que faut il manger pour maigrir les


Douleur foie. LA DYSMENORRHEE. On appelle dysménorrhée l'ensemble des douleurs qui surviennent avant et durant la menstruation. Cette douleur se situe le plus souvent dans le bas ventre ou la région sacrée. Ces douleurs sont parfois accompagnées de nausée, vomissement, faiblesse, diarrhée, maux au dos.La céphalée, la somnolence et la nervosité extrême peuvent aussi être présentes. Ces symptômes mènent à l'altération de l'activité physique et de la manière de vivre des femmes, qui par ailleurs sont saines du point de vue de tous les autres aspects médicaux. Quelques chiffres. On estime à plus de 30% les femmes qui souffrent régulièrement de dysménorrhée dont environ 7% de façon invalidantes, les empêchant d'avoir une activité "normale", voire à rester au lit durant ces périodes. Les causes. Selon la médecine chinoise, plusieurs causes possibles peuvent être à l'origine de l'obstruction qui entraîne les douleurs pendant les règles. 1. LES TENSIONS EMOTIONNELLES. Ce sont les émotions comme en particulier la colère, la frustration, le ressentiment, qui selon la médecine chinoise, peuvent induire une stagnation du Qi du Foie. Cette stagnation peut avoir des répercussions sur la libre circulation du sang, qui alors stagne dans l'utérus et provoque la douleur. 2. LE FROID ET L'HUMIDITE. Au cours de la puberté le plus souvent, l'exposition au froid et à l'humidité pendant et après les règles (période de plus grande fragilité) peut entraîner ce que la médecine chinoise appelle une invasion du froid au niveau de l'utérus et provoquer la douleur (qui contracte et provoque la stase de sang). 3. LES EXCES SEXUELS ET LES ACCOUCHEMENTS. Les grossesses trop rapprochées, ou trop nombreuses par rapport à certaines constituitons, peuvent entraîner un vide du Foie et des Reins qui, ne nourrissant plus convenablement le Chong Mo et le Ren Mai, sont insuffisants pour faire circuler l'énergie et le sang, entraînant alors la stase et la douleur. 4. LE SURMENAGE ET LES MALADIES CHRONIQUES. Voici deux causes relativement fréquentes qui épuisent le sang et l'énergie et qui comme précédemment provoque un vide de sang qui ne peut circuler suffisamment, entrainant douleur s. Le point de vue de la médecine chinoise. En médecine traditionnelle chinoise, les règles sont rattachées au Jen Mo (vaisseau conception), au Chong Mo (vaisseau pénétrant) et au Foie. Les douleurs avant ou pendant les règles sont dues à l'obstruction de la libre circulation de l'énergie et du sang. La stagnation de sang (localisée dans l'utérus et qui entraîne une douleur vive) est donc l'état pathologique clé dans ce phénomène. On peut différencier les dysménorrhée en deux grands groupes, celles par plénitude (beaucoup plus souvent rencontrées en cabinet car dans ce cas la douleur est généralement plus vive) et celles par vide. Les dysménorrhées de type « plénitude »: - Stagnation de l’énergie et du sang - Stagnation de froid dans l'utérus - Accumulation de chaleur / Humidité-chaleur. Les dysménorrhées de type « vide »: - vide de Qi et de sang - vide du Foie et des Reins. DIFFERENTS TYPES DE DYSMENORRHEE selon la médecine chinoise. Diagnostic différentiel. 1. Les dysménorrhées de type plénitude. STAGNATION DE L'ENERGIE ET DU SANG. Les signes: douleurs et distension de l'abdomen et des seins. Sensibilités des flancs et des seins, refus de la palpation, parfois sensation de gorge sèche, parfois constipation, La langue peut être complètement normale ou avec les bords légèrement rouges. Le pouls est le plus souvent tendu et irrégulier. Dans le cas de la stagnation de l'énergie du Foie, c’est le stress et/ou les causes émotionelles qui sont le plus souvent en cause. Tous les outils de la médecine chinoise (acupuncture, massage, phytothérapie, hygiène de vie …) peuvent alors être utilisés. Principe de traitement: Faire circuler le Qi et le sang, dissoudre les stases, arrêter la douleur. Prescriptions types en pharmacopée: GE XIA ZHU YU TANG (décoction qui chasse les stases de sang au dessous du diaphragme), TAO HONG SI WU TANG (décoction aux 4 substances avec du carthame et du noyau de pêche) STAGNATION DE FROID DANS L'UTERUS. Les signes: mal au ventre avant ou pendant les règles, douleurs crampoïdes, aversion au contact du froid sur le ventre, amélioration par application de bouillotte chaude et aggravation par la palpation et la pression. Sang de couleur rouge, peu abondant avec de petits caillots foncés. Les selles peuvent être molles et pâteuses, la langue sombre, voire bleuâtre. Enduit mince gris ou blanc, pouls profond et tendu, souvent irrégulier. Principe de traitement: Réchauffer l'utérus, chasser le froid et faire circuler le sang. Prescription type en pharmacopée: WEN JING TANG (décoction qui réchauffe les règles) CHALEUR / HUMIDITE CHALEUR. Les signes: douleurs avant les règles et parfois en milieu de cycle, sensation de brûlure qui s'étend au sacrum, sang menstruel rouge avec petits caillots, urines peu abondantes et sombres, langue rouge, enduit collant jaune,pouls glissant. Principe de traitement: Clarifier la chaleur, éliminer l'humidité, dissoudre les stases. Prescription type en pharmacopée: QIN RE TIAO XUE TANG (déccotion qui élimine la chaleur et régularise le sang) 2. Les dysménorrhées de type vide. VIDE DE QI ET DE SANG. Les signes: douleur sourde dans l'abdomen, sensation de pesanteur dans la partie basse de l'abdomen, douleur améliorée par la pression et par les massages, sang de couleur pâle et peu abondant, fatigue, parfois selles molles et vertiges, langue pâle, pouls faible et fin. Principe de traitement: Renforcer l'énergie, tonifier la Rate, nourrier le sang dissoudre les stases. Prescription type en pharmacopée: SHENG YU TANG (déccotion qui guérit avec sagesse) VIDE DU FOIE ET DES REINS. Les signes: douleur sourde dans la région hypogastrique à la fin ou après les règles, lombalgies, règles peu abondantes, douleur améliorée par la pression et par les massages, grande fatigue, parfois selles molles et vertiges ou acouphènes, langue rouge sans enduit, pouls faible et fin. Principe de traitement: Nourrir le foie et les Reins, dissoudre les stases, arrêter la douleur. Prescription type en pharmacopée: TIAO GAN TANG (déccotion qui régularise le Foie) STRATEGIE ALIMENTAIRE. Privilègier: Les aliments cuits La saveur légèrement piquante qui aide à faire circuler (voir dans "la diététique du tao" les aliments de saveur piquante) Les condiments et aromates (oignons cuits, persil. ) Eviter: Les aliments froids, surtout juste avant les règles. comme par exemple les crudités, l'excès de fuits crus, les glaces, les sodas glacés etc.. Les aliments gras qui empèchent la libre circulation du qi et du sang Les charcuteries grasses, les viandes rouges, le gibier le café, les fromages fermentés Le tabac. QUELQUES ALIMENTS UTILES EN CAS DE DYSMENORRHEE. La diététique n'est certes pas suffisante dans la plupart des cas de dysménorrhées "installées", d'où l'importance d'une pharmacopée adaptée. Néanmoins, adopter une alimentation adéquate qui prévient les stagnations de qi et de sang, surtout dans la période avant les règles, est selon nous, tout aussi indispensable. Nous vous présentons ci-après quelques aliments qui sont, selon la tradition chinoise, particulièrement indiqués dans les phénomènes regroupés sous le terme de " Stase de sang". C'est surtout dans les cas d'invasion de froid, que la diététique aura une action nette, d'autant que la personne avait tendance a manger par le passé cru et/ ou froid. Parmi les aliments particulièrement intéressants, citons: poireau, gingembre, crabe, vinaigre, safran, sucre complet, cannelle… A cette liste, on peut aussi ajouter dans une certaine mesure: le chou, l'aneth, le persil, le fenouil, la menthe.. En chine du Sud, on donne une soupe (en général avec du pied de cochon) dans laquelle on ajoute du sucre roux, du vinaigre de riz et des jeunes racines de gingembre. Cette soupe est efficace pour bon nombre de troubles gynécologiques par stase de sang. Elle est indiquée aussi pour la période du post accouchement, pour régénérer, faire circuler et favoriser la lactation. Remarque: le choix des aliments sera fonction des types de dysménorrhées vus plus haut. La constitution de la personne (plutôt Yin ou plutôt Yang), doit aussi influer sur le mode de préparation des aliments. Attention, parfois la dysménorrhée peut cacher des maladies sérieuses comme l'endométriose, les fibromes ou l'inflammation. C'est pourquoi, en cas de troubles rebelles, et pour ajuster le traitement convenable, il est bon de consulter le gynécologue. Conclusion. L'acupuncture, la phytothérapie chinoise, la diététique et une bonne hygiène de vie donnent d'excellents résultats pour une très grande majorité de cas de dysménorrhées. Certaines formes sont plus faciles à résoudre que d'autres (comme les formes vide par rapport aux formes plénitude ) la plus difficile étant celle par Humidité chaleur. Souvent, chez de nombreuses patientes, les syndromes peuvent se combiner. et certaines se retouveront dans plusieurs tableaux, d'où l'importance de consulter un thérapeute compétent en médecine chinoise. et d'être patiente, persévérante. Enfin, sachez que la moyenne est d'environ trois cycles au minimum pour obtenir des résultats satisfaisant et régulariser le sang. Références: La pratique de la médecine chinoise, G MACCIOCIA Phytothérapie alimentaire chinoise:Liu shaohua et Marc Jouanny, Masson Diététique énergétique et médecien chinoise,Eyssalet, Guillaume, Mach chieu,éd Désiris.

comment maigrir avec le vinaigre de cidre de pomme organique

Maladie du foie. Il existe de nombreuses pathologies affectant le foie, certaines sont bénignes, d'autres sérieuses. La liste présentée ne saurait permettre d'émettre un diagnostic. Anatomie. Une fonction d'épuration: le foie filtre le sang et détruit la plupart des composés toxiques. Une fonction de stockage: le foie est l'organe ou se trouvent stockées la plupart des vitamines dont le corps a besoin ainsi que les réserves de sucre (sous forme de glycogène) qui permettent la régulation du cycle du glucose dans l'organisme. Une fonction de synthèse: le foie est, avec le pancréas, l'organe qui produit la plus grande diversité d'enzymes et de molécules complexes nécessaires au fonctionnement de l'organisme. Crise de foie. La maladie la plus connue et la plus fréquente attribuée au foie. ne concerne pas le foie. En effet la "crise de foie" est une pathologie essentiellement digestive. Le terme crise de foie est typiquement français et l'on n'en retrouve la traduction dans aucun autres pays. Cliniquement la crise de foie ne se distingue pas des indigestions. Hépatite A. L'hépatite A est la forme la plus bénigne d'hépatite virale. Elle se contracte lors de l'ingestion d'une eau contaminée par des matières fécales. l'hépatite A est particulièrement fréquentes dans les pays en voie de développement ne disposant pas d'infrastructures d'assainissement des eaux. Dans les pays du nord les contaminations sont rares et dues la plupart du temps à la présence d'eau contaminée dans certains crustacés et coquillages consommés crus (comme les huîtres par exemple). L'hépatite A n'est pas une maladie dangereuse pour le foie comme pour le reste de l'organisme. le virus responsable est rapidement détruit par l'organisme. L’hépatite A ne laisse aucune séquelle. lire la suite Hépatite A. Hépatite B. L'hépatite B est une hépatite provoquée par le virus HVB. L'hépatite est très fréquente à l'échelle de la planète mais beaucoup plus rare dans les pays développés. L'hépatite B guérit spontanément dans la grande majorité majorité des cas. Sauf exception, l'hépatite B n'est pas considéré comme dangereuse. Cependant dans moins d'un cas sur cent l'hépatite B peut produire une hépatite fulminante, un cas très sévère d'hépatite qui justifie une prise en charge immédiate. S'il existe un vaccin, celui ci ne fait plus l'objet de vaste campagne de vaccination, le bénéfice en terme de santé public n'étant pas clairement démontré. Hépatite C. L'hépatite B est une hépatite provoquée par le virus HVC. Il s'agit d'une forme potentiellement grave d'hépatite virale. Contracté par une exposition à du sang contaminé (lors d'un échange de seringues chez les consommateurs d'héroïne, d'une transfusion etc) le virus provoque une crise aiguë (jaunisse, symptômes grippaux) dans la plupart des cas. Chez 15% des patients le virus est détruit spontanément, chez 85% des personnes contaminées le virus provoque une maladie chronique grave justifiant un traitement médical relativement lourd. Hépatite E. L'hépatite E est une hépatite provoquée par le virus HVE. Il s'agit de la forme la plus sévère d’hépatite virale avec une mortalité pouvant atteindre 20% chez les femmes enceintes. Les sources de contamination sont multiples (eau non traitée, contact avec des animaux porteurs du virus) et peuvent être réduites par le respect des règles d'hygiène publique de base. L'hépatite E est pratiquement absente des pays développés. Hydatidose. Maladie rare du foie provoquée par un parasite. Le parasite va se fixer au niveau du foie et se développer jusqu'à créer un kyste appelé kyste hydatique. L'hydatidose se traite par la prise d'un antiparasitaire et par la chirurgie dans sa phase avancée. Cirrhose. La cirrhose est une maladie provoquée par la destruction progressive des cellules du foie. Dans la majorité des cas, la cirrhose est provoquée par une consommation chronique et importante d'alcool. D'autres causes sont cependant possibles notamment la prise de certains médicaments ou une hépatite chronique (essentiellement les hépatites B et C) La cirrhose est une maladie grave et les traitements actuels sont encore peu efficaces. Cancer du foie. Le cancer du foie est une forme grave de cancer. Le cancer du foie peut être dit ''primitif" si la tumeur détectée est originaire du foie lui-même ou "secondaire" s'il s'agit d'une tumeur métastatique. Le cancer du foie se traite par chimiothérapie et chirurgie. Stéatose. La stéatose est une maladie du foie provoquée par une présence excessive de graisse (notamment de triglycérides) au niveau du foie. L'engorgement du foie l'empêche d'assurer correctement ses fonctions biologiques. La stéatose est généralement provoquée par une alimentation trop riche en graisses et une consommation excessive d'alcool. Généralement, le traitement de la stéatose consiste en une correction alimentaire. Colique hépatique. La colique hépatique est un symptôme particulièrement douloureux provoqué par un calcul au niveau des voies biliaire. La colique hépatique se signale par des douleurs abdominales et l'apparition d'un ictère (une "jaunisse"). Fibrose hépatique. La fibrose hépatique est une maladie du foie touchant les tissus de soutien du foie. La fibrose va provoquer une rigidité de l'organe qui l'empêche d'assurer correctement ses fonctions biologiques. Dans les formes sévères ou avancées, la fibrose hépatique peut détruire les cellules du foie et mener à la cirrhose.

