régime pour maigrir très vite synonyme caen


Douleur foie. 2015: Je suis un vieux de 76 ans, mais aussi un peu jeune car je vis bien, plus longtemps que les autres. 1) lisez et relisez attentivement toute la Préface suivante. Et UTILISEZ " Control _ F " pour CHERCHER. 1 PHOSPHORUS 15CH (3 gr. matin soir longtemps) 2 CAUSTICUM 15CH (3 gr. matin soir longtemps) Commentaires cliniques suivant les médicaments que j'ai testés. ALLIUM est valable pour les torticolis aussi bien pour des hommes et des femmes. - Pour éviter les crises cycliques de mon dos, je prend souvent 3 granules ALLIUM CEPA le matin après le réveil. Ainsi je me prémunis durant la journée de récidives de me douleurs lombaires. Ainsi au bout de 6 mois les crises de plusieurs jours ont pratiquent disparues. RUTA 15CH pour les douleurs lombaires des femmes qui n'ont évidement pas les même dispositions organiques au niveau de la ceinture que nous les hommes. Sur le tableau des laboratoires Boiron dans l'arrière boutique des pharmacies, il est marqué que ALLIUM CEPA est utilisable en cas de CORYSA ("rhume de cerveau", un rhume qui vous fait se moucher sans avoie de fièvre). MAIS ATTENTION "ALLIUM CEPA" SEMBLE NE PAS DUTOUT SOULAGER LES DOULEURS LOMBAIRES DES FEMMES. J'ai cherché et vérifié par une copine le médicament homéopathique pour les douleurs lombaires des femmes. MAJ sept. 2010: Il est le RUTA 15CH, 3 granules matin et soir. Ma copine de 71 ans se félicite d'avoir trouvé RUTA 15CH pour sa colonne vertébrale, elle commence à mieux respirer car ALLIUM était comme un pansement sur une jambe de bois. tonton7@noos.fr. Néanmoins ALLIUM serait bon expliquent certaines copines pour des douleurs cervicales genre torticolis. âge des artères. pour le cholestérol et maigrir. VIPERA REDI 5CH. Problème de VARICES sur les veines fatiguées des jambes qui servent à remonter la circulation sanguine des pieds vers le haut de l'organisme et le coeur. et aussi ALZHEIMER. LYCOPODIUM 5CH et 7CH. pour tous les âges. LYCOPODIUM CLAVATUM ("pied de loup avec fruit en forme de massues") un médicament homéopathique utilisé pour traiter les problèmes chroniques de toute la digestion (assimilation et élimination). Certains médecins orientaux parlent de traitement d’énergies défaillantes des organes Foie, Rate, Reins, Estomac, Vésicule biliaire et des intestins. Deux exemples pour mon organisme: 1) Une lourde somnolence chronique après chaque repas, 2) Ayant vraiment faim, je me retrouve rassasié rapidement alors que l’assiette appétissante est loin d’être vide. On parle aussi d'urticaire chronique. et BELLADONNA 9CH si fièvre. MAJ 31/07/14. MAJ juin. 2011 pour. et pour antibiotiques inadaptés. Ne pas oublier votre tube de granules PYROGENIUM en allant dans les hôpitaux pour neutraliser les infections nosocomiales toujours possibles (joli nom pour infections contractées à l'hôpital) qui peut provoquer un décès ou une amputation à cause d' antibiotiques inadaptés de venus inéficaces à des bactéries concernées. On parle de 10.000 personnes par an en France qui sont attaquées par des infections nosocomiales (tel que surtout des staphylocoques dorés). OSCILLOCOCCINUM de BOIRON. Efficacité remarquable contre les virus de la grippe, en vente dans toutes les pharmacies de France (6 doses de mini granules à prendre sans les toucher sous la langue; coût moins de 9€). - en cas de grippe déclarée prendre une dose tout de suite, puis soir et matin pendant 2 à 3 jours pour que la fièvre vous quitte surtout le matin. - en traitement préventif pendant une période d'exposition grippale, une dose par semaine, car le virus de la grippe se communique par la toux. Pour soigner efficacement Rhume chronique, Toux grasse, petite Bronchite, Coryza (Rhume de cerveau sans fièvre), glaires, mucosités et les crachats accompagnant, etc. Plusieurs prises de 3 granulas par jour pour avoir gosier et nez dégagé. C'est cent fois mieux que toutes les boules de gommes ou sirops possibles. En plus cela diminue l'envie de fumer... MAJ septembre 2011. CONCLUSION: avec un certain âge, en cas de douleurs musculaires aiguës prendre une dose toutes les 3 heures qui neutraliseront la douleur des muscles qui ont besoins des os en bonne santé. CHINA RUBRA 7CH. minimum minimorum (le minimum du minimum à avoir à portée de main) issue des recherches scientifiques juteuses de l' é pigénétique. MAJ 22 mars 2012. Définition la plus notoire, compréhensive et connue sous le nom vulgaire du CANCER: "mutation du matériel génétique de cellules de l'organisme". Une tumeur cancéreuse est