perdre 20 kilos rapidement perfectibles


Quoi prendre pour nettoyer le foie. La tradition veut qu’au sortir de l’hiver, chacun devrait procéder à une grande détoxination du corps pour ôter les excès de graisses, d’hydrates de carbone liés aux céréales mais aussi les agents pathogènes (bactéries, virus…). Ce grand nettoyage traditionnel de printemps correspond, bien entendu, à l'apparition de nouvelles plantes, mais il est aussi réclamé par le corps dont la dominante est une activité redoublée du foie et de la vésicule biliaire (le centre anti-poison de l'organisme). La cure ancestrale est facile à mettre en oeuvre, à l'aide de l'alimentation, de plantes choisies et de compléments alimentaires pour ceux qui n'ont pas la chance d'avoir les plantes utiles sous la main. Mes petits poisons personnels. La Charte de Qualité de La Vie Naturelle. La Vie Naturelle et les thérapeutes et naturopathes s'engagent pour n'offrir à ses membres et clients que le meilleur de la santé naturelle, dans le respect de l'environnement et de l'individu. Les Thérapeutes: Mais qui sont-ils? Les thérapeutes de La Vie Naturelle vous aident chaque jour, vous conseillent et vous guident dans le domaine de la santé naturelle et vous aiguillent dans le choix de vos produits. Ils donnent le meilleur d'eux-mêmes pour répondre à chacune de vos interrogation. Pourtant, on nous demande régulièrement "mais qui sont vos thérapeutes?". Pour répondre à cette question, les thérapeutes prennent la plume. Labels, logos: les clés pour s'y retrouver. Vous vous interrogez sur les petits logos apposés aux cotés de nos produits? Que veulent-ils dire? Pourquoi ne les avez vous jamais vu ailleurs? Pourquoi les logos ne sont pas toujours présents sur les emballages? Eh bien nous allons tout vous expliquer car effectivement, s’ils sont présents sur les fiches produits, c’est qu’il y a bien une raison! Pour tout comprendre, suivez le guide! La Vie naturelle à Nice. Un échange autour de vos sujets de prédilection: comment et pourquoi avoir choisi de prendre soin de votre santé avec des produits et procédés naturels, votre appréciation des services que nous vous proposons, les améliorations que vous êtes en droit d'attendre. La Vie Naturelle à Grenoble. La Vie Naturelle vient vous rencontrer à Grenoble. Echange de la communauté des membres de La Vie Naturelle sur la santé naturelle et sur les compléments alimentaires naturels. La Vie Naturelle à Strasbourg. Compte rendu de la réunion de membre à Strasbourg, bonus vidéo. Qualité des produits testés par notre communauté. La Vie Naturelle, c’est l’histoire d’un groupe de passionnés de santé naturelle avant tout. Ensemble, nous sélectionnons pour vous les meilleurs produits de santé naturels et des cosmétiques d’origine végétale qui vous permettent de traiter un large spectre de pathologies de manière naturelle. Depuis 2011, nous mettons tout en œuvre pour que les services et les produits proposés soient en adéquation avec l’éthique et les valeurs de notre équipe. Nous comptons ainsi aujourd’hui dans notre communauté plus de 18 000 membres et plus de 6 thérapeutes naturopathes pratiquants qui nous font entièrement confiance. Livraison dès 72H. Livraison Mondial Relay, 9 jours maxi, offerte dès 69 € d'achat. Livraison Colissimo, 3 jours maxi, offerte dès 69€ d'achat. France Métropolitaine uniquement. Emballages en carton. Tous nos emballages sont en carton recyclé, ainsi que le callage des produits. Nos catalogues sont imprimés à l'encre végétale sur du papier PEFC provenant de fôrets européennes durablement gérées. Grâce à notre service de paiement sécurisé, vos transactions sont parfaitement sûres et vos données personnelles conservées. En savoir plus. La boutique La Vie Naturelle a été créée pour vous aider à acheter vos produits naturels de santé en toute transparence par rapport au prix et à la composition des produits naturels. La boutique La Vie Naturelle a sélectionné pour vous des produits naturels et bio selon leur qualité, la traçabilité de leurs composants et l’engagement éthique de leurs fournisseurs. Nos produits de santé naturels et bio sont choisis par des groupes utilisateurs qui vous garantissent leur qualité. Notre boutique de produits naturels et bio regroupe des compléments alimentaires naturels, des produits naturels d’hygiène, des produits d’entretien écologiques, des produits cosmétiques naturels, des appareils de soins… Et encore d’autres produits de santé naturelle. Tous les bienfaits de la nature sont en vente en ligne dans la boutique La Vie Naturelle!

breuvage pour maigrir vite gratuit

Douleur foie. L’épaule douloureuse est parmi les motifs les plus fréquents de consultation en pratique médicale. Dans la grande majorité des cas cette douleur est liée à une souffrance périarticulaire en particulier de la coiffe des rotateurs. Mais comme les autres articulations l’épaule peut être le siège d’arthrite d’arthrose et d’autres pathologies articulaires ou osseuses. Le diagnostic et surtout les indications thérapeutiques adaptées sont l’aboutissement essentiellement d’un interogatoire et un examen clinique soigneux aidés parfois d’éléments paracliniques simples à mettre en oeuvre. En outre ces investigations doivent pouvoir préciser les autres étiologies articulaires et éliminer les causes extra-articulaires. RAPPEL ANATOMIQUE. La fonction de l’épaule résulte de l’intégration complexe des mouvements de l’articulation gléno-humérale et de 3 autres systèmes articulaires séparés qui contribuent de façon synchrone et simultanée aux mouvements. Les articulations sterno et acromio-claviculaire sont des arthrodies avec une capsule épaisse et fibreuse et avec un ménisque fibrocartilagineux intra-articulaire. . Bien que n’étant pas anatomiquement une véritable articulation l’articulation scapulo-thoracique contribue de façon importante à la mobilité de l’épaule en assurant la bascule de l’omoplate sur le gril costal. . L’articulation gléno-humérale est une articulation synoviale entre la tête humérale et la glène renforcée par un anneau fibrocartilagineux le bourrelet glénoïdien. La capsule articulaire est renforcée en avant par 2 à 3 pseudo-ligaments. Elle est large et lâche à la partie inférieure. L’essentiel de la stabilité de l’articulation est assuré par les muscles de la coiffe des rotateurs: - sous-scapulaire en avant. - sus-épineux en haut. - sous-épineux et petit rond en arrière. Ils s’insèrent à la partie proximale de l’humérus en formant une lame fibreuse difficilement séparable de la capsule articulaire sous-jacente: la coiffe des rotateurs. Au dessus de la coiffe des rotateurs mais séparée d’elle par la bourse sous-acromiale se situe l’arche constituée par l’acromion et le ligament coraco-acromial. SIGNES FONCTIONNELS. Les antécédents. traumatiques ou micro-traumatiques (sport travail bricolage…) les injections intra ou péri-articulaires les maladies rhumatismales chroniques (autre localisation articulaire) ou de type lésions d’organes (coeur vésicule biliaire etc. ). La douleur: il faut en préciser les caractéristiques. la topographie et surtout ses irradiations cervicale surtout brachiale (volontiers radiale) parfois trompeuse: fosses sous-épineuses pointe de l’omoplate sternale etc. ) le caractère mécanique ou inflammatoire et le contexte général l’intensité l’ancienneté et le mode évolutif: aigu progressif intermittent déclenché par des mouvements la prise alimentaire etc. L’impotence fonctionnelle: gêne et retentissement sur la vie quotidienne. SIGNES PHYSIQUES. L’épaule est examinée le patient debout ou assis torse nu. L’inspection: comparative des 2 côtés à la recherche: - d’une tuméfaction de l’épaule. - d’une anomalie des reliefs osseux. - d’une amyotrophie en particulier du sus ou sous épineux de fasciculations. La palpation: recherche des points douloureux. . Les mobilités actives sont étudiées: - en élévation latérale (abduction): faire écarter les 2 bras latéralement toucher les mains au-dessus de la tête et revenir à la position de départ; - en élévation antérieure (antépulsion): faire soulever les 2 bras en avant toucher les mains au-dessus de la tête et revenir à la position de départ; - en élévation antéro-externe secteur de mobilité intermédiaire entre l’abduction et l’antépulsion dans le plan de l’omoplate: c’est le secteur fonctionnellement le plus important de l’épaule. Deux autres mouvements sont également très importants pour tester la mobilité de l’épaule: - la manoeuvre " main-nuque " que l’on teste en demandant au patient de mettre la main derrière le cou aussi bas que possible (rotation externe); - la manoeuvre " main-dos " que l’on teste en demandant au patient de mettre la main derrière le dos aussi haut que possible (rotation interne). . Les mobilités passives de l’épaule doivent être testées: - en élévation latérale (globalement puis en empêchant la bascule de l’omoplate par une main fermement appuyée sur l’acromion afin de tester la scapulo-humérale: l’amplitude de l’abduction normale de la scapulo-humérale est de 90 à 120°); - en élévation antéro-externe (avec et sans fixation de l’omoplate) pour déterminer l’amplitude de mobilité et aussi pour rechercher le signe de " l’impingement " de Neer: arc douloureux habituellement entre 90° et 120° il correspond au contact douloureux entre l’arche coraco-acromiale et la coiffe des rotateurs; - en rotation externe et interne testées le coude au corps fléchi à 90° ou le bras à 90° d’abduction. Ensuite il faut tester les muscles de la coiffe des rotateurs contre résistance à la recherche d’une douleur provoquée ou d’une faiblesse. - La partie supérieure de la coiffe (sus-épineux) est testée par la manoeuvre de Jobe: bras à 90° d’abduction en rotation interne (pouce tourné vers le sol) ramené 30° en avant (dans le plan de l’omoplate) pour tester spécifiquement le sus-épineux; - la partie antérieure (long biceps et sous-scapulaire) est testée par le " Palm Up " test: bras en antépulsion de 60° et en rotation externe (paume vers le haut); - la partie postérieure (petit rond et sous-épineux) est testée par le test de Patte en rotation externe coude à 90° de flexion bras en abduction à 90°. Après avoir examiné l’épaule des radiographies comparatives sont le plus souvent nécessaires (face en rotation indifférente interne et externe). Bien que ne pouvant montrer directement les lésions des parties molles elles peuvent montrer une atteinte dégénérative de l’acromion ou de la tête humérale qui souvent les accompagnent. Elles peuvent aussi montrer d’authentiques anomalies articulaires parfois inattendues. Au moindre doute il peut être utile de s’assurer de l’absence de signes biologiques d’inflammation (VS CRP). Dans des cas particuliers d’autres examens d’imagerie peuvent être utiles: échographie scanner ou arthroscanner et surtout IRM. DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL. Douleur à projection scapulaire. • Angor et IDM (épaule gauche) • Colique hépatique (épaule droite) • Pancréatite aigue (épaule gauche) Syndrome de Parsonage-Turner. •Radiculonévrite inflammatoire aiguë avec amyotrophie du moignon de l’épaule et des fosses épineuses. •Antécédent récent infectieux vaccinal ou traumatique. • Nerf sus-scapulaire (douleur postérieure réveillée à la pression du bord postérieur. De l’omoplate amyotrophie des sus et sous-épineux) • Nerf grand dentelé (décollement de l’omoplate en antépulsion) • Nerf circonflexe (hypoesthésie du moignon) • Douleur reproduite par les mouvements du rachis cervical. • Paresthésies radiculaires systématisées. • Abolition du réflexe bicipital. • Hypoesthésie et/ou déficit moteur. Lésion osseuse de voisinage. • Tumeur épiphysiaire primitive. • Maladie de Paget. • Fissure de côtes ou fracture. Donc il est nécessaire de réaliser un examen du rachis cervical un examen neurologique complet et un examen général systématique. DIAGNOSTIC ETIOLOGIQUE. Dans la grande majorité des cas de douleur de l’épaule 4 tableaux cliniques élémentaires qui orientent chacun vers différents diagnostics étiologiques peuvent être identifiés: Epaule