comment faire pour perdre du poids naturellement bruxelles bruxelles

uveite.fr. L’uvéite est une maladie de l’œil souvent liée à d’autres maladies comme la leucémie ou le mélanome. C’est plus exactement une inflammation de l’intérieur de l’œil ou de l’uvée formée par l’iris, le corps ciliaire et la choroïde. Elle présente plusieurs symptômes à ne pas négliger puisqu’elle risque de nuire définitivement à l’acuité visuelle. Quels sont les différents types d’uvéite? Il y a trois types d’uvéite selon les parties touchées à savoir: les uvéites antérieures. Ses formes aiguës résultent en général de certaines maladies comme l’herpès, la sarcoïde, ou la syphilis. Les formes chroniques proviennent du zona, de la varicelle, ou encore de l’herpès; les uvéites intermédiaires. Elles touchent la pars planite, la partie arrière du cristallin et proviennent de la sclérose en plaques, de la brucellose, de la sarcoïdose, ou de la leptospirose; les uvéites postérieures. Elles concernent surtout la choroïde, le vitré postérieur et la rétine. Elles sont dues à la tuberculose, la toxoplasmose, la rétinochoroïdite de Birdshot et s’accompagnent en général d’une rétinite, d’une papillite ou d’un œdème maculaire. À noter toutefois qu’il y a également ce qu’on appelle « l’uvéite idiopathique » lorsque la cause de l’inflammation n’est pas connue. Elle peut toucher un seul œil uniquement ou les deux yeux à la fois. De manière générale, les uvéites résultent d’une infection, les bactéries et les parasites doivent être détruits à l’aide d’antibiotiques. Cependant, il est possible de prévenir les complications même s’il se peut aussi que la maladie revienne plusieurs fois sur une même personne. Comment reconnait-on une uvéite? Quelles sont les personnes à risque? Il n’y a pas encore de chiffres exacts concernant le nombre de personnes touchées par cette inflammation de l’uvée. Selon les estimations, sur 100 000 habitants, il y a 17 à 24 nouveaux cas, 38 à 204 ont déjà eu ou ont une uvéite. Le pourcentage des enfants atteints quant à lui est de 3 à 8%. Par ailleurs, à cause de l’herpès, la sarcoïde, ou de la syphilis, la chirurgie de l’œil peut aussi entrainer les uvéites si le globe oculaire a été ouvert à cause d’une bactérie, ou d’un champignon. C’est ce qu’on appelle l’endophtalmie, un cas qui touche 0,1% des personnes opérées. Notez aussi que les patients qui ont un phénotype HLA-B27 sont également plus à risque que d’autres. Qui consulter et quels traitements suivre pour une uvéite? L’ophtalmologiste est le spécialiste à consulter pour l’uvéite, celui qui pose quelques questions au malade afin de déceler l’origine du problème oculaire. Il peut par exemple constater que la pupille a une petite taille avec des vaisseaux conjonctivaux dilatés. Il peut aussi y avoir des globules blancs qui sont déposés à l’intérieur de la cornée. Ensuite, il faudra envisager le traitement par des antiviraux. Quant à l’inflammation, les corticoïdes locaux sont aussi efficaces pour les faire disparaître. Afin de réduire le risque de glaucome et de synéchies postérieures, il faudra passer par un mydriatique local, un traitement qui consiste à administrer au patient les collyres à base d’atropine ou de scopolamine dans l’objectif de dilater les pupilles. (122 commentaires) VIBET on 10 mai 2013 at 19 h 20 min Répondre. Bonjour a toutes et tous, J’ai effectivement les symptômes de toutes les uvéites décrites. J’en ai plus qu’assez, c’est chaque fin de traitement que je rechute a peu prêt deux a trois semaines après. C’est très pénible et contraignant. J’ai eu tous les symptôme, œil rouge sec avec douleurs surtout nocturne, petits points qui se ballades. Le pires c’est l’uvéite granulomatose, j’ai eu également des cinéchis enfin je penses avoir fais le tour des symptômes et les médecins ne savent toujours pas la cause. J’EN AI MARRE je n’ai pas un mois tranquille. Je suis obligée d’aller en urgence chez mon Ophtalmo a chaque fois que les symptômes arrivent. C’est très pesant. roby on 27 octobre 2013 at 17 h 44 min Répondre. Bonjour, j’ai une panuveite depuis fevrier 2012, j’ai ete traitée pour tuberculose 6 mois et maintenant je suis sous corticoide. je reste a 10mg par jour et de main ils me font des piqure dans l’oeil en fait j’en sais pas plus. je leurs ai prepare mes questions pour demain. je suis suivie a la salpetriere mais sur le web j’ai eu des renseignements par Lariboisiere ». Je suis genee pour conduire mais je suis contente car j’ai repris le travail ( ce qui est tres important) Je vous souhaite bon coura ge.pour l’instant j’ai tres peu de douleur et j’espere quand meme m’en sortir, j’essaie aussi les complements alimentaires. je ne comprend pas pourquoi je garde toujours un terrain inflamatoire, et un oedeme. j’aimerai comprendre ce qui disfonctionne dans mon organisme. Je vous souhaite le meilleur rétablissement. SYLVIE on 13 février 2015 at 22 h 36 min Répondre. BONJOUR VOILA PRES DE 15 ANS QUE JE SUIS ATTEINTE D UVÉITE DUMOINS QU ON AS DÉCÉLÉ MA MALADIE MAIS CA AVAIT COMMENCER APRES QUE J EU DÉTECTÉ LA TUBERCULOSE QUE MA GRAND AVAIT ETJE VIVAIT DANS LA MEME MAISON DE PLUS J AI ÉTÉ ATTEINTE D UNE FIEVRE APHTHEUSE D UNE BACTERIE DE LAIT DE VACHE MALADE AU DÉBUT MES PARENT CROYAIS A UNE CONJONCTIVITE ET CELA A DURER 19 ANS LORS QUE JE DEVIENT MAJEURE J ÉMIGRE AU CANADA ET LA LE DR FORTIN EN LA 2001 DÉCÉLE L UVÉITE JE SUIS TRAITÉ A LA CORTISONE DEPUIS LORS ILS RECHERCHE LE POURQUOI RÉÉRLLEMENT DE CETTE MALADIE UNE CHOSE EST CERTAINE QU ON L APPELLE l arthrite des yeux. JE VIS AVEC ET MOURRAISAVEC J AI DONNÉ LA PERMISSION A LA CLINIQUE DES YEUX ROUGES DE DEVENIR COBAYE N IMPORTE QUELTEMPS DU MOMENT QU ON PUISSE TROUVER ET GUÉRIR L UVÉITE SANS LA CORTISON EON SOUFFRE XDE DOULEUR TRES AIGU DANS LES YEUX ET ON A PLUS DE LUBRIFIANT AUSSI J ENCOURAGE DE TOUT MON COEUR LES CEUX QUI ONT LA MEM MALADIE QUE MOI SI VOUS AVAIT BESOIN DE SUPPORT ÉCRIVAIT MOI BONNNE CHANCE. Hanah on 21 février 2015 at 23 h 17 min Répondre. Alors pour ttes celles qi en ont marre de l uvéite, J ai été traite par des injections et je suis tjrs le traitement en allant en decrescendo, sauf que j ai remarque une disparition totale de ts les signes douleurs lumière et autres depuis que j ai repris mes pilules œstroprogestatives, je vous les recommande, qi ne tente rien a rien, bien sur, mon taux d hormones y serait pr qquchose, et la poursuite de mon traitement AUSSI. aussi je poursuis en parallèle la cortisone et grâce a dieu ça va bcp mieux gardez espoir et demandez tjrs a dieu de vs aider il n y manquera pas croyez moi, Bon courage a ts et toutes, et tentez le traitement par pilule.. Ps: pr les hommes je n ai pas de solutions expérimentales desolés… nanou on 29 juin 2015 at 14 h 04 min Répondre. Je ne sais pas où vous êtes, mais j’ai déjà un conseil à vous donner, allez voir si vous êtes en France la Fondation Rotschild dans le 19 e, là vous serez en de bonnes mains et ils vont bien vous soigner, il y a de t des grands spécialistes qui ne font que cela. Bon courage nanou. Jolly on 17 mai 2013 at 8 h 07 min Répondre. je viens de lire sur P.de santé que la prise de Phosamax, en cas d’ostéoporose, est cause d’uvéites….. Padbol on 13 juillet 2013 at 19 h 18 min Répondre. Va voir un spécialiste pas l’ Ophtalmo de ville j’entend à l’hôpital dans un centre universitaire … La cause de l’uveite ne se trouve que dans 1 cas sur 3 dixit mon spécialiste et la cause peut se déclencher maintenant comme dans 10ans … Et effectivement ça fait 10ans que j’ai mon uvéite et tjrs pas la cause. Lilou on 3 novembre 2013 at 17 h 43 min Répondre. J’ai eu une première uvéite il y a une dizaine d’année sur un oeil seulement; puis une rechute en 2008 et en 2013 sur le même oeil. C’est très contraignant et très stressant car on ne connait pas la cause. Depuis la dernière crise, cela me lance à l’intérieur de l’oeil: est-ce normal? le médecin a fait des recherches mais n’a rien trouvé de particulier. Quel âge ont les personnes lors de leur 1ère uvéite? moi, 43 ans. sylvie on 18 mars 2014 at 11 h 32 min Répondre. bonjour LILOU moi j’ai eu ma 1ere uvéite a 47 ans et là 5ans après j’en refait une mais que sue un oeil la première fois c t les 2 ….. je te souhaite bon courage je pense que c lié a ma maladie mais je n’en suis pas sure à 100/100 je vais poser la question jeudi a l’hopital lors de ma séance de chimio … et je vs dirais bonne journée. Vibet on 17 avril 2014 at 20 h 16 min Répondre. Bonsoir l’illusion j’ai eu ma première uvéite à 43 ans sur les deux yeux elle était granulomateuse et très importante. Donc c’était en 2009 et depuis 2012 c’est pratiquement tous les deux mois. Depuis le début d’année j’en ai fait deux celle de janvier m’a laissé beaucoup de séquelles sur mon œil gauche j’ai vu un spécialiste à la fondation rotchilde spécialiste dans les inflammation de l’œil et uvéite. Il m’a donné un bilan sanguins qu’il me paraît très intéressant. Je lui ai poser la question du pourquoi. Il m’a répondu qu’est 40% d’uveite à une cause et les 60% restant sont inexpliquée c’est comme ça donc je ferai bien si le bilan sanguin est plus parlant. Je vous souhaite un grand courage à tous et toutes car c’est vraiment pénible et angoissant comme maladie. passant08 on 13 septembre 2014 at 14 h 28 min Répondre. bonjour quand on ne trouve pas la cause, il faut se pencher sur la piste de la nutrition voir sur google. poser la question: omégas et inflammations. je connais assez bien l’uvéite,mon fils a été concerné par ce problème et c’est un généraliste qui l’ a guéri. rififi on 2 mars 2015 at 15 h 11 min Répondre. NABIL on 14 mars 2015 at 15 h 21 min Répondre. mon fils a 9 ans et vient de faire sa premiere uveite. Ils n’ont pas trouve encore de cause. Peux tu me dire plus sur le traitement que t.’a donne ce generaliste. fil on 21 septembre 2017 at 15 h 46 min Répondre. je souhaiterais savoir vous demeurez ou est quel est le medecin généraliste a réussit a guérir votre fils, ma fille a une uveite et là on est saturé c est vraiment très pesant a la longue car a l hôpital y a que des internes. Merci cdlt. kris on 7 décembre 2017 at 10 h 36 min. nous sommes dans le même cas que vous. notre plus jeune fils (16 ans) est depuis la rentrée suivi pour une uvéite. c’est l’ophtalmo (après 6 mois d’attente pour un rv) qui a décelé qu’il était aveugle d’un œil. il est suivi à la pitié, la toubib est investi enfin une qui le suit correctement, il a un traitement lourd. actuellement ils ont sauvé son œil et là ils essaient de lui restauré un peu de vue. Il a eu des injections dans l’œil ainsi que des lasers, son traitement est devenu plus lourd car malgré les lasers et les injections dans l’œil. il faut savoir que dans la majorité des cas on ne connait pas les causes du pourquoi et comment. si tu vis en ile de France demande un rv à la pitié avec le dr lam bon courage car c’est un long combat. nanou on 29 juin 2015 at 14 h 00 min Répondre. Je me doute que c’est très pénible, mais essayez en premier de savoir en faisant une analyse de sang si vous êtes un HLA- B27, déjà savoir cela. Ensuite l’endroit où vous pourrez je pense être le mieux soigné, c’est à la Fondation Rotchild en face du Parc Monsouris il me semble, c’est dans le 19 è, je sais y aller mais ne me souviens plus du nom du Boulevard. Peu importe allez consulter là haut ils ne vous lâcheront pas tant qu’ils n’auront pas trouvé un traitement efficace. Bon courage. Babin on 18 octobre 2014 at 2 h 07 min Répondre. Je viens de lire ton message. Un peu tard mais ça peu peut-être aider d,autre personnes. J,ai fait une névrite optique en 1998 traitée par perf de cortisone. En 99 première uveite postérieure œil super douloureuse,troisième en 2000 avec diagnostique enfin posé, sclérose en plaques. Effectivement pour la sep on ne vous annonce le diagnostique seulement au bous de la troisième poussée, puis plus rien pendant 5 ans et je me suis réveillée je ne marchais plus donc fauteuil roulant pendant trois ans car j’ai accepté tous les protocole proposé et pour moi ça valait le coup, j’ai pu conduire ma voiture mais plus ma moto, je marche un peu comme si j’avais un peu trop bu, mais c’est pas grave lol j’ai un bar tabac pmu et les clients sont au courant donc on en rigole. Depuis deux jours uveite posterieur aiguë, j’ai obtenu le droit de faire les perds d’1’5 gr de corticoïdes 4 heures par jours pendant 5 jours sous surveillances d’amis ou famille et ils donnent de la morphine car la douleur est difficilement supportable. Voilà, je suis Vero une femme de 48 ans, je suis une battant devenue un peu jean foutiste au dire de mon mari qui est formidable et mon mon petit Lou fait tout ce qu’il peut pour améliorer mon quotidien. J’ai deux enfants indépendant avec un petit fils de deux ans. Maintenant, j’ai pris la décision de mordre la vie par tous les bouts, cela peut faire peur, mais une fois que vous avez accepter, et surtout comprise, et bien entourée on arrive à gérer. Voilà, bonne nuit a tout le monde et si vous avez des questions n’hésitez pas, dans la mesure de mes connaissance. Amicalement, Vero. Kevin on 24 mars 2015 at 16 h 27 min Répondre. MA première uvéite s’est déclenché à 21 ans. Donc, j’ai été traité sur 2-3 mois. Par la suite, ils ont découvert à l’aide de prises de sang que j’avais l’antigène HLA-B27. En bref, ce gêne augmente les risques d’attraper des maladies inflammatoire. Donc, mon uvéite revient à peu près à chaque année. Cependant, je sais reconnaître une uvéite quand j’en vois une, donc je commence mon traitement 1-2 jours après l’apparition des rougeurs. J’évite même le symptôme de la photosensibilité. Dans mon cas, c’est préventif. Bon courage. Sharon on 5 avril 2016 at 10 h 09 min Répondre. Je n’avais que 15 ans mars 2015 j’ai Comenser A avoire un oeil rouge Et dès douleur surtout le nuit ensuite mon desieme oeil est devenue rouge Vife avec des douleur atrose A ne plus pouvoir garder les yeux ouvert J’ai donc etais dans un Ophetalmo en ville il m’a dit que javais une convonctivite J’ai donc laissé passer une semaine de plus ou jamais mall atrosement et mais yeux Devenais de plus en plus rouge j’ai donc etais A l’hôpital de Villeneuve st George Au urgence il mon dit que javais une il et cornéen pui qu’elle que jour apre un Odem papilair A la prochaine visite il mon garder près de 15 jour et en sais 15 la il mon trouve un uveit bilatéral intérieur,oui je suis sortie avec des goûte Pas tres eficase pui le 14 mai 2015 un coup de telephone du Kremlin Bicetre pour me dire que c’était euh qui reprener mon dossier et qu’il dévais m’hospitaliser A fin de trouver Pourquoi tout se la mariver je comenser à avoir mall à chaque articulation De mon corp il mon donc mie sou Cortison A 60 miligrame pour une jeune fille de 15 ans c’était Assais dure A suporte pui le 18 mai il mon fait une ponction lombaire qui A etais atrose pour moi.. Je suis sortie de l’hôpital avec mais corticoïdes pui mais goûte se qui etais tres eficase mais la cortison etais un gros poids pour moi régime et tout sa et la cortison fait un peux dépretioner ont ne dort plus le nuit.. Donc en septembre assais de la cortison mais yeux alais tres bien mon arthrite aussi donc arrêt de la cortison 15 jours apre rechute total résidive de l’uveit enccord hospitalier enccord 60 miligrame de cortison Breff je vous passe sais 6 mois la en mars 2016 arrêt de la cortison et la depui 3,4 jour je recomense à ravoir des douleurs je vais donc allais consulter un Hophetalmologue du Kremlin bicetre..je pence donc que Les uveit ne part jamais et résidive tout Les 6 mois …voila préseque un ans et demi que sa dures. TERSEUL on 14 novembre 2013 at 16 h 08 min Répondre. Bonjour, je souffre d’une uvéite avec tous les symptômes que vous décrivez. On a pu enfin trouver la cause! elle est provoquée par la maladie de lyme (piqûre de tique qu’on peut ne jamais avoir remarquée). Je vous conseille vivement de faire procéder à un test pour la détecter en demandant bien le test western blot. car si vous avez été piqué il y a longtemps le simple test Elisa sera négatif, la bactérie étant un véritable caméléon qui a pris le temps de « se cacher » si elle n’a pas été détectée dans l’année. Si le test est positif vous pouvez vous rapprocher de l’association « lyme sans frontières ». Ne perdez pas courage. Clementine on 17 novembre 2013 at 16 h 56 min Répondre. Une piqûre de tique près du nez non détectée et soignée a déclenché chez moi une uvéite sévère. Trimbalée entre des ophtalmos Cannois lamentables et d’autres encore pires à Nice, j’ai fini par aller consulter aux 15/20 à Paris ou enfin j’ai été informée et soignée.. Un très radiologue à Paris également dans les Halles à Paris a confirmé le diagnostic. Des gouttes tous les jours, pas de douleur, une énorme gêne dans l’oeil droit, et pas de solutions pour l’instant, je vais me repprocher de l’association Lyme sans Frontières merci à « Terseul » pour cette adresse et bon courage à ceux qui vivent le même cauchemar.. LE BEL on 10 décembre 2013 at 0 h 54 min Répondre. j’ai une uvéite qui a commencé en 1993 devenue cortico-dépendante ayant entraîné la perte de l’œil droit et me laissant 3/10 corrigé sur l’œil gauche avec un champ visuel rétréci Aucune cause n’a pu être définie et je suis aujourd’hui dans les mains du sce ophtalmologie à la PITIE SALPETRIERE. Malgré tous les examens prescrits aucune cause n’a été décelée. Je ne sais plus que faire. Sha on 11 décembre 2013 at 2 h 45 min Répondre. Première uveite il y a 4 ans avec recidives tous les 6 mois environ. Après analyses par mon médecin traitant, c’est une sarcoïdose qui en serait la cause… Donc aucun traitement pour le moment. Il y a juste à prendre son mal en patience. Pour répondre à Lilou j’ai fait ma première uveite à 20ans. Donc je ne pense pas que l’âge rentre en compte. BURG on 30 décembre 2013 at 1 h 48 min Répondre. Bonjour à tous, j’ai été victime d’une uvéite pendant presque 2 ans juste à 14 ans. J’ai commencé à ressentir des douleurs au niveau des yeux et des troubles du sommeil bien prononcés, des insomnies la nuit et la journée un profond besoin de sommeil. Je suis alors allée voir mon ophtalmo avec ma mère et elle m’a dit que j’avais une inflammation de l’œil et que je devais faire des examens suite à mes symptômes. On m’a donc détecté une uvéite antérieure (ce qui n’était pas anodin étant donné mon jeune âge à l’époque: 14 ans) et j’ai suivi un traitement local (collyres). Les médecins ne connaissait pas la cause, il y a plein de possibilités (griffure par un chat, maladie héréditaire…). Dans mon cas, les symptômes se sont manifestés 2-3 semaines après ma première injection du vaccin GARDASIL. Ma mère était sûre que ce vaccin avait mal réagi sur mon corps et qu’il était la cause de mon uvéite. Les nombreux médecins que j’ai vu ont rarement cru à cette cause (sauf mon ophtalmo qui m’a soutenue!). Dernièrement, une jeune fille est passée aux informations et a montré que le vaccin GARDASIL avait des effets secondaires conséquents: http://www.lepoint.fr/societe/exclusif-gardasil-marie-oceane-je-ne-pouvais-plus-marcher-25-11-2013-1761448_23.php Prompt rétablissement à vous et courage! B.Reda on 17 janvier 2014 at 17 h 09 min Répondre. Bonjour à tous, Première uveite il y a juste 2 ans c’était par moment, maintenant c’est tout le temps, dès que j’arrête le corticoïde mon oeil gauche se met dans l’ambiance 🙁, je suis entré dans un tourment des bilans toujours sans résultat, entre temps je crains les effets secondaire du corticoïde dont je ne peux malheureusement