mise en régression et guérie en 2 à 3 mois par un remède homéopathique appelé COBRALACTINE ou R17 de l'Institut du Dr. Reckeweg à Baden-Badebn en Allemagne (voir la fin de le préface de cette page). Pour la plus part des tumeurs cancéreuses il s'agit d'une angiogenése (reconnections automatiques des vaisseaux sanguins capillaires) qui ne se termine pas comme le fait régulièrement une cicatrice extérieure comme une coupures sur la main, le bras. Cette angiogenése continue à accroître la grosseur de la cicatrice et ainsi la taille de la tumeur. C'est à dire que l'angiogenése, la prolifération des vaisseaux capillaires d'une blessure interne de l'organisme ne s'arrête pas d'abonder et constituent rapidement une ecchymose grossissante qui va constituer une tumeur interne qui peut être de plus en plus douloureuse selon les tissus concernés (entre autre l'arthrose de la hanche ou les tumeurs l'oesophage). Pour arrêter l'angiogenése galopant sans frein de la reproduction de cellules internes à l'organisme, il ne reste que l'ablation, les rayons par cautérisation et la lourde chimiothérapie allopathique. Il y avait bien autrefois les "sulfamides" bon marchés soutient à la guérison des plaies. Mais ils ont été remplacés par les antibiotiques dont la démarche clinique n'a rien à voir le soutient des sulfamides. Quelques rares médecins utilisent les sulfamides pour certains cancers comme je l'ai vu une fois au journal télévisé pour un adolescen de 17 ans qui en était très content. Revenons aux découvertes des laboratoires médicaux de recherches des mutations génétiques. Des épiphénomènes nommés é pigénétiques peuvent inverser la séquence de 2 couples contiguës de gènes durant la reproduction lente de cellules humaines ou des mammifères, créant par ce désordre une maladie ou un malaise ou même un changement inoffensif de fonctions de l'organisme. Cela peut se produire comme le constate certains labos spécialisés en 'épigénétique'. Cette inversion durant la reproduction de cellules humaines serait "temporaire" dans le temps. Ainsi durant les nouvelles reproductions de cellules plus tard, les 2 couples de gènes peuvent se remettre en bon ordre; d'où le nom é pigénétique issue du mot épiphénomène (un phénomène rare pas forcement définitif c'est à dire temporaire). Cet épiphénomène serait causé par les graves aléas antérieurs de la vie du patient. En gros une fonction de ces cellules reproduites sont plus ou moins longtemps différentes de la cellule mère pour une fonction utile ou même nécessaire à l'organisme.

boisson qui fait maigrir rapidement et facilement

12 aliments pour nettoyer son foie. 1 L’avocat. L'avocat est une excellente source d'antioxydants. Leur pouvoir purifiant et détoxifiant aide réellement le foie à se réparer après des excès. 2 Le miel. Un délice pour les papilles et un vrai effet détox sur le foie. Le miel de romarin est particulièrement recommandé en cas de crise de foie. 3 Les légumes crucifères. Ces légumes sont de véritables alliés digestion et allègent le travail du foie en amont, en éliminant le stockage des toxines. 4 L’ail. Super aliment détox, l'ail est composé de nutriments qui protègent le foie et éliminent les toxines. 5 La betterave. Ce légume contient beaucoup de flavonoïde qui aident le foie à combattre les toxines et le nettoie en profondeur. 6 Le pamplemousse. Le pamplemousse, riche en vitamine c et en antioxydants permet de détoxifier le foie et l'aide à brûler les graisses qu'il ne parvient pas à évacuer. 7 Le thé vert. Excellente source d'anti-oxydants, le thé vert purifie le foie et l'aide à évacuer les toxines. 8 Les noix. Les noix aident à détoxifier le foie. Elles permettent également une meilleure oxygénation du sang. 9 Les légumes-feuilles. Les légumes feuilles (épinards, salades. ) allègent les effets des produits chimiques et pesticides de notre alimentation sur notre organisme. Ils stimulent également le foie en lui faisant produire un liquide purifiant. 10 Le citron. Il favorise la production de bile purifiante et régénère les fonctions régénératrices du foie. Mélanger quelques gouttes de citron dans un verre d'eau tiède et boire le matin. 11 Le curcuma. Le curcuma protège et régénère le foie lorsqu'il est endommagé. C'est le détoxifiant le plus puissant: il encourage la production de bile qui nettoie le foie en profondeur et désemcombre les conduits hépatiques. 12 Le radis noir. L'extrait de radis noir est souvent utilisé pour drainer le foie car il aide à la production de bile. Idéal pour se refaire une santé après les fêtes.

