comment perdre du poids vitex agnus


Maladie foie. Dans ce chapitre, les principales maladies des oies sont décrites, et des traitements appropriés à chacune d'elles sont proposés. Dans un élevage bien conduit, la prévention qui intègre à la fois la propreté, le savoir-faire et la prophylaxie peut réduire considérablement l'apparition de maladies. Une liste de recommandations est délivrée, et peut contribuer à garder les oies en bonne santé. RECOMMANDATIONS POUR LE CONTRôLE ET LA PRéVENTION DES MALADIES. 1) Examiner les oies avant l'achat. Lorsque c'est possible, n'acheter que chez un fournisseur fiable. 2) Avant l'arrivée des oies, s'assurer qu'il y a suffisamment d'eau et d'aliment de bonne qualité. 3) Maintenir propres les mangeoires, les abreuvoirs, ainsi que leurs abords. 4) Dans la mesure du possible, installer les oies dans un environnement exempt de stress (bruit, ou autres éléments perturbateurs). 5) Ne pas mélanger des animaux d'une nouvelle provenance aux autres troupeaux. Il est préférable de constituer un second troupeau avec les nouveaux venus. 6) Garder les reproducteurs éloignés des oies en croissance. 7) Plus les oies sont jeunes et plus elles sont sensibles aux maladies. Ne pas mélanger des oies d'âges différents. 8) Effectuer en temps et en heure les vaccinations et les prescriptions médicales, respecter les doses prescrites. 9) Lors d'une tournée d'inspection des oies, cheminer toujours des plus jeunes vers les plus âgées. 10) Isoler immédiatement toute oie malade, ce qui peut éviter la propagation des agents infectieux à l'ensemble du parquet. 11) Eliminer les cadavres par incinération ou par enfouissement. Ne pas hésiter à faire analyser un cadavre récent par un cabinet vétérinaire qui établira un diagnostic. 12) Décourager les visiteurs qui n'ont pas de raison directe de pénétrer dans l'élevage. Ne pas accepter de visiteurs sans vêtement de protection et s'assurer qu'ils n'ont pas été en contact avec d'autres oies dans les 14 derniers jours. 13) Lors des ventes d'oies, ne pas laisser l'acheteur entrer avec des cages et des containers de propreté douteuse dans l'élevage. 14) Nettoyer et désinfecter sérieusement les bâtiments d'élevage et le matériel entre deux bandes successives. Cela ne rendra pas les locaux stériles, mais cela limitera le nombre d'agents infectieux à un niveau tel que l'infection du troupeau sera peu probable. 15) Interdire l'accès des parquets aux oiseaux sauvages dans la mesure du possible. 16) Noter tous les éléments qui semblent utiles. Dans les pages suivantes est dressée une liste des principales maladies des oies, classées par ordre alphabétique. Un choix différent aurait pu prendre en compte le type d'agent infectieux, puisque les virus, les bactéries, les parasites et les champignons sont tous susceptibles d'affecter les oies. L'adenovirus aviaire du groupe I a été isolé chez les oies, toutefois le rôle de cet agent pathogène n'est pas clair. Il ne pose généralement pas de problème dans cette espèce et comme cela ne se justifie pas, aucun vaccin n'a été développé. L'aspergillose fait partie des maladies causées par un champignon du genre Aspergillus. Chez l'oie, comme chez les autres espèces aviaires, l'organe le plus couramment affecté est le poumon, d'où le nom d'aspergillose pulmonaire. La maladie peut être sévère chez les jeunes oisons qui sont contaminés à l'état embryonnaire pendant la période d'incubation. Les sources d'infections proviennent des incubateurs et des équipements mal nettoyés, ou d'œufs sales qui renferment l'organisme. Les œufs sales peuvent contaminer à la fois l'incubateur et l'éclosoir. Les Aspergillus sont capables de pénétrer dans l'œuf et c'est ainsi qu'ils contaminent les embryons. Les jeunes oisons sont également susceptibles d'être contaminés à partir d'une litière sale, mais sous cette forme, la maladie est moins sévère. Les symptômes sont des difficultés respiratoires et une accélération de la respiration (halètement). On note quelques bruits associés et des gargouillements. Les oisons apparaissent très déprimés. La mortalité est parfois importante et des symptômes nerveux peuvent apparaître chez certains sujets. Ces symptômes peuvent aussi être associés à une augmentation de la soif et à des diarrhées. Il faut avant tout miser sur la prévention, en respectant une propreté rigoureuse des équipements d'incubation et en appliquant un programme sanitaire efficace, qui implique le nettoyage et la fumigation des œufs immédiatement après la ponte. L'aliment moisi et la litière doivent être retirés et détruits, et les bâtiments nettoyés et désinfectés avec une solution de sulfate de cuivre au 1/2000. Le traitement de l'aspergillose n'est pas toujours efficace; la Nystatine, le Sorbate de Tetracycline et l'Amphotécirine B sont apparus comme les médicaments les plus efficaces pour traiter les oies. Lorsque ces produits ne sont pas disponibles, on peut essayer un traitement qui présente l'avantage d'être peu coûteux. Il consiste à utiliser une solution de iodure de potassium à 5 pour cent pendant deux fois trois jours, avec un arrêt de deux jours entre les deux traitements. La chlamydiose est un terme général qui fait référence aux infections causées par les bactéries du genre Chlamyophyliia. Chez les oiseaux, la maladie est causée par Chlamyophyliia psittaci. Bien que déjà mentionnée chez les oies, elle est rarement rencontrée. Cette maladie est toutefois à prendre en compte pour la santé publique, puisque c'est une zoonose qui peut contaminer d'autres espèces animales, y compris l'homme. Cette maladie a été décrite comme pouvant affecter de nombreux organes, en association avec des symptômes tels que des conjonctivites, l'inflammation des sinus, des difficultés respiratoires, des diarrhées et l'atrophie des muscles pectoraux. L'antibiotique le plus efficace pour cette maladie est la chlorotétracycline. Parfois, une contamination bactérienne par les salmonelles peut être associée à l'infection; dans ce cas, il faut utiliser une combinaison de plusieurs antibiotiques pour le traitement. LE CHOLERA AVIAIRE. Le choléra aviaire (ou Pasteurellose) est une maladie contagieuse qui peut affecter aussi bien les volailles que les oiseaux sauvages. L'agent causal est Pasteurella multocida. Les oies sont très sensibles à ce germe, une infection peut se traduire par une mortalité élevée. Le choléra aviaire apparaît généralement sous forme de septicémie associée à une mortalité et à une morbidité importante. Dans la forme aiguë de la maladie, l'aspect le plus caractéristique réside dans la soudaineté de la mort avec des troubles qui n'apparaissent que quelques heures auparavant. La forme chronique, qui peut se développer après la forme aiguë, se traduit généralement par des infections localisées. Les lésions associées à cette maladie peuvent prendre des formes différentes, mais la plupart du temps le cœur, le péricarde et les sacs aériens sont atteints. Le choléra aviaire n'est pas une maladie de couvoir, pas plus qu'il n'est transmis par les œufs. Les infections surviennent plutôt lorsque les oies sont en élevage dans la ferme. Aussi, la première précaution pour prévenir la maladie consiste à maintenir une bonne hygiène dans l'élevage et à éloigner les oies des autres volailles. Dans les secteurs où la maladie est couramment rencontrée (chez les oies ou les autres espèces aviaires), il est recommandé de pratiquer la vaccination. Lorsque la maladie est déclarée, on peut limiter sa propagation à condition d'intervenir rapidement. De nombreux sulfonamides comme: la sulfaméthazine, la sulfamérazine, la sulfaquinoxaline et la sulfathoxypyridazine se sont avérés efficaces lorsqu'ils sont ajoutés à l'eau de boisson ou aux aliments. On peut aussi traiter les oiseaux par injection intramusculaire d'antibiotiques. La chlorotétracycline, l'oxytétracycline, le chloramphénicol et la pénicilline sont efficaces. L'érythromycine soluble en eau de boisson, l'oxytétracycline et la chlorotétracycline dans les aliments peuvent aussi êtres utilisés avec succès. Les oies sont principalement sensibles à deux types de coccidioses. La plus fréquente est une coccidiose rénale causée par Eimeria truncata. On rencontre par ailleurs une forme intestinale dont l'agent le plus courant est Eimeria anseris, cependant, on a pu isoler cinq différents types d' Eimeria dans l'intestin des oies. Le niveau d'infection et les conséquences en terme de pertes économiques provoquées par la coccidiose sont en général assez faibles, aussi, cette maladie n'est pas considérée comme un problème majeur chez l'oie. La coccidiose rénale peut affecter les oies âgées de 3 à 12 semaines, avec une sensibilité d'autant plus importante que les oisons sont jeunes. Exceptionnellement dans des cas de forme aiguë, on a pu enregistrer des mortalités atteignant les 80 pour cent. Les autres indicateurs montrent des animaux prostrés, des ailes pendantes, une faiblesse générale, des yeux creux et tristes, des diarrhées souvent sanguinolentes ou des fèces blanchâtres et un manque d'appétit. Le diagnostic de la coccidiose rénale est validé par la présence d'oocystes dans les reins et dans le cloaque près des uretères. Les oies mettent en place rapidement une immunité qui prévient de nouvelles infestations par Eimeria truncata. La coccidiose intestinale affecte également les jeunes oisons, mais en général, elle ne provoque pas de mortalité. On observe plutôt une anorexie, une démarche chancelante, des diarrhées, une faiblesse extrême et des cas de morbidité. L'intestin est hypertrophié et son contenu est d'une coloration anormale variant du rougeâtre au brun. Les lésions sont plutôt localisées dans le milieu ou dans la partie aval de l'intestin. Divers coccidiostatiques ou des sulfonamides ont été employés pour le traitement des coccidioses rénales des oies. Contrairement à une opinion répandue, il faut noter que des oies nourries avec des régimes destinés aux autres volailles tolèrent tout à fait les anticoccidiens qu'ils contiennent. Les molécules prévues pour les poulets sont donc efficaces. L'Université vétérinaire de Hanovre (Allemagne) rapporte que les substances suivantes sont tolérées par les oies: amprolium, amprolium-éthopabate, clopidol, clopidol-méthylbenzoquate, DOT (zoalène), lasalocide monensine-sodium, narasine, nicarbazine, robénidine, salinomycine et sulfaquinoxaline. Ils indiquent également que l'halofuginone et l'arprinocide ne sont par contre pas tolérés par les palmipèdes, tandis qu'aucune information n'est disponible au sujet de molécules comme le décoquinate ou la maduramicine ammonium. C'est une maladie parasitaire causée par un protozoaire du genre Cryptosporidium qui infeste à la fois les poumons et les intestins de l'oie. On rencontre cette maladie partout sur le globe où les élevages de volailles sont présents. Dans la mesure où les spécialistes de la santé animale développent des outils spécifiques pour mettre en évidence cette maladie, on peut s'attendre à trouver de nouveaux cas. Cela explique probablement pourquoi l'observation de tels cas dans les élevages d'oies est de plus en plus fréquente. Un état de dépression est associé à l'affection de l'appareil respiratoire, on note des reniflements et des détresses respiratoires qui causent une mortalité qui reste malgré tout modérée. Une forme différente affecte le tractus digestif, les symptômes majeurs sont une diarrhée associée à une mortalité parfois élevée chez les jeunes. Ces symptômes ne sont pas très spécifiques, aussi, la maladie n'est reconnue qu'après isolement d'oocystes dans les voies respiratoires ou intestinales. Il n'existe pas de produit réellement efficace contre les Cryptosporidium, que ce soit pour la prévention ou le traitement. Il apparaît clairement que les oies qui réchappent à la maladie deviennent protégées, mais à ce jour, aucun vaccin n'a été développé. Il faut donc essayer de prévenir la maladie en respectant scrupuleusement les normes d'hygiène et de prophylaxie. En cas de suspicion de contamination, un nettoyage et une désinfection avec un générateur de vapeur sont les plus efficaces car les oocystes des cryptosporidies sont très résistants. LA MALADIE DE DERSZY. La maladie de Derszy est aussi appelée parvovirose en référence à son agent causal. On note aussi de nombreuses autres dénominations comme: peste, hépatite, entérite, grippe, myocardite et hépatonéphrite/ascite. C'est une maladie très contagieuse qui affecte les jeunes oisons. On la rencontre partout où des oies ou des canards de Barbarie sont élevés, puisque ces derniers sont sensibles à la maladie et peuvent même la transmettre aux oies. La maladie peut apparaître sous forme aiguë, qui entraîne jusqu'à 100 pour cent de mortalité, ou sous une forme chronique. Lorsque l'infection apparaît chez des jeunes sujets âgés de moins d'une semaine, la mortalité est élevée. Après l'âge de 4 ou 5 semaines, elle devient négligeable. Les signes cliniques sont une morbidité et une mortalité: la maladie touche les oisons avant l'âge d'une semaine, ils sont prostrés et souffrent d'anorexie. La mort survient dans les deux à cinq jours suivants. En fonction de leur résistance naturelle liée aux anticorps maternels, les oiseaux plus âgés présentent anorexie, polydipsie, faiblesse et difficultés de déplacement, des suintements nasaux ou oculaires, les paupières et les glandes uropygiennes rouges et enflées et enfin, une abondante diarrhée blanchâtre. Il n'existe pas de traitement contre la maladie de Derszy. Les reproducteurs qui ont été en contact et infectés par le parvovirus acquièrent une immunité qu'ils peuvent transférer passivement à leur descendance. C'est la transmission possible de l'immunité des oies à leurs progénitures qui a conduit à un programme de vaccination. La plupart du temps, on vaccine les oisons à l'âge de 15 jours. Cela suppose que les parents ont également été vaccinés et ont ainsi pu transmettre une immunité aux oisons qui les protège pendant deux ou trois semaines. Cette vaccination est suffisante pour des oies qui ne sont pas destinées à la reproduction. Les reproducteurs, par contre, doivent être à nouveau vaccinés trois semaines avant chaque période de ponte. Certains praticiens recommandent en plus une injection d'appoint pratiquée au pic de ponte, pour renforcer le taux d'anticorps. Lorsque les oisons sont issus d'un troupeau de reproducteurs non vaccinés, on peut leur transmettre passagèrement une immunité passive, en injectant un sérum à la naissance et à 10 jours. Il faut ensuite les vacciner à l'âge de 3 semaines. Les douves (trématodes) sont des parasites en forme de vers plats. On dénombre plus de 500 espèces appartenant à 125 genres et 27 familles qui peuvent intéresser les oiseaux. En général, les douves ne posent pas de problème aux oies, toutefois, celles qui ont accès à un lac ou aux pièces d'eau peuvent être infestées. La raison repose sur le fait que la plupart des douves ont un hôte intermédiaire, qui est un escargot aquatique de genre Limnée et la libellule comme second hôte intermédiaire dans bien des cas. FIGURE 50. Cycle de transmission de la douve. (1) Une oie infestée évacue des œufs de douves en déféquant. (2) Lorsque les conditions sont favorables, les œufs éclosent et produisent une larve primaire. (3) La larve se développe chez un hôte intermédiaire (un escargot du genre Limnée). (4) L'escargot dissémine les larves matures sur la prairie. (5) Les oies qui ingèrent ces larves lors du pacage deviennent elles aussi infestées. Les douves peuvent envahir pratiquement toutes les cavités et tous les tissus de l'oiseau et ainsi peuvent se rencontrer à peu près partout après la mort. Il existe une espèce de douve qui se localise dans l'oviducte (Prosthogonimus ovatus), l'infestation se traduit par une apparition des douves dans les œufs. La seule solution dont on dispose est l'interdiction aux oiseaux de séjourner près de la source d'infection où la présence de l'hôte est avérée ou supposée. L'ENTÉRITE VIRALE DU CANARD. L'entérite virale du canard est une maladie aiguë très contagieuse causée par un herpès virus qui peut affecter les canards, les cygnes et les oies, ces dernières étant les moins sensibles à la maladie. La maladie peut être transmise par contact direct avec des animaux infectés, ou indirectement dans un environnement contaminé. Les animaux qui réchappent à la maladie ne peuvent plus être réinfectés par le virus herpès. Cependant, un herpès virus génétiquement différent de celui de l'entérite du caneton a été isolé à partir d'un troupeau d'oies australien où il avait causé 97 pour cent de mortalité. Les symptômes dépendent de l'âge et du sexe des oies, du stade infectieux et de la virulence du virus en cause. Les lésions s'accompagnent de dommages vasculaires (tissus hémorragiques et sang résiduel à l'intérieur du corps), des éruptions vasculaires dans des sites différents à la surface des muqueuses du tractus digestif, des lésions des organes lymphoïdes et d'autres tissus. Il n'existe pas de traitement spécifique