pas m’en dépasser,, pour les anciens dans le domaine avait vous vous déjà eu des effets à cause de ça?? Quant à l’age j’ai 30 ans pour répondre à Lilou. Inflam'oeil on 2 février 2014 at 0 h 16 min Répondre. Pour information, Inflam’œil est une association de patients souffrant d’uvéite et d’inflammation oculaire récidivante. Vous trouverez sur le site de nombreuses informations sur les différentes maladies, ainsi qu’un forum et un lien vers sa page Facebook. C’est une maladie effectivement assez difficile à appréhender, de par la multiplicité des causes possibles mais aussi paradoxalement par le manque de cause avérée dans de nombreux cas. L’errance thérapeutique est également un des axes de travail de l’association afin de sensibiliser le corps médical. Bon courage à tous! Géo on 20 février 2014 at 12 h 17 min Répondre. Moi j’ai fait ma première crise d’uvéite en 2012. J’ai été traité par une ophtamologue. Je viens de faire une rechute après un accouchement. Le praticien me demande de reprendre les mêmes analyses qu’avant alors que les résultats avaient été négatifs et n’étaient pas alors la cause de la maladie. Je suis en colère car je sais qu’elle devrait chercher d’autres causes. Je pense changer d’ophtalmo. Que me conseillez-vous? Je souhaite bon courage à chacun d’entre nous car cette maladie est très affligeant. Tournesol66 on 4 décembre 2014 at 18 h 34 min Répondre. Dernièrement, j’ai entendu en conférence le prof. cancerologue Henri JOYEUX et il dit que certaines uvéites auraient rapport avec le côlon. Tu peux aller sur son site. bon courage; bedez on 8 mars 2014 at 23 h 01 min Répondre. Paratuberculose du a une mycobactérie MAP mycobactérium avium paratuberculosis voisin de la tuberculose présent dans le lait cru voir pasteurisé et surtout la viande d animaux atteints de cette maladie mortelle, souvent présente chez les personnes atteintes de la maladie de crohn de colite uvéite voir? cancer du colon, maladie sournoise mais très présente, les animaux maigres sont souvent vos steaks hachées,imaginez le nbres de steaks mangés.no comment. souvent les analyses sont négatives cette mycobactérie est difficile a trouvé les analyses sont très longues ( culture d échantillons en laboratoire ).le canada les usa sont bien en avance sur le sujet. courage a tous. iole on 18 mars 2014 at 10 h 24 min Répondre. bonjour a tous, c’est avec grande satisfation que j’ai lu vos temoignages; ma fille de 12ans souffre d’une Uveite idiopatique be-lateral qui a ete diagnostiqué en 2008, nous avons subit en consequence d’allors à 2010 trois(3) intervensions churigical pour catarate, ce qui a porté à esportation des cristallin……………en bref, en 2010 nous avons debuté un traitement dans un hopital de notre region ( nous vivons au centre de l’Italie), vue que ici aussi cette patologie est une casse tete pour le medecin, puis peu sont ceux qui s’en occupe; à part le cocktel de pastiques: Deltacortene(cortison), Methrotrexate, Lederfonine: nous devont chaque deux semaines faire des injestion un d’un « imunosopressore » du nom HUMIRA. C’EST UN CALVAIRE…..tous celà depuis 6ans! pour ma fille- pour tout ceux qui ont l’Uveite- et aussi pour ceux qui les assiste. Je suis actuellement à la recherche d’un centre specialisé en france pour d’autre analyses du cas de ma fille. du courage à vous tous qui convivez avec cette flagelation. Sac épée on 25 mars 2014 at 20 h 21 min Répondre. Bonjour à tous,je viens fêter mes 35 ans,et je suis atteint d’uveite reguliaire depuis que j’ai 14 ans,et j’en peut plus je suis au bout,et d’autre symtomes viennes ce rajouter aux files des années fatiguer. camille on 13 juillet 2014 at 14 h 15 min Répondre. bonjour je m’intéresse à l’uvéite depuis de nombreuses années car un membre de ma famille a été concernée par ce problème. Un généraliste à pu mettre fin à ses inflammations répétitives si cela vous intéresse, je suis prêt à vous répondre. lydia on 18 juillet 2014 at 16 h 02 min Répondre. Bonjour Camille, je reviens de consultation chez l°ophtalmo qui vient de faire le diagnotic de Uveite, il y a lonqtemps que G des syptomes de toute sortes, si vous pouvez me renseigner cela me serait d un grand secours, d avance je vous remercie et serais heureuse de votre reponse, Lydia. danielle on 19 juillet 2014 at 0 h 59 min Répondre. Bonsoir, si vous pouvez me donner des info.cela me permettrait de venir en aide a une personne qui m’ est proche, d’avance merci, Danielle. sangamy on 11 août 2014 at 1 h 43 min Répondre. bonjour! j’ai souffert de l’uveite en 2013 pendant un mois.J’ai fait une rechute il y a une dizaine de jours.Que pouvez me dire sur cette maladie? malroux on 2 octobre 2014 at 9 h 34 min Répondre. bonjour ma fille a 40 ans et elle est atteinte de l’uvéite sur les deux yeux. elle voit a peu prés de loin mais de prés c’est très limité, impossible de lire par exemple sa vue est très flou et elle n’a pas de douleur. je suis a me demander si prendre un rendez vous au 15/20 ne serai pas plus efficace qu’un simple ophtalmo. elle a eu pas mal de piqure de tiques mais les tests sont négatif, je ne sait pas le type de test quelle a eu. si quelqu’un connait un cas semblable merci de nous donner conseil. sahar on 3 octobre 2014 at 18 h 42 min Répondre. svp camille je veut savoir comment on peut mettre fin a cette uvéite. Dominique on 14 octobre 2014 at 6 h 03 min Répondre. Camille, Pourriez vous m’indiquer le nom de de ce médecin généraliste? J’aimerais aller le voir car j’ai également une uvéite antérieure récidivante des que j’arrête la cortisone, ce qui est très handicapant. Merci par avance Dominique. corre on 15 octobre 2014 at 15 h 56 min Répondre. J’aimerai en savoir plus sur votre msg merci beaucoup. Bénichou Christiane on 7 novembre 2014 at 9 h 37 min Répondre. Bonjour, je viens de lire votre message de juillet 2014, j’aimerais beaucoup savoir comment le généraliste vous a soignée car visiblement les ophtalmos consultés ne peuvent rien pour moi. Merci d’avance. lagrange on 25 novembre 2014 at 9 h 57 min Répondre. Je viens de contracter une deuxième fois une uveite maintenant à l’oeil gauche. La première ayant eu lieu en mai de cette année sur l’oeil droit, soit 6 mois après. A lire les très nombreux témoignages sur ce sujet je commence a vraiment être très inquiète et me demande comment me débarasser ce ce problème. Je vais voir mon généraliste pour un bilan sanguin mais que me conseillez-vous car je ne voudrais pas avoir des séquelles avec mes yeux. Merci beaucoup de votre aide. Bien cordialement, Mme R. Lagrange. NABIL on 14 mars 2015 at 15 h 27 min Répondre. Peux tu nous en dire plus. bastide caroline on 16 septembre 2015 at 9 h 49 min Répondre. Bonjour Camille, ma fille 27 ans a une uvéite idiopathique bilatérale postérieure, et a commencé depuis oct 2014 les traitements corticoïde + methroject injections toutes les semaines + antidote dont je n’ai pas retenu le nom, à 16 ou 18 ans elle a été vaccinée avec le gardasil….. Bref elle est devenue cortico dépendante et commence à perdre ses cheveux de manière inquiétante cad des plaques sans cheveux apparaissent sur ses tempes. Elle est courageuse mais vient d’avoir un sacré coup au moral. Alors votre témoignage me parle vraiment car je crois beaucoup à l’influence de l’alimentation, Merci de m’en dire plus! amani on 8 juin 2016 at 16 h 22 min Répondre. Bonjour oui ça m’intéresse trop pour mon fils de 7 ans merci de me contacter sur mon mail amani_toto2007@yah oo.fr. Cocher Mireille on 30 juin 2016 at 12 h 08 min Répondre. Bonjour, J’ai aussi une uvéite, pouvez vous m’en dire plus sur la manières de se soigner. merci. vallet on 27 septembre 2016 at 17 h 21 min Répondre. bonjour j ai eu 2 uveites recidiventes le meilleur specialiste est a hopital cochin professeur antoine brezin il m a sauve mon oeil. Nanoubird on 2 octobre 2017 at 7 h 00 min Répondre. Bonjour, Je souffre d’uvéite depuis 15 ans. Je ne compte plus le nombre de médecins, d’ophtalmos et même d’hôpitaux où je suis allée. Je serais très intéressée par votre médecin.Pouvez-vous me donner ses coordonnées svp? Merci d’avance! mamick on 30 novembre 2017 at 8 h 33 min Répondre. Suite à des diverticules du colon et à une tendinite du poigné,il y a 2 mois, pour la premiére fois je fais une uvéite de l’oeil droit, j’ai 65 ans. Je suis actuellement depuis 1 mois soignée d’abord par piqures, gouttes, atropine, chibo cadron,corticoide. Tout s’améliore mais dés que je diminue le traitement mon oeil est à nouveau rouge et me fait mal, donc je recommence le traitement à zéro. Tous mes examens se sont révélés négatif. J’espére que la prochaine étape sera la guérison et que mes maux de tête vont cessés. fil on 3 janvier 2018 at 20 h 52 min Répondre. pouvez vous minformez s.v.p. ma fille de 15ans et demi a une uveite depuis 1ans et demi, au debut la pediatre lui a prescrite 25mg de cortocoide au bout de 3 mois de traitement ma fille a eux des vergetures au cuisse, au niveaux du bas du dos, a perdue ses cheuveux en grande quantité j été choqué, aujourd hui elle et a 5mg mais d autres problèmes ont surgient elle vas au lycée a les veines des yeux rouges, mal a la tête, recoit des coups côté coeur, des ptits coups électrique aux orteilles, ou au doigts, pleins de symptômes, et quand elle fréquente les grandes surface a cause de la climatisation ses yeux rougisse tres inquiète j ai posé la questions a la pédiatre ci cela n etais pas la cause du traitement qui dure depuis plus d un ans,, elle nous a repondue que ma fille se rendais certainement malade interieurement coup de stresse ou je ne sais quoi quand elle se rend au lycée, m as bien dis que ci je luis fesais pas confiance, je devrais changer de pediatre et faire une procedure, je lui est repondue maintenant vous vous lavez les mains car cela vous fais peur car elle si attendait pas a ces problèmes aidez moi s il vous plaît pour ma part je sais au fond de moi que se sont les corticoides personne nous écoutes j en ai ras le bol de voir ma fille souffrir, lundi va se rendre au lycée j ai déjà peur!! J angoisse!! Merci beaucoup. Cordialement. Véronique on 22 novembre 2016 at 7 h 38 min Répondre. Bonjour, Mon fils étant atteint d’une uvéite et sous traitement depuis 1 an, il y a peu d’amélioration. Pouvez vous me donner les coordonnées de votre médecin SVP. Avec mes remerciements. BONNET on 1 février 2017 at 7 h 26 min Répondre. Si je puis me permettre il faut aller aux urgences de l’hopital de la pitié Salpetriere c’est un service spécialisé uvéites. l’ouverture est à 8h le matin il faut arriver plus tot car ils prennent par ordre d’arrivée et des iternes font une prises en charges pr passer une batterie d’examens. tous les examens seront effectués ensuite ils vont voir le professeur de renommée mondiale, BODAGUI (moi j’ai eu 2 RV avec lui) qui a sauvé mon oeil. j’ai eu pas mal de traitement à base de cortisone, des piqures sous conjonctivales. il faut etre patient je sais facile à dire quand on souffre ou voit souffrir mais il n’y a rien d’autre à faire. Honnetement, ils savent rassurer dans ce service et j’ai eu entiere confiance. début 2012: premiere crise. Rechute à chaque fin de traitement jusqu’à fin 2015. 2017, cela fait un an que j’en ai parfois des lancinantes, mais pas vraiment déclarées. Maisonneuve on 26 mars 2014 at 10 h 20 min Répondre. J’ai reçu fin février 2014 une perfusion d’ACLASTA, et 48h apres les symptômes des effets secondaires sont apparus.Diagnostique de l’Ophtalmo= UVEITE. Maintenant peut on incriminer le produit. J’ai 65 ans et suivie pour ostéoporose, j’ai été traitée par Forsteo pendant 18 mois. A ce jour je suis toujours sous surveillance Ophtalmo, car persistance d’adhérences. La douleur est toujours présente ….. que sais t’on de la guérison; si guérison il y a. MERCIER Lysiane on 5 août 2014 at 13 h 10 min Répondre. bonjour Maisonneuve, Je me retrouve dans ton parcours. Ostéoporose sévère (8 fractures vertébrales) donc traitée par des injections de Forstéo ( 2 fois 6 mois) mais qu’on a arrêté parce que j’avais fait une crise de coliques néphrétiques et que cela risquait de se reproduire. Donc la rhumato a décidé de remplacer par une perfusion d’Aclasta, que j’ai eue ce 31 juillet. J’ai eu un peu de fièvre mais j’ai plutôt bien réagi et voici que depuis 2 jours j’ai mal à l’oeil gauche. l’oeil est rouge, ma vision est terne, et dehors la lumière me gêne. Est-ce de l’uvéite? J’aimerais savoir si vous vous sentez mieux depuis que vous avez posté votre commentaire et si vous avez eu un traitement particulier. Cordialement tata bouyou. Lysiane Mercier on 7 août 2014 at 8 h 21 min Répondre. diagnostic confirmé hier à l’hôpital de Bobigny: uvéite antérieure, iris et cristallin collés et synéchies. des gouttes toutes les 5 minutes pendant une heure 3 fois par jour, c’est très contraignant. Quant au traitement aux corticoïdes c’est des gouttes toutes les heures pendant 48h et on réduira tres progressivement. Je pense qu’il faut suivre sérieusement le protocole si on ne veut pas avoir de sequelles. Courage! Tata Bouyou. LAFEEVIVIANE on 30 mars 2014 at 9 h 54 min Répondre. Bonjour à tous, Ma première uveite date de 2004 et a permis à mon ophtalmo de diagnostiquer une spondylarthrite (rhumatisme inflammatoire chronique) c’est une maladie des articulations sur tout le corps (j’avais à l’époque d’enormes douleurs dorsales qui me réveillaient la nuit à hurler de douleur, avec des sciatiques des deux cotés. Le tout accompagnée d’une maladie de crohn; Jusqu’à ce moment là on pensait que c’était dans ma tête alors que je souffre depuis mon adolescence. je suis sous biothérapie (rémicade) c’est le même genre de traitement que Humira (voir IOLE) mais par perfusion tous les mois et methotrexate. Je suis soignée à Ambroise Paré à Boulogne Billancourt. Avec Cochin à Paris, c’est le meilleur hopital de France pour ce genre de maladie. Je vous dis tout çà pour que vous puissiez y réfléchir. Les uvéites s’accompagnent parfois de psoriasis aussi toujours dans le cas des rhumatismes inflammatoires. Le mieux est quand même, comme le dit PADBOL, d’aller voir in spécialiste dans un hopital de renom. Les spécialistes en ville ne connaissent pas toutes les dernières avancées médicales, quelle que soit la pathologie et non pas accès à certains traitements de dernière génération. Bon courage à tous. lecoq on 16 mai 2016 at 12 h 02 min Répondre. mon fils est suivi depuis 2008 pour une panuvéite bilaterales des deux yeux sans connaitre la cause il fait une cure de rémicade tout les deux mois on a du l’opéré il y a un an et demi de l’oeilgauche car il a fait un glaucome c’est revenu on ne c’est plus quoi faire. marie france on 25 avril 2014 at 18 h 41 min Répondre. mon frère une polychondrite et une uvéite qui en découle…..actuellement, c’est l’horreur, il ne distingue plus rien, alors que son ophtalmo dit que sa vision est bonne (7/10e). nous sommes en Corse, merci de m’indiquer un spécialiste. (ophtalmo) Raymond on 8 mai 2014 at 20 h 45 min Répondre. Slt a tous Aujourd hui 7 mai 2014 je viens de chez un ophtamologue qui a decouvert que je souffrais d uveïte.jai ete soulagé parceque apres plusieurs examens on ne retrouvait pas la cause de ma maladiie.maintenant que je sais je je voudrais demander a toute personne guerrie de ce mal de bien vouloir nous prodiguer des conseils a suivre. Courage a tous ceux qui souffre il ya toujours espoir. camille on 27 juin 2014 at 13 h 31 min Répondre. bonjour je connais un peu l’uvéite, dans toute inflammation il faut s’intéresser à la nutrition; on peut en discuter cordialement. lagrange on 25 novembre 2014 at 10 h 01 min Répondre. Pouvez-vous m’en dire un peu plus sur la nutrition et ce qu’il faut éviter dans le cas d’une uveite. 2 en 6 mois d’intervalle c’est beaucoup. Bien cordialement Mme R. Lagrange. adeline on 25 janvier 2015 at 14 h 34 min Répondre. Pourriez-vous m’en dire plus sur la nutrition?? Merci. hadjb on 12 octobre 2015 at 22 h 11 min Répondre. Bonjour Camille peux tu m’aidé et me donné des conseils sur la nutrition pour soigner l’uveite de ma fille de 16 ans elle a 5/10 à l’ oeil gauche.maman en détresse. Orgazduval on 14 mai 2014 at 18 h 01 min Répondre. Bon, et bien pour moi, cela commence à peine, l’uvéite, R.V. encore en consultation à l’hôpital, la suite au prochain n°. Alors bon courage pour vous tous et aussi pour moi, on va voir, je ne pensais pas que ce soit si long à soigner et qu’il y ait beaucoup de différentes causes à cette maladie. Salutations. gerard on 16 mai 2014 at 9 h 00 min Répondre. bonjour, ma fille souffre d,uveite depuis 1 mois, soigne par cortisone, est ce que les parents peuvent transmettre ce gene,,merçi. BONNET on 24 mai 2014 at 22 h 07 min Répondre. Bonjour, j’ai etaite confronte a cette maladie d’ uvéite de 1998, j’ai passe tout sort des analyse et tout sorte, d’examens et j’ai prie de la cortisone jusque, je ne supporte plus cette médicament ça dure des année,ophtalmologue je il n’e me donne pas trop de informations et puis je regarde dans un dictioner pour savoir qu’est que ça veut dire cette maladie et avec quelle médicament on peut le traite et comment elle provient. et dans cette période jave problème avec le dent canin été infectante et je sante que le sinus bas du l’œil gauche il me feus mal et je demande a mon dentiste de mil arrache et puis comme je suis trais têtu je prie par ma responsabilité de la pénicilline que je le procure par mon docteur,comme je suis de origine Roumaine je prie par de période de 7 jours a forte dose a sert en intervalle, me dans ce temps mon ophtalmologue elle me surveille et après un temps elle a commences me dire que mon inflammations d’œil a commence diminue et après je explique qu’est que j’ai faite depuis ce période mon l’œil il a reste sensible au produit chimique du quotidien me je fais avec me par contre je ne support aucune maquillage et tout produit et depuis passe tout les 2 année d’examen chez l’ophtalmologue par fois il fous être courageuse pas trot écoute le docteur. bon courage a tous. Jilou on 30 mai 2014 at 9 h 52 min Répondre. J’ai pas gagné au loto mais j’ai tiré le mauvais numéro, puisque depuis hier, les urgences du 15/20 m’ont diagnostiqué une uvéite antérieur de l’oeil gauche. Je découvre qu’à 55 ans j’ai un machin qui ne ne soigne pas totalement! Comme vous tous, les soins c’est corticoïdes et deux collyres spécifiques. La lecture des posts me rassurent un peu: je ne suis pas seul! Bon courage à tous, jilou. Claire on 9 juin 2014 at 17 h 21 min Répondre. Premier diagnostique d’uvéite aujourd’hui à 26 ans. J’écris car je retrouve de nombreux symptômes de LAFEEVIVIANE chez moi. Ma sœur et mon père sont tous deux atteint de spondylarthrite ankylosante. Depuis maintenant 6 ans je souffre de psoriasis et de douleurs dorsales terribles la nuit depuis deux ans. Je fais désormais le lien. Cependant, l’ophtalmologiste que j’ai consulté en urgence ne m’a pas questionnée plus que cela sur les différentes causes, il m’a simplement expliqué que l’uvéite n’était qu’une manifestation. C’est en consultant vos témoignages que je comprends ce que cela implique. Pensez vous que mon médecin traitant pourra m’orienter? Merci d’avance. camille on 13 juillet 2014 at 14 h 27 min Répondre. la spondylarthrite est une des causes de l’uvéite et la spondylarthrite a un lien avec la nutrition à vous lire pour quelques conseils. danielle on 19 juillet 2014 at 0 h 48 min Répondre. bonsoir Camille, si vous voulez bien, parlons de nutrition, que pouvez-vous me dire à ce sujet? si vous étes la mème