perdre du poids naturellement et rapidement en latin

Vertiges. "Le vertige, c’est autre chose que la peur de tomber. C’est la voix du vide au-dessous de nous qui nous attire et nous envoûte, le désir de chute dont nous nous défendons ensuite avec effroi." Milan Kundéra, "L’insoutenable légèreté de l’être" (1982). La plainte de vertige est très fréquente mais le malade a du mal à la décrire avec précision. En pratique il consulte pour un trouble de la station debout, trouble invalidant, inquiétant, capricieux, mais dont la cause exacte reste souvent inconnue de lui. Dialogue de sourds ou langue de bois. Le bilan médical qu’impose un vertige ne doit pas exclure l’enquête somnologique car, selon nos hypothèses, un certain nombre de ces cas résultent simplement d’un "hyposommeil", c’est-à-dire d’un sommeil inefficace. À ce titre, nous considérons certains vertiges comme des équivalents migraineux. La prise en compte qualitative et quantitative du sommeil, à ce stade relativement précoce de la fatigue est, selon nous, une piste thérapeutique incontournable pour les personnes confrontées à ce type de troubles fonctionnels. L’approche "somnicologique" du vertige doit s’appuyer sur l’observation des perturbations chronobiologiques qui conduisent à la fatigue, et dans un deuxième temps, à l’insomnie. Le traitement doit s’appuyer sur des mesures correctrices du sommeil. Le vertige est un trouble de l’équilibre entraînant un handicap de la marche ou de la station debout. La présence d’un trouble de l’équilibre (avec ou sans véritable sensation rotatoire) justifie un bilan médical à la recherche d’une pathologie affectant les organes de l’équilibre: cerveau, nerfs, œil, oreille, substance toxique (Oxyde de carbone!), médicaments. En dehors des très rares cas où les examens mettent à jour une origine lésionnelle (rapidement décelée avec les moyens modernes d’imagerie médicale), le vertige apparaît souvent comme un trouble fonctionnel médicalement inexpliqué. Ce symptôme possède les quatre caractéristiques de tous les troubles fonctionnels neurodystoniques: handicapant, inquiétant, capricieux, et au final, totalement bénin. Selon notre hypothèse, à l’instar des autres troubles neurodystoniques (comme la migraine ou le lumbago par exemple), il traduit une situation de déséquilibre chronobiologique dans un contexte de surmenage et d’épuisement. Malgré l’absence de plainte spontanée autour du sommeil, le vertige est souvent, d’après nous, un symptôme traduisant une inefficacité du sommeil. Comme les autres troubles fonctionnels, ce symptôme qui témoigne d’un trouble chronobiologique masqué, a donc valeur de signal d’alarme. Pour être complet, l’interrogatoire du malade devrait donc rechercher un trouble qualitatif ou quantitatif du sommeil. Comme la migraine, le vrai vertige survient volontiers au moment du réveil, après un excès compensatoire de sommeil. Il faut savoir tout spécialement repérer les situations de "morning-lag": le rebond de sommeil (grasse matinée ou sieste inhabituelle), qui succède à une période de grand surmenage. Comme les spasmes de la paupière ou les bâillements, le pseudo vertige, lui, survient volontiers en situation de privation de sommeil. On distingue deux grands types de vertiges. On appelle "pseudo-vertiges", les troubles de l’équilibre non accompagnés de sensations véritablement rotatoires. On appelle "vrai-vertiges" ou "vertiges rotatoires" ceux qui donnent au sujet l’impression qu’il est dans un manège qui tourne (il faut lui demander dans quel sens). Pseudo-vertiges: Le préfixe "pseudo" signifie ici que le malade éprouve la difficulté à se maintenir en équilibre debout ou assis mais n’a pas de sensation véritablement rotatoire. Le pseudo-vertige est un malaise bref parfois suivi d’une chute avec perte de connaissance rapidement réversible. Il est provoqué par une baisse transitoire de la pression artérielle au niveau du cerveau. Cette hypotension se manifeste par des signes annonciateurs (des prodromes) à type de faiblesse et de troubles visuels. Si le sujet ne s’allonge pas immédiatement (en levant les jambes de préférence), il se produit un évanouissement réflexe avec chute. Ce passage en position allongée corrige rapidement la pression sanguine au niveau des récepteurs dans le cerveau et la personne se réveille (bien consciente mais avec un souvenir fugace de rêve et une impression de faiblesse générale). NB. quatre remarques: - 1/ En dépit d’une glycémie un peu basse ou d’un contexte de jeûne prolongé, il est de nos jours absurde d’incriminer une hypothétique "hypoglycémie". En dehors d’un contexte de diabète connu (et de surdosage à l’insuline), le simple jeûne (même prolongé) ne saurait être responsable de ce type de malaises (souvent répétés). - 2/ Une perte de connaissance brutale sans prodromes (dite "en emporte-pièce"), impose un un avis médical d’urgence avec bilan neurologique (épilepsie), cardiaque (troubles du rythme) et biologique. - 3/ Un traumatisme facial (plaie, fracture, hématome) par suite d’une chute conséquente à une perte de connaissance n’est pas en faveur d’une hypotension orthostatique bénigne et impose un bilan aux urgences. - 4/ L’état