflement affecte seulement une partie de l’artère. Facteurs de risque de la maladie de Horton. Bien que la cause exacte de la maladie de Horton ne soit pas connue, plusieurs facteurs peuvent augmenter le risque et parmi eux: La maladie de Horton affecte plutôt les personnes âgées. L'âge moyen d'apparition de la maladie de Horton étant de 70 ans, elle survient rarement chez les personnes de moins de 50 ans. Le sexe. Les femmes sont davantage susceptibles de développer la maladie de Horton. Les personnes originaires d'Europe du Nord et en particulier les pays scandinaves. Bien que tout le monde puisse être atteint par la maladie de Horton, les personnes nées dans les pays du Nord semblent être des personnes plus à risque avec les personnes d'origine scandinave particulièrement à risque de développer la maladie de Horton. Le syndrome de Forestier-Certonciny. Les personnes atteintes du syndrome de Forestier-Certonciny ressentent une rigidité et des douleurs dans le cou, les épaules et les hanches. Environ 15 % des personnes atteintes du syndrome de Forestier-Certonciny ont également la maladie de Horton. Maladie de Horton: Complications. La maladie de Horton peut causer les complications suivantes. La cécité. Il s'agit de la complication la plus grave de la maladie de Horton. Le gonflement qui se produit avec la maladie de Horton rétrécit les vaisseaux sanguins, ce qui réduit la quantité de sang et par conséquent celle de l'oxygène et des nutriments essentiels qui devraient atteindre les tissus du corps. La diminution du débit sanguin aux yeux peut provoquer une brusque perte de la vue qui peut être indolore dans certains cas. Malheureusement, la cécité est généralement permanente. L’anévrisme de l'aorte. Le risque d’anévrisme augmente dans le cas où l’on est atteint de la maladie de Horton. Un anévrisme est une bosse qui se forme dans un vaisseau sanguin affaibli, le plus souvent dans l'aorte, la grande artère qui descend au centre de la poitrine et l'abdomen. Un anévrisme aortique est une maladie grave, car il pourrait exploser, causant potentiellement une hémorragie interne mortelle. L’anévrisme peut se produire même des années après le diagnostic initial de la maladie de Horton, le médecin pouvant surveiller annuellement l’état de l’aorte thoracique par le biais des rayons X ou d'autres tests d'imagerie, comme l' échographie, le scanner ou l' IRM. Dans certains cas, un caillot peut se former dans une artère, obstruant complètement la circulation sanguine, ce qui prive une partie du cerveau de l'oxygène et des nutriments nécessaires, provoquant alors un AVC. Cette maladie grave est une complication rare de la maladie de Horton. Maladie de Horton: Diagnostic. La maladie de Horton peut être difficile à diagnostiquer car ses symptômes ressemblent à ceux de début de nombreuses affections courantes. Pour cette raison, votre médecin va essayer d'éliminer d'autres causes possibles de votre problème. Pour aider à diagnostiquer la maladie de Horton, vous pouvez avoir une partie ou la totalité des tests suivants: Un examen physique. En plus de poser des questions sur vos symptômes et vos antécédents médicaux, votre médecin est susceptible d'effectuer un examen physique complet, en accordant une attention particulière à vos artères temporales. Souvent, l'une ou l'autre de ces artères est plus fragile. Des analyses de sang. Si votre médecin soupçonne une maladie de Horton, il est susceptible de vous faire prescrire une analyse de sang qui vérifiera votre vitesse de sédimentation, communément appelé le "taux de Sed". Vous pouvez également effectuer un test qui mesure la protéine C réactive (PCR), une substance produite par votre foie lorsqu’une inflammation est présente. Les mêmes tests peuvent être effectués afin de suivre votre progression pendant le traitement. Une biopsie. La meilleure façon de confirmer un diagnostic de maladie de Horton consiste à prélever un petit échantillon (biopsie) de l' artère temporale. Parce que l’inflammation ne peut pas se produire dans toutes les parties de l'artère, il est nécessaire de prélever plusieurs échantillons. La biopsie est effectuée sur une base ambulatoire avec anesthésie locale, généralement avec peu d'inconfort ou de cicatrisation et l'échantillon est examiné sous un microscope dans un laboratoire. Si vous êtes atteint de la maladie de