personne qui a des solutions à proposer en ce qui concerne l’Uveite, je prends aussi car une amie est atteinte de cette affection, alors merci de vouloir bien me repondre. Danielle. mim on 15 juin 2014 at 10 h 51 min Répondre. bonjour, agé de 27 ans je souffre d’une uvéite à bascule depuis 2007 ou j’ai été hospitalisé pour une complication (infection oculaire), depuis je refais des poussées de deux à trois fois par an, c’est très génant et angoissant surtout que tous les ophtalmogistes que g consulté n’ont pas pu diagnostiqué les causes. maintenant le problème c’est qu’à chaque poussé y’a le risque de baisse de la vision en séquelle. le plus décourageant c’est que je rechute en plein traitement. bon courage à tous. mim on 15 juin 2014 at 10 h 51 min Répondre. bonjour, agée de 27 ans je souffre d’une uvéite à bascule depuis 2007 ou j’ai été hospitalisé pour une complication (infection oculaire), depuis je refais des poussées de deux à trois fois par an, c’est très génant et angoissant surtout que tous les ophtalmogistes que g consulté n’ont pas pu diagnostiqué les causes. maintenant le problème c’est qu’à chaque poussé y’a le risque de baisse de la vision en séquelle. le plus décourageant c’est que je rechute en plein traitement. bon courage à tous. camille on 28 juin 2014 at 16 h 07 min Répondre. notre alimentation peut être une cause de l’uvéite, on peut en discuter cordialement. hadjb on 13 octobre 2015 at 17 h 01 min Répondre. bonjour Camille peux tu m en dire plus sur la nutrition pour soigner l’uveite de ma fille.urgent merci. Nappez on 21 novembre 2016 at 13 h 08 min Répondre. Bonjour, je suis intéressée par votre conseil sur la nutrition concernant l’uveite. mamick on 30 novembre 2017 at 8 h 47 min Répondre. je suppose que mon uvéite peut-être liée à ma nutrition car suite à une crise de diverticules soignés par antibiotique, j’ai du suivre un régime à base de pates tout particuliérement, 1 mois aprés voilà que mon oeil est tout rouge avec d’atroces douleurs ce qui me conduit aux urgences et là on me décéle une uvéite. Cela fait maintenant 1 mois que je suis sous traitement et des que je diminue mes gouttes de chibro cadron, mon oeil recommence à me faire mal donc l’ophtalmo me fait rêprendre le traitement à zéro. Tous les examens, prises de sang, radio,scanner tous les résultats sont négatifs. Donc si vous pouviez m’aider pour la nutrition, je vous en remercie d’avance. J’ai 65 ans. Lili 16 juin 2014 on 17 juin 2014 at 4 h 26 min Répondre. bonjour a tous J’ai 49 ans et j’ai eu ma première uvéite aux deux yeux,j’ai beaucoup de douleurs articulaire et je fais aussi du psoriasis je crois qu’il y a un lien avec le système hémunitaire mon ophtalmo ne ma pas dit grand chose. bon courage a vous tous. Assia on 30 juin 2014 at 22 h 06 min Répondre. Bonjour a tous,j »ai uvéite antérieure depuis 16/06/14, j’ai passer a l’urgence et après un ophtalmo qui m »a donner des teste du sang a faire ainsi que le teste de tuberculose pour savoir l’origine de cette infection d’après lui l’inflammation de l’œil ce n’est qu’un symbole de quelque chose qui se passe a l’intérieure de mon corps (système immunitaire) ainsi j’ai pris RDV avec la médecine interne pour voir la source de cette inflammation, mon œil n’est plus rouge non plus me fais mal mais la vision est faible est-ce a couse des goutte que je fais maintenant (3 sortes de goutte une toute les heur l’autre 4 fois par jour et la dernière au couche) demain je vais revoir l’ophtalmo ainsi je passerais le test de la tuberculose. j’ai eu le même problème a la même œil en décembre 2012, mais un autre ophtalmo m’a parler du glaucome mais c’était mal diagnostiqué je pense que c’est bien uvéite, et c’est ça qui inquiet l’ophtalmo (dit: on doit chercher l’origine…) je souhaite rien de grave, bonne chance a tous on croise les mains. Lili on 14 juillet 2014 at 1 h 48 min Répondre. Mon garçon de 4 ans a reçu un diagnostique de Uvéite à un oeil, la semaine passée. La cause est encore indéterminée, mais le traitement est le même que pour vous Assia, 3 sortes de gouttes, dont une à toutes les heures. Sa vision est presque nulle de son oeil affecté, il ne perçoit que des ombrages, heureusement ça ne semble pas trop l’incommoder. Je suis morte d’inquiétude, il est si jeune…. benattar on 11 juillet 2014 at 23 h 55 min Répondre. quelqu’un aurait-il des infos sur un localisation occulaire du lymphome?j’ai été traitéé en chimio en 2010 pour un lymphome à grandes cellules B et j’ai très peur de l’uvéite diagnostiquée ces derniers mois …avec baisse de vision assez rapide entre les deux ponctions de chambre antérieure et augmentation des marqueurs IL10. Merci pour toute info. prone on 2 août 2014 at 10 h 27 min Répondre. Bonjour, la ponction de la chambre, avec marqueur IL10 c’est la recherche du lymphome! Ils doivent faire un OCT (scanner des yeux). Bon courage. prone on 2 août 2014 at 9 h 33 min Répondre. Bonjour, Je viens de découvrir tous ces message, on m’ a découvert une uvéite en juin 2013, a bordeaux depuis toutes les recherches sont revenu négatives, 7 ponctions de chambre, une biopsie de la lésion, 2 biopsies de la rétine, 2 vitrectomies etc … 2 décollements de rétine J’ai une panuvéite (antérieure, postérieure), c’est greffé un œdème et glaucome en plus. 14 mois après j’ai perdu totalement la vue de mon oeil gauche, faudra peut être enlever l’oeil, et pas certain que ça ne vienne pas sur l’autre oeil, depuis est apparu un kyste au cerveau, ganglion au poumon gauche. pour l’ instant ils stoppent toute recherches, ils disent qu’ils sont au bout du bout. suis dégouté et désemparé! merci si plus amples renseignements David. Erwan on 16 août 2014 at 17 h 15 min Répondre. Je vous rejoint dans votre souffrance. Après avoir passer 2 jours avec des douleurs et œil complètement rouge je suis allé au urgence du 15/20 reçu par une interne incompétente ou du moins qui n’a pas voulu approfondir l’examen, elle a diagnostiqué une infection de l’œil. Le lendemain je suis allé voir un ophtalmologue de ville qui a diagnostiqué le 28 juillet 2014 une uvéite antérieur. Traitement corticoïde a haute dose dexafree+ mydra… Plusieurs examens + radio poumon et os + hla b27: tous est négatif sauf un légers déséquilibre hépatique. Bilirubine totale a augmenté et gamma gt.J’ai pris RDV avec un gastroentérologue hépatologue pour exploration. Y a t-il quelqu’un qui a eu le même pb hdesequilibre foie? liotard on 19 août 2014 at 22 h 19 min Répondre. bonjour à tous j ai 30 ans et j ai eu ma premiere crise d uveite il y a 3 ans et demi puis plus rien pendant 2 ans et depuis bientot un an je fais des crises de plus en plus souvent, j ai egalement des problemes à la langue et des diarhees une ou deux fois par semaine rien d inquiétant. J ai été dans plusieurs hopitaux avec toujours la meme reponse une fois sur deux on trouve jamais la cause des uveites. Puis je suis allée à paris à l hopital cochin qui est specialisé dans les uveites. Ils m ont parlé d un traitement de fond si on ne trouvait pas la cause mais de quand meme faire un scanner des poumons et une fibroscopie et coloscopie (j avais deja passé beaucoup d examens avant). J ai fait la fibroscopie et la coloscopie aujourd hui et il s avere que j ai la maladie de crohn qui est une maladie digestive. Je retourne l hopital cochin cette semaine, je ne sais pas trop ce qu est cette maladie. camelin denise on 10 septembre 2014 at 0 h 07 min Répondre. Bonsoir à tous, Après avoir lu tous vos messages, je vais vous raconter mon parcours « uveite ». J’ai 67 ans, j’ai eu ma 1ère uvéite à 27 ans (uvéite hypertensive) grave car pas soignée de suite. J’avais eu une adénite tuberculeuse à 20 ans. J’ai eu en tout 18 uvéites, plus ou moins importantes, mais toujours soignées de la même manière, cortocoides en gouttes ou en injections dans l’oeil, gouttes pour dilater la pupille, et quelquefois des antibiotiques. En 96 et en 2003, j’ai fait des bilans très complets, mais sans trouver la cause. Depuis quelques années, j »ai beaucoup mois d’uvéites, les dernières datent de 2002 (2) et aussi 2 en 2008. Je n’ai pas de séquelles à part une très légère baisse de vue à l’oeil gauche. J’ai oublié de préciser que les uvéites ont toujours touché l’oeil gauche. En 1978, on m’a fait 16 BCG en 6 mois pour « renforcer l’immunité », et en 1980, on m’a fait une désensibilisation à la tuberculine. Tout ça n’a servi à rien. Je vous ai raconté mon histoire pour donner de l’espoir à tous les malades qui souffrent d’uvéite. Bon courage à tous. sou on 7 octobre 2014 at 5 h 24 min Répondre. mon enfant a 9 ans et on vient de decouvrir qu’il est atteint d’une uveite anterieure on lui a prescrit les gouttes 1 toute les heures et une deux fois par jour et meme des comprimes une pilule par jour et l’autre type a prendre separement 5 + 8+10 une fois par semaine et cela ca fait presque deux semaines de traitement maintenant il commence a ne pas voir clairement avec l’oeil gauche on lui a fait des radios des deux yeux et loeil gauche presente comme une bosse dans le tissu occulaire parapport a l’autre et cela me fait peur si je peux avoir une reponse ou quelqu’un a eu les memes symptomes et m’assurerai du suivi. je serai reconnaissante. merci etbon retablissement a toute personne qui souffre…. mami on 21 octobre 2014 at 19 h 23 min Répondre. Bonjour tout le monde.J’ai appris que j’avais une uveite en juillet 2013 j’ai des recdives tous les 2 oú 3 mois je me traite avec optidex pendant 15 j et j’arrête dites moi si vous aussi vous le faites répondez moi j’ai 61 ans …. Merci. estelle on 22 octobre 2014 at 17 h 12 min Répondre. bonjour, j’ai une uvéite depuis l’âge de14 ans, j’en ai 25 aujourd’hui. ils ont jamais su déceler d’où ca venait je fais des crises souvent sur l’œil gauche. pour me calmer ma tentions oculaire on m’injecte de la cortisone dans l’œil. cela faisaient 5 ans que je n’avaient pas eu de crise. Maintenant c’est devenue une uvéite bilatérale car mes deux yeux sont atteints. j’espère qu’il trouveront la solution aux problème. en tant que vendeuse travailler sous des néon tout la journée nais pas évident. bochat on 2 juin 2015 at 1 h 01 min Répondre. bonsoir souffrant des mêmes symptômes j’ai fait déjà 3 uvéites, 2 œil gauche, actuellement avez vous consulter un rhumatologue?peut être soufré vous de rhumatismes inflammatoire. Eye im Sick on 19 novembre 2014 at 0 h 05 min Répondre. J’ai ressenti une lourdeur dans le bras gauche depuis la mi-aout de cette année, parfois j’en ai même ressenti d’autres comme dans l’autre bras ou dans les jambes.Et un mois plus tard j’ai d’abord commencé à souffrir de corps flottants avant que la sensibilité à la lumière ne suive.Pour mon problème au bras j’ai consulté mon médecin généraliste qui m’a prescrit des anti-inflammatoires sans succès, ensuite il m’a fait passer un EMG (électromyogramme) mais là aussi sans résultats concluants.J’ai par la suite pris rendez vous chez l’ophtalmo le plus proche de chez moi qui m’a diagnostiqué une uvéite, je lui ai demandé si tous les symptomes pouvaient être liés mais elle est restée muette (??).Je prends actuellement du Vexol trois fois par jour et du Sterdex le soir.j’ai l’impression que mes corps flottants s’estompent (peut être trop tôt pour le dire).Sur ses conseils j’ai repris rendez vous deux semaines plus tard pour voir l’évolution du traitement.J’aimerai que la cause soit déterminée, mieux encore que tous mes symptomes soient liés. Si quelqu’un a les bras lourds, des corps flottants, une sensibilité à la lumière et des difficultés a voir dans l’obscurité tout comme moi je serais ravis d’en discuter avec lui particulièrement s’il est guérit. HELP. Eye im Sick on 19 novembre 2014 at 0 h 08 min Répondre. ps: J’ai 23 ans et ma vue reste très bonne malgré mes problèmes. djami on 10 janvier 2015 at 17 h 56 min Répondre. Bonjour ma fille de 7ans est atteinte d’une cataracte et herpes et la il me disent quel à une inflamation il vont lui faire des prelevement pour voir la cause svp la personne qui a parler d’un généraliste peut me donner l’adresse j’en serai très reconnaissante merci. oddon on 10 février 2015 at 13 h 19 min Répondre. bonjour, j ai des uvéite a répétition depuis l age de 21 ans j en ai aujourd’hui 40. au début les crises était espacées 1 an 2 ans et maintenant c est chaque année un coup l œil droit un coup le gauche c est donc traitement quasiment toute l année. aucune douleur mais trés gênant, fatigant et contraignante. la vue opaque et plein de papillon qui se balade dans mes yeux. j ai fait tous les bilans possible et rien n a jamais été détecté. de spécialiste en spécialiste rien rien rien….. si vous avez des solutions merci de m en faire part. Fouzia on 12 mars 2015 at 15 h 22 min Répondre. FouziaJe suis atteinte d’uvéite depuis plus de 2 ans (ou du moins depuis que je l’ai découverte).Cela a commecé par de grosses douleurs dans mes yeux qui sont devenus rouges et dans ma tete.Mon ophtalmo tout en me prescrivant un traitement qui a anéanti les douleurs,m’a dirigé vers des médecins spécialistes en:dermato,o.r.l.,médecine interne,cardio et chirurgie dentaire.Tous m’ont demandé des bilans trés exaustifs que j’ai confiés a mon frère medecin laborantin.Les maux ont certes disparu,mais je consulte régulièrement mon ophtalmo (une consultaton par mois).mais 10 a 12 jours aprés la fin du tratement,les rougeurs réapparaissent? Cela devient lourd et genant.Parallèlement,je suis fait opéré au lasik mono por mes 2 yeux,et j’ai peur de la détérioration de mon acuité visuelle.Les analyses que j’ai faites n’ont rien révélé.Je commence a avoir des doutes.Je suis mariée et mère de 4 enfants.Certaines personnes m’ont dit que cette maladie était incurable et que je risquerais de perdre la vue. Mimi on 12 mars 2015 at 20 h 48 min Répondre. Bonjour mon fils a une uvéite depuis octobre 2014 dans les deux yeux.il a 8 ans aide merci. NABIL on 14 mars 2015 at 15 h 55 min Répondre. Mon fils vient d’etre diagnostique avec Uveite anterieur des 2 yeux.Toutes les analyses sont negatives. Positif HLA B27. On est tres tres inquiet. Il met les 3 sortes de gouttes mais l’inflammation ne diminue pas apres 3 semaines de traitement. Est ce que c’est normal. Merci de m’en dire plus. cadorel on 27 mars 2015 at 11 h 31 min Répondre. Bonjour NABIL, Vous dites que votre enfant est positif au HLMB27,j’en suis positif moi même. J’ai contracté une spondylarthrite ankylosante à 20 ans. J’en ai 42 à ce jour.Ma dernière poussée inflammatoire contractée début 2014 à fait qu’il a fallut que je fasse des analyses poussées pour savoir si réellement on devait me mettre sous ANTI-TNF:LE SAMPONI. L’uvéite que j’ai contracté dernièrement,est une des inflammations du à cette spondylarthrite.Est- ce que votre enfant à fait des analyses à ce sujet? Sachez qu’aujourd’hui,étant traité par le SAMPONI, toutes mes inflammations (osseuses, intestinale et donc l’uvéite) ont disparues.Je suis suivi par un rhumatologue qui me voit tous les 3 mois pour savoir comment je vais. Je ne vous cache pas que les rendez vous à l’hôpital pour examens ont été très nombreux,pour endiguer toutes inflammations et mettre un dossier avec prise à 100 pour100 à la sécurité sociale. J’ai retrouvé une vie normale à ce jour. Bon courage à vous et à votre enfant. Sandy on 12 octobre 2015 at 16 h 01 min Répondre. Bonjour Cadorel, ma mère est positive au HLAB27, et cela ce déclenche en uveite. Elle est suivi par son ophtalmo mais depuis quelques temps c’est de pire en pire. Je recherche un rhumatologue compétent pour cette maladie la, surtout vu l’attente qu’il y a. Auriez vous un bon rhumato a me conseillé? Merci d’avance, bon courage a vous! leroy on 7 février 2016 at 2 h 15 min Répondre. Bonsoir Cadorel, Quelles sont les coordonnées de votre rhumatologue? A 40 ans, je suis en train de dépérir: hypertension intrâcranienne avec oedemes papilaires bilatéraux en juil 2014, colites microscopiques lymphocitaires, diverticules, sang dans les urines à plusieurs reprises, douleurs articulaires, inflammations, hyperfixations osseuses sacro iliaque, pelvienne, métatarse phalangienne, tibia, etc (la liste est trop longue). Mon petit garçon de 6 ans a besoin de sa maman, son papa ayant fait un avc du tronc cérébral avec locked in syndrome initial en sept 2013 à 41 ans. Mes crises ne vont qu’en s’aggravant. Les hôpitaux ne soignent plus. D’avance, merci pour votre réponse. Une épouse et maman désespérée qui voudrait s’en sortir, djami on 25 mars 2015 at 21 h 27 min Répondre. Bonjour ca mille peut tu nous dire plus de renseignement sur la nutrition pour soigner l’inflammation des yeux. Gael on 21 août 2015 at 19 h 37 min Répondre. Bonjour est ce que l’uveite peut faire enfler une partie de l’œil. Je m’explique j’ai déjà fait 2 uvéites suis traité pour une spondilartrite enquilosante d’aprés mon ophtalmo les 2 uvéites que j’ai fait seraient causées par cette maladie. La je suis en train de m’en retaper une (enfin je crois) les symptômes ont commencé hier soir œil rouge et douloureux et ce matin toujours trés douloureux et rouge mais en + paupière du bas seulement enflée je ne me rappelle pas avoir eu des gonflements comme ça la dernière fois. Par contre la luminosité ne me gêne absolument pas. Est ce bien une uvéite. hadjb on 12 octobre 2015 at 22 h 06 min Répondre. bonjour je souhaiterai connaitre la nutrition pour soigné l’ uveite de ma fille s’est soignée de 2009 à 2013 depuis l ‘age de 9 ans avec traitement humira,méthrotexate,solupred.Nous avons arrêté depuis 2013 et la maladie est revenue,ma fille ne veut plus prendre de traitement car les effets secondaires sont très néfastes pour sa sa santé et en a marre des piqures, elle a été suivi au CHU de la croix rousse par le professeur kodjikian.Je vous demande de m’aider s’il vous plait …maman en détresse. courage on 27 octobre 2015 at 17 h 37 min Répondre. bonjour.j’en suis a ma 3eme uveite la 1ere en avril il y’a quelques annees la 2eme le 12 juillet 2012 la 3eme le 11 juillet 2015.l’hiver pas d’uveite.2 fois l’ors de depart en vacances fatigue? voile de points noirs dans le champ de vision en permanence.travaille de nuit dans l’imprimerie sous les lampes en impression utilise des produit de lavage dangereux pour la sante et le yeux. nutrition variee mise a part beaucoup de boissons sucrees. j’ai eu pas mal de rhinopharyngites sinusites tout les ans beaucoup de medicaments tendinites douleurs dans les bras engourdissements dans les doigts et certainement pas mal de stress au travail.apres des annees de recherche aucune de ces symptomes en est la cause ou les medecins restent discret sur certaines choses.quelqu’un pourrait’il me dire depuis quelle annees existe les uveites merci. chris on 27 octobre 2015 at 21 h 08 min Répondre. Bonsoir, J’ai consulté mon ophtalmologiste qui a diagnostiqué une uveite antérieure oeil droit avec baisse vision et m’a prescrit des collyres pour dilater la pupille. Il me fait faire un tas d’examens et d’analyses dont la recherche m’inquiète beaucoup comme le quantiféron sensé deceler la tuberculose dont les résultats me seront communiqués que dans 3 semaines. Je dois aussi faire un scanner du thorax et différentes échographies, une coelioscopie, je suis très inquiète à la lecture de tous les commentaires. Est ce tellement difficile à trouver la cause, tous ces examens à faire ne me rassurent pas. Leur prescription me fait peur. Merci de me dire si vous avez fait des recherches aussi importantes. Nony on 6 novembre 2015 at 18 h 29 min Répondre. Bonsoir chris