pour l'entérite virale du caneton. Des vaccins efficaces ont été développés. L'entérite nécrotique est causée par Clostridium perfringens. On a signalé cette maladie chez l'oie, bien que son incidence ne soit pas très prononcée pour cette espèce. On trouve le Clostridium perfringens dans le sol, les fèces, la poussière, la litière ou les aliments contaminés. Les signes cliniques sont: une sévère dépression, un manque d'appétit, des difficultés de déplacement, des diarrhées et des plumes hérissées. Les animaux atteints meurent rapidement par entérotoxémie ou nécroses intestinales. La prévention est la règle de base; de nombreux oiseaux hébergent Clostridium Perfringens dans leurs caeca, mais rarement dans l'intestin. Le stress et les substances qui irritent le tractus digestif sont souvent les facteurs qui vont déclencher l'apparition et la multiplication du germe dans l'intestin; il faut donc le prévenir. Lorsque la maladie est déclarée, bon nombre d'antibiotiques ayant démontré leur efficacité peuvent être employés: la lincomycine, la bacitracine, l'oxytétracycline, la pénicilline, la tylosine, la virginiamycine, l'avoparcine et la nitrovine. C'est une maladie parasitaire des oiseaux qui affecte les cellules sanguines (en particulier les globules blancs) et les cellules des tissus des organes internes (le parasite se multiplie dans les macrophages du cerveau, du foie, du cœur, des poumons et de la rate). C'est une maladie très peu rencontrée chez les oies, mais quelques cas ont été rapportés comme pouvant engendrer des pertes économiques importantes. L'agent causal chez les palmipèdes est: Leucocytozoon simondi et on en a répertorié 27 espèces différentes chez les oies et les canards d'Amérique du Nord, d'Europe ou du Vietnam. Les infections à Leucocytozoon sont diagnostiquées par observation microscopique directe et identification des gamétocytes (stade sexuel de reproduction du parasite) dans le sang ou des schizontes (stade de multiplication intense) dans les coupes de tissus. Les traitements médicamenteux des leucocytozoonoses sont en général peu efficaces et aucun traitement réellement approprié n'est connu pour lutter contre Leucocytozoon simondi. La méthode la plus efficace reste la prévention par le contrôle des insectes vecteurs comme de nombreuses diptères, mouches ou moucherons qui vivent près des cours d'eau. La listériose n'est pas une maladie courante de l'oie, mais elle peut se rencontrer dans les zones tempérées du globe. C'est probablement lié au fait que c'est dans ces zones que l'on rencontre l'agent causal Listeria monocytogenes dans les fèces et le sol. C'est aussi là que l'on trouve le plus d'oies élevées sur pâture et qui, de ce fait, sont exposées aux contaminations. Les symptômes révèlent une septicémie associée à des zones de nécroses dans le foie et dans le cœur. Des cas d'encéphalite ont été observés chez les jeunes animaux, mais la plupart du temps, on note des diarrhées et un amaigrissement des sujets infectés. La seule prévention possible réside dans l'élimination des sources d'infections. L'organisme est résistant à tous les antibiotiques connus; on peut toutefois proposer un traitement à base de tétracycline utilisée à haute dose. Les infections à mycoplasmes peuvent provoquer de sérieux problèmes chez les oies. Ces germes sont particuliers puisqu'ils possèdent une structure intermédiaire entre les virus et les bactéries. Trois types de mycoplasmes différents ont été isolés chez les oies: Mycoplasma anseris, Mycoplasma claucale et la souche 1220. Il est important de noter que ces dernières années, les cas de mycoplasmoses chez les oies ont augmenté un peu partout, perceptibles surtout dans les élevages en système intensif. Le problème majeur des infections à mycoplasmes intéresse les troupeaux de reproducteurs où le germe provoque une réduction de la ponte et de la fertilité. La nécrose des pénis (voir maladies vénériennes) résulte des infections à mycoplasmes et peuvent provoquer des chutes de fertilité très sévères. Chez les jeunes, l'infection se traduit par une croissance ralentie et une infection du système respiratoire. Pour les jeunes, les risques les plus importants de contamination vont de la naissance aux premières semaines d'âge. L'aspect primordial pour contrôler les infections à mycoplasmes est de s'assurer que le troupeau d'où les oisons sont issus est exempt de ce germe, ainsi, les oisons qui naîtront ne seront pas infectés. Le traitement des œufs issus d'un troupeau infecté se fait par immersion dans une solution de tylosine avant de les mettre à incuber. On peut traiter les oisons infectés par addition de tétracycline ou de tylosine dans l'eau de boisson. MYCOSES DU TRACTUS DIGESTIF. Les mycoses du tractus digestif sont causées par une levure: Candida albicans; elles sont assez courantes chez de nombreuses volailles, mais pas chez l'oie. Une exception concerne les oies qui sont gavées, l'inflammation de l'œsophage causée par les embucages et l'abrasion des grains représente une porte d'entrée favorable au développement du germe. Les signes ne sont pas particulièrement caractéristiques, mais les oiseaux infectés extériorisent des croissances ralenties; ils sont parfois prostrés et présentent des plumes ébouriffées et rèches. Les lésions apparaissent la plupart du temps dans le jabot et se caractérisent par des dépôts blanchâtres ou grisâtres. L'absence d'hygiène et la surpopulation conduisent aux infections par Candida albicans; la meilleure parade est la prévention. L'ajout de sulfate de cuivre à l'eau de boisson est partiellement efficace pour les oies et les poulets. Par ailleurs, le bicarbonate de soude augmente la valeur du pH dans le jabot, ce qui crée des conditions défavorables au développement du champignon qui aime les milieux acides. L'addition de Nystatine ou d'Amphotéricine dans l'aliment s'est avérée également efficace. Les mycotoxicoses sont des maladies causées par contact avec les mycotoxines, dont les principales sources de contamination pour les oies sont les aliments moisis. Le diagnostic des mycotoxicoses peut s'avérer très complexe, puisque plusieurs centaines de mycotoxines ayant des effets divers ont déjà été identifiées. Toutefois, connaissant le régime alimentaire des oies et sa provenance, la reconnaissance des symptômes présentés permet généralement de porter un diagnostic et d'identifier la mycotoxine responsable. Dans les pays tropicaux, les aflatoxines sont très courantes, leur apparition est en général liée au développement des genres Aspergillus flavus et Aspergillus parasiticus principalement sur l'arachide, mais aussi sur le soja, le coprah, le riz et le maïs. Selon la littérature (Vuillaume, 1988), les aflatoxines peuvent provoquer des retards de croissance, des chutes de ponte, des pertes de plumes chez toutes les espèces aviaires. Les oies sont cependant parmi les espèces les moins sensibles. Le genre Fusarium produit de nombreuses toxines préjudiciables à la santé des oies. On le rencontre dans le maïs, le sorgho, l'orge, les graines de tournesol, l'avoine et les aliments composés. La production des mycotoxines est optimale en milieu fortement humide pour une température comprise entre 6 et 24°C. Aussi, sous les climats tempérés est-il important de récolter les graines très tôt avant la période de pluies car l'humidité conduira au développement des mycotoxines. La toxine T-2 est une des toxines issue des fusariums, la plus répandue. Selon le niveau de contamination, elle peut provoquer des refus de consommation d'aliment, réduire l'activité, augmenter la consommation d'eau, réduire la ponte et l'éclosabilité des œufs (figures 51 et 52). Certains auteurs rapportent que des oisons exposés à de forts taux de toxine T-2 peuvent mourir en deux jours. La zéralénone est une autre toxine issue des fusariums à laquelle les oies sont particulièrement sensibles. Cette toxine provoque des chutes immédiates de fertilité et des lésions testiculaires irréversibles chez les jars. FIGURE 51. Effet du niveau d'ingestion de toxine T-2. Pénalisation de la production d'œufs (base 100 = ponte normale). FIGURE 52. Effet du niveau d'ingestion de toxine T-2. Pénalisation de l'éclosabilité des œufs fertiles (base 100 = éclosion normale). Le traitement consiste à supprimer immédiatement les aliments contaminés et à procurer aux oies un aliment sain. La meilleure des préventions est de s'assurer que les aliments que l'on achète sont exempts de mycotoxines. Les nématodes, ou vers ronds, sont considérés comme le groupe d'helminthes le plus important chez les oiseaux. Chez les oies, les Ascaris ne posent en général pas de problème, au contraire de plusieurs espèces de Capillaires et d' Heterakis. Le nématode le plus répandu chez les oies est Amidostomum anseris. Les symptômes d'une infection par les vers se traduisent en général par un comportement léthargique des oies. L'infestation peut être confirmée par la présence d'œufs dans les fèces ou dans certains organes après autopsie. L' Amidostomum anseris se développe sur la partie cornée interne du gésier et remonte parfois dans le proventricule. Il provoque une coloration sombre du gésier, associée à des dommages visibles sur la pellicule interne du gésier. La priorité pour prévenir les infestations de nématodes est de pratiquer une bonne hygiène dans l'élevage. Pour les oies élevées sur parcours, il est essentiel de pratiquer des rotations au cours de la saison ou même des repos complets d'une année, afin de rompre le cycle des nématodes. La litière des oies élevées en confinement doit être changée régulièrement, le bâtiment lavé, désinsectisé et désinfecté entre chaque bande. Il est important de ne pas mélanger les jeunes oies avec des animaux plus âgés, ou de les installer dans des locaux ayant hébergé de vieilles oies, car les jeunes sujets sont beaucoup plus sensibles aux infestations par nématodes. De nombreux vermifuges sont efficaces pour lutter contre les infestations de nématodes. Amidostomum anseris chez les oies peut être prévenu grâce au cambendazole, au pyrantel, au mebendazole ou au fenbendazole qui sont tous efficaces. L'hygromycine et le coumaphos sont également efficaces pour combattre les Ascaris, les Capillaires et les Heterakis. La phénothiazine est efficace contre les Heterakis et le thiabendazol s'emploie contre les Syngamus. Tous les nématodes cités ci-dessous ont été isolés des intestins de l'oie: Echinura uncinata, Epomidiostomum unicinatum, Ascaridia galli, Capillaria anatis, Capillaria bursata, Capillaria annulata, Capillaria anseris, Capillaria caundinflata, Capillaria obsignata, Heterakis dispar, Heterakis gallinarum, Strongyloides avium et Trichostronglus tenuis. Le nématode Syngamus trachea a pour sa part été trouvé dans le tractus respiratoire des oies. LA NÉPHRITE ENTÉRITE HÉMORRAGIQUE DE L'OISON. Plus couramment dénommée par ses seules initiales, la NEHO est une maladie très courante dans le Sud-Ouest de la France. Elle touche des sujets âgés de 4 à 20 semaines et peut provoquer des cas de mortalité qui fluctuent de 30 à 100 pour cent de l'effectif. L'origine de cette maladie n'est pas bien connue, toutefois, il semble que des mauvaises pratiques d'élevage soient des facteurs favorables à son apparition. Ainsi les excès d'azote dans l'aliment ou des modifications brutales du régime alimentaire peuvent la déclencher. Il semble qu'une mauvaise qualité de l'eau de boisson et un développement parasitaire puissent contribuer à l'établissement de la NEHO. On observe souvent des boiteries, les oies ont du mal à se lever et leurs articulations sont enflées. Elles sont accompagnées de diarrhées et de tremblements, la mort survient rapidement. Les lésions se caractérisent par des entérites, des néphrites (reins chargés d'urates ou hémorragiques), des œdèmes sous-cutanés, une rate hypertrophiée et une présence abondante d'ascite autour des viscères. Une fois encore, il faut miser en premier lieu sur la prévention, avec des pratiques d'élevage maîtrisées, le contrôle du parasitisme et une alimentation équilibrée. Lorsque la maladie est déclarée, on obtient parfois de bons résultats en injectant une forte quantité d'un sérum homologue. On peut aussi proposer des traitements sous forme de toniques rénaux ou de détoxifiants hépatiques qui améliorent la situation. Compte tenu de la relative méconnaissance de la maladie, aucun vaccin n'a été développé à ce jour. MALADIE DE NEWCASTLE. Le virus de la maladie de Newcastle est du genre Paramyxovirus qui a pu être isolé chez l'oie. Les signes cliniques sont exceptionnels, mais quand ils existent, ils consistent en une diarrhée verdâtre et occasionnellement un désordre du système nerveux central. Dans bien des cas, les oies peuvent être infectées sans montrer de signes cliniques, elles peuvent ainsi être de simples porteurs pendant une période prolongée. Habituellement, on ne vaccine pas les oies dans la mesure où la maladie de Newcastle n'est pas un problème majeur chez ces animaux. La paratyphoïde ou salmonellose est une maladie importante chez les jeunes oies; les animaux de moins de 6 semaines sont en général les plus sensibles à la maladie. Le fait que les salmonelles puissent affecter l'homme a entrainé une demande de produits alimentaires exempts de ce germe. Il y a donc eu une prise de conscience collective de l'importance de cette maladie, qui s'est traduite par la mise en place de nombreux systèmes de prévention dans plusieurs pays. On a pu isoler plus de 2000 types différents de salmonelles chez les volailles un peu partout dans le monde. En général, les sérotypes de salmonelles sont plus caractéristiques d'une région géographique que d'une espèce aviaire. La paratyphoïde peut être facilement disséminée par le contact avec des oiseaux infectés, leurs fèces ou le matériel contaminé (en particulier les équipements de couvoir ou les éleveuses). On a remarqué que la paratyphoïde peut se propager très facilement à cause des salmonelles qui pénètrent dans l'œuf in vivo avant la ponte. L'organisme peut cependant fort bien pénétrer dans l'œuf après la ponte et s'y développer. C'est pourquoi on n'insistera jamais assez sur la nécessité de collecter régulièrement les œufs avant qu'ils ne se salissent trop, de les laver et les fumiger le plus rapidement possible. Les oies atteintes par la paratyphoïde sont en général âgées de moins de 6 semaines, elles ne bougent que très peu, ont la tête et les ailes pendantes, les yeux fermés et les plumes ébouriffées. Les animaux malades présentent une anorexie prononcée, ils boivent beaucoup, ont des diarrhées très liquides, le cloaque sale et se tiennent serrés près des sources de chaleur. La première chose à faire pour éviter les salmonelloses, c'est de faire preuve d'une bonne technicité en élevage et de respecter les normes d'hygiène ou de prophylaxie. Encore une fois, le nettoyage et la désinfection immédiate des œufs après la collecte sont probablement les conditions les plus efficaces pour prévenir la maladie. Le contrôle des rongeurs est également efficace. Une palette de sulfonamides, d'antibiotiques et de nitrofuranes est recommandée pour le traitement des salmonelloses. On peut aussi ajouter au traitement la furazolidone ou des solutions injectables de gentamicine ou de spectinomycine. Le diagnostic final doit être porté après isolement et identification de la bactérie. C'est seulement après que l'on sera en mesure de préciser quelle molécule sera la plus efficace pour éradiquer le foyer infectieux. INFECTION À REIMERELLA ANATIPESTIFER. Reimerella anatipestifer provoque une infection contagieuse qui affecte les oies domestiques, les canards et d'autres volailles. Cette maladie peut donc se propager à partir de troupeaux de diverses espèces aviaires. Les symptômes courants sont des suintements nasaux et oculaires, une toux bénigne et des reniflements, une diarrhée verdâtre, un manque de coordination des mouvements, une raideur du cou et de la tête, puis enfin le coma. Les oies qui réchappent à la maladie deviennent résistantes envers une nouvelle infection. Généralement, les sulfonamides et les antibiotiques qui sont employés dans le traitement du choléra aviaire contre Reimerella multocida sont considérés également efficaces contre Reimerella anatipestifer. Des vaccins ont pu être développés, mais ils sont plutôt utilisés chez les canards, bien qu'ils puissent également prévenir la maladie chez les oies. La pseudotuberculose est provoquée par Yersinia pseudotuberculosis. Elle est rencontrée chez de nombreuses espèces aviaires, y compris les oies. Toutefois, elle ne peut être considérée comme une maladie sérieuse dans cette espèce où sa fréquence d'apparition est faible. La maladie se caractérise par une septicémie aiguë, les animaux infectés apparaissent tristes et très affaiblis, ils ont les plumes ébouriffées, des difficultés respiratoires et la diarrhée. Un diagnostic définitif ne peut être porté qu'après isolement et identification de l'agent responsable. A cause de la faible incidence de la