recette pour maigrir en une semaine deux mondes


Facebook. Heal Your Pain for Good! The Permanent Pain Cure helps people to become more independent about managing pain, including cutting down drugs which don't help and… Stay well Stay Strong Your Parcel delivery is guaranteed # permanentpaincu re --------------- ------------ Restez bien Rester fort Votre livraison de colis est… Heal Your Pain for Good! The Permanent Pain Cure helps people to become more independent about managing pain, including cutting down drugs which don't help and… Guéris ta douleur pour de bon! Le remède permanent contre la douleur aide les gens à devenir plus autonomes dans la gestion de la douleur, notamment en… The Permanent Pain Cure (For United States and Canada only) We sell and supply Natural Permanent Pain Cure to Heal Your body from; Full Body Pain, Nighttime…

maigrir a la maison rapidement possible left

Douleur foie. Inconfort ou douleur à vélo. Vous souffrez d'un problème d'inconfort ou de douleur à vélo? Consultez le tableau suivant, qui pourra vous aider à cibler et solutionner le problème:

chirurgie pour maigrir le

Douleur foie. 2 MALADIE PSYCHOSOMATIQUE ET STRESS EMOTIONNEL. 2.1 Médecine Psychosomatique Définition: Etude des perturbations psychiques d’ordre affectif et des troubles viscéraux qui en constituent la manifestation corporelle; également du retentissement psychique des altérations organiques (somatiques).Garnier Delamare 1999. Somatisation: conversion de troubles psychiques en symptômes fonctionnels corporels. L’hypothèse de base de la médecine psychosomatique est l’unité fonctionnelle soma-psyché. Ceci ne résout cependant pas les difficultés découlant de la pluralité de méthodes entraînant une multiplicité d’hypothèses. Le terme psychosomatique désigne des affections, de pathologie générale, relevant en partie ou en totalité de facteurs psychologiques, conscients ou le plus souvent, inconscients. Ces affections sont une conséquence du stress* émotionnel, dont les mécanismes neuro-hormonaux commencent à être entrevus. 2.2 Stress psychique et maladies psychosomatiques 2.2.1 Stress psychique: Le terme psycho-émotionnel semble mieux convenir car le psychisme dans sa fonction intellectuelle ou dans son raisonnement et son discours n'est guère générateur de stress. En revanche, l'affectivité dans ses contenus et ses débordements émotionnels a une dynamique à retentissement organique par le déclenchement de divers mécanismes neuro-hormonaux et immunitaires. Pour Laborit, le stress est dû à l'inhibition de l'action et on parlera plus volontiers de maladie de l'inhibition comportementale ou comportementalo-organique que de maladie psychosomatique. « L’événement psychologique serait une cause de l’affection organique alors que nous ne pouvons le concevoir maintenant lui-même que comme une réponse à une relation entre l’homme, chargé de ses “histoires” biologiques, et son milieu. Le poids de la mémoire, processus organique, biochimique, y est prépondérant et nous savons qu’elle constitue la substance même de ces émotions*. « Or, ce sont celles-ci qui s’apparient avec les réactions physiologiques dont elles sont l’expression plutôt que la cause, réactions à une situation événementielle. » 2.2.2 Prévalence de l'émotion Il y a chez les individus un véritable clivage selon la dominante de l'émotion ou du rationnel. On magnifie l'esprit cartésien mais l'homme est très accessoirement cartésien. Le dynamisme de l’émotion pulvérise la logique. Mais l'émotion dans la profondeur de ses retentissements organiques risque de conduire l'homme à la mort à travers la diversité des bouleversements psychosomatiques. L'émotion peut être seule en cause ou combinée à des facteurs prédisposants: elle joue alors le rôle d'élément déclenchant. C'est l'exemple de Trousseau faisant une crise d'asthme en surprenant son serviteur en train de dérober l'avoine de son cheval. 2.2.3 Choix de la cible organique Pourquoi l'impact de l'émotion est-il différent selon les individus, dans le choix de la cible organique? Selye invoque l'exemple de la chaîne dont le maillon le plus faible cédera le premier. Pour lui «les maladies à stress les plus courantes sont: l'ulcère gastro-duodénal, l'hypertension artérielle, les troubles du rythme cardiaque, les maladies coronaires, les dépressions nerveuses, mais aussi les maladies de la peau et les migraines» ainsi que la réaction du tissu conjonctif. Dans l'ulcère duodénal, le rôle d'un agent infectieux, helicobacter pylori, a été récemment démontré. Mais la maladie psychosomatique, maladie à stress, peut s'exprimer dans tous les appareils. Une revue ne peut être que partielle, sommaire; elle suggère pourtant l'ampleur du mécanisme psychosomatique, peut-être son universalité. 2.3 Le stress permanent. Selon Loo P. et Loo H le stress émotionnel peut être conscient; souvent, il est inconscient et plus nocif peut-être, car méconnu et durable. Comme le disait Selye, avec humour, il a été longtemps inconcevable que la présence d'une belle-mère mal tolérée puisse induire une colite spasmodique ou des manifestations allergiques cutanées. La médecine a été réticente à admettre les mécanismes psychosomatiques, tellement conditionnée par le dualisme cartésien (le corps et l'âme sans dépendance réciproque) et focalisée sur les grandes découvertes de Pasteur. Le rapport dominant-dominé, objet de tant d'études modernes chez l'animal, a un retentissement biologique important, dont l'extrapolation à l'homme n'a rien d'audacieux. Le stress modifie le terrain, effondre les défenses immunitaires, accumule des réserves de combat inutilisables dans la vie moderne et par là, nocives à l'organisme. Le stress