douloureuse simple. Elle représente à elle seule 80 % des motifs de consultation. Il n’y a pas de limitation des mobilités actives et passives (les mobilités actives sont parfois limitées par la douleur mais les mobilités passives bien que douloureuses ne le sont pas). Elle résulte le plus souvent d’une tendinite dégénérative de la coiffe des rotateurs à ses différents stades (si les radiographies sont normales ou ne montrent que des altérations dégénératives modérées) ou d’une tendinite calcifiante au stade chronique parfois d’une arthrose de l’articulation acromio-claviculaire. Le traitement est basé sur les antalgiques et anti-inflammatoires les infiltrations cortisoniques et la rééducation fonctionnelle. Dans les stades évolués ou réfractaires peuvent être discutés une trituration d’une calcification sous scopie ou un geste chirurgical (acromioplastie). Ce tableau peut également révéler une arthrite rhumatismale: l’épaule est souvent affectée par la polyarthrite rhumatoïde la pseudopolyarthrite rhizomélique ou les autres rhumatismes inflammatoires chroniques mais rarement de façon isolée. Il peut être aussi l’expression d’une lésion osseuse ou ostéo-cartilagineuse: ostéonécrose de la tête humérale tumeur bénigne ou maligne omarthrose chondrocalcinose… Epaule hyperalgique. Elle se caractérise par une douleur violente une limitation majeure des mouvements actifs et passifs (l’examen clinique étant souvent presque impossible de ce fait). Elle peut résulter d’une: o arthrite septique: véritable urgence médicale il faut y penser devant un syndrome infectieux et la notion de porte d’entrée (infiltration). o arthrite métabolique (chondrocalcinose) · bursite aiguë secondaire à une tendinite calcifiante (les calcifications tendineuses doivent alors être vues sur les radiographies). · algodystrophie parfois dans le cadre d’un syndrome épaule-main. Il y a une limitation marquée des mobilités actives sans limitation des mobilités passives. Elle résulte d’une rupture importante de la coiffe des rotateurs si l’examen neurologique est normal (sinon il s’agit d’une épaule paralytique). Epaule gelée. Il existe une limitation franche des mobilités actives et passives. Elle résulte le plus souvent d’une capsulite rétractile (si les radiographies sont normales) mais peut aussi résulter de toute autre arthropathie de l’épaule. Le diagnostic de capsulite impose un bilan étiologique (diabète insuffisance coronarienne cancer pulmonaire causes neurologiques ou médicamenteuses…) Epaule instable. L’examen met en évidence un ressaut à la mobilisation de la gléno-humérale. Elle est en rapport le plus souvent avec une atteinte du bourrelet glénoïdien. Références. Les photos des tests de l'épaule sont extraites du livre: Test et examen clinique en pathologie sportive par J. de Lecluse (édition Masson 1997)

astuce citron pour maigrir toto

US Search Mobile Web. Welcome to the Yahoo Search forum! We’d love to hear your ideas on how to improve Yahoo Search. The Yahoo product feedback forum now requires a valid Yahoo ID and password to participate. You are now required to sign-in using your Yahoo email account in order to provide us with feedback and to submit votes and comments to existing ideas. If you do not have a Yahoo ID or the password to your Yahoo ID, please sign-up for a new account. If you have a valid Yahoo ID and password, follow these steps if you would like to remove your posts, comments, votes, and/or profile from the Yahoo product feedback forum. Vote for an existing idea ( ) or Post a new idea… Hot ideas Top ideas New ideas Category Status My feedback. Improve your services. Your search engine does not find any satisfactory results for searches. It is too weak. Also, the server of bing is often off. I created a yahoo/email account long ago but I lost access to it; can y'all delete all my yahoo/yahoo account except for my newest YaAccount. I want all my lost access yahoo account 'delete'; Requesting supporter for these old account deletion; 'except' my Newest yahoo account this Account don't delete! Because I don't want it interfering my online 'gamble' /games/business/data/ Activity, because the computer/security program might 'scure' my Information and detect theres other account; then secure online activities/ business securing from my suspicion because of my other account existing will make the security program be 'Suspicious' until I'm 'secure'; and if I'm gambling online 'Depositing' then I need those account 'delete' because the insecurity 'Suspicioun' will program the casino game 'Programs' securities' to be 'secure' then it'll be 'unfair' gaming and I'll lose because of the insecurity can be a 'Excuse'. Hope y'all understand my explanation! I want all my lost access yahoo account 'delete'; Requesting supporter for these old account deletion; 'except' my Newest yahoo account this Account don't delete! Because I don't want it interfering my online 'gamble' /games/business/data/ Activity, because the computer/security program might 'scure' my Information and detect theres other account; then secure online activities/ business securing from my suspicion because of my other account existing will make the security program be 'Suspicious' until I'm 'secure'; and if I'm gambling online 'Depositing' then I need those account 'delete' because the insecurity 'Suspicioun' will program the casino game 'Programs' securities' to be… more.

graisse ventrale femmes nuent

Douleur foie. Accès pernicieux: érythrocytopathie parasitaire avec, en particulier, des manifestations viscérales, neurologiques et rénales, liées à la multiplication rapide de Plasmodium falciparum dans les hématies des capillaires viscéraux entraînant une anoxie tissulaire par anémie hémolytique et éventuellement une coagulation intravasculaire disséminée. Acide aminé: molécule organique appartenant à la famille des protides comportant une fonction acide (-COOH), une fonction amine (-NH 2 ), un hydrogène et un groupement chimique (radical) liés de façon covalente à un même atome de carbone. Les différents acides aminés diffèrent par leur radical. Les protéines de tous les êtres vivants sont formées à partir des mêmes 20 acides aminés. Acrocyanose: cyanose des extrémités. Acroérythrose: coloration rouge des extrémités. Acromégalie: hypertrophie des extrémités souvent en rapport avec une tumeur hypophysaire. Acropathie: affection d'une extrémité. Addition: type de mutation dans laquelle un ou plusieurs nucléotides s’ajoutent à l’ADN. Adénite: inflammation d’un ganglion lymphatique. Adénome: tumeur bénigne d'un tissu glandulaire. Adénomégalie: augmentation de volume de ganglions lymphatiques. Adénopathie: affection ou lésion des ganglions. ADN: acronyme de "acide désoxyribonucléique". Aérobie: qui vit en présence d’air, qui contient de l'air. Afférent: qui va vers (se dit des fibres sensorielles qui se projettent vers les centres). Agoniste: dont l’effet va dans le même sens. Alcoolisme: intoxication chronique par l'alcool. Allèles: formes différentes d’un même gène, c’est à dire situées au même locus. Allogreffe: greffe réalisée en utilisant un greffon prélevé chez un individu différent de la même espèce. Aménorrhée: arrêt des règles. Amniocentèse: prélèvement de cellules amniotiques. Amyotrophie: atrophie musculaire. Anabolisme: ensemble des réactions de biosynthèse. Anaérobie: qui vit en absence d’air, dépourvu d'air. Analgésique: qui produit une insensibilité à la douleur. Anamnèse: ensemble des informations recueillies auprès d'un malade par l’interrogatoire sur sa maladie et son histoire. Anaphylaxie: état d'hypersensibilité produit par un premier contact avec un antigène. Anastomose: communication naturelle ou artificielle entre deux conduits pleins (nerfs) ou creux (vaisseaux). Anatomie: à l’origine, dissection d’un organisme et, par dérivation, étude de la structure, de la position et des rapports des organes du corps. Anatoxine: toxine à laquelle on a fait perdre ses propriétés toxiques tout en lui conservant son caractère antigénique. Anémie: diminution de la quantité d’hémoglobine circulante. Anémie hémolytique: diminution de la quantité d’hémoglobine circulante due à la destruction des globules rouges. Anesthésie: suppression de la sensibilité. Anévrisme: cavité communiquant avec la lumière d’une artère ou formée aux dépens de sa paroi et contenant du sang. Angiographie: radiographie des vaisseaux après injection d’un produit de contraste. Angiome stellaire: malformation vasculaire cutanée se présentant sous la forme d'un point rouge d'où rayonnent des arborisations. Angioplastie: opération chirurgicale destinée à reconstituer un vaisseau sanguin. Angor: douleur angoissante. Anorexie: perte de l’appétit. Anorexigène: qui coupe l’appétit. Anorexique: sans appétit. Anoxémie: diminution de la concentration du sang artériel en dioxygène. Anoxie: manque d’oxygène, diminution de la concentration en dioxygène au niveau des tissus. En médecine, on emploie anoxie au niveau d’un tissu ou organe, et hypoxie comme synonyme d’hypoxémie, donc au niveau sanguin. Antagoniste: dont l’effet va dans un sens opposé. Antalgique: qui s'oppose à la douleur. Antécédents: faits et circonstances, antérieurs à une maladie, qui concernent la santé du patient examiné (antécédents personnels) ou celle de sa famille (antécédents familiaux). Antéhypophyse: partie antérieure de l’hypophyse formée de cellules endocrines. Antibiogramme: Établissement du spectre de résistance et de sensibilité d'une bactérie aux antibiotiques in vitro. Antibiotique: substance chimique capable d’inhiber le développement de microorganismes. Anticoagulant: substance qui s'oppose à la coagulation. Anticodon: groupe de trois nucléotides présent dans les ARNt, complémentaires d’un codon de l’ARNm. La complémentarité des bases entre codon et anticodon permet de sélectionner l’ARNt chargé par l’acide aminé correspondant au codon de l’ARNm. Anticorps: protéines synthétisées par les lymphocytes B et les plasmocytes capables de reconnaître un antigène donné et de s'y lier. Anticorps monoclonal: anticorps d’une seule spécificité obtenu à partir d’un seul clone de cellules. Antifongique: substance chimique qui détruit les champignons ou s'oppose à leur prolifération. Antigène: toute substance ou élément susceptible de déclencher une réaction immunitaire spécifique. Antigénémie: concentration sanguine en un antigène. Méthode de recherche d'un antigène viral dans le sang. Dans le cas du VIH, on recherche un antigène spécifique du virus, l'antigène p 24. L'antigénémie permet de détecter directement la présence du virus dans l'organisme. Antihémostatique: substance qui s'oppose à la coagulation. Antimitotique: qui empêche le bon déroulement de la division cellulaire. Antiprotéases: substances chimiques qui inhibent l'action des protéases. Antipyrétique: qui s’oppose à la fièvre. Antiseptique: qui est destiné à détruire des germes. Antitoxine: anticorps spécifique produit par un organisme en réponse à une toxine bactérienne ou à un venin. Antituberculeux: médicament actif contre les bacilles de la tuberculose. Antitussif: qui s’oppose à la toux. Antiviral: substance chimique qui s'oppose à la prolifération.d'un virus. Anurie: absence d’urine dans la vessie. Anxiolytique: qui supprime l’anxiété. Aorte: artère transportant le sang du ventricule gauche vers l'ensemble des organes. Apnée: arrêt de la respiration. Apoptose: mort cellulaire programmée. Appendicectomie: ablation de l'appendice. Apraxie: trouble psychomoteur qui se caractérise par l'impossibilité d'effectuer une tâche motrice impliquant des mouvements volontaires alors qu'il n'existe pas de lésion des muscles ni des motoneurones. Apyrétique: qui ne produit pas de fièvre. Apyrexie: absence de fièvre. Arachnoïde: méninge située entre la pie-mère et la dure-mère. Arbre généalogique: représentation schématique des liens de descendance familiaux ou phylogénétiques. ARN: acronyme de "acide ribonucléique". ARNm: acronyme de "acide ribonucléique messager". Les ARNm permettent le transfert de