Horton, l'artère montre souvent une inflammation avec des cellules anormalement grandes, appelées "cellules géantes". Malheureusement, une biopsie n'est pas infaillible. Il est possible d'avoir la maladie de Horton même si la biopsie donne un résultat négatif. Si les résultats ne sont pas clairs, votre médecin peut recommander une autre biopsie temporale. Même si la biopsie d'artère temporale est le test standard pour le diagnostic de la maladie de Horton, des tests d'imagerie peuvent également être utilisés pour diagnostiquer la maladie de Horton ainsi que pour la surveillance lors du traitement. Maladie de Horton: Examens. L’ angiographie par résonance magnétique (ARM) est un test qui combine l'utilisation d'imagerie par résonance magnétique (IRM) avec l'utilisation d'un produit de contraste qui produit des images détaillées de vos vaisseaux sanguins. L’ échographie Doppler est un examen qui utilise des ondes sonores pour produire les images du sang circulant dans les vaisseaux sanguins. La tomographie par émission de positons (TEP) est un exament qui, en utilisant une solution de traceur par voie intraveineuse contenant une petite quantité de matière radioactive, parvient à produire des images détaillées des vaisseaux sanguins et des zones d'inflammation. Maladie de Horton: Traitements et médicaments. Le traitement de la maladie de Horton consiste à prescrire une haute dose de médicament corticostéroïde comme la Prednisone. Un traitement immédiat s’avère nécessaire pour prévenir la perte de vision. Il est alors fort probable que votre médecin vous prescrive des médicaments avant même la confirmation du diagnostic de la maladie de Horton par une biopsie. Vous devriez commencer à vous sentir mieux après quelques jours le début du traitement. Après le premier mois de traitement, votre médecin pourra commencer à réduire progressivement la dose jusqu'à ce que vous atteigniez la plus faible dose de corticoïdes nécessaires pour contrôler l'inflammation. Maladie de Horton et corticoïdes. Les corticostéroïdes sont de puissants anti-inflammatoires stéroïdiens dont les effets ressemblent à ceux des hormones produites par les glandes surrénales. Les corticostéroïdes peuvent soulager efficacement la douleur mais une utilisation prolongée, en particulier à des doses élevées, peut conduire à un certain nombre d' effets secondaires graves. Les personnes âgées, qui sont les plus susceptibles d'être traitées pour la maladie de Horton, sont particulièrement à risque d'effets secondaires. Il s'agit notamment de: L’ ostéoporose L' hypertension artérielle La faiblesse musculaire Le glaucome La cataracte. D'autres effets secondaires possibles du traitement par corticostéroïdes: Gain de poids Augmentation des niveaux de sucre dans le sang, entraînant parfois du diabète Amincissement de la peau et des ecchymoses Affaiblissement du système immunitaire, conduisant à une susceptibilité aux infections et une cicatrisation retardée. Pour contrer les effets secondaires potentiels du traitement par corticoïdes, votre médecin surveillera votre densité osseuse et pourra prescrire la prise de calcium et de vitamine D ou d'autres médicaments pour aider à prévenir la perte osseuse. Votre médecin est également susceptible de surveiller votre tension artérielle et pourra vous recommander de faire des exercices sportifs, des changements de régime ou encore vous prescrire des médicaments afin de maintenir la pression artérielle à un niveau normal. La plupart des effets secondaires disparaissent lorsque le traitement par corticoïdes est arrêté. Maladie de Horton: Recommandations. Lorsque la maladie de Horton est diagnostiquée et traitée tôt, le pronostic est généralement excellent. Vos symptômes devraient s'améliorer rapidement après le début du traitement par corticoïdes et votre vision ne sera pas affectée. Votre plus grand défi dans ce cas sera de gérer les effets secondaires de vos médicaments. Les informations données sur ce site ne sauraient engager l’auteur et ne sont données qu’à titre informatif. Aussi, consultez un professionnel de la santé pour toute question concernant la maladie de Horton. Maladie de Horton: Forum et témoignages. Votre expérience sur la maladie de Horton peut être intéressante pour les autres. Pensez-y! Nous vous proposons de laisser vos commentaires dans le forum ci-dessous.

