boisson qui fait perdre du poids avec weight


Nettoyer son foie: prendre soin d’un organe multifonctions. Un esprit sain dans un corps sain, cette expression vous dit quelque chose? Vous n’avez aucune idée à quel point votre hygiène de vie peut affecter votre santé et votre mental. En effet, l’affaiblissement de certains organes vitaux peut avoir de lourdes conséquences sur votre vie. Aujourd’hui, dans notre article, nous allons vous apprendre comment prendre soin de l’organe aux fonctions multiples qu’est votre foie. Au fil de votre lecture, vous en saurez plus sur le fonctionnement et le rôle du foie, le nettoyage du foie, et enfin comment faire pour détoxifier le foie naturellement. 1. Ce que vous devez savoir sur le foie. Au cas ou vous ne la saurez pas encore, le rôle principal du foie est le filtrage du sang, il aide à nous débarrasser des globules rouges qui ne sont plus fonctionnels, il élimine les toxines de notre corps, et fabrique ce qu’on appelle la bile, qui nous permet de digérer la graisse. Le foie possède trois fonctions métaboliques principales qui sont: Le métabolisme des glucides. Le métabolisme des protéines. Le métabolisme des lipides. Parfois, une mauvaise alimentation, la cigarette, ou encore, après les fêtes, les fonctions du foie peuvent être quelque peu altérées, et là, place aux kilos en trop, aux maux de têtes, au ballonnement et aux sensations très désagréables de fatigue et de stress. Vous verrez dans la suite de l’article comment remédier à ce problème, et surtout comment purifier votre organisme. 2. Les aliments à favoriser pour détoxifier votre foie naturellement. Pour détoxifier le foie, pas besoin d’aller consulter un médecin, ou prendre des médicaments, bien qu’il en existe beaucoup. En ce qui nous concerne, nous favorisons une bonne hygiène alimentaire à la prise de médicaments. Il existe beaucoup d’aliments qui peuvent vous aider à protéger votre foie, on en cite quelques uns: Le thé vert: aide à évacuer efficacement les toxines et la graisse accumulés à l’intérieur du foie. Le citron: les vertus du citron sont multiples, en ce qui concerne le foie, il accélère la production de la bile pour une meilleure digestion de la graisse d’une part, et élimine les toxines d’une autre part. Le pamplemousse: sa richesse en antioxydants aide à éliminer efficacement et rapidement les toxines du foie. L’avocat: Ce fruit a des bienfaits redoutables, il aide le corps à produire du glutathion qui est un élément important dans l’élimination des toxines du foie. La pomme: la pomme est la meilleure amie de tous ceux qui sont adeptes des régimes, et font attention à leur fitness, mais savez-vous en quoi la pomme favorise une bonne santé du foie? Les pectines présentes dans celle-ci participent considérablement au processus d’élimination des toxines. Bien sur, notre liste reste exhaustive, et il existe bien d’autres aliments qui favorisent une meilleure digestion et une purification du foie. Vous connaissez l’histoire des trois fruits et légumes par jour? Et bien, si vous souhaitez protéger votre foie efficacement, on vous recommande de privilégier tout ce qui est bio, dont les fruits et légumes. 3. Quelques remèdes de grand-mères pour purifier le foie. Pour nettoyer efficacement son foie, rien de mieux que d’avoir recours aux recettes de génie de nos grand-mère. Et oui, à croire que celles-ci avaient réponse à tout. Sans plus attendre, voici deux recettes détox pour le foie: Le jus détox aux épinards, au citron et au gingembre: Les épinards sont riches en fibres et en antioxydants, ce qui permet d’éliminer considérablement les toxines, quant au gingembre, il assure une excellente digestion. Pour préparer ce jus, vous aurez besoin de mélanger: 2 tasses d’eau 2 tasse d’épinards. 1 citron 1 cuillère de gingembre. Le jus détox au curcuma. Les propriétés anti-inflammatoires du curcuma ont des effets incroyables sur le digestion. Pour préparer ce jus, vous devez utiliser les éléments suivants: ½ cuillère de curcuma en poudre Jus d’un demi citron ½ tasse d’eau 1 cuillère de miel. Voilà, nous avons fait le tour du sujet, on revient bientôt avec de nouveaux articles. Restez connecté.

