patch pour maigrir le ventre


bienfaits du citron sur le foie. Les bienfaits du citron sont nombreux, le citron detoxifie notamment. Le citron agit sur le foie notamment en jus pur ou avec de l’eau chaude a jeun. Dans le cadre d’une cure detox, le citron nettoie le foie qui lui même filtre les dechets du corps. Le citron nettoie le foie, notamment lorsqu’il est utilisé à jeun le matin pur ou avec de l’eau chaude. le citron a jeun est parfois difficile à avaler, c’est une question d’habitude. Dans le cadre d’une cure de citron, commencer par boire un citron pur par jour au reveil, puis monter jusque 4 citrons. Citron detoxification: jus de citron pur. Le jus de citron doit être pressé au moment de sa consommation. Ne pas prendre du jus en petite bouteille plastique, rien ne vaut un jus pressé frais. Après des fêtes de fin d’année bien chargées, profitez des bienfaits du citron sur le système biliaire et sur le foie. Une detox de fin d’année presque gratuite grâce au citron. Utilisez le citron comme un dépuratif du foie, faites une cure progressive de jus de citron à jeun le matin ou le soir avec de l’eau tiède. Le citron est très bon marché, il se trouve partout, mangez en! Prenez le bio! en savoir plus sur le citron: Le citron un brûle graisse naturel. Le citron un brûleur de graisse naturel. Le citron est utilisé comme aliment detox, mais il est également utilisé dans le cadre de régime amaigrissant. Il existe même un régime citron! Le citron est utilisé comme brûleur de graisse naturel. le citron est un puissant nettoyeur de l’organisme. Il est dépuratif, il favorise le transit intestinal, le citron dissout les graisses et les sucres, il coupe la faim, et il brûle les graisses. Dans le cadre d’un régime le citron est utilisé plusieurs fois dans la journée: au reveil le jus de citron est consommé avec de l’eau chaude. Le citron arrose ensuite copieusement les plats des repas (viandes, poissons, légumes). La vitamine C contenue dans le citron est un nutriment efficace pour brûler les graisses. elle accélère le métabolisme,stabilise le taux de sucre dans le sang, freine les stockage des sucres sous forme de graisse. Régime à base de citron – brûle graisse naturel. Le citron est donc à recommandé pour ceux qui veulent surveiller leur ligne ou carrément maigrir. Attention aux régimes sans suivi médical ou d’un nutritionniste. Le citron est un fruit, il contient du sucre. Le sucre fait grossir… Attention à ne pas surconsommer du sucre lorsque l’on veut perdre du poids et notamment de la graisse. Le citron est un bon allié santé, pour ceux qui veulent faire un régime. Citron bruleur de graisse – jus de citron brule graisse. les bienfaits du citron sur le foie. les bienfaits du citron sur le foie. Les bienfaits du citron sur le foie ou comment detoxifier son foie naturellement. Nettoyer son foie est particulièrement utile lorsque l’on se sent fatigué, en hiver, après une période de surcharge alimentaire, fêtes… Le fonctionnement du foie peut-être ralenti, il convient de le detoxifier, le nettoyer, naturellement si possible. Plusieurs plantes sont reconnues pour leur bienfaits sur le foie: le radis noir est utilisé dans ce cadre, l’artichaut également favorise la sécrétion biliaire, le citron en jus est connu pour ses vertus. Le citron aide le foie de plusieurs façons: le citron stimule la production de la bile et il facilite la décomposition des graisses et leur évacuation. La digestion est ainsi plus efficace. Par ailleurs, ses propriétés diurétiques stimulent l’activité rénale et aide à l’élimination des toxines. Comment profiter de ces multiples bienfaits? Le jus de citron est bénéfique le matin à jeun pur ou coupé avec un peu d’eau tiède. Ne pas mélanger le jus de citron avec du sucre. Pour s’habituer au l’acidité du citron il est utile de commencer avec le jus d’un citron puis d’augmenter les doses au fil des jours jusque boire trois citron pendant quelques jours. Il est préconisé de couper avec un peu d’eau tiède pour diminuer l’acidité de la boisson qui à jeun peut faire quelques frissons le matin. Citron foie – citron detox foie – citron dépuratif foie – bienfaits citron foie. Cure jus de citron detox. Cure jus de citron detox. Parmi les nombreux bienfaits du citron son action sur le foie est reconnu. Le citron est donc utilisé dans les cures detox. Le citron est bu en jus pur à jeun le matin. Boire un jus de citron à jeun permet de réveiller le foie et de le purifier. Le jus de citron peut être coupé