quel sport fait le plus maigrir durablement


AGIR SANTE. RÉVEILLEZ VOTRE MÉDECIN INTÉRIEUR! lundi 22 février 2010. LE CURCUMA: L'ANTI-INFLAMMATOIRE NATUREL LE PLUS PUISSANT CONNU A CE JOUR. LE CURCUMA, qu'est-ce que c'est? Nous parlons du rhizome (tige souterraine) d'une jolie plante vivace, proche cousine du gingembre, cultivée en Asie, en Afrique et aux Antilles. Les anglo-saxons la nomme " Turmeric ". Ce rhizome, de couleur orange, est cuit, desséché puis épluché avant d'être broyé en fine poudre. Il entre dans la composition de différents mélanges d'épices comme curry, massala, colombo et ras-el-hanout. Il colore la moutarde, le beurre, des confitures, des liqueurs, des fromages, des potages, des charcuteries, des pâtes à crêpe, des gaufres et certaines sauces. Vous l'identifierez sur les étiquettes sous le doux nom de E100. En Asie, il est utilisé également pour conserver la fraîcheur, la saveur et la valeur nutritive des aliments. Les moines bouddhistes s'en servent pour teindre leur costume de couleur safran et les hindous pour se marquer le front. C'est aussi un très bon répulsif contre les insectes. En Inde, on le désigne sous le nom de " safran des Indes " et on en consomme 1,5 à 2 grammes par jour dans des plats de riz, de pommes de terre, de lentilles, de légumes. Il entre dans la composition de tous leurs curries et chutneys. Il faut savoir, qu'à âge égal, les Indiens ont 8 fois moins de cancers du poumon que les Occidentaux, 9 fois moins de cancers du côlon, 5 fois moins de cancers du sein et 10 fois moins de cancers du rein et, cela, malgré une exposition à de multiples cancérigènes présents dans l'environnement, sur une échelle probablement pire qu'en Occident. Dans l'ile d' Okinawa, au Japon, les habitants consomment les feuilles de cette plante et lui prêtent des vertus similaires à celles retrouvées dans le rhizome. SES PROPRIÉTÉS. En médecine ayurvédique (médecine traditionnelle de l'Inde), de même que dans les médecines traditionnelles de Chine, Japon, Thaïlande et d'Indonésie, le curcuma est utilisé pour stimuler la digestion, notamment parce qu'il augmente la sécrétion biliaire et pour ses propriétés anti-inflammatoires. Pour ceux qui s'intéressent à la médecine traditionnelle chinoise, le nom chinois du curcuma veut dire " gingembre jaune ". Il est classifié en saveur piquante et amère et son énergie est rafraîchissante. Pour cette médecine la racine de curcuma " stimule le sang " et fait " circuler le Qi " (énergie). Il contient des vitamines B6 et C et des minéraux comme le fer, le manganèse, le potassium et des flavonoïdes. Le curcuma est actuellement l'objet de nombreuses recherches à travers le monde. Ces études tendent à démontrer que son activité anti-inflammatoire est comparable à celle de la cortisone et de l'aspirine. Il contient de nombreux composés actifs aux propriétés antioxydantes, au premier rang desquels se trouve un pigment jaune: la curcumine. Cette curcumine protège notre organisme contre l' inflammation et les multiples dommages provoqués par le stress oxydatif. L'inflammation est une réaction naturelle de défense de notre organisme contre une menace ou une agression. Le problème commence quand cette inflammation devient chronique car elle produit des radicaux libres en grande quantité. Ceux-ci vont s'attaquer à nos propres cellules et entraînent un " stress oxydatif ". Il faut savoir que ce stress oxydatif est impliqué dans la plupart des pathologies du vieillissement. Son champs d'application permet de révéler son utilité dans deux directions: thérapeutique et préventive. POUR QUELS TROUBLES PEUT-ON UTILISER LE CURCUMA? - Les douleurs et les réactions inflammatoires: douleur musculaire, tendinite, névralgie, rhumatisme, sciatique, arthrite. Le curcuma serait même plus efficace que l'hydrocortisone. Lorsque le curcuma est associé à des acides gras essentiels (bonnes huiles), leurs actions anti-inflammatoires se potentialisent. - Certains problèmes oculaires: cataracte chimiquement induite, infections, inflammations et dégénérescences ophtalmiques. Le curcuma existe en gouttes pour certains de ces usages. Parlez-en à votre thérapeute. - Les troubles digestifs et la "crise de foie": maux d'estomac, nausées, perte d'appétit, sensations de surcharges, inflammations digestives, dysfonctionnement biliaire dans laquelle il augmente la synthèse de la bile ainsi que sa circulation (cholérétique et cholagogue). Par ce biais il prévient la formation de calculs. Il protège également le foie contre un grand nombre de produits toxiques (médicaments, polluants, aflatoxines, alcool. ). Il agit également sur le " syndrome du côlon irritable " en favorisant également une bonne rééducation du transit intestinal et une atténuation des douleurs. - Les ulcères gastroduodénaux: des études indiquent que le curcuma a des effets protecteurs sur la muqueuse gastrique et qu'il peut détruire ou inhiber la bactérie Helicobacter Pylori, qui est responsable de la plupart des ulcères gastriques et duodénaux. - Les problèmes cardiovasculaires: le curcuma peut abaisser le taux de. mauvais cholestérol et augmente la fluidité du sang en ralentissant l'agrégation plaquettaire. Il protège donc le système cardiovasculaire diminuant ainsi les risques de phlébite et surtout d 'athérosclérose (encrassement des artères). Il aurait même un rôle protecteur contre l 'insuffisance cardiaque. - Les maladies dégénératives du cerveau: la curcumine est le plus puissant inducteur de certaines protéines qui sont impliquées dans la défense des neurones, elle empêche la diminution de la fonction cognitive et présente à ce titre une voie thérapeutique innovante contre la maladie d'Alzheimer. - Les plaies et les maladies de peau: mycose, irritations cutanées, plaies, ulcères. Dans ce cas, il devra être appliqué sur la peau sous la forme d'huile infusée, d'emplâtre, de teinture. Le curcuma pourrait également se révéler utile dans le traitement des lésions cutanées cancéreuses et des brûlures causées par les rayonnements et la radiothérapie. - Les baisses de l'immunité: Il augmenterait le nombre de globules blancs, d'anticorps et de plaquettes dans le sang. Des travaux de recherche sont actuellement menés sur le virus du VIH (sida). - Les infections bactériennes et parasitaires: vous pouvez saupoudrez un peu de curcuma sur les petites plaies ou égratignures après les avoir bien nettoyées. Il combat également les parasites intestinaux et est utilisé de façon traditionnelle contre la dysenterie. - Les pollutions environnementales: il protégerait nos cellules des divers polluants environnementaux les agressant. Très