régime santé pour perdre du poids efficacement traduction

VIDEO - Des conseils malins pour nettoyer son foie naturellement. Au changement de saison, un nettoyage du foie permet d’éliminer les toxines accumulées. Anne-Sandrine Arensberg, naturopathe, nous donne les conseils à suivre pour un nettoyage en douceur. Le foie est l’organe le plus important de notre corps. Lorsqu’il sécrète la bile, la vésicule biliaire devient la réserve. Réceptacle du foie, ces deux organes sont liés et permettent ensemble d’émulsifier les graisses, de lubrifier le bol fécal et de canaliser l’alimentation afin de produire de la vitamine K qui intervient dans la coagulation, la minéralisation osseuse et la croissance cellulaire. Pour optimiser le bon fonctionnement du foie et de la vésicule biliaire, il faut de temps en temps les nettoyer. On ne parle pas ici de faire le grand nettoyage à chaque changement de saison, mais de faire des petites détox afin de les stimuler, éliminer les toxines et les déchets qui y sont présents. « L’intérêt est de les assainir pour les rendre plus efficaces, les désengorger afin de soutenir leurs fonctions, explique Anne-Sandrine Arensberg. Il faut aussi garder à l’esprit que le foie filtre le sang et permet aux globules rouges de se régénérer. Si le foie fonctionne mal, ce sont les poumons qui prennent le relais. » Quand faire la détox? Les gens qui ont une hygiène de vie saine n’auront pas forcément besoin de faire une grosse détox. On peut se contenter de faire des petits nettoyages en enlevant par exemple les viandes rouges, le café et en drainant et régénérant le foie avec des tisanes aux plantes. La grosse détox elle, se fait généralement au printemps pour garder des défenses immunitaires en hiver. « Après les fêtes, reprendre une alimentation équilibrée et une pratique sportive régulière peuvent suffire à décrasser l’organisme », indique la naturopathe. L’intérêt d’une détox à ce moment là serait sur un temps court de drainer et soutenir le foie et la vésicule biliaire, et non les nettoyer en profondeur. Les deux actions: drainer et soutenir Une petite détox se fera d’une semaine à dix jours maximum, alors qu’une plus longue pourra être faite sur une dizaine voir trois semaines avec des jeûnes et des monodiètes. Mais un nettoyage du foie ne peut pas se faire au-delà de trois semaines. Cependant, les jeûnes sont à éviter en plein hiver et on privilégie les monodiètes avec par exemple du riz accompagné d’aromates. Au fil des jours on réintroduit peu à peu des aliments pour progresser vers une alimentation complète et équilibrée. Dans les deux cas, à savoir la grosse détox et le petit nettoyage, on peut commencer sa journée par un demi citron chaud pour réveiller et alcaliniser l’organisme. Ensuite on supprime de son alimentation les graisses saturées, la charcuterie, la viande rouge et on privilégie les crudités et les crucifères (chou, brocolis, asperges, navets, artichauts…). « À consommer plutôt crus pour conserver les fibres et les vitamines, on peu y ajouter des épices comme le curcuma qui est bon pour le foie et la digestion », conseille Anne-Sophie Arensberg. Les plantes en complément On accompagne bien entendu ces repas avec des plantes qui vont faciliter la digestion, sous forme de tisanes par exemple, comme au romarin, au pissenlit, au chardon marie ou au radis noir. Pour régénérer le foie, on peut associer plusieurs plantes en gélules ou en infusions, comme le desmodium, le chrysanthellum americanum. Le drainage se fait avec des infusions de chélidoine, de fumeterre ou d’artichaut ou une cuillère d’huile d’olive à jeun. Le foie est un organe qui a besoin de chaleur. Si vous avez une sensation de ballonnement après un gros repas, placez une bouillotte sur votre bas ventre. « On peut aussi masser son ventre et son foie avec des huiles essentielles de menthe, de romarin et de citron », conseille Anne-Sandrine Arensberg. Procédez à un automassage en faisant des cercles dans le sens des aiguilles d’une montre sur le ventre tout en faisant attention à sa respiration. Un exemple de programme à suivre sur 10 jours - 1 er jour: on enlève le pain et les protéines de l’alimentation pour composer ses repas uniquement de fruits et légumes. - 2 e jour: on fait une monodiète de jus de légumes pendant 2-3 jours. - 6 e jour: on reprend progressivement une alimentation complète avec des petits déjeuners à base de fruits, des salades de crudités avec quelques graines pendant 3-4 jours. Un petit mélange d ’huiles essentielles en complément * - 3 gouttes d’huile essentielle de Thym à thujalol - 2 gouttes d’huile essentielle de Lédon du Groenland - 1 goutte d’huile essentielle de Gaulthérie couchée On mélange sur un morceau de pain ou un morceau de sucre deux fois par jour pendant quelques semaines. *Extrait du livre L ’aromathérapie – Se soigner par les huiles essentielles de Dominique Baudoux.