avec un peu d’eau tiède. La cure doit se faire sur plusieurs jours et les quantités augmenter avec le temps. Pressez le jus de 4 citrons et coupez le jus avec l’eau tiède buvez le à jeun sans manger immédiatement derrière. Il est utile d’attendre une petite demi heure avant de déjeuner. Le citron favorise la digestion, il doit être cependant pris en dehors des repas. A jeun il aide le foie à bien fonctionner. La boisson de ce jus de citron pur ou légérement coupé permet d’avoir le teint clair dans la mesure ou il aide le foie à se detoxifier. La vitamine C contenue dans le citron est elle aussi très bénéfique. Le citron est à consommer sans modération! Huile d’olive citron matin à jeun. Une boisson à base de citron pur et d’huile d’olive le matin est une bonne solution detox. Citron detox – jus de citron detoxifiant – detox citron matin – Citron et acné. Bienfaits du citron sur l’acné juvénile. Les bienfaits du citron sur la santé et la beauté sont très nombreux. Le citron est un astringent et un antibactérien naturel, il peut donc être utilisé sur la peau. Pour profiter des bienfaits du citron il faut appliquer le citron directement sur la peau, soit en jus soit en tranche. Passer le citron sur les zones de peau à traiter que ce soit une tranche ou du jus avec du coton. Le citron est utile sur les peaux grasses et sujettes aux points noirs. Le citron pour qu’il agisse doit être appliqué le soir et être rincé le lendemain. Il ne faut pas utiliser le citron sur la peau avant de s’exposer au soleil puisque le citron est photosensibilisant. Le soir est donc la meilleure période pour l’application du citron sur une peau grasse ou sujette aux points noirs. Le citron étant astringent il resserre les pores de la peau. Rémède naturel acné – citron acné – citron peau grasse – citron points noirs – citron acné peau grasse. Le citron a l’avantage de ne presque rien couter par rapport à des produits pharmaceutiques. En savoir plus sur le citron et ses bienfaits sur wikipedia. Régime citron. Régime citron – lemon diet. Le citron est reconnu pour ses multiples bienfaits, notamment sur la santé et dans le cadre de régime amaigrissant. Il serait detox, brule graisse naturel, bon pour le foie, le teint … Le net regorge de sites de régime et le citron fait bonne figure sur les magazines féminins au milieu de ces régimes. Alors le citron est-il recommandé dans un régime? Le citron super aliment dans un régime. Le citron apparait souvent dans des régimes courts, d’une semaine. Le citron est loué pour ses vertus dépuratives. Il s’agit de consommer des aliments naturels riches en fibres et en eau, accompagnés de citron. Salade, carottes, concombre, radis, céleri. Sauce citron à la place du vinaigre. Par contre il ne s’agit pas de régime long, mais plutôt d’une cure detox. Maigrir grâce au citron est possible, il s’agit surtout de se servir du fruit pour accompagner un régime hypocalorique. Maigrir citron – régime citron – lemon diet. Citron eau chaude à jeun. Jus de Citron à jeun le matin – eau chaude citron. Si le citron est connu pour ses nombreux bienfaits, ses utilisations sont variées et chacun utilise le citron de façon différente: jus de citron, huile essentielle de citron, citron pur, citron dans de l’eau chaude avec du miel… Une recette ressort pourtant plus notamment dans le cadre de cure detox: le jus de citron dans de l’eau chaude à jeun le matin, ou jus de citron pur à jeun. Le jus de citron pur est une solution possible évidemment. Mélanger le jus de citron pur à de l’eau tiède le matin a jeun permet de détoxifier le foie et bénéficier pleinement des bienfaits du citron sur le foie. Le citron va dynamiser le foie et permettre une détoxification de celui ci. Le foie est un organe majeur dans la détoxification. Boire un verre de citron à jeun le matin. Le citron à jeun peut aussi se boire pur sans eau. Pour certains il n’est pas possible de boire le jus de citron pur et encore moins à jeun. Le citron est aussi consommé avec de l’eau chaude et du miel pour lutter contre les coups de froid en hiver essentiellement.Une tasse d’eau chaude avec un jus de citron et un miel doux sont remarquables en hiver. Le citron à jeun est bon pour votre corps et il ne coûte pas grand chose, n’hésitez pas à en consommer régulièrement. Si vous y arrivez consommez le jus de citron pur à jeun. Boire du citron le matin. Les bienfaits du citron se retrouvent dans des recettes toutes simples comme ce simple jus de citron à boire à jeun.