et bonsoir a tous!! Moi aussi j’ai dû faire des analyses poussaient pour mes uvéites comme le zona, l’herpès, tuberculose, HIV, sciphylis, etc… et le HLA B27 dont je suis positif malheureusement! Toi aussi tu dois voir pour ton HLA B27 je pense? Pour ma part, j’ai une uvéite à l’œil gauche depuis 3 ans qui revient tous les ans et j’en suis actuellement a ma 5ème rechute et 2 injections! Pour les HLA B27, ne prennaient pas peur, j’ai rencontré un patient qui l’avait mais il n’avait d’uvéite que tous les 7 ans alors courage. faure on 12 novembre 2015 at 14 h 30 min Répondre. Bonjour ma fille a été diagnostiquer de son uvéite mars 2013 2 ans sous methotrexate et maintenant en plus injection humira car elle c du a de l’arthite juvénile donc depuis fin juillet elle a ses injections qui donne de bon résultat mais elle prend du poids et moin vive jen ai mar. naskimou on 23 décembre 2015 at 22 h 55 min Répondre. Bonjour Je suis moi aussi atteinte d une uveite bilatérale depuis plus de 20 ans, j’avais 23 ans juste apres la naissance de mon première enfant, Au début les premièr symptômes etait perte de visons assez impressionnante et comme je venais d accoucher les ophtalmo que je voyait me parlais de myopie galopante (possible apres un accouchement ) mais leur diagnostic ne tenait plus la route quand mes yeux sont devenus rouge écarlate et que je j’avais des douleurs atroce, je ne supportait pas la lumière, J ai vu une dizaine d ophtalmo et quand je rapellai piur avoir d autre rdv ils refusait de me recevoir l un d ente eux m â prescrit un traitement pour une conjonctivite et m â d attendre que le traitement fasse effet! Un jour ou les douleur étaient insupportable je suis aller a l hopital près de chez ( ma sœur m accompagnait ) et nous sommes allé dans la salle d attente d’un ophtalmo quand elle est sortie piur accueillir son prochain patient ma sœur lui a dit que nous n avions pas de rdv elle ma démander de la regarder elle a poussé un cri en voyant l état de mes yeux elle pas reçu bilan 0 â l’œil droit et 1 â l œil gauche pour elle l’œil droit etait perdu elle ma donner de forte dose de cortisone en locale et en comprimer et elle ma enfin dit que j avai une uveite!! Et non une simple conjonctive elle n’a pas voulu que je la paye ce jour la je nais entendu que le son de sa voix je n y voyais rien. Elle m â sauver mes yeux elle m â énvoyer vers l’hôpital cochin et la un long parcours entre traitement et examens pour comprendre â commencer j’ai été hospitalisé plusieurs fois mais aucun diagnostic n a été posé Jai recupere la vue, j’ai pris plus de 20 kilo qe Jai heureusement perdu par la suite aujourd’hui Jai des tres fréquente poussée par collyre Jai une cataracte â l œil droit qui me gêne de plus en plus je ne sais pas s’il je dois me faire opéré car les complications postopératoire peuvent être gravissime ment y a t’il des personne qui ont subit cette opération merci de me dire si nous en etes content?? Merci D avance. Kadija on 4 janvier 2016 at 19 h 42 min Répondre. Bonjour J’ai fait. Mare mirée uvéite en juillet 2015 et je suis en ma 4 eme depuis 7 mois plus entre deux une belle conjonctivite hémorragique qui ma fait de belle séquelles Bref pareil j’ai tous les examens et je refais de nouveau cette semaine En vous lisant je suis unes inquiète j’espère qu’on pourra trouver une solution à nos problèmes Si vous avez des pistes je suis preneuse. saddok on 17 janvier 2016 at 21 h 33 min Répondre. bonjour svp done moi une solusion ou un c me guerire de mes uveite je soufre sa me fai un moi et je sui demoralisai mai il fau prier et prie. djamel on 21 février 2016 at 9 h 28 min Répondre. bonjour, je veux exposer le cas de mon frère en faite il est atteint d’une endophtalmie sepsis provoquée par une épine végétale il a perdu sa vision de l’œil droit, hospitalisé y a 15 jours de ça et il a été traité par les injections et antibiotiques mais toujours pas de résultats satisfaisant même si les résultats du scanner et IRM ne révèlent aucun signe d’anomalie. merci de me rassurer si’il y a espoir de récupérer sa vision ou pas. papymer on 14 mars 2016 at 18 h 22 min Répondre. bonjour, J’ai depuis un mois jai une infection à l’oeil droit et cet après-midi l’ophtalmologiste découvre que j’ai une uvéite mais je ne sais pas de quelle sorte. Je retrouve les symptômes décrit dans le textes précédents oeil rouge, douleur à la lumière, perte de la vision et début de cataracte qui évolue semble-il rapidement. je suis donc sous corticoïdes J’ai 70 ans j’espère que cela ne cache pas une autre maladie décrite par certain d’entrevous. Mais je garde le moral cordialement. Xav on 13 mai 2016 at 11 h 42 min Répondre. Bonjour, cela fait trois semaines que j’ai une uvéite … Décèle trop tard, j’ai eus droit a trois injections de celestene (conjonctivale) puis trois collyres, atropine, dexafree, indocollyre a l’heure actuel l’hoptalmo ne me fait plus d’injection et m’a arrêté l’atropine, sauf que je ne recupere pas ma vision, elle est toujours brouille et ça deviens vraiment agassant je travailles dans un entrepôt de stockage et du coup je ne peux plus conduire d’engin de manutention … Des avis sur les les délais de récupération total de l’acuité visuel?? Merci de m’avoir lu … Xavier. Claire on 16 mai 2016 at 11 h 09 min Répondre. Bonjour Xav, Pour moi, c,est pareil uveite depuis 3 semaines, atropine plus deux autres gouttes pour dilater, dexafree, sterdex (enfin le générique que l’on trouve), 2 sous conjoinctivales, un chémosis, un hypopyon… mon ophtalmo avait meme envisagé un implant ozurdex. Ca va mieux mais tjs sous dexafree, ocufen et mydriaticum. Ma vision est trouble et opaque, je vois quelques points noirs mais cela dépend de la luminosité. Tant qu’on est sous traitement, la vision reste trouble. Si vous êtes sensible à la dilatation, cela est encore plus long. il faut environ 2 semaines après l’arrêt total de traitement mais cela dépend des personnes. Je fais des uvéites depuis 20 ans, je dois en être à ma 15 eme. bon courage, effectivement conduire, c’est galère et on a encore plus peur de l’accident! cordialement, Claire. geoffrey on 27 septembre 2016 at 13 h 00 min Répondre. bonjour tout le monde, Compliqué de regarder l’écran d’ordinateur sans avoir mal. j’ai lu vos posts et je vous explique un peu mon cas. Uvéites postérieurs aux deux yeux (bilatérale) Hospitalisé pendant 10 jours en juin 2015 tous les examens étaient bons (irm, scanner, ponction lombaire, … etc rien trouvé ) j ai eu un traitement de cortisone et immurel pendant plus d’un an. Après l’arrêt de la cortisone les oedemes sont revenus 🙁 depuis hier changement de traitement j ai stoppé l’immurel je reste à 20 mg de cortisone par jour et j’essaye le Rémicade sous perfusion en espérant que cela fonctionne! pour moi la cause reste introuvable … Voila si vous avez des conseils je suis preneur! Merci et force et courage!! Geoffrey 32 ans. vallet on 27 septembre 2016 at 17 h 24 min Répondre. bonjour allez a hopital cochin voir le professeur antoine brezin c est le meilleur specialiste mondial de l uveite en plus il vous soigne bien et il est tres sympa apres 2 uveites recidiventes grace a lui depuis 6ans je n ai plus de problemes ni de traitement. Naskimou on 1 décembre 2016 at 22 h 54 min Répondre. Bonjour Comme je pense que le professeur brezin est le meilleur, jai une panuveite depuis 20 ans cest le professeur brezin qui m’a soignée en 1995 j avais perdu la vue j’avais 24 ans a l époque, mais grâce à un lourd traitement jai récupéré mon acuité visuelle. Je suis tjr suivi a cochin mais plus par le pr brezin cest compliqué à avoir un rdv avec lui pourtant je lui fait une confiance aveugle sans jeu de mot! Ma maladie prend une tournure différentes et je suis effrayée de perdre à nouveau la vue Les chefs de clinique ne sont pas cool il me dise presque que je ne devrait pas me plaindre de toute ces complications car cela pourrait être pire!! Désolée de ne pas être aveugle! Je suis effrayé devient on forcément aveugle à cause d’une uvéite. Naskimou on 1 décembre 2016 at 22 h 57 min Répondre. Bonjour Comme je pense que le professeur brezin est le meilleur, jai une panuveite depuis 20 ans cest le professeur brezin qui m’a soignée en 1995 j avais perdu la vue j’avais 24 ans a l époque, mais grâce à un lourd traitement jai récupéré mon acuité visuelle. Je suis tjr suivi a cochin mais plus par le pr brezin cest compliqué à avoir un rdv avec lui pourtant je lui fait une confiance aveugle sans jeu de mot! Ma maladie prend une tournure différentes et je suis effrayée de perdre à nouveau la vue Les chefs de clinique ne sont pas cool il me dise presque que je ne devrait pas me plaindre de toute ces complications car cela pourrait être pire!! Désolée de ne pas être aveugle! Je suis effrayé devient on forcément aveugle à cause d’une uvéite. lucie on 12 février 2017 at 16 h 18 min Répondre. Apres avoir fait plusieurs uvéites de l’âge de 19 à 25 ans avec baisse de vision de l’oeil gauche (2/10), les internes à l’hôpital Pierre Paul Riquet à Toulouse m’ont posé des questions sur les autres symptômes que je pouvais ressentir. D’après mes réponses il s’est avéré que j’ai la maladie de Behçet. Cest une maladie auto-immune inflammatoire qui peut provoquer toutes sortes de choses ça depend des gens: douleurs dans les articulations, problèmes de peau, aphtes dand la bouche et parties génitales, etc… et bien sûr les uvéites. On vous propose des immunosuppresseurs type immurel etc. Mais j’ai préféré régler ça par l’alimentation car l’inflammation et les maladies de civilisations peuvent dans beaucoup de cas être réglées comme ça. Voir les etudes du dr Jean Seignalet qui y a dédié sa vie de chercheur et grace à qui je suis le fameux régime Seignalet. Je n’ai quasiment plus de symptômes de la maladie et j’ai même pu arrêter l’anti inflammatoire que j’étais censée prendre à vie au détriment de mon système digestif. renseignez vous sur internet, il y a aussi un groupe facebook. bon courage à tous. lucie. Ahmed on 18 juin 2017 at 1 h 35 min Répondre. J ai une uveitr depui 3mois et je me trouve hospitalise depuis deux mois a lhopital mustzpha bqcha algefrie sous plusier traitement et sous 500mg hedrocotisone par jour ma vuite vusiel et perdu car les jusqua maitenent les prof cheche la cause qui est introuvable je voie que v je perdre ma vie avec aide moi. Kitkat on 4 juillet 2017 at 15 h 16 min Répondre. Bonjour à tous, j’ai créé un groupe fermé sur Facebook afin de rassembler nos témoignages sur les uvéites. Il s’agit de » Uvéites: nos témoignages » (ne pas oublier les accent 😉 ) Vous pourrez ainsi partager votre histoire sans être exposé partout sur le net! Bon courage à tous. fil on 15 janvier 2018 at 15 h 47 min Répondre. Bonjour. Fil qui a l uveite depuis 1ans et demi, pas d amélioration! Pouvez m informez sur le guérison de l uveite svp camille? merci beaucoup cdlt. Hervé on 15 janvier 2018 at 16 h 23 min Répondre. Bonjour, j’ ai fait une uvéite il y a 20 ans environ. Puis plus rien. Maintenant que j’ ai largement dépassé la soixantaine; mon généraliste ma prescrit du sildénafil il y a 3 mois pour retrouver un peu de jeunesse. J’ en prends 2 fois par semaine et cette semaine j’ ai fait une nouvelle uvéite antérieure? Le sildénatif est connu pour avoir dans certains cas des effets secondaire sur l’ oeil et la vue? Peut il y avoir une relation entre uvéite et prise de sildénafil. J’ ai trouvé un cas signalé sur farmacovigilanza.eu mais avec la maladie de Behcet, ce qui n’ est pas mon cas. Uv32 on 26 mars 2018 at 4 h 24 min Répondre. Est ce possible une uvéite qui part et revient? Je m’explique je fais des uvéites je suis traiter. Mais il arrive par exemple que je me lève le matin mes yeux ont pleurer durant la nuit et j’ai une photophobie ansi que sensation de sable dans les yeux mais des fois sa dure 1 hr des fois un Avant midi …. je veux pas aller voir l’opt A chaque fois ….

regime maigrir vite et facilement synonymes des

Obsédé Culinaire Notoire. lundi 26 décembre 2011. Gazpacho manchego. 14 commentaires: La dernière photo me donne l'envie de plonger dans le plat et d'engloutir tout le contenu. Bonne Année Sothy. Bonne année à toi aussi matutinale MK! Bonne année Sothy, j'espère que tu vas bien, et te souhaite une belle année 2012 pleine de passions, de projets, de réusssites, petits bonheurs. la belle vie quoi -:) Bises, Bonne année à toi aussi Marie-France! Passant par Nicolas je tombe sur tes incroyables photos et cet incroyable plat! je suis bleuffée, je reviendrai voir les détails de la recette. plus bas je vois les homards, miam. J'en suis jamouse: pas de Noêl pour moi pendant que Lui mangeait du homard en famille Lui qui n'aime pas trop manger avec les doigts ( et moi sisisiiiii!) Injustice! rébellion 2012!! @Laure, bienvenue ici, si tu aimes manger avec les doigts tu es au bon endroit! La cuisine de La Mancha est très réputée en Espagne, je la connais peu et d'après ce que je vois elle mérite vraiment le détour. @La Francesa: comme tu vois c'est très facile à faire, même sans paellera c'est possible, et c'est vraiment délicieux avec le mélange lapin/poulet. bonjour pouvez vous me dire si ces galettes se trouvent partout, ça donne bien envie cette recette merci. bonne journée. Malheureusement je n'en trouve pas en France, il faut les acheter en Espagne. bonjour il est tres facile de faire ces galettes avec farine eau et pincee de sel que l'on,on etale on pique ala fourchette et on cuit au four pas trop a peine coloré. on casse en morceaux.

comment perdre du poids avec le citron a jeun en

Santé du foie: comment faire baisser les gamma GT. Les gamma GT sont des enzymes produites par le foie et qui participent à la digestion. Elles peuvent être augmentées pour des raisons diverses et cette augmentation est souvent découverte fortuitement lors d'un bilan hépatique de routine. © Istock Quelles sont les principales causes d'augmentation des gamma GT? L'augmentation des gamma GT se produit lorsque l'on absorbe des produits toxiques pour le foie. Les principales causes de cette élévation sont la consommation excessive d'alcool, une alimentation déséquilib. SUR LE MEME SUJET. Etats-Unis: Donald Trump veut faire baisser le prix des médicaments. Les Etats-Unis sont le pays du monde où les médicaments coûtent le plus cher, et Donald Trump avait donc promis de faire baisser ces prix. Il vient donc d’annoncer une série de mesures pour favoriser la concurrence, notamment en court-circuitant en partie les intermédiaires, mais aussi la transparence dans les pharmacies ou même les publicités. Toutefois, ce plan d’action qui n’attaque pas frontalement l’industrie pharmaceutique est loin de répondre aux attentes qu’il avait suscitées pendant sa campagne.. Méditation de pleine conscience: efficace contre l’anxiété. La méditation permet de faire baisser le stress et l’anxiété. Une méthode en particulier, la méditation de pleine conscience, serait à ce point bénéfique qu’une seule séance permettrait de réduire les tensions individuelles. Et ce pour au moins une semaine. Et par conséquent, protéger le cœur. Une simple séance d’introduction à la méthode de méditation […] L’article Méditation de pleine conscience: efficace contre l’anxiété est apparu en premier sur Destination Santé.. Les hospitalisations liées à l’asthme ont diminué de moitié en 10 ans. Les progrès dans la prise en charge de l'asthme depuis 2006 au Canada ont permis de faire baisser les taux d'hospitalisation dus à cette maladie de moitié, selon une étude de l'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS). L'asthme demeure toutefois l'une des premières causes d'hospitalisation chez les Canadiens de moins de 20 ans.. Comment faire baisser naturellement la fièvre à la maison? La fièvre est un symptôme qui déclenche les signaux d’alerte. Bien qu’elle ne se produise pas toujours en raison d’un grave problème de santé, son apparition peut être la manifestation de la complication de certaines maladies. Il est important de comprendre que ce n’est pas une maladie. En effet, la raison pour laquelle elle se […] The post Comment faire baisser naturellement la fièvre à la maison? appeared first on Améliore ta Santé.. 9 propriétés de l’absinthe pour la santé de notre foie. L’absinthe est une plante médicinale peu connue. Cependant, elle est indispensable si vous cherchez un remède pour la santé de votre foie. Il est essentiel de prendre soin de cet organe pour assurer une bonne qualité de vie et prévenir les maladies. Dans cet article, nous partageons avec vous les 9 propriétés de l’absinthe pour […] The post 9 propriétés de l’absinthe pour la santé de notre foie appeared first on Améliore ta Santé.. Une autre bonne raison de faire du vélo: les femmes cyclistes ont une meilleure fonction sexuelle! En plus de vous aider à rester en forme et en bonne santé, saviez-vous que faire du vélo peut aider à améliorer la fonction sexuelle des femmes? Selon une étude, si les femmes cyclistes ont plus de risques de souffrir d'engourdissements génitaux, de plaies de selle et d'infections des voies urinaires, elles sont moins susceptibles d'avoir de graves symptômes sexuels et urinaires que les non-cyclistes. L’étude de l’université de Californie: L'étude, menée par des experts de l'Université de Californie à San Francisco.. 4 départements testent le remboursement total des psychothérapies. Pour faire baisser la consommation d’antidépresseurs, élevée en France, la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) teste le remboursement intégral des consultations chez les psychologues dans quatre départements: Haute-Garonne, Morbihan, Bouches-du-Rhône et les Landes. En novembre dernier, la Haute autorité de santé (HAS) a publié de nouvelles recommandations sur le traitement de la dépression. Limiter le recours aux antidépresseurs à certains cas, au profit de la psychothérapie est une des propositions de la HAS.. 5 boissons à boire avant de dormir pour nettoyer le foie et brûler les graisses. Le poids joue aussi un rôle très important sur la santé du foie car le surplus de graisse dans le corps peut exercer une pression sur le foie et entrainer donc un dysfonctionnement. Voilà pourquoi il est important de prendre soin du foie en le nettoyant. Retrouvez dans cet article, cinq boissons qui vont vous aider à détoxifier cet organe nettoyeur tout en veillant sur votre poids. Cinq boissons à double effet: nettoyer votre foie et brûler les graisses Selon la médecine chinoise, le foie fonctionne convenablement tr.. Obésité infantile: des risques pour le foie dès l'âge de huit ans? Pour la première fois, une étude menée aux Etats-Unis montre que le surpoids pourrait avoir des conséquences néfastes sur la santé du foie chez les enfants, dès l'âge de huit ans.L'étude, menée par des chercheurs de l'université de Columbia, a suivi 635 enfants entre l'âge de trois et huit ans pour pour voir s'ils présentaient des facteurs de risques de développer une maladie du foie appelée stéatose hépatique non alcoolique. Cette maladie se.. France - L’universitarisation des formations en santé. Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, et Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, ont lancé le 14 mars dernier le comité de suivi du processus d’« universitarisation » des formations en santé. Il s’agit de faire en sorte que les étudiants en santé puissent apprendre à coopérer dès les bancs de l’université et bénéficient des mêmes droits et des mêmes services que les étudiants inscrits dans un cursus LMD..