de conscience qui accompagne le réveil est souvent marqué par une sensation d’extraordinaire lucidité, alors que le corps est très faible. Certains malaises laissent au sujet l’impression d’avoir été véritablement mort quelques instants. Il y a là une explication possible des témoignages d’expériences dites "proche de la mort" (ou NDE pour "near death expériences") qui suscitent tant de controverses. Lorsque la baisse de pression artérielle est en rapport avec le passage brutal en position debout, on parle de malaise par hypotension orthostatique. Lorsqu’elle survient à l’occasion d’une émotion, ou à la suite d’une station debout prolongée, on parle de malaise vagal (du nom du nerf "Vague" qui participe à l’équilibre de la pression sanguine). La possibilité d’une cause médicamenteuse doit toujours être envisagée. La clinophilie (besoin de s’allonger) peut prêter à confusion. Certains "coups de barre" peuvent s’apparenter à des vertiges avec impossibilité de rester debout. La plainte de vertige, très commune dans le « Syndrome de fatigue chronique », la « Spasmophilie » ou la « Fibromyalgie » peut ainsi recouvrir de multiples aspects. Le « malaise orthostatique » C’est, de loin, le plus fréquemment rencontré lors des appels médicaux pour "vertiges". Dans sa forme typique, il survient à l’occasion d’un passage trop brutal en position debout. (Il est fortement favorisé par l’émotivité, l’alcool et les sédatifs). La chute est précédée de signes annonciateurs, des "prodromes", qu’on se doit de rechercher à l’interrogatoire. Elle n’est que rarement traumatique car le sujet conserve des réflexes de protection et protège son visage avec ses bras pour amortir le choc. Exemple: C’est une adolescente de 17 ans. Elle s’est évanouie plusieurs fois en classe en allant au tableau. À l’infirmerie, on a évoqué une « hypoglycémie » mais les analyses sont normales et elle consulte parce que le malaise se répète (surtout lorsqu’elle se lève brutalement). Son médecin lui a prescrit des toniques cardio-vasculaires après avoir constaté une tension artérielle "trop basse". Huit jours plus tard, cette jeune fille, par ailleurs en excellente santé, est transportée (par Samu) aux urgences, pour une crise dite de « spasmophilie ». Discussion: Dans l’exemple ci-dessus, le diagnostic de ce malaise dit « orthostatique » laisse deux problèmes en suspens: 1. Pourquoi le système cardio-vasculaire s’adapte-t-il mal, chez cette jeune fille, aux changements de position, aux émotions ou à la chaleur? 2. Combien de temps lui faudra-t-il prendre le traitement? Selon notre expérience, la première cause des vertiges et des chutes par hypotension orthostatique est le manque chronique ou aigu de sommeil (très fréquent chez l’adolescent). L’interrogatoire met souvent en évidence de nombreux autres signes fonctionnels (oppression thoracique, douleurs cardiaques, migraine, lumbago. ) ainsi que des accès de somnolence excessive conduisant à des siestes trop longues qui contribuent à "dérégler" encore davantage la qualité du sommeil (trouble chronobiologique). Pourtant, la responsabilité d’un déficit de sommeil (majoré dans les situations « stressantes » (Cf. événements de vie) n’est que rarement mise en cause. L’arsenal pharmacologique dispose, dans cette indication, de traitements stimulants cardiaques et vasculaires (heptaminol, caféine. ) mais ces traitements contribuent souvent à dégrader le sommeil. ce qui, dans notre exemple, aboutit à la crise de « spasmophilie ». Ex.: Le Dr P. travaille la nuit comme urgentiste. Il a remarqué qu’après plusieurs nuits consécutives, il lui arrive de manquer d’équilibre lorsqu’il se relève après avoir examiné son patient. Cette sensation est souvent associée à des impressions de mouches visuelles et de maux de tête. Avec l’expérience, il comprend que le symptôme a valeur de signal de manque de sommeil inhérent à sa profession (une meilleure gestion de ses horaires suffit alors à faire disparaître le trouble). malaise « vagal » Le nerf "vague" est un nerf crânien qui innerve de nombreux viscères comme le poumon, le cœur et l’intestin (on l’appelait aussi nerf "pneumogastrique"). Sa stimulation excessive que l’on appelle "coup de frein vagal", provoque une baisse brutale et provisoire de la pression artérielle qui entraîne un évanouissement selon le même mécanisme que le malaise orthostatique. Ces malaises sont souvent improprement appelés "vertiges" par le malade ou son entourage. Le "coup de frein vagal" peut survenir à l’occasion d’une émotion comme la peur d’une piqûre, par exemple, ou à l’annonce d’une nouvelle traumatisante. Ailleurs, ils surviennent en situation de station debout prolongée (spectacle, file d’attente). NB. Ces malaises sont plus fréquents chez les sujets sportifs qui ont une fréquence cardiaque naturellement lente. L’entraînement à l’effort augmente l’efficacité du tonus vagal et la réponse cardio-vasculaire à un réflexe vagal est d’autant plus forte sur ce terrain. Le manque de sommeil est, selon nous, une des premières cause de l’hypotension orthostatique et du malaise vagal. Le malade fatigué est en situation de résistance. Comme au combat, il augmente son tonus