perdre du poids alimentation femme qui


MODES DE CONTAMINATION HUMAINE. TAUX D’ INFECTION. MOYENS DE LUTTE, PREVENTION DU RISQUE. notion de "cancer vermineux du foie"

methode pour maigrir vite gratuit

ritaline. SAVIEZ-VOUS QUE LA RITALINE EST PLUS FORTE QUE LA COCAÏNE? introduction aux principes de la médecine moderne. professeur Turcotte fernand. Principes des addictions psychiatriques. psychrights: « Le but du système public de santé mentale est de créer une classe énorme de malades mentaux chroniques en les forçant à prendre des médicaments inefficaces, mais extrêmement dangereux. » Les dangers de la ritaline (Méthylphénidate) (Ritalina®, Rilatine®, Ritalin LA®), Concerta LP®, Attenta®, Metadate®, Methylin® Strattera / Ritaline: comportement extérieur lissé, mais dommages intérieurs d’une étendue et d’une intensité imprévisibles, pouvant aller jusqu’au suicide. Il s’agit du témoignage de Tom, un adolescent trop vite diagnostiqué hyperactif (TDAH: trouble déficit d’attention avec hyperactivité) et mis sous Ritaline° (méthylphénidate) puis sous Strattera° (atomoxétine). Les journalistes mettent en lumière ce témoignage en prenant pour titre une expression de cet ado de 17 ans qui, regardant en arrière, constate qu’il a peut-être été plus concentré sous Strattera°, mais que ce médicament l’a affecté sur tous les plans: « on est détruit de l’intérieur ». « Le Strattera a détruit sa personnalité, sa confiance en lui-même et l’a rendu complètement insensible à des affects tels la joie, la tristesse ou la douleur. (…) Tom a même eu des idées suicidaires alors qu’il était sous traitement [disent les journalistes]. « Vers la fin, je me sentais comme quelqu’un au bord du précipice, à me demander si j’allais sauter ou non. Il s’en est fallu de peu. » L’adolescent a eu du mal à se sevrer du médicament et a dû avoir recours à un psychologue pour s’en sortir. Il ne reproche rien à ses parents, qui ignoraient tout des effets secondaires, mais dit clairement qu’il n’accepterait jamais un tel traitement pour ses propres enfants. » Beaucoup d’effets secondaires signalés, dont quatre décès. Frontal 21 rappelle que le Strattera° est sur le marché allemand depuis 2005; globalement, ce sont autour de 3,5 millions d’enfants qui sont traités par ce médicament d’Eli Lilly, avec des profits énormes pour la firme. Et ce malgré la mise en garde répétée d’experts qui dénoncent les effets secondaires et demandent le retrait du marché du Strattera. Jörg Schaaber, le représentant des usagers dans le comité fédéral réunissant professionnels de santé et assurance-maladie, rappelle que le diagnostic d’hyperactivité est souvent douteux et que de tels médicaments puissants et risqués sont une réponse disproportionnée aux questions que se posent parents et éducateurs, surtout compte tenu d’un bénéfice fort douteux. Les journalistes ajoutent: « Depuis la mise sur le marché [allemand] du Strattera°, il y a eu en tout 234 signalements d’effets secondaires susceptibles d’être dus au produit; des effets indésirables tels faiblesse cardiaque, pertes d’audition et idéations suicidaires, tous survenus chez des enfants et des adolescents. Des documents internes de l’agence du médicament ( Bundesinstitut für Arzneimittel und Medizinprodukte ), que ZDF s’est procurés, le prouvent. Selon la liste établie par les autorités, il y a même eu 4 morts, dont un enfant de 3 ans. Un garçon de 5 ans est décédé d’un infarctus du myocarde, un enfant de 12 ans a fait un accident vasculaire cérébral, enfin, un adolescent de 16 ans s’est suicidé. » « Ces médicaments agissent comme le speed » [la drogue du même nom] C’est ce qu’affirme Peter Schönhöfer, professeur de pharmacologie et co-directeur de la revue médicale indépendante Arznei-Telegramm. « Ces substances agissent comme des amphétamines, comme on les appelait jadis, ou, pour utiliser un langage plus moderne, elles ont le même effet que le speed ». « Elles sont dangereuses, parce qu’elles provoquent un état de surexcitation, dont l’un des symptômes peut être l’auto-agression, donc le suicide ». Et les journalistes rappellent que Lilly a dû avertir les médecins déjà en 2005 de certains effets secondaires pouvant mener au suicide; ils citent la lettre de la firme: « les patients et les parents ou tuteurs devraient être informés du risque de survenue de comportements suicidaires ainsi que des symptômes et signes par lesquels ils peuvent se manifester ». Mais la firme ne voit dans tout cela aucune raison de retirer le Strattera° du marché. Et les prescriptions continuent. Eli Lilly conteste, Peter Schönhöfer persiste et signe. La firme conteste l’effet amphétaminique et psychostimulant du Strattera° et son appartenance à cette classe, tout comme la