maladie, il n'y a que peu d'information disponible sur ce sujet, mais le chloramphénicol, la streptomycine et la tétracycline ont été utilisés avec succès chez certaines espèces. La réticuloendothéliose correspond à un ensemble de syndromes causés par des rétrovirus. La maladie existe chez une grande variété de volailles, mais elle est peu fréquente chez l'oie. Elle se caractérise par une croissance très ralentie et un emplumement anormal. Chez l'oie, le virus a été isolé dans les tumeurs de la rate, le foie, le pancréas et les intestins. Aucun vaccin n'a été développé contre cette maladie, car son incidence économique est très faible. Le rouget se traduit généralement par une infection aiguë et soudaine qui touche quelques individus du parquet. Il est causé par une bactérie de genre streptococcus: Erysipelothrix rhusiopathiae qui peut affecter plus de 50 espèces. Il provoque le rouget chez les oiseaux (jeunes ou adultes) et l'érysipèle chez l'homme, où une antibiothérapie est efficace. Les éruptions ayant des conséquences économiques significatives sont rares chez les volailles, sauf chez les dindes. On a cependant rapporté quelques cas chez les oies. Les oies atteintes par le rouget apparaissent déprimées, elles présentent des diarrhées et meurent soudainement. Les lésions sont caractéristiques d'une septicémie généralisée. L'antibiotique à privilégier est une forme de pénicilline à action rapide, qui peut être administrée conjointement avec des bétalactamines. Dans la mesure où cette maladie n'est pas très courante chez les oies, une immunisation systématique des oiseaux npas nécessaire. Toutefois, un vaccin existe, et là où la maladie est fréquente, la prévention est recommandée, principalement pour les reproducteurs. Les oiseaux qui ont survécu à une infection aiguë ont un fort degré de résistance à la réinfection. La spirochetose des espèces aviaires est provoquée par Borrelia anserina. Cette bactérie est transmise par les tiques. La spirochetose a été décrite pour la première fois en 1891 en Russie, où elle causait des septicémies graves sur les troupeaux d'oies. La maladie se rencontre partout dans le monde, avec une prédominance en régions tropicales ou subtropicales, là où l'insecte vecteur, une tique aviaire du genre Argas existe. Toutefois, même dans ces zones, l'incidence de la maladie est faible. La morbidité et la mortalité sont très variables, elles oscillent entre 1 à 2 pour cent jusqu'à 100 pour cent. Les taux les plus bas sont observés chez des animaux ayant eu un contact préalable avec Borrelia anserina, ce qui leur a permis de développer une immunité. La présence de tiques fixées sur l'oie, de blessures caractéristiques d'une morsure de tique ou la simple découverte de tiques dans l'environnement de l'animal font soupçonner la présence de la maladie. Dans les régions où la spirochétose présente un risque élevé, la vaccination est la méthode la plus efficace. Les femelles qui ont acquis une immunité, soit naturelle après contamination, soit après vaccination, sont capables de la transmettre passivement à leur descendance, les jeunes sont ainsi protégés les cinq ou six premières semaines de leur vie. En cas d'explosion de la maladie, on a recours aux traitements antibiotiques. Borrelia anserina est sensible à la plupart des antibiotiques, la pénicilline, le chloramphénicol, la kanamycine, la streptomycine, la tylosine et les tétracyclines. Toutes les espèces aviaires sont sensibles aux infections à staphylocoques, bien que les oies le soient moins. Quand celles-ci sont infectées, c'est en général une infection secondaire, mais cela reste très rare. Il y a approximativement 70 types de staphylocoques, le Staphylococcus aureus est celui qui infecte le plus couramment les oiseaux. Le principal problème de cette maladie est que les infections à staphylocoques peuvent être contractées par l'homme. On a ainsi pu constater des cas de transmissions dans certains abattoirs ou chez des personnes qui pratiquent des autopsies. Les sites les plus fréquents de l'infection chez les volailles sont les os, les gaines des tendons et les articulations, mais une infection est possible partout ailleurs. Les infections à staphylocoques peuvent être traitées aux antibiotiques. La pénicilline, la streptomycine, la tétracycline, l'érythromycine, la novobiocine, les sulfonamides, la linomycine et la spectinomycine ont été utilisés avec succès. Il existe de nombreux streptocoques qui peuvent affecter les oiseaux. Le Streptococcus mutans, qui est une bactérie courante des voies orales humaines, a entraîné des cas de septicémies mortels chez l'oie. Dans la forme aiguë, les signes cliniques sont une septicémie, une dépression, des oies léthargiques, de la diarrhée et des tremblements de la tête. Cependant, dans bien des cas, on relève des morts alors qu'aucun signe précurseur n'a été observé. Dans la forme chronique, on note une dépression, une perte de poids, des boiteries et des tremblements de la tête. La prévention et le contrôle de la maladie requièrent la limitation du stress et des conditions d'hygiène rigoureuses. Le traitement fait appel aux antibiotiques tels que la pénicilline, l'érythromycine, la tétracycline ou les nitrofuranes. C'est une maladie causée par un protozoaire qui se développe en priorité chez les oies adultes (troupeaux de reproducteurs). L'agent responsable chez les oies est le Trichomonas anseris alors que chez les autres volailles c'est le Trichomonas gallinae. Le mode de transmission de l'organisme d'un oiseau à l'autre se fait par l'eau et dans une moindre mesure par les aliments. L'infection des oies se produit principalement dans la partie aval de l'intestin. Les premiers symptômes sont une perte de poids et une réduction des performances. Les excréta peuvent être contrôlés pour rechercher le protozoaire. Par contre, on le retrouve rarement après autopsies (même en cas d'infection sévère et de forte mortalité) car il disparaît rapidement après la mort. Il est recommandé d'intervenir rapidement, avant que la maladie ait affecté tout le troupeau. Lorsqu'on est en mesure d'identifier les individus malades, il convient de les isoler des oies qui sont indemnes. Le nitrofurazone, le métronidazole et le dimétridazole sont efficaces pour traiter cette maladie. Les bactéries, et particulièrement celles du genre Neisseria, Mycoplasma et les Candida albicans, sont fréquemment associées aux maladies vénériennes des jars. Il semble cependant que les mycoplasmes soient les agents infectieux primaires. L'infection débute habituellement par une inflammation et un gonflement de la base du phallus, puis l'infection s'étend jusqu'au cloaque. Ensuite, on note des nécroses du pénis, des ulcérations à l'aspect très repoussant, ce qui rend la reproduction totalement impossible. La maladie se propage à l'ensemble du troupeau très rapidement. L'apparition de la maladie est souvent associée à une forte densité de mâles, ce qui entraîne des combats. Cela se traduit par des phallus qui sont blessés et qui vont s'infecter. L'infection est alors transmise à l'ensemble du troupeau par l'intermédiaire des femelles. Ces dernières présentent alors des infections des sacs aériens, des péritonites et des salpingites (Stipkovits, 1975, 1984). La meilleure protection réside dans de bonnes pratiques d'élevage et la surveillance du troupeau de reproducteurs. Il est certain que les mycoplasmes sont les agents principalement impliqués dans cette maladie. Certains vétérinaires jugent la maladie comme une pathologie à part entière et d'autres pensent qu'il s'agit d'une surinfection. Ainsi, on propose en général des traitements antibiotiques adaptés aux mycoplasmes comme la tylosine, la tétracycline, la chlorotétracycline, la linomycine, l'oxytétracycline, la spectinomycine, la spinomycine et la tiamuline. La mise en œuvre d'un antibiogramme permet de choisir la molécule la plus adaptée. On a identifié plus de 1 400 espèces de cestodes, ou vers plats, chez les oiseaux domestiques et sauvages. Dans de nombreux cas, ces vers nécessitent la présence d'un hôte intermédiaire. L'élimination de cet hôte est dans bien des cas le meilleur moyen de prévenir l'infestation de vers plats. Bien qu'on ait rapporté de nombreux cas de parasitoses transmises aux oies par des palmipèdes sauvages infestés, les vers plats ne posent habituellement pas de gros problèmes dans les élevages. Le mode de transmission se produit en général lorsque les oies ont accès à des pièces d'eau naturelles et qu'elles ingèrent accidentellement l'hôte intermédiaire (souvent un crustacé aquatique). Quatre types de vers plats ont été isolés depuis la paroi intestinale des oies: Fimbriara fasciolaris, Hymenolepis megalops, Hymenolepis compressa, Hymenolepis lanceolata. Une réduction des performances des oies doit faire envisager une infestation parasitaire. Cependant, l'isolement et l'identification des vers est la méthode la plus sûre pour établir un diagnostic. De nos jours, les vers plats n'infestent plus guère les oies ni les autres volailles, parce que les conditions d'élevage moderne en confinement limitent considérablement les contacts entre les volailles et l'hôte intermédiaire. On comprend donc que le meilleur moyen de prévenir les vers plats est de séparer les oies des hôtes intermédiaires. Cela signifie de les élever en confinement, ou tout du moins effectuer des rotations de pâtures régulières. Un autre point capital consiste à interdire aux oies l'accès aux plans d'eau. On peut traiter les oies avec des drogues qui expulsent les vers, cette solution n'est pas durable si l'hôte intermédiaire n'est pas contrôlé. Les molécules reconnues efficaces chez les poulets sont le butynorate employé seul ou en association avec la pipérazine et la phénothiazine. Expérimentalement, on a démontré l'efficacité de l'hexachlorophane et de la niclosamine. Pour conclure ce chapitre, on doit signaler que pour assurer une production d'oies viables, il faut absolument veiller à la santé du troupeau. Certaines maladies peuvent s'avérer très graves; la maladie de Derszy, par exemple, peut provoquer jusqu'à 100 pour cent de mortalité. L'oie reste cependant un animal peu exigeant et finalement assez rustique, aussi, les maladies qu'elle contracte ne sont pas aussi sérieuses que chez d'autres espèces aviaires plus sensibles. Il vaut mieux toutefois garder les animaux en bonne santé, la prévention ainsi que de bonnes pratiques d'élevage contribuent largement à éviter les maladies. Dans les lignes qui vont suivre, un plan de prophylaxie et quelques mesures simples qui visent à remplir ces conditions sont proposés. Installer les oisons dans des locaux propres et désinfectés, s'assurer que la température et le renouvellement de l'air sont suffisants. Fournir de l'eau fraîche et une alimentation saine en quantité suffisante. Pratiquer la rotation des parcours (un traitement du parcours avec 5-6 g de sulfate ferrique par mètre carré permet d'assainir le sol). Respecter une densité d'élevage correcte. Contrôler régulièrement le comportement et l'aspect général du troupeau. Maladie de Derszy. Les oisons issus de reproducteurs protégés doivent être vaccinés avant la quatrième semaine. Dans le cas contraire, prodiguer un sérum aux oisons aux âges de 1 et 18 jours, vacciner ensuite. Choléra. Il faut prévoir une injection et deux rappels aux âges de 6, 10 et 20 semaines. Parasites. Les animaux placés sur parcours ou sur litière profonde doivent recevoir un vermifuge à l'âge de 6 semaines. De plus, il est prudent d'effectuer une recherche dans les fèces chaque mois. Lorsque l'on dispose de compléments en vitamines et en oligominéraux, il est recommandé d'en fournir aux oies tous les 15 jours jusqu'à l'âge de 10 semaines ou en cas de source de stress. LES OIES REPRODUCTRICES. Il est nécessaire d'effectuer tous les traitements médicaux appropriés avant le démarrage de la ponte. Cela comprend: les parasites (vers, coccidies, trichomonas), les mycoplasmes, les salmonelles, les rappels du choléra et de la maladie de Derszy. Pendant la période de production, il est important de comptabiliser chaque semaine les œufs pondus, de suivre la fertilité et l'éclosabilité de ces œufs. Toute chute d'un de ces paramètres doit faire penser à une pathologie qui s'installe, même si les oies ne paraissent pas malades. Il faut alors identifier rapidement la maladie et traiter les reproducteurs pour maintenir la production d'oisons à un niveau convenable.

comment perdre du poids vitex agnus

Le Sulfate de Magnésium. Le sulfate de magnésium (aussi appelé sels d’Epsom) est un remède à connaitre, à ne pas confondre avec le « chlorure » de magnésium dont les propriétés semblent similaires. Chlorure ou sulfate de magnésium, ces deux remèdes ont leur place au sein de votre pharmacie personnelle, mais ils n’ont les mêmes avantages. Quand prendre le sulfate de magnésium? Ses propriétés. Le sulfate de magnésium, grâce au magnésium, permet la détente musculaire, mais ce n’est pas sa propriété la plus intéressante. Il faut lui préférer sa capacité à dilater les canaux excrétoires du corps et notamment le canal cholédoque, ce petit tuyau qui évacue les sécrétions du foie, de la vésicule biliaire et du pancréas à chaque fois que l’on avale un met. Son autre propriété est de provoquer la purge des intestins (comprenez la diarrhée). En absorbant le magnésium, la particule soufrée qui reste, stagne dans l’intestin et nécessite d’être dilué, d’où la fameuse chiasse nauséabonde (le soufre sent l’oeuf pourri). Très sympathique pour les colocataires au demeurant! Devant une irritation de la vésicule biliaire (se traduisant le plus souvent par une douleur costale dans le dos à droite ou une épaule douloureuse du même côté), la dilatation des canaux excrétoires associée à la purge sont recommandés. Le sulfate de magnésium est ici tout indiqué. Enfin, le sulfate de magnésium peut enrayer l’installation d’un rhume dès ses prémices. Mais là, préférez le chlorure de magnésium, il a de meilleure propriété anti-infectieuse. Comment le prendre? Mélangé dans de l’eau, son gout est très amer et cela rebute fortement. L’astuce est de le diluer dans de l’eau et de placer la bouteille dans le frigidaire (le froid diminue l’amertume) puis de le mélanger à un jus de fruit le matin lors de la prise. Michel Dogna, célèbre naturopathe, propose ainsi de diluer un sachet de 20 grammes dans 1 litre d’eau que l’on place au frigo et d’en boire tous les matins un verre (moitié eau sulfatée, moitié jus de fruit). Le faire sur 20 jours. Pas plus. Occasionnellement, si un jour on ne se sent pas bien, qu’on a l’impression que quelque chose ne passe pas au niveau du ventre, prendre 1 cuillère à café dans un jus de fruit (au réveil, c’est l’idéal) Mais attention, les gargouillis intestinaux feront jour également et, en général, l’envie pressante de rejoindre les toilettes viendra le lendemain. Cela dépend essentiellement de la qualité de votre foie. Certains iront le jour même se délester du contenu intestinal. Dans ma pratique, cela dénote un foie engorgé. Comme tout remède, il ne faut pas habituer le corps, et ne le prendre que ponctuellement ou sur de courtes périodes. Le remède garde ainsi toute son efficacité en cas de besoin. Pour ceux qui ne supportent vraiment pas l‘amertume du produit, mélangez-en dans de l’eau, puis imbibez-en une compresse que vous appliquerez sur la peau. Il est dit que l’absorption est plus lente, mais l’avantage, c’est qu’on court-circuite le système digestif. Il n’y aura donc pas de diarrhée et le corps prendra uniquement ce dont il a besoin car le derme est une membrane semi-perméable, vivante et intelligente. Et si vous avez une grande quantité de sel d’Epsom, faites vous un bain de détente. Certaines lectures parlent de 1kg pour un bain. 500 grammes suffisent. Le résultat est étonnant si l’on sait prendre son temps. Il s’agit de profiter pleinement du produit. Où l’acheter? Il s’achète en pharmacie par sachet de 8, 20 ou 30g, ou bien au détail. Le sachet de 20 g est vendu entre 70 cents et 1,30 euros. Ce n’est pas cher, mais si vous le rapportez au kilo, ça vaut son pesant d’or! Si vous souhaitez l’acheter en gros, allez sur le site d’Aroma Zone. Vous trouverez le sel d’Epsom (ou sulfate de magnésium) à 1,90 euros les 250g (au moment ou j’écris cet article), l’équivalent d’un sachet de 30 grammes en pharmacie! Inscrivez vous à ma newsletter. Vous serez ainsi informés de tous mes nouveaux articles dès leur parution et recevrez également le manuel complet d'E.F.T., une technique révolutionnaire pour se libérer des émotions toxiques. 