émotionnel a les mêmes effets que le stress physique, toxique, infectieux avec de plus la permanence, car la mémoire affective du système limbique en perpétue le potentiel. Le stress psycho-émotionnel est souvent un stress chronique. Ce n'est pas toujours un événement qui bouleverse, intense et soudain, mais souvent une situation stable, paisible d'apparence mais à contenu contraignant (exemple de Selye: vivre avec une personne que l'on n'aime pas). Parfois, ce sont des situations où le «moi» se sent dévalorisé ou considère sa fonction comme dévalorisante (par exemple un infarctus dans un groupe d'ingénieurs astreints à une tâche sans prestige). La qualité de l'émotion n'est pas seule en cause. Souvent, la soudaineté ou l'intensité peuvent être stressantes même pour une émotion heureuse. Par exemple, la mort soudaine d'un maire apprenant sa réélection. La notion de stress émotionnel est perçue du grand public tout en demeurant pour lui obscure car le stress reste, malgré les progrès de la biologie, difficile à appréhender dans la complexité de sa stratification: facteurs génétiques, acquis, actuels, réponse hormonale, réaction du système nerveux, etc. 2.4 Psychose, névrose, maladie psychosomatique Elles ont en commun la mise en cause, réelle ou imaginaire, de l'intégrité organique. Dans la psychose (affection mentale avec une atteinte globale de la personnalité par le processus pathologique), les thèmes hypocondriaques expriment un « vécu délirant » ayant pour objet le corps altéré ou transformé. Elle ne présente cependant pas d'atteinte organique contrairement à la névrose et aux atteintes psychosomatiques. La névrose(affection nerveuse très répandue, liée à la vie psychique mais sans altération de la personnalité et s’accompagnent d’une conscience pénible et le plus souvent excessive de l’état morbide), dont l'expression peut être organique, comporte des troubles fonctionnels. Ils sont allégués, mis en avant pour servir d’excuse, dans les états névrotiques (mal de tête, mal au dos, spasmes, palpitations, fatigue, etc..), ou apparents dans la conversion hystérique (paralysie, contractures, aphonie, etc.), plus rare aujourd'hui. Les névroses sont un mode de défense, quand les conditions de la vie dépassent les possibilités d'adaptation. L'hystérie, par exemple, forme d'aménagement de l'émotion, libère dans ses manifestations histrioniques (comportement théâtral et excessif), la dynamique sous-jacente et par là se protège contre les conséquences organiques du stress. La névrose manifeste librement ses émotions. Le stress aura, par cette salutaire dérivation, peut-être un aspect organique, mais fonctionnel, non lésionnel. Névrose et maladie psychosomatique ont aussi en commun la dynamique émotionnelle. Ils reflètent un état affectif particulier. La maladie psychosomatique a des troubles organiques mais lésionnels, non fonctionnels. Elle déconcerte les psychanalystes, car ils se heurtent au réel. Le symptôme psychosomatique a été déclaré par l'un d'eux « un symptôme bête» Marty(1980). "Le manque d'enracinement dans le passé" du psychosomatique est à l'opposé de la névrose, puisque pour eux la névrose prend source dans le passé, elle retentit des lointains échos de la vie infantile; elle est conditionnée par la mémoire affective où est stockée toute une charge émotionnelle. De plus, à l'inverse du psychosomatique, " centré sur l'immédiat, avec une grande difficulté à exprimer ses affects ", la névrose les épanche, avec quelle prodigalité. Dans la vie moderne où les émotions sont pudiquement contenues, l'hystérie régresse ou se transforme mais les troubles psychosomatiques semblent augmenter. En somme, la dynamique émotionnelle a deux issues, la névrose ou la voie psychosomatique. Parfois, les deux voies peuvent être simultanément empruntées comme si, quand l'une est saturée, une dérivation s'établit vers la seconde. Pour Haynal, la participation de facteurs psychologiques (émotionnels) est nécessaire pour aboutir à la manifestation des symptômes fonctionnels accompagnant l’angoisse et la dépression.. Se constituent alors des troubles somatoformes avec symptômes physiques suggérant l’existence d’une maladie somatique. Les examens et investigations pratiqués alors par le médecin ne permettent pas de poser un diagnostic médical ni de déceler un mécanisme physiopathologique expliquant les plaintes. On parle alors de pathologie névrotique. 2.5 Pathologies fonctionnelles. A Pathologies fonctionnelles digestives. Elles sont de loin les plus fréquentes. Au niveau de l’œsophage Dysphagies Spasmes de l’œsophage Troubles de la déglutition Reflux œsophago-gastriques. Au niveau de l'estomac Hyperchlorhydrie, gastralgies, gastrites Ulcère peptique Dilatation stomacale Aérogastrie Nausées, vomissements Difficultés de digestion Epigastralgies. Au niveau des intestins Atonie ou hypertonie intestinale Pneumatisme (aérocolie) Diverticulite (pneumatisme associé â hvpertonie) Troubles du péristaltisme Constipation ou diarrhée Troubles de la défécation Colopathies fonctionnelles Colites. B Pathologies fonctionnelles cardio-vasculaires. Au niveau du coeur Douleurs thoraciques: Précordialgies Névralgies intercostales Dorsalgies Douleurs axillaires Douleurs de l'épaule ou du bras. Arythmies et palpitations Tachycardie ou bradycardie Angine de poitrine. Au niveau des artéres et des veines Hyper ou hypotension d'origine neuro-végétative Spasmes vaso-constricteurs des membres Acrocyanose Troubles de la vaso-motricité cérébrale (migraines) C Pathologies fonctionnelles respiratoires. Asthme Troubles du diaphragme Troubles de ta cadence respiratoire: dyspnées Polypnées Dilatation des bronches Bronchite chronique Emphysème