cardio-vasculaire, ce qui rend instable l’équilibre tensionnel. Surdosage médicamenteux. Les médicaments psychotropes sont à l’origine d’un grand nombre de "pseudo-vertiges", tout spécialement chez la personne âgée chez qui les habitudes de prescriptions (en France tout spécialement) conduisent à un risque d’accumulation. Exemple: Ce monsieur affolé appelle le Samu parce que son épouse de 85 ans est tombée à la fin du repas de 13h. À l’arrivée des secours, l’examen est parfaitement rassurant (ECG, glycémie). Elle est consciente mais sa parole est empâtée et elle ne se rappelle pas très bien ce qui est arrivé. L’interrogatoire évoque la possibilité d’un surdosage médicamenteux car son médecin a récemment doublé le traitement tranquillisant qu’elle prend depuis 7 ans pour « dépression ». On apprend que des malaises identiques l’ont à plusieurs reprises conduite aux urgences mais que les examens (scanner, artériographie) n’ont rien donné. Son mari affirme qu’elle dort toute la journée. Elle se plaint beaucoup de fatigue et de son sommeil qui reste perturbé malgré son traitement (et elle prend par ailleurs une importante association de médicaments pour "la tension", "l’arthrose", "la digestion" et la "mémoire"). Discussion: Ici, c’est probablement l’association du traitement hypotenseur, de la somnolence physiologique de 15h, et du surdosage des tranquillisants favorisé par l’âge, qui provoque l’évanouissement. Les surdosages médicamenteux en rapport avec les troubles du sommeil sont très fréquents en France et occasionnent beaucoup de malaises et de chutes chez la personne âgée. La notion de "Vertige" est ici parfois synonyme de chute. « Coup de barre » La fatigue s’exprime souvent, au début, par à-coups. C’est "comme si on débranchait la prise" disent les malades qui associent parfois à un "vertige" cette sensation de manquer d’énergie "en emporte pièce". Cette plainte appelée parfois "clinophilie" est une caractéristique du syndrome de fatigue chronique. Typiquement, elle survient le matin et en fin de journée, lors des périodes qui correspondent à un excès de tension nerveuse, en relation avec le réchauffement du cerveau. Vertiges rotatoires: Le « vrai vertige » est défini comme dysfonctionnement neurologique de la fonction de l’équilibre provoquant une réelle impression de déplacement de l’environnement comme au sortir d’un manège. L’examen pratiqué pendant la crise relève fréquemment des secousses horizontales involontaires du regard (appelées "nystagmus") qui expliquent l’impression de rotation entraînant l’impossibilité de se tenir debout. Selon nous, la grande majorité de ces vertiges rotatoires sont très proches de la "migraine" (provoquant un équivalent de "mal de mer" avec nausées et sueurs). Ils partagent d’ailleurs avec elle, les caractéristiques des troubles fonctionnels neurodystoniques: invalidants, inquiétants, difficiles à soigner et guérissant finalement sans laisser de séquelles. Le trouble est par nature suffisamment angoissant et handicapant pour imposer un bilan spécialisé (orl, neurologue, Irm, etc. ). Ici, par définition, les médecins se montrent tout-à-fait rassurants. Nb. La baisse significative de l’audition doit conduire à une surveillance spécifique mais il peut s’avérer difficile de distinguer les troubles fonctionnels de ceux qui témoignent d’un problème organique sous-jacent. (Cf. Le lien "maladie de Ménière"). Quel diagnostic? La normalité de tous les examens conduira, par élimination, au diagnostic de « syndrome de Ménière ». Le vertige dit de Ménières se produit en général dès le réveil. Le malade a l’impression de « sortir d’un manège » et se sent incapable de se lever. S’y associent parfois des signes en rapport avec le « mal de mer ». L’examen clinique durant la crise note des secousses anormales des globes oculaires (appelé nystagmus). Par exemple: Cette jeune maman travaille à mi-temps, elle prépare des concours et s’occupe patiemment de ses trois enfants. Mais elle est courageuse et tient bon, et depuis quelques temps se réveille très tôt (ce qui lui va très bien). Ce matin-là, juste après son café, elle est prise d’un intense vertige rotatoire associé à des vomissements. Elle est blanche et respire fort, elle a des "chaud et froid" et des picotements dans les lèvres. C’est la première fois qu’il lui arrive un tel malaise (mais elle avait déjà eu quelques migraines il y a trois ans). Suivant l’avis du médecin de garde, elle absorbe un médicament sédatif d’action rapide et reste couchée. Après avoir dormi quelques heures, elle se réveille bien mieux mais encore très fatiguée. C’est peut-être cela que la tradition désigne par l’expression « se lever du mauvais pied ». Les crises n’ont pas réapparu depuis et elle ne comprend pas exactement ce qu’il s’est passé. Elle mettra peut-être cela sur le compte d’une "crise de foie" ou d’un "virus", puisque le bilan est normal et que tout est rentré dans l’ordre après quelques jours. Discussion sur le surmenage: « l’équivalent migraineux » Toutes les publications récentes insistent sur les nombreux aspects atypiques que peut revêtir la crise de migraine. De nombreuses migraines authentiques, par exemple (chez