possibilité d’un effet de dépendance. Le Pr Schönhöfer répond en démontrant noir sur blanc que le principe actif du Strattera° (atomoxétine) fait bel et bien partie des psychostimulants de type amphétaminique, y compris selon la classification officielle internationale ATC-Code 2008: Classe principale N06B: psychostimulants, médicaments contre le TDAH (trouble déficit d’attention avec hyperactivité), nootropes. Sous-groupe N06BA: sympathomimétique d’action centrale [sympatomimétique veut dire qu’une substance stimule la branche sympathique du système nerveux végétatif, qui gère les fonctions d’éveil, pour simplifier]. Et Schönhöfer de conclure, après avoir rappelé qu’il n’avait pas parlé de dépendance: « l’atomoxétine fait donc clairement partie, selon la classification ATC, de la classe des psychostimulants, et notamment du sous-groupe des sympathomimétiques à action centrale; les amphétamines, qu’on appelle depuis les années 60 aussi « speed » dans certains milieux de la drogue, sont les principales substances de ce sous-groupe »

perdre du poids alimentation femme qui

Truvada. Sommaire. Truvada est le nom d’une co-formulation de deux médicaments anti-VIH à dose fixe: il s’agit d’une seule pilule qui renferme à la fois du ténofovir et du FTC. Truvada est utilisé en association avec d’autres médicaments pour le traitement des personnes vivant avec le VIH. Certains docteurs peuvent aussi prescrire Truvada à des personnes séronégatives dans le cadre d’un ensemble d’outils de prévention afin de réduire le risque de transmission du VIH. Les effets secondaires courants de Truvada peuvent comprendre étourdissements, maux de tête, nausées et vomissements. Truvada se prend une seule fois par jour avec ou sans aliments. Qu’est-ce que Truvada? Truvada est le nom d’une co-formulation de deux médicaments anti-VIH à dose fixe: il s’agit d’une seule pilule renfermant à la fois du ténofovir (Viread) et du FTC (emtricitabine, Emtriva). On peut prendre Truvada une seule fois par jour avec ou sans aliments. Comment Truvada agit-il? Lorsque le VIH infecte une cellule, il prend le contrôle de cette dernière. Le VIH oblige ensuite la cellule à fabriquer de nombreuses copies du virus. Pour fabriquer ces copies, la cellule utilise des protéines appelées enzymes. Lorsque l’activité de ces enzymes est réduite, la réplication du VIH ralentit. Truvada renferme les deux médicaments suivants: ténofovir – ce médicament appartient à une classe de médicaments appelés analogues nucléo tidiques; FTC – ce médicament appartient à une classe de médicaments appelés analogues nucléosidiques. Les deux médicaments présents dans Truvada interfèrent avec une enzyme appelée transcriptase inverse qui est utilisée par les cellules infectées par le VIH pour faire de nouvelles copies du virus. Puisque Truvada inhibe ou réduit l’activité de cette enzyme, le médicament incite les cellules infectées par le VIH à ralentir ou à cesser la production de nouveaux virus. Lorsque Truvada est pris dans le cadre d’un éventail d’outils de prévention du VIH (dépistage fréquent du VIH et d’autres infections transmissibles sexuellement, counseling en relations sexuelles plus sécuritaires, utilisation de condoms), il peut réduire considérablement le risque de transmission du VIH chez certaines personnes. Pour en savoir plus, consultez le feuillet d’information de CATIE sur la prophylaxie pré-exposition (PrEP). Comment les personnes vivant avec le VIH utilisent-elles Truvada? Truvada est utilisé en association avec d’autres médicaments anti-VIH tels que les analogues non nucléosidiques (INNTI) ou les inhibiteurs de la protéase. Les associations de ce genre s’appellent une thérapie antirétrovirale ou TAR. Pour en savoir plus sur la thérapie antirétrovirale, consultez la publication de CATIE intitulée Votre guide sur le traitement du VIH. Pour beaucoup de personnes vivant avec le VIH (PVVIH), le recours à une multithérapie antirétrovirale a provoqué une augmentation de leur compte de cellules CD4+ et une réduction de la quantité de VIH dans leur sang (charge virale). Ces effets bénéfiques contribuent à réduire le risque de contracter une infection potentiellement mortelle. Ni Truvada ni aucun autre médicament anti-VIH ne permet de guérir le VIH/sida. Il est donc important de faire ce qui suit: consulter régulièrement son médecin pour assurer le suivi de son état de santé; continuer d'avoir des relations sexuelles plus sécuritaires et de prendre d’autres précautions pour éviter de passer le VIH à d’autres personnes, ainsi que pour se protéger contre l’infection par d’autres souches du VIH et d’autres microbes. Comment les personnes séronégatives utilisent-elles Truvada à titre de PrEP? Les personnes séronégatives