maigrir au naturel resorts casino&hotel



Foie paresseux. Ce petit arbre, souvent juste un arbuste buissonant, est originaire du bassin méditerranéen ou du moyen orient. Il était déjà cultivé à Babylone et probablement dans l’Egypte ancienne et fut introduit aux Indes et en Chine dès l’antiquité. COMPOSITION CHIMIQUE ET PROPRIETES. Toutes les parties du grenadier renferment des TANINS: écorce de la racine, feuilles, écorce des rameaux, enveloppe du fruit ainsi que ses cloisons internes, et même la fleur entière. La PULPE de la GRENADE qui entoure les graines contient de l’eau, des acides organiques (dont la vitamine C), des sucres simples et des colorants anthocyanidiques (quand la pulpe est rouge). Dans l’ECORCE DES RACINES (et sans doute dans l’écorce des rameaux), on trouve 0,5 à 0,7% d’un alcaloïde (pelletiérine et isopelletiérine) et des dérivés méthylés de cet alcaloide. La décoction d’écorce de racine est efficace contre le ténia (toenicide) et semble-t-il contre les autres parasites intestinaux non inclus dans la paroi intestinale (ascaris, bothriocéphale). Le JUS DE GRENADE correspond environ à 60 % du poids du fruit, le résidu du pressage de la grenade contient l'enveloppe et les cloisons de la grenade ainsi que les graines. Le jus de grenade contient des acides organiques (dont la vitamine C) et des sucres simples ainsi que 0,2 à 1 % de polyphénols (anthocyanosides et tanins). La couleur rouge du jus de grenade est dûe aux anthocyanosides ( colorants végétaux à base de pelargonidol, de cyanidol, de delphinidol). De nombreuse études récentes (surtout américaines) montrent que le jus de grenade n'est pas qu'une boisson désaltérante mais possède aussi des propriétés diététiques et pharmacologiques intéressantes. LE JUS DE GRENADE PIEGEUR DE RADICAUX LIBRES. Certaines études montrent que le jus de grenade possède in vitro un pouvoir antioxydant (anti-radicaux libres) plusieurs fois supérieur à celui du vin rouge ou du thé vert que l'on considère pourtant comme des références diététiques. Le jus de grenade protégerait même plus des radicaux libres que les vitamines en partie spécialisées dans cette détoxication (vitamine E, C et A). Certains pharmacologues n'hésitent pas à affirmer que le jus de grenade est anti-inflammatoire, retarde le développement des plaques d'athérome (anti-artérioscléreux) et plus récemment qu'il peut prévenir ou retarder la dégénérescence cancéreuse (anticancéreux) La pulpe qui entoure les graines est désaltérante, apporte de la VITAMINE C, mais elle est parfois un peu astringente. dans les troubles de régulation du CHOLESTEROLet des lipides sanguins, dans l'HYPERTENSION artérielle modérée accompagnée de troubles du cholestérol, dans le DIABETE de type 2, pour lutter contre l'inflammation en général dont le RHUMATISME inflammatoire, comme complément diététique dans les CANCERS en particulier digestifs, urinaires et de la prostate. Rappelons néanmoins que les études cliniques ou épidémiologiques sur les effets du jus de grenade chez l’homme sont très limitées à ce jour, ce n'est pas un jus de fruit "miraculeux". Par ailleurs certains épidémiologistes ou nutritionnistes mettent en doute le bien fondé d'une absorption digestive prolongée de tanin. Le sirop de grenade permet de conserver plus facilement l'extrait de fruit (mais sans ses vitamines), malheureusement le sirop de grenade ou de grenadine du commerce n'est le plus souvent qu'une liqueur de glucose colorée en rouge. LA FLEUR DE GRENADIER ET L'ECORCE DE GRENADE. Les fleurs ou l’enveloppe du fruit en infusion ou décoction (selon l’effet recherché) donnent un liquide antiseptique et asséchant des muqueuses (ex: 30 g de fleur pour 1 litre d’eau) que l’on peut prescrire: en gargarisme: plaie buccale, aphte en injection vaginale: leucorrhée pour nettoyer des plaies, des brûlures superficielles. Par voie buccale, 1 verre 3 à 4 fois par jour, en cas de diarrhée simple (sans fièvre ni écoulement sanguin). L'infusion-décoction de fleur est bien sur beaucoup moins concentrée en tanins que celle d'écorce de fruit. On peut aussi la préconiser pour atténuer un diabète de type 2 en association avec un régime hypocalorique mais on ne la donne pas aux enfants en bas âge ni aux femmes enceintes ou allaitant. LA RACINE DE GRENADIER. L’utilisation de la racine de grenadier comme antihelminthique (vermifuge) remonte à l’ancienne Egypte (1500 av JC), mais c’est maintenant un traitement à déconseiller car l’alcaloïde pelletiérine passe parfois la barrière intestinale et provoque une véritable intoxication. Il vaut mieux employer, quand c’est possible, un antihelminthique synthétique moins dangereux et plus efficace. Pour information voilà la recette ( à déconseiller): pour un adulte, 60 g d’écorce de racine dans 1/2 litre d’eau, macérer au froid pendant 24 h, puis réduire de moitié par ébullition, sucrer et boire le matin en 3 fois à ¼ h d’intervalle, se purger ½ h plus tard. C’est un traitement «héroïque » et dangereux mais qui peut rendre encore service dans certaines régions (on l’utilise encore en Afrique du Nord et au Moyen-Orient) UN FRUIT DESALTERANT ET DIETETIQUE La pulpe du fruit du grenadier est désaltérante, riche en vitamine C et très appréciée dans les endroits presque désertiques où cet arbre peut pousser. Il y a des milliers d’années qu’on utilise aussi sa fleur ou l’enveloppe du fruit pour guérir la diarrhée et l’écorce des racines pour éliminer les vers intestinaux, mais cette dernière indication n’est pas à conseiller car trop dangereuse. Le jus de grenade est remis à la mode pour ces vertus antioxydantes-antiradicalaires et pour tenter de prévenir la dégénérescence cancéreuse.