265 réponses. J’ai lu cet article avec grand intérêt utilisant assez fréquemment, pour mon entourage – humain et animal – et pour moi-même, du nigari, forme naturelle du chlorure de magnésium. Pouvez-vous m’indiquer la différence entre celui-ci et le sulfate de magnésium, notamment les inconvénients du chlorure? Merci pour votre intérêt 😉 Le chlorure de magnésium est à proscrire pour les insuffisants rénaux. Pour éviter d’avoir à solliciter des reins fragiles, autant prendre du sulfate de Magnésium. Je ne connais pas le Nigar, mais je vais faire des recherches dessus. Merci de votre partage. Le nigari est ni plus ni moins que du chlorure de magnésium (sous son nom japonais) Dans tous les magasions bio le chl de mg est vendu sous ce nom de NIGARI. Il est moins amer que celui vendu en pharmacie et moins cher aussi car vendu en plus gros conditionnement et il a le mérite d’avoir le label bio bonne journée. Hélas depuis la catastrophe de Fukushima il n’y a plus d’intérêt à se procurer du nigari… le Nigari, en plus du chlorure de magnésium contient des minéraux, et se trouve en magasin bio. Bonjour Monsieur Barath. Je vous remercie très sincèrement pour la qualité d vos articles. Vous faits preuve, d’abord d’une grande intelligence et également d’une grande générosité au service de votre prochain. Vos articles sont étayés, clairs, précis et accessible à tout public. Bravo et encore grand merci. J’essaie de consulter votre blog professionnel pour savoir où vous pratiquez l’ostéopathie mais votre blog est en restructuration. Auriez-vous l’amabilité de me communiquer vos coordonnées professionnelles. Vos conseils me seraient de grande utilité. Je vous en remercie, Catherine Vinot. Très intéressée par cette cure, j’ai fait plusieurs pharmacie de ma ville (4, rien que ça!) et aucune n’avait du sulfate de magnesium, du chlorure oui, mais pas de sulfate… Agacée, je me demande si le sel d’Epsom d’Aroma-zone peut aussi se prendre par voie interne de la même façon que les sachets vendus en pharmacie? Je m’apprête à faire une commande, alors autant l’ajouter au panier que de faire le tour de toutes les pharmacies d’Ile-de-France. Oui bien-sûr! Mais allez lire mon article sur le magnésium, vous y trouverez des informations intéressantes 😉 Bonjour, vous pouvez le commander à la pharmacie. Bonne journée. regardez la composition de la RICOREE NESTLE. mais oui.BYE. bonjour, je suis étonnée de savoir que le chlorure de magnésium est néfaste, car après avoir commandé mon livre sur le chlorure de magnésium, j’avais l’impression qu’il est bon pour tout soigner, et qu’il n’y a aucune contre- indication à part une diahrée. Mais c’est vrai que je suis déjà une personne qui a fréquemment des diarhées, donc c’est pas génial, j’ai même commencé une cure de delbiase depuis une semaine, car j’ai soigné un état grippalavec ce produit en 2 jours, mais le matin je me réveille avec la bouche sèche, donc je pense que les reins travaillent trop? Dans ce livre il parle du chlorure, du delbiase, du nigari… merci d’avance, Eh bien il est possible de s’intoxiquer en magnésium. Le taux dans le sang devient trop élevé et l’on a tous les symptômes inverses de ceux escomptés. Du coup, on abandonne son emploi déçu de ne pas avoir trouvé le remède miracle. Le problème vient du fait qu’il doit être associé à de la silice colloïdale (à ne pas confondre avec de la silice organique) pour qu’il pénètre dans les cellules (et donc que le trop plein puisse aussi être filtré par les reins). Ensuite, la prise de magnésium doit être associée à de la vitamine B6 et fractionnée au cours de la journée (une seule prise massive n’est pas bon). Je ne dirai donc pas que le chlorure de magnésium est néfaste, mais pour être plus juste: quel que soit le magnésium, l’absorption est incomplète si elle n’est pas ajustée avec de la vitamine B6 et de la silice. Bonjour est-il possible d’avoir le nom de votre livre? merci. bonjour, j’ai acheté le livre sur le chlorure de magnesium, cet été, j’ai traité 1 verrue, un panaris, et une bonne crève à mon mari, qui était à la limite d’une bronchite, et qui pour la première année n’a pas eu d’antibiotiques. Je lui ai fait des doses fortes de chlorure dans 1 litre d’eau 3 fois par jour, pendant 3 jours,puis il a arrêté complètement quand la crève était partie. Moi j’ai fait partir un bon état grippal avec le delbiase, seul inconvenient, il donne soif et la nuit je me réveille avec la bouche sèche, donc je bois plus que d’habitude. Je fais des cures de 2 ou 3 semaines et j’arrête 10 jours, et je recommence uniquement si j’en ressens le besoin. je remarque aussi une meilleure digestion, lorsque j’en prends. A ce sujet, j’aimerais, savoir ce que vous pensez du delbiase qui est beaucoup plus facile à prendre dilué dans un verre d’eau gazeuse? cordialement christelle. Bjr, pr ne pas avoir soif la nuit, tt de suite après l ingestion du chlorure, boire environ 2 litres de bouillon de légumes préalablement préparé. Moi j utilise des poireaux. Je me demandais si je pouvais donner du sulfate de magnesium à mon enfant de 10 ans. Si oui, en quelle quantité? Vous remerciant de votre aide. Monsieur, C’est grâce à vous que je connais le chlorure de magnésium. J’ai fait l’expérience de passer à côté de la grippe alors que toute la famille était grippée. Je donne du sang tous les trois mois et j’ai remarqué que mon sang est devenu très fluide si bien que je donne du sang deux fois plus vite qu’il y a trois mois. Je mets 40 grammes de chlorure dans deux litres d’eau. Je verse un demi verre de cette eau et un demi vers d’eau peu minéralisée. Je me sens en forme et moins fatigué qu’avant. J’ai lu que les problèmes à l’épaule droite pouvaient venir d’une difficulté d’un certain canal à éliminé les déchets produit par le foie. Il se fait que depuis pas mal d’année, j’ai de plus en plus mal l’épaule droite. Mon médecin traitant parle d’arthrite. Je suis suivi par un kiné qui m’a donné des exercices à faire chez moi tous les jours pour musclée l’épaule et je vais mieux. Pensez-vous que le sulfate de magnésium me ferait du bien pour soulager mon épaule. Comment puis-je le prendre et en quelle quantité. Merci pour le partage de vos connaissances et pour votre disponibilité. Vous en prenez en quantité bien suffisante. Rajoutez de la Silice comme je le décris dans mon autre article sur le Magnésium (Dissolvurol, 15 gouttes 3X/jour, à renouveler tous les 15 jours, comme le suggère Dr Kathy Bonan dans son ouvrage sur le sujet). Ensuite, oui, le magnésium dilate les canaux, ce qui est bien pour les canaux lymphatiques, mais aussi pour les veines, les artères et toute la tuyauterie en générale. Souvent cela règle des problèmes passagers au niveau du foie et de la vésicule biliaire. Lorsque ces deux organes sont congestionnés ou enflammés, ils provoquent des douleurs projetées au niveau de l’épaule du même coté. Mais cela ne veut pas dire que toute douleur de l’épaule droite a pour origine un trouble de ces deux organes. Comprenez que le diagnostic posé ici est léger, dans la mesure où il ne montre qu’un état de fait que vous même savez: « il y a une petite inflammation au niveau de l’épaule qui fait mal ». Mais quel tissu exactement est enflammé et, surtout, pourquoi? S’il s’agit d’un tendon ou d’un muscle, il faut alors voir toute la chaîne musculaire impliquée et traiter le muscle en amont responsable de ce spasme permanent. En marketing, une telle réponse serait irrecevable. Imaginez qu’une entreprise demande un audit pour savoir pourquoi ça ne fonctionne pas et qu’après un bref tour de visite, l’audit annonce: « Ben y’a pas assez de ventes! ». Avec cela, l’entrepreneur sait-il maintenant quoi faire, dans quoi investir, ce qu’il faut corriger, améliorer, supprimer, motiver, etc? Non. Je crois plutôt qu’il a l’impression qu’on s’est fichu de lui. Il y a plusieurs raisons à une douleur d’épaule. La première chose à regarder est en effet les muscles. Il est impératif de savoir quel mouvement ne peut pas se faire. Il trahira le muscle contracté anormalement. Cela est le point de départ. De lui, on peut savoir quel organe pose problème, sans être pour autant pathologique, et donc cela reste totalement invisible pour la médecine (parce que tous les troubles dont peut présenter un corps humain ne sont pas que pathologiques). De ce qu’on trouve, il est possible de suivre le chemin vers l’origine du problème, qui lui, est bien plus intéressant que la douleur pour laquelle vous consultez. Et si ce chemin n’est pas retracé, le problème, sans aucun doute, reviendra. Vous voyez, il manque pas mal d’investigation sur cette épaule. Quant à muscler l’épaule, c’est la rupture tendineuse garantie, surtout s’il n’y a aucune recherche plus poussée sur la cause de cette douleur. Voyez-vous, ça ne sert à rien de muscler un muscle spasmé ou bien qui comporte une déchirure. Cela l’entrainera encore plus dans son problème. Bonjour, je prends pour la première fois du sulfate de magnésium (1 petite cuillère le matin à jeun) depuis 5 jours, pour me préparer à un nettoyage du foie. Depuis que j’ai commencé, j’ai fait 3 insomnies de plusieurs heures sur 5 nuits. pensez-vous qu’il puisse y avoir un lien?je vous remercie pour vos réponses. bin cdlt. Oui, c’est possible. Dans ce cas, le produit est considéré comme nocif pour le corps. S’il y a des diarrhées, baissez la quantité. Sinon, testez une autre forme de magnésium (chlorure de magnésium ou mag2 par exemple). Respectez 6mg/kg/jour. 🙂 Toutefois, pour le nettoyage du foie, je vous conseille plutôt de boire 1 litre de jus de pomme bio (de fabrication artisanale, voyez-vous?), en dehors des repas (c-à-dire 2 heures après et au moins 1/2 heures avant les repas). Il semblerait que l’acide malique qu’il contient ramollit certains calculs. Bonjour, 1 litre de jus de pommes par jour pendant 6 jours…. Cela fait beaucoup de sucre, non? N’y a til pas une alternative au jus de pommes? Car j’aimerai faire cette préparation mais je risque de prendre 3kg en une semaine 😉 Et pour ma part je suis en mode régime. Merci pour votre site et vos précieux articles. pour la cure du foie du dr andreas; il n’est pas nécessaire de faire une semaine de 5 jours d’essai; en tout cas c’est normal que nous n’avons pas sommeil si nous mangeons tard le soir actuellement cela est valable pour beaucoup de gens ainsi que moi-même; j’ai fait cette cure 4 mois de suite l’année dernière et j’en suis ravie; ce n’est pas si amer que cela le chlorure je ne vois pas l utilité du jus de fruit seulement l eau de la bouteille; ainsi que le sulfate;n’oublions pas le but est de nettoyer le corps surtout pas avec le sucre bon courage et vous serez surpris des bienfaits.je ne suis pas d’accord avec les traitements qui dépassent trois jours. Attention! Ne confondez pas le chlorure de magnésium avec le sulfate de magnésium. Dans le curetage du foie ou nettoyage du foie, il s’agit de SULFATE de magnésium. Et ce n’est pas parce que vous en avez retirez un bénéfice personnel qu’il faut le proposer à tout vent, à tout le monde. Il existe aussi des dégâts, des ratés. Il faut assumer après! En cabinet, je ne le propose uniquement lorsque je suis certain de l’indication, après interrogatoire et auscultation précise. Pas avant! J’entame la cure de 20 jours. Question goût, ça passe très bien en comparaison au chlorure de magnésium. Reste à voir les résultats. Oui, c’est moins abject! En effet! Prenez également de la silice en complément (lisez mon article complet sur le magnésium) Michel Dogna parle dans son livre « Prenez votre santé en main « 1 à la page 280 de magnésium et du CHLORURE DE MAGNÉSIUM ainsi que du NIGARI page 283 et non pas du sulfate de magnésium. Effectivement, il préconise, si le goût nous est vraiment pas agréable, de diluer une cuillère à soupe du produit sec dans 1,5 litre d’eau et de le laisser au frigo. Une question: quelle est la « durée de vie » du sulfate de magnésium? comme c’est un sel, y a t-il dététioration du produit dans le temps? merci pour votre retour. Je suis stupéfait que l’on puisse écrire que le Sulfate de Mg a les mêmes propriétés que le Chlorure de Magnésium… Du Sulfate de magnésium, il est toujours utile d’en avoir un peu chez soi. » Ah bon, et pas du MgCl. Vous savez, ce n’est pas parce que Wladislas, qui a l’air d’un garçon très gentil, a écrit un article sur le MgSO4, qu’il doit devenir un guru comme semblent le penser tous ceux qui lui posent des questions avec déférence. (mais la politesse n’est jamais inutile!) Le MgCl et le MgSO n’ont rien à voir l’un avec l’autre. Ils ont tous les 2 des effets très intéressants sur la santé, mais pas les mêmes! Faites vos recherches sur internet… Quant à Kathy Bonan, il me semble qu’elle cherche surtout à vendre son livre… Intéressez-vous plutôt aux écrits du spécialiste du MgCl, le Dr Raul Vergini, et à ceux des pionniers de la question les Drs Neveu et Delbet. (plein de docs sur Internet). La silice? Première nouvelle!… Mais bon, ça vient de sortir… Tout le monde devrait prendre du MgCl tous les jours! Enfants, adultes, vieillards… Et non, pas du MgSO. Je suis toujours stupéfait de voir les gens réclamer l’omniscience à ceux qui osent prendre la plume et partager leurs connaissances. Je suis encore plus surpris qu’on leur reproche tout ce qu’ils n’ont pas dit ou écrit. Vous savez, ce n’est pas parce que Wladislas, qui a l’air d’un garçon très gentil, a écrit un article sur le MgSO4 qu’il doit devenir un guru comme semblent le penser tous ceux qui lui posent des questions avec déférence. MERCI. Si vous pouviez ancrer ça dans la tête des gens, je vous en serai reconnaissant. Je partage ici mes recherches. Et comme toute recherche, il n’y a jamais de fin, mais des remises en question et des corrections perpétuelles. C’est de l’échange que naissent les plus grandes découvertes. Bien évidemment les deux sels n’ont pas les mêmes propriétés. Et oui, si du MgSO est intéressant à avoir à la maison, du MgCl tout autant (peut-être même plus). Pour l’heure, je teste le Chlorumagène… Je suis d’ailleurs en train de préparer un article exclusivement sur le Chlorure de Magnésium. Je corrige l’introduction de cet article pour être plus juste et pas pour effacer une erreur et la cacher. Votre commentaire garde le passage originel. Tant mieux 🙂 Quant à tous ces auteurs, j’ai suivi leurs histoires. C’est passionnant. J’en reparlerais. Merci pour votre intervention 😉 Il semble que le chlorumagene à pour grand intérêt de ne pas faire travailler les reins pr son absorption. Faux. C’est du chlorure de magnésium, le gout en moins. Une fois dans l’estomac, le chlorumagène se transforme en chlorure de magnésium. Faux. C’est du chlorure de magnésium, le gout en moins. Une fois dans l’estomac, ile chlorumagène se transforme en chlorure de magnésium. Bonjour, J’ai fait une cure de sulfate de magnésium pendant 20 jours, je me suis aperçue que ceci a fait totalement disparaître mon mal de dos (j’ai été opérée de deux hernies discales il y a 15 ans et je souffre en permanence depuis des années). Hélas, j’ai terminé ma cure depuis 4 jours et les douleurs sont revenues: peut-on prendre le sulfate de magnesium sur un long terme? Merci de votre réponse. Oui, si vous ajoutez des prises de Silice occasionnellement comme je l’indique dans mon autre article. 