conseil pour perdre du ventre femme

Foie et peau. Il existe peu de champs de la connaissance médicale où les données académiques sont à ce point différentes des idées qui prévalent dans la population générale, et donc dans les lieux physiques ou virtuels où prospèrent ceux qui font profession de vivre d’idées fausses, parfois en toute bonne foi… La cause de ce malentendu est peut être la manifestation clinique la plus connue, et la plus visible, d’un « problème de foie », je veux parler de l’ ictère, connu sous le nom de jaunisse dans le langage courant. Ce terme traduit la couleur jaune de la peau, liée à l’excès dans le sang, et partant dans tous les tissus dont la peau, d’un constituant majeur de la bile, la bilirubine. Cette augmentation dans le sang et dans la peau de la quantité de bilirubine est retrouvée dans un grand nombre de maladie du foie. C’est peut être cette manifestation fréquente d’un dysfonctionnement hépatique, par son caractère très visible, qui explique une croyance répandue, que l’on pourrait énoncer ainsi: « ma peau est malade car mon foie ne fonctionne pas, (ou est engorgé, ou encore paresseux) ». L’idée (fausse!!) étant que cet « engorgement du foie » s’accompagnerait d’une nécessité pour la peau de prendre le relais, en temps qu’organe de nettoyage, pour l’évacuation d’impuretés, les manifestations cutanées visibles étant la conséquence de ce déplorable état de fait… Cette explication est souvent invoquée devant une acné, des rougeurs diverses, un teint brouillé… Toujours est il que cette hasardeuse association d’idée foie-peau permet de proposer toute une gamme de produits, allant de régimes dits dépuratifs à divers élixirs de Jouvence, volontiers à base de plante, dont la caractéristique générale est d’être totalement inefficaces, ce qui au demeurant n’a pas beaucoup d’importance car ils sont censés traiter une maladie qui n’existe pas!! L’approche médicale est plus rébarbative, et moins spectaculaire: Les fonctions du foie. La fonction de synthèse: le foie irrigué par le sang issu de la vascularisation intestinale, est en première ligne pour prendre en charge les différentes substances, issues du passage à travers la paroi intestinale des aliment digérés. Ces substances sont rarement utilisables sous leur forme initiale par l’organisme et une étape de transformation dans le foie est le plus souvent nécessaire afin qu’elles soient intégrées à l’organisme. La fonction d’élimination: le foie, un peu comme le rein, est susceptible de capter dans le sang des produits issu du métabolisme (fonctionnement) de l’organisme et, souvent après les avoir transformés, les éliminer dans la bile puis dans les intestins. C’est l’exemple de la bilirubine. Ces deux fonctions principales permettent de comprendre le caractère vital du fonctionnement hépatique, puisqu’en son absence un décès rapide survient tant par insuffisance de production des protéines nécessaires à la vie que par défaut d’évacuation des toxines. En France les causes de maladies du foie les plus fréquentes sont l’alcool pour l’essentiel (elle explique encore 70% des cirrhoses), les autres causes fréquentes sont l’hépatite C (1% population générale), l’hépatite B (0.7 %), les maladies génétiques (hémochromatose primitive 0.4%). Il faut faire une place à part pour signaler l’émergence rapide, presque explosive, des maladies du foie liées au surpoids (30% de la population générale) et à l’obésité (10%). Il est à craindre que dans les années à venir ces maladies soient les plus fréquentes des maladies du foie. C’est bien sur en rapport avec ces causes fréquentes qu’il faut considérer les manifestations cutanées éventuellement associées. Manifestations cutanées de maladies hépatiques: LE PRURIT: les causes hépatiques d’ictères, qu’il s’agisse d’une insuffisance de fonctionnement hépatique (hépatite aigué grave ou cirrhose), d’un défaut d’évacuation de la bile (obstacle sur les voies biliaires, calcul ou autre), peuvent s’accompagner de démangeaisons, parfois très sévères, sans lésions visibles sur la peau, liées probablement à la présence de sels biliaires dans la peau. Ces démangeaisons peuvent survenir avant la coloration cutanée et sont très facilement rapportées à leur cause hépatique par une prise de sang. LES ANGIOMES STELLAIRES: la présence en grand nombre de ces malformations vasculaires siégeant dans la peau, et se caractérisant par la présence d’un peloton de petits vaisseaux rouges issus d’une zone centrale, est volontiers retrouvée dans les cas de cirrhose. Ils existent bien évidemment en dehors de toute maladie du foie et n’ont, isolément, aucun caractère spécifique. LES