intéressant dans la prévention du cancer. Il protègerait également des ondes électromagnétiques. - La cancérogénèse: le stress oxydatif est clairement impliqué à tous les stades de cette maladie. Dans ce domaine la recherche est très active car les chercheurs pensent que les effets antioxydants et anti-inflammatoire de la curcumine pourraient être des atouts importants dans la prévention et le traitement du cancer. A SUIVRE: D'autres études en cours (à confirmer) seraient en faveur d'une action efficace du curcuma contre des pathologies telles que le diabète de type 2 puisque le curcuma ferait baisser la glycémie. EN PRATIQUE. Des cures régulières de curcuma dans l'alimentation pour son côté préventif ou en complément alimentaire comme adjuvant des thérapies pour les vrais pathologies, encadré par une vie saine, tant sur le plan de l' activité physique que de l' alimentation équilibrée, ne peuvent être que de sages attitudes pour conserver notre bien le plus précieux: la santé. Sa saveur est poivrée, piquante et plutôt amère et il apporte aux mets une teinte jaune d'or. Le consommer dans le curry ne suffit pas car celui-ci en contient des quantités très variables. Attention comme beaucoup d'épices, la poudre curcuma est de plus en plus irradiée en vue d'augmenter sa durée de conservation et limiter les infestations d'insectes ou de maladies durant l'entreposage. Choisissez-la certifiée biologique, dans des contenants en verre et stocker-le à l' abri de l'air et de la lumière pour lui conserver au maximum ses propriétés. Il est préférable d'acheter le rhizome entier, il sera d'ailleurs bien plus savoureux. Vous le trouverez dans les magasins orientaux ou dans quelques boutiques bio. Dans ce cas conservez-le, emballé, dans un endroit frais et à l'abri de la lumière, 3 semaines maximum. Épluchez-le et râpez-le au dernier moment. Plusieurs façons simples de le consommer: soupes, riz, plats en sauce, poisson, vinaigrette, mayonnaise. Vous pouvez aussi en ajouter dans vos gâteaux, biscuits, pâte à tarte ou même dans une salade de fruits, où il sera ajouté en début de préparation et en toute petite quantité, ou dans les flocons de céréales du petit déjeuner en début de cuisson. L 'huile essentielle de curcuma est aussi un puissant anti-inflammatoire. Elle est préconisée pour le système digestif, les inflammations intestinales, les douleurs, les ballonnements. Elle active la fonction hépatique sans violence car elle aide à l'évacuation de la bile. Attention l'usage de cette huile essentielle doit se faire avec précaution: prenez conseil d'un thérapeute. A titre préventif, dans votre alimentation, cette curcumine doit être associée à de la pipérine (poivre noir) à raison de 1 % et à une huile végétale de qualité pour pouvoir passer la barrière intestinale. Le poivre multiplie par 2000 l'absorption du curcuma par l'organisme. D'autres substances comme la broméline de l'ananas ou le gingembre favorise son assimilation. La sagesse indienne a largement devancé la science dans la découverte des synergies naturelles entre les aliments puisque les indiens mélangent traditionnellement ces ingrédients dans leurs plats. Les doses recommandées en prévention sont de 300 à 600 mg de curcumine par jour, soit 1 à 2 cuillères à soupe de curcuma. Si vous avez des problèmes de santé le curcuma devra être pris sous forme de gélules pour obtenir des concentrations plus fortes en curcumine. Parlez-en à votre thérapeute car il existe certaines contre-indications avec des médicaments. Plusieurs fabricants de compléments alimentaires commercialisent des produits à base de curcuma seul ou associé à d'autres éléments. Il faut absolument vous renseigner sur la traçabilité, le pays d'origine, la certification biologique ou l'origine sauvage et sur le mode d'extraction garantissant l'absence d'utilisation de solvants tels qu' acétone ou autres parfois utilisés dans les extraits de curcuma premier prix. Un exemple de bon produit le dolupérine du laboratoire HOLISTICA: ce sont des petites gélules associant des extraits de curcuma, de poivre (pipérine) et de gingembre (gingérol). Attention la prise de fortes doses de curcuma est déconseillé pendant la grossesse ainsi qu'avec des anticoagulants (risque d'hémorragies), dans les cas d'ulcères gastro-duodénaux, et de calculs biliaires. Dans ces cas particuliers ne pas dépasser 1 cuillère à soupe par jour (300 mg de curcumine). Voici deux recettes tirées du livre "Cuisiner avec les aliments contre le cancer" des docteurs Richard Béliveau et Denis Gingras. CRÈME DE CHOU-FLEUR AU CURCUMA. Pour 4 personnes: 1 cuillère à soupe d'huile végéta le. 1 oignon haché. 200g de céleri-rave émincé. 1 cuillère soupe de curcuma. 2 cuillères à soupe de farine. 750 ml de bouillon de poulet ou de légumes. 600 g de bouquets de chou-fleurs. Sel, poivre. Dans une casserole, faire revenir doucement les oignons et le céleri dans l'huile. Ajouter le curcuma et cuire 1 mn. Ajouter la farine et remuer. Verser lentement le bouillon, ajouter les choux-fleurs et porter à ébullition. Saler et poivrer. Laisser mijoter 25 minutes. Réduire en crème à l'aide du mixer et servir. RIZ PILAF AUX PETITS POIS ET AUX AMANDES. Pour 4 personnes: 200 g de riz basmati. 2 cuillères à soupe d'huile d'olive. 1 gros oignon émincé. 15 graines de cardamome (l'intérieur de 2 ou 3 gousses) 1/2 cuillère à café de grains de poivre noir. 3 clous de girofle entiers. 3/4 de cuillère à café de cumin. 2 bâtons de cannelle. 3/4 de cuillère à café de curcuma. 500 ml de bouillon de poulet chaud. 50 g de raisins de Smyrne (raisins secs dorés) 50 g de petits pois surgelés. 2 cuillères à soupe d'amandes effilées, grillées. L avez le riz à l'eau froide jusqu'à ce que l'eau devienne claire et bien égoutter. C hau ffer l'huile d'olive dans une grande casserole. Y cuire les oignons et les épices environ une minute. Ajouter le riz et remuer pour bien enduire les grains de matière grasse. Versez le bouillon et porter à ébullition. Réduire le feu et laisser frémir 15 minutes à couvert. Retirer du feu. Ajouter les raisins secs, les petits pois congelés et les amandes. Laisser reposer 15 minutes, à couvert, avant de servir. - Le Curcuma, vertus et bienfaits. Yves Réquéna et Véronique Lemaire. Trédaniel Pratique. - Les épices. Marie-Françoise Valéry. Éditions du Chêne. - Anticancer. David Servan-Schreiber. Robert Laffont. - Le guide familial des aliments soigneurs. Dr Jean-Paul Curtay, Dr Rose Razafimbelo. Albin Michel. -101 aliments qui peuvent vous sauver la vie! David Grotto. Ada. - n°98 février 2010 du magasine Pratiques de Santé. Article de Marion Kaplan.