Toux. D Pathologies fonctionnelles hépato-vésiculo-pancréatiques. Paresse vésiculaire Difficultés de digestion Migraines et cervicalgies Pseudo PSH ou NCB Pseudo épicondylite Congestion hépatique Coliques hépatiques Ictère neuro végétatif Diabète. E Pathologies fonctionnelles de la sphère O.R.L. Troubles de la lacrymation Troubles de l'accomodation Myosis ou mydriase Conjonctivite Troubles des muqueuses naso-sinusales Rhinites allergiques Rhinorrhées Rhinites atrophiques ou hypertrophiques Sinusites Troubles du carrefour trachéo-oesophagien Migraines et céphalées Algies vasculaires de la face Acouphènes Vertiges Otalgies et parotalgies. F Pathologies fonctionnelles génito-urinaires. Enurésie, anurie Pollakiurie Cystalgies Algies pelviennes Dysménorrhées, aménorrhées Douleurs ovariennes Congestions utérines Troubles vaginaux Stérilité Déficience des contractions utérines. G Pathologies fonctionnelles cutanées. Démangeaisons Prurit Urticaires Eczéma Verrues Paresthésies et dysesthésies. H Pathologies fonctionnelles hormonales. Hypo ou hyperthyroïdie Insuffisance hypophysaire Insuffisance surrénalienne. I Pathologies fonctionnelles psychiques. Hyper ou hypo-activité intellectuelle Anxiété Etat dépressif Angoisses Cauchemars Troubles de la mémoire Retards scolaires Insomnies Somnolence et Hypersomnies Hyperkinésie Irritabilité ou agressivité Asthénie Anorexie ou hyperphagie Troubles de l'éjaculation Troubles de la lubrification vaginale Impuissance. J Pathologies fonctionnelles métaboliques. Spasmophilie Tétanie Asthénie musculaire Obésité Amaigrissement Rétention hydrique Cellulite. K Pathologies fonctionnelles ostéo-articulaires et musculaires. Algies vertébrales et articulaires fugaces et erratiques Douleurs musculaires Hyper ou hypotonie musculaire Pseudo tendinites Faiblesse musculaire Fatigabilité musculaire Crampes Paresthésies mobiles. L’étendue de ces pathologies fonctionnelles, suite à une atteinte du système neuro végétatif (consécutive à un stress émotionnel), établie par Caporossi R, nous montre déjà le retentissement corporel considérable de l’émotion. 2.6 Conclusion « Nous commençons à comprendre aujourd'hui que beaucoup de maladies courantes sont davantage dues au manque d'adaptation au stress qu'à des accidents causés par des microbes, des virus, des substances nocives ou tout agent externe ». Selye. « Aussi, le stress est-il une illustration de la médecine totale, de la psychosomatique. Face à des philosophies ou des religions qui les dissocient, il réunifie le corps et l'âme ». Fauvet, 1980. Pour Haynal et Pasini, Les modèles qui se dégagent des expérimentations plaident pour une acception très large du terme « psychosomatique », encore appuyée par les observations cliniques de ces dernières décennies (en particulier par les recherches menées dans les groupes Balint ou avec d'autres méthodes d'observation du champ psychosocial). Notamment, il se décante une image de la maladie (et de la santé) dans laquelle différents facteurs jouent un rôle à des degrés divers. Il est évident qu'une infection massive (par exemple lors d'accidents de laboratoire), avec des microbes hautement virulents, aboutit dans presque 100 % des cas à une maladie manifeste, tandis que dans des cas d'infection moins extrême, la résistance de l'organisme va jouer et, dans cette résistance, l'équilibre psychique de l'individu. Pour des maladies infectieuses (comme la grippe, la tuberculose), des raisons psychosociologiques peuvent être responsables d'une baisse de résistance aboutissant à la maladie. Dans cette perspective, pratiquement toutes les maladies peuvent être considérées comme des maladies psychosomatiques où les facteurs psychiques et somatiques joueraient des rôles d'importance variable. A l'extrême, pour des raisons pratiques, on peut négliger la participation somatique (maladies purement « psychogéniques») dans certaines (par exemple l'anorexie), et à l'autre bout des états morbides pour lesquels la détermination somatique est prépondérante avec une participation pratiquement négligeable des facteurs psychologiques (par exemple certaines maladies infectieuses). 2.7 Apport au mémoire Nous agissons souvent sur des pathologies organiques, fonctionnelles ou lésionnelles (dans le vocabulaire défini par les psychiatres), donc de ce point de vue, névrotiques voir psychosomatiques. L’importance de l’émotion dans ces pathologies est largement prouvée. Certains de nos patients sont sous stress permanent et la pathologie mécanique que nous rencontrons peut être de nature émotionnelle ou maintenue par celle ci. L’émotion est prépondérante dans toute pathologie à connotation psychosomatique ou névrotique et nous devons saisir la plainte de nos patients et discerner cette composante émotionnelle.

comment perdre la graisse autour de la taille de cristiano

Elle frotte du sel sur un citron, quand vous voyez ce qu’elle fait, vous voudrez l’essayer aussi! Le citron et le sel contre la rouille. Dites adieu à la rouille! Mélangez de l’eau, du sel et du jus de citron, trempez-y votre argenterie ou objet en acier, laissez reposer pendant 30 minutes. Les taches d’oxydation disparaitront. Outre cette combinaison de citron et sel, voici d’autres astuces utiles pour un intérieur agréable. Nettoyer le réfrigérateur. Un mélange de vinaigre blanc et d’eau chaude peut éliminer les taches de votre réfrigérateur. Il n’y a pas besoin de frotter car les taches disparaîtront immédiatement. Les bacs en plastique dans le réfrigérateur. Vous pouvez éviter un réfrigérateur en désordre en utilisant des bacs en plastique pour ranger les fruits et légumes. De cette façon, les étagères seront plus propres pour une période plus longue.