peuvent prendre un seul comprimé de Truvada par jour afin de réduire le risque de transmission sexuelle du VIH. Les personnes qui prennent Truvada dans le cadre d’un ensemble d’outils de prévention du VIH devraient passer des tests de dépistage du VIH et d’autres infections transmissibles sexuellement tous les trois mois et recevoir un counseling sur les relations sexuelles plus sécuritaires et l’observance thérapeutique si nécessaire. Les professionnels de la santé qui s’intéressent à prescrire Truvada à titre de PrEP peuvent consulter le document intitulé PrEP for the prevention of HIV infection in the United States: A clinical practice guideline des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis. Mises en garde. 1. Acidose lactique. Il est possible d’observer un taux d’acide lactique supérieur à la normale dans le sang. Ce problème, désigné par le nom acidose lactique, se produit chez certaines personnes séropositives recevant le ténofovir, le FTC ou des médicaments anti-VIH apparentés. Les femmes qui font de l’embonpoint courent un risque accru d’acidose lactique. Parfois, le foie des personnes atteintes d’acidose lactique se met à gonfler à cause de l’accumulation de dépôts graisseux. Les signes et symptômes de l’acidose lactique peuvent comprendre les suivants: nausées; vomissements; douleurs abdominales; diarrhées; fatigue inattendue; douleurs musculaires inattendues; sensation de froid, surtout dans les bras et les jambes; étourdissements ou vertige. Si ces symptômes persistent, consultez sans tarder votre médecin. 2. Hépatite B. Truvada contient à la fois du ténofovir et du FTC. Chacun de ces médicaments est actif contre le virus de l’hépatite B (VHB). Les personnes atteintes d’hépatite B recevant Truvada et qui cessent l’usage de ce dernier risquent de voir leur infection au VHB s’aggraver. Les personnes co-infectées par le VIH et les virus responsables de l’hépatite qui suivent une multithérapie courent parfois un risque accru de dommages hépatiques. Il est donc important de passer régulièrement des tests sanguins afin que votre médecin puisse évaluer l’état de votre foie. Si vous êtes infecté par le VHB, discutez-en avec votre médecin avant de commencer à prendre Truvada. Si vous ignorez votre statut vis-à-vis du VHB, renseignez-vous sur le test de dépistage auprès de votre médecin. Si vous devez substituer plus tard un autre traitement à Truvada, rappelez à votre médecin que vous êtes porteur du VHB. Si les tests de laboratoire révèlent que vous n’avez pas le VBH, demandez à votre médecin de se procurer un vaccin pour vous protéger contre le VBH. 3. Pancréatite. On a signalé des cas de pancréatite (inflammation douloureuse du pancréas) chez certaines personnes recevant le ténofovir dans le cadre d’une multithérapie. Des taux anormalement élevés d’amylase (une enzyme produite par le pancréas) ont été détectés dans le sang de certaines personnes utilisant le ténofovir, ce qui pourrait dénoter une inflammation du pancréas. Les symptômes de la pancréatite comprennent les suivants: douleurs abdominales, surtout en position allongée; nausées; vomissements; sueurs inattendues; fièvre; anxiété. Si vous présentez un de ces symptômes, parlez-en tout de suite avec votre médecin. 4. Lésions rénales. Le ténofovir peut causer des lésions et des dysfonctionnements du rein. Si vous (ou un proche parent) souffrez de problèmes rénaux, parlez-en avec votre médecin. Pour en savoir plus sur le ténofovir et les reins, lisez la section sur les effets secondaires plus loin. Effets secondaires. 1. Général. Les effets secondaires courants qui se sont produits chez les utilisateurs de Truvada comprennent les suivants: étourdissements; maux de tête; nausées; vomissements; flatulence. Ces effets secondaires sont habituellement temporaires et de faible intensité. 2. Santé rénale. Truvada contient du ténofovir, un médicament appartenant à la classe des analogues nucléotidiques. Les médicaments de cette classe sont dégradés par les reins et sont donc associés à des dysfonctionnements rénaux. Des cas de dysfonctionnement rénal ont en effet été observés chez certaines personnes utilisant le ténofovir. Les personnes qui prennent ce médicament ont intérêt à passer régulièrement des tests de sang et d’urine afin que leurs médecins puissent évaluer l’état de santé de leurs reins. Les tests en question pourraient comprendre les suivants: taux de créatinine; DFGe (débit de filtration glomérulaire estimé); taux de calcium; taux de phosphore; taux de bicarbonate. Il existe plusieurs autres médicaments qui, comme le ténofovir, sont métabolisés par les reins et ont le potentiel de causer ou d’amplifier des lésions dans ces organes. Plusieurs de ces médicaments sont