l'information contenue dans un gène du noyau vers le cytoplasme. ARNr: acronyme de "acide ribonucléique ribosomal", un des constituants des ribosomes. ARNt: acronyme de "acide ribonucléique de transfert". Les ARNt permettent la mise en place d'un acide aminé déterminé lors de la synthèse protéique. Artère: vaisseau transportant le sang du cœur vers les organes. Artères pulmonaires: artères transportant le sang du ventricule droit vers les poumons. Artériographie: examen radiographique d’artères. Artérite: inflammation d’une artère. Arthralgie: douleur articulaire. Arthrite: inflammation aiguë ou chronique d’une articulation. Arthrose: affection dégénérative et destructrice d’une articulation. Arythmie: rythme cardiaque irrégulier. Ascite: accumulation de liquide dans la cavité péritonéale. Asepsie: absence de microbes. Ensemble des moyens visant à empêcher la contamination d'objets, de substances, d'organismes ou de locaux. Aseptique: qui ne contient pas de germes. Asthénie: état de fatigue. Asymptomatique: qui ne présente pas de symptômes cliniques. Athérome: lésion dégénérative sclérosante de la surface interne d’une artère. Athérosclérose: synonyme d’athérome. Athrepsie: état de dénutrition extrême d’un nourrisson. Atonie: absence de tonus, diminution de la tonicité d'un organe. Atrophie: diminution de volume d'un organe. Auscultation: méthode d’examen consistant à écouter les bruits du corps d’origine interne. Autoantigène: substance produite par un organisme et déclenchant une réaction immunitaire contre lui-même. Autogreffe: greffe réalisée en utilisant un greffon prélevé chez le receveur lui-même. Autosome: chromosome non sexuel (paires identiques chez les mâles et les femelles). Axillaire: au niveau des aisselles. Axone: prolongement efférent d’un neurone. Bactérie: être vivant procaryote, c'est à dire unicellulaire dépourvu de noyau et d'autres compartiments membranaires internes. Barorécepteur: récepteur sensible à la pression. Biopsie: prélèvement d’un échantillon tissulaire sur le vivant. Bivalent: ensemble de deux chromosomes homologues réunis lors de la prophase I de la méiose. Il est constitué de quatre chromatides (synonyme: tétrade). Bradycardie: ralentissement du rythme cardiaque. Bradypnée: rythme respiratoire trop lent. Bronchectasie: dilatation des bronches. Bronchite: inflammation des bronches. Bronchorrhée: hypersécrétion de mucus bronchique. Cachexie: état pathologique caractérisé par une maigreur extrême et une atteinte grave de l'état général et des fonctions vitales. Cal: tissu de régénération qui soude les deux fragments d’un os fracturé. Calcémie: taux de calcium dans le sang. Canal cholédoque: canal par lequel s'écoule la bile dans le duodénum. Prolongeant les canaux hépatiques, il est situé entre l'abouchement du canal cystique et l'ampoule de Vater. Canal cystique: canal reliant la vésicule biliaire au canal cholédoque. Canal rachidien: partie creuse de la colonne vertébrale occupé par la moelle épinière. Canaux hépatiques: canaux par lesquels s'écoule la bile produite dans le foie. Cancer: processus de prolifération cellulaire incontrôlé. Capillaire: vaisseau sanguin de petite taille au niveau duquel se réalisent les échanges avec les tissus environnants. Carbaminohémoglobine (carbhémoglobine): hémoglobine ayant lié du dioxyde de carbone par des groupements NH 2 de certains acides aminés. Carcinogène: susceptible de provoquer un cancer. Cardia: orifice reliant l'œsophage et l'estomac. Cardiologie: spécialité médicale qui s’occupe des affections du cœur. Cardiologue: médecin spécialiste de cardiologie. Cardiomégalie: augmentation du volume du cœur. Cardiopathie: affection ou lésion cardiaque. Caryotype: photographie ordonnée des chromosomes d’une cellule. Catabolisme: ensemble des réactions de dégradation du métabolisme. Cataménial: relatif à la menstruation. Cathéter: tuyau fin introduit dans un vaisseau. Cathétérisme: introduction d'un cathéter dans un canal ou un vaisseau dans un but diagnostique ou thérapeutique. Cellule immunocompétente: cellule du système immunitaire apte à participer aux réactions immunitaires. Cellule présentant l’antigène: catégories de phagocytes capables d’exprimer à leur surface des déterminants antigéniques liés à des protéines spécifiques (CMH). Cellules souches: cellules totipotentes de la moelle osseuse à l’origine de toutes les cellules sanguines et immunitaires. Céphalées: maux de tête. Cervical: au niveau du cou. Cervicalgie: douleurs au niveau du cou. Cervicite: inflammation du col de l’utérus (synonyme: trachélite). Chémorécepteur: récepteur pour une substance chimique. Chimioprophylaxie: utilisation d'un médicament dans un but de prévention ou de protection. Chimiotactisme: capacité de certaines cellules à se diriger en direction de substances chimiques. Chimiothérapie: traitement d'une maladie par administration de substances chimiques. Chlorémie: concentration sanguine en chlorures. Choc (état de): syndrome clinique se traduisant par une chute de la tension artérielle secondaire à une insuffisance circulatoire aiguë. Cholagogue: qui facilite l’évacuation de la bile présente dans les voies biliaires et dans la vésicule biliaire. Cholangiographie: examen radiographique des voies biliaires après administration d'un produit de contraste. Cholécystectomie: ablation de la vésicule biliaire. Cholécystite: inflammation de la vésicule biliaire. Cholécystocinétique: qui stimule la contraction de la vésicule biliaire et donc l’évacuation de la bile. Cholécystographie: examen radiographique de la vésicule biliaire après administration d'un produit de contraste. Cholérétique: qui stimule la fabrication de la bile par les hépatocytes. Cholestérolémie: taux de cholestérol sanguin. Chromatide: chacune des unités résultant de la réplication d’un chromosome et observables lors de la mitose. Chromatine: complexe macromoléculaire associant l’ADN nucléaire et des protéines spécifiques lors de l’interphase du cycle cellulaire. Chromosome: forme prise par la chromatine au cours des divisions cellulaires. Chromosomes homologues: chromosomes portant les mêmes locus. Chromosomes sexuels: chromosomes dont les paires ne sont pas identiques chez les mâles et les femelles et qui déterminent le sexe génétique (synonymes: gonosome, hétérochromosome). Chylifère: vaisseaux lymphatiques de l’intestin grêle; Chylomicron: forme de transport de lipides associés à des protéines se formant dans les entérocytes et permettant leur passage dans le système lymphatique. Chyme: contenu du tube digestif. Cirrhose: atteinte diffuse du foie caractérisée par une destruction des hépatocytes (nécrose) avec prolifération de tissu fibreux (fibrose) et régénération de nodules (amas d'hépatocytes remplaçant les lobules). Clairance: rapport entre le débit d’élimination d’une substance et sa concentration sanguine. Clone: ensemble de cellules ou d'organismes strictement identiques sur le plan génétique car issus d'une reproduction asexuée. CMH: complexe majeur d'histocompatibilité. Ensemble des gènes codant les protéines du système HLA. Coagulation: formation à partir du fibrinogène circulant d'un réseau de fibrine qui emprisonne les éléments figurés du sang. Codon: groupe de trois nucléotides de l’ADN ou de l’ARNm correspondant au codage d’un acide aminé ou d’un signe de ponctuation (initiation, terminaison). Colectasie: dilatation du gros intestin (côlon). Colectomie: ablation d’une partie ou de la totalité du gros intestin (côlon). Colite: inflammation du gros intestin. Côlon: gros intestin. Coloscopie: endoscopie du côlon. Colostomie: abouchement du côlon à la peau (anus artificiel). Colotomie: incision du côlon. Colpocytogramme: frottis des cellules du col de l’utérus et du vagin. Colposcope: instrument destiné à l'examen visuel du vagin et du col de l'utérus (synonyme: vaginoscope). Colposcopie: examen du vagin et du col de l'utérus avec un colposcope. Coma: disparition plus ou moins complète des fonctions de relations tandis que les fonctions de nutrition sont conservées. Compartiment liquidien: secteur du milieu intérieur de composition homogène, séparé des autres secteurs par une ou plusieurs membranes. Complément: ensemble de protéines non spécifiques présentes dans le sérum et participant à certaines réactions immunitaires. Complexe majeur d’histocompatibilité (CMH): ensemble de gènes très polymorphes codant les protéines du système HLA. Complexe QRS: complexe d'ondes visible sur un électrocardiogramme correspondant à la dépolarisation des ventricules. Conjonctive: muqueuse transparente recouvrant la face interne des paupières et le globe oculaire. Contage: phase de contamination d’une maladie infectieuse. Coproculture: mise en culture des fèces destinée à la mise en évidence des germes qui peuvent s'y trouver. Coronaire: nom des artères qui irriguent le muscle cardiaque. Coronarographie: examen radiologique des artères coronaires après injection d’un produit de contraste permettant d’absorber les rayons X (solution contenant de l’iode). Coronaropathie: maladie des artères coronaires. Coxalgie: douleur de la hanche. Coxarthrose: affection dégénérative des cartilages de l'articulation de la hanche. Crénothérapie: utilisation thérapeutique des eaux minérales. Cryothérapie: méthode de traitement utilisant le froid. Cyanose: coloration bleue de la peau pouvant provenir d'un trouble circulatoire ou de l'hématose et/ou d'une altération de l'hémoglobine. Cycle cellulaire: succession des phénomènes de l'interphase et de la mitose au cours de la vie d'une cellule. Le nombre de cycles d'un type cellulaire puis sa mort par apoptose sont déterminés génétiquement. Cystite: inflammation de la vessie. Cystopexie: opération chirurgicale destinée à fixer la vessie à la paroi abdominale. Cystoscopie: endoscopie de la vessie. Cytokines: substances agissant sur des cellules du système immunitaire. Cytolyse: destruction d’une cellule. Cytolytique: qui provoque la lyse cellulaire. Cytoplasme: contenu cellulaire. Daltonisme: anomalie héréditaire de la vision des couleurs à transmission sexuelle récessive. Débit cardiaque: volume sanguin éjecté du cœur par unité de temps (en litres par minutes). Dégranulation: disparition des granulations cytoplasmiques d’une cellule par libération du contenu des vésicules correspondant aux granulations. Délétion: perte d’un ou plusieurs nucléotides ou d'un fragment de chromosome. Dénutrition: perte de poids consécutive à une atrophie de tous les tissus due à une carence alimentaire globale. Dépendance: état psychique et quelquefois physique résultant de l’interaction entre un organisme vivant et une substance chimique se caractérisant par une pulsion à prendre la substance de façon continue ou périodique afin de retrouver ses effets ou d’éviter le malaise de la privation. Déterminant antigénique: partie d’un antigène spécifiquement reconnue par les récepteurs immunitaires. Diabète: affection caractérisée par une polyurie et une polydypsie. Diagnostic: identification d’une maladie d’après ses signes, ses symptômes, les résultats d’examens, etc. Dialyse: technique de séparation des substances en solution fondée sur l'utilisation d'une membrane semi-perméable. Diapédèse: passage d’un phagocyte (polynucléaire, monocyte) à travers la paroi capillaire vers la lymphe interstitielle. Diarrhée: émission fréquente de selles abondantes et trop liquides. Diastole: phase de relâchement du myocarde au cours du cycle cardiaque. Digestion: ensemble des processus de transformation des aliments qui rendent possible leur absorption intestinale. Diploïde: se dit d'une cellule qui comporte deux représentants homologues de chaque chromosome. Diurèse: excrétion urinaire. Diurétique: qui augmente l'excrétion urinaire. Dominance: le fait, pour un gène, de s’exprimer phénotypiquement à l’état hétérozygote comme à l’état homozygote. Doppler: méthode d’examen ultrasonore des vaisseaux reposant sur l'utilisation de l’effet Doppler (décalage de la fréquence avec l'éloignement) appliqué à une source d’ultrasons se réfléchissant sur le sang