maigrir vite et naturellement biennial

Les cures dépuratives de printemps & d'automne. Pour que l’organisme puisse fonctionner au mieux, il faut le nettoyer en éliminant les déchets qui l’encombrent et le ralentissent. C’est pourquoi à chaque changement de saison une cure « détox » est nécessaire. Imaginez l'état de votre voiture sans aucune vidange! La dépuration de nos filtres (foie, vésicule, reins et intestins) est importante au changement de saison pour retrouver votre bien-être digestif, favoriser une bonne assimilation des nutriments pour de meilleurs échanges et au final récupérer votre pleine forme et être plus résistant face aux agressions extérieures. ALORS POUR RESTER EN FORME TOUTE L’ ANNÉE, DÉPUREZ VOUS, « TISANEZ VOUS »! Vous aimerez sûrement. Comment rester en forme toute l'année? La solution est très simple: il suffit de vivre en harmonie avec le rythme de la nature, d'écouter son corps et de suivre la cure de saison. Notre corps vit une véritable révolution à chaque changement de saison. Pour négocier le virage au mieux, la cure de saison s'impose: trois petites semaines, deux fois par an, vous assureront santé et tonus pour toute l'année. Les vertus de cette cure sont évidentes, elle doit absolument faire partie de votre hygiène de vie. La cure d'automne et la cure de printemps doivent être dépuratives et il est bon de la débuter sans attendre le changement de saison officiel ou bien de rester à l'écoute de son organisme: je me sens tout "raplapla" avec une baisse de tonus, un manque d'entrain, le teint terne et brouillé, la digestion au ralenti. C'est votre corps qui parle et qui tire le signal d'alarme, alors sans hésiter et sans perdre de temps je vous conseille LA CURE DETOXIFIANTE DE SAISON. Qui n'a pas ressentit une fatigue générale à la fin de l'hiver? C'est le signe que notre organisme est saturé de toxines. A l'approche de l'automne et à l'orée du printemps, nos organes dépuratifs ou émonctoires, que sont le foie, les reins, les voies respiratoires, la peau et les intestins ont besoin d'être nettoyés pour fonctionner au mieux de leur capacité; Les émonctoires remplissent les fonctions d'agents de tri, de nettoyage et de maintien de la constance intérieure; ils filtrent les déchets et les éliminent vers l'intérieur. Si les déchets sont trop importants et les émonctoires paresseux ou déficients, le terrain accumule progressivement les déchets et l'organisme se fatigue et se dégrade. Pour imager, c'est comme votre voiture, elle nécessite de l'entretien et des vidanges après tant de kilomètres. Nos organes d'élimination sont souvent malmenés et débordés par plusieurs facteurs: - la pollution extérieure présente dans notre environnement => l'organisme est exposé à de multiples substances nocives (pollution de l'air, pesticides, herbicides, engrais chimiques, alimentation industrielle qui regorge de sel, d'additifs alimentaires, exhausteurs de goûts, colorants, sucre raffiné, édulcorants. ), qui petit à petit s'accumulent dans notre corps, le dérèglent, le fragilisent. - la pollution intérieure => le jour comme la nuit par son fonctionnement, l'organisme produit des déchets que nos organes d'élimination s'efforcent par leur travail de rejeter jusqu'à un certain seuil. Au delà de ce seuil, les toxines s'accumulent, gênent le fonctionnement normal du corps et l'encrassent. C'est alors que les liquides nourriciers dans lesquels baignent nos cellules deviennent ainsi par la force des choses de plus en plus acides et les cellules seront donc contraintes de subir l'influence néfaste de cet environnement. Les aliments principales sources de toxines. Tant que nos aliments sont adaptés à nos capacités de digestion, d'assimilation et d'élimination, tout se passe bien. Mais si nous mangeons plus que ce que nous brûlons, et si nos organes travaillent au ralenti, notre corps se trouve en présence de déchets toxiques en excédent qu'il ne peut traiter et rejeter. Autre causes de perturbations et d'accumulation de toxines dans l'organisme: l'alimentation industrielle et les produits raffinés qui apportent de moins en moins de vitamines, de minéraux et d'oligo-éléments. Aujourd'hui pour couvrir les besoins quotidiens, des quantités plus importantes d'aliments sont donc nécessaires, entretenant ainsi la surcharge et l'encrassement. Outre l'excès de nourriture, les aliments raffinés entraînent un travail accru des organes d'élimination, une transformation incomplète des aliments qui auront tendance à fermenter provoquant des poisons et toxines dans l'appareil digestif. Ces poisons et toxines s'accumulent au fil du temps et préparent le lit de désordres beaucoup plus importants par la suite. Ajoutons à cela: - le stress de la vie, de la gestion du quotidien et du temps, qui perturbe toutes les fonctions métaboliques et organiques et qui contribue à la production et l'entretien des toxines. - le tabac, les boissons alcoolisées sous toutes leurs formes. C'est pourquoi le nettoyage intensif des toxines organiques est primordial avec une cure de fond à chaque changement de saison. Cette cure doit être: - Dépurative => pour assurer un drainage général de l'organisme grâce à l'utilisation de plantes spécifiques. - Détoxicante => pour permettre d'éliminer les toxiques exogènes c'est - à-dire venant de l'extérieur, telles que gaz d'automobiles, résidus agricoles. - Détoxifiante => pour éliminer les toxines endogènes, c'est-à-dire fabriquées par l'organisme lui-même, les déchets métaboliques. Pour détoxiquer et détoxiner l'organisme, les