🙂 Bonjour sous quelle forme avez vous fait votre cure? Merci. Bonjour, Je vous remercie pour votre réponse du 15 Octobre, j’ai repris le sulfate quotidiennement et ajouté la silice, les jours passant,les douleurs s’atténuent un peu plus chaque jour, aujourd’hui 7ème jour c’est vraiment mieux, je pense que dans un ou deux jours je ne souffrirai plus du tout comme lors de ma précédente cure. Pouvez-vous m’expliquer comment ces douleurs qui résistent à tous les traitements allopathiques et homéopathiques en tous genres, cèdent au sulfate de magnésium en quelques jours. Et pendant combien de temps je peux continuer à en prendre quotidiennement (j’ai peur d’arrêter puisque la douleur revient en 5 jours)? Merci pour tout ce que vous donnez. Le sulfate dilate les canaux excrétoires et améliore du coup la fonction des émonctoires. Le fait que ça revienne après 5 jours montre qu’un des émonctoires ne fonctionne pas correctement et qu’il n’arrive pas à éliminer ses propres déchets. Mettez une bouillotte sur le foie, tous les jours (au moins vingt minutes) pendant 3 semaines. Cela devrait rentrer en ordre. Bonjour, j’ai 41 ans et des douleurs dans les mains, les pieds et curieusement.. l’épaule droite depuis bientôt deux ans. Je souffre d’insomnie depuis autant de temps et suis bien sur tres fatiguée avec tout ca. J’ai donc découvert vos articles et commentaires. J’ai acheté du chlorure de magnésium et Dissolvurol ce matin a la pharmacie. Bien cependant, j’ai bu deux verre de chlorure de M et pris 90 gouttes de Dissolvurol. J’ai du courir aux toilettes …. Pourriez vous me dire comment je dois prendre les deux produits? Tous les jours, ou pas? est ce que l’on doit prendre Dissolvurol tous les jours aussi ou que tout les 15 jours? merci pour vos réponses. Ben… lisez l’article sur le magnésium. Tout y est donné. Je ne peux pas dire plus. Pour son effet relaxant combien doit-on mettre de sels d »epsom dans un bain? Merci de votre réponse. J’ai essayé avec 1/2 kg et ça le fait déjà. Sachez que dans les caissons d’isolation sensorielle, ils mettent 400 kg. C’est énorme. Là, le corps flotte sur l’eau. Mais bon, c’est pas pour le même effet 🙂 Tout d’abord merci d’écrire et de partager toutes ces connaissances. J’ai des calculs dans la vésicule biliaire et je dois me faire opérer, mais j’ai découvert le sulfate de magnésium et je souhaite faire les cures décrites dans le livre d’Andreas Moritz « L’étonnant nettoyage du foie et de la vésicule biliaire », mais voilà j’allaite encore mon bébé et n’ai pas envie de stopper l’allaitement. L’utilisation du sulfate est-il compatible avec l’allaitement? Aidez-moi s’il vous plais je fais des coliques hépatiques régulièrement et c’est atroce…Merci de votre réponse. Bonjour, Le sulfate de magnésium ne nuit pas à l’allaitement. Mais je ne me risquerai pas à faire un nettoyage du foie dans cette période de votre vie. Prenez-en plutôt régulièrement, en dépassant un la dose journalière (lisez mon article sur la magnésium) et appliquez une bouillotte tous les jours sur la région du foie. Vous aurez un résultat sans danger. Le secret est d’être régulier. Je vous conseille même de faire des cataplasmes d’huile de ricin sur le foie. Bonjour, Je vient de voir écrit « ne pas utiliser chez la femme enceinte » sur le paquet de sulfate de magnésium que je viens d’acheter…. je suis un peu dégoûté car j’allaite encore ma fille de 13 mois. Pourquoi est-ce déconseillé durant l’allaitement? Est-ce que cela passe dans le lait? S’il n’y a aucun danger pour mon bébé et sachant que c’est mon deuxième allaitement long (plus d’ 1an) donc je ne suis pas dans une période particulière, mon corps est habitué à l’allaitement, physiquement c’est comme-ci je n’allaitais pas. Est-ce que je peut quand même prendre ce sulfate pour compléter ma mono-diet? Merci d’avance pour votre réponse. Anie. Vous confondez « être enceinte » et allaitement. j’aimerai appliquer cette cure à moi même et mon compagnon toutefois ce dernier a quelques problèmes de santé: un seul rein avec une insuffisance rénale modérée et sous anti- hypertenseur et une hépatite A guérie durant l’enfance sans incidence visible sur son bilan hépatique sanguin. Doit il diminuer la dose, ne pas faire de cure, l’associer à autre chose? Je vous remercie de vos conseils. mon pere avait un terrain a verrues ma soeur et moi nous sommes dans le meme cas (on a des verrues sur le corps elles peuvent etre noir ou blanche j’en ai une sur la langue qui ressemble a un gros bouton rose je l’ai depuis toute petite que me manque t’il merci pour votre reponse. Désolé, je n’en ai aucune idée 🙁 J’ai commencé une cure de Chlorure de magnésium NIGARI car j’ai des soucis digestifs…digestion un peu difficile, mais surtout douleurs au niveau du foie avec sensation de chaleur et constipation…douleurs au niveau des cotes, coté droit….sensation de brûlure sur la langue et salive gluante parfois…..et aussi humeur dépressive, avec une angoisse de la mort….la mienne et celle de mes proches;… La prise pendant 10 jours d’une c. à café de nigari la matin à jeun m’a provoqué une diarrhée…jusque là rien qui me tracasse….Mais depuis, j’ai des douleurs au niveau des reins….et la sensation d’être assoiffée: maux de tête et gorge sèche….et la douleur au niveau du foie perdure…. Fais-je une mauvaise réaction au nigari ou est-ce normal d’avoir cette sensation après ma vidange!! (diarrhées). Je voudrai aussi tenter une cure du foie (celle du Dr CLARK)….mais dans ces conditions j’hésite un peu, j’ai peur des effets secondaires. Pouvez-vous me donner votre avis. Cordialement. Il semble que vous ne tolérez pas cette forme de magnésium. Même si le Nigari est réputé naturel, ce n’est pas garant qu’on le supporte! À vrai dire, je suis perplexe sur certains produits marins comme l’enrobage des gélules faites à partir de gélatine de cartilages de poisson d’élevage. Je pense que c’est dû à la pollution croissante des eaux ou la manière non naturelle de nourrir les poissons. Je ne sais pas. En tout cas, les effets sur l’organisme sont néfastes. Testez avec un autre produit. De plus, votre réaction révèle un problème de foie et de rein du même côté, sans pour autant permettre de savoir quel organe perturbe son voisin. Avant de vouloir entamer un curetage, faites une échographie pour avoir un état des lieux. Ensuite, je vous recommande de désencombrer le foie d’une manière plus douce pour commencer (des cataplasmes d’huile de ricin par exemple, associé à des tisanes comme le bouillon blanc, pourquoi pas?). Attention la cure du Dr Clarck dans votre cas. Merci pour votre réponse très rapide! Je vais suivre vos conseils…ricin + bouillon blanc…J’ai fait une échographie du foie, il y a deux ans….cela fait un moment que j’ai ce genre de douleurs….il n’y avait rien: la piste retenue est donc le stress…. Il est vrai que je me remets mal du décès de mon père il y a trois ans, et que j’ai un travail où je ne suis pas satisfaite de ma place….mais, j’ai aussi l’impression que ce n’est pas aussi simple que cela….Alors, je cherche….comme aller mieux…comme tout le monde….. Non, ça ne veut pas dire qu’il y a rien! L’échographie montre qu’il n’y a aucune pathologie, mais il peut y avoir plein d’autres choses. Le problème, c’est qu’on croit que ce genre d’examen prévaut la clinique. C’est absolument faux. Il faut tester les organes manuellement. Évidemment, la mémoire émotionnelle est prépondérante ici. Faites-vous aider. Je ne comprends pas en fait vos conseils… »Il faut tester manuellement les organes.. »….Que voulez vous dire, vous parlez d’ostéopathie. et par « faîtes vous aider »…Je ne sais pas par qui…Que me conseillez-vous?? Je fais de la sophrologie…est-ce ce dont vous voulez parler. Merci encore pour vos conseils. Bonsoir, je ne lis votre commentaire que maintenant, mais je me permets d’y répondre puisque vous parliez de problèmes qui perdurent depuis 3 ans, peut etre bientot 4… J’ai eu aussi ces problèmes de peur de la mort (en dormant plus précisément, donc je m’empêchais de dormir) à la suit de la mort de mon père qui est mort pendant son sommeil… cette anxiété peut facilement sommatiser et créer toute sortes de problèmes. pour ma part, je suis allée voir une sophrologue pratiquant l’EMDR. Je n’ai eu le temps de ne faire qu’une séance mais elle a bien enrayé le problème (travail sur un traumatisme de l’inconscient). Cela fait 5 ans et je ne peux pas dire que je n’ai plus peur de la mort (j’aime bien trop la vie!) mais ce n’est plus un problème aujourd’hui. Renseignez vous sur cette technique et si possible sur le practicien. Si vous n’avait pas un bon premier contact, changez-en. En espérant vous avoir été utile. Bien à vous. Bonjour, après avoir passer une échographie abdominal pour des douleurs au ventre du à une intoxication alimentaire, il s’avère que j’ai des micros calculs dans la vésicule apparemment rien de grave d’après mon médecin et mes analyses de sang sont très bonnes donc je suis rassurée mais j’ai peur que les micros cailloux grossissent; je fais 3 cures dans l’année de dissolvurol 120 gouttes par jour pendant 15 jours; y’a t’il un lien avec la formation des lithiases biliaires, merci de me répondre. Aucun lien. Il n’est même pas certain que ce soit ce qu’ils ont trouvé qui vous donne ces douleurs… Ils observent des micro-calculs. Soit! Mais ce n’est qu’une observation. Ont-ils palpé, testé, etc.? Votre site m’ouvre des perspectives liberarices (insomnies, constipation, hernie discale) Je vais m’y ruer gentiment -;) Merci d’exister! Bonsoir, Vos articles et les partages de chacun sont toujours très intéressants. J’ai la vésicule atrophiée mais sans calcul selon l’écho… et je suis une constipée chronique malgré des repas aux légumes verts. Pour le partage, en 2012, j’ai fait la cure Breuss durant 21 jours et lorsque j’ai repris les repas, j’allais aux toilettes trois fois par jour. Malheureusement cela n’aura duré que 6 semaines. Durant cette cure j’avais une énergie incomparable. J’ai alors compris que mon système digestif a de gros problèmes. J’aimerais faire la cure de sulfate de magnésium. Pensez-vous que cela est possible avec une vésicule atrophiée? Merci pour votre réponse. Cordialement. Nicole. Il vaudrait mieux répondre au pourquoi elle est atrophiée. Personnellement, je ferai des cataplasmes d’huile de ricin. Bonjour et merci! Elle est atrophiée pour de multiples raisons dont peut-être le jeûne, elle ne l’était pas six mois avant et j’ai lu sur certains articles que le jeûne n’est pas l’idéal pour la vésicule. Si nous analysons cela a un niveau psychologique, nous pouvons dire que les problèmes sur les organes digestifs pourraient provenir de ce que nous n’avons pas digéré. Le nettoyage se fait au fur et à mesure mais il n’est jamais certain. Le Sage et Eveillé Jiddu Krishnamurty est mort d’un cancer du pancréas. On ne peut pas dire qu’il n’a pas travaillé sur lui mais les causes sont peut-être si lointaines (karma?) qu’il est peut-être impossible de tout nettoyer dans une seule vie. Concernant l’huile de ricin, je l’achète sur Aroma-zone mais il est dans une bouteille plastique donc avec une dose de bisphénol… D’un côté nous faisons tout pour nous soigner mais nous sommes aussi les cobayes d’industriels affamés. Si une personne a une adresse pour l’achat d’huile de ricin dans une bouteille en verre, je suis preneuse. Belle journée. Nicole. Ceci est la raison physique. C’est pourquoi l’huile de ricin marchera. Même si en pharmacie on la trouve en bouteille, étrangement, elle a perdu toutes ses vertus. Je préfère encore la version plastique, au moins, elle agit. Pour l’aspect mémorielle, de telles généralisations n’aident pas. Comme d’habitude, notre première intention reste intellectuelle. Nous cherchons à comprendre pourquoi. Ce n’est guère fructueux, ou alors, il faut un effort herculéen, disproportionné par rapport à l’aide que cela engendre. En fait, vos viscères ne réagissent pas à l’intellect, mais aux émotions. Si toutefois, vous voulez comprendre la vésicule biliaire ici, il existe plusieurs pistes: se protéger d’un monde ressenti comme venimeux et trouver un maître dont je puisse suivre l’enseignement sans m’égarer. Voyez-vous, la vésicule biliaire, c’est le choix. En la sclérosant, je m’évite de faire des choix. Sans doute certains ont été mauvais par le passé. En même temps, je me coupe de l’amour. Cela dénote une relation sentimentale abusée et très mal vécue. Mais cela ne reste que des pistes, sans doute, votre vésicule biliaire aurait autre chose à dire. C’est pourquoi une approche sensorielle, comme le focusing, est plus juste. La personne retrouve elle même le chemin entre la maladie et son origine émotionnelle. Il n’y a plus d’interprétation. Wladislas, « généralité, intention intellectuel » mon message a t’-il était compris? J’en doute. Vous me dîtes « Il vaudrait mieux répondre au pourquoi elle est atrophiée ». J’ai répondu au pourquoi qui est dans votre réponse ». Pour cela je fais intervenir ma pensée. La personne qui généralise écrit-elle « pourrait provenir » ou « peut-être »? Dans ma réponde j’écris « pourrait provenir ce que nous n’avons pas digéré », sur le plan psychologique, cela conduit à tous vos commentaires qui sont entre Être et Faire. Cependant, je mets toujours des « peut-être » parce que les certitudes sont soûlantes. J’ai pratiqué le focusing grâce à la méthode complémentaire Feldenkrais. Je suis actuellement les cours de Mindfulness. Toutes ces méthodes bien pratiquées sont parfaites pour moi, elles permettent d’élargir la conscience et ne plus conduire en « pilotage automatique ». Lorsque je demande une adresse d’huile de ricin dans une bouteille en verre, je pense à une huile de ricin saine. Donc, si une personne a une adresse, je suis preneuse. Je continue ma recherche et si je trouve, je viendrai la communiquer. Cool 🙂 Joli parcours. Faites-le sur la vésicule biliaire. Sans doute n’est-ce pas votre histoire, mais plus haut dans la généalogie. Pour l’huile de ricin, le Centre Edgar Cayce en Amérique en vend, mais je ne sais pas s’ils l’expédient en France. Wladislas, « généralité, intention intellectuel » mon message a t’-il était compris? J’en doute. Vous me dîtes « Il vaudrait mieux répondre au pourquoi elle est atrophiée ». J’ai répondu au pourquoi qui est dans votre réponse ». Pour cela je fais intervenir ma pensée. La personne qui généralise écrit-elle « pourrait provenir » ou « peut-être »? Dans ma réponde j’écris « pourrait provenir ce que nous n’avons pas digéré », sur le plan psychologique, cela conduit à tous vos commentaires qui sont entre Être et Faire. Cependant, je mets toujours des « peut-être » parce que les certitudes sont soûlantes. On s’est mal compris. C’est la phrase « ne pas avoir digéré » qui est trop vaste, il faut être plus précis. 😉 Oui, vous avez raison je n’ai pas été assez précise pensant que c’était évident. Votre réponse va au coeur. Elle apporte des précisions qui sont une source lumineuse qui m’éclaire. Oui, toutes ces méthodes sont exceptionnelles, je le reconnais, il faut que j’insiste avec le focusing et l’huile de ricin. Je fais également de la visualisation créatrice avec affirmations, cela me donne de l’énergie. Aidez-vous de la visualisation comme tremplin à la communication cellulaire. Faites-vous petite, placez-vous en face de la vésicule biliaire et invitez-la à vous dire ce qui ne va pas. Il est impératif de se mettre à sa hauteur, à son niveau, sinon ça ne marche pas. Croyez-moi, ce n’est pas difficile du tout. Pour la piste, si c’est le cas, faites le deuil du premier amour. Et si c’est celui de la mère, prenez la responsabilité et faites-le à sa place. Bonjour vous parlez de faire le deuil du premier amour dans l une de vos conversations. Je subi il y a 30 ans une opération pour hernie hiatale et sténose du pylore je suis constamment constipée et je n arrive pas à éliminer pourtant je mange peu. Je viens d acheter du sulfate de magnesium en vue de faire un nettoyage de l intestin puis de faire la cure du foie par la suite nettoyage au jus de pomme. J ai fait une radio dernièrement et j ai vu que j avais encore des agraphes au niveau de l estomac. Bizarre! Bref j en reviens au premier amour, je suis mariée j ai des enfants et je rêve constamment de mon premier amour, vous parlez plus haut de rapport avec la vésicule biliaire. Merci d avance de votre réponse cdt. Quelle est votre question? Merci infiniment, c’est bien cela! Connaître son histoire est une chose mais tant qu’il n’y a pas une personne comme vous, pour mettre la lumière là où il faut, il est difficile de s’en sortir malgré toutes les démarches. Il est vrai qu’un développement personnel avec une psychologue, m’a mis dans l’esprit qu’il est impossible de faire le deuil de ce qui n’a pas existé… Pour le mental, c’est logique mais depuis que je développe l’écoute du corps, je sais que cette affirmation a moins de poids. Le corps est magique, exceptionnel. J’espère pouvoir y arriver. Je vais faire ce que vous dîtes, comme vous le dîtes. Une autre expérience exceptionnelle a été 5 jours de pleine Conscience. Les résultats m’ont scotché même si l’effet n’a pas vraiment duré, il est quand même en mémoire. Lorsque je me suis retrouvée devant ma mère, je me suis surprise dans une compassion sans limite, un beau voyage… Ce qui est pensé existe… dans le mental. On peut donc en faire le deuil, de la même manière qu’on le ferait pour qlq’un de réel. De toute manière, le deuil se fait dans la tête. On utilise juste un support physique pour impressionner l’inconscient. Pour savoir comment faire, lisez les commentaires d’un de mes articles sur mon autre blog. Je reviens de votre autre blog, j’ai lu le premier article, vos expériences sont passionnantes et précieuses, bravo! Au fur et à mesure je lirai tous les articles. J’irai également sur le troisième blog, ce que vous écrivez me parle. Merci de tous vos partages, quelles énergies pour faire tout cela! Merci. J’aimerai faire plus, mais je n’en ai pas le temps. Si j’avais le courage, je vous dévoilerai bien plus de choses, mais je reste discret. 