l’enfant notamment), se manifestent par des douleurs abdominales tandis que la douleur crânienne est absente (ou passe au second plan). Certaines crises mixtes portent le nom de "migraines digestives". On parle aussi de "migraines ophtalmiques" lorsqu’elles sont associées à des troubles visuels sévères. Nous croyons à la possibilité de "migraines vertigineuses". Le vertige de Ménières en est la manifestation. La fatigue et le surmenage sont, selon nous, une des premières causes du syndrome de Ménières. Le vertige de Ménières pourrait être un symptôme de sommeil inefficace. La recherche de la cause et du traitement doit comporter un bilan chronobiologique. Faux malade ou vrai malade? Des approches thérapeutiques discutables. Le vertige est une plainte très commune qui pose le problème des troubles fonctionnels neurodystoniques. Si le malade exclue l’hypothèse de la fatigue pour cause de sommeil inefficace, il doit se tourner vers une autre explication: dans la plupart des cas, son médecin évoque le "stress", le manque de magnésium, ou un trouble de la circulation. - En l’absence de cause lésionnelle, le traitement de ces vertiges est dit: "symptomatique". - Il comprend des « médicaments qui favorisent la circulation » (d’efficacité très discutable), certains sédatifs de type neuroleptiques (Sibélium°, Atarax°. ) ou benzodiazépiniques (Valium° Lexomil°. ); ou encore des "toniques cardio-vasculaires (heptaminol, seglor°. )". - Souvent, le traitement fait aussi appel à toutes sortes de croyances ou de médecines alternatives (posturologie, ostéopathie dentaire. ). Mais aucun remède du symptôme ne peut aider à la guérison du trouble (chronobiologique) causal. Ils présentent de plus bien souvent des effets indésirables non négligeables: la plupart aboutissent paradoxalement à dégrader le sommeil dans un cercle vicieux qui favorise la survenue de nouveaux troubles neurodystoniques. À l’instar des autres troubles fonctionnels, plusieurs théories "organiques" sont évoquées ici et là avec, selon nous, le biais du faux-vrai malade. On met en cause un hypothétique virus (?), une allergie (?), des toxiques (?). autant de théories "ad-hoc" qui tentent de rendre compte du caractère spontanément réversible des crises. À ce titre, Les médecines parallèles et les théories autour du "stress" proposent également de nombreuses "pistes" séduisantes, mais le rôle du sommeil n’y est malheureusement jamais appréhendé dans sa juste dimension. En pratique, force est de constater que le « symptôme vertige » appartient à un tableau plus large composé de multiples troubles où la plainte de fatigue prédomine (encore faut-il que l’interrogatoire la recherche). Cf: "Troubles Fonctionnels. Pourtant, comme vis-à-vis de la migraine par exemple, cette fatigue est souvent masquée et ni le malade ni le médecin ne s’interrogent sur les rythmes du sommeil. Il n’y a pas de plainte d’insomnie parce que ce type de crise survient précisément lors des périodes de compensation (dites hypersomnie compensatoire) qui suivent une situation de dette de sommeil ou de surmenage (Voir: "Événements de vie"). En l’absence de prise en charge somnologique de la fatigue, les crises peuvent se répéter. Leur fréquence et leur intensité est proportionnelle au niveau de pression que subit le « Somnobar » (le baromètre des capacités de résistance). (Voir "Signal d’alarme de la Fatigue". Elles peuvent se compliquer de "spasmophilie" si la composante "peur" devient prépondérante. En "fin de parcours" (Cf.« Le train des symptômes d’hyposommeil »), le tableau peut se transformer en fibromyalgie ou en syndrome de fatigue chronique. NB. Au stade où l’insomnie apparaît, le diagnostic de "dépression" est trop souvent évoqué. Cela pose le problème de la consommation excessive de médicaments antidépresseurs. En conclusion. Tous types de vertiges méritent avant tout un bilan médical spécialisé. C’est par élimination que le diagnostic impliquant le rôle du sommeil dans le vertige pourra finalement être posé, après recherche d’un syndrome d’hyposommeil. Selon notre éclairage, beaucoup de vertiges peuvent être considérés comme des équivalents migraineux. Comme pour la migraine, ils imposent une prise en charge "somnicologique" de la fatigue. En pratique, il convient de s’interroger sur l’heure du réveil en se méfiant particulièrement des "grasses matinées" ou des siestes inhabituelles ou trop longues. "Le dormir et le veiller immodérés sont tous deux mauvais" (Ambroise Paré, 1597). Dans ce contexte, la crise de vertige peut être considérée comme le symptôme d’alarme de la décompensation d’un trouble chronobiologique à type de désynchronisation interne. Voir "Sieste: mode d’emploi " (indication et contre-indication). Lire l’article "Chronobiologie du sommeil", pour découvrir le "règlement du sommeil". Lire l’article "Savoir dormir" pour connaître le "mode d’emploi du sommeil". "Smg" propose un questionnaire interactif d’aide au dépistage des principaux troubles du sommeil: Cliquez les propositions par lesquelles vous vous sentez concerné(e). "Vos réponses sont compatibles avec le (les) problème(s) suivant(s). Vous devriez évoquer ces questions avec votre médecin".