MANIFESTATIONS CUTANEES DES HEPATITES VIRALES: Elles peuvent précéder les signes en rapport avec l’atteinte du foie, il peut s’agir d’une éruption liée à la phase initiale d’une hépatite aigué B (urticaire). Dans l’hépatite chronique C il peut s’agir d’une urticaire, de phénomène de Raynaud (décoloration des doigts, souvent douloureuse, en rapport avec un défaut d’apport sanguin à ce niveau), de démangeaison en cas de lichen plan (papules violacées, sur la peau, lésions blanchâtres en dentelles dans la bouche) souvent associé aux hépatites chroniques C. D’autres symptômes existent, ils sont exceptionnels. LE FAUX BRONZAGE DE L’HEMOCHROMATOSE: cette maladie génétique, entraînant une surcharge en fer dans tout l’organisme, peut être responsable d’une maladie du foie, pouvant aller jusqu’à la cirrhose, le dépôt de fer et les dépôts mélaniques dans la peau entraînent une coloration brune grisâtre sur les zones découvertes mais également les organes génitaux et les cicatrices. L’ancien nom de diabète bronzé est en rapport avec cette particularité et la fréquente association au diabète. LA PORPHYRIE CUTANEE TARDIVE: il s’agit d’une maladie se manifestant par une fragilité cutanée, des bulles sur la peau, aboutissant à des décollements de la peau, les lésions prédominent sur les zones exposées au soleil. Cette maladie est souvent associée à des perturbations du fonctionnement du foie, ces perturbations peuvent être liées à une consommation excessive d’alcool, à une surcharge en fer ou à une hépatite virale (hépatite C). D’UNE MANIERE GENERALE: beaucoup de maladies qui touchent l’organisme dans son entier s’accompagnent évidemment de signes au niveau de la peau et du foie, ce sont des maladies rares. Manifestations hépatiques des traitements antiviraux: L’essentiel du problème est en rapport avec l’usage de la Ribavirine dans le traitement des hépatites chroniques C, a minima il s’agit d’une sécheresse cutanée, utilement combattue par des produits hydratants, il s’agit parfois d’un prurit qui peut être très gênant, d’autre complications rares peuvent survenir. Manifestations hépatiques des traitements dermatologiques: Dans le traitement de l’acné, la prise d’ isotrétinoïne (plus connue sous le nom de Roaccutane), de même que celle de certains antibiotiques, peut entraîner une discrète inflammation hépatique, sans gravité le plus souvent. Elle doit être dépistée et surveillée (par des prises de sang régulières) en raison de cas d’authentiques hépatites, liées au médicament, et qui nécessitent l’arrêt du traitement. De même, la prise orale de terbinafine (Lamisil) pour certaines mycoses cutanées ou onychomycoses, doit être accompagnée d’une surveillance des tests biologiques hépatiques. Malgré le caractère spectaculaire de cette « jaunisse » qui expose, sur la peau, la manifestation évidente du dysfonctionnement d’un invisible et mystérieux viscère, on voit bien que rechercher dans une maladie du foie l’explication à un problème cutané ne sera que rarement couronné de succès! Pourtant le foie et la peau ont en commun une particularité: la grande majorité des troubles graves qui les affectent sont en rapport avec des facteurs de risques liés au mode de vie: le soleil pour la peau, l’alimentation et l’alcool pour le foie. C’est l’usage harmonieux/parcimonieux de ces plaisirs qui, finalement, sera le meilleur protecteur de nos cellules, hépatiques ou cutanées!

quel boisson boire pour maigrir le ventre

Comprendre et soulager les hémorroides. Les hémorroïdes sont une maladie assez commune, qui toucherait environ un adulte sur 3. Ils viennent en général assez tardivement, mais il se peut qu’ils apparaissent en début de vie adulte. Les hémorroïdes sont en fait des capilaires présents en régions anales qui aident à retenir les gaz et les selles. Les hémorroïdes sont des veines gonflées qui apparaissent dans l’anus ou le rectum. Les veines de la région anale se dilatent quelque peu au moment de la défécation, c’est tout a fait naturel. En revanche, à l’inverse des veines normales, les hémorroïdes demeurent gonflées constamment. Après 50 ans, on compte 1 adulte sur 2 atteint d’hémorroïdes. Les premières causes sont la constipation, la grossesse et la perte de tonus des tissus avec l’âge. En ce qui concerne les femmes enceintes, les symptômes d’hémorroïdes s’effacent naturellement dès lors que l’accouchement a eu lieu. Les symptômes sont rares et il est facile de les reconnaitre: picotements près de l’anus, un désagrément lorsque l’on est assis ainsi que des saignements lorsqu’on va à la selle. De manière générale, une crise d’hémorroïdes ne subsiste pas plus de quelques jours, puis les