🙂 Ok, attendons le jour où vous serez intrépide (?) et bavard (?) pour que vous leviez les voiles, rire. Vous faîtes déjà beaucoup et vous me motivez à revoir le focusing mais ce mental parasite… Je continue dans mon exploration et si je ressens une amélioration, (c’est une attente, « pas bon »…), j’en parlerai. Douce journée. C’est bien dit 🙂 Il s’avère qu’en France, on ne peut pas toujours dire ce qu’on pense… Je comprends mieux. Ainsi la France vous permet de garder quelques secrets, sourire. C’est dommage lorsqu’il s’agit de la santé. Est-il possible de faire le deuil par focusing d’une mort symbolique (noyade)et d’un abandon symbolique(mère) les deux vécus le même jour? Oui. Dès l’instant où vous revivez dans votre corps les sensations perçues à ce moment, vous en serez (en majeure partie) libérée. J’avoue que ce n’est pas la méthode la plus directe. Optez pour une autre. L’idée est d’impressionner votre inconscient. Après tout, on veut modifier non pas le passée, mais la mémoire que l’on a de ce passée (et ses répercussions biologiques). Faites un acte symbolique. Quelque chose de peu banal, suffisamment inhabituel pour que cela marque l’esprit. Faites le deuil du noyé, par exemple. Pour l’autre, attachez une ficelle à votre poignet, et à l’autre bout à une étiquette inscrit « maman » dessus. Comme ça elle ne vous quittera plus. C’est juste histoire de marquer votre cerveau… Je ne sais si mon inconscient va être impressionné mais votre méthode est impressionnante et votre imagination débordante. J’apprends, c’est vraiment intéressant, un grand merci pour ce partage. Peut-être organisez-vous des stages, vous avez tant à communiquer? Et puis durant un stage, il est possible de dire ce qu’on pense… Belle soirée. J’ai lu avec grand intérêt votre article. J’ai 39 ans je souffre d’endométriose depuis l’âge de 18 ans et ai été opérée en décembre 2009 pour une endométriose stade 4, endométriose infiltrante digestive: atteinte du rectum. Point peut-être important aussi: j’ai eu une très grosse infection fin août 2009: salpingite puis abcès pelvien avec infection dans tout le ventre dont apendicite (apendice enlevée lors d’une intervention chirurgicale en septembre 2009). A l’issue de mon opération de décembre 2009 j’ai ressenti une douleur dans la fosse iliaque gauche comme quelque chose qui « tire »: en levant la cuisse gauche (que je ne pouvais pas lever sans m’aider de mes bras) donc douleurs en marchant ou douleurs si intestin trop bouché (je suis constipée depuis cette opération). J’ai eu une atteinte nerveuse lors de cette opération: zone en haut de la cuisse gauche à l’extérieur (vers la hanche disons) sans sensibilité (je n’avais même pas la chaire de poule dans cette zone) et au contraire grosses douleurs d’hypersensibilité au niveau du pubis gauche et du devant de la cuisse gauche jusqu’au genou gauche (même une simple plume passée sur la peau me faisait très mal). Bref, cette atteinte nerveuse s’est nettement améliorée (un peu plus de sensibilité où il n’y en avait pas et presque une sensibilité « normale » là où ça faisait très mal). En revanche j’ai toujours cette sensation de quelque chose qui tire si intestin bouché ou si je marche longtemps (randonnée que je ne fais plus du coup). En octobre 2013 j’ai eu de très fortes douleurs dans le ventre avec énorme constipation, verdict après moult examens: récidive endométriose un peu digestive mais surtout un très gros kyste de 9cm à l’ovaire gauche (+ kyste plut petit à l’ovaire droit, + « hydro ou pyo ou hémato » (selon examens) salpinx gauche + adénomyose avec un utérus complètement latéro dévié à droite + rectum qui semble collé à l’utérus avec nouvelle petite atteinte d’endométriose). Le chirurgien veut bien sûr m’opérer mais étant donné les « dégâts » de la première opération je ne suis pas très partante… J’essaye donc depuis octobre de me soigner par diverses méthodes (suppression des sucres qui génèrent des douleurs instantanément, régime alcalinisant avec un maximum de légumes crus, diverses plantes, probiotiques, chlorophylle, vitamines, curcuma, bains dérivatifs, lavements café etc). J’ai tenté le chlorure de magnésium mais ça m’a provoqué des douleurs aiguës dans la fosse iliaque gauche à chaque tentative donc je n’ai pas insisté. J’ai fait des essais avec le sulfate de magnésium: la première fois j’ai pris 15gr de sulfate de magnésium un soir + 15gr le lendemain ça c’est bien passé (pas de douleurs, à peine un léger ressenti dans cette fosse iliaque gauche) et j’ai ressenti comme une petite « purge du foie ». J’étais donc heureuse et emballée: je pouvais donc tenter la cure du foie/vésicule biliaire. Je viens de refaire un essai une semaine après avec seulement 5gr de sulfate de magnésium un matin et 5gr le soir: et là catastrophe je me suis réveillée en pleine nuit avec ces mêmes douleurs dans la fosse iliaque gauche… Je ne sais plus quoi faire et quoi en penser: ces douleurs sont-elles le signe que je ne dois pas prendre de magnésium? (en tous les cas pas de chlorure ou sulfate de magnésium, auquel cas la cure du foie me semble malheureusement compromise). Ces douleurs pourraient-elles être « bon signe » le signe de quelque chose qui agit. Je dirais que cette douleur c’est comme quelque chose qui « tire » et qui « pique » un peu comme quand on désinfecte une plaie c’est pourquoi je me demande si cette douleur est mauvaise (excitation, irritation) ou bon signe (comme une désinfection)? Par ailleurs le magnésium pris en cachet (magnésium marin oxyde et stéarate de magnésium+potassium) ne semble pas me provoquer de douleurs. J’avoue que je suis perdue concernant ces douleurs induites par le sulfate de magnésium alors que je souhaitais vraiment faire cette cure du foie, je pense en effet en avoir grand besoin. Pourriez-vous m’apporter une réponse? Merci. P.S. j’ai été interloquée par l’un de vos commentaires apporté à une autre personne concernant une « infection dont la personne ne se serait pas remise ». Lors de ma grosse infection en septembre 2009 on m’a fait une piqûre d’anti-inflammatoire dans la fesse droite après quoi j’ai ressenti une forte douleur dans la hanche droite pendant plus de 6 mois (je me suis toujours demandée si c’était lié à cette piqûre )… Heureusement cette douleur dans la hanche a fini par disparaître. En revanche j’ai eu des douleurs quelques mois après mes deux opérations aux deux gros orteils: le droit ne m’a pas fait souffrir très longtemps (quelques mois) mais le gauche me fait toujours souffrir (verdict médical: « arthrose » de l’orteil gauche « pour quelqu’un de votre âge c’est surprenant… » Voilà ce qu’a dit la podologue). Croyez-vous que ça puisse être lié à cette infection dont je ne me suis peut-être toujours pas remise? Les traitements ne marchent pas et les résultats semblent insensés parce que vous êtes très loin de la cause. Il s’agit d’adhérences qui, telle de la glu, enveloppent et emprisonnent les viscères (le sigmoïde et le rectum ici). Aucune des substances que vous avez prises n’agit dessus. Vous avez essayé de faire un lien entre ce que vous avez ingéré et la douleur, mais en fait il n’y en a pas. L’endométriose provoque des adhérences parce que le sang a tendance à coaguler lorsqu’il n’est pas réabsorbé rapidement. Si l’endométriose est sévère, c’est certain qu’il y aura des adhérences. De même, sur un terrain fragile comme celui-ci, il y a toutes les chances que la chirurgie en engendrera également de nouvelles. Allez voir un ostéopathe (on apprend la technique en première année d’ostéopathie) et commencez des cataplasmes d’huile de ricin sur le bas ventre, régulièrement. L’endométriose, elle, n’est pas chirurgicale. La chirurgie peut aider, mais ne traite pas ce genre de maladie. Le reste, il se règlera en soulageant ces adhérences. Merci infiniment pour votre réponse et désolée pour la longueur de mon message précédent, je voulais être précise et claire et malheureusement je crois ne pas y être parvenue.! En fait j’avais testé le chlorure de magénsium pas contre l’endométriose mais pour tenter de trouver une solution à ma constipation (eu égard à l’importance de la santé intestinale et aux dangers de la constipation) étant donné aussi que ce produit était censé être bon pour plein de choses… Concernant le sulfate de magnésium je l’ai testé pour voir si je pouvais faire la cure du foie/vésicule. J’ai pensé en effet tout de suite à une adhérence mais cette douleur dans la fosse iliaque (ça « tirait ») est venue si vite après l’opération que je n’imaginais pas qu’une adhérence pouvait se former aussi vite. Enfin ça m’interrogeai disons. Je pense très sincèrement que les deux produits mentionnés m’ont bien provoqué les dites douleurs assez spécifiques (en plus de « tirer » ça « pique »). Avant d’absorber ces deux magnésium je n’avais en effet plus de douleurs depuis un certain temps. J’ai essayé le chlorure de magnésium 2 fois (à plusieurs jours d’intervalle) et 2 fois j’ai eu des douleurs quelques heures après (le lendemain ou pendant la nuit). Le sulfate de magnésium: la 1ère fois ok, la deuxième fois: douleurs. Concernant les ostéopathes j’en ai consulté au moins 3 (sans parler d’un certain nombre d’autres approches, thérapeutes). L’un, pourtant de bonne renommée dans la région, m’a dit qu’il ne pouvait sincèrement rien pour moi/endométriose, un autre m’a défait une adhérence un jour en consultation, enfin c’est ce qu’il m’a dit, mais soit qu’elle est revenue soit qu’elle n’était pas partie, le fait est que le problème était toujours là ou est revenu, le troisième récemment m’a traitée en vue de nettoyer mes mémoires cellulaires (généalogiques etc) (avec homéopathie que je prends encore pendant quelques semaines)… Bref, je m’en vais donc tester les cataplasmes d’huile de ricin et vous remercie infiniment pour votre attention et votre patience. Pour info, je viens de découvrir depuis peu les lavements au café: 1 par jour depuis 3 ou 4 jours. Ca a l’air vraiment efficace pour enlever les douleurs (j’ai pu tester l’effet sur la douleur, notamment ce matin après m’être réveillée en pleine nuit en ayant très mal suite à la 2ème prise du sulfate de magnésium). Pendant le lavement j’ai ressenti comme un pic anesthésiant (où non seulement on n’a plus mal mais on ne sent carrément plus rien). Je vous remercie encore et vous souhaite une excellentissime soirée. Croyez-moi, c’est bien une adhérence. A chaque fois que vous mobilisez le gros intestin par le magnésium, une douleur vous tiraille dans le bas-ventre. Vous savez, un gros intestin, ça bouge pas mal dans le ventre, et ça doit pouvoir bouger. Quant aux thérapeutes, je ne les connais pas. Je ne sais pas commet ils travaillent. En tout cas, l’endométriose est bien une adaptation cellulaire à une mémoire. J’en conclue que le dernier thérapeute n’a pas visé au bon endroit. Mais bon, c’est pas évident de trouver l’origine « émotionnelle ». Posez les mains sur les cicatrices et parlez à vos cellules, mentalement, sincèrement, avec bienveillance, comme s’il s’agissait de vos propres enfants. Dites leur qu’il n’y aura pas d’autres opérations et qu’elles peuvent être rassurée et tranquilles. « Tout va bien 🙂 ». Bonsoir, Toujour dans ma p’tite quête du bien être de mon époux, est-ce que le sulfate ne serait pas plus approprié pour le ttt de l’hypertension? Vit C+sulfate+arginine? Le sulfate par rapport à quoi? Attention aussi à la prise entre le magnésium et autre chose. Elle ne doit pas être rapprochée. Bonsoir, toutes mes commandes sont en cours de cheminement, dissolvurol goutte et même en gel aussi ( Pas résisté à la tentation), mon mari souffrant d’une hernie depuis deux ans, j’me suis dis pourquoi pas! Magnésium conseillé par vos soins, vitamine C….. Bref, mes cures ne faisant plus effet j’ai hâte de commencer ce nouveau protocole. Bonjour, je viens a vous pour une question, je suis quelqu’un de très stresser aujourd’hui a 26 ans j’aurais voulu prendre un sachet de sulfate de magnésium pour vider mes intestins mais j’ai peur du résultat en sachant qu’à l’âge de 18 ans je me suis fais enlever la vésicule car j’avais un énorme calcule de la taille d’une bille! Merci. Un sachet de combien de grammes? Faites 1 cuillère à café trois fois par jour avant d’aller plus loin. Vous serez aux toilettes le lendemain. Bonjour Je suis agé de 53 ans,j’ai de la graisse sur le foie et deux polypes( 9mm et 6mm) a la vesicule biliaire.est ce que vous penser q’ une cure de lavage hepatique de andreas moritz peut etre utile. Meri. Oui, mais en suivant scrupuleusement ses recommandations (jus de pomme avant le nettoyage). Je ne le conseille pas à tout le monde. Cela dépend du niveau d’encrassement des tissus. vous ne « conseillez pas à tout le monde le nettoyage de foie d’Andreas Moritz, cela dépend du niveau d’encrassement des tissus. » Est-ce que vous pouvez développer un peu plus svp? Ce sujet m’intéresse beaucoup donc j’ai lu énormément de commentaires de gens sur différents sites. Apparemment une bonne partiede ces personnes avaient des symptômes plutôt lourds mais aucun d’entre eux n’a eu l’air de souffrir d’effets secondaires, à part des nausées ou vomissements pendant le nettoyage, cependant quelques heures plus tard ils se sentaient dans une forme olympique qu’ils n’avaient plus connue depuis des années. D’où mon intérêt pour cette méthode de nettoyage du foie, j’ai de plus en plus envie d’essayer, mais avant tout je m’informe et me prépare. D’ailleurs je vais commencer par une cuillère à café de sulfate de magnésium chaque matin à jeun pendant trois semaines. 😉 Il est nécessaire de palper le foie et la vésicule biliaire auparavant. Si le premier est congestif ET dur, et que l’ensemble de l’organisme est très intoxiqué, ce qui se traduit par une fatigue et une peau sensible, alors il faut d’abord le soulager avant de l’essorer par ce type de manoeuvre. Si la vésicule biliaire contient des calculs denses, mieux vaut vérifier à l’échographie, de peur qu’ils ne migrent et entrainent des complications. J’ai un cas qui a atterri aux urgences et qui a du se faire enlever la vésicule biliaire en urgence suite au nettoyage du foie. Tout le monde ne le supporte pas d’emblée. Quand à faire croire qu’il s’agit de calculs biliaires, c’est faux. Mais ceci n’enlève pas pour autant son efficacité. Seule l’interprétation est erronée. Les sujets sensibles du foie ne doivent pas faire le nettoyage indiqué en première intention. D’abord le purifier par des moyens phytothérapeutiques comme la molène, la rhodiola, le desmodium, etc. Parfois aussi, utiliser le choléodoron. Tout dépend où se trouve le problème. Effectivement j’ai lu un commentaire sur le site http://www.agirsante.fr, une femme qui disait que son mari avait essayé de faire le nettoyage du foie d’Andreas Moritz parce qu’il avait des calculs dans la vésicule, c’était douloureux et il voulait éviter l’ablation. Ca l’a soulagé dans un premier temps, les douleurs sont parties mais sont revenues quelques temps après et finalement il a du se faire opérer, pas le choix sa vésicule était trop endommagée. Mon père (octogénaire) a passé quelques jours en clinique parce qu’il avait une très mauvaise digestion. Les médecins lui ont dit qu’il n’ont rien vu à l’échographie. Résultat: mon père est devenu jaune un mois plus tard et s’est fait retirer la vésicule à cause de 2 énormes calculs biliaires. Pas terrible le premier diagnostic des médecins… Est-ce que serait plutôt la rhodiola que la radiola? je n’ai rien trouvé sur internet à part la marque de télé et radio! 😀 Il y a quelques mois j’ai fait plusieurs cures de tisanes de racines de pissenlit, j’ai aussi changé mon alimentation depuis plus d’un an, j’ai bien avancé, je me sens maintenant prêt à attaquer un nettoyage de foie. Par contre pour ma femme je pense qu’il faut y aller plus doucement, elle n’a pas trop avancé et ses symptômes sont maintenant pires que les miens. Je vais lui conseiller la rhodiole ou le desmodium (ou les deux) qui ont l’air d’avoir des propriétés très intéressantes, merci pour le tuyau 🙂 Oui, pardon, c’est bien du Rhodiola (je retiens le produit grâce à la marque Radiola). Je vais également corriger dans mon commentaire précédent. Dans ces cas délicats, mieux vaut faire une série de cataplasme d’huile de ricin en regard de la vésicule biliaire. Pour le site que vous citez, l’auteur est trop enthousiaste. Il peut inciter les personnes à le faire un peu trop rapidement, sans précaution. Faire autant de nettoyages d’affilé n’est pas sain. C’est un comportement addictif. On a fait dire également à la technique qu’elle entrainait l’expulsion de calculs biliaires. Pauvre organe, il ne peut en aucun cas avoir fabriqué autant de pierres. Je réponds ici à votre commentaire parce que pour une raison inconnue il m’est impossible de cliquer sur le bouton « répondre » de vos deux derniers commentaires. « Faire autant de nettoyages d’affilé n’est pas sain » Combien faudrait-il en faire et à quelle fréquence? « On a fait dire également à la technique qu’elle entrainait l’expulsion de calculs biliaires. Pauvre organe, il ne peut en aucun cas avoir fabriqué autant de pierres. » J’ai lu que ce sont plutôt des boules de cholestérol, de la bile solidifiée. D’où viennent-elles si elles ne viennent pas du foie? (Pour le coup de Radiola pas de problème, je comprends, votre père était vendeur de télévision. ) 😉 Je viens de voir l’avis de Thierry Casasnovas au sujet de la cure de foie d’Andreas Moritz, ça me conforte dans le choix de ne pas l’avoir essayée: Bonjour et merci pour toute cette mine d’informations. Est ce que prendre des grandes doses de sulfate de magnésium, équivalentes à celles prescrites par le Dr Clark, peut provoquer des problèmes rénaux? oui. C’est pour cela que feu Dr Clack insistait pour nettoyer d’abord le colon et ensuite les reins avant de faire cette cure. La cure n’est pas faite pour tout le monde. Si elle apporte des bienfaits, il y a des inconvénients. Bonjour, en voulant faire une cure de chlorure de magne sium (nigari) je me suis tromper dans le dosage et en une prise 20g de nigari pur un verre d’eau au lieu d’un litre.J’ai alors fait un drainage avec une plante durétique