des antibiotiques appartenant aux catégories suivantes: bêta-lactamines – pénicilline, amoxicilline; quinolones – ciprofloxacine et composés apparentés; aminoglycosides – amikacine, gentamicine; macrolides – érythromycine; tétracyclines – minocycline; antituberculeux – rifampine, éthambutol; autres antibiotiques – co-trimoxazole (Septra/Bactrim), vancomycine (Vanocin). Il ne faut pas oublier qu’il existe d’autres médicaments qui ont le potentiel de causer un dysfonctionnement des reins. En voici quelques exemples; cette liste n’est pas exhaustive: agents antiviraux – acyclovir (Zovirax), valacyclovir (Valtrex), cidofovir (Vistide), foscarnet (Foscavir), indinavir (Crixivan); antifongiques – amphotéricine B (Fungizone), pentamidine intraveineuse; anticonvulsivants – phénytoïne, carbamazépine, acide valproïque; médicaments pour traiter la douleur et l’inflammation – acétaminophène (Tylenol), ibuprofène (Advil, Motrin), indométhacine (Indocid), naproxène (Naprosyn). 3. Santé osseuse. Truvada contient du ténofovir. Lors d’expériences sur des singes où l’on avait recours à des doses de ténofovir dix à 30 fois plus élevées que celle qui seraient administrées aux humains, les os des animaux se sont amincis sur une période d’un an. Avant de commencer à prendre le ténofovir, avisez votre médecin si vous avez des problèmes osseux ou bien si vous os sont plus minces que la normale (ostéopénie ou ostéoporose). Lors des essais cliniques sur les combinaisons comportant du ténofovir chez les personnes vivant avec le VIH, on a observé un amincissement des os de la colonne vertébrale et d’autres parties du corps. De façon générale, plus les os sont minces, plus ils sont fragiles et plus le risque de fracture augmente lors des accidents (chute) et des traumas. Les chercheurs ont de la difficulté à expliquer pourquoi les os de certaines personnes exposées au ténofovir deviennent plus minces. Selon une hypothèse, l’amincissement des os serait attribuable au dysfonctionnement rénal causé par le ténofovir. Les reins filtrent le sang: ils déposent des déchets dans l’urine et retransportent des nutriments vers le sang. Dans les cas de pertes osseuses induites par le ténofovir, il se peut que les reins affaiblis soient incapables de rapporter au sang des nutriments essentiels à la construction des os. Il est à noter que certaines personnes qui n’ont jamais utilisé de ténofovir ont également des os plus minces que la normale. Songez à faire évaluer votre densité osseuse avant de commencer à prendre le ténofovir ou toute autre thérapie anti-VIH. Si vos os sont minces, votre médecin pourrait recommander une augmentation de votre apport en calcium et en vitamine D3. 4. Grossesse. Le fabricant recommande que Truvada « ne soit utilisé par les femmes enceintes que lorsque les bienfaits potentiels l’emportent sur les risques potentiels. » 5. Changement de coloration. Dans des cas rares, les personnes exposées au FTC présentent une pigmentation plus foncée de la peau sur la plante des pieds et la paume des mains. L’origine de ce changement n’est pas claire, mais il s’agit d’un effet secondaire inoffensif. 6. Syndrome de lipodystrophie. Le terme syndrome de lipodystrophie du VIH désigne un éventail de symptômes qui risquent de se manifester au fil du temps chez les personnes en multithérapie antirétrovirale. Voici quelques caractéristiques du syndrome: perte de graisse sous la peau (graisse sous-cutanée) du visage, des bras et des jambes; veines saillantes dans les bras et/ou les jambes en raison de la perte de graisse sous-cutanée; dépôts de graisse à l’arrière du cou (« bosse de bison ») ou à la base du cou (« col de cheval »); augmentation du tour de taille ou de la bedaine; petits dépôts de graisse sur l'abdomen; augmentation du volume des seins (femmes). En plus de ces changements physiques, la lipodystrophie peut s'accompagner de changements métaboliques qui se révèlent dans les résultats d'une analyse sanguine. Parmi ces dernières, mentionnons: augmentation du taux de triglycérides (lipides); augmentation du taux de cholestérol LDL (le « mauvais »); augmentation du taux de sucre sanguin (glucose); augmentation du taux de l'hormone insuline; sensibilité réduite à l'insuline (insulinorésistance); baisse du taux de cholestérol HDL (le « bon »). La cause précise de la lipodystrophie n'est pas connue et le syndrome s'explique difficilement parce que ses manifestations varient beaucoup d'une personne à l'autre. Par exemple, certaines personnes perdent de la graisse, d'autres en prennent et d'autres encore connaissent des pertes et des gains de graisse. Ce qui ressort de plus en plus clairement est que les changements nuisibles qui se produisent au fil des ans dans les taux de