symptômes se résorbent. La grande majorité des personnes souffrant d’hémorroïdes arrivent à apaiser leurs douleurs avec des soins maison voire même des médicaments trouvables en vente libre. Cependant, il est possible que des hémorroïdes engendrent des douleurs permanentes ou une gène quasiment constante. Il est envisageable, dans ces cas, d’être soumis à un traitement médical. Hémorroides internes et Hémorroides externes: On différencie 2 sortes d’hémorroïdes: * Les hémorroïdes internes se créent dans l’anus ou la partie inférieure du rectum. Elles forment une petite excroissance. On les distingue et classe selon leur stade d’évolution. Si aucune mesure n’est prise pour en arrêter l’évolution, elles progressent d’un degré à l’autre. 1er degré: l’hémorroïde réside à l’intérieur de l’anus. 2ème degré: l’hémorroïde sort de l’anus au moment de la défécation, puis revient en position habituelle après. 3ème degré: il faut replacer l’hémorroïde manuellement après la défécation. 4ème degré: il n’est pas possible de la replacer. * Les hémorroïdes externes se manifestent sous la peau à l’orifice de l’anus. Elles causent parfois une enflure dans la région. Elles sont plus douloureuses que les hémorroïdes internes, car elles ont plus de fibres nerveuses sensitives. Il y a un risque plus important de formation d’un caillot de sang dans une veine dilatée pour les hémorroïdes internes. Pour en savoir plus: Anatomie et généralités des hémorroides. Les hémorroïdes touchent des millions de personnes, mais très peu savent réellement de quoi il s'agit. En effet, ce sujet est encore assez tabou. Voici ce que vous devez savoir sur les hémorroïdes. Anatomie Les hémorroïdes externes qui se trouvent à l’extérieur de l’anus sont… Plus d’explications sur les hémorroides. Les hémorroïdes sont à l'origine des veines qui se trouvent dans les parties basses du rectum et de l'anus. Elles se gonflent en raison d'une pression accrue, qui est généralement due à un effort pendant les selles ou pendant la grossesse car l'utérus élargi augmente la pression. Les… Comment se forment les hémorroides? Bien que les hémorroïdes arrivent à tout le monde, certains deviennent de gros problèmes pour 4% de la population générale. Les hémorroïdes devenant problématiques apparaissent aussi bien chez les hommes que les femmes, et leurs pics de prévalence se situe entre 45 et 65 ans. Anatomie… Complications possibles. Lorsque le désagrément ou la légère douleur se transforme en intense douleur, il s’agit du signe qu’un caillot de sang s’est formé dans une hémorroïde. On parle alors d’une thrombose hémorroïdaire, douloureuse, mais sans danger. Après 1 ou 2 semaines, les symptomes devraient disparaître, à l’aide d’analgésiques et de laxatifs émollients, qui ramollissent les selles. Une fois le caillot résorbé, il est possible qu’une enflure se forme (non douloureuse) à l’anus, que l’on nomme marisque Exceptionnellement, une ulcération (plaie qui tend à s’étendre) peut apparaître. Il peut aussi arriver qu’une perte de sang importante cause de l’anémie. Quand consulter? Il est recommandé de consulter un professionnel de la santé au plus vite en cas de saignement anal, même s’il reste faible. Ce symptôme peut être le signe d’un autre genre d’affection anale ou d’un problème de santé plus grave. Symptômes des hémorroïdes. Lorsque l’on est atteint par les hémorroïdes, il est assez facile de l’identifier car les principaux symptomes se reconnaissent très simplement. Ils ont diverses causes, comme une mauvaise alimentation, votre foie qui fonctionne mal…etc. Les douleurs peuvent devenir vraiment aiguës, et si vous ressentez les symptomes suivants c’est peut-etre que vous devriez prêter attention à votre corps, pour voir ce qui ne fonctionne pas correctement. Impression de brûlure, de picotement ou d’inconfort dans la région anale. Saignement et légère douleur à la défécation. Sensation d’enflure de l’intérieur du rectum. Suintement de mucus par l’anus. Sortie par l’anus de proéminence sensibles (dans les cas les plus graves). Pour en savoir plus: Hémorroides: symptomes, quels sont-ils? Vous pensez avoir les symptomes des hémorroides? Souvent, on n'ose pas parler de ce sujet tabou à nos proches, ni même à notre médecin. Voici donc un article détaillé qui vous aidera à déterminer si vous présentez les symptômes d'une crise hémorroidaire. Les symptomes des… Comment diagnostiquer les hémorroïdes? Les hémorroïdes sont encore un sujet tabou en France. Tout le monde sait à peu près ce que c'est. mais en fait très peu de gens savent quels en sont les vrais symptômes. Comment savoir si on a des hémorroïdes? Explications: Quels sont les