Métastases osseuses. 1°) Généralités. 2°) Clinique. 3°) Biologie. 4°) Localisation des métastases osseuses. 5°) Examens radiologiques. 6°) Scintigraphie osseuse planaire et TEMP/TDM. 7°) Tomographie d'émission de positons au 18F-Fluorodéoxyglucose. 8°) Indications des examens. 9°) Bibliographie. 1°) Généralités: Les projections de l'Institut de veille sanitaire pour 2011 prévoient en France 207.000 nouveaux cas de cancer chez l'homme et 158.500 chez la femme. Les décès sont estimés pour cette période à 147.500 (84.500 chez l'homme, 63.000 chez la femme). Les cancers les plus fréquents sont, chez l'homme les cancers de la prostate (19%), du poumon (15%), de l'intestin (13%) et des voies aéro-digestives supérieures (11%) et chez la femme les cancers du sein (36%), de l'intestin (13%) et du poumon (4%). Ces derniers est en forte augmentation chez la femme. Les métastases osseuses sont les tumeurs les plus fréquentes du squelette. Elles représentent 70% des tumeurs osseuses malignes. Leur apparition constitue un tournant évolutif de la maladie. L'os est le troisième site métastatique après le poumon et le foie. Certains cancers ont une plus grande propension à envahir le squelette. Les primitifs les plus fréquents chez l'adulte sont le sein, le poumon, la prostate, la thyroïde et le rein. Les 4 premiers représentent 80% de toutes les métastases osseuses. Chez l'enfant, les primitifs les plus fréquents sont le neuroblastome, le sarcome d'Ewing et l'ostéosarcome. Cet envahissement osseux peut être responsable de douleurs, de fractures pathologiques, de compression médullaire et radiculaire ou d'hypercalcémie et compromet le pronostic vital. Il est donc important de le dépister de façon précoce, bien que ce diagnostic précoce ne change pas toujours l'évolution de la maladie. Le cancer primitif peut être connu ou non. La maladie métastatique est révélatrice d'un cancer dans environ 20 à 25% des cas, en particulier dans les cancers de la prostate, du poumon et du rein. Si la métastase est solitaire, il s'agit très souvent d'un carcinome rénal, thyroïdien ou hépatocellulaire. Dans 3 à 4% des cas, le site du cancer primitif reste inconnu. 2°) Clinique: Les douleurs, lorsqu'elles existent, s'installent souvent de façon insidieuse et progressive. Elles deviennent intenses et tenaces, résistent au repos et aux antalgiques classiques et nécessitent alors les morphiniques. Elles se localisent principalement au squelette axial. Leur survenue chez un patient de plus de 50 ans, doit faire suspecter des métastases osseuses. Le plus souvent cependant, les métastases osseuses sont asymptomatiques et sont mises en évidence lors du bilan. Dans le cancer du sein évolué, 80% des patientes ont des métastases osseuses, dont les trois quarts sont asymptomatiques. Elles peuvent être révélées par une complication. Les fractures pathologiques sont fréquentes, en particulier sur les côtes, le rachis, le fémur, le tibia ou l'humérus. Les complications neurologiques ne sont pas rares, à type de névralgies, de radiculalgies, de compression médullaire ou de la queue de cheval. Une tuméfaction osseuse peut être mise en évidence sur un os superficiel (crâne, bassin, côtes, clavicule, omoplate et surtout sternum) dans les métastases anévrismales liées essentiellement au cancer de la thyroïde et du rein. Des signes cliniques liés à une hypercalcémie peuvent survenir avec troubles digestifs (nausées, vomissements), neuropsychiques (torpeur), polyurie avec déshydratation et amaigrissement. Ces signes révèlent la maladie métastatique dans 3% des cas. Des infections et des hémorragies peuvent compliquer l'évolution de la maladie. Dans les formes évoluées, il peut exister une altération de l'état général, avec anorexie, asthénie, amaigrissement et parfois hyperthermie. 3°) Biologie: 4°) Localisation des métastases osseuses:: Les métastases correspondent à une dissémination de cellules tumorales à distance de la lésion primitive. La dissémination osseuse est essentiellement hématogène, surtout par voie artérielle et veineuse (en particulier au rachis (plexus de Batson). L'atteinte directe est plus rare par contiguïté avec la tumeur primitive ou par un site secondaire en particulier ganglionnaire. Une dissémination lymphatique est également possible. Les métastases osseuses se localisent essentiellement au squelette axial (80% des cas), en particulier au niveau des vertèbres lombaires et thoraciques et au niveau du bassin. Elles touchent également les côtes, le sternum, le crâne et l'extrémité supérieure des fémurs et des humérus. Lorsqu'elles sont multiples, l'atteinte est généralement asymétrique et irrégulière. Au niveau du corps vertébral les métastases sont beaucoup plus fréquentes dans la région postérieure et plus rare dans la région antérieure, en liaison avec une dissémination veineuse. Une atteinte des plateaux vertébraux est plus rare. Elle est en général liée à une dissémination artériolaire. L'atteinte à partir d'une adénopathie touche particulièrement la partie antérieure gauche du corps vertébral, du fait de la proximité des voies lymphatiques. L'atteinte des os longs est moins fréquente et peut concerner n'importe quelle partie de l'os, mais prédomine aux métaphyses et au tiers moyen de la diaphyse. Les métastases osseuses périphériques sont rares. En dessous des coudes et des genoux, elles représentent moins de 5% de l'ensemble des métastases squelettiques. Au niveau des mains et des pieds, elles représentent moins de 1% de l'ensemble des métastases squelettiques. Ces acrométastases touchent surtout les phalanges distales et les métacarpiens à la main et le scaphoïde et le lunatum au poignet. Les cancers primitifs les plus fréquents sont par ordre décroissant les carcinomes bronchiques (50%), le cancer du sein, le cancer du rein et de façon beaucoup moins fréquente les cancers de l'њsophage, du colon, du rectum, de la prostate, de l'utérus et l'ostéosarcome. Au niveau des pieds, les acrométastases prédominent sur le calcaneus. Les cancers les plus fréquemment responsables sont surtout les tumeurs sous-diaphragmatiques (colon, rein, vessie, utérus, ovaire) et les carcinomes bronchiques. 5°) Examens radiologiques: a) Radiologie conventionnelle et TDM: Les clichés radiographiques standards ont une assez bonne spécificité, mais une faible sensibilité. Il est donc souvent nécessaire de recourir à des explorations morphologiques plus complexes. La TDM est plus sensible et plus spécifique. Elle caractérise morphologiquement les lésions, en particulier dans les zones corticales. Sur le plan radiologique, on distingue les métastases ostéolytiques, les métastases ostéocondensantes et les métastases mixtes. 1) Métastases osseuses ostéolytiques (70% des cas): La radiologie conventionnelle a une sensibilité médiocre de détection des métastases ostéolytiques, qui est fonction de la taille de la lésion et de sa localisation. Les lésions sont mieux individualisées au niveau des régions corticomédullaires que dans les régions spongieuses, en particulier au niveau du rachis. Les métastases osseuses ostéolytiques trabéculaires doivent avoir une taille supérieure ou égale à 1 cm et correspondre à une perte d'au moins 50% du contenu minéral osseux pour être détectées par la radiographie. La corticale en regard peut être normale ou détruite, avec disparition ou effacement partiel. La forme et les contours de l'ostéolyse sont très variables. Il peut s'agir de géodes radiotransparentes arrondies ou ovalaires, sans sclérose périphérique, ni réaction périostée. Parfois, on retrouve une lyse corticale à limites nettes ou floues, de forme géographique. Lorsque la lésion est très agressive on observe un aspect mité ou perméatif. Lorsque les lésions sont très nombreuses, elles peuvent confluer et entraîner la disparition d'un segment osseux. Au niveau du sacrum, on peut observer une disparition des trous sacrés. Au niveau du bassin, on peut observer une ostéolyse des branches ischio ou ilio-pubiennes ou du fond du cotyle. Au niveau du crâne, on retrouve des lacunes de la voûte crânienne. Au niveau du rachis, il peut exister une lésion destructrice géographique à limites nettes ou plus souvent floues et irrégulières effaçant les contours vertébraux. Une lésion expansive, avec corticale amincie et soufflée n'est pas rare. La lésion ostéolytique peut être homogène ou présenter des septas (surtout cancer du rein). Les métastases osseuses se présentent souvent sous la forme de lésions multiples, généralement de taille différente et de distribution non symétrique. Les contours lésionnels sont souvent mal limités et les érosions endostées sont rares. Ces caractéristiques les différencient des lésions du myélome. Sur le rachis, l'atteinte prédomine sur le corps vertébral et le pédicule. On peut observer la disparition d'un contour cortical et/ou un tassement vertébral. En dehors d'un contexte traumatique franc, un tassement vertébral localisé au-dessus de T4 doit être considéré comme malin jusqu'à preuve du contraire. Le disque intervertébral est classiquement épargné par les métastases osseuses. Les fractures pathologiques sont fréquentes et consolident mal. Au niveau du fémur, il existe un risque fracturaire lorsque plus de 50% de la circonférence corticale est lésée. On tient compte également de la taille de la lésion (supérieure à 25-30 mm) et de la recrudescence des douleurs (présence de fissures). 2) Métastases osseuses condensantes (10-15%): La radiographie conventionnelle a une meilleure sensibilité de détection des métastases ostéocondensantes. Elles se présentent sous la forme de taches denses, de forme arrondie ou ovalaire, de contours souvent bien limités qui effacent la structure normale de l'os spongieux. Ces nodules sont non spiculés, ce qui les différencie des énostoses. Au niveau des vertèbres, elles touchent principalement le pédicule et le corps vertébral. L'ostéocondensation est parfois très étendues, en plage. La confluence des lésions donne une condensation d'une partie ou de la totalité d'une pièce osseuse. L'atteinte complète du corps vertébral aboutit à la vertèbre ivoire. L'ostéocondensation peut être diffuse à l'ensemble du squelette et donner un squelette dense de façon uniforme ou non. L'ostéocondensation diffuse d'origine métastatique est différenciée de l'atteinte pagétique par l'absence d'hypertrophie de la pièce osseuse condensée, l'absence d'épaississement de la corticale et l'absence de dédifférenciation cortico-médullaire. 3) Métastases osseuses d'aspect mixte (20% des cas): 4) Tassements vertébraux: La radiographie conventionnelle permet parfois d'évoquer un tassement vertébral métastatique sur un certain nombre d'éléments. - Le nombre de tassements vertébraux est variable d'un patient à l'autre et au cours de l'évolution. Lorsque les tassements vertébraux métastatiques sont multiples ils ne posent en général pas de problème de diagnostic. Par contre un tassement vertébral unique est suspect lorsqu'il est important. - La topographie du tassement peut être évocatrice. Tous les étages peuvent être touchés même le rachis cervical. Cependant, au dessus de T4 (hors traumatisme), on doit évoquer une origine métastatique jusqu'à preuve du contraire. - La forme de la vertèbre tassée est parfois évocatrice. Un tassement vertébral métastatique a souvent un caractère angulaire qui n'affecte qu'une partie limitée du plateau vertébral, de face et de profil. Ce tassement vertébral est asymétrique de face. - La transparence osseuse du rachis peut être normale, diminuée ou augmentée de façon diffuse. Parfois, elle est hétérogène avec de multiples plages denses et/ou lytiques, ce qui signe son origine maligne. - Le contour de la vertèbre tassée doit être analysé. Dans les tassements pathologiques, on observe souvent une ostéolyse de la corticale ou de la lame osseuse sous-chondrale. Il peut exister une ostéolyse de l'os trabéculaire (plus difficile à détecter). On observe parfois une disparition ou un amincissement plus ou moins étendue du contour osseux du corps vertébral ou de l'arc postérieur (pédicules, processus épineux). Il peut exister un aspect bombé des murs vertébraux (processus expansif). - L'analyse de la trame osseuse peut montrer des anomalies focales ou hétérogènes en zone non tassée. - L'étude des tissus mous para-vertébraux peut montrer une tuméfaction importante et/ou asymétrique des tissus mous para-vertébraux en regard du tassement vertébral. Le scanner permet une meilleure analyse des remaniements osseux corticaux et trabéculaires des vertèbres tassées, ainsi qu'une analyse des tissus mous. Dans les tassements vertébraux métastatiques, on observe des remaniements trabéculaires d'origine tumorale en zone non tassée. Il peut exister une ostéolyse corticale en particulier du mur postérieur avec infiltration épidurale et des tissus mous para-vertébraux. Les fractures sont rares, mal limitées, siégeant au moins partiellement dans une plage ostéolytique. Une compression médullaire doit orienter vers un tassement pathologique et faire rechercher un envahissement épidural. 5) Réaction périostée: 6) Masse des parties molles: 7) Métastases osseuses corticales: 8) Acrométastases: 9) Métastases articulaires: 10) Métastases musculaires: b) IRM: L'IRM a une meilleure sensibilité que les examens à rayons X ou la scintigraphie. C'est l'examen le plus performant pour l'étude de la moelle osseuse, qui sert de référence pour l'exploration du rachis. Elle permet de plus de diagnostiquer les compressions médullaires ou radiculaires et les atteintes des tissus mous péri-rachidiens. Elle différencie les tassements malins des tassements bénins. Cependant, sa spécificité est imparfaite, en particulier en présence de lésions dégénératives des disques intervertébraux et de pathologies inflammatoires ou infectieuses qui peuvent provoquer des modifications de la moelle rouge des corps vertébraux. La TDM est alors utile pour affiner le diagnostic. L'IRM corps entier semble plus performante, en particulier sur le rachis, le bassin et les fémurs, mais n'est pas d'usage systématique. 1) Métastases osseuses ostéolytiques: Les métastases ostéolytiques apparaissent en hyposignal T1 et en hypersignal T2, avec rehaussement après injection de Gadolinium, le plus souvent sous la forme de lésions focales de taille différente. Elles sont rarement en hypersignal T1 en cas de saignement ou lorsqu'elles contiennent de la mélanine (mélanome, cancer du rein). On peut observer des structures punctiformes ou tubulées vides de signal au sein de la lésion, correspondant à des éléments vasculaires, évoquant des métastases osseuses d'origine rénale. On retrouve par ailleurs des niveaux liquide-liquide dans des métastases liées à un carcinome neuroendocrine urinaire. Sous traitement, les métastases osseuses présentent une ostéocondensation périphérique gagnant progressivement le centre de la lésion. Cette ostéocondensation disparaît quelquefois. La métastase peut parfois être révélée secondairement par cette ostéocondensation. 2) Métastases osseuses ostéocondensantes: 3) Métastases osseuses mixtes: 4) Tassements vertébraux métastatiques: 6°) Scintigraphie osseuse planaire et TEMP/TDM: a) Scintigraphie osseuse corps entier: 1) Généralités: L'interprétation de l'examen osseux doit intégrer la symptomatologie clinique, les gestes réalisés (chirurgie, radiothérapie), ainsi que les traitements en cours (chimiothérapie, bisphosphonates). De plus, l'interrogatoire du patient doit rechercher les antécédents médicaux (maladie rhumatologique), chirurgicaux (prélèvement osseux pour greffe, prothèse) ou traumatiques (fractures récentes). La scintigraphie osseuse peut être réalisée dans deux situations cliniques différentes. Le plus souvent, elle est réalisée dans le cadre du bilan d'extension d'un cancer ostéophile connu. Parfois cependant, la scintigraphie osseuse peut mettre en évidence des métastases osseuses chez un patient exploré pour un bilan osseux, alors qu'aucun primitif n'est connu. Lors du bilan initial, la probabilité de découvrir des métastases osseuses est fonction de la tumeur primitive, de sa forme histologique et de son stade évolutif. La scintigraphie osseuse est utile dans le bilan des cancers les plus ostéophiles (sein, prostate en particulier). Dans les cancers moins ostéophiles, cet examen peut être indiqué en cas de signes d'appel osseux. Le diagnostic des métastases osseuses peut-être plus ou moins difficile en fonction du mode de présentation scintigraphique. 