planning pour maigrir total wine

URTICAIRE. Traitement, Causes Symptômes, Médicaments. L’urticaire est une éruption cutanée accompagnée de démangeaisons, apparaissant sur la peau. L' éruption cutanée peut être limitée à une partie du corps ou être disséminée sur une surface conséquente (on parle alors d’urticaire géante ou généralisée). La zone affectée de la peau change dans les premières 24 heures et l’éruption met le plus souvent quelques jours pour apparaître. Si elle disparaît complètement dans les six semaines, il s’agit de l’ urticaire aiguë. Moins fréquemment, l'éruption peut persister ou se prolonger au-delà de six semaines, auquel cas, il s’agit médicalement d’une urticaire chronique. Les symptômes de l'urticaire. Le principal symptôme de l'urticaire est une éruption cutanée accompagnée de démangeaisons, avec rougeur de la zone concernée. Les éruptions sont généralement très prurigineuses (irritantes), s’étalant sur une surface allant de quelques millimètres à la taille d'une main. L’ urticaire s’estompe généralement après quelques heures, mais peut être remplacée par de nouvelles éruptions sur d’autres parties du corps. En effet, l’urticaire peut n’apparaître que sur une petite partie du corps, mais parfois sur une grande partie. La peau revient à la normale dès la disparition de l’urticaire. Evolution des symptômes. La plupart des cas d'urticaire sont temporaires (urticaire aiguë). L'éruption apparaît rapidement, devient plus sévère après 8-12 heures, puis normalement se dissipe dans les 24 heures (même si elle peut parfois persister pendant 48 heures). L’urticaire chronique. L’ évolution des symptômes pour l’urticaire chronique peut être imprévisible. Une enquête a révélé que près de la moitié des personnes présentant des poussées d’urticaire chronique présentent des symptômes pouvant durer entre 6 à 12 semaines, suivies de période de rémission ou de disparition complète. Certains éléments déclencheurs comme le stress ou l'alcool peuvent aggraver les symptômes. La même enquête a révélé qu’une personne sur 10 présentant des symptômes persistants pouvait les subir l’année durant. Les symptômes de l'urticaire chronique sont souvent plus gênants en soirée, ce qui peut rendre l'endormissement difficile. Quand consulter un médecin? Vous devriez consulter votre médecin si vos symptômes ne disparaissent pas dans les 48 heures. Discuter également avec votre médecin si vous présentez des symptômes graves qui vous affectent dans vos activités quotidiennes et/ou sur votre santé morale. Vous devrez peut-être avoir recours à la prise de comprimés oraux à base de corticostéroïdes. La vascularite urticairienne. Une forme moins commune de l'urticaire est appelée vascularite urticairienne. La vasculite provoque l’inflammation des vaisseaux sanguins. Dans cette forme de la maladie, les « zébrures » dues à l’inflammation durent plus longtemps que 24 heures, sont plus douloureuses et peuvent laisser une ecchymose. La vascularite urticairienne peut exiger le renvoi à un spécialiste de la peau (dermatologue). Les causes de l'urticaire. L'urticaire est provoquée par la libération de produits chimiques ( histamine et autres) sous la surface de la peau, causant une inflammation des tissus. Causes de l'urticaire aiguë. Ce qui déclenche l' urticaire aiguë reste inconnue dans environ la moitié des cas. Cependant, certains déclencheurs sont reconnus: Une réaction allergique à la nourriture, comme les arachides, les mollusques les crustacés, les œufs ou le fromage Une réaction allergique à des facteurs environnementaux tels que le pollen, les acariens de la poussière ou des produits chimiques Une réaction allergique au latex, qui peut être un problème commun chez les professionnels de la santé (par l’utilisation de gants en latex par exemple) Des Infections, qui peuvent aller de la plus triviale, comme une rhinite, à beaucoup plus grave, telle que le VIH. Des Piqures et morsures d’insectes Des Conséquences émotionnelles du stress Certains médicaments peuvent provoquer une urticaire. Certains antibiotiques, des anti-inflammatoires non-stéroïdiens, l'aspirine et certains antihistaminiques… peuvent engendrer ce genre d’effet secondaire. Des Déclencheurs physiques, tels que la pression sur la peau, un changement de température, la lumière du soleil, l'exercice ou l'eau (piscine, eau de mer) L’urticaire chronique. L'urticaire chronique peut commencer lorsque le système immunitaire de votre corps attaque ses propres tissus. Ceci est une réaction auto-immune connue. Les anticorps (protéines qui normalement luttent contre les bactéries et les virus) sont parfois à la source de la libération d' histamine (provoquant l’urticaire). On pense qu'environ un tiers des cas d' urticaire chronique est une réaction auto-immune. On ne sait pas pourquoi l'urticaire auto-immune se développe, même si elle peut se développer en combinaison avec d'autres maladies auto-immunes telles que: La polyarthrite rhumatoïde: Le système immunitaire attaque les articulations Le lupus: Le système immunitaire attaque les articulations et la peau, ce qui entraîne généralement une fatigue persistante et intense. Dans les cas plus rares, l'urticaire chronique peut aussi être causée par d'autres maladies chroniques ou des infections, de la glande thyroïde notamment (glande thyroïde hyperactive), par une hépatite virale (infection du foie) ou par des parasites intestinaux. L'urticaire chronique peut souvent disparaître sans raison apparente. Cependant, chez certaines personnes, certaines causes semblent la faire réapparaître, parfois dans une forme aggravée. Ces déclencheurs incluent: Le stress L’alcool La caféine Les températures trop chaudes, ou trop froides Une pression prolongée sur la peau (par exemple par des vêtements serrés) Certains médicaments comme les AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens), la codéine antalgique et les inhibiteurs de l'ECA (enzyme de conversion de l’angiotensine utilisé pour traiter l'hypertension artérielle) Certains additifs alimentaires tels que les salicylates, qui se trouvent dans les tomates, jus d'orange et le thé. Les morsures et piqûres d'insectes Le stress. Diagnostic de l’urticaire. L'urticaire aiguë. L'urticaire aiguë est généralement diagnostiquée par l'examen de l'éruption sur la peau. Votre médecin voudra également savoir ce qui a déclenché vos symptômes, afin de les éviter à l’avenir. Il vous sera demandé: Quand et où l’urticaire a-t-il commencé? Ce que vous aviez mangé juste avant son apparition et quelles sont vos habitudes alimentaires de manière plus générale? Si vous aviez commencé la prise d’un nouveau médicament, juste avant l’apparition des symptômes? Si vous habitez ou travaillez dans un environnement où vous êtes en contact avec des déclencheurs possibles, tels que les animaux de compagnie, les produits chimiques ou des gants en latex, etc. Si vous aviez été mordu ou piqué par un insecte avant l’apparition des symptômes? Au sujet de votre état de santé actuel, si vous avez eu des infections récentes? Si vous avez récemment voyagé dans un pays étranger et, si oui, où? S’il y a des antécédents familiaux Etc. Dans la moitié des cas, la cause de l’urticaire ne sera pas identifiée. Si votre médecin soupçonne qu'il s'agit d'une réaction allergique, vous pouvez être dirigé vers un spécialiste