perdre quelques kilos de trop pronunciation

Cirrhose du foie. Causes de la cirrhose du foie. Les signes les plus typiques apparaissent quand le foie n'assure plus assez ses fonctions. Examens. Traitement de la cirrhose du foie.

bruleur de graisse boissons fraiches

Cancer du foie. Le foie a une fonction importante d’épuration des toxines et des déchets sanguins. C’est pourquoi il peut arriver qu’un cancer au niveau de cet organe empêche le recours aux traitements chimiques habituels. Description du cancer du foie. Le foie est formé par du tissu hépatique, irrigué par de très gros vaisseaux: la veine porte et l’artère hépatique. Un cancer au niveau de cet organe peut être primitif (apparu directement dans l’organe) ou secondaire (métastases d’un autre cancer). On distingue plusieurs types de cancers du foie: - les cancers nés à partir des cellules majoritaires du foie (les hépatocytes): on parle de carcinomes hépatocellulaires ou d’ hépatocarcinomes; - les tumeurs rares du foie: cholangiocarcinomes (développés à partir des cellules des voies biliaires), hépatoblastomes de l’enfant (à partir des cellules embryonnaires du foie) et angiosarcomes (à partir des cellules des vaisseaux hépatiques). Image: INCa, mise à jour octobre 2011. Cancer du foie: facteurs de risque et prévention. Le principal facteur de risque de développer un cancer primitif du foie, notamment un carcinome hépatocellulaire, est la cirrhose. Cette inflammation chronique altère de manière progressive et irréversible le fonctionnement du foie. Elle peut être due à une maladie (virus de l’ hépatite B ou C ) ou à une mauvaise hygiène de vie (consommation importante et régulière d’alcool). D’autres facteurs de risque sont connus: - la stéatose hépatique non alcoolique, essentiellement chez les personnes en surpoids, obèses, souffrant de diabète ou présentant des taux trop élevés de lipides dans le sang (cholestérol, triglycérides): l’accumulation de graisses dans le foie provoque une inflammation qui peut évoluer en cirrhose; - l’ hémochromatose génétique: le foie stocke de manière trop importante le fer provenant de l’alimentation, ce qui peut également conduire à une cirrhose. Un suivi régulier de personnes souffrant de cirrhose est donc essentiel afin de prévenir l’apparition d’un cancer primitif du foie. Symptômes du cancer du foie. Un cancer du foie peut rester très longtemps silencieux. Les personnes souffrant de ce cancer vont, petit à petit, présenter quelques symptômes: perte d’appétit, amaigrissement, fatigue, nausées, vomissements, douleurs, fièvre, jaunisse, gonflement au niveau de l’abdomen, hémorragie digestive. Ces symptômes sont le signe que la maladie est déjà à un stade avancé. Cancer du foie: dépistage et diagnostic. Le diagnostic d’un cancer du foie commence toujours par un examen clinique: le médecin effectue une palpation de l’organe pour vérifier son volume. Il prescrit ensuite un bilan biologique (prise de sang), afin de rechercher la présence dans le sang de marqueurs tumoraux. Echographie, scanner ou IRM viennent ensuite, afin de distinguer si l’on est en présence de nodules bénins (non cancéreux) ou d’un cancer primitif du foie. Ces examens techniques sont aussi utiles pour repérer le nombre de tumeurs, les localiser et mesurer leur taille. Contrairement aux autres cancers, une biopsie n’est pas toujours nécessaire dans le cas d’un cancer du foie. Le diagnostic peut être posé sans cet examen. Elle est toutefois prescrite dans certains cas, si un doute persiste. Des cellules seront alors prélevées au niveau de la tumeur et analysées au microscope pour déterminer si elles sont ou non cancéreuses. Un bilan d’extension (scanner complet) est ensuite nécessaire afin de vérifier si la maladie est restée localisée ou s’est propagée à d’autres organes. Traitements du cancer du foie. Les traitements proposés pour un cancer primitif du foie vont dépendre du stade de la maladie. Si celle-ci est diagnostiquée à un stade précoce, que la ou les tumeurs ne sont pas trop importantes et sont restées localisées, l’ ablation de la lésion cancéreuse (avec une marge de tissus sains autour) peut suffire. Le foie a la capacité de se régénérer et recréera le tissu retiré. Cette option n’est pas possible si l’on est en présence d’une cirrhose trop importante, puisque le foie n’est alors plus assez en mesure de se régénérer. La greffe de foie est envisageable comme traitement d'un cancer. Après retrait total de l’organe affecté (et si la tumeur ne s’est pas propagée ailleurs), un foie (entier ou partie de l'organe) est ensuite greffé. Mais ces greffes sont rares dans le cas de cancers du foie, les personnes n’étant pas prioritaires sur la liste d’attente des receveurs. Si le cancer n’est pas à un stade trop avancé, d’autres traitements locaux permettent de détruire la ou les tumeurs: - l’ injection percutanée d’alcool ( PEI ): de l’alcool absolu ou de l’acide acétique est injecté directement au niveau de la lésion pour la détruire; - la radiofréquence: la tumeur est détruite par des ondes; - la chimioembolisation transartérielle: cette technique consiste à attaquer la tumeur sur deux fronts, en administrant une chimiothérapie qui détruit les cellules cancéreuses et un produit d’embolisation qui bouche l’artère alimentant la tumeur. Quand le cancer est diagnostiqué à un stade plus avancé, ou en présence de métastases, les traitements sont médicaux: chimiothérapie et thérapie ciblée. La chimio est malheureusement peu compatible avec la cirrhose, et il est parfois impossible de la proposer. Il existe peu d’options de thérapies ciblées pour les cancers du foie (une seule molécule connue à ce jour), mais d’autres sont en cours de développement. Cancer du foie: statistiques. En France, près de 6 430* nouveaux cas de cancer du foie ont été diagnostiqués en 2005 (dont 79 %* chez des hommes). Le taux de survie pour ce cancer est de 39 %* à 1 an du diagnostic et de 11 %* à 5 ans. Plus d'infos sur le cancer du foie. Consulter la brochure: Les cancers du foie de la Fondation ARC Consulter la brochure: Les traitements des cancers du foie de l’INCa Consulter la brochure: La prise en charge du cancer du foie de l’INCa. Fiche réalisée en partenariat avec la Fondation ARC.