symptômes? Le plus courant est le… Anatomie et généralités des hémorroides. Les hémorroïdes touchent des millions de personnes, mais très peu savent réellement de quoi il s'agit. En effet, ce sujet est encore assez tabou. Voici ce que vous devez savoir sur les hémorroïdes. Anatomie Les hémorroïdes externes qui se trouvent à l’extérieur de l’anus sont… Hémorroïdes chez les hommes. Les hémorroïdes peuvent aussi bien se déclarer chez les hommes que chez les femmes. Ainsi, cette maladie ne touche presque pas plus les femmes que les hommes. Certes, la grossesse ou les périodes menstruelles peuvent jouer dans le déclenchement de crises d’hémorroïdes. Ce que nous savons… Traitement des hémorroïdes. Il existe de nombreux moyens pour soigner les hémorroïdes. Selon le degré de manifestation chez vous, les traitements ne seront pas les mêmes. L’opération est à éviter car très douloureuse, mais elle est parfois nécessaire. N’oubliez pas les méthodes naturelles, ainsi que les moyens de prévention des hémorroides. Si vous avez des crises, soignez-vous à l’aide de pommades, d’onguents et adoptez un mode de vie sain qui prend en compte ces crises. Si cela devient trop gênant et douloureux, consultez un médecin, il se pourrait qu’une opération contre les hémorroides soit à prévoir. Nous avons écrit de nombreux articles sur le sujet, vous pouvez les consulter ci-dessous: Traitement contre les hémorroides. L’une des principales difficultés des hémorroïdes est qu’il s’agit sans conteste d’un sujet tabou dont les personnes peinent à parler autrement qu’avec un spécialiste. Et pourtant, il s’agit d’un mal qui touche une partie non négligeable de la population, tout particulièrement… La bonne position pour aller aux toilettes. Si vous êtes sur ce site c’est que vous pensez avoir (ou savez que vous êtes atteint) des hémorroïdes. C'est normal, car cette maladie très gênante touche un nombre important d’hommes et de femmes, avec une bien plus grande probabilité après vos 50 ans. Sur ce site vous découvrirez… Soigner ses hemorroides. Il est naturel de vouloir soigner ses hemorroides soi-même tellement c'est gênant d'annoncer à son médecin que l'on est atteint d'hémorroides. Il est possible de soigner ses hémorroides d'une façon naturelle, sans médicament ni opération. Soigner ses hémorroides grâce à son hygiène… 7 remèdes naturels contre les hémorroïdes. Elles nous tombent souvent dessus sans prévenir et de manière soudaine. De plus, une fois qu’elles sont installées, il est difficile de s’en débarrasser. Dès lors, soigner vos hémorroïdes demande nécessairement quelques efforts et quelques investissements de votre part, mais c’est… Quelles sont les habitudes de vie à avoir? Pour régulariser votre transit intestinal, il est conseillé de respecter autant que possible les règles d’hygiène et les habitudes de vie. Ainsi, vous pourrez limiter l'apparition des hémorroïdes, voire les faire disparaitre totalement. Médicaments Pour soulager les démangeaisons, on… Conseils et soins de base. Rester propre au niveau de la région anale: prendre un bain ou une douche tous les jours. Après la défection, se rincer délicatement avec un papier hygiénique imbibé d’eau, une serviette humide pour bébé ou un linge de coton humide. Il est préférable d’éviter les papiers hygiéniques parfumés. En cas de picotement, appliquer des compresses froides sur l’anus pendant une dizaine de minutes, plusieurs fois par jour (3 à 4). En cas de descente d’hémorroïde ou de caillot, prendre un bain de siège dans de l’eau chaude, d’environ 10 à 15 minutes, 2 ou 3 fois par jour, pour apaiser la douleur. Vous pourrez trouver dans certaines pharmacies et certains magasins spécialisés des petits bains installables sur les toilettes. Ne pas ajouter de savon dans l’eau. Sécher doucement. Utiliser des sous-vêtements en coton. Le lycra, l’acrylique et autres fibres synthétiques gênent l’évacuation de l’humidité. Tant que les hémorroïdes ne sont pas guéries, bannir une alimentation pouvant irriter les muqueuses: café (même décaféiné), alcool, et tout ce qui est fort. Éviter aussi de porter des objets lourds, car cela augmente la pression dans les veines. Si vous êtes atteint par une crise hémorroïdaire, alors vous pouvez essayer de vous soigner naturellement. Votre hygiène de vie pourrait bien vous aider à guérir des hémorroïdes, mais vous devez toujours faire attention à ce que vous faites et vous mangez, et écouter votre corps. Couplez ceci à quelques crèmes et pommades anti-hémorroides, et vous serez tranquille un bon moment. Si jamais vous continuez de saigner sur une durée supérieure à 3 jours allez consulter un professionnel de la santé.