glucose, de cholestérol et de triglycérides font augmenter le risque de diabète et de maladie cardiovasculaire. Toutefois, jusqu'à présent, les nombreux bienfaits de la multithérapie l'emportent sur le risque accru de maladie cardiovasculaire ou d'autres effets secondaires. Le maintien d'un poids santé, de bonnes habitudes alimentaires, l'arrêt du tabagisme et un programme d'exercices réguliers sont tous importants pour réduire le risque de diabète, de maladies du coeur et d'autres complications. Les consultations de suivi et les analyses sanguines régulières constituent également un élément crucial d'un bon suivi. Si cela s'avère nécessaire, votre médecin sera en mesure de prescrire un traitement visant à abaisser les taux de lipides. Les chercheurs poursuivent leur étude du syndrome de lipodystrophie afin d'aider les PVVIH à éviter ou à atténuer ce problème. Pour en savoir plus sur la prise en charge des divers aspects du syndrome de lipodystrophie, consultez Un guide pratique des effets secondaires des médicaments anti-VIH. Truvada n’est pas associé à la réduction de la masse grasse (fonte de graisse ou lipoatrophie). Interactions médicamenteuses. Consultez toujours votre médecin et pharmacien au sujet de la prise de tout autre médicament, qu’il soit livré sur ordonnance ou en vente libre, y compris les plantes médicinales, les suppléments et les drogues récréatives. Certains médicaments peuvent interagir avec le ténofovir ou le FTC. Cette interaction peut faire en sorte que le taux de ces médicaments augmente ou diminue dans votre corps. L’augmentation du taux de ces médicaments peut provoquer de nouveaux effets secondaires ou aggraver des effets secondaires existants. Par contre, si le taux de FTC ou de ténofovir diminue excessivement, le VIH peut acquérir une résistance et vos options de traitement futures risquent de s’en trouver limitées. Il peut également s’avérer nécessaire d’éviter les médicaments qui, même s’ils n’ont pas d’effet sur le taux des médicaments se trouvant dans Truvada, provoquent des effets secondaires semblables. Si vous devez prendre un médicament qui est susceptible d’interagir avec vos médicaments existants, votre médecin peut faire ce qui suit: ajuster les dosages de vos médicaments anti-VIH ou de vos autres médicaments; prescrire d’autres médicaments anti-VIH pour vous. Interactions médicamenteuses avec Truvada. Les médicaments suivants interagissent ou ont le potentiel d’interagir avec les médicaments se trouvant dans Truvada (ténofovir et FTC). Ces listes ne sont pas exhaustives.) Le fabricant recommande que les médicaments suivants soient utilisés avec prudence à cause du risque d’interactions médicamenteux graves: atazanavir (Reyataz); lopinavir/ritonavir (dans Kaletra); didanosine, ddI (Videx, Videx EC). Le fabricant de Truvada a formulé les recommandations suivantes en ce qui concerne l’utilisation de son produit: atazanavir – ce médicament peut faire augmenter le taux de ténofovir dans le sang. Un taux élevé de ténofovir peut provoquer de la toxicité. Les personnes recevant cette combinaison doivent être suivies de près afin qu’on puisse détecter toute toxicité éventuelle. De plus, le ténofovir fait diminuer le taux d’atazanavir dans le sang. Ainsi, les personnes recevant cette combinaison doivent prendre le médicament ritonavir (Norvir) afin de maintenir un taux d’atazanavir efficace. Ces trois médicaments sont à prendre avec des aliments, une fois par jour; lopinavir/ritonavir – ce médicament peut faire augmenter le taux de ténofovir dans le sang. Un taux élevé de ténofovir peut provoquer de la toxicité. Les personnes recevant cette combinaison doivent être suivies de près afin qu’on puisse détecter toute toxicité éventuelle. ddI – le ténofovir fait augmenter de 40 % à 60 % le taux de ddI dans le sang. Une augmentation de cette ampleur pourrait provoquer des signes et symptômes d’une toxicité liée au ddI, tels qu’une inflammation douloureuse du pancréas, un surplus d’acide lactique dans le sang et des lésions nerveuses dans les mains et les pieds (neuropathie périphérique). Si le ddI et le ténofovir doivent être utilisés en combinaison, il faut réduire la dose de ddI. Parlez avec votre spécialiste du VIH pour déterminer quelle dose de ddI vous convient. Résistance et résistance croisée. Au fur et à mesure que de nouvelles copies de VIH sont fabriquées dans le corps, le virus modifie sa structure. On appelle ces modifications des mutations; les mutations peuvent permettre au VIH de résister aux effets des médicaments anti-VIH, ce qui veut dire qu’ils cesseront d’agir pour vous. Le fait d’associer Truvada à au moins un autre médicament anti-VIH, tel un analogue non nucléosidique ou un inhibiteur de la