des allergies ( allergologue ). Les tests peuvent être effectués soit sur votre peau ou à partir d’un échantillon sanguin, afin de déterminer votre réaction allergique à certains déclencheurs potentiels en particulier certains aliments ou le latex. L'urticaire chronique. Si votre urticaire dure depuis plus de six semaines, il est extrêmement peu probable que cela soit dû à une allergie. Des tests d'allergie ne sont dans ce cas généralement pas recommandés. Cependant, votre médecin doit enquêter sur tout ce qui peut aggraver votre urticaire, comme la prise de médicaments, votre consommation d'alcool, de caféine, votre état de stress, etc. Vous pouvez aussi avoir à recourir aux tests suivants pour voir s’il existe une possible cause sous-jacente à votre urticaire chronique: Un test sanguin afin d'identifier une éventuelle anémie Un échantillon de selles pour identifier la présence de parasites intestinaux Une évaluation de vos globules rouges, pour identifier des problèmes de système immunitaire Des tests de la fonction thyroïdienne, ce qui peut vérifier une glande thyroïde hyperactive ou déficiente Des tests de la fonction hépatique: pour détecter d’éventuels problèmes de foie. Traitement de l'urticaire. La plupart des cas d'urticaire n'auraient pas besoin d'être traités tant que les symptômes demeurent bénins, l'amélioration se faisant le plus généralement d’elle-même en quelques jours. Traitement de l'urticaire aigüe. Si les symptômes de l'urticaire aiguë s’aggravent ou persistent, vous pouvez avoir recours à des antihistaminiques. Parlez-en à votre pharmacien ou consultez votre médecin selon vos symptômes. Votre médecin peut vous prescrire des comprimés de corticostéroïdes et vous devrez retourner le consulter si les symptômes s'aggravent ou si le traitement n'a pas fonctionné après deux semaines. Les antihistaminiques. Les antihistaminiques bloquent les effets de l'histamine, de sorte qu'ils devraient arrêter les symptômes de démangeaisons et réduire l'éruption. Quelques antihistaminiques plébiscités pour traiter l’urticaire: Les antihistaminiques modernes ne provoque pas de somnolence chez la plupart des patients, mais il existe quelques exceptions. Il est nécessaire de voir comment vous réagissez à l'antihistaminique avant de conduire ou de faire toute action dont la somnolence pourrait vous faire encourir un risque. Les antihistaminiques modernes peuvent cependant causer de la somnolence s'ils sont pris conjointement à de l'alcool. Toujours lire la notice de votre médicament. Si vous rencontrez des problèmes de sommeil la nuit à cause de l'urticaire et notamment en raison des démangeaisons, votre médecin peut vous donner des antihistaminiques supplémentaires qui sont connus pour causer de la somnolence, comme la chlorphénamine ou l'hydroxyzine. Les antihistaminiques ne sont normalement pas prescrits pendant la grossesse. Cependant, votre médecin peut recommander la chlorphénamine s’il pense que les avantages sont supérieurs au risque. Il existe plusieurs milliers de cas connus de femmes enceintes prenant de la chlorphénamine et il n'y a aucune preuve à ce jour que cela soir nocif pour l’enfant. Les corticostéroïdes. On peut vous prescrire un traitement de courte durée à forte dose de corticoïdestéroïdes, tels que la prednisolone (si vos symptômes sont sévères). Les corticostéroïdes agissent sur le système immunitaire et, par conséquent, peuvent supprimer les symptômes de l'urticaire. Habituellement, un traitement de trois à cinq jours de prednisolone, est recommandé. La prise de corticostéroïes sur le long terme n’est généralement pas recommandée, car cela peut conduire à de nombreux effets secondaires non désirés, avec des complications telles que l'hypertension artérielle, le glaucome, la cataracte et le diabète. Traitement de l’urticaire chronique. Le traitement de l' urticaire chronique nécessite de vous aider à maîtriser les symptômes et de vous aider à éviter les facteurs déclencheurs qui pourraient les aggraver. Si vous avez l' urticaire chronique et un œdème de Quincke (gonflement de la couche plus profonde de la peau), vous pourrez être orienté vers un dermatologue (spécialiste en maladies de la peau). C'est parce qu’un angio-œdème est potentiellement plus grave et peut provoquer des difficultés respiratoires. Les antihistaminiques. Les symptômes de l'urticaire chronique sont traités avec des antihistaminiques. Vous pourriez avoir à les prendre régulièrement et aussi longtemps que les symptômes persistent. Comme pour l'urticaire aiguë, on peut vous donner une combinaison d'antihistaminiques n’ayant pas d’effet de somnolence pour votre quotidien, et somnolent pour vous aider à dormir. Si vos symptômes ne répondent pas au traitement, il peut être recommandé d'augmenter la dose. L’augmentation de la dose peut souvent aider à maîtriser les symptômes qui, auparavant, n'ont pas répondu au traitement. Cependant, vous ne devriez augmenter la dose qu’après avis médical. Un nouveau type d'antihistaminique appelé rupatadine s'est révélé efficace dans le traitement des cas plus graves de l'urticaire chronique et qui ne répond pas à d'autres antihistaminiques. Le médecin en charge de vos soins devraient être en mesure de vous dire si vous pouvez bénéficier de la prise de rupatadine. Crème à base de Menthol. Une crème à base de Menthol peut être utilisé en alternative ou en complément des antihistaminiques, afin de soulager les démangeaisons. Votre médecin pourra vous en faire la prescription. Les corticostéroïdes. Des épisodes plus graves de l'urticaire peuvent être traités avec un dosage faible de corticoïdes, tels que la prednisolone. Les effets secondaires possibles des corticostéroïdes comprennent une augmentation de l'appétit accompagnée d’un gain de poids, un possible changement d'humeur, des difficultés de sommeil (l'insomnie). L’utilisation prolongée de corticostéroïdes pour traiter un urticaire chronique n'est pas recommandée pour les raisons mentionnées ci-dessus. Les antihistaminiques H2. Ce type d'antihistaminiques que vous pourrez obtenir auprès de votre pharmacien, sont tout autant connus que les antihistaminiques H1. Ces antihistaminiques peuvent parfois être utiles dans le traitement de l' urticaire chronique, car ils peuvent réduire le volume des vaisseaux sanguins, réduisant ainsi les rougeurs de la peau. Les antihistaminiques H2 peuvent être utilisés en combinaison avec des antihistaminiques H1 ou comme une alternative. Les effets secondaires des antihistaminiques H2 sont rares, mais incluent: Si vous vous sentez étourdi après avoir pris un antihistaminique H2 ou pratiquer toute activité pouvant vous faire encourir un risque. La photothérapie aux ultraviolets B. La photothérapie aux ultraviolets B (NUVB) est un type de traitement qui consiste à exposer les zones de votre peau aux rayons ultraviolets. La lumière peut aider à la disparition ou l’atténuation des zones éruptives. La NUVB consiste à se tenir debout dans une cabine, un peu comme dans une douche, qui est tapissée d’un certain nombre d'ampoules fluorescentes. Votre peau est ensuite exposée à la lumière pendant une courte période, généralement pas plus de quelques minutes. Normalement vous devrez faire entre deux et cinq séances par semaine. La plupart des gens ont besoin de 20 séances avant que leurs symptômes ne commencent