2) Lésions hyperfixantes: Lorsque l'examen montre plusieurs foyers d'hyperfixation (supérieur ou égale à 3 foyers), asymétriques, disséminés de façon aléatoire sur le squelette axial et l'extrémité supérieure des fémurs et des humérus, le diagnostic ne fait guère de doute, surtout si ces anomalies surviennent lors du suivi d'un cancer ostéophile. Les localisations métastatiques les plus fréquentes sont par ordre de fréquence le thorax et les côtes (37%), le rachis et le bassin (26%), les membres (15%), le crâne (10%), les extrémités (10%). La scintigraphie osseuse permet parfois de dépister des lésions qui fragilisent l'os et qui comportent un risque de fracture. Après confirmation radiologique, une réparation prophylactique peut alors être envisagée. Le diagnostic est plus difficile lorsque la scintigraphie osseuse révèle un ou deux foyers d'hyperfixation, surtout si le patient n'a pas d'antécédent de néoplasie. Les caractéristiques des lésions peuvent orienter. En effet, les lésions métastatiques sont en général très hyperfixantes, plutôt mal limitées et diffusent volontiers le long des os. Leur apparition lors de contrôles successifs est un argument en faveur de métastases osseuses. Une anomalie de fixation isolée sur la scintigraphie osseuse planaire est détectée chez environ 15% des patients avec antécédents de cancer. Les métastases osseuses isolées touchent particulièrement le rachis dorsolombaire (50% des cas), le gril costal (20%), le bassin (15%) et le sternum (10%). L'analyse de l'image doit tenir compte de sa localisation, de son aspect et du contexte. En effet, une hyperfixation isolée du gril costal chez un patient suivi pour un cancer est bénigne dans 90% des cas. Par contre, une hyperfixation isolée du sternum chez une patiente porteuse d'un cancer du sein est d'origine métastatique avec une probabilité supérieure à 80% (envahissement par voie lymphatique). Une hyperfixation du massif facial peut correspondre à une extension d'un cancer de la sphère ORL. Une hyperfixation du bassin et tout particulièrement du sacrum peut correspondre à une extension directe d'une tumeur de la cavité pelvienne (sigmoïde, rectum). Ces lésions sont en général considérées comme indéterminées et, classiquement, il était d'usage de proposer une imagerie complémentaire par radiographie conventionnelle, TDM et/ou IRM. Depuis l'introduction de l'imagerie hybride, ces lésions sont explorées dans le même temps par la TEMP/TDM. Lorsque les métastases osseuses sont disséminées sur tout le squelette, elles peuvent confluer et donner un tableau de superscan (" trop belle image ") métastatique. Ce superscan se traduit par une importante hyperfixation du traceur sur l'ensemble du squelette, prédominant cependant sur le squelette axial et l'extrémité supérieure des fémurs et des humérus. Cette hyperfixation est très souvent hétérogène. L'importante hyperfixation squelettique s'accompagne d'une hypofixation relative du squelette appendiculaire. La fixation dans les tissus mous, la vessie et les reins est quasi nulle du fait d'une très grande avidité des lésions métastatiques pour le radiotraceur. Ce tableau se rencontre essentiellement dans les cancers du sein et de la prostate. Il a été décrit un tableau proche du superscan, avec hyperfixation intense du squelette axial, de l'extrémité supérieure des humérus, de l'extrémité inférieure des fémurs et de l'extrémité supérieure des tibias, chez des patients traités par Granulocyte-Colony Stimulating Factor (G-CSF) à fortes doses. 3) Lésions hypofixantes: L'hypofixation observée peut être liée à un traitement. La radiothérapie induit en quelques semaines une hypofixation qui touche toutes les zones osseuses irradiées. Elle est classique sur le rachis thoracique, en particulier dans les irradiations pour cancer broncho-pulmonaire. Il a par ailleurs été décrit une hypofixation squelettique importante, avec élévation de l'activité extra-osseuse chez des patients de Cancérologie, traités par bisphosphonates. 4) Lésions mixtes: 5) Tassements vertébraux: 6) Suivi scintigraphique: - L'apparition de lésions osseuses sur les examens successifs est un argument fort en faveur de métastases osseuses, en dehors d'évènements cliniques incidents (fractures, maladies rhumatologiques…). - La diminution, voire la disparition des lésions osseuses sur les examens successifs plaide en faveur de l'efficacité des thérapeutiques en cours. - La stabilité du nombre et de l'aspect des lésions sur deux examens successifs, espacés d'au moins six mois, ne doit pas faire conclure à l'absence de réponse au traitement. En effet, la persistance de la réaction ostéoblastique mise en évidence par la scintigraphie osseuse peut être le témoin d'un processus de guérison des lésions osseuses. - Lorsque le nombre de lésions et/ou l'intensité de la fixation des lésions augmente, il s'agit le plus souvent d'une aggravation de la pathologie métastatique osseuse. Cependant, dans les six mois qui suivent une chimiothérapie ou une hormonothérapie, on peut observer une augmentation de la fixation au niveau des lésions osseuses antérieurement présentes. De nouvelles lésions peuvent quelquefois se démasquer, alors qu'elles n'étaient pas visibles précédemment. Ce phénomène, appelé " flare phenomenon ", consiste en une réponse ostéoblastique intense qui survient quand les lésions métastatiques guérissent quelques semaines après la mise en route d'un traitement antinéoplasique, en particulier dans le cancer de la prostate et le cancer du sein. En dehors d'une aggravation clinique évidente, il n'y a donc pas d'intérêt à réaliser un contrôle scintigraphique dans les six mois qui suivent une thérapeutique anticancéreuse. b) Imagerie hybride TEMP/TDM: 1) Généralités: L'analyse des images se fait en trois étapes théoriques qui sont la détection, la localisation et l'identification des lésions. Ces trois étapes sont en réalité intriquées. La détection des lésions est en grande partie liée à la lecture des clichés scintigraphiques planaires, qui peut mettre en évidence des lésions osseuses hyperfixantes, hypofixantes ou mixtes, le plus souvent axiales, mais parfois périphériques. La scintigraphie planaire peut également objectiver une fixation au sein de lésions extra-osseuses (métastases hépatiques, masse abdomino-pelvienne, calcifications tissulaires…). L'acquisition TEMP/TDM révèle par ailleurs les lésions sur les structures osseuses complexes (rachis, bassin, crâne), qui ne sont pas ou mal individualisées par la scintigraphie planaire. Les images TDM montrent également des zones ostéolytiques pures, liées à des métastases osseuses agressives, sans réaction ostéoblastique associée (poumon, rein). Tous ces éléments permettent d'augmenter la sensibilité globale de l'examen et procurent à l'association scintigraphie osseuse planaire couplée à la TEMP/TDM un grand potentiel de détection des lésions osseuses. La localisation anatomique précise des lésions est médiocre avec la scintigraphie osseuse planaire. Par contre, elle est excellente avec la TEMP/TDM, qui associe le pouvoir discriminant de la TEMP et surtout de la TDM. L'image de fusion superpose les anomalies tomoscintigraphiques et/ou TDM avec l'anatomie ostéo-articulaire, ce qui garantit l'exactitude du repérage anatomique. L'identification des lésions est souvent limitée sur la scintigraphie osseuse planaire du fait d'une spécificité médiocre. Elle peine à différencier les lésions secondaires des autres pathologies osseuses, au premier rang desquelles on trouve les lésions dégénératives. Il se pose donc un problème difficile et fréquent de diagnostic différentiel. L'identification des lésions en TEMP/TDM repose à la fois sur la qualité de leur localisation anatomique et sur l'interprétation des images TDM. L'imagerie hybride contribue de ce fait à augmenter fortement la spécificité de la scintigraphie osseuse. Elle permet de classer correctement nettement plus de lésions osseuses en métastases ou en lésions bénignes. Du fait de ses qualités intrinsèques, la TEMP/TDM a un impact non négligeable sur le compte-rendu final, qui est modifié dans un nombre significatif de patients. La localisation précise des lésions fournit une information très utile pour différencier les lésions bénignes des lésions malignes. Les lésions osseuses malignes du rachis se localisent préférentiellement sur le corps vertébral et le pédicule. Elles se traduisent sur l'acquisition TEMP par une hyperfixation et/ou une hypofixation, le plus souvent localisée dans la portion postérieure du corps vertébral et moins souvent dans sa portion antérieure. L'extension au pédicule est classique. Parfois, il s'agit de la seule manifestation identifiée sur l'examen. Les lésions arthrosiques du rachis sont préférentiellement localisées à la périphérie des corps vertébraux et sur les arcs postérieurs. Sur les os longs, les métastases osseuses se localisent classiquement en pleine pièce osseuse, à distance de toute articulation, particulièrement sur les régions métaphyso-diaphysaires, alors que les lésions arthrosiques touchent essentiellement les régions articulaires et péri-articulaires. Au niveau des os longs, plats ou courts, les métastases se localisent à la corticale et/ou à la médullaire. Cependant la localisation anatomique seule n'est pas suffisante pour un diagnostic différentiel fiable. En effet, les sites métastatiques osseux sont souvent ceux où la pathologie dégénérative est la plus fréquente. L'analyse morphologique des anomalies observées est donc fondamentale pour le diagnostic différentiel entre, d'une part les métastases osseuses et, d'autre part la pathologie dégénérative et les lésions osseuses non métastatiques. L'acquisition TDM montre des zones d'ostéolyse et/ou d'ostéocondensation, de forme très variable, de la petite lésion focalisée à la lésion étendue sur la quasi totalité d'une pièce osseuse, localisées à la corticale et/ou au tissu spongieux de l'os pathologique. Les ostéolyses ont souvent des limites floues, avec rupture corticale. Les érosions endostées sont plus difficiles à analyser. Les lésions ostéocondensantes peuvent être focalisées ou plus étendues, souvent de forme irrégulière, à type de nodules, de tâches ou de plages. On peut observer des lésions mixtes, de caractère hétérogène, qui associent une ostéolyse et une ostéocondensation, parfois avec rupture corticale. Par ailleurs, la TDM peut mettre en évidence des signes indirects, à type de réaction périostée ou de masse dans les parties molles. Les métastases sont très souvent multiples. Certaines tumeurs solides peuvent cependant se révéler par des métastases uniques, parfois périphériques (rein, poumon). 2) Diagnostic des métastases osseuses: Les métastases ostéocondensantes se présentent en général comme une hyperfixation TEMP associée à une hyperdensité TDM. C'est ce que l'on rencontre habituellement dans les métastases du cancer de la prostate ou du cancer du sein. Lorsque les images sont typiques, il n'y a pas lieu de réaliser d'exploration osseuse complémentaire. Dans les envahissements métastatiques diffus, les clichés corps entier peuvent parfois prêter à discussion. Lorsqu'elle est réalisée, l'imagerie hybride montre une hyperfixation intense TEMP associée à une hyperdensité hétérogène. Ces anomalies touchent l'ensemble des pièces osseuses examinées, confirmant ainsi le superscan métastatique. Il se rencontre essentiellement dans le cancer de la prostate et du sein. Les métastases mixtes se traduisent par une hyperfixation et/ou une hypofixation TEMP associée à une hyperdensité et/ou une hypo densité TDM. Ce tableau se rencontre dans de multiples métastases osseuses de cancers solides, comme les cancers du poumon, du sein, du rein ou ORL. Certaines métastases osseuses n'ont pas de traduction morphologique (retard radiologique). En TEMP/TDM, elles se traduisent souvent par une hyperfixation TEMP associée à une normodensité TDM, qui se projette dans les régions osseuses les plus propices au développement des métastases. Ce tableau n'est cependant pas spécifique et peut être rencontré dans de multiples pathologies non néoplasiques. L'aspect TEMP/TDM normal est en théorie l'association d'une normofixation TEMP et d'une normodensité TDM. Dans les cas difficiles, ou en cas de doute clinique, il sera fait appel à la TDM ou à l'IRM (lésions focalisées), ou à une tomographie d'émission de positons au 18F-Fluorodéoxyglucose (évaluation globale). Dans de rares cas, une biopsie osseuse est nécessaire (rendement diagnostique 82-100%). 3) Diagnostic des lésions arthrosiques et de la pathologie bénigne: La pathologie osseuse non néoplasique peut donner des images d'analyse difficile sur les clichés scintigraphiques planaires (tumeur bénigne, maladie de Paget, dysplasie osseuse…). L'imagerie hybride TEMP/TDM permet très souvent un diagnostic correct de ces différentes pathologies, ou du moins met en évidence le caractère bénin de ces manifestations. Ces pathologies sont abordées dans les chapitres correspondants. 4) Tableaux TEMP/TDM moins fréquents: 5) Cas particulier des tassements vertébraux: En faveur d'un tassement vertébral bénin ostéoporotique on retient, en TEMP une hyperfixation symétrique, horizontale, très homogène, sur un plateau ou sur l'ensemble du corps vertébral, lorsque le tassement est récent, et une fixation faible, voire absente lorsque le tassement est ancien. En TDM, on retrouve un aspect généralement cunéiforme au niveau du rachis thoracique et angulaire ou bi-angulaire au niveau du rachis lombaire (fracture en portion centrale du corps vertébral). On peut observer des remaniements en bande de la trame osseuse (ostéocondensation, hypertransparence osseuse, aspect hétérogène). Parfois, la fracture est mise en évidence, avec aspect en étoile ou circulaire. Il n'existe pas de destruction de la corticale ou de l'os spongieux. D'autres images TDM sont plus difficiles à visualiser. On peut noter le recul d'un fragment osseux postéro-supérieur ou plus rarement postéro-inférieur du mur postérieur du corps vertébral dans le canal médullaire (angle supérieur ou angle inférieur). Exceptionnellement, on peut parfois observer un phénomène de vide intrasomatique, sous la forme d'une clarté gazeuse linéaire, transversale située directement sous le plateau vertébral fracturé. Enfin, il existe parfois une mince masse de tissu périvertébral diffuse d'une apophyse transverse à l'autre (inférieure à 10 mm). Lorsqu'il existe des troubles importants de la statique vertébrale (scoliose, cyphoscoliose), un tassement vertébral bénin peut apparaître asymétrique en TEMP/TDM. Ce seul critère ne doit donc pas le faire considérer comme suspect. En faveur d'un tassement vertébral malin on retient, en TEMP une hyperfixation hétérogène et parfois asymétrique ou une association d'hyper et d'hypofixation. En TDM, le tassement apparaît également asymétrique et localisé et prend volontiers un caractère angulaire. On peut observer de multiples plages denses et/ou lytiques, une destruction de la cortical antéro-latérale ou postérieure du corps vertébral, une destruction de l'os spongieux du corps vertébral, une destruction d'un pédicule vertébral. D'autres images TDM sont plus difficiles à visualiser. On peut retrouver un bombement des murs vertébraux (processus expansif), une masse tissulaire péri-vertébrale focale (asymétrique) ou une masse épidurale. 7°) Tomographie d'émission de positons au 18F-Fluorodéoxyglucose: La tomographie d'émission de positons au 18F-Fluorodeoxyglucose (TEP-FDG) est plus sensible et plus spécifique que la scintigraphie osseuse dans la recherche des métastases osseuses. L'utilisation d'une imagerie hybride TEP/TDM augmente les performances de l'examen. Elle est très performante pour le diagnostic des lésions ostéolytiques. Par contre, les métastases ostéoblastiques, qui présentent une faible activité métabolique, sont souvent peu ou mal détectées. Le 18F-Fluor TEP (F-TEP) est plus sensible que la scintigraphie osseuse, en particulier pour le diagnostic des métastases ostéocondensantes. Sa spécificité est cependant médiocre. Elle est fortement améliorée par l'imagerie hybride TEP/TDM. Pour certains auteurs, la TEP-FDG permettrait de différencier les tassements ostéoporotiques des tassements pathologiques (malins ou inflammatoires). La fixation serait absente ou faible dans les tassements ostéoporotiques (SUV 1,1 à 2,4). La fixation serait franche dans les tassements pathologiques (SUV 3,8 à 9,8). 8°) Indications des examens: Le diagnostic des métastases osseuses fait appel à deux types d'imageries. Les unes détectent directement l'infiltration tumorale, les autres visualisent la réaction osseuse au processus tumoral. Compte tenu de leur sensibilité et de leur spécificité imparfaite, ces techniques doivent être utilisées de façon complémentaire en fonction des situations. Lorsqu'il persiste un doute, une biopsie percutanée peut être réalisée sous contrôle TDM. Le rendement de ces biopsies percutanées est élevé (82-100%). a) Cancer de la prostate: 1) Diagnostic de malignité d'une lésion prostatique: 2) Bilan d'extension loco-régional et à distance: La scintigraphie osseuse reste la référence pour le bilan des métastases osseuses, couplée à l'imagerie hybride TEMP/TDM lorsque la scintigraphie planaire est non contributive. Dans cette indication, les performances de l'examen sont bonnes (sensibilité 90%, spécificité 96%, VPP 90%, VPN 96%, exactitude 94%). Les métastases ostéocondensantes ont une faible avidité pour le FDG. Dans le cancer de la prostate, la TEP-FDG n'a pas d'utilité pour le bilan d'extension loco-régional ou à distance. Le 18 F-TEP est indiqué dans la recherche des métastases osseuses du cancer de la prostate, en particulier lorsque la scintigraphie osseuse est négative ou litigieuse. 3) Bilan de récidive loco-régionale et à distance: b) Cancer du sein: 1) Diagnostic de malignité d'une lésion du sein: 2) Bilan d'extension loco-régional et à distance: La TEMP/TDM est associée à la scintigraphie osseuse planaire chaque fois que celle-ci est non contributive, ce qui augmente les performances de l'examen osseux (Sensibilité 90%, spécificité 96%, VPP 88%, VPN 97%, exactitude 94%). La TEP-FDG n'est pas indiquée dans le bilan locorégional, en effet, elle a des performances médiocres pour le bilan de malignité des nodules mammaires et des adénopathies. Elle est par contre indiquée dans le bilan d'extension pré-thérapeutique pour le diagnostic des métastases à distance. Pour les métastases osseuses, la sensibilité de la TEP-FDG est similaire à celle de la scintigraphie osseuse planaire et sa spécificité est meilleure. La sensibilité, la spécificité et l'exactitude sont respectivement de 86%, 100%, 95% pour la TEP-FDG et de 100%, 77%, 85% pour la scintigraphie osseuse planaire. Des faux négatifs ont été signalés en TEP-FDG en cas de traitement hormonal, de chimiothérapie ou de radiothérapie. Par ailleurs la sensibilité est plus basse pour les métastases ostéocondensantes. Enfin, le champ d'exploration est plus petit qu'en scintigraphie osseuse, ce qui peut lui faire manquer des métastases sur le crâne ou les membres inférieurs. La scintigraphie osseuse reste l'examen de première intention pour la recherche des métastases osseuses. Elle est recommandée dans le bilan d'extension initial pour les stades II, III, et IV et dans la recherche des récidives. Lorsque la TEP-FDG est réalisée en première intention, la mise en évidence de métastases osseuses, conduit à ne pas réaliser de scintigraphie osseuse complémentaire. Par contre, si la TEP-FDG est négative et qu'il persiste un doute de métastases osseuses, il faut réaliser une scintigraphie osseuse. La TEP-FDG a par ailleurs l'avantage de détecter des lésions viscérales associées et le bilan d'extension thoracique doit être réalisé avec la TEP-FDG. 3) Bilan de récidive loco-régionale et à distance: La TEP-FDG est également indiqué dans la détection précoce de la récidive en cas d'augmentation isolée des marqueurs tumoraux. La TEP-FDG peut détecter une maladie occulte, avec augmentation des marqueurs tumoraux et en particulier du CA 15-3, avec un bilan lésionnel négatif. La TEP-FDG est d'autant plus intéressante dans cette indication qu'une élévation du CA 15-3 manque de spécificité. Par ailleurs sa sensibilité est médiocre (intérêt de la cinétique du marqueur). La TEP-FDG a un impact important sur la prise en charge des patientes suspectes de récidive de cancer du sein. La prise en charge des patientes est modifiée dans un nombre non négligeable de cas (supérieur à 30%). 