protéase, permet de retarder le développement de la résistance. Pour réduire le risque de résistance médicamenteuse, vous devez prendre tous vos médicaments anti-VIH tous les jours en suivant les posologies à la lettre. Si vous manquez ou retardez des prises, ou si vous ne respectez pas les prescriptions de votre médecin, les taux de ténofovir et de FTC risquent de tomber trop bas. Si cela se produit, des virus résistants pourraient apparaître. Si vous oubliez des doses lorsque vous prenez Truvada à titre de PrEP, vous pourriez augmenter votre risque de contracter une souche du VIH qui est résistante aux médicaments présents dans Truvada. Si vous avez de la difficulté à prendre vos médicaments de façon régulière et en suivant les instructions, parlez-en à votre médecin ou infirmière. Ils peuvent vous aider. Lorsque le VIH devient résistant à un médicament d’une classe, il risque parfois de devenir résistant à tous les autres médicaments de cette classe. Il s’agit de la résistance croisée. N’hésitez pas à parler de vos options de traitement actuelles et futures avec votre médecin. Pour vous aider à déterminer quelles thérapies vous pourrez utiliser à l’avenir, votre médecin peut faire analyser un petit échantillon de votre sang dans le cadre de tests de résistance. Si le VIH finit par acquérir une résistance aux médicaments se trouvant dans Truvada, votre médecin pourra utiliser les tests de résistance pour vous aider à construire une autre combinaison de médicaments. Quelques points à noter: Truvada ne devrait pas être utilisé dans le cadre d’une triple association d’analogues nucléosidiquesé/nucléotidiques parce que les traitements de ce genre n’ont pas fait la preuve de leur efficacité contre le VIH; Des cas d’échec thérapeutique se sont produits chez des personnes ayant une charge virale élevée qui recevaient un premier traitement anti-VIH comportant le ddI, le ténofovir et un analogue non nucléosidique; Truvada ne devrait pas être utilisé avec le FTC ou le ténofovir parce que ces deux médicaments sont déjà présents dans Truvada; Le fabricant de Truvada encourage les médecins suivant des patients déjà traités à tenir compte des traitements antérieurs des patients et des résultats des tests de résistance et d’autres analyses de laboratoire s’ils envisagent de prescrire Truvada. Posologie et formulations. Truvada est offert sous forme de comprimés, dont chacun renferme 200 mg de FTC et 300 mg de ténofovir. La posologie standard pour les adultes est de un comprimé par jour, avec ou sans aliments, en association avec d’autres médicaments anti-VIH. Lorsque ce médicament est pris dans le cadre d’un éventail d’outils de prévention du VIH, la posologie standard de Truvada est d’un comprimé par jour, pris tous les jours. Tous les médicaments doivent toujours être pris conformément aux prescriptions de votre médecin. Accessibilité. Truvada est homologué au Canada pour le traitement de l’infection au VIH chez les adultes, en association avec d’autres médicaments anti-VIH. En janvier 2016, Santé Canada a également homologué Truvada pour la prévention du VIH lorsqu’il est utilisé dans le cadre d’un ensemble d’outils de prévention. Votre médecin peut vous renseigner davantage sur l’accessibilité et le remboursement de Truvada dans votre région. CATIE a créé un module électronique intitulé Programme fédéraux, provinciaux et territoriaux d’accès aux médicaments qui contient de l’information sur le remboursement des médicaments au Canada. Références. Gilead Sciences. Truvada (comprimés d'emtricitabine/fumarate de ténofovir disoproxil). Monographie de produit. 23 février 2016. Essig M, Duval X, Kaied FA, et al. Is phosphatemia the best tool to monitor renal tenofovir toxicity? Journal of Acquired Immune Deficiency Syndromes 2007;46(2):256-258. Fux CA, Christen A, Zgraggen S, et al. Effect of tenofovir on renal glomerular and tubular function. AIDS 2007;21(11):1483-1485. Loutfy MR, Ackad N, Antoniou T, et al. Randomized controlled trial of once-daily tenofovir, lamivudine, and lopinavir/ritonavir versus remaining on the same regimen in virologically suppressed HIV-infected patients on their first PI-containing HAART regimen. HIV Clinical Trials 2007;8(5):259-268. Nelson MR, Katlama C, Montaner JS, et al. The safety of tenofovir disoproxil fumarate for the treatment of HIV infection in adults: the first 4 years. AIDS 2007;21(10):1273-1281. Odden MC, Scherzer R, Bacchetti P, et al. Cystatin C Level as a Marker of Kidney Function in Human Immunodeficiency Virus Infection: The FRAM Study. Annals of Internal Medicine 2007;167(20):2213-2219. Uwai Y, Ida H, Tsuji Y, et al. Renal transport of adefovir, cidofovir, and tenofovir by SLC22A family members (hOAT1, hOAT3, and