comment maigrir facilement et viteos neuchatel

Association des Malades des Vaisseaux du Foie. Navigation. Téléchargements. Le TIPS. De nombreux patients atteints de maladie des vaisseaux du foie nécessitent la pose d'un TIPS. Nous sommes également nombreux à nous interroger sur ce que recouvre cette intervention. L'AMVF a donc décidé de porter à votre connaissance les informations indispensables pour comprendre ce traitement. A notre demande, notre Conseil Scientifique, présidé par le PR. Dominique VALLA a adapté, au syndrome de Budd-Chiari, le document d'information générale sur le TIPS élaboré par le Dr J.M. Perarnau (CHRU de TOURS). L'équipe de l'AMVF. Le TIPS. SHUNT PORTO-CAVE INTRA-HEPATIQUE INFORMATION AUX PATIENTS atteints d'une maladie vasculaire du foie. Pour comprendre le traitement que nous allons vous proposer, il est nécessaire de connaître les mécanismes qui produisent les complications de votre maladie. Que se passe-t-il? - Le sang issu du gros intestin, de l'intestin grêle, de l'estomac et de la rate est acheminé jusqu'au foie par un ensemble de veines appelé système porte. Ce système finit en une grosse veine appelée veine porte. - La veine porte pénètre dans le foie, en se divisant en deux branches droite et gauche, puis en de multiples ramifications qui permettent de véhiculer le sang vers les cellules du foie afin qu'il y soit remanié. - En aval de ces cellules, de multiples ramifications récupèrent le sang pour le conduire à d'autres veines appelées veines hépatiques qui ramènent le sang vers la veine cave, le coeur et la circulation générale. Du fait de l'obstruction des veines hépatiques, le sang a beaucoup de difficultés à traverser le foie. Le sang reste propulsé par le coeur et les artères dans les veines abdominales. De ce fait, la pression dans la veine porte et ses branches augmente. Cette augmentation de pression est appelée hypertension portale. C'est cette augmentation de pression qui est responsable de complications dont vous avez pu souffrir. Pour aller plus loin sur la vascularisation de notre foie. Quelles sont les complications? - D'hémorragies digestives: Du fait de l'augmentation de la pression dans le système porte des connexions se forment avec les autres systèmes veineux restés à pression normale: celui de la veine cave supérieure ramenant le sang de la partie supérieure du corps, et celui de la veine cave inférieure, ramenant le sang de la partie inférieure du corps. Ces connexions se forment particulièrement au niveau des veines de l'estomac et de l'œsophage. Ces veines se dilatent et forment des varices semblables à celles des veines des jambes dont souffrent banalement de nombreuses personnes. Ces varices de l'estomac ou de l'oesophage peuvent se fissurer lorsque la pression est importante, et être responsables d'hémorragies digestives parfois graves. Les traitements habituels des varices de l'œsophage sont de deux types: les médicaments béta bloquants qui diminuent la pression dans les varices et la ligature des varices grâce à une endoscopie. Toutefois l'échec des médicaments béta bloquants et/ou des ligatures peuvent conduire à proposer un TIPS. - D'ascite: Les veines ne sont pas comme des tuyaux d'arrosage mais elles sont poreuses. Lorsque la pression augmente dans les veines du foie ou de l'abdomen, les globules sanguins restent emprisonnés dans les veines; en revanche, le liquide du sang peut transpirer au travers des parois des petits vaisseaux sanguins et se collecter dans l'abdomen qui va alors se gonfler d'eau: il s'agit de l'ascite. Comme nous venons de le voir, la cause de ces deux complications est en majeure partie la trop grande pression qui règne dans le système porte et le foie. Nous vous proposons de traiter radicalement cette augmentation de la pression portale par la réalisation d'une dérivation qui mettra en communication directe la veine porte qui entre dans le foie, et la veine cave inférieure qui draine le sang du foie. Cette dérivation permettra au sang de contourner librement l'obstacle que représente l'obstruction des veines hépatiques. Pour cela, une intervention radiologique (non chirurgicale) a été mise au point. On la nomme shunt porto-cave intra-hépatique, ou TIPS, acronyme de son appellation anglaise (Transjugular Intrahepatic Portosystemic Shunt) Cette technique a été mise au point en Europe grâce à la collaboration de deux centres, l'Hôpital Universitaire de Fribourg (Professeur RÖSSLE) et le C.H.R. de Metz (Docteur PERARNAU actuellement au CHRU de Tours). La technique: comment cela se passe? La pose d'un TIPS s'effectue sous anesthésie générale en salle de radiologie vasculaire. Un tube d'environ trois millimètres de diamètre est inséré dans votre veine jugulaire droite au niveau du cou. - A l'intérieur de ce tube muni d'une valve un autre tube plus long est glissé jusqu'à la veine cave inférieure, au niveau de l'abouchement des veines hépatiques (qui sont obstruées dans le syndrome de Budd-Chiari). - Au travers de ce