à s’améliorer de façon significative. La lumière peut causer une brûlure de la peau, semblable à un léger coup de soleil. Vous pourrez avoir recours à une crème pur apaiser la sensation de brûlure. L'exposition à la lumière ultraviolette comporte un risque théorique de cancer de la peau. Nous ne savons pas encore l’importance de ce risque, ce traitement n’étant pas assez vieux, mais la plupart des experts le pensent minime. Les Antagonistes des récepteurs des leucotriènes. Les Antagonistes des récepteurs des leucotriènes sont une catégorie de médicament qui peut souvent réduire la rougeur et l'enflure de la peau. Ils sont souvent une alternative aux corticostéroïdes sur le long terme car leur risque d’effet secondaire est de moindre envergure. Les effets secondaires sont rares et relativement mineurs, comme des maux de tête et des nausées. La Cyclosporine. Un médicament très puissant appelé la cyclosporine s'est révélée efficace dans le traitement de l'urticaire dans environ les deux tiers des cas. Son action est similaire à celle des corticostéroïdes. Il supprime les effets nocifs du système immunitaire et est disponible sous forme de capsules ou sous forme liquide à boire. Les effets secondaires courants de la cyclosporine comprennent: L’hypertension Un accroissement du taux de cholestérol Des maux de tête Des secousses involontaires (tremblements) Une vulnérabilité accrue aux infections, en particulier les infections pulmonaires, les infections des voies urinaires (infection de n'importe quelle partie du corps utilisée pour enlever l'urine du corps) et un type d'infection virale appelée cytomégalovirus. Plus une personne prend la cyclosporine, plus son inefficacité accroit. Une étude a révélé que seulement une personne connaissait toujours les symptômes de l’urticaire chronique après 5 mois de traitement. Des effets secondaires tels que l' hypertension artérielle et l'hypercholestérolémie sont également une cause de préoccupation, car ceux-ci peuvent augmenter votre risque de maladie cardiaque et d’AVC (accident vasculaire cérébral). Même si vous répondez encore de manière favorable au traitement, il peut être recommandé de stopper la prise de cyclosporine après quelques mois. Régime alimentaire. Il y a controverse sur le rôle de l'alimentation chez les personnes atteintes d’urticaire chronique. Il y a deux groupes de substances chimiques dans les aliments qui peuvent déclencher l'urticaire chez certaines personnes: les amines vaso-actives et les salicylates. Eviter ou réduire la consommation de ces produits chimiques peuvent améliorer les symptômes. Vous pouvez tenir un journal alimentaire, afin de voir si en évitant certains aliments, vos symptômes s’améliorent. Si vous limitez votre alimentation, consultez éventuellement un diététicien ou un nutritionniste, qui pourront vous aider à sélectionner les aliments inutiles dans votre alimentation, sans encourir de risque de carence alimentaire. Amines vasoactives. Les aliments qui contiennent des amines vaso-actives, et pouvant causer la libération d'histamine, comprennent: Les fruits de mer Les fraises Les tomates Le poisson Le chocolat L’ananas. Les salicylates. Les salicylates sont d'origine naturelle et se trouvent dans une grande variété d'aliments d'origine végétale. Vous pouvez essayer d’atténuer leur consommation, mais vous ne pourrez pas les éviter totalement. Les aliments qui contiennent des salicylates comprennent: Les tomates Les épices Le jus d'orange Les framboises Le thé. Prévenir l’urticaire. Si vous savez ce qui déclenche votre urticaire ou l’aggrave, évitez les déclencheurs pour garder un contrôle sur ses apparitions. Les déclencheurs comme l'alcool et la caféine peuvent être facilement évités. Et si vous pensez qu'un médicament en particulier peut être le déclenchement de vos symptômes, contactez le médecin qui vous en a fait la prescription, afin de voir avec lui s’il existe des alternatives. Éviter le stress peut être plus difficile, en particulier si vos symptômes nuisent à votre qualité de vie et influent sur celui-ci. Si vous souffrez d'urticaire chronique, vous pourrez constater que des techniques de relaxation comme la méditation ou l'hypnose, peuvent atténuer la gravité de vos symptômes. Les informations données sur ce site ne sauraient engager l’auteur et ne sont données qu’à titre informatif. Aussi, consultez un professionnel de la santé pour toute question concernant l' urticaire. Forum Urticaire et Témoignages. Nous vous proposons de laisser vos commentaires ci-dessous.

perdre du poids du ventresca

Tourte de Noël au foie gras. Je me suis « lâchée lousse » pour l’anniversaire de Margaux avec cette tourte de Noël au foie gras! Un maximum d’ingrédients, un peu de travail et de patience pour un résultat plutôt époustouflant gratifiant 😊 Je me dois d’être parfaitement honnête avec vous: j’ai mal dormi la veille du démoulage car j’avais peur que ce soit un désastre sous ce feuilletage quasi parfait (Oui. On a les angoisses qu’on peut et c’était une fête d’anniversaire, quand même!). Bien sûr, il faut s’y prendre un peu à l’avance pour le préparer: on commence par assaisonner le foie gras et le magret l’avant-veille de la dégustation. La veille, on assemble la tourte et on la cuit. Une fois prête, on la laisse reposer au réfrigérateur toute une nuit. Il suffit de la sortir 1 h avant de la déguster, ou la repasser un peu au four. J’ai utilisé de la pâte feuilletée de grande qualité car je manquais de temps pour la faire moi-même. N’envisagez pas cependant d’utiliser de la pâte feuilletée industrielle pour cette recette, vous seriez très déçus du résultat. Faites-la vous-même ou commandez-la à votre boulanger. Un petit conseil: ne remplacez surtout pas le sel gris par du blanc, cela salerait trop la tourte… Une fois le moule garni de pâte, on monte les ingrédients par couche. Ensuite on referme la tourte et on la décore avec les chutes de pâte feuilletée. Ça fait clairement son petit effet en arrivant sur la table… C’est une recette de Gilles Vérot que j’ai conservée après l’avoir découpée dans un magazine. J’ai fini par me lancer en suivant le pas à pas de cet artisan charcutier de talent, au palmarès impressionnant. Bien m’en a pris car nous avons adoré cette recette totalement de saison… Tourte de Noël au foie gras: Nb de personnes: 8 à 10. 40 min Préparation. 1 hr, 30 Cuisson. 