hOCT2). Pharmaceutical Research 2007;24(4):811-815. Wester CW, Okezie OA, Thomas AM, et al. Higher-Than-Expected Rates of Lactic Acidosis Among highly active antiretroviral therapy-treated women in Botswana: Preliminary Results from a Large Randomized Clinical Trial. Journal of Acquired Immune Deficiency Syndromes 2007; in press. Saag M. Emtricitabine, a new antiretroviral agent with activity against HIV and hepatitis B virus. Clinical Infectious Diseases 2006;42(1):126-131. Leon A, Martinez E, Mallolas J, et al. Early virological failure in treatment-naive HIV-infected adults receiving didanosine and tenofovir plus efavirenz or nevirapine. AIDS 2005;9(2):213-215. Grant RM, Lama JR, Anderson PL, et al. Preexposure chemoprophylaxis for HIV prevention in men who have sex with men. New England Journal of Medicine. 2010;363(27):2587–2599. Baeten JM, Donnell D, Ndase P, et al. Antiretroviral prophylaxis for HIV prevention in heterosexual men and women. New England Journal of Medicine. 2012;367(5):399–410.

regime comment maigrir en 1mois

Mal au foie: les symptômes. Depuis quelque temps vous ne vous sentez pas bien, vous avez mal au cœur, et ressentez comme une douleur en haut du ventre? Et s’il s’agissait d’un problème au foie? Découvrez les symptômes d’un problème de foie.. Partager cette astuce. ont trouvé cette astuce utile, et vous? ça a marché pour moi. Depuis quelque temps vous ne vous sentez pas bien, vous avez mal au cœur, et ressentez comme une douleur en haut du ventre? Et s’il s’agissait d’un problème au foie? Découvrez les symptôme s d’un problème de foie. Symptômes d’un problème au foie. 1 - Mal au cœur. Après avoir mangé on a mal au cœur, et on ressent comme une sensation de lourdeur niveau du ventre, et parfois des vertiges. Dans les cas les plus graves ces sensations entrainent des vomissements. 2 - Douleur haut du ventre. Quand le foie est engorgé on ressent une douleur en haut du ventre, juste en-dessous des côtes, s’accompagnant parfois d’un mal de dos et d’une sensation de brûlure. Prenez votre température afin de vérifier si vous n’avez pas de fièvre. La fièvre indiquerait une inflammation ou une infection. 3 - La peau jaune. C’est sans doute la manifestation la plus connue, et la plus visible, d’un problème de foie. La couleur jaune de la peau (la jaunisse ou l’ictère) est liée à l’excès excès de bilirubine (bile) dans le sang et dans l’organisme. 4 - Des selles de couleur claire. Normalement le foie libère des sels biliaires dans les selles, ce qui entraîne des selles de couleur brunes. Du fait de la réduction de la production de bile, la couleur des selles claires peut indiquer un problème au foie, La peau jaune (ictère ou jaunisse) se produit souvent lorsque les selles sont décolorées en raison de l’augmentation de la bile chimique dans le corps. 5 - Des démangeaisons sur tout le corps. Les démangeaisons de la peau légères ou intenses, dues à l’accumulation de bile et des toxines, sont une indication d’un problème au foie. 6 - Une enflure des jambes et des pieds. Lorsque le foie ne fonctionne plus normalement parfois survient une accumulation d’eau au niveau du ventre (ascite) et/ou des chevilles (œdèmes) 7 - Des saignements et des bleus. Si vos gencives et vos narines saignent souvent, si des hématomes apparaissent sur votre corps aux moindres traumatismes, il peut s’agir d’un problème de foie. Ces symptômes vous sont connus, vous en souffrez? Consultez votre médecin! En attendant cette visite. Remèdes contre le mal au foie. Buvez beaucoup toute la journée, mais plus une goutte d’alcool, ni de soda, ni de boissons gazeuses. - Buvez de l’eau. Buvez de l’eau de source toute la journée! L’eau nettoie tous les organes, et élimine les toxines. - Buvez de l’eau citronnée. Buvez chaque matin au réveil un verre d’eau + le jus d’un demi-citron. - Buvez du jus de pomme. - du jus de carotte. - du thé vert. - Buvez une infusion d’artichaut. Dans une tasse versez de l’eau bouillante sur 2 g de feuilles d’artichaut séchées. Laissez infuser 10 minutes. Filtrez. Buvez 3 fois par jour, de préférence avant les repas. - Buvez une infusion de chardon-mari. Dans une tasse versez de l’eau bouillante sur 5 gr de fruits broyés de Chardon-Marie. Laissez infuser 10 minutes. Filtrez. - Buvez une infusion de boldo. Dans une tasse versez de l’eau bouillante sur 2 g de feuilles séchées de boldo. Laissez infuser 10 minutes. Filtrez. - Buvez une décoction de betterave rouge. Dans une casserole faites bouillir, dans un litre d’eau, pendant 5 minutes, une betterave crue de taille moyenne, et coupée en morceau. Filtrez. Buvez pendant 15 jours, un verre 20 minutes avant les 3 repas. - Mangez des fruits et des légumes. Noisettes, amandes,, pistaches, noix de cajou.