plantes apparaissent comme le moyen le plus naturel et le plus actif. On choisira toujours des plantes issues de culture sauvage ou biologique et garanties non ionisées (notre site vous offre un large choix de plantes avec garantie de traçabilité, plantes simples, et de tisanes de plantes composées, la tisane détox notamment). Les plantes détox devront agir sur le système hépatique, le système rénal, l'intestin et le sang. Les plantes dépuratives du foie et de la vésicule biliaire: Le foie est un éliminateur de déchets, par la bile notamment, mais aussi un transformateur de déchets. Nos fonctions hépatiques se dérèglent et s'encrassent lorsque nous consommons une alimentation riche en graisses et protéines animales: les produits laitiers de vache et charcuterie occasionnent une surcharge en toxines qui demandent un énorme travail de filtration de ces "substances indésirables" par le système hépatique. Il en va de même pour les excitants tels que alcool, tabac, café, chocolat, épices. Afin d'épurer la sphère hépatique et digestive, vous pourrez choisir des plantes simples en tisane (pissenlit, romarin, aubier de tilleul, ményanthe, gentiane,. ), en gélules de plantes (complexe dépur, artichaut, chardon marie, fumeterre, gentiane, combretum, radis noir..), en extraits, jus de plantes et bourgeons concentrés biologiques (Sève de bouleau dynamisée et potentialisée aux macérats de bourgeons détox, Dépuratif phyto 32 plantes bio, Galexier Artichaut pissenlit, Elixir du Suédois. ), en macérât de bourgeons (gem dép) complexe de bourgeons de romarin, d'artichaut, de pissenlit et de genièvre. Les plantes dépuratives des reins: Le rein est par excellence l'organe qui nettoie le sang de ses toxines. Ce drainage est effectué par les néphrons (environ 1 000 000 pour chaque rein) qui filtrent le sang de ses impuretés, éliminent les déchets et les rejettent sous forme d'urine. Le rein assure la constance du milieu intérieur dans lequel baignent nos cellules: il régule l'équilibre de l'eau, l'équilibre des éléments minéraux, l'équilibre acido-basique et la tension artérielle. Pour cette dernière en effet, le rein intervient en sécrétant une substance, le rénine pour élever la pression artérielle, lorsque l'irrigation artérielle du rein est insuffisante. Les plantes qui permettent de nettoyer et de drainer les reins sont nombreuses (aubier de tilleul, chiendent, genièvre, queues de cerise, bruyère, bouleau, sureau, pissenlit. ) La dépuration de l'intestin et le confort digestif: Pour éliminer complètement toxines,déchets, et métaux lourds, simultanément, il conviendra de stimuler le transit par un débit de bile important qui sera favorisé par les plantes psyllium blond ou ispaghul spécial poudre fine, serpolet, fenouil, romarin, ményanthe, gentiane, radis noir, artichaut). Ajouter à cela, les fibres qui auront un effet "coup de balai" sur l'intestin afin d'éliminer résidus, toxines et déchets. Le psyllium blond en fine poudre peut contribuer occasionnellement aider à réguler le transit. Il convient de mener conjointement une cure qui va drainer le foie, favoriser l'élimination rénale, balayer les résidus stagnants dans les intestins et purifier le sang. Vous aimerez sûrement. Ninahagen Le 08 mars 2017 à 08h34. cure detox dépuration vitalité j'ai l'intention de vous commander le pack, mais comment l'utiliser, à quelle fréquence et que mange-ton au cours de la cure? merci et bonne journée. Maria elena Le 17 septembre 2014 à 20h26. Moi j'ai fait une cure de 30 jours chez mon fournisseur a cannes. Je me suis senti plus legere et plus contente. helene-marie Le 28 avril 2013 à 06h58. que me conseillez-vous pour:acide urique +foie.

Pathologies de la muqueuse buccale. Pathologies de la muqueuse buccale et quelques pathologies des glandes salivaires. INTRODUCTION. Ce chapitre entièrement consacré, dans sa première partie, aux pathologies de la muqueuse de la bouche a pour but de guider le lecteur devant une lésion intra buccale préalablement inexistante. La seconde partie traitera des pathologies des glandes salivaires. Bien que de faible dimension, la cavité buccale est le siège de nombreuses pathologies faisant l’objet de multiples publications. Par souci didactique, ne seront abordées que les lésions les plus fréquemment rencontrées. Rappelons que ce site, outil de vulgarisation, ne permet qu’une première approche des lésions de la cavité buccale et ne se substitue en RIEN à la consultation de votre chirurgien maxillo-facial, stomatologue, dermatologue ou même de votre médecin généraliste. PATHOLOGIES DE LA MUQUEUSE BUCCALE. La muqueuse de la bouche, en dehors de l’épithélium de la langue, est, dans sa constitution, très proche de la peau. Toute agression, qu’elle soit bactérienne, virale, mycologique (champignon), physique ou chimique, pourra entraîner une modification de sa structure et donc de son intégrité. Cette atteinte, bien que le plus souvent bénigne, peut constituer un "terrain" propice à une éventuelle dégénérescence en tumeur maligne. C’est pourquoi toute lésion persistant malgré la suppression de sa cause présumée, doit faire l’objet d’une biopsie. En pratique: Vous avez détecté dans la bouche une lésion dont la nature vous inquiète: il FAUT donc consulter votre stomatologue ou à défaut votre médecin généraliste. LA CONSULTATION: L’examen clinique, comme toujours en médecine, est primordial car permettant de détecter une lésion buccale faisant partie d’une maladie générale. Cet examen est complet et, outre la cavité buccale et l’aire cervico-faciale, portera également sur la peau et d’autres organes. LA CAVITE BUCCALE: Le médecin: ganté et aidé par un bon éclairage. L’examen: effectué grâce à une lampe frontale, d’abaisse langue en bois et d’un miroir, il permet d’explorer, par la vision et le toucher, l’ensemble de la muqueuse buccale. 