en mouvement. Douleur précordiale: douleur de la région de projection du cœur. Dure-mère: méninge la plus externe appliquée contre le squelette du crâne et du rachis. Dyschromatopsie: défaut de la vision des couleurs. Dysenterie: émissions très fréquentes de selles abondantes et trop liquides. Dyslipidémie: anomalie de la composition du sang en lipides. Dysménorrhée: troubles des règles. Dyspepsie: troubles digestifs. Dysphagie: difficulté à avaler. Dysphonie: difficulté de la phonation (difficulté à émettre des sons, à parler). Dyspnée: difficultés respiratoires, essoufflement. Dystocie: accouchement anormal. Dysurie: difficultés de miction. ECG: acronyme d'électrocardiogramme. Échographie: méthode d'exploration fondée sur l’utilisation d’un faisceau d’ultrasons dont les échos renvoyés par les interfaces entre les structures internes de l’organisme sont enregistrés puis analysés par ordinateur pour reconstruire l’image correspondante sur l’écran. Échotomographie: méthode d’échographie permettant d'obtenir des images par plans de coupes successifs de l'organe étudié. Ectopique: en position anormale. EEG: acronyme d'électroencéphalogramme. Efférent: qui part de (se dit des fibres motrices issues d’un centre nerveux). Électrocardiogramme: enregistrement graphique à l’aide d’électrodes externes des courants d’action produits par le cœur au cours du temps (activité électrique du cœur). Électroencéphalogramme: enregistrement graphique à l’aide d’électrodes externes de l'activité électrique de l'encéphale au cours du temps. Électromyogramme: enregistrement graphique des courants d’action produits par un muscle. Électrophorèse: technique de séparation des macromolécules fondée sur leurs différences de charge électrique. Embole: éléments étranger dans l’appareil circulatoire entraînant l’oblitération de la lumière d’un vaisseau. Embolie: obstruction d'un vaisseau sanguin résultant de la migration d'un corps étranger (embole), en général un caillot sanguin. EMG: acronyme d'électromyogramme. Endémie: présence habituelle d'une maladie infectieuse dans une région donnée ou dans une population humaine. Endocarde: couche la plus interne des cavités cardiaques constituée d'un endothélium. Endocardite: inflammation de l’endocarde. Endocrine: sécrétion de substances dans le milieu intérieur (en général dans le sang). Endocytose: mécanisme assurant la pénétration intracellulaire d’éléments divers par formation d'une vésicule membranaire autour de l’élément à ingérer. Endomètre: muqueuse utérine. Endométrite: inflammation de la muqueuse utérine. Endoscopie: dispositif d'examen visuel des cavités réalisé en introduisant à l’intérieur du corps un dispositif optique permettant l’observation directe (fibre optique munie d’un système d’éclairage). Endothélium: épithélium formé de cellules aplaties constituant la couche la plus interne des vaisseaux sanguins. Endotoxine: toxine bactérienne non sécrétée mais qui peut être libérée après lyse du germe. Entéral: qui se rapporte à l’intestin. Entérocyte: cellule absorbante de l’épithélium intestinal. Entorse: lésion traumatique d’une articulation avec élongation ou arrachement ligamentaire sans déplacement permanent des surfaces articulaires. Éosinophile: catégorie de granulocytes. Épicanthus: repli cutané recouvrant la commissure interne de l'oeil observé notamment dans le syndrome de Down. Épidémie: apparition ou augmentation du nombre de cas d'une maladie infectieuse. Épidémiologie: science qui étudie statistiquement les questions liées aux maladies à l’échelle des populations (apparition, évolution et répartition). Épigastre: région supéro-médiane de l'abdomen située sous le diaphragme et les côtes. Épistaxis: hémorragie nasale provenant des vaisseaux de la muqueuse nasale. Épithélium: tissu formé de cellules jointives reposant sur une lame basale. Épitope: déterminant antigénique. Érythème: rougeur congestive de la peau qui disparaît sous la pression des doigts. Érythrocyte: catégorie de cellules sanguines ayant perdu leur noyau et accumulé de l'hémoglobine au cours de leur maturation (synonymes: hématie, globule rouge). Érythrocytopathie: affection des globules rouges. Érythropénie: diminution du nombre de globules rouges. Érythropoïèse: formation des globules rouges du sang. Érythrose: coloration rouge de la peau et des muqueuses. Érythrose palmaire: coloration rouge des paumes de main. Escarre: nécrose cutanée, notamment celles qui affectent les personnes immobilisées aux points de contact permanent du corps avec le lit. État de choc: syndrome clinique se traduisant par une chute de la tension artérielle secondaire à une insuffisance circulatoire aiguë. État de manque: ensemble de symptômes se manifestant chez les toxicomanes pharmacodépendants lorsque s'estompent les effets de leur dernière prise. Étiologie: étude des causes d’une maladie et, par extension, causes d'une maladie. Étiologique: qui se rapporte aux causes d'une maladie. Eutocie: accouchement normal. Examen biochimique: dosage de substances chimiques dans un liquide biologique de l’organisme. Exanthème: lésions cutanées caractérisant une fièvre éruptive, fièvre ou maladie éruptive. Exérèse: ablation chirurgicale d'un tissu, d'un organe ou d'un corps étranger. Exophtalmie: protrusion des yeux hors des orbites. Exotoxine: toxine élaborée par une bactérie et libérée dans le milieu où elle prolifère. Expectorations: évacuation par la bouche de sécrétions provenant des voies respiratoires. Désigne aussi les matières évacuées. Fébricule: élévation modérée de la température n'atteignant pas le stade de la fièvre véritable. Féces: Excréments solides de l'homme et des animaux, formés des résidus de la digestion. Fécondation: fusion cytoplasme à cytoplasme et noyau à noyau de deux gamètes. Ferrugineux: qui contient du fer. Fibrine: protéine insoluble formée lors de la coagulation par hydrolyse enzymatique du fibrinogène. Fibrinogène: protéine plasmatique fabriquée par le foie qui se transforme en fibrine lors de la coagulation. Fibrinolytique: qui entraîne la dissolution des caillots sanguins. Fibrogastroscopie: examen de la cavité gastrique par fibroscopie. Fibrome: tumeur conjonctive bénigne formée de fibroblastes. Fibroscopie: méthode d'examen visuel des cavités internes du corps à l'aide d'une fibre optique. Filtration glomérulaire: formation de l’urine primitive par ultrafiltration du plasma à travers les glomérules rénaux. FIVETE: acronyme pour une technique de procréation médicalement assistée: F écondation I n V itro E t T ransfert d’ E mbryon. Flore commensale: flore bactérienne habituellement associée à l’homme et ne lui portant pas préjudice. Follicule: ensemble formé par l’ovocyte I et les cellules qui l’accompagnent dans l’ovaire (cellules folliculaires et cellules des thèques). Fracture: rupture traumatique ou spontanée de la continuité d’un os. Frottis: méthode de préparation d’un échantillon biologique par étalement sur lame en vue d’un examen microscopique. Galactorrhée: écoulement de lait en dehors de la période de lactation. Gamète: cellule sexuelle haploïde spécialisée dans la réalisation de la fécondation. Ganglion lymphatique: organe lymphoïde périphérique disposé sur le trajet des vaisseaux lymphatiques. Gastralgies: douleurs de l'estomac. Gastrectomie: ablation de l'estomac. Gastrite: inflammation de l’estomac. Gastroentérite: Inflammation de l’estomac et de l'intestin. Gastrojéjunostomie: mise en communication directe de l’estomac et du jéjunum (partie moyenne de l’intestin grêle). Gastropexie: opération chirurgicale destinée à fixer l'estomac. Gastrorragie: hémorragie de l’estomac. Gastroscopie: examen endoscopique de l'estomac. Gastrotomie: incision de la paroi de l'estomac. Gazométrie: au sens propre, c’est la mesure des volumes gazeux. La gazométrie sanguine est la mesure de la concentration des gaz du sang (dioxygène et dioxyde de carbone). Gène: fragment d'ADN transcrit en un ARN, caractérisé par la séquence de ses nucléotides. Les gènes codent la synthèse d'une protéine déterminée ou d'un ARN (ARN t, ARN r ). Gène autosomal: gène dont le locus se situe sur un autosome. Gène lié au sexe: gène dont le locus se trouve sur un hétérochromosome. Gènes indépendants: gènes dont les locus sont situés sur des chromosomes non homologues. Gènes liés: gènes dont les locus sont situés sur un même chromosome. Génome: ensemble de l'ADN d'une cellule. Génotype: ensemble des gènes d’un individu. Gestation: développement intra-utérin de l’embryon et du fœtus chez les mammifères. Gingivite: inflammation des gencives. Glande: organe formé d'un ensemble de cellules sécrétrices. Globule blanc: cellule nucléée fabriquée dans la moelle rouge des os et intervenant dans les réactions immunitaires (synonyme: leucocyte). Globule rouge: cellule sanguine ayant perdu son noyau et accumulé de l’hémoglobine au cours de sa maturation (synonymes: hématies, érythrocytes). Glomérule: ensemble de capillaires enveloppé par la capsule de Bowman constituant la première partie du néphron au niveau duquel est formée l’urine primitive. Glossite: inflammation de la langue. Glycémie: taux de glucose sanguin. Glycogénogenèse: biosynthèse du glycogène à partir du glucose. Glycogénolyse: hydrolyse du glycogène. Glycolyse: ensemble de réactions cataboliques assurant la dégradation du glucose en molécules à 3 carbones. Glycorachie: présence de glucose dans le liquide céphalorachidien. Glycosurie: présence de glucose dans les urines. Goître: augmentation du volume de la glande thyroïde. Gonade: glande reproductrice. Gonalgie: douleur du genou. Gonarthrite: inflammation de l'articulation (arthrite) du genou. Gonarthrose: arthrose du genou. Gonosome: chromosome sexuel (synonyme: hétérochromosome). Granulocyte: catégorie de leucocytes caractérisée par des granulations cytoplasmiques et un noyau polylobé (synonyme: polynucléaire). Groupes sanguins: système de marqueurs membranaires portés par les globules rouges. Habitus: comportements, modes de vie, manières d’être etc. d’un sujet qui peuvent donner des informations lors d’un examen clinique. Haploïde: se dit d'une cellule qui ne comporte qu'un seul exemplaire de chaque paire chromosomique. Haptène: substance non antigénique lorsqu’elle est isolée mais qui le devient lorsqu’elle est liée à une molécule porteuse. Hémagglutination: agglutination des globules rouges par des anticorps. Hématémèse: saignement par la bouche d’origine digestive. Hématie: catégorie de cellule sanguine ayant perdu son noyau et accumulé de l'hémoglobine au cours de sa maturation (synonymes: érythrocyte, globule rouge). Hématome: collection de sang à l’intérieur d’un tissu. Hématopoïèse: formation des éléments figurés du sang. Hématose: échanges gazeux entre sang et atmosphère au niveau des poumons. Hématozoaire: protozoaire parasite se développant dans les globules rouges. Hématurie: présence de sang dans les urines. Hème: groupement prosthétique constitué d'un complexe porphyrine- ion ferreux présent dans diverses protéines (hémoglobine, myoglobine, cytochromes). Hémiparésie: légère paralysie d'une moitié du corps. Hémiplégie: paralysie d’une moitié gauche ou droite du corps. Hémizygote: se dit d’un mâle qui exprime un allèle dont le locus du gène appartient à la région propre du chromosome X et n’existe donc qu’en un seul exemplaire dans son génotype. Hémoculture: mise en culture du sang sur un milieu approprié destinée à la mise en évidence de germes éventuellement présents dans le sang. Hémoglobine: ferroprotéine contenue dans les globules rouges assurant le transport des gaz respiratoires. Elle est formée de quatre sous unités identiques deux à deux (2 a et 2 b ). Chaque chaîne d’hémoglobine comporte un groupement hème contenant un atome de fer. Hémoglobinopathie: maladie liée à une anomalie de l’hémoglobine (Drépanocytose, Thalassémies. ). Hémogramme: analyse qualitative et quantitative des éléments figurés du sang (concentration de chacun des éléments figurés, taux d'hémoglobine, formule leucocytaire). Hémolyse: lyse des globules rouges libérant