comment perdre du ventre en 1 semaine en faisant du sport

Podcasts - La cuisine de Richard. Mercredi 11 Décembre 2013. Foie gras au pop-corn. Invité: Préparation pour 6 personnes Ingrédients 2 lobes de foie gras de canard frais déveiné de 450 g chacun 200 g de pop-corn au caramel 50 g de sucre sel, poivre.

recette de boisson pour maigrir rapidement et en

Maladie foie. Les maladies rares sont des maladies qui ne touchent pas plus de 1 personne sur 2000 (définition européenne). Donc pour une maladie rare, en France, les chiffres vont de 30 000 personnes à 4 ou 5 personnes concernées (nous avons des cas rarissimes en hépatologie pédiatrique). Le terme de maladie orpheline n'est pas le terme officiel. On parle surtout de médicaments orphelins. Cinq nouvelles pathologies sont décrites chaque semaine dans le monde. 6 à 8 % de la population mondiale seraient concernés, de près ou de loin, par ces maladies, soit 3 millions de Français, 25 millions d'Européens et 27 millions d'Américains du Nord. Définition de prévalence = le nombre de cas de la maladie présents à un moment donné dans une population. Définition d'incidence= le nombre de nouveaux cas d'une pathologie observés pendant une période, on parle par exemple du nombre de naissance pour une maladie donnée. 65 % des maladies rares sont graves et invalidantes. À ce jour, on estime qu'il existe entre 5 000 et 8 000 maladies rares. 80 % de ces pathologies sont d'origine génétique. Deux fois sur trois, leur début est précoce, avant l'âge de deux ans. La pédiatrie est donc très concernée par ces maladies. Le pronostic vital est en jeu dans presque la moitié des cas, expliquant 35% des décès avant l'âge d'un an, 10% entre 1 et 5 ans et 12% entre 5 et 15 ans. Le nombre de personnes touchées par ces maladies rares dépasse celui de ceux atteints de cancers. Quelques exemples de chiffres, en France ( prévalence): 5 000 à 6 000 malades atteints de mucoviscidose 5 000 malades atteints de myopathie de Duchenne 400 à 500 malades atteints de leucodystrophie. Et quelques milliers de petits patients vivant avec un foie malade ou greffé. Nous n'avons pas de chiffres précis sur le nombre de petits patients en France. Nous estimons que, seulement pour l'atrésie des voies biliaires, par exemple, il y 700 à 800 enfants. Nos collègues anglais (Children's Liver Disease Foundation www.childliverdisease.org) donnent les chiffres suivants: « Au moins deux enfants sont diagnostiqués avec une maladie du foie tous les jours au Royaume-Uni. Il ya plus de 100 maladies du foie qui peuvent affecter les bébés, les enfants ou les jeunes » Chaque année, en France, 100 enfants reçoivent une greffe de foie, soit 40% des greffes pédiatriques, la très grande majorité liée à une maladie rare (chiffres agence de biomédecine) A l'occasion de la 3e Journée internationale des maladies rares, l'Alliance Maladies Rares publie un ouvrage intitulé "Maladies rares, ils témoignent". Disponible en librairie, éditions Le Manuscrit.