boisson pour éliminer les graisses brunes fruit

Douleur foie. L’épaule douloureuse est parmi les motifs les plus fréquents de consultation en pratique médicale. Dans la grande majorité des cas cette douleur est liée à une souffrance périarticulaire en particulier de la coiffe des rotateurs. Mais comme les autres articulations l’épaule peut être le siège d’arthrite d’arthrose et d’autres pathologies articulaires ou osseuses. Le diagnostic et surtout les indications thérapeutiques adaptées sont l’aboutissement essentiellement d’un interogatoire et un examen clinique soigneux aidés parfois d’éléments paracliniques simples à mettre en oeuvre. En outre ces investigations doivent pouvoir préciser les autres étiologies articulaires et éliminer les causes extra-articulaires. RAPPEL ANATOMIQUE. La fonction de l’épaule résulte de l’intégration complexe des mouvements de l’articulation gléno-humérale et de 3 autres systèmes articulaires séparés qui contribuent de façon synchrone et simultanée aux mouvements. Les articulations sterno et acromio-claviculaire sont des arthrodies avec une capsule épaisse et fibreuse et avec un ménisque fibrocartilagineux intra-articulaire. . Bien que n’étant pas anatomiquement une véritable articulation l’articulation scapulo-thoracique contribue de façon importante à la mobilité de l’épaule en assurant la bascule de l’omoplate sur le gril costal. . L’articulation gléno-humérale est une articulation synoviale entre la tête humérale et la glène renforcée par un anneau fibrocartilagineux le bourrelet glénoïdien. La capsule articulaire est renforcée en avant par 2 à 3 pseudo-ligaments. Elle est large et lâche à la partie inférieure. L’essentiel de la stabilité de l’articulation est assuré par les muscles de la coiffe des rotateurs: - sous-scapulaire en avant. - sus-épineux en haut. - sous-épineux et petit rond en arrière. Ils s’insèrent à la partie proximale de l’humérus en formant une lame fibreuse difficilement séparable de la capsule articulaire sous-jacente: la coiffe des rotateurs. Au dessus de la coiffe des rotateurs mais séparée d’elle par la bourse sous-acromiale se situe l’arche constituée par l’acromion et le ligament coraco-acromial. SIGNES FONCTIONNELS. Les antécédents. traumatiques ou micro-traumatiques (sport travail bricolage…) les injections intra ou péri-articulaires les maladies rhumatismales chroniques (autre localisation articulaire) ou de type lésions d’organes (coeur vésicule biliaire etc. ). La douleur: il faut en préciser les caractéristiques. la topographie et surtout ses irradiations cervicale surtout brachiale (volontiers radiale) parfois trompeuse: fosses sous-épineuses pointe de l’omoplate sternale etc. ) le caractère mécanique ou inflammatoire et le contexte général l’intensité l’ancienneté et le mode évolutif: aigu progressif intermittent déclenché par des mouvements la prise alimentaire etc. L’impotence fonctionnelle: gêne et retentissement sur la vie quotidienne. SIGNES PHYSIQUES. L’épaule est examinée le patient debout ou assis torse nu. L’inspection: comparative des 2 côtés à la recherche: - d’une tuméfaction de l’épaule. - d’une anomalie des reliefs osseux. - d’une amyotrophie en particulier du sus ou sous épineux de fasciculations. La palpation: recherche des points douloureux. . Les mobilités actives sont étudiées: - en élévation latérale (abduction): faire écarter les 2 bras latéralement toucher les mains au-dessus de la tête et revenir à la position de départ; - en élévation antérieure (antépulsion): faire soulever les 2 bras en avant toucher les mains au-dessus de la tête et revenir à la position de départ; - en élévation antéro-externe secteur de mobilité intermédiaire entre l’abduction et l’antépulsion dans le plan de l’omoplate: c’est le secteur fonctionnellement le plus important de l’épaule. Deux autres mouvements sont également très importants pour tester la mobilité de l’épaule: - la manoeuvre " main-nuque " que l’on teste en demandant au patient de mettre la main derrière le cou aussi bas que possible (rotation externe); - la manoeuvre " main-dos " que l’on teste en demandant au patient de mettre la main derrière le dos aussi haut que possible (rotation interne). . Les mobilités passives de l’épaule doivent être testées: - en élévation latérale (globalement puis en empêchant la bascule de l’omoplate par une main fermement appuyée sur l’acromion afin de tester la scapulo-humérale: l’amplitude de l’abduction normale de la scapulo-humérale est de 90 à 120°); - en élévation antéro-externe (avec et sans fixation de l’omoplate) pour déterminer l’amplitude de mobilité et aussi pour rechercher le signe de " l’impingement " de Neer: arc douloureux habituellement entre 90° et 120° il correspond au contact douloureux entre l’arche coraco-acromiale et la coiffe des rotateurs; - en rotation externe et interne testées le coude au corps fléchi à 90° ou le bras à 90° d’abduction. Ensuite il faut tester les muscles de la coiffe des rotateurs contre résistance