l’hémoglobine dans le milieu. Hémopathie: maladie du sang. Hémophilie: anomalie héréditaire de la coagulation du sang à transmission récessive liée au sexe. Hémoptysie: vomissement de sang provenant de l'appareil respiratoire. Hémorragie: écoulement de sang hors d’un vaisseau sanguin. Hémostase: ensemble des phénomènes aboutissant à l’arrêt d’une hémorragie. Elle présente deux étapes, l’hémostase primaire comportant un temps vasculaire et un temps plaquettaire et l’hémostase secondaire, temps plasmatique aboutissant à la coagulation. Hémostatique: qui favorise la coagulation du sang. Hépatocyte: cellule du foie. Hépatomégalie: augmentation du volume du foie. Hétérozygote: qui possède deux allèles différents du même gène. Histologie: science qui étudie les tissus. HLA: voir système HLA. Holter: enregistrement continu de l’électrocardiogramme (ECG) ou de la pression sanguine sur 12 à 24 heures avec analyse rapide de l’enregistrement. Homéostasie: maintien des principaux paramètres physiologiques à leur valeur optimale. Homéotherme: animal qui maintient sa température centrale constante. Homozygote: qui possède deux allèles identiques du même gène. Hormone: substance chimique sécrétée par des cellules endocrines, transportée par le sang et agissant sur des cellules cibles spécifiques. Humoral: qui concerne les liquides ("humeurs") de l'organisme. Humeurs: liquides de l’organisme (peu usité comme substantif, contrairement à l'adjectif humoral). Hydrolyse: réaction chimique au cours de laquelle une molécule d'eau est utilisée pour permettre la rupture d'une liaison covalente en se dissociant en OH - et H +. Hydrothermalisme: utilisation thérapeutique des eaux thermales. Hydrothorax: épanchement pleural. Hypercalcémie: taux de calcium sanguin anormalement élevé. Hypercholestérolémie: taux de cholestérol sanguin anormalement élevé. Hyperesthésie: sensibilité supérieure à la normale. Hypergammaglobulinémie: taux élevé d'anticorps. Hyperglycémie: taux de glucose sanguin anormalement élevé. Hyperkaliémie: taux de potassium sanguin anormalement élevé. Hyperleucocytose: augmentation du nombre de globules blancs. Hypernatrémie: taux de sodium sanguin anormalement élevé. Hyperplasie: prolifération de cellules normales. Hypertension: pression artérielle dépassant 15/9 cm de mercure. Hyperuricémie: taux excessif d’acide urique sanguin. Hypocalcémie: diminution du taux de calcium sanguin. Hypochondre: région antéro-latérale de l’abdomen délimitée par le rebord costal et la région épigastrique. Hypoesthésie: diminution de la sensibilité. Hypogammaglobulinémie: faible taux d'anticorps. Hypogastre: région latérale de l'abdomen située sous le diaphragme et les côtes. Hypogonadisme: syndrome dû à une sécrétion endocrine insuffisante des gonades. Hyponatrémie: diminution du taux de sodium sanguin. Hyponatriurie: diminution de la concentration en sodium dans les urines. Hypophyse: glande endocrine appendue à la face inférieure de l'encéphale et comportant une partie antérieure, l'adénohypophyse ("hypophyse glandulaire") et une partie postérieure, la neurohypophyse ("hypophyse nerveuse"). Hyposidérémie: diminution du taux de fer sanguin. Hypotension: tension inférieure à la normale. Hypotension orthostatique: hypotension lors du passage en position debout. Hypoxémie: diminution de la teneur du sang en dioxygène. Hypoxie: diminution du taux d’oxygène. En médecine, on emploie anoxie au niveau d’un tissu ou organe, et hypoxie comme synonyme d’hypoxémie, donc au niveau sanguin. Hystérectomie: ablation de l'utérus. Hystérographie: examen radiographique de l’utérus après opacification avec un produit de contraste. Hystérorraphie: suture chirurgicale de l'utérus. Hystérotomie: incision de la paroi utérine. Iatrogène: provoqué par un traitement médical. Ictère: coloration jaune des muqueuses et de la peau due à une accumulation de pigments biliaires. Immun: qui est immunisé. Immunité non spécifique: mécanismes de défense de l'organisme contre les agents étrangers ne nécessitant pas la reconnaissance d'un antigène spécifique et ne mettant donc pas en jeu les lymphocytes. Immunité spécifique: immunité nécessitant la reconnaissance spécifique d'un antigène et mettant donc en jeu les cellules immunitaires pourvues de récepteurs spécifiques aux antigènes (lymphocytes B et T). Immunocompétence: aptitude des lymphocytes à participer à une réaction immunitaire spécifique. Immunogène: qui déclenche une réaction immunitaire. Immunosuppresseur: qui diminue ou supprime les réponses immunitaires spécifiques. Immunsérum: sérum enrichi en anticorps par déclenchement d’une réaction immunitaire. Induction (phase d’): se dit de la phase des réactions immunitaires spécifiques au cours de laquelle un clone de lymphocytes spécifiques d’un déterminant antigénique est sélectionné et stimulé déclenchant ainsi l’ensemble de la chaîne de réactions. Infarctus: nécrose d'origine ischémique provoquée par l'oblitération d'une artère. Inflammation: réaction de défense non spécifique en réponse à un foyer local d’irritation d’origine biologique ou physico-chimique caractérisée par l’afflux de leucocytes. Elle se traduit par des signes cliniques: chaleur, rougeur, tuméfaction et douleur. Inguinal: situé au niveau de l'aine. Insuline: hormone protéique hypoglycémiante sécrétée par les cellules b des îlots de Langerhans qui intervient dans la régulation de la glycémie lorsque la concentration en glucose sanguin augmente. Interleukine: messager chimique assurant la communication entre les cellules du système immunitaire (un des types de cytokines). Interneurone: neurone d’association assurant la communication entre deux neurones dans un centre nerveux. Interphase: période du cycle cellulaire située entre deux divisions. Interrogatoire: partie de l'examen médical au cours de laquelle sont recueillis les signes subjectifs et objectifs d'une maladie. IRM: acronyme de "imagerie par résonance magnétique nucléaire", méthode d'exploration dans laquelle on utilise la propriété de résonance des atomes d’hydrogène en présence d’un champ magnétique, en appliquant un champ variable dans l’espace de telle sorte que la fréquence de résonance détectée par des bobines réceptrices change d’un point à l’autre de l’objet. Le traitement des données par ordinateur permet de reconstruire une image tridimensionnelle coupe par coupe. Ischémie: diminution ou arrêt de la circulation artérielle dans un territoire. Ischémie permanente: ischémie liée à une oblitération importante d'une artère, quasi complète. Ischémie transitoire: ischémie non permanente qui se révèle en général à l'effort. Isomères: molécules de même formule brute. Kaliémie: taux de potassium dans le sang. Kaliurèse: débit urinaire de potassium. Kaliurie: concentration en potassium dans les urines. Kinésithérapie: méthode thérapeutique utilisant les mouvements. Laparoscopie: exploration endoscopique de la cavité abdominale. Laparostat: instrument destiné à maintenir l’écartement des deux lèvres d’une incision abdominale. Laparotomie: incision de la paroi abdominale. Lavement baryté: examen radiologique du côlon effectué après introduction par l’anus d’un liquide de contraste. Le contraste est dû au baryum contenu dans le lavement. Leucémie: maladie néoplasique caractérisée par la prolifération de cellules de la moelle osseuse appartenant à la lignée blanche. Leucocyte: globules blanc. Leucopénie: diminution du nombre de globules blancs.. Leucopoïèse: formation des globules blancs dans la moelle rouge des os. Leucorrhée: pertes blanches. Ligand: molécule capable de se lier spécifiquement à une macromolécule. Lipome: tumeur bénigne formée par la prolifération de cellules adipeuses au sein du tissu adipeux. Liquide céphalorachidien: liquide contenu dans les cavités internes de l’encéphale et de la moelle épinière et dans l'espace arachnoïdien des méninges. Lithiase: présence de corps solides formés par précipitation dans divers canaux ou cavités de l’organisme. Locus: emplacement occupé par un gène (et donc par ses divers allèles) sur un chromosome. Lombalgie: douleur de la région lombaire. Luxation: Déplacement des extrémités des os d’une articulation avec perte des rapports normaux entre surfaces articulaires. Lymphe (canalisée): fraction du liquide extracellulaire circulant dans le système lymphatique. Lymphe (interstitielle): liquide baignant les cellules de l’organisme. Lymphocyte: catégorie de globules blancs impliqués dans les réponses immunitaires spécifiques. Il en existe deux grandes catégories, les lymphocytes B et les lymphocytes T. Lymphocyte B: catégorie de lymphocytes caractérisés par la présence d’anticorps membranaires (récepteurs B: IgD) et par leur propriété à se transformer en plasmocytes. Lymphocyte T: catégorie de lymphocytes caractérisés par la présence d’un récepteur T. À cette catégorie appartiennent les LT régulateurs (LT CD4 auxiliaires et suppresseurs) et cytotoxiques (LT CD8). Lymphoïde: se dit d’un organe où les cellules du système immunitaire naissent ou mûrissent ou agissent. Lymphopénie: diminution du nombre de lymphocytes circulants. Lysosome: organite cellulaire contenant des enzymes hydrolytiques. Macrocéphalie: augmentation anormale du volume de la tête. Macrocytose: présence dans le sang de globules rouges de taille supérieure à la normale. Macromolécule: molécule polymérique de masse moléculaire supérieure à 10 000 daltons. Macrophage: phagocyte tissulaire issu des monocytes sanguins remplissant aussi la fonction de " cellule présentant l’antigène ". Malnutrition: état pathologique résultant d’une carence ou d’un excès alimentaires. Mammographie: radiographie de la glande mammaire (synonyme: mastographie). Mastodynie: douleur du sein, uni ou bilatérale, observée notamment avant les règles. Mastographie: radiographie de la glande mammaire (synonyme: mammographie). Médiastin: région située dans la partie médiane du thorax entre les deux poumons. Médiation cellulaire: par l’intermédiaire de cellules. Se dit d’une réaction immunitaire spécifique dont les effecteurs sont des cellules (lymphocytes T cytotoxiques, cellules tueuses). Médiation humorale: par l’intermédiaire de molécules solubles. Se dit d’une réaction immunitaire spécifique dont les effecteurs sont des molécules solubles (anticorps). Mégacaryocyte: cellule géante formée dans la moelle osseuse dont la fragmentation donne naissance aux plaquettes. Méiose: ensemble de deux divisions précédées d’une seule synthèse d’ADN conduisant à 4 cellules haploïdes à partir d’une cellule mère diploïde. Méléna ( Melæna ): sang noir évacué par l'anus souvent mélangé aux selles auxquelles il donne un aspect de goudron. Membrane plasmique: pellicule de 7 à 8 nm d'épaisseur formée de lipides et de protéines qui constitue l'enveloppe de toutes les cellules vivantes (synonyme: plasmalemme). Mémoire immunitaire: capacité de certains lymphocytes à reconnaître et à réagir plus rapidement contre des antigènes déjà rencontrés que contre des antigènes nouveaux. Méninges: ensemble de trois enveloppes protectrices entourant le système nerveux central (pie-mère, arachnoïde, dure-mère). Méningite: inflammation des méninges. Ménopause: arrêt naturel des fonctions de reproduction chez la femme autour de cinquante ans. Ménorragie: écoulement de sang anormalement abondant lors des règles. Métabolisme: ensemble des réactions chimiques de l'organisme regroupant anabolisme (réactions de biosynthèses) et catabolisme (réactions de dégradation). Métastase: transport à distance de produits pathologiques produisant les mêmes lésions que celle d’origine. Métastase cancéreuse: foyer de prolifération de cellules cancéreuses constitué à distance de la tumeur primitive par migration de cellules néoplasiques. Métrorragie: hémorragie de l'endomètre en dehors de la période des règles. Microcytose: présence dans le sang de globules rouges de taille inférieure à la normale. Microscopique: invisible à l'œil nu. Microvillosités: replis de la membrane plasmique d’une cellule. Miction: émission d'urine. Milieu intérieur: ensemble des