manger et maigrir des panniers

Cirrhose. Rejoignez dès maintenant le groupe de discussion dédié à la cirrhose pour témoigner et échanger avec les membres de la communauté! Définition cirrhose. La cirrhose est une affection chronique du foie, irréversible et diffuse, caractérisée par une destruction de ses cellules en réponse à une agression (alcool, virus de l’hépatite C ou B…) Cette dernière provoque une inflammation et des cicatrices appelées « fibrose ». La fibrose désorganise la structure normale du foie et entraîne la formation de nodules de régénération qui empêchent le foie de fonctionner correctement. une insuffisance hépatocellulaire: dysfonctionnement du foie dû à la diminution du nombre de ses cellules (hépatocytes) et d’une mauvaise vascularisation de ces dernières une hypertension portale: réduction du flux sanguin et augmentation de la pression dans la veine conduisant au foie un état précancéreux: après une quinzaine d’années d’évolution de la cirrhose le développement d’un cancer du foie est fréquent (carcinome hépatocellulaire). Longtemps sans symptôme ni douleur, c’est une maladie grave qui nécessite une prise en charge adaptée dès son diagnostic. Chiffres / épidémiologie. En France, on estime le nombre de cas de personnes atteintes de cirrhose entre 2000 et 3300 par million d’habitants (150 à 200 nouveaux cas par million d’habitants et par an). L’âge moyen du diagnostic est de 55 ans et le nombre de décès est estimé à environ 9 000 par an en France. La cirrhose est une des premières causes de mortalité dans les pays industrialisés. Prévention cirrhose. La prévention de la cirrhose passe par quelques règles: Eviter toute consommation excessive d’alcool et de médicaments. Respecter les mesures de prévention contre la contamination sanguine ou sexuelle par les virus des hépatites B et C (port du préservatif, utilisation de matériel à usage unique…) La vaccination contre l’hépatite B est notamment fortement recommandée. Chez les personnes à risque: alcooliques ou atteintes par l’hépatite B ou C, réaliser régulièrement des examens de contrôle (examen physique, bilan sanguin, échographie, IRM, scanner…) Privilégier une alimentation équilibrée et éviter le surpoids. Pratiquer une activité physique régulière et adaptée à ses possibilités. Causes. L’apparition d’une cirrhose est la conséquence d’agressions prolongées des cellules du foie (hépatopathie chronique). En France, les principales causes de développement d’une cirrhose chez l’adulte sont: Une prise excessive d’alcool (chez 50 à 75 % des patients) associée dans au moins 10 % des cas à une hépatite virale C (VHC) Une infection par le virus de l’hépatite C (VHC) (15 à 25 % des cas) Une infection par le virus de l’hépatite B (VHB) (5% des cas). La stéatose hépatique non alcoolique, cause émergente de cirrhose, liée à une infiltration graisseuse du foie, entrainant une inflammation, et survenant chez des patients sédentaires, en surpoids, diabétiques ou hypertendus. Plus rarement, d’autres causes comme le développement de maladies auto-immunes (cirrhose biliaire primitive, hépatite auto-immune…), de maladies métaboliques (hémochromatose génétique, maladie de Wilson…) ou encore une intoxication par un médicament peuvent être à l’origine d’une cirrhose. Certaines cirrhoses sont aujourd’hui encore de causes inconnues. Mécanismes à l’origine de la maladie. La cirrhose se traduit par une lésion du tissu hépatique (sclérose) et par une régénération anormale des cellules (formation de nodules). La mauvaise vascularisation de ces nodules et la gêne de circulation sanguine occasionnée par la sclérose aboutissent à l’altération progressive des fonctions hépatiques. On constate également une élévation de la pression sanguine dans la veine conduisant au foie (on parle d’hypertension portale) pouvant entraîner la constitution d’une ascite (liquide dans l’abdomen) et de varices (veines dilatées) du tube digestif, souvent au niveau de l’œsophage. Symptômes cirrhose / manifestations. Pendant plusieurs mois voire plusieurs années, la cirrhose peut ne déclencher aucun symptôme. On parle alors de cirrhose “non compliquée” ou “compensée“. Elle peut être découverte par hasard, et nécessite alors un suivi. A l’examen on peut palper un foie dur sous les côtes, ou trouver des signes cutanés (angiomes stellaires notamment). Il existe aussi des manifestations à type d’impuissance chez l’homme, de dépilation, et de stérilité, ou d’absence de règles chez la femme. Une fois les symptômes apparus, la cirrhose est dite “décompensée”. Les manifestations du déclenchement de la cirrhose peuvent être: Un affaiblissement généralisé (fatigue, sensibilité accrue aux infections) Un amaigrissement La présence de liquide à l’intérieur de la cavité abdominale (ascite) Une hémorragie digestive souvent par rupture de varice (veine dilatée) oesophagienne Une jaunisse (ictère) Une encéphalopathie hépatique, se traduisant par une confusion, voire un coma. Au stade terminal de la maladie, une insuffisance rénale grave peut apparaître.

comment perdre la cellulite youtube

Complications. Complications courantes. Complications rares.