1 - La Muqueuse: Très méthodique, l’inspection examine chaque région de la cavité buccale de l’extérieur vers l’intérieur même si la lésion apparaît au premier coup d’œil. Une attention toute particulière est portée sur les replis entre la joue et les gencives ainsi qu’au niveau des commissures des lèvres. L’examen de la muqueuse du palais est facilité par l’emploi du miroir de bouche. La palpation, en particulier celle des joues, des lèvres et du plancher, est primordiale. L’examen se termine par l’inspection du voile du palais, des amygdales et de la paroi postérieure du pharynx (derrière la luette). La couleur de la muqueuse normale est d’aspect rosé et s’explique par la présence de mélanine (protéine sécrétée par les cellules de l’épithélium et de couleur brune) et de l’hémoglobine (de couleur rouge) présente dans les vaisseaux. 2 - La Langue: est examinée sur toutes ses faces et ses bords, au besoin aidé par une traction douce au moyen d’une compresse. 3 - Les Glandes Salivaires: Elles sont au nombre de SIX dites "principales": deux glandes parotidiennes (situées en avant de l’oreille), deux glandes sous mandibulaires (situées sous la mâchoire)et deux glandes sub linguales (sous la langue). Leur examen clinique est effectué par un palpé endo et exo buccal. On note par ailleurs l’aspect de leur orifice de drainage situé: pour la parotide: face interne des joues pour la sous mandibulaire: sous la langue L’aspect de la salive qui s’écoule est également noté. 4 - Dents et Prothéses Dentaire: Les dents, leur nombre, leur aspect et leur position par rapport aux autres dents est consigné sur un schéma écrit ainsi que la présence de travaux de dentisterie (amalgames, résines), de prothèses fixes (couronnes, bridges) ou de prothèses mobiles (dentiers). LA TETE ET LE COU: L’examen clinique explore la totalité du revêtement cutané, cuir chevelu compris. Les fonctions neurologiques, les structures osseuses ainsi que les orifices naturels (narines et oreilles) sont également examinés. Par ailleurs une palpation des aires ganglionnaires du cou et de la face est effectuée. Parallèlement à ce bilan clinique des examens complémentaires, effectués ou prescrits, sont souvent nécessaire pour aider, guider ou conforter le diagnostic. D’un prélèvement sanguin De tests permettant d’évaluer la fonction salivaire: test au sucre,scintigraphie.. D’une radiographie: panoramique dentaire D’un frottis (analogue au frottis vaginal) D’une biopsie (prélèvement d’un petit morceau de muqueuse sous anesthésie locale permettant une analyse au microscope) Ce bilan clinique et para clinique permet le plus souvent d’établir un diagnostic. Nous présentons au lecteur la description des lésions les plus communément rencontrées. La coexistence fréquente de lésions de natures différentes IMPOSE une consultation spécialisée dés l’apparition d’une modification persistante de la muqueuse. LESIONS: APHTES. Lésions buccales bénignes, elles sont un motif fréquent de consultation. Leur mécanisme d’apparition correspond à une atteinte des vaisseaux de la muqueuse. Le terme " d’aphtes " est trop et souvent mal employé. Il s’agit d’une ulcération douloureuse de la muqueuse de taille variable, de localisation unique ou multiples et siégeant préférentiellement au niveau de la lèvre inférieure, des joues et de la pointe de la langue. Le plus souvent précédés de picotements (48 h), son aspect typique est celui d’une ulcération à fond jaunâtre ou grisâtre, à bords nets, entourée par un liseré rouge. Les facteurs connus favorisant son apparition sont: Le stress Certains aliments: noix, gruyère.. Certains médicaments Les déficits vitaminiques. Les points ESSENTIELS à retenir sont les suivant: Un aphte commun est: DOULOUREUX et CICATRISE en 10 à 15 jours Toute autre ulcération persistante, DOIT faire l’objet d’une consultation spécialisée au plus tôt car, d’autres origines sont possibles en particulier cancéreuses. Exemple d’aphte (Cas du Dr Huttenberger) LA CANDIDOSE. Elle est le résultat de la colonisation, en masse, de la bouche par un champignon dont la présence y est naturelle: Candida Albicans. Atteignant de manière préférentielle le nouveau-né et la personne âgée, elle survient, à l’age adulte, lors d’une altération des défenses locales de l’organisme. Par exemple: Diabète Prise de médicaments (antibiotiques) Sécheresse buccale Dénutrition. L’aspect clinique de la candidose est: Soit un aspect blanchâtre fait de multiples plaques blanches situées sur la langue, voire le palais et les faces internes des joues, réalisant un aspect de "fromage battu" Soit une langue rouge vif, lisse et douloureuse. Dans la majorité des cas le diagnostic est essentiellement clinique et un traitement approprié est efficace assez rapidement. Dans le doute, un prélèvement est effectué (frottis) permettant la mise en évidence du champignon en culture. Parallèlement, le praticien recherche les facteurs favorisants, en particulier une pathologie associée, de façon à éviter les récidives. Exemple de candidose. LES LESIONS BLANCHES. Les lésions intra-buccales d’aspect blanchâtre sont nombreuses et leur nature va de la lésion la plus bénigne à une lésion pré voire déjà cancéreuse. Pour résumer, il n’existe PAS (à