liquides de l’organisme subdivisé en liquide intracellulaire et liquides extracellulaires (plasmatique, interstitiel, transcellulaire). Mitose: mécanisme de reproduction conforme d’une cellule mère en deux cellules filles. Mitrale (valvule): valvule auriculo-ventriculaire gauche. Monitorage: mesure en continu de paramètres physiologiques (pouls, tension artérielle etc.) et biologiques (gaz du sang etc.). Monocyte: leucocyte sanguin de grand diamètre à noyau non lobé et réniforme. C’est la forme sanguine d’origine des macrophages tissulaires. Monosomie: présence d’un chromosome en un seul exemplaire dans une cellule diploïde. Mucoviscidose: affection héréditaire due à une anomalie d'un canal membranaire à chlorure se traduisant notamment par un épaississement généralisé des sécrétions. Muqueuse: ensemble formé par un épithélium reposant sur du tissu conjonctif. Mutation: modification héréditaire de l’information contenue dans l’ADN. Mutation faux sens: mutation d’un codon de l’ADN conduisant à la mise en place d’un acide aminé différent de celui d’origine. Mutation non sens: mutation d’un codon de l’ADN conduisant à la formation d’un codon stop. Myalgie: douleur musculaire. Mycose: affection due à un champignon. Mydriase: augmentation de diamètre de la pupille. Myélite: inflammation de la moelle. Myélogramme: numération des types cellulaires présents dans un frottis de moelle osseuse. Myocarde: muscle cardiaque. Myome: tumeur bénigne constituée de fibres musculaires. Myomètre: muscle utérin. Myopathie: maladie du muscle. Myosarcome: tumeur maligne comportant principalement des fibres musculaires. Myosis: diminution de diamètre de la pupille. Myosite: inflammation du tissu musculaire. Natrémie: taux de sodium dans le sang. Natriurie: présence de sodium dans les urines (synonyme: natrurie). Nécrose: processus dégénératif aboutissant à la destruction d’une cellule ou d’un tissu. Néoglucogenèse: biosynthèse de glucose à partir de substrats non glucidiques. Néoplasie: synonyme de tumeur maligne. Néphrectomie: ablation d'un rein. Néphrite: inflammation d'un rein. Néphron: unité fonctionnelle du rein. Neurite: prolongement d’un neurone (axone et dendrites). Neurone: cellule nerveuse. Neurotransmetteur: substance chimique libérée par un neurone dans une synapse et capable de modifier le potentiel de membrane de la cellule postsynaptique. Neutrophile: catégorie de granulocytes. Névralgie: douleur dans le territoire d'un nerf sensitif. Non-soi: molécule dont la synthèse ne résulte pas de l’information génétique de l’organisme et reconnue comme étrangère par le système immunitaire. Nucléoside: unité de construction des acides nucléiques comportant une base azotée et un pentose. Nucléotide: unité de construction des acides nucléiques comportant une base azotée, un pentose et un phosphate (nucléoside monophosphate). Obésité: accumulation de graisse entraînant un surpoids supérieur à 25 % du poids normal. Œdème: infiltration de liquide dans un tissu. Oesophagojéjunostomie: mise en communication directe de l'œsophage et du jéjunum (partie moyenne de l'intestin grêle). Oligurie: volume d'urine inférieur à la normale. Oncogène: qui provoque la formation d’une tumeur. Onde P: une des ondes visibles sur l'électrocardiogramme, correspondant à la dépolarisation des oreillettes. Onde T: une des ondes visibles sur l'électrocardiogramme, correspondant à la repolarisation des ventricules. Opsonisation: fixation de protéines sanguines solubles (opsonines) sur des microorganismes augmentant leur susceptibilité à la phagocytose par leur capacité à se lier à des récepteurs membranaires des phagocytes (récepteurs de la région Fc des immunoglobulines et de la fraction C3b du complément). Oral: par la bouche. Organes lymphoïdes centraux: organes assurant la production et l’acquisition de l’immunocompétence des cellules du système immunitaire (moelle osseuse, thymus). Organes lymphoïdes périphériques: organes dans lesquels se rencontrent les diverses cellules du système immunitaire et où se déroulent les premières phases des réactions immunitaires spécifiques (rate, ganglions lymphatiques, amygdales etc.). Orthophonie: prononciation correcte de la langue. Ose: sucre simple. Ostéome: tumeur bénigne des os. Ostéosarcome: tumeur maligne des os. Ostéosynthèse: ensemble de procédés permettant de réduire et de contenir une fracture osseuse. Otorrhée: écoulement de liquide par l’oreille. Ovariectomie: ablation de l’ovaire. Overdose: prise d’une substance en quantité excessive (synonyme: surdose). Ovulation: émission du gamète femelle à la suite de la rupture d'un follicule mûr. Oxyhémoglobine: hémoglobine liée au dioxygène (forme de transport sanguin du dioxygène). Palpation: méthode d’examen clinique destinée à recueillir des informations en explorant le corps par le toucher; Paludisme: maladie parasitaire fébrile due au développement d'un parasite, un hématozoaire du genre Plasmodium, dans les globules rouges qu’il détruit. Pancréatite: inflammation du pancréas. Pancytopénie: diminution du nombre de tous les éléments figurés du sang. Pandémie: épidémie s’étendant à la planète entière. Paraplégie: paralysie de la partie inférieure du corps. Parasitose: affection ayant pour origine un parasite. Parenchyme: tissu fonctionnel d'un organe par opposition au tissu conjonctif (soutien et remplissage). Parentéral: administré par une voie non digestive. Paresthésies: sensations anormales (fourmillements, brûlures, etc.) en l'absence de stimulation extérieure. Pathogène: qui peut provoque une maladie. Pathogénie: mécanisme engendrant une maladie. Pathologie: étude des maladies (souvent utilisé improprement pour désigner un processus pathologique). Pentose: glucide à cinq carbones. Percussion: méthode d’examen clinique consistant à écouter la transmission du son provoqué par le choc de doigts sur la peau. Péritoine: membrane séreuse formée d'un feuillet viscéral appliqué sur les organes et d'un feuillet pariétal appliqué sur les parois des cavités abdominale et pelvienne, l'espace entre les deux feuillets délimitant la cavité péritonéale. Péritonéal: qui se rapporte au péritoine. pH: expression de la mesure de l’acidité d’un milieu (égale au logarithme de la concentration en ions H + ). Phagocyte: cellule spécialisée dans la phagocytose. Phagocytose: mécanisme assurant l’endocytose d’éléments figurés, particules ou cellules. Phagosome: vésicule d’endocytose dans laquelle s’effectue la digestion des éléments phagocytés. Pharmacocinétique: cinétique du devenir d’un médicament dans l’organisme. Pharmacovigilance: surveillance des conséquences de l’utilisation des médicaments. Phénotype: ensemble des caractéristiques visibles ou détectables d’un individu. Phénylcétonurie: affection héréditaire du métabolisme de la phénylalanine à transmission autosomale récessive. Seule maladie métabolique pour laquelle il existe un dépistage systématique dès la naissance, elle est due à l'accumulation d'acide phénylpyruvique, toxique pour le système nerveux central en développement et conduisant de ce fait à l'arriération mentale si elle n'est pas traitée. Phlébographie: radiographie d'une veine après injection d'un produit de contraste. Physiologie: science qui étudie le fonctionnement de l’organisme. Physiopathologie: science qui étudie les modifications physiologiques induites par les maladies. Pie-mère: méninge la plus interne appliquée contre le tissu nerveux. Pinocytose: mécanisme d'endocytose par lequel des cellules ingèrent des gouttelettes liquides. Pituite: liquide glaireux (composé de sécrétions salivaires et œsophagiennes accumulées pendant le sommeil) rejeté le matin à jeun à la suite d'un spasme du cardia. Placebo: substance prise comme un médicament mais ne contenant aucun principe actif. Plaquette: élément figuré du sang correspondant à un fragment cellulaire provenant de cellules géantes, les mégacaryocytes, qui se forment dans la moelle osseuse (synonyme: thrombocyte). Plasma: partie liquide du sang. Plasmocyte: cellule sécrétrice d’anticorps issue de la transformation de lymphocytes B. Pleural: qui concerne la plèvre. Plèvre: membrane recouvrant le poumon. Pneumologie: spécialité médicale qui s’occupe des affections du poumon. Pneumonie: infection du parenchyme pulmonaire. Pneumothorax: présence d'air dans la cavité pleurale. Pollakiurie: émission fréquente de petites quantités d’urine. Polydipsie: soif excessive conduisant à l'absorption d'une grande quantité de liquide. Polyglobulie: augmentation du nombre de globules rouges. Polynévrite: dégénérescence simultanée et symétrique des branches terminales de plusieurs nerfs. Polynucléose: augmentation du nombre de polynucléaires. Polypeptide: molécule formée par l'enchaînement covalent d'acides aminés. Polyphagie: consommation excessive d'aliments. Polypnée: respiration rapide. Polyurie: augmentation de la diurèse. Ponction lombaire: prélèvement de liquide céphalo-rachidien avec une aiguille introduite dans le canal rachidien au niveau de la colonne vertébrale lombaire. Pontage aorto-coronarien: angioplastie permettant de revasculariser chirurgicalement le myocarde. Porte: se dit d'un système veineux encadré par deux réseaux capillaires. Posologie: quantité et rythme d’administration d’un médicament lors d'un traitement. Précordial: en avant du cœur. Précordialgies: douleurs dans la région située en avant du cœur. Présentation (des antigènes): mécanisme d’expression membranaire, par des cellules spécialisées (cellules présentant l’antigène), des déterminants antigéniques associés avec des protéines spécifiques, qui permet la reconnaissance de l’antigène par les cellules immunocompétentes et l’induction d’une réaction immunitaire spécifique. Pression partielle: pression exercée par un des gaz au sein d’un mélange gazeux. Primipare: femme qui accouche pour la première fois. Procaryote: cellule formée d’un seul compartiment et, donc, dépourvue de noyau (exemple: bactérie). Prodrome: signe annonciateur d’une maladie. Pronostic: évaluation de la gravité et de l'évolution prévisible d'une maladie. Prophylaxie: ensemble des moyens utilisés pour prévenir les maladies. Prosthétique: qualifie une partie d'une molécule de protéine non formée d'acides aminés. Protéine: macromolécule informative constituée d'un enchaînement covalent ordonné d'acides aminés. Protéine membranaire: protéine incluse dans une membrane cellulaire où elle assure des fonctions de transport, de communication ou de reconnaissance. Protéinorachie: présence de protéines dans le liquide céphalorachidien. Protéinurie: présence de protéines dans l'urine. Protéolytique: qui hydrolyse les protéines. Protide: famille de molécules organiques comportant de l'azote. Protozoaire: animal unicellulaire. Psychotrope: substance ayant une action sur le cerveau. Ptose: déplacement d’un organe vers le bas. Puberté: période d'acquisition de la maturité sexuelle. Pyélonéphrite: inflammation du bassinet et du rein. Pyélotomie: incision du bassinet. Pylore: orifice reliant l'estomac à l'intestin grêle. Pyogène: qui produit une suppuration. Pyorrhée: écoulement de pus (synonyme: pyorragie). Pyrexie: état de fièvre ou maladie caractérisée essentiellement par un état fébrile. Pyurie: présence de pus dans les urines. Quadriplégie: paralysie des quatre membres (synonyme: tétraplégie). Rachis: colonne vertébrale. Radiographie: méthode d'exploration fondée sur les propriétés des rayonnements, notamment les rayons X. Radiologique: qui utilise les rayonnements. Radiothérapie: utilisation thérapeutique des rayonnements ionisants. Rash: éruption cutanée. Réaction inflammatoire: réaction de défense non spécifique en réponse à un foyer local d’irritation d’origine biologique ou physicochimique caractérisée par l’afflux de leucocytes au point d'inflammation et par des signes cliniques: chaleur, rougeur, tuméfaction (œdème) et douleur. Réactions immunitaires non spécifiques: réactions immunitaires dont le déclenchement ne dépend pas de la reconnaissance d’un antigène par un récepteur spécifique. Réactions immunitaires