COMMENT NETTOYER UN FOIE TROP GRAS AVEC L'ALOE VERA ET LES PRODUITS FOREVER? Caractéristiques du « foie gras » Cette maladie se présente chez les personnes dont le niveau de graisse dans le foie se trouve entre 5 et 10% du poids hépatique. Dans la plupart des cas, les malades du diabète ou les personnes de plus de 50 ans en souffrent. Il faut tout de même souligner que beaucoup de personnes atteintes du « foie gras » ne présentent aucune complication. Cette maladie peut être classée en deux types: Foie gras dû à l’alcool: cela arrive lorsqu’on boit de l’alcool à l’excès. C’est la première étape d’une cirrhose. Le foie, non sain, ne peut plus décomposer les graisses qui s’accumulent. Si le patient arrête de boire de l’alcool à temps, ce problème disparaît (après 6 à 8 semaines d’abstinence). Cependant, si la personne continue à boire, de nouvelles complications peuvent survenir. Foie gras non alcoolique: celui-ci n’est pas dû l’ingestion d’alcool même s’il est également l’une des causes de la cirrhose. Cette maladie remplace le tissu du foie par un tissu « cicatrisé », ce qui à moyen ou long terme, empêche l’organe de fonctionner comme il le devrait. L’obésité, le diabète de type II, le cholestérol élevé, le syndrome métabolique ou syndrome X, les niveaux élevés de triglycérides ou le fait de perdre du poids trop rapidement peuvent en être les causes. La particularité du « foie gras » est qu’il ne présente généralement pas de symptômes évidents ou caractéristiques, ce qui peut parfois aboutir à des confusions avec d’autres maladies ou indispositions. Dans le cas d’une aggravation du trouble, les signes qui alertent sont les suivants: L’anxiété durant l' après-midi La fibromyalgie La graisse abdominale L’acide urique, le cholestérol et les triglycérides élevés La chute des cheveux L’acné Les verrues dans le cou et les aisselles L’apnée du sommeil (ronflements) La fatigue générale La perte de l’appétit les difficultés à perdre du poids Les nausées La difficulté à se concentrer. Les remèdes naturels pour soigner le « foie gras » Mis à part le fait de profiter des avantages des remèdes maison, il est primordial que la personne atteinte de « foie gras » change quelques habitudes de sa vie quotidienne, surtout concernant son régime alimentaire (comme la consommation d’alcool en excès par exemple). La récupération hépatique peut durer un certain temps si le patient ne fait pas suffisamment d’efforts pour bannir de sa consommation tout ce qui nuit au foie. 10 conseils pour nettoyer et détoxifier l’organisme et le foie avec l’Aloe vera. Faites une cure detox d’Aloe vera! Boire de l’Aloe vera est une excellente cure de nettoyage pour le foie, les reins et l’organisme. Une cure d’Aloe vera pour le changement de saison vous aidera à retrouver le tonus pour terminer l’hiver en beauté, pour avoir un organisme sain et léger, une bonne mine et de beaux cheveux. En effet, l’Aloe vera possède de nombreuses propriétés, mais saviez-vous que l’Aloe vera active l’irrigation sanguine, la circulation lymphatique, les fonctions rénales, hépatiques et biliaires? En effet, l’Aloe vera est un aliment « detox », c’est-à-dire détoxifiant pour l’organisme, et c’est ce que nous allons voir aujourd’hui… Notre thématique aujourd’hui est consacrée à la detox de notre organisme pour vous aider à nettoyer votre corps -toujours- de façon naturelle, sans avoir recours à des molécules chimiques.