à la recherche d’une douleur provoquée ou d’une faiblesse. - La partie supérieure de la coiffe (sus-épineux) est testée par la manoeuvre de Jobe: bras à 90° d’abduction en rotation interne (pouce tourné vers le sol) ramené 30° en avant (dans le plan de l’omoplate) pour tester spécifiquement le sus-épineux; - la partie antérieure (long biceps et sous-scapulaire) est testée par le " Palm Up " test: bras en antépulsion de 60° et en rotation externe (paume vers le haut); - la partie postérieure (petit rond et sous-épineux) est testée par le test de Patte en rotation externe coude à 90° de flexion bras en abduction à 90°. Après avoir examiné l’épaule des radiographies comparatives sont le plus souvent nécessaires (face en rotation indifférente interne et externe). Bien que ne pouvant montrer directement les lésions des parties molles elles peuvent montrer une atteinte dégénérative de l’acromion ou de la tête humérale qui souvent les accompagnent. Elles peuvent aussi montrer d’authentiques anomalies articulaires parfois inattendues. Au moindre doute il peut être utile de s’assurer de l’absence de signes biologiques d’inflammation (VS CRP). Dans des cas particuliers d’autres examens d’imagerie peuvent être utiles: échographie scanner ou arthroscanner et surtout IRM. DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL. Douleur à projection scapulaire. • Angor et IDM (épaule gauche) • Colique hépatique (épaule droite) • Pancréatite aigue (épaule gauche) Syndrome de Parsonage-Turner. •Radiculonévrite inflammatoire aiguë avec amyotrophie du moignon de l’épaule et des fosses épineuses. •Antécédent récent infectieux vaccinal ou traumatique. • Nerf sus-scapulaire (douleur postérieure réveillée à la pression du bord postérieur. De l’omoplate amyotrophie des sus et sous-épineux) • Nerf grand dentelé (décollement de l’omoplate en antépulsion) • Nerf circonflexe (hypoesthésie du moignon) • Douleur reproduite par les mouvements du rachis cervical. • Paresthésies radiculaires systématisées. • Abolition du réflexe bicipital. • Hypoesthésie et/ou déficit moteur. Lésion osseuse de voisinage. • Tumeur épiphysiaire primitive. • Maladie de Paget. • Fissure de côtes ou fracture. Donc il est nécessaire de réaliser un examen du rachis cervical un examen neurologique complet et un examen général systématique. DIAGNOSTIC ETIOLOGIQUE. Dans la grande majorité des cas de douleur de l’épaule 4 tableaux cliniques élémentaires qui orientent chacun vers différents diagnostics étiologiques peuvent être identifiés: Epaule douloureuse simple. Elle représente à elle seule 80 % des motifs de consultation. Il n’y a pas de limitation des mobilités actives et passives (les mobilités actives sont parfois limitées par la douleur mais les mobilités passives bien que douloureuses ne le sont pas). Elle résulte le plus souvent d’une tendinite dégénérative de la coiffe des rotateurs à ses différents stades (si les radiographies sont normales ou ne montrent que des altérations dégénératives modérées) ou d’une tendinite calcifiante au stade chronique parfois d’une arthrose de l’articulation acromio-claviculaire. Le traitement est basé sur les antalgiques et anti-inflammatoires les infiltrations cortisoniques et la rééducation fonctionnelle. Dans les stades évolués ou réfractaires peuvent être discutés une trituration d’une calcification sous scopie ou un geste chirurgical (acromioplastie). Ce tableau peut également révéler une arthrite rhumatismale: l’épaule est souvent affectée par la polyarthrite rhumatoïde la pseudopolyarthrite rhizomélique ou les autres rhumatismes inflammatoires chroniques mais rarement de façon isolée. Il peut être aussi l’expression d’une lésion osseuse ou ostéo-cartilagineuse: ostéonécrose de la tête humérale tumeur bénigne ou maligne omarthrose chondrocalcinose… Epaule hyperalgique. Elle se caractérise par une douleur violente une limitation majeure des mouvements actifs et passifs (l’examen clinique étant souvent presque impossible de ce fait). Elle peut résulter d’une: o arthrite septique: véritable urgence médicale il faut y penser devant un syndrome infectieux et la notion de porte d’entrée (infiltration). o arthrite métabolique (chondrocalcinose) · bursite aiguë secondaire à une tendinite calcifiante (les calcifications tendineuses doivent alors être vues sur les radiographies). · algodystrophie parfois dans le cadre d’un syndrome épaule-main. Il y a une limitation marquée des mobilités actives sans limitation des mobilités passives. Elle résulte d’une rupture importante de la coiffe des rotateurs si l’examen neurologique est normal (sinon il s’agit d’une épaule paralytique). Epaule gelée. Il existe une limitation franche des mobilités actives et passives. Elle résulte le plus souvent d’une capsulite rétractile (si les radiographies sont normales) mais peut aussi résulter de toute autre arthropathie de l’épaule. Le diagnostic de capsulite impose un bilan étiologique (diabète insuffisance coronarienne cancer pulmonaire causes neurologiques ou médicamenteuses…) Epaule instable. L’examen met en évidence un ressaut à la mobilisation de la gléno-humérale. Elle est en rapport le plus souvent avec une atteinte du bourrelet glénoïdien. Références. Les photos des tests de l'épaule sont extraites du livre: Test et examen clinique en pathologie sportive par J. de Lecluse (édition Masson 1997)