tube, une longue aiguille est introduite. Aidé par un examen échographique, l'opérateur peut piquer dans la veine porte, au niveau de l'une de ces branches à l'intérieur du foie. - Une fois la ponction de cette branche de la veine porte réussie, un fil métallique est inséré dans la veine porte. Il va servir de guide. - Une radiographie avec injection d'iode permet de voir la veine porte. Des mesures de pression dans la veine porte et dans la veine cave sont effectuées. - Ensuite un ballonnet de 7mm est utilisé pour dilater le trajet de l'aiguille dans le foie entre la veine cave et la branche de la veine porte qui a été ponctionnée. Ce trajet est ensuite appareillé par des prothèses tubulaires en grillage métallique habillé ou non de Téflon appelées STENT qui permettent d'éviter que le tunnel créé par le ballon dans le foie ne s'effondre à la longue. Ce nouveau conduit sanguin permet de corriger l'excès de pression portale. Cette correction est vérifiée par une nouvelle mesure de pression. - Le diamètre du STENT est adapté de manière à ce que la pression dans la veine porte dépasse de moins de 10mm de mercure la pression dans la veine cave. Pendant la procédure un antibiotique est administré pour éviter tout risque d'infection. Un médicament inhibant la coagulation du sang (de l'HEPARINE) est également injecté au cours de la procédure pour éviter tout risque de formation d'un caillot dans le STENT qui vient d'être inséré dans le foie. - Enfin, un médicament pour uriner (LASILIX) est fréquemment utilisé pour diminuer dans les veines et dans le cœur la pression qui peut s'élever une fois le TIPS ouvert: en effet l'ouverture du TIPS va ramener dans la circulation générale tout le sang qui était coincé sous le foie. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle lors des examens préparatoires nous examinons attentivement votre cœur (échographie cardiaque, électrocardiogramme) vos capacités de coagulation (prises de sang) et la situation locale (échographie-doppler: c'est à dire mesure des flux de sang dans les vaisseaux par une méthode d'échographie). Toutes ces mesures nécessitent environ 48 heures d'hospitalisation avant le geste. Pendant ces 48 heures vous rencontrez également un médecin anesthésiste qui va s'assurer qu'une anesthésie est possible. Après l'intervention vous serez peut être conduit en unité de soins intensifs pour la surveillance. Un appareil mesurera régulièrement votre pouls, votre tension, l'oxygène dans votre sang ainsi que la quantité d'urine émise. Vous recevrez de l'eau et des médicaments (anticoagulants, antibiotiques) par perfusion d'une veine du bras. Un examen par échographie-doppler sera effectué dans les jours qui suivent le TIPS afin d'évaluer son fonctionnement. Votre sortie sera possible si, après quelques jours, les résultats sont satisfaisants. Un suivi sera effectué tous les trois mois pendant les deux premières années, puis ensuite tous les six mois. En cas de mauvais fonctionnement du TIPS constaté lors de l'un de ces contrôle une procédure de dilatation peut-être décidée. Ce geste simple n'a jamais occasionné de complication. Il nécessite une anesthésie d'un quart d'heure à une demi-heure pendant laquelle on réalise soit une simple redilatation au ballon de votre TIPS soit la pose d'une nouvelle prothèse. Dans ce cas, la surveillance à l'hôpital est beaucoup plus courte que lors de la procédure initiale. Quelles sont les possibles complications de ce geste? Il faut distinguer les complications pouvant survenir au cours du geste ou dans ses suites immédiates, des complications à long terme. COMPLICATIONS AU COURS DU GESTE: Les complications de la méthode sont rares dans une équipe ayant une grande expérience. Toutefois il peut se produire: -Comme vous le savez nous passons par la veine jugulaire droite pour atteindre les veines du foie. La ponction de cette veine peut être source de complications telles qu’hématome plus ou moins important ou la ponction accidentelle de l’artère carotide qui se trouve être à côté et dans ce cas l’hématome peut être plus important ou justifier d’un geste chirurgical visant à fermer le point d’entrée. - L'impossibilité à atteindre une branche de la veine porte ou à la pénétrer avec l'aiguille conduisant à l’échec de la procédure. - Une obstruction par caillotage immédiat ou rapide du trajet (tunnel) créé dans le foie. Elle est en général reconnue dès le contrôle du lendemain, et traitée immédiatement par une manœuvre de dilatation ou par une dissolution du caillot au moyen d'un médicament appelé thrombolytique. - Un hématome dans le foie lorsque la ponction par l'aiguille lors de la création du trajet rencontre une petite artère. - Enfin, au cours de l'intervention, un conduit biliaire peut-être touché ou être mis en communication avec un vaisseau sanguin ce qui a pour effet de créer ce que l'on appelle une hémobilie (sang dans la bile). Cette hémobilie est en général sans conséquence toutefois elle peut expliquer un épisode de jaunisse, de douleurs du côté droit. Elle s'arrange en général toute seule après l'arrêt des médicaments visant à fluidifier le sang. Parfois une désobstruction des voies biliaires au moyen d’une endoscopie de l’estomac et du duodénum (où s’abouche le conduit biliaire principal) est nécessaire, mais quelque fois cette complication peut conduire à une reprise radiologique ou une opération chirurgicale. - Une autre complication peut-être la survenue dans les suites immédiates d’une insuffisance hépatique aiguë heureusement rare (0,5%) qui peut nous obliger à refermer le shunt.