Les pages les plus consultées. Participez à Avortementivg.com. Seul site d'information en langue francophone spécialisé sur l'avortement, Avortementivg.com a besoin de vous: faire de la veille avec l'outil de veille d'Avortementivg, mettre en ligne les article: contactez-nous pour participer! Avortement IVG: les risques. Il ne faudrait pas penser que l'IVG est une opération indolore. Même si, du moins en France, il est quasi-interdit d'en parler, l'avortement comporte de très nombreux risques physiologique et psychologiques. Les chiffres qui sont donnés ci-dessous proviennent de nombreuses études scientifiques Américaines, Canadiennes, Anglaises, Finlandaises etc.. Approximativement 10% des femmes qui ont fait une IVG souffriront de complications physiques immédiates diverses. Les IVG sont associées à un abaissement du niveau général de la santé. Ainsi, pendant la première année qui suit un avortement, les femmes consultent leur médecin de famille 80% plus pour raisons physiologiques, et 180% de plus pour raisons psychologiques. Enfin, une étude suédoise révèle que le taux de mortalité associé à l'avortement est de 40 décès pour 100 000 avortements, soit un taux deux fois supérieur à celui de l'accouchement, dû principalement au taux augmenté de suicide. Cette page est dédiée exclusivement aux risques physique. Mais il existe aussi (malheureusement) des risques psychologiques importants connus sous le nom de traumatisme post-abortif. Les risques physiologiques de l'avortement. Les risques sanitaires. Les complications des grossesses à venir. Perforation ou lacération du col de l'utérus (IVG non médicamenteuse seulement) L'introduction dans l'utérus de matériel médical, parfois en métal met en danger l'intégrité de l'utérus. La complication la plus grave, redoutée des gynécologues est la perforation de l'utérus. 2 à 3% des femmes en souffriront de perforation ou de lacération du col de l'utérus. La visualisation "coelioscopique" permet de diagnostiquer les perforations. Le risque de perforation est accru pour les femmes qui ont précédemment accouché, ou celles qui ont subies une anesthésie générale. La lacération du col de l'utérus, si elle est moins grave que la perforation (l'utérus n'eschlat qu'abîmé et non percé), est cependant beaucoup plus fréquent: 1% des avortements d'un embryon de moins de 3 mois réclament des points de suture. Tous les degrés de lacération existent, des micro-lésions à des lacération réclamant des points de suture. Les risques sont accrus lorsque l'embryon a plus de trois mois, pour les adolescentes, ou quand le praticien néglige d'utiliser une laminaire pour dilater le col. La perforation ou les lacération de l'utérus peut entraîner des complications pour les grossesse futures(1,89 fois plus de risque d'avoir un acouchement prématuré ou retardé pour les femme ayant subies une IVG), et peuvent obliger les médecins à procédé à un hystérectomie (ablation de l'utérus) et donc les complications spécifiques à cette opération (osréoporose par exemple). Elles sont aussi mises en causes dans les cas de stérilité des femmes. Implantation anormale du placenta (IVG non médicamenteuse seulement) L'avortement accroît les risques (de 7 à 15 fois) d'implantation anormale du placenta. Cette anomalie met en danger la vie d'un autre enfant à venir, et celle de la mère lors de cette nouvelle grossesse. Un développement anormal du placenta dû à un utérus en mauvais état augmente ainsi les risques de malformation foetale, de mort prématurée, de saignement excessifs lors de l'accouchement. Autres complications mineurs. Les autres complications mineurs les plus communes sont l'infection, le saignement, la fièvre, les douleurs abdominales, les vomissement, et la perturbation du cycle menstruel. Les risques sanitaires. Inflammation pelvienne (IVG non médicamenteuse seulement) L'inflammation pelvienne est une maladie qui met en danger la vie de la mère, favorise les grossesses extra-utérines et provoque une réduction de la fertilité. 23% des patientes atteintes d'une infection par chlamidia au moment de l'avortement développeront cette maladie dans un délai de 4 semaines. Cancer du col de l'utérus, des ovaires et du foie. Les femmes ayant subi un avortement ont 2,3 fois plus de risques d'avoir un cancer du col de l'utérus. Celles qui ont eu deux ou plus avortements ont un risque 4,92 fois plus élevé. Des chiffres proches ont été constatés pour le foie et les ovaires. Sans doute à relier à la forte perturbation hormonale utilisée pour déclencher l'avortement. En France, les cas de cancer augmentent de façon exponentielle. 