4) Evaluation de la réponse thérapeutique: c) Cancers broncho-pulmonaires: 1) Diagnostic de malignité d'une lésion pulmonaire: La TEP-FDG est indiquée dans le diagnostic de malignité d'un nodule ou d'une masse pulmonaire isolée. Le diagnostic des nodules pulmonaires est morphologiquement difficile. Parmi les nodules supérieurs à un centimètre, environ 50% ne fixent pas la FDG et son considérés comme bénins. Les masses supérieures à 3 cm sont explorées par TDM et/ou IRM et sont malignes dans 98% des cas. Il existe un certain nombre de faux négatifs de la TEP-FDG en rapport avec la taille du nodule (inférieur à 8 mm) ou à l'histologie de la tumeur (cancers bronchiolo-alvéolaires, tumeurs carcinoïdes). Pour le diagnostic de malignité du nodule, on retient classiquement une valeur seuil de SUV de 2,5. Le diagnostic différentiel des nodules pulmonaires comprend les lésions inflammatoires (tuberculose, coccidiomycose, histoplasmose…). Ces lésions sont responsables de faux positifs en TEP-FDG. Sur le plan pratique, une lésion pulmonaire non kystique, de taille supérieure à 10 mm, ne fixant pas le FDG fera l'objet d'une abstention chirurgicale et d'une surveillance clinique et radiologique sur 12 mois. La TEP-FDG peut être utile dans le diagnostic de malignité des lésions pleurales (mésothéliome). 2) Bilan d'extension loco-régional et à distance: Le diagnostic des adénopathies métastatiques est difficile sur les seuls éléments morphologiques. En effet, la suspicion d'extension ganglionnaire intra-thoracique repose sur la taille des adénopathies qui doivent dépasser 10 mm. Cependant un tiers des adénopathies augmentées de volume sont bénignes et environ un tiers des adénopathies de taille normale sont envahies. La TEP-FDG permet de mieux cerner les indications chirurgicales et de bien séparer les stades des cancers bronchiques non à petites cellules, en mettant en évidence les adénopathies envahies et les métastases à distance. La TEP-FDG est plus performante que la scintigraphie osseuse pour le diagnostic des métastases osseuses. La scintigraphie osseuse n'est plus indiquée dans le bilan des cancers broncho-pulmonaires. Elle peut cependant être utile dans quelques indications, en particulier lorsque la TEP-FDG n'est pas indiquée. Couplée à la TEMP/TDM lorsque la scintigraphie planaire n'est pas contributive, l'exploration scintigraphique a des performances relativement bonnes pour le diagnostic des métastases osseuses (Sensibilité 98%, spécificité 81%, VPP 91%, VPN 94%, précision 92%). 3) Bilan de récidive loco-régionale ou à distance: 4) Evaluation de la réponse thérapeutique: 5) Evaluation du pronostic: 9°) Bibliographie: - Aflalo-Hazan V, Gutman F, Raileanu I, Frétault J, Kerrou K, Grahek D, Montravers F, Talbot JN TEP au FDG-(18F) et scintigraphie du squelette dans la recherché de metastases osseuses du cancer broncho-pulmonaire Rev Pneumol Clin 2006;62:164-169. - Algra P R, Bloem J L, Tissing H, Falke T H M, Arndt J W, Verboom L J Detection of vertebral metastases: comparison between MR Imaging and bone scintigraphy Radiographics 1991;11:219-232. - Algra P R, Heimans J J, Valk J, Nauta J J, Lachniet M, Van Kooten B Do metastases in vertebrae begin in the body or the pedicles? Am J Roentgenol 1992;158:1275-1279. - Arrivé L, Azizi L, Le Hir P, Pradel C Chapitre 11: Métastases et myélome IRM Pratique Imagerie Médicale Pratique Elsevier Masson SAS;2007:145-154. - Ayache S, Tramier B, Moullard V, Michel L, Strunski V Scintigraphie osseuse dans le bilan d'extension des carcinomes épidermoïdes des voies aérodigestives supérieures Annales d'ORL et de chirurgie cervico-faciale 2008;125:250-255. - Blake G M, Park-Holohan S J, Cook G J, Fogelman I Quantitative studies of bone with the use of 18F-fluoride and 99mTc-methylene diphosphonate Semin Nucl Med 2001;31: 28-49. - Boxer D I, Todd C E C, Coleman R, Fogelman I Bone secondaries in breast cancer: the solitary metastasis J Nucl Med 1989;30:1318-1320. - Bredella MA, Essary B, Torriani M, Ouellette HA, Palmer WE Use of FDG-PET in differentiating benign from malignant compression fractures Skeletal Radiol 2008;37:405-413. - Brown B, Laorr A, Greespan A, Stadalnik R Negative bone scintigraphy with diffuse osteoblastic breast carcinoma metastases Clin Nucl Med 1994;19:194-196. - Bury T, Barreto A, Daenen F, Barthelemy N, Ghaye B, Rigo P Fluorine-18 deoxyglucose positron emission tomography for the detection of bone metastases in patients with non-small cell lung cancer Eur J Nucl Med 1998;25:1244-1247. - Conroy T, Malissard L, Dartois D, Luporsi E, Stines J, Chardot C Histoire naturelle et évolution des métastases osseuses. A propos de 429 observations Bull. Cancer 1988;75:845-857. - Cotten A, Ceugnart L, Leroy X Chapitre 12: Métastases Imagerie musculosquelettique - Pathologies générales - A Cotten Editions Masson, 2005:401-427. - Cotten A, Cortet B, Legroux-Gérot I, Leclet H Chapitre 4: Autres affections rachidiennes Imagerie musculosquelettique - Pathologies locorégionales - A Cotten Editions Masson, 2008:419-443. - Cook G J R, Fogelman I The role of positron emission tomography in the management of bone metastases Cancer 2000;88(12 Suppl):2927-2933. - D'Amico AV, Whittington R, Malkowicz SB, Weinstein M, Tomaszewski JE, Schultz D, Rhude M, Rocha S, Wein A, Richie JP Predicting prostate specific antigen outcome preoperatively in the prostate specific antigen era J Urol 2001;166:2185-2188. - Doudouh A, Biyi A, Oufroukhi Y, Zekri A Place de la scintigraphie osseuse au MDP-Tc99m dans le bilan initial du cancer du sein Médecine Nucléaire 2008;32:585-588. - Edelstyn G A, Gillespie P J, Grebbel F S The radiological demonstration of osseous metastases. Experimental observations Clinical Radiology 1967;18:158-162. - Elgazzar AH Orthopedic Nuclear Medicine Springer-Verlag Berlin Heidelberg 2004. - Even-Sapir E, Martin R H, Barnes D C, Pringle C R, Iles S E, Mitchell M J Role of SPECT in differentiating malignant from benign lesions in the lower thoracic and lumbar vertebrae Radiology 1993;187:193-198. - Even-Sapir E, Metser U, Flusser G, Zuriel L, Kollender Y, Lerman H, Lievshitz G, Ron I, Mishani E Assessment of malignant skeletal disease: initial experience with 18F-Fluoride PET/CT and comparison between 18F-Fluoride PET and 18F-Fluoride PET/CT J Nucl Med 2004;45:272-278. - Even-Sapir E Imaging of malignant bone involvement by morphologic, scintigraphic, and hybrid modalities J Nucl Med 2005;46:1356-1367. - Even-Sapir E, Flusser G, Lerman H, Lievshitz G, Metser U SPECT/multislice low-dose CT: a clinically relevant constituent in the imaging algorithm of nononcologic patients referred for bone scintigraphy J Nucl Med 2007;48:319-324. - Fournier G, Valeri A, Mangin P, Cussenot O Cancer de la prostate - Diagnostic et bilan d'extension Encycl Méd Chir (Elsevier Masson SAS) 2004; Urologie 18-560-A-12. - Gates F G SPECT bone scanning of the spine Sem Nucl Med 1998;28:78-94. - Gayraud M Conduite à tenir devant des polyalgies Encycl Méd Chir (Editions Scientifiques et Médicales Elsevier SAS, Paris), AKOS Encyclopédie Pratique de Médecine, I-1405, 2001,4p. - Giammarile F La scintigraphie osseuse Médecine Nucléaire - Imagerie fonctionnelle et métabolique 2006;30:144-148. - Grahek D, Montravers F, Aide N, Kerrou K, Talbot JN Intérêt et impact de la tomography par emission de positons au [18F]-fluorodésoxyglucose dans la récidive du cancer du sein Médecine Nucléaire 2004;28:291-296. - Granier P La scintigraphie osseuse en Cancérologie Rhumatologie Pratique 1997;166:3-4. - Granier P, Mourad M L'imagerie hybride TEMP-TDM: l'avenir de la scintigraphie osseuse? Rhumatologie Pratique 2007;243:8-11. - Granier P, Mourad M Evaluation par la TEMP-TDM des lésions classées indéterminées en scintigraphie osseuse chez les patients de cancérologie Médecine Nucléaire 2008;32:265-272. - Granier P, Mourad M Performances de la TEMP/TDM après une scintigraphie osseuse non contributive dans les cancers pulmonaires avec des douleurs suspectes Poster présenté au 48ème Colloque de Médecine Nucléaire de Langue Française - Nice 8-11 mai 2010 Médecine Nucléaire 2010;34:265 A062. - Granier P, Mourad M Cancer du sein - Performances de la TEMP/TDM après une scintigraphie osseuse non contributive Poster présenté au 49ème Colloque de Médecine Nucléaire de Langue Française - Luxembourg 7-9 mai 2011 Médecine Nucléaire 2011;35:301 P_116. - Granier P, Mourad M Cancer de la prostate - Performances de la TEMP/TDM après une scintigraphie osseuse non contributive Poster présenté au 49ème Colloque de Médecine Nucléaire de Langue Française - Luxembourg 7-9 mai 2011 Médecine Nucléaire 2011;35:299 P_111. - Hamaoka T, Madewell J E, Podoloff D A, Hortobagyi G N, Ueno N T Bone imaging in metastatic breast cancer J Clin Oncol 2004; 22:2942-2953. - Hill C, Doyon F La fréquence des cancers en France: mortalité en 2003, évolution depuis 1968 et cancers de l'enfant Bull. Cancer 2007;94:7-13. - Hill C, Doyon F La fréquence des cancers en France en 2002 et son évolution depuis 1968 Bull. Cancer 2006;93:7-11. - Horger M, Eschmann S M, Pfannenberg C, Vonthein R, Besenfelder H, Claussen C D, Bares R Evaluation of combined transmission and emission tomography for classification of skeletal lesions Am J Roentgenol 2004;183:655-661. - Horger M, Bares R The role of single-photon emission computed tomography/computed tomography in benign and malignant bone disease Sem Nucl Med 2006;36:286-294. - Institut de veille sanitaire Projections de l'incidence et de la mortalité par cancer en France en 2011. - Jacobson A F, Stomper P C, Cronin E B, Kaplan W D Bone scans with one or two new abnormalities in cancer patients with no known metastases: reliability of interpretation of initial correlative radiographs Radiology 1990;174:503-507. - Jacobson A F, Cronin E B, Stomper P C, Kaplan W D Bone scans with one or two new abnormalities in cancer patients with no known metastases: Frequency and serial scintigraphic behaviour of benign and malignant lesions Radiology 1990;175:229-232. - Lamy PJ, Grenier J Tomographie par émission de positons au 18Fluorodéoxyglucose et marqueurs tumoraux Médecine Nucléaire 2004;28:561-567. - Laredo J D, Lakhdari K, Bellaïche L, Hamze B, Janklewicz P, Tubiana J M Acute vertebral collapse: CT findings in benign and malignant nontraumatic cases Radiology 1995;194:41-48. - Lauenstein T C, Goehde S C, Herborn C U, Goyen M, Oberhoff C, Debatin J F, Ruehm S G, Barkhausen J Whole-body MR Imaging: evaluation of patients for metastases Radiology 2004;233:139-148. - Maisey M.N., Britton K.E., Gilday D.L Clinical Nuclear Medicine Chapman and Hall Medical 1991. - Marom E M, Page McAdams H, Erasmus J J, Goodman P C, Culhane D K, Edward Coleman R, Herndon J E, Patz E F Staging non-small cell lung cancer with whole-body PET Radiology 1999;212:803-809. - Merlin C, Cachin F, Kelly A, Mestas D, De Freitas D, Maublant J Détermination par TEP-TDM au 18FDG du statut ganglionnaire dans les cancers du col utérin - Intérêt de la mesure du SUV de la tumeur primitive Médecine Nucléaire 2008;32:332-338. - Metser U, Lerman H, Blank A, Lievshitz G, Bokstein F, Even-Sapir E Malignant involvement of the spine: assessment by 18F-FDG PET/CT J Nucl Med 2004;45:279-284. - Mettler FA, Guiberteau MJ Chapter 11: Skeletal system Essentials of Nuclear Medicine Imaging - Third Edition W B Saunders company 1991;209-236. - Modic M T, Steinberg P M, Ross J S, Masaryk T J, Carter J R Degenerative disk disease: assessment of changes in vertebral body marrow with MR Imaging Radiology 1988;166:193-199. - Moretti JL, Weinmann, Tamgac F, Rigo P Imagerie fonctionelle par positons en oncologie nucléaire Collection oncologie pratique Spinger-Verlag France, 2004. - ONCOMIP Référentiel Urologie (Août 2011) Réseau Régional de Cancérologie de Midi-Pyrénées. - Ouboukdir R, Ghfir I, Ben Raïs N Place de la scintigraphie osseuse à l'HMDP-99mTc dans le bilan d'extension des cancers bronchopulmonaires - A propos de 136 cas Médecine Nucléaire 2011;35:219-223. - Paycha F, Richard B Exploration scintigraphique du squelette Encycl Méd Chir (Editions Scientifiques et Médicales Elsevier SAS, Paris) Radiodiagnostic - Squelette normal, 30-480-A-10,2001,37p. - Paycha F, Girma A, Granier P Démarche séméiologique en TEMP/TDM osseuse. Une approche diagnostique intégrée de l'imagerie hybride Médecine Nucléaire 2010;34:490-511. - Pointillart V, Fabre T, Palussière J Métastases osseuses Encycl Méd Chir (Editions Scientifiques et Médicales Elsevier SAS, Paris), Appareil locomoteur, 14-798,2003,9p. - Proust C, Proust J, Maubon A Imagerie des métastases osseuses Médecine Nucléaire 2006;30:149-154. - Raileanu I, Grahek D, Montravers F, Kerrou K, Aide F, Younsi N, Talbot JN Comparaison de la tomographie par émission de positons au [18]-fluorodésoxyglucose et de la scintigraphie du squelette aux bisphosphonates technétiés pour la détection des métastases osseuses dans le cancer du sein Médecine NUcléaire 2004;28:297-303. - Reinartz P, Schaffeldt J, Sabri O, Zimny M, Nowak B, Ostwald E, Cremerius U, Buell U Benign versus malignant osseous lesions in the lumbar vertebrae: differentiation by means of bone SPET Eur J Nucl Med 2000;27:721-726. - Rigo P Applications cliniques du MORPHO-TEMP: Avantages et limites Médecine Nucléaire 2006;9:607-612. - Roach P J, Schembri G P, Ho Shon I A, Bailey E A, Bailey D L SPECT/CT imaging using a spiral CT scanner for anatomical localization: impact on diagnostic accuracy and reporter confidence in clinical practice Nucl Med Commun 2006;27:977-987. - Romer W, Nomayr A, Uder M, Bautz W, Kuwert T SPECT-guided CT for evaluating foci of increased bone metabolism classified as indeterminate on SPECT in cancer patients J Nucl Med 2006;47:1102-1106. - Rousseau C, Campone M, Cussac A, Meignan P, Resche I, Fumoleau P, Chatal JF Scintigraphie osseuse négative et métastases ostéocondensantes dans le cancer du sein Médecine Nucléaire 2001;25:167-170. - Sarikaya I, Sarikaya A, Holder L E The role of single photon emission computed tomography in bone imaging Semin Nucl Med 2001;31:3-16. - Savelli G, Maffioli L, Maccauro M, De Deckere E, Bombardieri E Bone scintigraphy and the added value of SPECT (single photon emission tomography) in detecting skeletal lesions Q J Nucl Med 2001;45:27-37. - Schillaci O Hybrid SPECT/CT: a new era for SPECT imaging? Eur J Nucl Med Mol Imaging 2005;32:521-524. - Schillaci O, Danieli R, Manni C, Simonetti G Is SPECT/CT with a hybrid camera useful to improve scintigraphic imaging interpretation? Sem Nucl Med 2004;25:705-710. - Schirrmeister H, Glatting G, Hetzel J, Nüssle K, Arslandemir C, Buck A K, Dziuk K, Gabelmann A, Reske S N, Hetzel M Prospective evaluation of the clinical value of planar bone scans, SPECT, and 18F-labeled NaF PET in newly diagnosed lung cancer J Nucl Med 2001;42:1800-1804. - Schmitz A, Risse JH, Textor J, Zander D, Biersack HJ, Schmitt O, Palmedo H FDG-PET findings of vertebral compression fractures in osteoporosis: preliminary results Osteoporosis Int 2002;13:755-761. - Siegler B. A., Kirchner P. T Nuclear Medicine: Self-Study Program I Society of Nuclear Medicine 1988. - Simon E, Marret H, Barillot I, Bougnoux A, Hajjaji N, Body G Faut-il réaliser une scintigraphie osseuse dans le bilan d'extension des cancers du sein de petite taille? Gynécologie Obstétrique et Fertilité 2009;37:91-94. - Slosman D O, Martin J B, Willi J P La tomography d'émission monophotonique couplée à la tomodensitométrie: applications en pathologie osseuse Médecine Nucléaire 2006;30:301-308. - Teyton P, Metges JP, Jestin-Le Tallec V, Lozac'h P, Volant A, Visviki D, Cheze-Le Rest C Valeur pronostique de la TEP au FDG dans le bilan initial du cancer de l'њsophage Médecine Nucléire 2008;32:323-331. - Thivolle P, Mathieu L, Mathieu P, Raynal M, Bouyoucef S E, Damideaux J, Vignon E, Berger M Significance of solitary spine abnormalities on technetium-99m bone imaging Clin Nucl Med 1988;13:527-528. - Tumeh SS, Beadle G, Kaplan WD Clinical significance of solitary rib lesions in patients with extraskeletal malignancy J Nucl Med 1985;26:1140-1143. - Utsunomiya D, Shiraishi S, Imuta M, Tomiguchi S, Kawanaka K, Morishita S, Awai K, Yamashita Y Added value of SPECT/CT fusion in assessing suspected bone metastasis: comparison with scintigraphy alone and nonfused scintigraphy and CT Radiology 2006;238:264-271) - Zerdoud S, Dierickx L, Benlyazid A, Sarini J, Caselles O, Dahimene S, Brillouet S, Caron P, Bastié D, Courbon F Le morphoTEP au FDG est un examen utile dans les cancers différenciés de la thyroïde avec élévation des anticorps antithyroglobuline Médecine Nucléaire 2008;32:463-472.