(source Centre de Réference ) Dans tous les cas de complication vous serez informé de la nature de la complication, de ses conséquences, et de la réalisation éventuelle de gestes complémentaires. COMPLICATIONS A PLUS LONG TERME. Elles peuvent être: - L'obstruction du TIPS: pour des raisons qui nous échappent souvent, un rétrécissement peut se produire à n'importe quel niveau du TIPS. Son fonctionnement en est évidemment perturbé mais l'échographie ou la mesure des pressions sanguines dans le TIPS permettent habituellement de s'en apercevoir avant que ne reviennent des symptômes. Cette anomalie est dépistée par les échographies régulières et peut conduire en cas de rétrécissement suffisamment important à la décision d'une procédure de dilatation (cf. ci-dessus). - L'encéphalopathie hépatique. Elle résulte de la non absorption immédiate par le foie des substances produites par l'intestin (en particulier l'ammoniaque) en raison de la présence du TIPS. De ce fait des substances, qui ne parviennent normalement qu'en quantités infimes au cerveau, y arrivent en quantités conséquentes. Pour des raisons qui nous échappent, et de façon imprévisible, certaines personnes ne supportent pas la quantité accrue de ces substances. Des troubles peuvent alors apparaître. Ce sont au début de simples trous de mémoire, des difficultés à s'endormir accompagnées d'une somnolence le jour, d'une inversion du rythme du sommeil, ainsi que des tremblements. Lorsque ces troubles sont plus sévères, ils consistent en une difficulté à reconnaître la date ou le lieu. Lorsque ces troubles sont encore plus graves, un endormissement excessif, voire un sommeil profond anormal (coma) peuvent survenir. A la fin de ces épisodes, le fonctionnement du cerveau, redevient complètement normal car le cerveau n'est pas lésé. Des épisodes aigus, c'est à dire d'une durée de 24 à 48 heures, peuvent se voir principalement pendant la première année après la pose du TIPS. Ce n'est que chez environ 8 % des patients que ce type de manifestation peut devenir chronique et nous conduire à proposer soit de rétrécir le TIPS soit de l'obstruer définitivement. Source: Centre de réference des Maladies des Vaisseaux du foie.

boisson naturelle pour maigrir vite sur

719 – MALADIE DU FOIE GRAS. 30% d’entre nous sont atteints de stéatose du foie. Résultat de malbouffe, sucres, graisses, pollution chimique et médicaments. Mais nous sommes les premiers responsables! Le foie est chargé de toutes les besognes: Il métabolise, il fabrique, il sécrète, il filtre, il trie, il détruit, il détoxifie et il épure! Tout ce que nous ingérons et respirons passe entre ses mains, le bon comme le mauvais… La civilisation des excès. Nous mangeons trop et nous mangeons mal. Trop de graisses, trop de viande rouge et surtout trop de sucre. Il y a aujourd’hui deux fois plus de personnes, dans le monde, souffrant d’excès caloriques que de personnes ne mangeant pas à leur faim. J’ai déjà abordé ce sujet essentiel dans ma chronique 676: « le syndrome métabolique ». Les conséquences de cette abondance se traduisent dans les dépenses de santé pour tenter de lutter contre l’explosion du nombre de diabète, d’obésité et de maladies cardiovasculaires. Les dépenses de santé augmentent en même temps que notre consommation alimentaire. Les laboratoires pharmaceutiques et les professionnels de santé se frottent les mains! Ce sont eux qui profitent de nos inconséquences… La prise de médicaments chimiques surcharge aussi le foie qui doit les éliminer. Il faut savoir que la grande majorité des médicaments sont hépatotoxiques! Ne rêvez plus sur l’augmentation de l’espérance de vie. Désormais elle régresse, tant notre hygiène de vie est devenue déplorable, en alliant malbouffe, sédentarité, surconsommation médicamenteuse et pollution chimique… Maladie du foie gras. Les résultats de cette surcharge hépatique se traduit par ce que les médecins dénomment « la stéatose hépatite non alcoolique », ou NASH selon l’acronyme anglais. Autrement dit, le foie devient gras comme celui des oies que l’on gave! A long terme, le foie devient fibreux et du tissu cicatriciel envahit peu à peu les cellules hépatiques au point de les étouffer. C’est le stade de la cirrhose, c’est-à-dire la dégénérescence du foie. Il n’y a pas que les alcooliques qui sont atteints de cirrhose! Tout ce processus se déroule en silence, sans douleur et sans symptôme. On continue à se gaver et