700 g de pâte feuilletée 500 g de poitrine de veau hachée à la grosse grille 1 magret de canard sans la peau 1 lobe de foie gras de canard de 500 g déveiné 100 g de champignons de Paris 2 échalotes 100 g de foies de volaille 1 petite botte de persil 2 oeufs 50 g de crème fraiche épaisse 100 g d'abricots secs 100 g d'écorces d'orange confite en petits dés 100 g de raisins secs 50 cl de jus de volaille beurre 4 à 5 cuillerées à soupe d'armagnac 1 + 1 pincée de sucre 55 g sel de Guérande 6 g de poivre du moulin. L'avant-veille: Escalopez le magret de canard (coupez-le en deux puis incisez en profondeur chaque moitié et ouvrez-les à plat). Détaillez le foie gras en tranches épaisses. Assaisonnez le veau, le canard er le foie gras séparément avec le sel de Guérande, le poivre, le sucre et l'armagnac. Assemblez -les dans un plat, filmez et réservez au frais 24 h. La veille: Dans une poêle bien chaude, saisissez les champignons, les foies de volaille et les échalotes avec du beurre. Hachez grossièrement, salez, poivrez et parsemez de persil. Mettez les abricots, les dés d'orange confite et les raisins dans un bol, puis ajoutez quelques gouttes d'armagnac. Dans un saladier, mélangez le veau, les foies, les champignons coupés en quartiers, la crème, un oeuf et le jus de volaille. Dans un bol, battez l'autre oeuf avec une pincée de sucre. Beurrez un cercle de 24 cm de diamètre. Étalez la pâte feuilletée sur une épaisseur de 0,5 cm. Découpez 2 cercles de pâte: un de 24 cm de diamètre, l'autre de 30 cm. Gardez les morceaux de pâte. Tapissez le cercle avec la pâte. Garnissez en couches superposées: veau, magret de canard, orange confite, foie gras, veau, abricots, magret de canard, raisins secs, foie gras, veau. Tassez à chaque couche, rabattez la pâte sur la farce. Badigeonnez d'oeuf le pourtour du deuxième disque. Posez-le sur la tourte et appuyez pour le faire coller. pincez le bord pour souder et dorez à l'oeuf. Réalisez le décor avec les chutes de pâte: tresse, feuillage, petites billes. Placez-les joliment sur la tourte, dorez à l'oeuf puis réservez la tourte 2 h au frais. Préchauffez le four à 200°C puis enfournez 20 minutes. Baissez la température à 150°C et poursuivez la cuisson durant 1 h. Laissez refroidir avant de démouler la tourte. Filmez puis réservez au frais. Le jour même: Sortez la tourte du frigo 1 h avant la dégustation et servez à température ambiante ou tiède. Dans ce cas, réchauffez-la à feu moyen. On peut la conserver 1 semaine au réfrigérateur.

perdre ventre femme

Alcool et lendemains de veille. Les symptômes du lendemain d’ivresse. Dans la littérature scientifique, la veisalgie du lendemain d’ivresse est habituellement décrite comme un inconfort généralisé qui se manifeste dans une constellation hétérogène de symptômes biologiques, physiologiques et affectifs. La sévérité de ces symptômes peut être assez prononcée pour engendrer des problèmes fonctionnels chez ceux qui les ressentent. Les malaises apparaissent quand la concentration d’alcool dans le sang amorce sa descente. Ils sont à leur point culminant quand elle est redescendue à zéro. L’inconfort associé à la veisalgie dure rarement plus de 24 heures. Les symptômes de la veisalgie sont associés au taux d’alcoolémie qui dépend essentiellement de trois facteurs: le temps, le poids et le sexe. La distribution de l’alcool dans le sang est influencée par le rapport entre masse maigre et masse grasse de l’organisme, ce qui expliquerait que, pour un poids équivalent, on note des variations dues aussi à l’âge et à l’adiposité du sujet. Le calcul du taux d’alcoolémie est donc approximatif. Les symptômes de veisalgie les plus fréquemment rapportés se déclinent en huit grandes catégories: Effets généraux: fatigue, accablement, détresse et grande sensation de soif. Symptômes nociceptifs: douleurs et crampes musculaires, ainsi que des maux de tête. Désordres gastro-intestinaux: perte d’appétit, maux de ventre, nausée, vomissements et diarrhée. Activité accrue du système nerveux sympathique: augmentation de la pression artérielle systolique, battements de cœur rapides (tachycardie), palpitations, tremblements et sueurs. Symptômes sensorio-perceptifs: hypersensibilité aux sons et à la lumière, étourdissements. Sommeil: diminution du temps de sommeil général et paradoxal et, à l’inverse, augmentation du sommeil à ondes lentes. Atteintes cognitives: réduction de l’attention, de la concentration et de la mémoire à court terme Atteintes psychopathologiques: difficultés visuo-spatiales importantes, déficit des habiletés psychomotrices, et impression marquée d’anxiété, de dépression et d’irritabilité. Les causes du lendemain de veille. Le phénomène de la veisalgie du lendemain d’ivresse est possiblement un des sujets de l’alcoologie les moins bien documentés. Sur la base des travaux réalisés à ce jour, il est actuellement possible de proposer deux grandes catégories d’explications au lendemain de veille. Il y a d’abord les causes indirectes qui sont les carences en eau, en sucre et les carences de sommeil qu’entraîne la consommation abusive. Il y a ensuite une cause directe qui est la production d’acétaldéhyde. 1. Carences en eau, en sucre et carences de sommeil. La consommation excessive d’alcool agresse à peu près toutes les parties du corps et les organes attaqués sont poussés à se défendre. Or, ces mécanismes de défenses physiologiques provoquent une déshydratation et une insuffisance de glucose. Ce sont ces carences en eau et en sucre qui expliquent particulièrement l’inconfort du lendemain de veille. Évidemment, la grande sensation de soif est le résultat de la déshydratation. Les douleurs musculaires et les maux de tête le sont aussi. En effet, lorsqu’il est déshydraté, le corps va puiser de l’eau dans certains organes, dont le cerveau. On observe alors une atrophie du cerveau, ainsi qu’une réduction de taille des méninges (enveloppes protectrices entourant le cerveau). C’est leur atrophie qui provoque les maux de tête. Le corps déshydraté présente aussi un manque important d’électrolytes, ce qui pourrait expliquer les crampes et les douleurs musculaires qui sont habituellement ressentis lors d’un lendemain de veille. Bon nombre des symptômes du lendemain de veille sont également ceux de l’hypoglycémie. Cela n’est pas un hasard. En effet, la majeure partie de l’alcool consommé est transformée par le foie. Ce faisant, le foie, dont une des caractéristiques les plus remarquables est sa production de glucose, ne parvient plus à remplir cette fonction vitale. Or, le glucose est la principale source d’énergie du métabolisme et la principale substance susceptible de faire défaut au cerveau. Une carence en glucose entraîne des perturbations et un fonctionnement anormal du cerveau. Voilà pourquoi, dans les heures suivant la prise d’alcool, ceux qui ont trop bu ressentent de la faiblesse, de la fatigue, des vertiges, de l’anxiété, de l’accablement, des difficultés de concentration, des troubles visuels, etc. D’autres chercheurs ont démontré que le lendemain d’une cuite, une des principales raisons au fait que les gens se sentent mal est le manque de sommeil causé par la consommation abusive d’alcool. Si l’alcool peut, en effet, aider à tomber endormi, il modifie le cycle du sommeil. Plus précisément, l’alcool peut causer de l’insomnie, des éveils à répétition et exacerber les troubles du sommeil. Cela explique pourquoi le lendemain d’une consommation excessive d’alcool, il y a risque de se sentir fatigué et de ne pas être en pleine possession de ses capacités cognitives. Il n’y a pas de bon sommeil après une cuite. 2. La production d’acétaldéhyde. Nous l’avons mentionné, la majeure partie de l’alcool consommé est transformée par le foie. Lors de cette métabolisation, le foie produit l’enzyme alcool déshydrogénase qui transforme l’alcool en acétaldéhyde, une substance très toxique. À haute concentration, l’acétaldéhyde a des effets sur l’ensemble de l’organisme. Cela provoque notamment des rougissements du visage, des sueurs, de la nausée, des vomissements et de la tachycardie. Étant donnée la ressemblance entre ces symptômes et ceux de la veisalgie du lendemain d’ivresse, des auteurs avancent que l’inconfort du lendemain de veille est le résultat direct de la métabolisation hépatique de l’alcool.