le piloselle sur quasi 1 mois et demi mais je n’arrive toujours pas a éliminer pendant la cure j’ai fait des application de cataplasme d’argile serai- l’argile qui capte le chlorure? ( urine foncée et sale) merci pour votre éclaircissement. J’ai tellement draine que je suis en carence ( escarres sous les pieds augmentation d’une mycose fatigue. Merci de m’aider.j ai pourtant encore un exces de sel peut-être l’argile interfere avec le sel. C’est un peu beaucoup, mais j’ai déjà fait pire. Il faut en effet être prudent. Mais par quels signes savez vous que vous en avez trop dans l’organisme? Comment évaluez-vous l’excès? Ensuite attention à vouloir drainer. Chez certaines personnes, le besoin de se nettoyer peut être maladif. Les gens usent de laxatifs et de médicaments en tout genre, frisant la dénutrition cellulaire à la longue. Attention! Revenez à la juste mesure. Es bon pour hépatite merci,,le sulfatage de vmagnesium? Ainsi que pour lemocromatose/fer/de/les organes/? Merci pour votre reponse. Désolé, je ne comprends pas votre message. Bonjour et merci pour ces précieuses informations. Je suis tombée sur votre site en lançant une recherche pour un nettoyage du foie. Je sais que mon foie va mal et ce depuis que j’ai pris du roaccutane pendant 8 mois (40mg) il y a de ça 5 ans. Depuis mon acné (qui date de 15 années) n’a pas disparu et ma peau est devenue très sèche et déshydratée avec toujours des comédons partout. J’ai une très bonne hygiène de vie (jamais alcool ni tabac, nourriture bio, pas de lait pas de gluten, etc) mais bref ce n’est jamais passé. J’ai l’impression (et j’ai lu beaucoup de forums sur les effets secondaires du roaccutane) que le médicament est toujours dans mon foie et empeche mes glandes sébacées de fonctionner normalement et donc d’hydrater ma peau (le sébum se bloque dans les glandes atrophiées par le médicament, et crée des boutons, du moins c’est ma théorie, en ce qui concerne mon expérience et mes recherches…) Désolée pour ce topo, là où je voulais en venir, c’est de savoir si de prendre du sulfate de magnesium comme vous le préconisez pourrait avoir un effet bénéfique sur mon foie (et indirectement sur ma peau qui est elle aussi un émonctoire)? J’ai lu sur d’autres sites un nettoyage du foie avec du sulfate de magnésium mais aussi du pamplemousse et de l’huile d’olive (à faire en une fois): qu’en pensez-vous? De plus, j’ai lu dans les commentaires que vous préconisiez de mettre une bouillotte sur le foie, pourquoi? et où placer la bouillotte désolée je ne vois pas trop où serait mon foie, à droite oui mais en dessous ou au dessus ou sur la poitrine? merci, j’espère que vous pourrez m’aider 🙂 L’idéal est de placer de manière régulière (quotidiennement et sur 2-3 mois, pendant au moins 40 minutes) une chaleur humide sur le foie, au niveau des côtes (la partie basse du thorax) à droite. Quelle est la différence entre la chaleur sèche et la chaleur humide? La chaleur sèche reste superficielle. La chaleur humide est pénétrante. Elle sert à ramollir les déchets et à dilater les vaisseaux sanguins en profondeur, donc à générer une meilleure circulation. Le meilleur dépolluant pour le foie reste en effet le magnésium, mais pas sous la forme de sulfate, dont le rôle premier est de dilater les canaux, mais le chlorure de magnésium. Cependant la voie buccale est moins intéressante que la voie rectale, à moins de l’associer à du citron. Donc prendre du chlorure de magnésium dans de l’eau et du citron par petite cuillerée (une demi cuillerée 3x/jour), associé à la bouillotte sur un linge humide sur le foie. Ce n’est qu’au terme de tout cela (2 ou 3 mois) que vous pourrez envisager le nettoyage du foie tel que décrit par feu Dr Clark. Merci beaucoup je viens de parcourir les différents messages et vos réponses vivantes, directes mais expérimentées et surtout j’aime la lecture que vous faîtes des maux et mots qui arrivent das les messages! Il y a quelques jours j’ai lu et imprimé la liste des ingrédients et le protocole du nettoyage de la V.B et du foie(Morizt) aussi je suis contente de lire ce que vous en dîtes! Mais les informations m’arrivent dans l’ordre donc je suis bien concernée par V.B et/ou foie. Je viens d’avoir des douleurs sous costales à droite insomnies et diarrhées déjà plus de 8 jours! Je suis allée voir mon médecin: prescription pour analyses de sang complètes concernant foie et V.B et rein … Tout est normal donc prochaine étape: échographie! Mais je n’ai pas chômée je ne souhaite pas me faire opérer: j’ai commencé une cure de radis noir en ampoule et je me masse le soir, le ventre avec H.E de basilic! J’ai l’intention après résultats de l’écho de faire 6 jours de jus de pomme bio!mais je vais surseoir au nettoyage du foie et vésicule… Cependant, j’ai l’intention de rajouter bouillotte chaude le soir! en mme temps j’ai commencé les douleurs le jour de l’anniversaire de ma mère 91 ans que j’ai toujours aimé mais qui a fait beaucoup de mal à l’enfant que j’étais …. Je ne souhaite pas m’étaler plus …mais malgré cela je me suis souciée d’elle toute l’année dernière car elle était mal traitée chez les gens chez qui elle était! aujourd’hui elle est au calme dans une structure où elle se sent « heureuse » … ma V.B ou mon foie dans tout cela …de la rancœur? de la perte de la joie. je vais parler à ma vésicule comme au petit enfant et je vais prendre soin de … moi!! Merci pour l’inspiration qui vous habite et merci si vous me souhaitez me donner d’autres conseils, ils seront bienvenus! Respectueusement.

comment perdre du poids vitex agnus

Douleur foie. cause inconnue (idiopathique) histoire de cas. pulsologie chinoise (acupuncteurs) traitement de la cause. La foire des traitements. L'influence du corps sur l'esprit. Pour une juste reconnaissance.

comment perdre du poids facilement et rapidement perfectible animals

Douleurs en position assise. Par Yannick Guillodo le 12 septembre 2011. Que faire en cas de douleurs en position assise? Réponses avec Yannick Guillodo. Question: je fais du jogging depuis plusieurs années… J’ai des douleurs importantes derrière les jambes jusqu’en haut des fessiers. Je n’ai pas constaté de douleurs supplémentaires quand j’augmente les efforts physiques, par contre, la position assise est très inconfortable. Qu’en pensez-vous? Faut-il faire des radios? Réponse de notre médecin, Yannick Guillodo. Plusieurs réponses sont possibles face au cas clinique que vous me décrivez. Mais le diagnostic de tendinite du moyen fessier n’est pas celui que je retiendrai en premier. Deux diagnostics me semblent plus plausibles: le diagnostic de sciatalgie: en effet, vous décrivez une douleur qui commence au niveau de la fesse et qui descend dans la cuisse, jusque dans la jambe. La seule douleur qui ait un tel trajet est une douleur le long du nerf sciatique. Certes, vous ne décrivez pas de douleurs lombaires (lombalgies) mais toutes les douleurs type sciatique n’ont pas toujours une origine au niveau des disques lombaires. Le diagnostic de bursite ischiatique et/ou de tendinopathies des ischio-jambiers: et je pense qu’il s’agit de la maladie qui vous ennuie. En effet, vous avez mal à la pointe de la fesse, lorsque vous restez longtemps assis. Il faut dans ce cas, faire une échographie de la région ischiatique. Pour soulager vos douleurs, Il faut donc travailler au niveau de l’ischion (« os de la fesse »): massages, onde de choc, … Vous devez aussi régulièrement faire des étirements privilégiés au niveau des ischio-jambiers (muscle à l’arrière de la cuisse). Quoi qu’il en soit, le repos sportif ne s’impose pas. En effet, ce n’est pas le repos qui soigne ces maladies chroniques. Continuer à courir, buvez plus que d’habitude, faites régulièrement vos étirements, et prenez du plaisir … sans inquiétude sur la responsabilité, seule et unique, de la course à pied dans vos ennuis. Devrais-je vous interdire de rester assis puisse que cette situation vous est très confortable. Alors courez.

maigrir vite et bien gratuitement tv antenna

Symptômes du cancer du foie. Il est possible que le cancer du foie ne cause aucun signe ni symptôme aux premiers stades de la maladie. Le foie est un organe volumineux qui peut fonctionner normalement même s’il renferme une grosse tumeur. Les signes et les symptômes apparaissent lorsque la tumeur croît et provoque des changements dans le corps, par exemple si elle obstrue les canaux biliaires. D’autres affections médicales dont la cirrhose (cicatrisation du foie) peuvent causer les mêmes symptômes que le cancer du foie. Consultez votre médecin si vous éprouvez ces signes et symptômes: douleur à l’abdomen, laquelle peut irradier jusqu’à l’épaule droite bosse ou masse sous les côtes nausées vomissements perte d’appétit sensation de plénitude après un repas léger (appelée satiété précoce) diarrhée constipation perte de poids enflure de l’abdomen causée par une accumulation de liquide (appelée ascite maligne) enflure des pieds et des jambes causée par une accumulation de liquide (appelée œdème) fatigue faiblesse sensation générale d’inconfort ou de maladie (appelée malaise) L’ encéphalopathie hépatique survient lorsque le foie ne fonctionne pas correctement et que des déchets s’accumulent dans le sang. Cela peut occasionner les symptômes suivants: haleine ayant une odeur sucrée ou de moisi confusion perte de mémoire somnolence changement de la personnalité ou de l’humeur nervosité et anxiété troubles de l’élocution (difficulté à articuler) changement des habitudes de sommeil tremblements ou difficulté à maîtriser le mouvement des mains et des bras coma. L’ hypertension portale désigne une augmentation de la pression sanguine dans la veine porte (la veine principale qui achemine le sang au foie). Cela peut se produire lorsqu’une tumeur hépatique bloque la circulation du sang dans cette veine, ou encore en présence de cirrhose (cicatrisation du foie). L’augmentation de la pression sanguine entraîne la formation de grosses veines (appelées varices) dans l’estomac et l’œsophage afin de permettre au sang de contourner le blocage. Les varices sont très fragiles et peuvent facilement saigner. Les symptômes de l’hypertension portale comprennent: bosse du côté gauche de l’abdomen (causée par une enflure de la rate) accumulation de liquide dans l’abdomen (appelée ascite) essoufflement (causé par une accumulation de liquide autour des poumons, appelée épanchement pleural) sang dans les selles, leur donnant une apparence noire et goudronneuse vomissements de sang.

Truvada. Sommaire. Truvada est le nom d’une co-formulation de deux médicaments anti-VIH à dose fixe: il s’agit d’une seule pilule qui renferme à la fois du ténofovir et du FTC. Truvada est utilisé en association avec d’autres médicaments pour le traitement des personnes vivant avec le VIH. Certains docteurs peuvent aussi prescrire Truvada à des personnes séronégatives dans le cadre d’un ensemble d’outils de prévention afin de réduire le risque de transmission du VIH. Les effets secondaires courants de Truvada peuvent comprendre étourdissements, maux de tête, nausées et vomissements. Truvada se prend une seule fois par jour avec ou sans aliments. Qu’est-ce que Truvada? Truvada est le nom d’une co-formulation de deux médicaments anti-VIH à dose fixe: il s’agit d’une seule pilule renfermant à la fois du ténofovir (Viread) et du FTC (emtricitabine, Emtriva). On peut prendre Truvada une seule fois par jour avec ou sans aliments. Comment Truvada agit-il? Lorsque le VIH infecte une cellule, il prend le contrôle de cette dernière. Le VIH oblige ensuite la cellule à fabriquer de nombreuses copies du virus. Pour fabriquer ces copies, la cellule utilise des protéines appelées enzymes. Lorsque l’activité de ces enzymes est réduite, la réplication du VIH ralentit. Truvada renferme les deux médicaments suivants: ténofovir – ce médicament appartient à une classe de médicaments appelés analogues nucléo tidiques; FTC – ce médicament appartient à une classe de médicaments appelés analogues nucléosidiques. Les deux médicaments présents dans Truvada interfèrent avec une enzyme appelée transcriptase inverse qui est utilisée par les cellules infectées par le VIH pour faire de nouvelles copies du virus. Puisque Truvada inhibe ou réduit l’activité de cette enzyme, le médicament incite les cellules infectées par le VIH à ralentir ou à cesser la production de nouveaux virus. Lorsque Truvada est pris dans le cadre d’un éventail d’outils de prévention du VIH (dépistage fréquent du VIH et d’autres infections transmissibles sexuellement, counseling en relations sexuelles plus sécuritaires, utilisation de condoms), il peut réduire considérablement le risque de transmission du VIH chez certaines personnes. Pour en savoir plus, consultez le feuillet d’information de CATIE sur la prophylaxie pré-exposition (PrEP). Comment les personnes vivant avec le VIH utilisent-elles Truvada? Truvada est utilisé en association avec d’autres médicaments anti-VIH tels que les analogues non nucléosidiques (INNTI) ou les inhibiteurs de la protéase. Les associations de ce genre s’appellent une thérapie antirétrovirale ou TAR. Pour en savoir plus sur la thérapie antirétrovirale, consultez la publication de CATIE intitulée Votre guide sur le traitement du VIH. Pour beaucoup de personnes vivant avec le VIH (PVVIH), le recours à une multithérapie antirétrovirale a provoqué une augmentation de leur compte de cellules CD4+ et une réduction de la quantité de VIH dans leur sang (charge virale). Ces effets bénéfiques contribuent à réduire le risque de contracter une infection potentiellement mortelle. Ni Truvada ni aucun autre médicament anti-VIH ne permet de guérir le VIH/sida. Il est donc important de faire ce qui suit: consulter régulièrement son médecin pour assurer le suivi de son état de santé; continuer d'avoir des relations sexuelles plus sécuritaires et de prendre d’autres précautions pour éviter de passer le VIH à d’autres personnes, ainsi que pour se protéger contre l’infection par d’autres souches du VIH et d’autres microbes. Comment les personnes séronégatives utilisent-elles Truvada à titre de PrEP? Les personnes séronégatives peuvent prendre un seul comprimé de Truvada par jour afin de réduire le risque de transmission sexuelle du VIH. Les personnes qui prennent Truvada dans le cadre d’un ensemble d’outils de prévention du VIH devraient passer des tests de dépistage du VIH et d’autres infections transmissibles sexuellement tous les trois mois et recevoir un counseling sur les relations sexuelles plus sécuritaires et l’observance thérapeutique si nécessaire. Les professionnels de la santé qui s’intéressent à prescrire Truvada à titre de PrEP peuvent consulter le document intitulé PrEP for the prevention of HIV infection in the United States: A clinical practice guideline des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis. Mises en garde. 1. Acidose lactique. Il est possible d’observer un taux d’acide lactique supérieur à la normale dans le sang. Ce problème, désigné par le nom acidose lactique, se produit chez certaines personnes séropositives recevant le ténofovir, le FTC ou des médicaments anti-VIH apparentés. Les femmes qui font de l’embonpoint courent un risque accru d’acidose lactique. Parfois, le foie des personnes atteintes d’acidose lactique se met à gonfler à cause de l’accumulation de dépôts graisseux. Les signes et symptômes de l’acidose lactique peuvent comprendre les suivants: nausées; vomissements; douleurs abdominales; diarrhées; fatigue inattendue; douleurs musculaires inattendues; sensation de froid, surtout dans les bras et les jambes; étourdissements ou vertige. Si ces symptômes persistent, consultez sans tarder votre médecin. 2. Hépatite B. Truvada contient à la fois du ténofovir et du FTC. Chacun de ces médicaments est actif contre le virus de l’hépatite B (VHB). Les personnes atteintes d’hépatite B recevant Truvada et qui cessent l’usage de ce dernier risquent de voir leur infection au VHB s’aggraver. Les personnes co-infectées par le VIH et les virus responsables de l’hépatite qui suivent une multithérapie courent parfois un risque accru de dommages hépatiques. Il est donc important de passer régulièrement des tests sanguins afin que votre médecin puisse évaluer l’état de votre foie. Si vous êtes infecté par le VHB, discutez-en avec votre médecin avant de commencer à prendre Truvada. Si vous ignorez votre statut vis-à-vis du VHB, renseignez-vous sur le test de dépistage auprès de votre médecin. Si vous devez substituer plus tard un autre traitement à Truvada, rappelez à votre médecin que vous êtes porteur du VHB. Si les tests de laboratoire révèlent que vous n’avez pas le VBH, demandez à votre médecin de se procurer un vaccin pour vous protéger contre le VBH. 3. Pancréatite. On a signalé des cas de pancréatite (inflammation douloureuse du pancréas) chez certaines personnes recevant le ténofovir dans le cadre d’une multithérapie. Des taux anormalement élevés d’amylase (une enzyme produite par le pancréas) ont été détectés dans le sang de certaines personnes utilisant le ténofovir, ce qui pourrait dénoter une inflammation du pancréas. Les symptômes de la pancréatite comprennent les suivants: douleurs abdominales, surtout en position allongée; nausées; vomissements; sueurs inattendues; fièvre; anxiété. Si vous présentez un de ces symptômes, parlez-en tout de suite avec votre médecin. 