orange citron miel pour maigrir totoro

Complications. Complications courantes. Complications rares.

Listes de symptômes avec le site Symptomes.info. Bienvenue sur le site Symptomes.info. Avant de parcourir ce site Internet, vous devez prendre en compte qu’un même symptôme peut être lier à une multitudes de problèmes de santé. Par exemple un maux de tête peut être un avertissement du corps face à une situation passée ou actuelle mais aussi un signe d’un problème plus grave. Les symptômes et signes présents sur ce site sont donnés uniquement à titre d’information. Vous pouvez aussi analyser vos émotions actuelles ou passées afin de faire le bilan et le lien avec votre état de santé actuel. Les émotions fortes (stress, panique, angoisse, phobie, etc.) peuvent entrainer des problèmes de santé. Site d’informations sur les différents symptômes et signes de maladies et de changements physiques pour hommes et femmes. Ce site tente de lister l’ensemble ou la majorité des symptômes pour une maladie ou un problème de santé en particulier. Des listes non exhaustives de symptômes uniquement à titre informatif. Site en français pour un public francophone: France, Suisse, Belgique, Canada, etc. En médecine, l’ensemble des symptômes sont pour les patients des éléments d’alerte pour informer qu’un changement est en cours, ce qui motive la consultation médicale chez son médecin traitant ou chez un spécialiste permettant de trouver la maladie ou le problème de santé. Coté Physiologie, le symptôme est un phénomène caractéristique d’un trouble organique ou fonctionnel. Et au sens figuré, un symptôme est un signe qui révèle une situation matérielle ou un état d’esprit. En psychanalyse, un symptôme peut être chez une personne une « manifestation somatique » comme par exemple une paralysie ou des troubles du langages. Toujours dans le même domaine, le symptôme peut également être une « manifestation psychique » comme l’angoisse ou l’hydrophobie. Le mot « symptôme » n’a pas toujours eu cette orthographe, ce mot a existé sous l’orthographe « sinthome » à partir de 1495, le mot symptôme est apparu vers la fin du XVIe, début du XVIIe. Symptôme est la traduction du mot latin symptoma, il signifiait l’accident ou la coïncidence.(Source: Wikipédia) Le mot symptomatique veut dire « qui est un symptôme », par exemple vous pouvez avoir une fièvre symptomatique et l’étude scientifique des symptômes est la symptomatologie. Les symptômes les plus consultés sur ce site Internet sont les symptômes de la grossesse, beaucoup de femmes recherchent sur Internet les différents symptômes lors d’une grossesse pour savoir si elles sont enceintes ou non. Puis nous avons les symptômes du cancer, il existe de nombreux cancers. Les symptômes de la grippe sont également des symptômes très recherchés sur ce site et sur Internet en général, sans prendre en compte les recherches liés à l’actualité sur la grippe mexicaine – porcine – h1n1 en France et dans le Monde. Et pour finir les symptômes du sida, la protection est la seule solution pour ne pas être « ronger » par le stress après des rapports sexuels non protégés. Pensez à surveiller le calendrier de vaccination pour être à jour dans vos vaccins. Rappel: le diagnostic médical sur Internet n’existe pas! Les différentes informations de ce site sont uniquement à titre informatif. Si vous avez le moindre symptôme ou problème de santé, consultez au plus vite un médecin ou spécialiste de santé. Attention ce site Internet n’a pas pour objectif que le visiteur fasse soi même son propre diagnostic médical.