spécifiques: réactions immunitaires dont le déclenchement dépend de la reconnaissance d’un antigène par un récepteur spécifique. Récepteur: protéine spécialisée capable de se lier spécifiquement à une autre molécule appelée ligand. Récepteur B: classe d’anticorps membranaires (IgD) propre aux lymphocytes B capable de se lier à un antigène circulant. Récepteur T: classe de protéines membranaires, propres aux lymphocytes T, capables de reconnaître un déterminant antigénique associé à des molécules du CMH. Récessif: se dit d'un allèle qui ne s’exprime phénotypiquement qu’à l’état homozygote. Réflexe: réaction motrice automatique, involontaire et stéréotypée en réponse à une stimulation déterminée. Réponse primaire (immunité): réponse immunitaire spécifique développée à la suite d’un premier contact avec un antigène. Réponse secondaire (immunité): réponse immunitaire spécifique développée à la suite d’un second contact avec un antigène. Rétine: couche photosensible tapissant la cavité interne de l'oeil. Rétinite: inflammation de la rétine. Rétrocontrôle: mécanisme de contrôle par rétroaction, c’est à dire par action en retour de l’effet sur la cause. Rétrosternal: derrière le sternum. Rétrovirus: virus dont l’information génétique est constituée par de l’ARN qui est rétrotranscrit en ADN préalablement à son expression (exemple: VIH). Révolution cardiaque: cycle de l’activité rythmique du cœur au cours duquel se succèdent systole auriculaire, systole ventriculaire et diastole générale. Rhinoplastie: opération de chirurgie plastique sur le nez. Rhinorragie: saignement de nez. Rhinorrhée: écoulement de liquide par le nez. Ribosome: organite cytoplasmique au niveau duquel s'effectue la biosynthèse des protéines. Rubéfaction: rougeur passagère de la peau. Salpingectomie: ablation des trompes de Fallope. Salpingite: inflammation des trompes de Fallope. Sang: tissu liquide comportant des éléments figurés baignant dans un liquide, le plasma. Sarcome: tumeur maligne du tissu conjonctif ou des tissus apparentés (sang, os). Scanographe: appareil de radiographie permettant d’obtenir des images d’un organe par absorption différentielle des rayons X (synonyme: tomodensitomètre). Scanographie: appelée aussi tomographie X ou tomodensitométrie, cette méthode d'examen est fondée sur l'absorption différentielle des rayons X par les tissus, comme la radiographie. Mais contrairement à cette dernière, on obtient des images de plans de coupes permettant une reconstruction tridimensionnelle et non une image d'une projection globale sur un plan. Schizonticide ou schizontocide: médicament qui détruit les formes érythrocytaires du Plasmodium. Scintigraphie: méthode permettant d’obtenir une image d’un organe ayant fixé électivement un isotope radioactif préalablement injecté dans l’organisme. Sélection clonale: sélection d’un clone de lymphocytes spécifiques adaptés à l’antigène lors d’une réponse immunitaire spécifique. Sémiologie (ou séméiologie): branche de la médecine qui étudie les symptômes des maladies. Septicémie: état morbide lié à la multiplication de germes dans le sang. Séroconversion: apparition dans le sérum d'anticorps spécifiques à la suite d'une infection. Sérodiagnostic: méthode de diagnostic fondée sur la mise en évidence d’anticorps spécifiques dans le sérum. Sérologie: étude du sérum, notamment des anticorps qui peuvent y être présents. Sérologie VIH: recherche dans le sang d'anticorps spécifiques anti VIH. Séropositivité: le fait de posséder les anticorps recherchés lors d’un sérodiagnostic. Séroprophylaxie: traitement prophylactique (préventif) d’un sujet exposé à une maladie contagieuse fondé sur l'utilisation d’un immunsérum spécifique. Sérothérapie: méthode thérapeutique fondée sur l'utilisation d'un immunsérum ou d'immunoglobulines administrés immédiatement après une infection. Sevrage: arrêt de l'allaitement maternel chez le nourrisson. Arrêt de la prise de drogue chez un toxicomane. SIDA: acronyme de syndrome d'immunodéficience acquise. Syndrome provoqué par le VIH et comportant des manifestations diverses (infectieuses, neurologiques, cancéreuses) liées à la baisse des défenses immunitaires. Sidérémie: concentration en fer du sérum. Sigmoïde (valvule): valvule auriculo-ventriculaire droite. Soi: ensemble des molécules potentiellement immunogènes résultant de l’expression des gènes d’un individu. Soi modifié: expression membranaire au sein des molécules du complexe majeur d’histocompatibilité d’antigènes codés par le génome mais différents des marqueurs du soi en raison d’une perturbation (mutation, virus etc.). Spasme: contraction musculaire involontaire brutale. Sphère O.R.L.: ensemble constitué par les cavités du nez de la gorge et des oreilles (sphère oto-rhino-laryngologique) qui communiquent entre elles (oreille moyenne, fosses nasales et larynx). Spirométrie: méthode d’examen paraclinique fondée sur la mesure des volumes respiratoires. Spléno-hépatomégalie: augmentation de volume du foie et de la rate. Splénomégalie: augmentation du volume de la rate. Stéatorrhée: présence de graisses dans les féces. Stéatose: surcharge graisseuse. Sténose: rétrécissement anormal d'un conduit ou d'un orifice de l'organisme. Stomatite: inflammation de la muqueuse buccale. Stupéfiant: substance psychotrope inscrite au tableau des stupéfiants de la pharmacopée. Substitution (génétique):mutation résultant du remplacement d’un nucléotide par un autre comportant une base azotée différente. Surdosage: administration d’une dose excessive d’une substance. Symptomatologie: ensemble des symptômes d'une maladie. Symptôme: toute manifestation spontanée d'un état pathologique perçue subjectivement par le malade (symptôme subjectif) ou constatée par le médecin (symptôme objectif). Synapse: zone de communication entre un neurone et une autre cellule excitable (nerveuse ou musculaire). Syncope: brusque perte de conscience. Syndrome: ensemble de symptômes constituant une entité clinique (mais pas étiologique). Syndrome pseudogrippal: ensemble de symptômes similaires à ceux d'une grippe mais qui ne sont pas causés par le virus grippal. Synergie: action simultanée et complémentaire de deux éléments dans la réalisation d’un même effet. Système HLA: protéines membranaires exprimées par les cellules nucléées de l’espèce humaine et résultant de l’expression des gènes du CMH. Systole: phase de la révolution cardiaque correspondant à la contraction du myocarde. Tachyarythmie: rythme cardiaque trop rapide et irrégulier. Tachycardie: rythme cardiaque trop rapide. Tachypnée: rythme respiratoire trop rapide. Tératogène: qui produit des anomalies du développement embryonnaire ou fœtal. Tétraplégie: paralysie des quatre membres. Thalassothérapie: utilisation thérapeutique de l'eau de mer. Thérapie génique: traitement de maladies génétiques par incorporation d’un gène correcteur. Thermalisme: utilisation thérapeutique de sources chaudes. Thermographie: méthode d’examen paraclinique fondée sur l’enregistrement du rayonnement infrarouge émis par l’organisme. Thrombocyte: élément figuré du sang correspondant à un fragment cellulaire provenant de cellules géantes, les mégacaryocytes, qui se forment dans la moelle rouge des os (synonyme: plaquette). Thrombolytique: qui provoque la dissolution des caillots. Thrombopénie: diminution du taux des plaquettes dans le sang. Thrombose: formation d’un caillot à l’intérieur d’un vaisseau sanguin ou d’une cavité cardiaque. Thymus: organe lymphoïde central dans lequel se fait l’apprentissage de la distinction soi, non-soi par les lymphocytes T. Tissu: ensemble supracellulaire formé de cellules de mêmes types contribuant à une même fonction (tissu nerveux, tissu musculaire, etc.). Tissu conjonctif: tissu formé de cellules non jointives dispersées dans une substance fondamentale. Tissu nodal: tissu spécialisé du cœur à l’origine de son automatisme. Tolérance (au soi): propriété des cellules immunocompétentes de ne pas s’attaquer au soi. Tolérance: nécessité d'augmenter les doses d'une drogue au cours du temps pour obtenir le même effet. Tomodensitomètre: appareil de radiographie permettant d’obtenir des images d’un organe par absorption différentielle des rayons X (synonyme: scanographe). Tomographie: technique d’imagerie médicale dans laquelle sont visualisés des plans de coupe. Toxicomanie: état d’intoxication engendré par l'abus chronique d’une substance toxique. Toxine: substance toxique élaborée par un organisme. Trachélite: inflammation du col de l'utérus (synonyme: cervicite). Traduction: ensemble des mécanismes moléculaires conduisant à l’expression d’un ARNm en polypeptide. Transcriptase inverse: enzyme capable de transcrire de l’ARN en ADN. Transcription: ensemble des mécanismes moléculaires conduisant à la synthèse d’un ARN messager fonctionnel à partir de l’ADN. Transcription inverse: ensemble des mécanismes moléculaires conduisant à la synthèse d’un ADN à partir d’une matrice ARN. Translocation: soudure d’un fragment chromosomique sur un chromosome hétérologue. Transport actif: mécanisme de transport moléculaire à travers une membrane cellulaire contre un gradient de concentration, nécessitant donc une consommation énergétique. Trauma: blessure ou lésion provoquées par un violent choc extérieur. Traumatisme: ensemble de perturbations locales et générales engendrées par toute lésion d’une partie limitée de l’organisme due à une violente action extérieure. Tricuspide (valvule): valvule auriculoventriculaire droite. Trisomie: présence de 3 chromosomes homologues dans une cellule diploïde (la trisomie 21 est responsable du syndrome de Down ou Mongolisme). Trithérapie: traitement spécifique associant trois médicaments. Tumeur: néoformation tissulaire à croissance anarchique. Tumeur bénigne: tumeur à croissance lente ne s'étendant que localement, souvent limitée par une capsule et ne donnant ni métastases, ni récidives locales après exérèse. Tumeur maligne: tumeur s'accroissant localement et envahissant aussi les tissus voisins et les vaisseaux et donnant habituellement des métastases. Urémie: concentration du sang en urée. Uricémie: concentration du sang en acide urique. Urine primitive: filtrat dépourvu de protéines résultant de la filtration du sang glomérulaire par la capsule de Bowman. Urographie intraveineuse: méthode d’examen radiologique de l’appareil urinaire à la suite de l’injection intraveineuse d’un produit de contraste qui passe dans l’ensemble des voies urinaires. Vaccin: substance induisant une réaction immunitaire spécifique protectrice vis à vis d’un agent déterminé. Vaccination: immunisation contre un agent infectieux réalisée en déclenchant une immunité spécifique par l'administration d'antigènes dépourvus de pouvoir pathogène. Valvule: dispositif vasculaire s’opposant au retour sanguin. Valvule connivente: repli centimétrique transversal de l’intestin grêle. Valvule mitrale: valvule cardiaque située entre l'oreillette et le ventricule gauches. Valvule sigmoïde: valvule cardiaque située au départ d'une artère. Valvule tricuspide: valvule cardiaque située entre l'oreillette et le ventricule droits. Varice: dilatation pathologique d'une veine. Veine: tout vaisseau qui ramène le sang d’un organe vers le cœur. Veine cave: veine transportant le sang vers l'oreillette droite du cœur. Veine pulmonaire: veine transportant le sang des poumons vers l'oreillette gauche. Veinite: inflammation de l'endothélium d'une veine. VIH: acronyme de "virus de l’immunodéficience humaine". Villosité intestinale: repli millimétrique de la muqueuse intestinale. Virus: parasite intracellulaire obligatoire constitué d'un acide nucléique entouré par une enveloppe protéique et dépourvu de métabolisme propre. Vitesse de sédimentation globulaire: temps mis par les globules rouges contenus dans du sang incoagulable pour sédimenter lorsqu'ils sont placés dans un tube adéquat. Volémie: volume du sang circulant. Xanthome: dépôt de cholestérol sous forme de tache jaune. Xénogreffe: greffe réalisée avec un greffon provenant d'une espèce différente de celle du receveur.