diete pour perdre du poids rapidement suri

Douleur foie. Le foie est le plus gros organe interne du corps. Ses fonctions principales consistent à: métaboliser la plupart des nutriments absorbés par les intestins; stocker des nutriments; fabriquer des protéines; nettoyer le sang en le débarrassant des médicaments, de l'alcool et des substances chimiques potentiellement nocives qu'il contient, et en traitant ces substances chimiquement pour qu'elles puissent être excrétées par le système digestif ou l'appareil urinaire. En contact avec de nombreuses substances dangereuses, le foie est protégé des maladies de deux manières. D'une part, il peut se régénérer en réparant ou en remplaçant les tissus qui présentent des lésions. D'autre part, le foie a plusieurs unités cellulaires affectées à la même tâche. Ainsi, si une zone est endommagée, d'autres cellules exécuteront les fonctions de la région lésée, indéfiniment ou jusqu'à ce qu'elle soit réparée. Il existe une large gamme de troubles du foie, entre autres les hépatites, la cirrhose, les tumeurs et les abcès, pour n'en citer que quelques-uns. Nous nous concentrerons ici sur les 2 formes les plus courantes: les hépatites et la cirrhose. Il existe plusieurs types d'hépatites et même si leurs symptômes sont similaires, elles se contractent de différentes manières. L'hépatite A est la plus courante et la plus contagieuse, elle se transmet facilement d'une personne à une autre comme la plupart des virus. Elle touche des millions de personnes dans le monde et est responsable de plus de 2 millions de décès par an. L'hépatite B est généralement contractée par contact avec du sang contaminé, les sécrétions vaginales et le sperme. On estime qu'environ 300 000 personnes au Canada souffrent d'hépatite B. L'hépatite C, selon les estimations, affecte environ 3,5 millions de personnes en Amérique du Nord. Approximativement 15 % des personnes atteintes d'hépatite C ont presque certainement été contaminées par transfusion sanguine avant la généralisation des tests de détection appropriés. L'hépatite D est plutôt exceptionnelle, car elle n'atteint que les personnes qui ont déjà été touchées par l'hépatite B. Le second type de troubles du foie est la cirrhose. Elle constitue le stade final de plusieurs formes différentes de maladies du foie. La cirrhose provoque des cicatrices permanentes dans le foie, lesquelles peuvent avoir des répercussions graves sur le bon fonctionnement de cet organe. Vous ne savez pas par où commencer? Créez un guide de discussion personnalisé pour votre rencontre avec le médecin. Vous désirez être guéri? Alors, parlons-en. Causes. L'hépatite est une inflammation du foie qui peut être provoquée par un virus, des troubles héréditaires et parfois par certains médicaments ou toxines tels que l'alcool et les drogues. Les scientifiques ont identifié 4 types principaux d'hépatite virale: l'hépatite A, l'hépatite B, l'hépatite C et l'hépatite D. Un 5e type, l'hépatite E ne se rencontre pratiquement pas en Amérique du Nord. L' hépatite A est véhiculée par l'eau et se transmet principalement par l'intermédiaire des égouts, de l'eau et des aliments contaminés. L' hépatite B se transmet par contact avec du sperme, du sang ou des sécrétions vaginales contaminés, ainsi que de la mère à l'enfant au cours de la grossesse. Par conséquent, l'hépatite B est le plus souvent transmise lors de relations sexuelles non protégées et par des aiguilles contaminées (y compris celles utilisées pour des tatouages, l'acupuncture et le percement des oreilles). L' hépatite C se propage par contact direct sanguin. L' hépatite D se transmet par l'intermédiaire d'aiguilles et de transfusions sanguines contaminées. Les améliorations qui ont été réalisées en ce qui concerne les tests de dépistage des dons de sang ont considérablement réduit le risque de la transmission de l'hépatite B ou C par des transfusions. Par ailleurs, l'hépatite B et C peuvent toutes deux se propager lors de l'utilisation de rasoirs, de brosses à dents et de coupe-ongles. La cause principale de cirrhose est une infection chronique par le virus de l'hépatite C. Parmi les autres causes on retrouve: une consommation alcoolique prolongée et excessive; une infection chronique par le virus de l'hépatite B; des troubles héréditaires du métabolisme du fer et du cuivre; des réactions graves à certains médicaments; une stéatose hépatique (une accumulation des graisses dans le foie) imputable à l'obésité; des infections causées par des bactéries et des parasites habituellement originaires des tropiques; des crises cardiaques répétées accompagnées de congestion du foie et d'une obstruction des voies biliaires. La cirrhose détruit les tissus du foie progressivement et de manière irréversible, à la suite d'une infection, d'un empoisonnement ou d'une autre affection. Le tissu hépatique sain est remplacé par des cicatrices et les zones de régénération des cellules hépatiques. Parlez de l’hépatite C avec votre médecin à l’aide d’un guide de discussion personnalisé. Obtenez l’info dont vous avez besoin. N’attendez plus pour être guéri. Symptômes et Complications. L'hépatite et la cirrhose présentent peu de signes d'alerte. Dans la phase aiguë de la plupart des hépatites, des symptômes évoquant ceux de la grippe pourraient se manifester sous forme de fatigue, de fièvre, de nausées, d'un manque d'appétit et de douleurs (habituellement sous les côtes du côté droit de la cage thoracique). Une jaunisse (la coloration jaune de la peau et du blanc des yeux) pourrait également se déclarer. Après la phase aiguë, les complications varient en fonction du type d'hépatite. À ce stade, l'hépatite A disparaîtra en conférant une immunité définitive. Dans le cas des hépatites B et C, les particules virales peuvent rester dans l'organisme et provoquer une infection chronique qui durera plusieurs années. Cette atteinte peut dégénérer en cirrhose, et dans certains cas, en cancer du foie. Parmi les signes et les symptômes d'une cirrhose figurent: une douleur abdominale; une fatigue générale; des saignements intestinaux; une démangeaison; une jaunisse (le jaunissement de la peau et du blanc des yeux); une baisse de la libido (le désir sexuel); des nausées et des vomissements; l'apparition de petits vaisseaux sanguins sous-cutanés ou de contusions faciles; le gonflement de l'abdomen et des jambes causé par une accumulation de liquides; de la faiblesse; une perte de poids. Les personnes atteintes de cirrhose doivent consulter un médecin en urgence si elles présentent l'un des symptômes ci-après: une confusion mentale; un saignement rectal; des vomissements de sang. Diagnostic. Les médecins dépistent les hépatites à l'aide d'analyses sanguines et d'un dossier médical complet. Ils