19% des femmes atteintes de cette maladie en décèdent. C'est pourquoi le dépistage a été renforcé. Il est en effet possible de stopper ce cancer, notamment par l'ablation du sein cancérigène si nécessaire. Les femmes qui ont eu un avortement ont 2,4 fois plus de chance de contracter ce cancer. Ce qui n'est pas rien, vu le nombre de ces cancers. Un cancer une fois de plus à relier avec le choc hormonal subi lors de l'avortement. Les seins maternels sont en effet sensible aux variations hormonales, qui guident la secretion du lait maternel. La fréquence de ce cancer est peut-être aussi à relier avec l'avènement de la contraception chimique qui dérègle les cycles hormonaux de la femme. Aux Etats-Unis, des médecins ont été condamnés pour avoir caché à leurs patientes le risque accru d'avoir un cancer du sein suite à un avortement. Endometrite post abortum. C'est une inflammation de la muqueuse utérine, c'est-à-dire des tissus qui forment la paroi de l'utérus. Il concerne plus particulièrement les adolescentes, qui ont 2,5 fois plus de risques que les femmes de 20-29 ans. Les complications des grossesses à venir. Accouchement prématuré ou retardé. Les femmes qui ont eu un, deux ou trois avortements on respectivement 1,89; 2,02 et 2,66 fois plus de risques d'avoir un accouchement prématuré en comparaison de celles qui ont mené à terme une grossesse. De même, les femmes qui ont avorté plusieurs fois ont 2,33 fois plus de risques d'avoir un accouchement tardif (plus de 42 semaines). L'avortement, associé à des dommages de l'utérus accroît le risque de prématurés, de complications durant la naissance, d'un développement anormal du placenta pour les grossesses tardives. Ces complications sont les principales causes de handicap pour les nouveaux nés. La grossesse, qui se déroule en dehors de l'utérus, met alors en danger la vie de la mère, et de l'enfant, et peut mettre en danger la vie de la mère. Risque de stérilité La moitié environ des cas de stérilité sont consécutifs à l'avortement: infection des trompes, adhérences utérines, dilatation excessive du col de l'utérus. Sources: Le traumatisme post-avortement, par le Docteur Florence Allard et Jean-Régis Fropo. Le livre noir de l'avortement en France, par le Collectif 30 ans ça suffit. Ces livre se fondent sur 112 publications scientifiques provenant de 43 revues médicales de haut niveau, de 1985 à 2002: « Obstetrics and Gynecology » (USA) - « International Journal of Epidemiology » (USA); « Journal of Epidemiological Community Health » (USA) - « British Journal of Cancer » (GB)- « Journal of the National Cancer Institute » (USA) - « Journal of Reproductive Medecine » (USA)- « The Lancet » (GB) - « International Journal of Cancer » (USA)- « New England Journal of Medecine » (GB) - « American Journal of Obstetrics and Gynecology » (USA) - « Family planning Perspectives » (USA) - « American Journal of Public Health » (USA) - « American Journal of Epidemiology » (USA) - « Acta Obstetricia Gynoecological » (USA) - « Journal of Pediatrics » (USA) - « Genitourinary Médecine » (USA) - « Journal of the Royal College of General Practitioners » (GB) - « Canadian Medical Association Journal » (Canada) - « Report of the Committee on Abortion Law » (Canada) - « Acta Obstetricia et Gynecologia Scandinavia » (Finland) - « European Journal of Obstetrics and Gynecology and Reproductive Biology » (Belgique) - « British Journal of Obstetrics and Gynecology » (GB) - « British Journal of Médecine » (GB) - « Report of the Commitee on the Opération of the Abortion Law » (Canada) - « World Jour­nal of Psychosynthesis » (USA) « Washington University Publica­tions » (USA) - « Journal of Social Issues » (USA) « Danish Medical Bulletin » (DN) - « Journal of Neurobehavioral Toxicology and Terotology » (USA) - « Journal of Study on Alcohol » (USA) - « Journal of Pediatrics » (USA) - « Canadian Journal of Psychiatry » (Canada) - « Psychobiological Perspectives » (USA) - « Social Science and Médecine » (USA) - « American Journal of Psychiatry » (USA) « Bulletin of the British Psychological Society » (GB) - « Journal of Clinical Ethics » (GB) « Statement of the Royal College of Psychiatrists » (GB) - « Epidemiological Review » (GB) « Women British Journal of Psychiatry » (GB) - « Australian and New Zealand Journal of Obstetrics and Gyneco­logy » (Australie) - « Canadian Journal of Psychiatry » (Canada) « British Journal of Psychiatry » (GB).