programme regime express dukan

Hormones du stress. Le stress fait augmenter le taux de chatécholamines (composé organique) dans le sang. Si le stress est trop important il y a défaillance du système immunitaire, les globules blancs (qui assurent la défense de l'organisme) deviennent paresseux. De plus, l'endorphine ( hormone provoquant une sensation de bien être) diminue l'activité des cellules tueuses ( cellule qui s'attaque à une seule sorte de cellule, celles qui portent les peptides). Le cortisol (ou hydro-cortisone) est une hormone stéroïde (corticostéroïde) secrétée par le cortex (la partie externe) de la glande surrénale( glande produisant des hormones liées au stress, se trouvant sur les reins) à partir du cholestérol, sous la dépendance de l'ACTH hypophysaire. Ses fonctions ou actions principales sont: l'augmentation de la glycémie par le biais de la néoglucogenèse (synthese du glucose a partir de précurseurs non glucidiques); l'inhibition de certaines réponses du système immunitaire; la régulation du métabolisme des graisses, protéines et glucides; régulation du cycles circadiens (en complément de la mélatonine); Le cortisol est synthétisé à partir du cholestérol par le cortex de la glande surrénale. Son excrétion est régulée au niveau de l'hypothalamus qui stimule l'hypophyse par la CRH (Corticotropin-releasing hormone). L'hypophyse sécrète alors l'hormone corticotrope ou ACTH (Adréno Cortico Trophic Hormone) qui stimule la glande surrénale. Le cortisol est alors excrété. Le cortisol a également un effet de rétrocontrôle inhibiteur sur l'hypothalamus et l'hypophyse et inhibe la CRH et l'ACTH ce qui aura pour effet que le cortisol ne sera sécrété qu'à une certaine dose sauf en cas de stress chronique. Dans le sang, le cortisol est en grande partie (environ 90 %) lié aux protéines (essentiellement à la CBG pour Cortisol Binding Globulin ou transcortine), mais seules les molécules non liées ont une action sur l'organisme. Ces deux formes sont en équilibre. Action physiologique: Véritable initiateur et régulateur métabolique, cette hormone de la cortico-surrénale stimule l'augmentation du glucose sanguin; elle permet donc de libérer de l'énergie à partir des réserves de l'organisme. Effet sur le métabolisme glucido-protéique: Il stimule la dégradation protéique et graisseuse dans la plupart des tissus (excepté au niveau du système nerveux). Le cortisol agit sur le métabolisme glucidique et la régulation de la glycémie, en augmentant la synthèse de glucose par le foie (néoglucogenèse). Il augmente aussi la dégradation des lipides. Au niveau de l'eau et des électrolytes, il a un effet minéralocorticoïde(regulation du sodium et potassium) modéré et permet l'augmentation de la filtration glomérulaire ( augmente la production d'urine) Une action minéralocorticoïde forte avec rétention d'eau apparait à des doses thérapeutiques (corticoïdes médicamenteux) bien supérieures aux normes physiologiques. Effet sur le squelette: Effet catabolisant à dose pharmacologique. Diminution de l'absorption intestinale de calcium. Chez l'enfant, ralentissement de la croissance des cartilages et de la formation de l'os. chez l'adulte, ostéoporose( maladie augmentant la fragilité des os ). Effets cardio-vasculaires: Le cortisol augmente la sensibilité des fibres musculaires lisses vasculaires aux agents hypertenseurs: catécholamines(composés organiques jouant le rôle d'hormones). Il stimule la synthèse des catécholamines et inhibe leur dégradation par l'enzyme COMT. Le cortisol diminue l'efficacité des agents vasodilatateurs (tel que le NO) sur l'endothélium ( ce qui augmente les risques cardiaux vasculaires). Effets hématologiques: Il entraîne la diminution des lymphocytes circulants, la stimulation de l'érythropoïèse( production de globules rouges), et l'augmentation des neutrophiles(défense contre les agents microbien) et des plaquettes. Effets cutanés: Le cortisol entraîne un retard de cicatrisation des plaies. Par la stimulation de synthèse des enzymes de dégradation de la matrice extracellulaire( ensemble de tissu) telles que les métalloprotéinases et l'inhibition des gènes codants pour les collagènes(Ces protéines ont pour fonction de conférer aux tissus une résistance mécanique à l'étirement), l'hypercortisolisme chronique a également un effet de dégradation du derme, caractérisé par une diminution des propriétés mécaniques de la peau (diminution de l'épaisseur du tissu conjonctif sous-jacent). Effets sur le rein: Le cortisol a une action minéralocorticoïde par fixation sur le récepteur de l'aldostérone. Cette action est empêchée par l'enzyme 11β-hydroxystéroïde déhydrogénase de type II (11βHSD2) rénale qui métabolise le cortisol en cortisone inactive. Dans le cas où la cortisolémie est élevée, l'action minéralocorticoïde s'exprime avec des états hypertensionnels et hypokaliémiques. Effets anti-inflammatoires: Son action anti-inflammatoire et immunosuppressive est à la base de son emploi thérapeutique: le cortisol naturel a donné naissance à une classe de médicaments connue sous l'appellation de corticostéroïdes ou corticoïdes de synthèse. Il agit au niveau sanguin en favorisant le retour des lymphocytes et des polynucléaires éosinophiles dans les organes immunitaires (rate, moëlle osseuse, ganglions lymphatiques) et en accroissant le nombre de polynucléaires neutrophiles circulants (démargination). Au niveau cellulaire, il agit au niveau des lymphocytes T et B en favorisant leur apoptose et en diminuant leur sécrétion de cytokines et d'interleukines (inhibition du facteur NF-kappaB). Il diminue la production de facteurs chimiques de l'inflammation. Les états de stress chronique accompagnés d'une sécrétion élevée et continue de cortisol peuvent faire apparaître des immunodéficiences avec infections. L'exposition de l'organisme aux POPs (polluants organiques persistants) s'accompagne d'une augmentation de la production de cortisol, avec des risques pour le fœtus quand il y est exposé. Chez le fœtus. Chez tous les mammifères, le cortisol contrôle divers processus hormonaux durant le développement du fœtus. Il contribue au maintien des fonctions vitales et normales du corps durant les périodes de stress. Il a été récemment montré que certains polluants organiques persistants (POPs) tels que les PCB modifient, chez l'embryon, aux concentrations trouvées dans notre nourriture (dans le poisson par exemple), la synthèse du cortisol ainsi que d'hormones sexuelles, ce qui peut être nuisible à la santé du futur adolescent et adulte. Chez l'animal de laboratoire, l'exposition fœtale aux PCB - mais aussi durant l'allaitement - modifie le taux sanguin de cortisol des fœtus, et affectent plus tard l'adulte (risque accru de diabète et maladies cardiovasculaires notamment). Néanmoins, il semble exister des processus de synergies encore très mal compris. Rôle et importance en chronobiologie: Le cortisol intervient notamment en réponse à un stress, mais son horloge est très différente de celle de l'adrénaline, qui répond également au stress. La sécrétion de cortisol suit une boucle de régulation complexe, appelée axe hypothalamo-hypophysaire-surrénalien. L'hypothalamus produit une hormone, la CRH, qui est véhiculée jusqu'à l'hypophyse (via le système porte hypophysaire) où elle stimule la sécrétion d'ACTH. L'ACTH, sécrétée et véhiculée dans la circulation sanguine générale, stimule la zone corticale des glandes surrénales qui produit le cortisol. La sécrétion de CRH, d’ACTH et de cortisol suit un rythme circadien très remarquable. Responsable en partie de la force musculaire, il n'est presque plus sécrété en milieu de nuit et remonte pour atteindre un pic entre 6h00 et 8h00. C'est la raison pour laquelle le dosage du cortisol plasmatique se réalise le matin vers 8h00. Les variations de sécrétion du cortisol dans le temps sont importantes et complexes. Le taux de cortisol diminue en début d'après-midi. Le rythme circadien de sécrétion du cortisol est indépendant des horaires du sommeil. Enfin, une variation de la courbe du cortisol a pu être observée dans le cadre circannuel: acrophase en été, batyphase en hiver. Physiopathologie: De nombreuses maladies sont associées à une dérégulation de la sécrétion de cortisol. L'hypercortisolisme chronique caractérise les différentes formes du syndrome de Cushing (La manifestation la plus visible est l’apparition d’une obésité chronique de la partie supérieure du corps et un aspect bouffi du visage) et l'hypocortisolisme primaire est décrit comme maladie d'Addison(Elle se traduit notamment par une asthénie (avec courbatures), une hypotension artérielle, un amaigrissement (avec anorexie).

5 Remèdes contre une crise de foie. Eviter et soigner naturellement une crise de foie. Une crise de foie est l’ensemble des troubles digestifs qui apparaissent habituellement après un excès de nourriture ou d’alcool. Survient alors une douleur sourde située sous les côtes du côté droit, sensation de trop plein, de pesanteur, malaise généralisé, migraines, vomissements… Prévenir de la crise de foie… Un mal étant plus facile à éviter qu’à soigner, un peu de prévention s”impose. Si vous prévoyez de boire plus d’alcool que de raison, prenez avant l’apéritif, 1/2 verre à liqueur d’huile d’olive. L’huile d’olive tapisse les parois de l’estomac et les rend moins perméables. L’alcool passe moins rapidement dans le sang et le foie a davantage le temps de le détruire. Mais évitez de faire cela trop souvent… Je ne peux que vous conseiller de boire avec modération! Romarin contre la crise de foie. A la fois cholérétique et cholagogue (c’est-à-dire qu’il stimule la production de bile et son évacuation vers l’intestin), le romarin est un tonifiant très efficace du foie et de la vésicule. De plus, il aidera à chasser les migraines digestives, l’ haleine chargée et les lourdeurs digestives en général. Faites-en des infusions: 1 cuil. à soupe dans 1 tasse d’eau bouillante, laissez infuser 1/4 d’heure, buvez à volonté. Le remède magique anti-crise de foie: citron chaud + miel. Un des meilleurs remèdes pour faire passer la crise foie ainsi que les maux de tête et nausées qui surviennent après une soirée à faire la fête. Radis noir et crise de foie. Le radis noir est connu depuis longtemps pour ses vertus de draineur lymphatique naturel. Il stimule la sécrétion de la bile et provoque une contraction de la vésicule qui chasse alors la bile vers l’intestin, entrainant avec elle les déchets indésirables. C’est en effet l’un des remèdes les plus efficaces pour les foies fatigués de réveillon et autres festins. On peut le consommer cru, en rondelles, râpé ou bien sous forme de jus (c’est pas très agréable à boire, mais très efficace!). Vous le trouverez commercialisé sous forme d’ampoules dans les magasins de produits diététiques. Réveillon rime avec citron. Le soir coupez 3 citrons bio en quartiers et versez dessus 1/2 litre d’eau bouillante. Laissez infuser et macérer toute la nuit et buvez le lendemain matin, à jeun. à voir aussi: Remèdes naturels pour soulager le foie. Ne ratez plus un seul remède! Recevez directement dans votre boite aux lettre, les derniers remèdes de grand-mère ou les remèdes de saison. Remplissez ce (petit) formulaire et c'est parti!