4. Lésions rénales. Le ténofovir peut causer des lésions et des dysfonctionnements du rein. Si vous (ou un proche parent) souffrez de problèmes rénaux, parlez-en avec votre médecin. Pour en savoir plus sur le ténofovir et les reins, lisez la section sur les effets secondaires plus loin. Effets secondaires. 1. Général. Les effets secondaires courants qui se sont produits chez les utilisateurs de Truvada comprennent les suivants: étourdissements; maux de tête; nausées; vomissements; flatulence. Ces effets secondaires sont habituellement temporaires et de faible intensité. 2. Santé rénale. Truvada contient du ténofovir, un médicament appartenant à la classe des analogues nucléotidiques. Les médicaments de cette classe sont dégradés par les reins et sont donc associés à des dysfonctionnements rénaux. Des cas de dysfonctionnement rénal ont en effet été observés chez certaines personnes utilisant le ténofovir. Les personnes qui prennent ce médicament ont intérêt à passer régulièrement des tests de sang et d’urine afin que leurs médecins puissent évaluer l’état de santé de leurs reins. Les tests en question pourraient comprendre les suivants: taux de créatinine; DFGe (débit de filtration glomérulaire estimé); taux de calcium; taux de phosphore; taux de bicarbonate. Il existe plusieurs autres médicaments qui, comme le ténofovir, sont métabolisés par les reins et ont le potentiel de causer ou d’amplifier des lésions dans ces organes. Plusieurs de ces médicaments sont des antibiotiques appartenant aux catégories suivantes: bêta-lactamines – pénicilline, amoxicilline; quinolones – ciprofloxacine et composés apparentés; aminoglycosides – amikacine, gentamicine; macrolides – érythromycine; tétracyclines – minocycline; antituberculeux – rifampine, éthambutol; autres antibiotiques – co-trimoxazole (Septra/Bactrim), vancomycine (Vanocin). Il ne faut pas oublier qu’il existe d’autres médicaments qui ont le potentiel de causer un dysfonctionnement des reins. En voici quelques exemples; cette liste n’est pas exhaustive: agents antiviraux – acyclovir (Zovirax), valacyclovir (Valtrex), cidofovir (Vistide), foscarnet (Foscavir), indinavir (Crixivan); antifongiques – amphotéricine B (Fungizone), pentamidine intraveineuse; anticonvulsivants – phénytoïne, carbamazépine, acide valproïque; médicaments pour traiter la douleur et l’inflammation – acétaminophène (Tylenol), ibuprofène (Advil, Motrin), indométhacine (Indocid), naproxène (Naprosyn). 3. Santé osseuse. Truvada contient du ténofovir. Lors d’expériences sur des singes où l’on avait recours à des doses de ténofovir dix à 30 fois plus élevées que celle qui seraient administrées aux humains, les os des animaux se sont amincis sur une période d’un an. Avant de commencer à prendre le ténofovir, avisez votre médecin si vous avez des problèmes osseux ou bien si vous os sont plus minces que la normale (ostéopénie ou ostéoporose). Lors des essais cliniques sur les combinaisons comportant du ténofovir chez les personnes vivant avec le VIH, on a observé un amincissement des os de la colonne vertébrale et d’autres parties du corps. De façon générale, plus les os sont minces, plus ils sont fragiles et plus le risque de fracture augmente lors des accidents (chute) et des traumas. Les chercheurs ont de la difficulté à expliquer pourquoi les os de certaines personnes exposées au ténofovir deviennent plus minces. Selon une hypothèse, l’amincissement des os serait attribuable au dysfonctionnement rénal causé par le ténofovir. Les reins filtrent le sang: ils déposent des déchets dans l’urine et retransportent des nutriments vers le sang. Dans les cas de pertes osseuses induites par le ténofovir, il se peut que les reins affaiblis soient incapables de rapporter au sang des nutriments essentiels à la construction des os. Il est à noter que certaines personnes qui n’ont jamais utilisé de ténofovir ont également des os plus minces que la normale. Songez à faire évaluer votre densité osseuse avant de commencer à prendre le ténofovir ou toute autre thérapie anti-VIH. Si vos os sont minces, votre médecin pourrait recommander une augmentation de votre apport en calcium et en vitamine D3. 4. Grossesse. Le fabricant recommande que Truvada « ne soit utilisé par les femmes enceintes que lorsque les bienfaits potentiels l’emportent sur les risques potentiels. » 5. Changement de coloration. Dans des cas rares, les personnes exposées au FTC présentent une pigmentation plus foncée de la peau sur la plante des pieds et la paume des mains. L’origine de ce changement n’est pas claire, mais il s’agit d’un effet secondaire inoffensif. 6. Syndrome de lipodystrophie. Le terme syndrome de lipodystrophie du VIH désigne un éventail de symptômes qui risquent de se manifester au fil du temps chez les personnes en multithérapie antirétrovirale. Voici quelques caractéristiques du syndrome: perte de graisse sous la peau (graisse sous-cutanée) du visage, des bras et des jambes; veines saillantes dans les bras et/ou les jambes en raison de la perte de graisse sous-cutanée; dépôts de graisse à l’arrière du cou (« bosse de bison ») ou à la base du cou (« col de cheval »); augmentation du tour de taille ou de la bedaine; petits dépôts de graisse sur l'abdomen; augmentation du volume des seins (femmes). En plus de ces changements physiques, la lipodystrophie peut s'accompagner de changements métaboliques qui se révèlent dans les résultats d'une analyse sanguine. Parmi ces dernières, mentionnons: augmentation du taux de triglycérides (lipides); augmentation du taux de cholestérol LDL (le « mauvais »); augmentation du taux de sucre sanguin (glucose); augmentation du taux de l'hormone insuline; sensibilité réduite à l'insuline (insulinorésistance); baisse du taux de cholestérol HDL (le « bon »). La cause précise de la lipodystrophie n'est pas connue et le syndrome s'explique difficilement parce que ses manifestations varient beaucoup d'une personne à l'autre. Par exemple, certaines personnes perdent de la graisse, d'autres en prennent et d'autres encore connaissent des pertes et des gains de graisse. Ce qui ressort de plus en plus clairement est que les changements nuisibles qui se produisent au fil des ans dans les taux de glucose, de cholestérol et de triglycérides font augmenter le risque de diabète et de maladie cardiovasculaire. Toutefois, jusqu'à présent, les nombreux bienfaits de la multithérapie l'emportent sur le risque accru de maladie cardiovasculaire ou d'autres effets secondaires. Le maintien d'un poids santé, de bonnes habitudes alimentaires, l'arrêt du tabagisme et un programme d'exercices réguliers sont tous importants pour réduire le risque de diabète, de maladies du coeur et d'autres complications. Les consultations de suivi et les analyses sanguines régulières constituent également un élément crucial d'un bon suivi. Si cela s'avère nécessaire, votre médecin sera en mesure de prescrire un traitement visant à abaisser les taux de lipides. Les chercheurs poursuivent leur étude du syndrome de lipodystrophie afin d'aider les PVVIH à éviter ou à atténuer ce problème. Pour en savoir plus sur la prise en charge des divers aspects du syndrome de lipodystrophie, consultez Un guide pratique des effets secondaires des médicaments anti-VIH. Truvada n’est pas associé à la réduction de la masse grasse (fonte de graisse ou lipoatrophie). Interactions médicamenteuses. Consultez toujours votre médecin et pharmacien au sujet de la prise de tout autre médicament, qu’il soit livré sur ordonnance ou en vente libre, y compris les plantes médicinales, les suppléments et les drogues récréatives. Certains médicaments peuvent interagir avec le ténofovir ou le FTC. Cette interaction peut faire en sorte que le taux de ces médicaments augmente ou diminue dans votre corps. L’augmentation du taux de ces médicaments peut provoquer de nouveaux effets secondaires ou aggraver des effets secondaires existants. Par contre, si le taux de FTC ou de ténofovir diminue excessivement, le VIH peut acquérir une résistance et vos options de traitement futures risquent de s’en trouver limitées. Il peut également s’avérer nécessaire d’éviter les médicaments qui, même s’ils n’ont pas d’effet sur le taux des médicaments se trouvant dans Truvada, provoquent des effets secondaires semblables. Si vous devez prendre un médicament qui est susceptible d’interagir avec vos médicaments existants, votre médecin peut faire ce qui suit: ajuster les dosages de vos médicaments anti-VIH ou de vos autres médicaments; prescrire d’autres médicaments anti-VIH pour vous. Interactions médicamenteuses avec Truvada. Les médicaments suivants interagissent ou ont le potentiel d’interagir avec les médicaments se trouvant dans Truvada (ténofovir et FTC). Ces listes ne sont pas exhaustives.) Le fabricant recommande que les médicaments suivants soient utilisés avec prudence à cause du risque d’interactions médicamenteux graves: atazanavir (Reyataz); lopinavir/ritonavir (dans Kaletra); didanosine, ddI (Videx, Videx EC). Le fabricant de Truvada a formulé les recommandations suivantes en ce qui concerne l’utilisation de son produit: atazanavir – ce médicament peut faire augmenter le taux de ténofovir dans le sang. Un taux élevé de ténofovir peut provoquer de la toxicité. Les personnes recevant cette combinaison doivent être suivies de près afin qu’on puisse détecter toute toxicité éventuelle. De plus, le ténofovir fait diminuer le taux d’atazanavir dans le sang. Ainsi, les personnes recevant cette combinaison doivent prendre le médicament ritonavir (Norvir) afin de maintenir un taux d’atazanavir efficace. Ces trois médicaments sont à prendre avec des aliments, une fois par jour; lopinavir/ritonavir – ce médicament peut faire augmenter le taux de ténofovir dans le sang. Un taux élevé de ténofovir peut provoquer de la toxicité. Les personnes recevant cette combinaison doivent être suivies de près afin qu’on puisse détecter toute toxicité éventuelle. ddI – le ténofovir fait augmenter de 40 % à 60 % le taux de ddI dans le sang. Une augmentation de cette ampleur pourrait provoquer des signes et symptômes d’une toxicité liée au ddI, tels qu’une inflammation douloureuse du pancréas, un surplus d’acide lactique dans le sang et des lésions nerveuses dans les mains et les pieds (neuropathie périphérique). Si le ddI et le ténofovir doivent être utilisés en combinaison, il faut réduire la dose de ddI. Parlez avec votre spécialiste du VIH pour déterminer quelle dose de ddI vous convient. Résistance et résistance croisée. Au fur et à mesure que de nouvelles copies de VIH sont fabriquées dans le corps, le virus modifie sa structure. On appelle ces modifications des mutations; les mutations peuvent permettre au VIH de résister aux effets des médicaments anti-VIH, ce qui veut dire qu’ils cesseront d’agir pour vous. Le fait d’associer Truvada à au moins un autre médicament anti-VIH, tel un analogue non nucléosidique ou un inhibiteur de la protéase, permet de retarder le développement de la résistance. Pour réduire le risque de résistance médicamenteuse, vous devez prendre tous vos médicaments anti-VIH tous les jours en suivant les posologies à la lettre. Si vous manquez ou retardez des prises, ou si vous ne respectez pas les prescriptions de votre médecin, les taux de ténofovir et de FTC risquent de tomber trop bas. Si cela se produit, des virus résistants pourraient apparaître. Si vous oubliez des doses lorsque vous prenez Truvada à titre de PrEP, vous pourriez augmenter votre risque de contracter une souche du VIH qui est résistante aux médicaments présents dans Truvada. Si vous avez de la difficulté à prendre vos médicaments de façon régulière et en suivant les instructions, parlez-en à votre médecin ou infirmière. Ils peuvent vous aider. Lorsque le VIH devient résistant à un médicament d’une classe, il risque parfois de devenir résistant à tous les autres médicaments de cette classe. Il s’agit de la résistance croisée. N’hésitez pas à parler de vos options de traitement actuelles et futures avec votre médecin. Pour vous aider à déterminer quelles thérapies vous pourrez utiliser à l’avenir, votre médecin peut faire analyser un petit échantillon de votre sang dans le cadre de tests de résistance. Si le VIH finit par acquérir une résistance aux médicaments se trouvant dans Truvada, votre médecin pourra utiliser les tests de résistance pour vous aider à construire une autre combinaison de médicaments. Quelques points à noter: Truvada ne devrait pas être utilisé dans le cadre d’une triple association d’analogues nucléosidiquesé/nucléotidiques parce que les traitements de ce genre n’ont pas fait la preuve de leur efficacité contre le VIH; Des cas d’échec thérapeutique se sont produits chez des personnes ayant une charge virale élevée qui recevaient un premier traitement anti-VIH comportant le ddI, le ténofovir et un analogue non nucléosidique; Truvada ne devrait pas être utilisé avec le FTC ou le ténofovir parce que ces deux médicaments sont déjà présents dans Truvada; Le fabricant de Truvada encourage les médecins suivant des patients déjà traités à tenir compte des traitements antérieurs des patients et des résultats des tests de résistance et d’autres analyses de laboratoire s’ils envisagent de prescrire Truvada. Posologie et formulations. Truvada est offert sous forme de comprimés, dont chacun renferme 200 mg de FTC et 300 mg de ténofovir. La posologie standard pour les adultes est de un comprimé par jour, avec ou sans aliments, en association avec d’autres médicaments anti-VIH. Lorsque ce médicament est pris dans le cadre d’un éventail d’outils de prévention du VIH, la posologie standard de Truvada est d’un comprimé par jour, pris tous les jours. Tous les médicaments doivent toujours être pris conformément aux prescriptions de votre médecin. Accessibilité. Truvada est homologué au Canada pour le traitement de l’infection au VIH chez les adultes, en association avec d’autres médicaments anti-VIH. En janvier 2016, Santé Canada a également homologué Truvada pour la prévention du VIH lorsqu’il est utilisé dans le cadre d’un ensemble d’outils de prévention. Votre médecin peut vous renseigner davantage sur l’accessibilité et le remboursement de Truvada dans votre région. CATIE a créé un module électronique intitulé Programme fédéraux, provinciaux et territoriaux d’accès aux médicaments qui contient de l’information sur le remboursement des médicaments au Canada. Références. Gilead Sciences. Truvada (comprimés d'emtricitabine/fumarate de ténofovir disoproxil). Monographie de produit. 23 février 2016. Essig M, Duval X, Kaied FA, et al. Is phosphatemia the best tool to monitor renal tenofovir toxicity? Journal of Acquired Immune Deficiency Syndromes 2007;46(2):256-258. Fux CA, Christen A, Zgraggen S, et al. Effect of tenofovir on renal glomerular and tubular function. AIDS 2007;21(11):1483-1485. Loutfy MR, Ackad N, Antoniou T, et al. Randomized controlled trial of once-daily tenofovir, lamivudine, and lopinavir/ritonavir versus remaining on the same regimen in virologically suppressed HIV-infected patients on their first PI-containing HAART regimen. HIV Clinical Trials 2007;8(5):259-268. Nelson MR, Katlama C, Montaner JS, et al. The safety of tenofovir disoproxil fumarate for the treatment of HIV infection in adults: the first 4 years. AIDS 2007;21(10):1273-1281. Odden MC, Scherzer R, Bacchetti P, et al. Cystatin C Level as a Marker of Kidney Function in Human Immunodeficiency Virus Infection: The FRAM Study. Annals of Internal Medicine 2007;167(20):2213-2219. Uwai Y, Ida H, Tsuji Y, et al. Renal transport of adefovir, cidofovir, and tenofovir by SLC22A family members (hOAT1, hOAT3, and hOCT2). Pharmaceutical Research 2007;24(4):811-815. Wester CW, Okezie OA, Thomas AM, et al. Higher-Than-Expected Rates of Lactic Acidosis Among highly active antiretroviral therapy-treated women in Botswana: Preliminary Results from a Large Randomized Clinical Trial. Journal of Acquired Immune Deficiency Syndromes 2007; in press. Saag M. Emtricitabine, a new antiretroviral agent with activity against HIV and hepatitis B virus. Clinical Infectious Diseases 2006;42(1):126-131. Leon A, Martinez E, Mallolas J, et al. Early virological failure in treatment-naive HIV-infected adults receiving didanosine and tenofovir plus efavirenz or nevirapine. AIDS 2005;9(2):213-215. Grant RM, Lama JR, Anderson PL, et al. Preexposure chemoprophylaxis for HIV prevention in men who have sex with men. New England Journal of Medicine. 2010;363(27):2587–2599. Baeten JM, Donnell D, Ndase P, et al. Antiretroviral prophylaxis for HIV prevention in heterosexual men and women. New England Journal of Medicine. 2012;367(5):399–410.