l’état normal) de zone blanche dans la cavité buccale en dehors de la "linea alba" qui correspond à la projection, sur la joue, de la ligne d’occlusion dentaire. Si une zone blanche apparaît en bouche c’est qu’IL SE PASSE QUELQUECHOSE. Les origines en sont diverses: Irritatives: Tabac, traumatisme (dents ou prothèse dentaires), thermique, chimique Infectieuses: Candidose (champignon), virale, bactérienne. Intégrée dans une maladie plus générale: Lichen, lupus, psoriasis. Symptomatiques d’une tumeur bénigne (papillomatose, diapneusie) ou d’un véritable cancer malin. On comprend alors fort bien que devant se large éventail, la nature exacte d’une lésion blanche doit être du ressort d’un médecin spécialiste. En résumé: l’apparition récente d’une lésion blanche IMPOSE RAPIDEMENT une consultation spécialisée pour une meilleure prise en charge. Exemple de lésion blanche véritable à gauche (Cas du Dr Huttenberger)" linéa alba " à droite (non pathologique) LE LICHEN. Il atteint de façon prépondérante les femmes et peut se localiser au niveau de la muqueuse buccal comme au niveau de la peau. Généralement non douloureux, il peut se révéler par une sensation de brûlure ou de goût métallique dans la bouche. Il prend, souvent, un aspect de stries blanchâtres entrelacées, localisées au niveau de la face interne des joues. Des érosions douloureuses peuvent cependant apparaître lors des poussées. Le mécanisme de son apparition n’est pas encore élucidé mais il pourrait s’agir d’une réaction inflammatoire de l’organisme contre la muqueuse buccale déclenchée par différent stimuli. Pour compliquer cette description, il faut noter que l’aspect de ce lichen peut être tout autre. Il peut s’agir en effet d’une zone rouge érodée, d’une zone fibreuse ou encore pigmentée et même d’une vésicule. En dehors d’un aspect clinique très caractéristique, le médecin sera potentiellement amené à pratiquer une biopsie afin d’affirmer le diagnostic. Le traitement est ESSENTIELLEMENT MEDICAL, basé sur "l’activité" de ce lichen qui peut être variable dans le temps et dans son intensité. La suppression de facteurs connus pour favoriser l’apparition de ce lichen est également nécessaire. Un suivi clinique régulier (environ tous les 6 mois) s’impose sur le long terme, afin de prévenir une éventuelle transformation en cancer. Enfin, un traitement chirurgical peut, dans des cas bien précis (notamment d’extension locale), être nécessaire. Exemples de Lichen (notez la variété d’aspect) (Cas du Dr Huttenberger) LES LESIONS ROUGES. Les lésions rouges se distinguent par leur couleur mais aussi, et surtout, par leur plus grande difficulté à être diagnostiquées du fait même de cette absence de contraste avec la muqueuse saine. Tout comme les lésions blanches, les lésions rouges sont l’expression potentielle d’une atteinte tout à fait bénigne comme celle d’une tumeur maligne. Leur origines sont, de même, diverses: Irritatives: Tabac, prothèse dentaire Infectieuses: Candidose, tuberculose Intégrées dans une maladie générale: Lichen, psoriasis Symptomatique: D’un état pré cancéreux voire d’un cancer véritable. De façon identique aux lésions blanches, l’apparition récente d’une lésion rouge, douloureuse ou non, DOIT faire l’objet d’un examen clinique par un spécialiste qui jugera de l’opportunité, après interrogatoire, d’effectuer des examens complémentaires utiles au diagnostic (prise de sang, coloration spéciale, frottis/biopsie) Exemple de lésion rouge. LES LESIONS PIGMENTEES. La couleur de la muqueuse normale est due à la présence de mélanine (protéine sécrétée par les cellules de l’épithélium et de couleur brune) et d’hémoglobine (de couleur rouge). Cet aspect rosé est du au fait qu’il existe une plus grande proportion de pigment d’origine sanguine que d’origine mélanocytaire (cellules sécrétant la mélanine). De façon générale, et en dehors des facteurs ethniques ( Noirs et Maghrébins), il n’existe PAS de zones hyper pigmentées intra buccales chez le sujet de race blanche. Aussi, la découverte d’une, ou de plusieurs, plages brunes, bleutées voire noirâtres DOIT faire l’objet d’une consultation spécialisée. Comme toujours l’examen clinique de la cavité buccale mais aussi de la peau et des phanères (ongles) est effectué. Il permettra, associé ou non à une biopsie, d’établir un diagnostic. Les causes d’apparition d’une ou plusieurs plages hyper pigmentées sont diverses et variées. L’énumération de ces causes n’a que peu d’intérêt pour le lecteur car entrant généralement dans le cadre de syndromes complexes et le plus souvent bénins. Il est cependant souhaitable d’attirer l’attention sur la nécessaire attitude préventive d’un examen effectué par un spécialiste pour dépister au plus tôt les exceptionnelle tumeurs plus agressives ( MELANOME). QUELQUES ATTEINTES DES GLANDES SALIVAIRES. Nous abordons dans ce chapitre les atteintes les plus communément retrouvées lors des consultations et qui sont constituées par: Les calculs des glandes salivaires Le syndrome de bouche sèche. La salive, excrétée de manière constante mais variable, est issue de la production de glandes dont l’unique fonction est de sécréter un liquide permettant de maintenir une ambiance humide dans la cavité buccale et d’y déverser des enzymes susceptibles d’aider à la digestion des aliments. Ces glandes se repartissent en: SIX glandes dites "principales": deux glandes sous mandibulaires,deux glandes parotidiennes et deux glandes sub linguales (cf. Chapitre Anatomie) Une MULTITUDE de glandes dites "accessoires" disséminées dans