à s’intoxiquer avec la chimie sans s’en rendre compte… jusqu’à l’accident vasculaire ou l’insuffisance hépatique sévère, lorsqu’il est déjà trop tard! En attendant, les laboratoires pharmaceutiques fourbissent leurs armes et cherchent le médicament miracle qui nous permettrait de continuer à surcharger notre foie sans incidence fâcheuse. C’est bien sûr une illusion et une tromperie, car seule la prévention peut nous prémunir de ces maladies. Maladie du soda. Autrefois, la stéatose hépatite touchait les bourgeois âgés, trop bien nourris pendant trop longtemps. Elle touche aujourd’hui les plus jeunes, en particulier les consommateurs assidus de sodas. En effet, le sucre est l’ennemi numéro un. On le retrouve désormais partout, dans les yaourts, les céréales pour le petit déjeuner et dans les innombrables boissons sucrées. On considère que le lobby des boissons sucrées est coresponsable de la surcharge pondérale d’un quart de l’humanité! Pendant ce temps-là les laboratoires pharmaceutiques ont vendu, l’année dernière, pour 44 milliards de dollars d’antidiabétiques dans le monde. Méfiez-vous surtout du « sirop de maïs » ou corn syrup. Il ne coûte pas cher et on le trouve partout, même dans les saucisses! Il contient beaucoup de fructose, un sucre particulièrement malveillant pour votre foie. Que faire? Vous avez compris que nous sommes responsables de nos maladies. La réponse est donc entre vos mains. Mangez moins et mangez mieux, surtout des fruits et des légumes. Apprenez à les assaisonner avec des épices et des herbes. Fuyez les produits sucrés comme la peste, de même que les viennoiseries et le pain blanc. Une surtaxe sur les produits sucrés et l’interdiction de publicité comme pour l’alcool et le tabac, constitueraient une avancée vers une vraie politique de prévention. Il existe quelques compléments nutritionnels pour vous aider à soulager votre foie surchargé et à vous protéger contre les maladies dégénératives. Je citerai tout d’abord la Spiruline, cette algue bleue qui détoxifie et protège le métabolisme. Ensuite l’huile de poisson, riche en acides gras à longues chaînes Oméga 3, qui a une action anti-inflammatoire globale et protège des maladies cardiovasculaires. Ne pas oublier la Stevia dont le fort pouvoir adoucissant permet de remplacer le sucre dans maintes occasions. Avec une bonne hygiène de vie, axée sur une alimentation saine et une activité physique régulière, nous pouvons éviter les trois quarts de nos maladies. Le jeu en vaut la chandelle et il n’est jamais trop tard pour bien faire… Sinon, ne nous plaignons plus de l’augmentation des dépenses de santé! Je renouvelle mon offre à tous ceux qui sont abonnés sur le site chronique-libre.com: Envoi gratuit de mon livre « Restez jeune et en bonne santé ».

Douleur foie. Intérêt Les urgences médico-chirurgicales Les pathologies médicales d'évolution progressive ou chronique. L'analyse sémiologique doit être rigoureuse tant au plan de l'interrogatoire que de l'examen clinique afin de prescrire les examens paracliniques adéquats. 6 pathologies se partagent ce chapitre. 1) La douleur ulcéreuse. C'est typiquement une crampe post-prandiale, rythmée par les repas et d'évolution périodique dans l'année. Sa description est souvent moins typique ainsi que son horaire et sa périodicité. Les irradiations dans les hypochondres et postérieure peuvent parfois être prédominantes. Le délai post-prandial et l'atténuation par l'absorption d'aliments sont les indicateurs les plus fidèles du syndrome ulcéreux. L'examen est le plus souvent normal en dehors d'une complication. Dans l'hypothèse d'un possible cancer gastrique, il faut orienter l'examen vers cette pathologie (palpation du foie, de l'épigastre et des aires ganglionnaires). En aucun cas il ne faut oublier le toucher rectal qui retrouve parfois un méléna. L' endoscopie digestive haute retrouve un ulcère duodénal le plus souvent bulbaire chez l'homme jeune. L' ulcère gastrique doit bénéficier de multiples biopsies à la recherche de signes de malignité. D'authentiques syndromes ulcéreux sont révélateurs d'un cancer ulcéro-végétant. Dans les autres cas, il est possible de retrouver une gastrite varioliforme ou atrophiante, des érosions gastroduodénales aiguës, une oesophagite. dont la relation avec le syndrome ulcéreux sont incertaines, reposant uniquement sur la sédation de la symptomatologie douloureuse avec le traitement de la lésion découverte. En cas de gastrectomie, il faut envisager la possibilité d'un ulcère anastomotique ou d'un cancer du moignon. Encore plus exceptionnel est le syndrome de Zollinger-Ellison, dont le tableau est celui d'ulcères duodénaux récidivants et de localisation atypique, confirmé par les chimismes gastriques basal et stimulé. Le traitement de l'ulcère gastro-duodénal est médical. Lui est associée une surveillance endoscopique. Le cancer gastrique est traité chirurgicalement après un bilan soigneux d'extension et d'opérabilité. Dernière modification de cette fiche: 25/10/2007.