masse graisseuse

Ulcères Estomac et Foie malade: quelles huiles essentielles? Bonjour à toute l'Equipe! Alors suite à mes problemes de foie, diagnostique également d'Ulcère Estomac.👷 j'ai fait mes recherches, etc. beaucoup de fausses informations circulent et je demande à la petite équipe et aux erudis en hE de m'éclairer. on dit que l'Ulcere est dit à la bacterie Helicobacter.. ok, jusque la, je suis daccord. maintenant, beaucoup d'huiles essentielles démontrent la plus grande activité sur cette bactérie: l’HE de graine de carotte, le girofle,carottes, le pamplemousse et la lemongrass. dans d'autres sources, il est indiqué" l'huile essentielle d'Origan. Un peu perdu et ne voulant pas faire n'importe quoi avec ce foie malade et cette ulcère, que me conseillez vous? chose certaine, c'est que. Les composants chimiques (contenus dans les huiles essentielles) les plus actifs contre l’H. Pylori sont les alcools phénoliques comme le carvacrol et l’isoeugenol.Donc me faut avec votre aide trouver les Bonnes HE comprenant ceux ci. merci beaucoup. Articles liés à ce sujet: et je viens également de trouver que la chimie qui se rapproche le plus de celle des huiles typiquement inhibitrices de l’hélicobactère: la menthe poivrée, mentha piperita. donc franchement, je suis perdu 👀 merci de vos lumières 💪 - HE de myrrhe amère 2 ml serait elle anti-inflammatoire majeure et cicatrisante de la muqueus) - HE de laurier noble anti-nécrosante et antibiotique. vous voyez, il y a de quoi faire, une vraie potion 🙊 mais faut me faire un choix! au plaisir de lire vos conseils 💪 Il est dit un peu partout que l'huile essentielle d'Origan était excellent pour les Ulcères d'estomac pour ERADIQUER cette bacterie, et d'un coup, je tombe sur ce constat d'un grans site d'aromathérapie, qui fausse toutes mes croyances! - L'Huile essentielle d'Origan est contre indiquée en présence de troubles gastriques (brûlures, ulcères, reflux gastro-oesophagiens). La durée du traitement ne doit pas excéder 5 à 7 jours. Elle est contre-indiquée en cas d’insuffisance hépatique. et moi, qu'est ce que je viens de faire, ce midi, je viens de prendre de l"huile essentielle d'origan! mais mince. franchement, que croire, qui croire, que faire sans mettre en danger deja un organisme affaibli?🙈🙊🙉 Cela fait beaucoup d'informations, et on peut trouver de tout sur internet, donc après quelques recherches, permettez moi de vous éclairer! Quand vous disiez que "les composants chimiques (contenus dans les huiles essentielles) les plus actifs contre l’ H. pylori sont les alcools phénoliques comme le carvacrol et l’isoeugenol", c'est vrai. En effet, ces molécules sont des phénols, et ce sont les phénols qui possèdent l'activité antibactérienne la plus puissante! Des études l'ont pouvé, les phénols agissent large et puissamment, et tuent bon nombre de bactéries. Après, chaque bactérie est sensible différement aux molécules contenues dans les huiles essentielles, et j'ai eu du mal à trouver des références sérieuses concernant les huiles essentielles efficaces sur Helicobacter pylori. Quelques études ont été publiées, mais assez récente et donc l'information est encore peu accessible, d'autant que les recherches sont toujours en cours. Globalement, l'Origan vert revient fréquemment pour son efficacité dans les ulcères gastriques liés à H.pylori (et je vous invite à bien être sûr que le votre est causé par cette bactérie), et il peut s'utiliser en ingestion sur avis médical. Etant riche en carvacrol, il semble très puissant et efficace afin d'éradiquer cette bactérie, mais il est hépatotoxique, et donc comme votre foie est malade, vous ne pouvez pas l'utiliser. Le problème est que ces huiles à phénols sont hépatotoxiques, donc même si ce sont elles les plus effiaces, elles sont à utiliser avec précautions en cas de problème hépatique. Clairement, je vous déconseille de les utiliser pures, mais avec une huile essentielle hépatoprotectrice telle que le Citron, cela peut être envisageable, et je vous invite à demander conseil à un professionnel de santé. Par ailleurs, des études in vitro ont en effet montré que la Menthe Poivrée semble efficace contre H.pylori, mais il y a peu de recul. Elle pourra favoriser votre confort digestif et agir contre la bactérie incriminée, mais veillez à ne pas l'utiliser à des doses trop fortes et sur une trop longue durée. Voilà, j'espère que ces quelques informations complémentaires vous éclaireront, mais, je préfère me répeter en vous conseillant d'en parler à un professionnel de santé qui sera plus apte à vous orienter en connaissance de votre contexte pathologique.

Douleur foie.