la muqueuse de la cavité buccale. A. LES CALCULS DES GLANDES SALIVAIRES. La maladie dite LITHIASIQUE ( du grec "lithos": pierre), fait référence à la présence dans les glandes salivaires principales, et plus rarement au niveau des glandes accessoires, d’un obstacle physique (le calcul), en l’occurrence constitué majoritairement de sels de calcium, dans la glande ou son canal excréteur. Les glandes les plus fréquemment atteintes (90 à 95 %) sont les GLANDES SOUS MANDIBULAIRES. Cet obstacle gène l’écoulement salivaire et engendre: Un GONFLEMENT de la glande juste avant et pendant les repas Une DOULEUR au niveau de cette glande Et une éventuelle INFECTION de la glande due à la stase de la salive. La présence d’un tel tableau clinique (douleur + gonflement), IMPOSE donc une consultation spécialisée afin d’établir le diagnostic et d’y apporter le traitement adéquat pour éviter la complication redoutée: L’ABCES. La consultation comprend: 1. L’interrogatoire qui précise le début des symptômes dans le temps et qui recherche une symptomatologie douloureuse rythmée par les repas. 2. L’examen clinique: est à la fois endo-buccal avec visualisation des orifices de drainage des deux glandes dans la bouche et exo buccal avec palpation des glandes salivaires. 3. Les examens complémentaires nécessaires: Radiographie de la mâchoire Radiographies spéciales dites " mordu occlusal " permettant de visualiser la zone située sous la langue. Une sialographie ( examen radiologique visualisant les canaux salivaires par injection de produit radio opaque) Une échographie Une prise de sang pour bilan biologique. Radiographie dite en "mordu occlusal" montrant un calcul ( flèche) sous la langue. Les principes du traitement: Le traitement médical associe: Anti-inflammatoires, anti-spasmodique et médicaments accélérant la vidange salivaire. Les antibiotiques sont réservés en cas d’infection. Le traitement chirurgical visant à extraire le calcul ou la glande toute entière peut être nécessaire et s’effectue alors soit sous Anesthésie Locale soit sous Anesthésie Générale. L’intervention sous anesthésie locale: Ne concerne que l’ablation des calculs et non de la glande toute entière. Effectuée en quelques minutes. N’a pour conséquence qu’une plaie minime en bouche suturée avec des fils résorbables Pas d’hospitalisation Arrêt de travail: généralement non nécessaire sauf si activité oratoire. L’intervention sous anesthésie générale: Concerne certains calculs et l’ablation de la glande Nécessite une incision cutanée d’environ 5 à 6 cm située sous la mâchoire et en regard de la glande (pour la glande sous mandibulaire) Hospitalisation d’environ 3 à 4 jours selon l’importance du saignement post-opératoire Arrêt de travail variable selon suites chirurgicales. B. LA BOUCHE SECHE. Egalement appelée xérostomie, elle est due à un déficit quantitatif ou qualitatif de la sécrétion de salive. Il s’agit d’un symptôme fréquent, souvent négligé. Son apparition nécessite la recherche d’une cause, ce qui permet la prise en charge thérapeutique et la prévention des complications buccales. Son diagnostic repose sur l’examen clinique, appuyé par des examens complémentaires, effectués par votre chirurgien maxillo-facial stomatologue ou votre dermatologue. 1. L’examen clinique: Il recherchera, par l’interrogatoire: Les conséquences locales de cette xérostomie: Sensation de bouche sèche majorée lors de l’alimentation Nécessité de prendre des liquides pour avaler des aliments secs. Et la persistance du phénomène sur le long terme (plus de trois mois) La prise de médicament Des séances de rayons au niveau de la tête ou du cou. Il recherchera, localement: Les signes évocateurs de sécheresse buccale: Lèvres collées Absence de rétention de salive sous la langue L’abaisse langue en bois colle à la face interne des joues L’augmentation de volume des glandes salivaires (même unilatérale et intermittente) Les complications de cette sécheresse: Candidoses buccales récidivantes (cf. chapitre " candidose ") Dentaires: inflammation des gencives due à la prolifération de bactéries dans la plaque dentaire et le tartre qui sont plus abondants. Les difficultés à la déglutition Les troubles du goût. 2. Les tests (examens complémentaires): "Le test au sucre":permet de dépister, par la vitesse de fonte dans la bouche d’un morceau de sucre calibré, une xérostomie. Le pH de la bouche: devient acide lors d’une xérostomie La scintigraphie des glandes salivaires: examen radiologique particulier qui permet de renseigner votre médecin sur la morphologie, mais aussi et surtout sur la qualité de fonctionnement des glandes salivaires. La biopsie des glandes salivaires accessoires (acte peut douloureux et effectué en consultation) réservée au diagnostic de maladie plus générale (cf. plus loin dans ce chapitre) L’examen clinique, associé aux tests décrits, permet, de façon générale, d’affirmer le syndrome de bouche sèche. Sa cause peut être diagnostiqué par le simple interrogatoire (radiothérapie, prise de médicament, ménopause). Cependant d’autres pathologies nécessitent la mise en œuvre d’examens (imagerie, biologie, biopsie) plus sophistiqués pour en faire le diagnostic et doivent faire l’objet d’un traitement approprié. Il s ‘agit (liste non exhaustive): Du syndrome de Gougerot-Sjogren (maladie auto-immune) De la sarcoïdose. Au total: L’apparition d’une sensation de bouche sèche ne doit pas être négligée et DOIT faire l’objet d’une consultation spécialisée afin d’en faire le diagnostic et surtout d’en retrouver la CAUSE.