vous poseront des questions pour savoir si vous avez effectué: des injections intraveineuses de drogues; la dégustation récente de crustacés provenant d'eaux polluées; des voyages dans des pays où les infections hépatiques sont répandues; un contact direct avec du sang ou une transfusion sanguine; des pratiques sexuelles potentiellement dangereuses; la prise de certains médicaments au cours des derniers mois. Le diagnostic de la cirrhose s'appuie sur les antécédents cliniques ou médicaux, votre aspect physique et les résultats des analyses sanguines. Il est également possible de procéder à une biopsie du foie pour confirmer le diagnostic. Traitement et Prévention. Il n'existe pas de traitement spécifique des hépatites aiguës. Il n'est pas toujours nécessaire de rester au lit, mais vous pourriez vous sentir mieux si vous limitez vos activités physiques. Il est important de maintenir un apport calorique adéquat. Votre médecin peut vous recommander de faire de petits repas fréquents, riches en calories et de boire beaucoup de liquides. Vous devriez éviter l'alcool ou en limiter la consommation afin d'aider le foie à guérir. Si vous êtes incapable de manger ou de boire, vous devrez peut-être séjourner à l'hôpital. Afin de diminuer le taux de virus dans le corps, des personnes atteintes de l'hépatite B ou C pourraient tirer parti de médicaments qui peuvent freiner la réplication (la reproduction) virale. Vous devriez discuter des risques et des bienfaits de ces médicaments avec votre médecin. Dans le cas des hépatites B ou C, votre médecin effectuera probablement une surveillance périodique ciblant les signes d'inflammation du foie. Il n'est généralement pas nécessaire d'isoler les personnes atteintes d'hépatites, mais les proches doivent être prévenus du mode de transmission du virus. Il est très important de se laver les mains après chaque visite aux toilettes. Les gouvernements et les professionnels de la santé luttent contre la propagation des hépatites de diverses façons. Par exemple, il existe un vaccin efficace contre l'hépatite A. Il existe également des programmes mondiaux d'immunisation contre l'hépatite B, et l'analyse des dons de sang est devenue une pratique courante pour la détection de l'hépatite C. Au Canada, la vaccination contre l'hépatite B est recommandée pour l'ensemble de la population et fait partie de la série des premières vaccinations infantiles. Si vous êtes sur le point d'entreprendre un voyage dans les pays où l'hépatite B est répandue, vous devriez vérifier auprès de votre médecin ou d'une clinique pour voyageurs si vous devriez vous faire vacciner contre l'hépatite A ou B. Il n'existe pas encore de vaccin contre l'hépatite C. Pour prévenir la transmission des hépatites virales, il est primordial que le personnel médical qui entre en contact avec des ustensiles, des literies ou des vêtements contaminés se lave soigneusement les mains. Les personnes qui dispensent des soins médicaux devraient se faire vacciner, car elles courent un risque élevé d'infection à cause de leur contact avec des personnes infectées. Il n'existe pas de traitement efficace contre la cirrhose, mais sa progression peut être considérablement freinée par la sobriété. Il faut également se montrer prudent dans l'utilisation de médicaments qui pourraient aggraver une atteinte hépatique. Par exemple, les personnes atteintes de cirrhose devraient discuter avec leur médecin des doses d'acétaminophène* qu'elles peuvent prendre en toute sécurité étant donné que l'acétaminophène est métabolisé par le foie. Il faut parfois éviter la prise d'anti-inflammatoires. Le traitement porte principalement sur les complications et peut comporter un régime à faible teneur en sel pour limiter la rétention d'eau, des médicaments diurétiques, un régime pauvre en protéines et des suppléments de vitamines K, A et D. Il est possible de réduire les démangeaisons avec des médicaments spéciaux. Des laxatifs peuvent être prescrits afin d'accélérer l'élimination des toxines présentes dans le système. Dans certains cas, une greffe du foie est nécessaire. *Tous les médicaments ont à la fois une dénomination commune (un nom générique) et un nom de marque ou marque. La marque est l'appellation qu'un fabricant choisit pour son produit (par ex. Tylenol ® ). Le nom générique est le nom du médicament en médecine (par ex. l'acétaminophène). Un médicament peut porter plusieurs noms de marque, mais il ne possède qu'un seul nom générique. Cet article répertorie les médicaments par leur nom générique. Pour obtenir des renseignements sur un médicament donné, consultez notre base de données sur les médicaments. Pour de plus amples renseignements sur les noms de marque, consultez votre médecin ou un pharmacien.

Gros foie douloureux - 09/07/09. Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé. L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité. Résumé. Aborder une hépatomégalie douloureuse est une situation clinique fréquente qui ouvre un champ étiologique et pathogénique très vaste. Une démarche clinique rigoureuse est requise, certaines étiologies pouvant de plus engager parfois rapidement le pronostic vital. La physiopathologie traduit une hypertrophie soit des constituants primitifs du foie, soit de constituants exogènes au foie, infectieux, tumoraux ou autres. L'examen clinique joue un rôle prépondérant en recadrant le contexte clinique et l'anamnèse de la douleur, en déterminant les caractéristiques de l'hépatomégalie et en recrutant les signes d'accompagnement. Des examens biologiques simples et l'échographie abdominale avec étude vasculaire en Doppler permettent d'aborder six grands cadres diagnostiques aux implications thérapeutiques spécifiques: pathologie lithiasique; foie vasculaire; foie infectieux; cirrhose et ses complications; lésions focales hépatiques; infiltrations hépatiques diffuses. La clinique et l'imagerie guident le diagnostic et la thérapeutique des lithiases biliaires. Le foie cardiaque, le syndrome de Budd-Chiari et la maladie veino-occlusive déterminent le tableau congestif du foie vasculaire. Le foie infectieux nécessite une prise en charge rapide guidée par le contexte épidémiologique pour le choix des anti-infectieux. L'hépatite alcoolique aiguë et le carcinome hépatocellulaire sont les deux principales étiologies d'une hépatomégalie cirrhotique douloureuse. Les hépatomégalies par infiltration diffuse et les lésions focales hépatiques symptomatiques signent souvent une complication ou un stade avancé de la maladie causale, parmi lesquelles les causes néoplasiques sont les plus redoutées. Le texte complet de cet article est disponible en PDF. Mots clés: Hépatomégalie, Hépatalgie, Foie vasculaire, Abcès, Tumeur, Infiltration, Échographie Doppler.